20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 33)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • bzobzo
    Participant

    en même temps à chaque instant, le plaisir de pénétrer et le plaisir d’être pénétré,
    le plaisir de se sentir fendu et humide par en-dessous
    et en même temps aussi, pointu, dressé, turgescent, quelque part,
    le plaisir de se sentir un bassin large, élastique et dansant lascivement,
    le plaisir de se sentir en même temps porteur de la toute puissance du coup de rein mâle,
    c’est le plaisir androgyne, un plaisir rare en solo

    me suis totalement affranchi des limites de mon identité sexuelle,
    le désir en moi est libre d’évoluer, dans toutes les directions,
    cela se traduit par une sorte de spontanéité, sans tabous et sans limites,
    du geste, du mouvement, des postures, des élans, du spectre du ressenti,
    me faisant vivre instant après instant, s’emmêlant,
    les sensations fluctuant entre mon pôle mâle et mon pôle femelle

    c’est possible car chaque sensation est comme un iceberg en nous,
    je veux dire par là qu’elle a en quelque sorte, une partie émergée et une partie immergée
    un segment masculin, accessible par défaut et un segment féminin plus vaste, dans les profondeurs,
    j’essaye de vivre en même temps l’ensemble du spectre,
    j’essaie de tendre vers cette possibilité d’incandescence totale en nous

    ainsi, on se perçoit deux unis, tout seul,
    ainsi, la communion charnelle est dans une seule chair,
    toujours plus parfaite et cependant toujours plus imparfaite aussi,
    ainsi on se bâtit un palais en soi, en l’absence de l’autre, en l’honneur de l’autre,
    ainsi on découvre en soi et on apprend à exploiter, le trésor commun enfoui dans les profondeurs,
    ainsi, on tend vers une forme de plénitude, d’accomplissement et d’épanouissement,
    uniques, dans l’instant, de la chair

    bzobzo
    Participant

    ce que je décris juste au-dessus,
    n’était qu’une étape intermédiaire dans ma petite « révolution de palais »,
    j’ai pu la mener à terme ce matin dans une séance épique,
    quand votre technique fait un bond comme cela, pas juste un petit détail par-ici, par-là
    mais vraiment quelque chose d’important dans les rouages de la mécanique qui change,
    c’est très excitant, très très exaltant à vivre

    que c’est-il passé?
    dans cette longue séance de ce matin, mi-entraînement, pour reprendre un terme de notre cher @andraneros,
    mi-emportement plus ou moins tumultueux en mode pilotage automatique,
    des changements significatifs ont été finalisés, ont été mis en place

    le changement majeur est que désormais,
    tous les acteurs de mon plaisir travaillent ensemble, totalement unis,
    comme je l’écrit au-dessus déjà,
    j’ai pris conscience d’une façon tellement aiguë de mon être en tant qu’ensemble,
    je veux dire, vraiment le sentir, vraiment le sentir de l’intérieur,
    vraiment se sentir en tant qu’entité, à l’intérieur de partout,
    aux limites floues, incertaines, certes,
    le résultat de cela, c’est que tout semble travailler désormais en parfaite coordination,
    comme fusionné, tendu vers le même but,
    toutes les différentes parties de mon corps, bras, mains, y compris
    mais tout le reste aussi dans l’invisible,
    tout mon être en fait, dans un seul élan, en bloc mouvant dans la même direction

    ce qui en résulte
    et c’est tellement bouleversant à percevoir,
    c’est la sensation que toute mon être est devenu comme un réseau,
    que tout est relié par d’infinies connexions,
    sillonné par des flux de vibrations dans tous les sens,
    ma chair est magique, comme je l’aime, comme elle semble rayonner en moi

    je reprends ici cette phrase de mon précédent texte, car elle est importante:

    après un certain temps, les bras se déplacent, posent les mains ailleurs
    tout en effectuant éventuellement au passage quelques caresses tendres et ardentes,

    tout le corps, tout mon être donc, travaillent ensemble, uni, de concert,
    ce qui est nouveau,
    c’est que c’est ponctué par des petits moments de transition, plus ou moins longs donc,
    cela peut varier d’une fraction de seconde,
    juste les doigts qui se déplacent un peu, pour empoigner un sein autrement par exemple,
    à plusieurs secondes où les bras se déplacent avec plus d’amplitude,
    le corps peut changer plus radicalement de position aussi
    et même, ces moments de transition peuvent aussi inclure,
    les yeux qui s’ouvrent ou se referment pour changer le type de plaisir qu’on éprouvent,
    moments plus intériorisés ou moments plus extériorisés,
    les doigts peuvent aller aussi jusqu’en bas derrière, dans la petite fente,
    rester à l’entrée ou s’enfoncer,
    se mettre en mode farfouilleur dans les plis et les replis

