20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 140)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • #39633

    En réponse à: Des conseils svp

    Avatararos
    Participant

    Bonjour @paul,
    Je l’ai reçu jeudi et ai pu le tester hier soir.
    Forcément il est plus actif qu’un helix ou progasm Jr, 2 de mes jouets, puisque motorisé.
    Déjà il est un peu plus dur à insérer de la la taille, mais une fois en place il tient bien, et ce sans une main pour le tenir.
    Alors, une précision, quand l’on tient le loki wave dans la main, non inséré j’entends, comme on tient le manche, c’est la partie inserable qui bouge. Quand il est inséré et que l’on ne tient pas le manche, c’est plutôt le manche qui bouge. De ce fait il est préférable de tenir le manche pour que l’autre partie bouge dans le rectum.
    C’est vraiment qu’un premier essai mais je pense qu’il peut être efficace. Je n’ai pas ressenti de massage de la prostate à proprement parlé mais plutôt un certain plaisir du côté du sphincter.
    Hier soir lors de la première utilisation j’alternais sans les mains et en tenant le manche à d’autres moments.
    Pour la lubrification j’ai utilisé de l’huile de coco et également un lubrifiant que j’ai acheté en même temps que le masseur, le pjur analyse me water car le loki wave est en silicone.
    Enfin je pense qu’il faut lubrifier un max avec ce masseur.
    Je ferai un autre essai dès que possible.

    #39567

    En réponse à: Des conseils svp

    Avatararos
    Participant

    Je viens de commander le Loki Wave, en promo flash à 114€.
    Donc pas de beurre de karité ni de lubrifiant silicone, c’est bien cela ?
    Juste de l’huile de coco et lubrifiant eau dessus je crois.

    #39516

    En réponse à: Réveil

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    @bzo tu as dit à @paul :

    attention cependant au fait que le Vice est un masseur en silicone, donc pas de beurre de Karité, juste un lubrifiant à l’eau

    Le silicone utilisé pour les masseurs ou autres jouets est tout à fait compatible avec le beurre de karité. Si ce n’était pas le cas je pense que je m’en serais aperçu depuis quelques années. Nous n’avons aucun problème en utilisant le beurre de karité avec nos jouets en silicone.

    En revanche tu as parfaitement raison si on parle du latex, matière qui entre dans la composition des préservatifs. Le latex est dissout par les huiles végétales dont font partie le beurre de karité comme l’huile de coco.

    #39500

    En réponse à: Réveil

    bzobzo
    Participant

    attention cependant au fait que le Vice est un masseur en silicone,
    donc pas de beurre de Karité, juste un lubrifiant à l’eau

    le choisir avec attention, le lubrifiant car ceux avec de la glycérine,
    peuvent avoir un effet désastreux sur le transit,
    cela peut devenir facilement une « cascade difficilement répressible » chez certains
    à cause de ce adjuvant

    #39410

    En réponse à: Réveil

    bzobzo
    Participant

    Merci, j’ai pris du beurre de karité brut et du beurre de coco pour voir la différence

    hum, j’espère que ce n’est pas à cause de mon évocation du beurre de Coco que tu l’as pris aussi,
    personnellement je ne l’achète pas pour lubrifier,
    juste avec de l’huile de Jojoba et d’Argan, je m’en fais une crème de nuit
    dont je m’enduis le visage et d’autres parties du corps

    je me sers uniquement de masseurs en silicone
    et donc n’utilise que des lubrifiants à l’eau

    #38845
    AvatarJeff
    Participant

    Formidable, Filou : quelle bonne nouvelle ! En ce qui me concerne, je connais des moments de vrais orgasmes qui sont une très belle récompense puisque j’ai cheminé à pas de tortue depuis plusieurs années. Et ces orgasmes gagnent en puissance ! En fait, la qualité des sessions est inversement proportionnelle à la maîtrise de mon stress. J’effectue des techniques de respiration-relaxation, je fais de la natation (c’est le plus efficace). Mais des soucis familiaux peuvent bloquer le ressenti..

    En tout cas, je voudrais revenir sur la question du lubrifiant puisque certains se demandaient comment utiliser le beurre de Karité. EN fait, ce composant est très très efficace. Il suffit d’en commander sur un site de produits spécialisés dans les compléments alimentaires (ex: Santé Discount) et on le fait fondre dans une tasse préalablement ébouillantée ; ou alors on passe un coup de micro-onde.

    Autre chose : j’ai le sentiment que je monte plus vite en puissance, et peut-être plus intensément, si j’utilise un anneau cockring en silicone tout simple. Avez-vous entendu parler de cela ? Et j’alterne les masseurs : Helix, Eupho.
    Très très bon cheminement à tous.
    Jeff

    #38802

    En réponse à: Rien ne se passe…!