    voilà donc tous les types d’actions qui peuvent être incluses dans ces moments de transitions,
    des moments où je semble refaire surface un instant avant de replonger,
    ils peuvent durer donc d’une fraction de seconde à plusieurs secondes,
    comportent du plaisir spécifique en soi quand les doigts caressent la peau, l’enflammant soudainement
    ou farfouillent derrière dans le petit orifice,
    cela se ressent avec une acuité très forte,
    du fait que les mains sont rester immobilisées parfois pendant de longues minutes
    et soudain se remettent à bouger,
    brusquement le bassin et le réseau d’ondes qu’il génère dans tout le corps,
    laisse le focus pour quelques instants
    à une ou aux deux mains qui vont faire leur petit solo,
    parfois juste un petit déplacement de quelques centimètres donc
    mais cela va déjà être ressenti avec beaucoup d’acuité,
    mis fortement en évidence du fait de la plus grande rareté des mouvements des mains

    même pas obligés en fait de tout à fait s’arrêter,
    juste laisser le focus quelques instants aux mains, aux bras,
    enfin à ce qui se passe dans ce moment de transition,
    en arrière plan le bassin et le reste du corps peuvent continuer leur manège

    mais donc ces moments, essentiellement, fondamentalement,
    permettent de changer l’architecture générale du réseau d’ondes que forme tout notre être
    car une fois que les bras se sont immobilisés en une autre position,
    que les paupières se sont rouvertes ou refermées,
    on laisse l’ensemble se reformer,
    l’entité de notre être comme une surface d’eau un instant dérangée
    dont le miroir se reforme en quelques instants,
    tout est uni à nouveau, travaillant dans la même direction, à refléter le ciel, le soleil, les nuages

    cela part du bassin toujours où l’on a le double moteur qui se remet en route à pleine puissance,
    les cuisses avec les couilles et le sexe, pour les ondes génitales, je le rappelle
    et puis les contractions avec les ondes prostatiques
    et puis éventuellement si les doigts sont descendus derrière,
    des ondes anales aussi momentanément de la partie

    cela part du bassin donc,
    le mode liane lascive est là aussi qui peut faire onduler tout le corps ou en partie,
    les bras et les mains sont désormais immobiles dans une position,
    semblant vouloir se fondre au corps, être absorbés par celui-ci,
    les doigts aussi, même s’ils sont enfoncés derrière, ne bougent plus,
    ce sont les contractions et les mouvements divers du bassin et des cuisses,
    qui vont les mouvoir dans la petite caverne soyeuse, sombre

    tout bouge ensemble donc,
    bientôt tout l’être ne semble plus qu’un tangage lascif dans le même rythme, dans le même élan,
    avec de tous les côtés des vibrations comme des étoiles filantes voyageant en bande,
    tantôt à vive allure, tantôt délicieusement au ralenti

    l’envie de bouger les mains, les bras, de position, vient tout seul,
    l’envie d’ouvrir ou de fermer les paupières, aussi
    ou encore de descendre avec les doigts jusqu’à dans la petite fente pour avoir un peu d’ondes anales aussi,
    tout cela peut venir, est le bienvenu,
    peut-être même y a-t-il l’intervention du moi pensant mais durant ces moments de transition, pas grave,
    le bassin et tout ce qui s’y passe, un instant s’effacent, tournent comme en sourdine ou au ralenti
    après, l’ensemble est immédiatement relancé, l’être dans sa totalité revibre de concert, à pleine puissance,
    redevient un réseau global d’ondes en mouvement lascivement

    j’ai connu ainsi ce matin mon premier orgasme XXL qui a duré plus d’une minute, bien plus
    et il n’a même pas été initié par une éjaculation pour la première fois,
    j’ai cru qu’elle allait se déclencher, tous les signaux étaient là,
    la cavalerie lourde qui montait interminablement dans mon bassin,
    des milliers de clignotants de tous les côtés en moi, qui s’affolaient,
    mon corps s’est mis à convulser comme au rythme des vagues géantes
    qui semblaient passer les unes après les autre en balayant tout sur leur passage,
    me projetant comme un pantin désarticulé dans tous les sens
    mais pas eu d’éjaculation, non

    #37207
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Bonjour @Buzzi.

    Du plaisir, des séances en dents de scie mais je garde toujours la motivation.