    CaktilCaktil
    Participant

    Bonjour @KIM,

    Est-ce que le beurre de karité t’a, à lui seul, permis d’accéder à un plaisir significatif?

    Pour moi, le beurre de karité a significativement amélioré le plaisir de mes séances. Avant j’utilisais un lubrifiant à base de silicone qui était efficace mais qui me gênait un peu (quelques irritations). Mais c’est depuis que j’utilise du beurre de karité que j’ai de magnifiques orgasmes pendant presque toutes mes séances.

    Sinon, je pense qu’aucune cause n’est perdue ! Persévère, tu finira par y arriver et, crois-moi, tu ne le regretteras pas.

    #38792

    En réponse à: En route!

    Avatarhpb12
    Participant

    Petite question technique, vous insérez l’aneros des le debut ou une fois la phase de détente respiration terminé ?

    Niveau lubrifiant je ne mets que du beurre de karité, or j’ai lu que le mieux est de combiner silicone et karité, cela assure il une meilleure glisse du masseur a l’intérieur ?

    AvatarChic
    Participant

    Bonjour tout le monde,

    Cela fait un petit moment que je parcours ce forum mais sans jamais avoir osé y écrire ma propre expérience.
    Tout à commencé pendant l’été 2018. Etant en quête de nouveaux plaisirs, j’ai découvert le traité d’Aneros et ce forum. Je me suis beaucoup documenté et j’ai décidé de franchir le pas. Je me suis donc procuré un Aneros Helix.

    Cela ne s’est pas très bien passé au début car je n’avais pas le bon état d’esprit et j’étais trop pressé. J’ai commencé mes premières sessions sans grands résultats, ce qui m’a très vite découragé car je n’avais pas beaucoup de temps libre et le fait de n’avoir aucun résultat ou presque me frustrait plus qu’autre chose donc je me suis désintéressé rapidement. J’ai du faire environ 15-20 sessions en tout avec au mieux l’apparition de quelques vagues de chaleur accompagnées d’une sensation plaisante. Je pense que j’en étais à l’étape 14 de la carte au trésor.

    Aujourd’hui, j’ai changé de mode de vie et j’ai beaucoup plus de temps libre qu’avant, j’ai donc décidé de retenter l’expérience plus sérieusement et avec un état d’esprit bien différent de la première fois. Désormais je prends chaque séance comme un moment de détente que je m’accorde dans la soirée, rien de plus. J’ai également pris conscience que la patience était clé de réussite.

    J’ai effectué ma troisième session hier soir. J’ai eu des résultats similaires dans mes deux premières sessions donc je résume seulement la troisième. Cette session a duré environ 45 minutes. Je suis arrivé au stade où je m’étais arrêté en 2018. J’ai pu sentir comme de petites vagues de chaleur au niveau de la prostate je crois (difficile à localiser) avec une légère sensation agréable et quelques légères érections. Cela a duré quelques minutes (5-7 minutes je dirais) mais au bout d’un certain temps les sensations se sont dissipées.

    Une fois cette vague de plaisir passée, apparue dans les 20 premières minutes de la session, j’ai rencontré, comme dans mes deux premières sessions, la même gêne : une sorte de sensation de brûlure légère, un peu désagréable, au niveau d’un des côtés de la paroi anale et qui me sort complètement de la séance. Lorsque je retire l’aneros, cette sensation de brûlure est amplifiée et semble assez localisée. Je ne sais pas à quoi cela est dû…

    J’ai essayé plusieurs lubrifiants en commençant par un lubrifiant anal à base d’eau que j’ai vite abandonné pour un lubrifiant silicone : beaucoup plus agréable lors de l’insertion de l’Aneros mais beaucoup moins de sensations pendant la séance. Aujourd’hui, je suis passé au beurre de karité comme beaucoup le recommandent mais je n’ai pas senti de grande différence avec le lubrifiant à base de silicone. Je ne parviens pas à comprendre cette sensation de brûlure sachant que je pense lubrifier assez. J’utilise une seringue de 5ml de lubrifiant à chaque fois, voir plus.

    Autre point qui ralentit ma progression : je suis quelqu’un de très anxieux et pensif. J’ai beaucoup de mal à lâcher prise, et à me détendre complètement. Etant en plus à mon compte, je pense beaucoup (trop) à mes projets, j’ai beaucoup de mal à me vider la tête et à profiter du moment présent. J’y travaille mais c’est difficile.

    Je pense que lorsque je me serai débarrassé de ces sensations désagréables de brûlure, je pourrai me concentrer davantage sur mon plaisir et aussi prolonger mes sessions plus longtemps.

    Merci d’avoir pris le temps de me lire et merci également d’avance pour vos conseils !

    PS : Pour ceux qui se demanderaient, j’ai 29 ans.

    #38698

    En réponse à: Besoin de conseils

    CaktilCaktil
    Participant

    Bonjour @Rodward,
    Avant d’utiliser du beurre de karité j’utilisais du lubrifiant à base de silicone qui durait très longtemps. Mais attention, tu ne peut pas utiliser ce type de lubrifiant avec des masseurs recouvert de silicone (les sync). J’ai changé car je voulais quelque chose de plus naturel et bio et aussi parce que j’avais des problèmes d’irritation que je n’ai pas avec le beurre de karité.

    #38413
    CaktilCaktil
    Participant

    Bonjour @Antoine,
    Je vais apporter ma petite pierre à l’édifice… Sait-on jamais, peut-être qu’elle te permettra d’avancer sur ce chemin.

    J’ai découvert le massage prostatique il y a pratiquement un an maintenant. Je dois dire que j’admire ta patience et ta persévérance… Si je n’avais pas eu de résultats rapidement, je ne suis pas sûr que j’en aurais eu autant que toi.
    Bref, durant mon apprentissage j’ai découvert quelques éléments que je trouve importants pour arriver au plaisir. Je pense que tu les connais déjà, ce sont plus ou moins des « classiques », mais peut-être que un ou deux points de ma liste te permettront de changer de niveau…

    Le premier point est un grand classique… « ne pas avoir d’attentes »… C’est aussi un des plus difficiles à mettre en place, mais bon… Il faut prendre chaque séance comme un entraînement ou comme l’apprentissage d’un instrument de musique. Il faut d’abord faire des gammes avant d’être un virtuose.
    Le deuxième point est « être excité » aroused, comme disent nos amis anglo-saxons. Pour moi, cela veut dire un ou deux jours sans éjaculer et éventuellement une petite séance de masturbation juste avant la séance pour faire monter un peu la pression.
    Le troisième point est « avoir la bonne méthode de lubrification ». En effet, le jour où je suis passé du lubrifiant à base de silicone au beurre de karité, j’ai fait un bon en avant au point de vue des résultats. Donc, assure-toi d’avoir le lubrifiant qui te convient.
    Le quatrième point est « le respiration contrôlée ». Chez moi, au bout de cinq ou dix minutes de respiration abdominale contrôlée, je commence à ressentir des micro-orgasmes à chaque inspiration ou expiration. Ces sensations proviennent du masseur qui bouge à peine contre la prostate avec les respiration. Il faut remplir ou vider les poumons au maximum pour ressentir ces effets.
    Le cinquième point est « décontraction maximum des sphincters et des muscles ». Associé à la respiration, cette décontraction m’amène déjà presque à l’orgasme.
    Le sixième point est « caresses sur les seins et les tétons ». Chez moi, les tétons sont un peu comme des interrupteurs ou des potentiomètres qui modulent mon plaisir. Je commence à faire ces caresses lorsque les premières sensations agréables se produisent. Je ne savais pas que j’étais autant sensible dans cette région avant mes débuts dans le plaisir prostatique.
    Le septième point est « faire les contractions volontaires les plus faibles possible ». Parfois je me demande même si mes contractions ne sont pas imaginaires, tellement elles sont faibles… La répétition d’une contraction ultra-faible (spécialement les muscles PC) fini par produire de grandes sensations chez moi.
    Le huitième point est « imaginer des scènes érotiques ». Imaginer ces moments érotiques fait monter mon plaisir. M’imaginer être pénétré (que ce soit en tant que femme ou en tant qu’homme d’ailleurs…) augmente mon plaisir. Plus les scènes sont torrides, plus mon plaisir augmente.
    Et, finalement, le neuvième point est « alterner les contractions anales et rectales ». Je le fais pendant une ou deux minutes, sans m’arrêter. Cette méthode est très efficace chez moi pour amener un orgasme.

    Voilà, c’est très analytique tout ça, je suis un peu comme toi : formation scientifique et désir de tout analyser… Mais ce sont les points importants que j’ai découverts pour moi. Peut-être qu’un déclic se produira chez toi. C’est en tous ça ce que j’espère car le plaisir que je ressens pendant mes séances est inimaginable et j’aimerais vraiment que chaque homme de ce monde puisse le ressentir.
    Bonne chance @Antoine!

    #38401

    En réponse à: Etape sur le chemin

    AvatarWhynot
    Participant

    Deux sessions depuis la dernière fois avec un changement pour chacune.

    Tout d’abord, j’ai acheté l’hypnAerosession et l’ai essayé pour la première de ces deux sessions. Ça a complètement changée les choses. C’est pour moi une très grande aide pour la relaxation et la concentration sur la respiration mais aussi, une aide sur quoi faire, quand le faire et les sensations attendues avec la voix envoûtante d’Alena qui vous guide au fur et à mesure de la session. Ça me permet de me concentrer sur ce que je suis en train de ressentir et limiter les pensées sur tout ce que j’ai lu, sur la « technique » et le « ce que je dois ressentir ». Du coup je suis beaucoup plus détendu et je ressens beaucoup mieux les sensations qui sont moins « brutales » et plus subtiles. En ce qui me concerne, un énorme progrès.