    Je vois dans ces mots le témoignage d’un cheminement qui se déroule normalement même si tes progrès sont lents. Ton impatience se nourrit de tes progrès. De ton point de vue c’est frustrant, du mien c’est bon signe…

    je me suis focalisé sur le fait de ne pas contracter et de ressentir, juste ressentir sans rien attendre. Ce travail sur moi même a porté ses fruits

    Je suis heureux de le lire. C’est une avancée importante qui illustre ce que peut apporter une attitude « d’écoute de ton corps »

    Le rythme cardiaque qui augmente jusqu’à un pic de plaisir et ça redescend… C’est là un point de blocage pour moi 

    C’est un signe d’impatience. Les petits progrès dont tu prends conscience te donnent envie d’aller plus loin tout de suite. Il ne faut rien attendre et accepter ce que tu reçois. Le reste viendra quand tu seras prêt à le recevoir.

    Je n’arrive pas non plus à garder cette intensité de plaisir et à le faire grandir encore plus.

    C’est normal. Ça viendra.

    j’ai souvent un réflexe de déglutition quand le plaisir commence à s’intensifier et cela à un effet plutôt négatif car ce plaisir chute un peu.

    Ta remarque est intéressante. As-tu pris le temps de lire les messages du forum qui mentionnent la technique appélée en anglais « soft palate nursing » ? Ou comme nous l’avons traduite sur le forum la technique du palais mou.
    https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/search/soft+palate
    https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/search/palais+mou

    J’ai donc essayé de me contrôler pour éviter l’orgasme éjaculatoire, chose que j’ai réussie mais au prix d’une diminution des sensations de plaisirs.

    C’est tout à fait normal. Quand tu te concentres pour approfondir momentanément ta relaxation et écarter les réactions indésirables, ce que tu as parfaitement réussi, il est normal que tes sensations de plaisirs se réduisent. Peu à peu si tu parviens à maintenir ou à recréer les conditions qui les ont fait apparaître elles reviendront de plus en plus facilement et de plus plus en plus intenses sans les réactions indésirables.

    Bref, une séance plaisante mais sans plus.

    Je ne suis pas d’accord avec toi. Tu as fait une session riche en progrès, mini progrès peut-être mais progrès !

    Un mot d’ordre encore, ressentir. Cette session fut très plaisante une nouvelle fois avec un pic de plaisir atteint, très plaisant mais qui n’est pas resté et sans forcément avoir d’érection.

    De mon point de vue c’est encore une belle session à ce stade de ton cheminement. Elle doit t’encourager à continuer.

    Encore une fois, je pense être bloqué et je ne sais pas quoi faire pour me débloquer.

    Réponse, application, patience et confiance…

    cette dernière séance m’a permis d’avancer car j’ai réussit à bien sentir l’aneros frotter contre ma prostate.

    On y arrive.

    ces frottements ne sont pas toujours synonymes de plaisirs. C’est très étrange car à certains moments je vais sentir le plaisir monter jusqu’à un certain pic très plaisant et à d’autres moments sentir ce frottement sans grande sensations…

    Ce qui est un grand signe de progrès c’est que ta sensibilité tactile autour de ta prostate se développe ; c’est la base du travail de massage dont tu deviens maintenant tout à fait conscient. Tu découvres des sensations nouvelles et il est normal que dans un premier temps elles ne soient pas associées par ton cerveau à ta nouvelle voie orgasmique. En ce moment tu ressens du plaisir dans des conditions totalement inhabituelles pour ton cerveau qui ne le « localise » pas d’un côté et de l’autre tu viens de découvrir l’action de massage de ton masseur sur ta prostate. Peu à peu les deux vont se réunifier.

    En conclusion je suis très heureux de lire ce message car il montre que ton application commence à payer. Bon cheminement @Buzzi.

    bzobzo
    Participant

    quelle divine façon de commencer ma journée

    rien ne pressait, les bouquinistes sont fermés,
    il y a des files devant les supermarchés,
    votre serviteur a son frigidaire encore assez bien rempli,
    je me suis dit, « restons dans ce nid chaud, surchauffons-le, faisons monter la température,
    imbibons-nous d’ineffable, qu’un océan de soie se lève partout dans ma chair »

    gargouillements, ahanements, cris suraigus,
    gémissements extrêmement colorés sexuellement, gras, délicieusement indécents
    toute une gamme sonore, logorrhée de mes entrailles en délire, éjectée vers le haut,
    semblant déterminer comme l’emplacement, l’ouverture, de la bouche d’un volcan
    vers où se rue dans tout mon être,
    comme un continent en mouvement de lave chaude, soyeuse, frémissante,
    tantôt dans un désordre extrême, parcourue de turbulences innombrables,
    tantôt dans un ordre majestueux, un cours ordonné, puissant,
    comme si le Gange plus le Nil plus le Danube, avaient fusionné leurs débits en moi
    et tranquillement éjectaient par une cheminée
    des milliards et de milliards de particules de plaisir

    au milieu de tout cela, perdu au milieu de ce cataclysme joyeux, magique,
    il y avait moi qui dansait du bassin,
    pressait, compressait, frottait, sans cesse, avec les cuisses,
    mes mains semblaient voler comme des danseurs étoiles sur la piste,
    tout mon corps n’était plus qu’une masse en fusion, un magma soyeux,
    j’ai mis au point une contraction diabolique, cuisses serrées, qui fait des merveilles,
    des ondes prostatiques comme un tsunami, ainsi

    de temps à autre, j’enfonçais, deux trois doigts derrière,
    cela me faisait comme un couteau délicieux qui remontait en moi,
    qui me pénétrait au plus intime de mon être,
    j’essayais de m’empaler encore plus dessus, que mes doigts viennent dessiner dans mon cerveau,
    la coordination dans le délire,
    dans l’anarchie la plus complète, il y a une harmonie sublime qui se dessine,
    le plaisir est comme un palais volant qui prend son envol peu à peu

    amour, tu es déchaîné, fleur géante qui s’ouvre, baiser vers le ciel

    #36488
    verlesetoilesverlesetoiles
    Participant

    20/02/2020
    19ème séance
    Temps de séance disponible / effectif : non défini
    Masseur : Eupho
    Duo

    Voilà une séance qui mérite d’être relatée pour plusieurs raisons. La première est que l’Eupho est arrivé dans la famille des jouets disponibles et que son entrée a été fracassante. La deuxième est que cette séance s’est faite en couple. Nous avons chacun eu des orgasmes et pour la première fois, il n’y a pas eu pénétration durant ce rapport. La danse de couple a donc repris sa place de plus belle. Après une belle soirée nous nous sommes dirigés sous la couette. Moi en mode découverte avec l’Eupho pour la nuit et ma compagne avec ses boules de Geisha pour travailler ses muscles pelviens.

    Le premier contact avec l’Eupho est intéressant. Habitué maintenant à avoir un masseur un peu plus gros, celui-ci se loge dans ma chair sans aucun problème. Une fois en place il se fait plutôt discret au point que je l’oublie assez vite. J’en suis presque à me dire que je ne sens rien, à ce stade. Après une petite phase de relaxation je viens au contact de ma compagne en mode petit câlin tout doux. C’est alors qu’une petite brise de plaisir vient irradier mon bassin et que les premières sensations avec l’Eupho se font jour en moi. Il est discret ce masseur mais quand on sait écouter son chant intime il est diablement efficace. Les vagues montent rapidement en moi et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire un premier mini-O vient me surprendre sans rien faire de particulier.
    Je me lance alors à l’assaut du plaisir chez ma compagne pour l’emporter avec moi dans la danse. C’est incroyable comme la découverte des orgasmes prostatique a ouvert en moi les portes de la sensualité en grand. Je pars donc en exploration des vallées follement attirantes de ma compagne jusqu’à la porte de l’orgasme qui ne se fait pas prier. S’ensuit un retournement de situation qui me laisse spectateur émerveillé des jeux de ma compagne sur mon propre corps. Pour la première fois depuis que nous avons commencé la danse de couple j’arrive à me laisser aller au plaisir qui monte de ma prostate et qui est attisé par les caresses subtiles de ma compagne. Pour être plus précis, j’arrivais déjà totalement à me laisser aller entre ses mains, mais sans réussir à faire vibrer ma prostate au-delà des premières vagues. A force de jouer avec mes tétons, elle m’accompagne en douceur vers un bel orgasme prostatique, digne de mes nouveaux sommets qui s’enchaine sans tarder avec un 2ème, tapis dans les recoins de mon corps et qui attendait son tour. J’ai retrouvé avec délectation ces sensations millimétriques du masseur qui bouge délicatement et qui sont amplifiée par la finesse de celui-ci et ses mouvements très fluides, très subtils. Ces instants sont divins, suspendu dans les airs, enrobé d’une écume de plaisirs intenses.
    Nous nous sommes ensuite laissé cueillir par le sommeil, comme un couple heureux, ayant vécu un rapport sexuel magnifique. Il n’y a pas eu d’autres décollages au plafond durant cette nuit avec l’Eupho et le réveil actif aux aurores ne m’a pas laissé le temps d’explorer les possibilités du matin. Mais qu’importe, ce premier contact est une réussite et je me réjouis de continuer ce chemin.