    Pour la deuxième séance, en plus de l’hypnAerosession, j’ai utilisé le Helix classic au lieu de l’Helix Syn. J’ai utilisé un lubrifiant silicone pour cette deuxième séance et effectivement j’ai l’impression de mouvements plus prononcés qu’avec le Syn, que le Classic est plus libre de se déplacer. Ce n’est peut-être qu’une impression.

    Ces deux séances ont été beaucoup plus intenses que les précédentes, et la seconde encore plus que la première. Une sensation de bien-être, de plaisirs même si pas encore orgasmiques. A ce stade j’ai l’impression que c’est là, sous la surface, comme une bulle qui gonfle et est prête à exploser mais qui se dégonfle avant que cela n’arrive. Puis elle regonfle mais sans éclater.

    La première partie de l’hypnAerosession est dédiée à la relaxation. Durant cette phase, je ressens déjà des vagues de chaleur, les premiers mouvements de l’Aneros sans que je ne fasse de contractions, les muscles abdominaux qui se contractent et des tremblements au niveau des fesses comme pour me préparer au plaisir que je sens monter de plus en plus fort. Des bouffées de plaisir qui accompagnent le rythme de ma respiration. L’impression que c’est ma respiration qui fait bouger l’Aneros. Par conséquent, je me demande si je n’ai pas intérêt à NE PAS faire de contractions volontaires et laisser mon corps se laisser guider par ma respiration plutôt que de le « forcer » avec des contractions. La raison de ma question est liée au fait que j’ai l’impression que les contractions volontaires, même très légères, m’emmènent trop loin, génèrent des spasmes qui bloquent la suite. Avec elles le plaisir augmente encore plus fort mais je perds en relaxation, en « laisser aller ». Je ne sais pas si ce que j’écris a beaucoup de sens mais écrire me permet de mettre des mots en face de ces sensations diffuses.

    #38021
    CaktilCaktil
    Participant

    Bonjour @Ncls0,
    As-tu essayé le beurre de karité? Quand tu dis que tu injectes du lubrifiant, est-ce le beurre de karité?
    J’ai vu une bonne amélioration dans la qualité de mes séances quand je suis passé du lubrifiant silicone au beurre de karité. J’ai aussi essayé l’huile de coco, mais elle me convient moins bien (transit perturbé le jour de la séance…).
    Bravo pour tes progrès, tu es vraiment sur la bonne voie.
    Bon cheminement @Ncls0 !

    #37290
    AvatarJeremAix
    Participant

    Putain 3 ans ! On se souvient tous de cette fameuse tirade d’un célèbre Guignol. Je la reprends volontiers à mon compte pour illustrer ma quête du plaisir prostatique…
    Car cela fera trois ans, en juin, que je me suis lancé dans cette course. Trois ans de pratique, souvent quotidienne, alternant avancées encourageantes et période plus ou moins longue de stagnation.
    Je me m’y suis préparé avec soin: j’ai lu, relu et lu encore, le traité, vos témoignages. Je me suis inspiré de vos expériences.
    J’ai appris la detente par la respiration abdominale, varié les positions, découvert la sensibilité des tétons. Je me suis procuré plusieurs types de masseurs, changé de lubrifiants…
    J’ai progressé. Lentement. Très lentement: contractions involontaires, douces sensations des vibrations du masseur sur ma prostate. Mais, rien de comparable avec les sommets que certains atteignent. Peu ou pas de tremblement des fesses, jambes…
    Pourtant, je suis décidé à persévérer, en posant pierre après pierre, les bases du plaisir: coté lubrifiant, à base d’eau pour le rectum, et silicone pour le masseur (le beurre de karité ne m’a pas convaincu). Pour la position, l’alternance produit de bons effets (dos, coté et, surtout, sur le ventre).
    Le plus difficile, pour le cartésien que je suis, est de laisser libre mon esprit. Je pense qu’il s’agit du principal obstacle qu’il me reste à franchir: s’abandonner et laisser son corps commander.
    Alors, trois ans c’est long… mais c’est parfois si bon !

    #36738
    CaktilCaktil
    Participant

    Bonjour @raviaulit,
    A propos de lubrifiant, j’avais commencé avec un lubrifiant au silicone. Il me causait parfois quelques irritations alors j’ai changé de marque mais c’était toujours un lubrifiant au silicone. J’avais d’assez bons résultats avec ces deux lubrifiants.
    Puis je suis passé au beurre de karité bio et là… J’ai franchi un palier dans la qualité et la longueur de mes orgasmes prostatiques ! J’ai même eu mes premiers super-O (en tous cas, à mon niveau de « débutant avancé », je les qualifie de super-O !!).
    Donc, oui, le lubrifiant est un des paramètres importants dans ce domaine.
    Bonne quête à vous tous.