    Cette danse de couple respire toujours avec plus d’amplitude et ce moment que nous avons vécu hier soir fut vraiment très beau. Ces trois cheminements, celui de ma compagne, celui du couple et le mien avancent chacun à leur rythme et parfois se rencontrent pour un point d’étape, un moment particulier, comme celui que nous avons vécu durant cet échange.

    J’essaie aussi d’avancer en aneroless. J’avais de la peine à visualiser le déroulement concret de ce type de séance. J’ai parcouru hier le wiki d’Aneros et y ai trouvé un peu plus d’informations pratiques. Je vais m’appuyer dessus pour continuer mes explorations dans ce domaine, histoire de quitter la zone balbutiement pour décoller vers d’autres cieux.
    J’ai aussi découvert, sur ce wiki, qu’il existe l’Aneros Evi, destiné aux femmes, sorte d’équivalent aux masseurs qu’on utilise mais pour le vagin. Cela me semble un excellent complément à notre collection de jouets pour continuer nos explorations communes.

    J’aime bien ton image du palais @Andraneros, même si je n’ai pas particulièrement des rêves de grandeur démesuré dans ce domaine. Je dirais surtout que les murs du moi intérieur devenaient trop étriqué et que j’ai sentis le besoin d’élargir un peu l’espace à disposition. Je vais continuer tranquillement mes lectures et mes exercices. Il faut dire aussi que je ne suis pas un sceptique en ce qui concerne les énergies, plutôt tout le contraire avec mes expériences de vie. Ça ne m’étonne donc pas d’être attiré par cet aspect, de le ressentir, même de manière fractionnée, fugace.

    Beaucoup de chantiers en cours donc, mais tous plus passionnants les uns que les autres.

    #36463
    aneveilaneveil
    Participant

    Bonjour, je ré-ouvre ce fil au sujet de la cambrure comme interrupteur ou plutôt commutateur…


    @Andraneros

    En faisant ce mouvement de « cambrure – pompage » au niveau du bassin j’ai pu sentir la tension présente dans la région génitale se réduire en même temps qu’elle devenait bien plus forte au niveau de la gorge. En faisant le même exercice avec le cou et en gardant la langue en appui sur le palais j’ai senti cette « pression – tension » se réduire au niveau de la gorge aussi.

    En effet j’aurai du préciser que la cambrure telle que je la pratique est toujours en mouvement, a ceci j’associe souvent la respiration qui m’aide effectivement « à pomper » l’énergie sexuelle et la faire circuler a travers le corps.
    Le sourire intérieur tel que l’explique très bien Mantak Chia avec une diffusion par les yeux vers les organes ou parties du corps est pour l’instant la chose la plus importante qu’il m’ait appris, le sourire intérieur agit en effet pour moi comme un fluide merveilleux dans lequel les énergies sexuelles peuvent se mouvoir et s’épanouir avec beaucoup plus d’aisance et de rapidité.

    Je pense depuis longtemps que la sexualité n’est qu’une et qu’il y a une continuité entre notre plaisir Yang du pénis et notre plaisir Yin situé dans nos entrailles souterraines. Pourtant dans les faits ce n’est pas toujours simple : trop de yang peut m’empêcher d’accéder au plaisir prostatique et trop de yin peut me faire perdre une érection, mais il n’y a pas d’incompatibilité définitive et j’aime par dessus tout quand ces deux polarités cohabitent, s’additionnent, voir se multiplient même si l’alchimie reste complexe et délicate à doser…