    #36665
    Avatarmarc2663
    Participant

    Bonjour,
    Voilà des années que le plaisir prostatique titillait mes idées, et voici quelques mois que j’ai franchit le pas.
    Ma toute première expérience avec un « objet », à été l’introduction d’un petit vibromasseur.
    J’ai utilisé une huile fine de type « massage » que j’ai injectée dans mon rectum. j’ai introduit le vibromasseur et, après m’être placé en chien de fusil, j’ai testé les diverses vibrations jusqu’à ce qu’une merveilleuse onde de plaisir emplisse mon ventre, mon corps….. de merveilleuses sensations jamais ressenties, ou plutôt, des sensations ressenties lors de situations assez « spéciales », lors de relations sexuelles durant lesquelles le partage énergétique se fait. Une extase merveilleuse, comme un sentiment de flotter, la sensation de ne plus faire qu’un avec le tout, le genre de sensation qu’on a envie de partager avec sa compagne.
    Malheureusement, j’ai bougé un peu histoire de « mieux » la ressentir, pour avoir un peu plus de confort et j’ai coupé le lien, coupé la sensation.
    J’ai quand même ressenti cette merveilleuse vibration durant au moins 4h après l’avoir découverte.
    De plus, j’ai ressenti et vécu une grosse montée d’énergie yin, à moins que ce soit une montée de kundalini, toujours est-il que c’était une toute autre sensation toute aussi merveilleuse à vivre.
    D’ailleurs, depuis lors, je ressens beaucoup plus mes énergies yin.
    En passant, je vis en célibataire, même si j’ai une « copine » que je ne vois que le we.

    Ensuite, j’ai tenté de vivre cette expérience à plusieurs reprises mais rien n’y fit.
    Ayant parlé du sujet à ma copine, celle-ci prend certaines initiatives lors de nos rapports, comme me caresser l’anus. Quand elle a compris que ça me plait et que ça me fait du bien, elle s’enhardit doucement à pousser son majeur un peu plus avant, et quand je lui dis de ne pas avoir peur, elle part à la recherche de ma prostate.
    Délicieuses sensations, surtout qu’en plus elle commence à me caresser et finit par me masturber. Elle fait durer le plus longtemps possible et quand arrive le moment cruciale de l’éjaculation: c’est une véritable explosion de plaisir. Mais, rien à voir avec les sensations vécues durant l’introduction du vibromasseur.

    JE me suis donc décidé à testé l’anéros helix trident tellement vanté ici ainsi que sur bien d’autres sites.
    J’ai profité d’une promo sur Amazon pour avoir une bonne réduction, autant se faire plaisir lors de l’achat également: 34.50€ livraison comprise … c’est cool.
    Arrivée comme prévue deux jours plus tard, j’attends quand même le lendemain d’être seul et à l’aise pour le tester.
    Je pris l’avance et j’ai acheté du lubrifiant à l’eau et au silicone. J’ai fait une légère erreur, j’ai confondu et j’ai pris une grande quantité de lubrifiant au silicone pensant que c’était le mieux pour lubrifier le colon.
    Bon…. rien de grave, c’est quand même celui que j’ai utilisé lors de mes 3 tentatives. Peut-être plus tard pour acheter une quantité plus importante de lubrifiant à l’eau.

    Je me suis donc injecté 3ml de lubrifiant avec une petite seringue, la sensation est déjà bien agréable…. super.
    Je sors l’anéros de sa boite, je le lubrifie, et je l’introduit. Je ressens une douce et agréable sensation, je sens que l’anéros est positionné contre ma prostate, je sens un peu de sperme remonter dans ma verge…. une belle perspective s’annonce. Mais ensuite… plus rien, rien de rien.
    Pourtant, je suis bien « excité », avec une énorme envie d’expérimenter mon joujou, je suis entièrement relaxé, lubrifié, j’ai pris une position « chien de fusil » qui m’avait permis les premières sensations avec le vibromasseur….. et rien.
    J’ai pourtant pris le temps de le laisser se mettre en place, je me suis relaxé, et j’ai commencé les contractions anales, puis j’ai testé les poussées, j’ai ensuite alterné contractions et poussées…. rien de rien, c’est comme si le stimulateur ne touchait rien.
    Au bout de 15,20 ou peut-être 30 minutes de tentatives, je ressens principalement une gène au niveau de l’anus, comme si celui-ci enserrait trop fort l’anéros, c’est une sensation assez désagréable un peu comme si ce n’était pas assez lubrifié, pourtant, je n’ai pas lésiné avec le lubrifiant.
    Pour vérifier, je tente des touchés avec mon majeur et je sens bien ma prostate, au point de sentir et voir des remontés de spermes et je ressens bien un certain plaisir, ou tout au moins des sensations annonciatrices d’un autre plaisir possible. Un peu dégoûté, je remets tout l’attirail en place et je vais me coucher.
    Je me décide à tenter une nouvelle fois l’aventure quelques jours plus tard.
    Je profite une nouvelle fois de mon vendredi à la maison pour mettre toute les conditions favorables de mon coté: je suis seul, personne ne viendra me déranger, j’ai chauffé la chambre et la salle de bain histoire d’avoir le confort maximum, j’ai pris une bonne douche, je me parfume même…. j’adore l’odeur de mon parfum. J’injecte le lubrifiant, je me place en chien de fusil et me dit « ça y est, cool… il n’y a plus qu’à…..
    J’introduit l’anéros, il se place tout seul, je me sens bien, je me relaxe encore un peu et quand je me sens prêt, je commence les contractions: rien de particulier ne se passe. Je commence des poussées: rien. J’alterne poussées et contractions: rien de plus. Je tente le tout pour le tout et je finis par « jouer » avec les tiges pour « forcer » un mouvement et tenter un mouvement plus « intense »: je ne sens rien, si ce n’est l’anéros qui bouge au niveau de l’anus. Cette fois ci également, après un certain temps, je ressens une sensation désagréable au niveau de l’anus, la même que lors de la première tentative.
    Je tente à nouveau l’expérience avec mon majeur et idem cette fois également, la sensation est bien présente.
    Par contre, je remarque que je dois aller assez loin pour ressentir ma prostate avec mon doigt.
    J’ai donc comparé la longueur de mon majeur avec la longueur de l’anéros et je finis par me demander si l’anéros est suffisamment long pour venir toucher ma prostate.

    Voilà, aujourd’hui je suis assez « dégoûté », déçu, j’en ai même perdu l’envie d’aller plus loin.
    J’avais pensé acheter un stimulateur vibrant et je finis par douter de la faire, je pense même que je ne le ferai pas.
    J’avais pourtant bien lu le traité, j’ai pris toutes les précautions préconisées mais je n’ai vraiment rien ressenti.
    je ressens surtout une très très grosse déception, pas que je ne m’attendais à quelque chose de mirobolant lors ses premières expérience avec l’helix mais au moins certaines sensations agréables… tout au moins ressentir que la prostate était stimulée ou toute au moins touchée.

    Voilà mon expérience du sujet.
    Merci de m’avoir lu.

    bzobzo
    Participant

    une bonne heure au lit,
    quelle merveilleuse séance encore,
    une bonne demie heure en aneroless puis avec masseur,
    malgré que je m’étais promis de ne plus mixer
    mais il fallait que je termine avant une heure du matin
    pour tenir ma nouvelle discipline de me coucher avant cette heure

    cependant je ne l’ai pas regretté, séance tellement riche en délices
    et aussi en enseignement, plus particulièrement avec le masseur,
    je reprends goût à des longues périodes à du pure prostatique,
    de temps à autre je serrai les cuisses pour laisser mon bassin être envahi de volupté ,
    de nectar tellement ineffable
    mais ainsi je ne restai que quelques secondes,
    je repartais après les cuisses écartées en ondes prostatiques,
    je sentais qu’ainsi il y avait énormément de potentiel,il m’aurait fallu plus de temps
    pour obtenir des orgasmes prostatiques mâtinées de la volupté générée par mes organes génitaux
    *mais je n’avais plus de temps,
    aussi je serrais les cuisses et ainsi en quelques minutes,
    l’éjaculation a envahi mon bassin,
    je ruais et je cabrais pendant une trentaine de secondes,
    il m’a fallu de longues secondes pour retrouver mon souffle et mes esprits,
    j’étais cloué au lit par un bien-être post-orgasmique
    qui est en soi une délicieuse jouissance, on se sent infiniment léger et bien dans sa peau

    j’utilise mon dernier tube de Swede Aquaconfort, mon lubrifiant d’élection depuis tellement longtemps,
    j’y suis tellement habitué, il me va bien et aussi à mes masseurs en silicone,
    je me suis rué sur internet pour essayer d’en recommander
    tout en sachant qu’il y avait peu de chances d’en trouver car il n’est plus fabriqué,
    cependant sur Amazon.de, un vendeur en a encore et à un prix tout à fait intéressant,
    du coup j’ai voulu acheter tout son stock mais c’est 5 maximum par client,
    enfin c’est déjà cela

    #36450
    aneveilaneveil
    Participant

    Je déterre ce fil pour témoigner de mon évolution en matière de lubrifiants,
    car je crois avoir trouvé quelque chose de vraiment satisfaisant.