    Cet après midi une énergie sexuelle assez pressante m’a poussé à me mettre nu pour me masturber, j’avais très envie d’enfiler
    mon Satisfyer Partner multifun comme un cockring (il diffuse ses délicieuse vibrations dans mes testicules et mon périnée), j’ai utilisé aussi un Wand vibrant très puissant (mode 1) sur mon gland.
    Je sais que cette combinaison est assez magique et que le Wand vibrant éveille très rapidement ma zone prostatique.
    Assis très cambré sur le bord du lit mes jambes écartées et en appui sur le bout de mes pieds comme si j’avais des chaussures à talons, ma zone anale très ouverte profitait alors pleinement de cette stimulation et je sentais ma prostate pulser de délices (aidé par des fantasmes de sodomie qui me venaient à l’esprit).
    En surfant entre l’éjaculation que j’évitais par la cambrure et le plaisir prostatique qui me faisait gémir et même hurler,
    J’ai ensuite utilisé mon masturbateur le plus soft, le plaisir conjugué de mon sexe et de mes profondeurs était délicieux
    et je n’avais vraiment pas envie d’éjaculer même si je me situais tout près de la crête de non-retour.
    N’y tenant plus j’ai alors introduit mon Progasm qui m’a très rapidement fait oublier mon pénis, j’étais donc allongé et quelques orgasmes et hurlements plus tard, j’ôtais le Progasm pour enfiler la grosse boule du Pure-Wand Chinois qui allait me faire prendre encore de l’attitude, mon dieu que c’était divin… Le téléphone a sonné ce qui m’a un peu déconcentré même si je n’ai pas répondu, j’ai tout de même continué à savourer quelques instants les délices de cette grosse boule magique.

    Il s’agissait d’une séance totalement impromptue ou j’ai pu faire cohabiter les deux formes de plaisirs sans qu’il y ait d’antagonismes (certes avec une débauche de jouets 😉 ..). La tension sexuelle que j’avais en commençant est retombée après la séance, j’étais rassasié et détendu sans avoir éjaculé.
    La recherche du plaisir Yin lors de la masturbation m’a donc beaucoup aidé à ne pas basculer vers l’éjaculation et loin de m’éloigner du plaisir prostatique, cela m’en a au contraire énormément rapproché pour y plonger totalement.

    #36011
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Bonsoir @aneveil.
    Je réponds à ces passages de ton message d’ouverture :

    Chez moi la cambrure accélère et réveille clairement les sensations prostatiques : (… ) sur l’avant du corps le ventre aussi devient sensible et s’associe à la diffusion du plaisir prostatique.
    A l’arrière du corps, l’énergie prostatique se diffuse vers le coccyx (… ) et cela remonte
    vers d’autres zones érogènes ou énergétiques comme les épaules ou encore le fond de la bouche.
    Bref la cambrure accélère les correspondances entre la zone périnée-prostate-bassin vers d’autres zones
    du corps et ces échanges d’énergie provoquent très rapidement contractions involontaires puis orgasmes.
    (… )
    En A-less je retrouve la même chose (… )
    Cela me permets aussi de ressentir cette énergie monter et se diffuser vers toutes les zones érogènes
    décrites plus haut et d’atteindre parfois de petits orgasmes prostatiques tout en me masturbant.

    Depuis le début de mon cheminement (voir mes premiers messages sur le forum) j’ai pris conscience qu’il se passait « quelque chose » le long de ma colonne vertébrale. J’ai commencé par sentir une forme de contraction dorsale qui a évolué vers une sensation de plaisir de mieux en mieux reconnue. Au fil de mes expériences et de mes lectures, forums spécialisés et livres, j’ai compris que je devais ressentir la circulation de cette fameuse énergie, sexuelle ou vitale.

    Le lien que je fais avec les extraits de ton message que je cite et qui concernent cette notion de cambrure vient d’une information que je n’ai prise en compte sérieusement que très récemment. J’avais lu précédemment que cette énergie circulait entre les « chakras » sans que je puisse exploiter sérieusement cette notion, mon esprit analytique ne faisant aucune connexion entre cette information et mon expérience. Il y a peu de temps j’ai lu que notre organisme avait des « pompes » pour faciliter la circulation de cette énergie. L’une d’entre elles est au niveau du coccyx et l’autre au niveau du cou. J’ai lu qu’on activait ces pompes par un mouvement de cambrure du bas du dos pour celle du coccyx et par un mouvement de cambrure du cou pour la seconde. (C’est ici que je rejoins le contenu cité de ton message.)

    Euréka ! Mon esprit analytique a enfin trouvé le lien entre tous ces éléments jusqu’à maintenant disparates. J’ai enfin pu assembler
    • ces crampes initiales, devenues vagues de plaisir,
    • un réflexe de cambrure sous l’effet de mes sensations les plus intenses,
    • le même réflexe de cambrure chez ma femme quand elle vit ses orgasmes,
    • l’accumulation d’énergie orgasmique au niveau de la gorge que j’avais connue,
    • …
    en un tout suffisamment cohérent et conforme à mon expérience pour me l’approprier.