    Début décembre 2019 j’ai découvert que j’avais dans ma cuisine de l’huile de coco bio conseillé par « ann et rosse »
    (on devrait plutôt dire du beurre de coco car c’est figé comme du beurre de Karité)
    Je m’étais donc empressé de l’essayer pour constater toutes les qualité du beurre de coco,
    odeur vraiment très plaisante, aussi bonne lub que le Karité, lubrification longue.
    Mais… les taches dans les draps très difficiles à retirer m’avaient fait abandonner ce lubrifiant naturel…

    Il y a trois semaines environ, je me suis offert un Aneros Vice 2 qui me tentait depuis un bon moment déjà…
    Une fois reçu et a cause de sa texture silicone, j’ai constaté que le lub que j’utilisais n’était
    pas idéal avec le Vice du coup pas assez mobile…
    Au bout d’un moment j’ai eu l’idée de remplir une petite seringue de 2ml à laquelle j’ai coupé le bec
    et agrandi le trou de sortie. (Je remplis donc la seringue par l’arrière en retirant le piston)

    Donc avec la petite seringue, le beurre de coco est introduit assez loin dans mon rectum et je continue d’enduire mon masseur Vice 2 ou autre de gel « Intimy Classic ».
    Résultat même après des cessions très longues, l’huile de coco reste sagement dans mon rectum, lubrifie très bien là ou ça avait tendance à sécher et je n’en ai pas dans les draps, juste parfois un peu de gel en surplus mais comme il ne tache pas cela n’a aucunes importances.

    Cerise sur le gâteau, le beurre de coco semble éviter au Vice 2 (qui pénètre vraiment plus loin que les autres masseurs) de s’imprégner de mauvaises odeurs (comme tous les jouets en silicone), le gras du beurre de coco semble en effet isoler ou combler les aspérités du silicone des odeurs désagréables et c’est très important pour moi.

    J’ai donc toujours à présent, une petite seringue chargée de beurre de coco dans mon coffre à jouets…

    #36424

    En réponse à: Heureux mais inquiet

    CaktilCaktil
    Participant

    Bonjour,
    Je voulais vous faire part de mes progrès sur la voie du plaisir prostatique. Tout d’abord, je n’ai plus eu le souci d’avoir du sang dans mon sperme, je suis donc rassuré sur ce point.
    J’ai fait douze sessions depuis ma 50e séance du 19 décembre décrite ci-dessus au cours de laquelle j’étais arrivé à un nouveau palier. Et ce qui est bien, c’est que je suis resté à ce nouveau niveau de plaisir, il n’y a pas eu de régression.

    La 52e session a été l’occasion de vérifier si je restais à ce nouveau palier avec un autre stimulateur que celui utilisé pendant la fameuse 50e (Helix Trident). J’ai donc testé avec l’Eupho Trident et ai pu vérifier que la qualité du plaisir ne dépendait pas du modèle de masseur, j’étais rassuré sur ce point.

    J’ai été ensuite obligé de faire une pause durant deux semaines pour cause de toux. Je ne sais pas si vous avez déjà expérimenté ce phénomène, mais la toux et les masseurs prostatiques ne font pas bon ménage… 

    La 54e séance a amené deux petits « plus ». Premièrement j’ai l’impression de pouvoir agrandir la zone où le plaisir est ressenti, c’est-à-dire maintenant toute la zone du bassin avec un plaisir plus intense et très bref dans la zone de la prostate, comme des piqures de plaisir…
    Et deuxièmement c’est la première fois que je sens le masseur, le MGX Trident cette fois-ci, faire des va-et-vient dans mon rectum, le mouvement est plus ample que d’habitude et j’ai cette impression qu’il me fait l’amour, comme j’ai pu le lire ici ou là dans des forums. C’est très agréable.

    La 56e session a été très agréable avec quelques sensations nouvelles comme des frissons dans la région du périnée et de l’anus ainsi que de la chaleur dans cette même région. A un moment, il m’a semblé bien sentir ma prostate vibrer et quelques brefs pics de plaisir un peu plus forts se sont produits. Je me fais la réflexion que même si je n’ai pas d’autres progrès dans le futur, je suis vraiment content du niveau de plaisir déjà atteint.

    Je fais aussi quelques progrès dans les séances sans stimulateur qui semblent être également se situer à un nouveau palier. Mais je pratique rarement et, surtout, de façon très brève, environ pendant 5 minutes.

    Depuis trois ou quatre séances, quand j’ai une érection, je n’hésite plus à me caresser aussi le pénis, ce qui déclenche de très agréables contractions orgasmiques dans la région prostatique juste après l’arrêt des stimulations sur mon sexe. A plusieurs moments au cours des dernières séances, j’ai ressenti de brefs pics de plaisir encore plus intense. Je sens que je me rapproche d’un autre palier. Certains des orgasmes dernièrement ont duré assez longtemps, je n’ai pas mesuré mais j’estime cette durée à 12 à 20 secondes.

    La 60e session a été plus ou moins improvisée, l’idée m’en étant venue au réveil dimanche matin. Et comme cette séance était spontanée, j’ai eu l’envie d’utiliser un stimulateur que je n’utilise pas souvent l’Ultra P-Spot Massager de chez Malesation. Ce qui est nouveau dans cette séance, c’est l’intensité du plaisir qui est un peu plus élevée que d’habitude. Je ressens ce plaisir dans une zone plus étendue aussi. Il n’est plus seulement localisé à ma prostate mais je le sens maintenant dans tous le bassin et aussi au niveau du pénis. J’ai également eu des moments avec des contractions involontaires et des frémissements au niveau des cuisses. J’ai aussi ressenti de la chaleur au niveau de l’anus et des testicules, c’est très agréable… J’ai aussi ondulé en étant couché sur le côté, cela provoque des variations dans le plaisir ressenti qui sont très agréables. A nouveau, entre chaque vague d’orgasmes prostatiques, le fait de remplir au maximum ou de vider au maximum mes poumons provoque un « presque orgasme » super jouissif…
    Ce dimanche matin, j’ai eu l’impression d’être un virtuose de la vibration sur ma prostate, j’arrive à trouver la bonne force de contraction pour ressentir un plaisir intense qui se termine par de fortes contractions très jouissives ! Une des clés du succès est peut-être que je n’attendais rien d’extraordinaire de cette session…

    62e session, dernière séance en date (jeudi 13 février 2020), Waouh ! Quelle séance !!

    Il y a un changement majeur dans mon protocole de lubrification. Jusqu’à cette date, j’avais toujours utilisé un lubrifiant à base de silicone (ou d’eau pour l’Ultra P-Spot Massager qui est recouvert de silicone). Pour cette 62e session, j’ai utilisé du beurre de karité. Il y avait déjà un moment que j’étais curieux à propos de ce lubrifiant naturel. Et après avoir lu un énième témoignage positif sur le beurre de karité sur le forum (spécifiquement la 9e séance de verslesetoiles). J’ai donc commandé un moule pour 6 suppositoires de 3 g et 40 g de beurre de karité. Donc je me suis enfilé un suppo de 3 g puis j’ai enduit l’Helix Trident de beurre de karité pour l’insérer quelques minutes après le suppo.
    Au bout d’une vingtaine de minutes, les orgasmes prostatiques se sont enchainés les uns après les autres, chaque fois un peu meilleurs, c’était incroyable ! En ajoutant les caresses sur le corps, les seins et les tétons et en visualisant des scènes érotiques dans ma tête, le plaisir est grandement augmenté. Certaines contractions orgasmiques durent très longtemps, dans les quinze à vingt secondes ! C’est vraiment le MEILLEUR plaisir sexuel que j’ai jamais ressenti !! Durant mes orgasmes je gémis, remercie à nouveaux la sainte trinité ! (Ma prostate, Dieu et L’Helix ).
    Les contractions involontaires se transforment en contractions rythmiques typiques des orgasmes, avec le plaisir intense qui va avec. Je sens à quelques reprises l’Helix bouger pas mal d’avant à arrière. Au bout d’un moment, quand je sens l’orgasme arriver, je caresse mon pénis en érection et « edge » un petit peu. Le plaisir prostatique qui suit ces caresses est divin. Les vagues d’orgasmes se suivent environ toutes les dix minutes, et bien sûr le plaisir est chaque fois un peu meilleur.
    C’était de loin ma meilleure séance jusqu’à présent ! Je vais garder cette méthode de lubrification qui a sans doute beaucoup contribué au succès de la session. Vive la lubrification K !

    #35979
    AvatarArousal
    Participant

    Rappel, il y a beaucoup plus simple pour le beurre de karité, à condition de disposer d’un congélateur (j’imagine qu’un freezer doit pouvoir suffire). On peut en malaxer une petite quantité pour lui donner une forme de suppositoire. A température ambiante il est trop friable pour pouvoir être utilisé, mais après 20-30 minutes au congélateur, dur comme du bois, plus aucun problème.
    Non, ce n’est pas trop froid, ça conduit très mal la chaleur (donc le froid), aucun souci à l’insérer tel quel, je le faisais régulièrement par le passé.
    Maintenant je préfère la lubrification interne par seringue de lubrifiant à base d’eau + masseur tartiné de beurre de karité.

    Etant « à l’intérieur » le lubrifiant à base d’eau ne sèche pas.
    J’avais testé aussi le lubrifiant siliconé : j’avais rencontré aussi des problèmes de brûlure.

20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 140)