    J’ai donc testé ce mouvement pendant des sessions de « massage pénien » (pour reprendre l’expression apportée sur notre forum par @epicture). Après des premiers essais un peu chaotiques (bouger mon corps naturellement n’est jamais naturel chez moi… ) j’ai constaté que cette action contribuait à réduire significativement la tension générée par les pics d’intensité de mon plaisir. En faisant ce mouvement de « cambrure – pompage » au niveau du bassin j’ai pu sentir la tension présente dans la région génitale se réduire en même temps qu’elle devenait bien plus forte au niveau de la gorge. En faisant le même exercice avec le cou et en gardant la langue en appui sur le palais j’ai senti cette « pression – tension » se réduire au niveau de la gorge aussi.

    J’ai poussé l’expérimentation un peu plus loin. Ayant lu à la même source qu’après être montée au cerveau l’énergie devait redescendre par le devant du corps vers le ventre où elle pouvait être stockée dans les meilleures conditions, j’ai commencé à masser mon abdomen en douceur (moyen tactile de diriger mon attention). J’ai commencé à sentir un apaisement qui apportait une grande nouveauté dans ma pratique dans la mesure où un tel apaisement ne nécessitait pas du tout de réduire l’intensité de la stimulation, physique ou mentale, et permettait donc de maintenir l’intensité du plaisir à son pic. Ce phénomène est nouveau et loin d’être maîtrisé mais il est récurrent désormais. Dans ma classification personnelle il est devenu un acquis à développer.

    Mon message se limite à la notion de cambrure, certainement plus à la cambrure en tant que mouvement qu’en tant que posture, et à la notion de circulation de l’énergie sexuelle. La notion de féminité est bien présente dans ma perception de ma pratique mais seulement en complétant ma nature masculine, en aucun cas pour le moment en la modifiant dans son essence.

    Merci d’avoir ouvert ce sujet qui confirme ce que je commence à vivre. Bon cheminement @aneveil

    bzobzo
    Participant

    le plaisir m’entraîne de plus en plus comme sur un toboggan,
    je n’ai qu’à me laisser entraîner,
    cela prend de la vitesse tout seul,
    la tension sexuelle monte, monte, monte, irrésistiblement
    et moi je gémis, je râle, je ahane, je crie, je n’en peux plus,
    inarrêtable, irrefrenable

    c’est comme si j’avais une fuite quelque part au fond de moi, qui s’agrandit de plus en plus,
    je sens le jet d’énergie monter de plus en plus fort, éclabousser de plus en plus tout mon intérieur,
    je le disperse avec mes caresses, mes mouvements, cela inonde partout, cela dégouline de partout,
    des petites vibrations de tous les côtés qui se font leur nid un instant,
    des petits tourbillons de nectar chaud, soyeux, innombrables,
    tournoyant partout dans ma chair

    soyeux moments,
    la volupté comme un palais dans toute sa splendeur dans ma chair

    #35472
    bzobzo
    Participant

    le chemin du plaisir
    est un chemin de révélation,
    de révélation à soi-même

    on se découvre,
    on se découvre inconnu à soi-même,
    plus riche, plus mystérieux,
    capable d’incandescence,
    capable d’incandescence à un point inouï

    on découvre que les mystères du monde
    sont en nous aussi,
    que la beauté, que la douce, la sauvage harmonie de ce monde,
    sont en nous aussi,
    qui nous révèle un instant à nous-même dans toute notre splendeur

    on est petit,
    on est devenu tout petit en grandissant,
    on a grandi en s’enfermant dans toutes sortes de frontières
    mais la grandeur est toujours là en nous,
    le palais est toujours en nous,
    le son et lumière est toujours en nous

    ce qui se révèle à nous, c’est cela,
    c’est qu’on est grand, qu’on a été grand et qu’on sera toujours grand,
    que la grandeur est quelque part en nous,
    intacte, pure, décisive,
    inflexiblement en nous
    comme une monture sur une prairie paissant tranquillement,
    prête au galop,
    prête à l’amour,
    prête au grand vent dans la crinière,
    prête à un dialogue murmuré dans notre chair
    pour nous retrouver un instant,
    entier, intact,
    comme au premier jour,
    comme au dernier jour,
    délié, uni

    #34636
    bzobzo
    Participant

    je suis devenu calme, tellement tranquille
    car je suis désormais tellement sûr de ma puissance,
    de ma capacité à vivre à volonté des moments exceptionnels dans ma chair

    un palais secret, un palais enchanté, poussent des bouquets,
    s’épanouir dans le plaisir, le sourire de la vie

    je passe des moments étonnants avec cette variante de Tandava
    que je suis en train d’expérimenter, de mettre au point

    j’alterne les moments de mouvements libres
    où le corps s’élance dans l’espace
    et puis des moments de contraction en moi,
    de la pure énergie montant de mes abysses, irradiant dans ma chair
    puis reviennent les mouvements improvisés librement, la contraction se relâche
    mais les énergies continuent de flotter en moi, de dériver en moi

    avec de plus en plus d’intensité,
    je les sens présentes au fur et à mesure des instants qui passent,
    ce n’est pas sexuel, c’est autre chose,
    peut-être juste du tantra en mouvement, quelque chose comme cela

    #34386
    bzobzo
    Participant

    au réveil ce dimanche matin, j’ai eu un gros bug du cerveau
    qui s’était tout juste remis en route,
    qui s’était tout juste remis à fonctionner,
    je me suis réveillé donc et instantanément je me suis affolé,
    je me suis dis en un éclair, « merde, mon réveil n’a pas sonné, il est déjà presque 8 heures! »,
    les mercredi, je prends toujours congé,
    quelque part sans doute mon cerveau avait acquis la certitude de pierre qu’on était un jeudi matin,
    que le jour précédent avait été un mercredi et non pas un samedi
    et donc qu’il fallait que j’aille travailler

    mais quelques instants après, alors que j’étais déjà dans l’action de me lever et foncer,
    je me suis souvenu que c’est aujourd’hui que j’avais prévu d’assembler ma bibliothèque,
    que tout le bois, planches, montants, tout avait été prédécoupé, scié, poncé et marqué, comme il faut
    et donc on ne pouvait être qu’un jour de congé

    je me relaxais, la moment d’adrénaline stressant s’éloignait, quel soulagement,
    en même temps je prenais conscience de mon corps sous moi,
    sa masse chaude, mouvante,
    m’envoyant toutes sortes de signaux,
    je sentais toute cette chair dans laquelle j’étais immergé, dans laquelle j’étais fondu,
    tout ce sang, tous ces muscles, tous ces os
    qui répondaient à la moindre de mes sollicitations

    et puis surtout je sentais mon bassin, j’y sentais des picotements,
    j’y sentais de la chaleur, des légers frissons,
    des envies d’écarter et de serrer langoureusement les jambes, de cambrer les reins,
    de me sentir offert, ouvert, pénétré,
    pénétré jusqu’au fond de l’âme par un dard bien dur,
    de sentir mes entrailles emplies par son va et vient

    je sentais le féminin déjà au travail dans mon bassin,
    prêt à prendre possession de tout le reste de mon corps
    je me laissais aller, je fais sauter les verrous, je me laissais envahir

    je mets les bras en arrière de la tête, en joignant les mains,
    je bouge rythmiquement le bassin
    tout en frottant mes bijoux de famille avec les cuisses,
    la pompe à nectar se met instantanément en route,
    des giclées douces et puissantes de volupté commencent à emplir mon bassin,
    je gémis, quel caresse somptueuse dans la chair

    j’ai envie de hurler en fait, c’est tellement irrésistiblement bon,
    chaque cellule de mon bassin semble avoir son petit traitement de faveur
    mais toutes en même temps,
    toutes en même temps, chacune a son petit massage tout en effleurements, tout en frottements, lascifs
    sa petite dose de soie chaude et frissonnante, flottant langoureusement contre elle,
    l’entourant, l’enveloppant

    je fais monter une contraction tout en me mettant en mode liane lascive,
    des vagues de volupté se répandent dans tout mon corps,
    j’ondule, je danse sur le matelas, je m’enlace, je me caresse,
    je râle, comme je râle, je suis empli de tant de volupté,
    c’est indescriptible bon, toute ma chair est enflammée,
    une telle suavité me coule dans les veines

    je laisse faire quelques instants, tout est bien là,
    tout est prêt à se mettre en route, à se déployer en quelques instants,
    le palais aux mille et un sortilèges est bien en place, visitable, parcourable,
    je me lève, du travail m’attend,
    cette grande bibliothèque qui va faire office aussi un peu de mur séparateur dans mon studio,
    va y être la touche finale, après tant de transformations que j’y ai faites,
    celui va prendre une forme assez définitive ainsi,
    avec tous mes vases, avec tous mes tableaux, mes sculptures, mes meubles de collection,
    assemblés avec patience et recherche, au fil des années,
    une vraie bonbonnière mais dans un style très contemporain,
    avec mes centaines de livres, mes milliers de films,
    mon nid sera prêt,
    et puis avec le nid dans ma chair prêt aussi

    #34225
    aneveilaneveil
    Participant

    Bonjour,
    Comme souvent sur ce forum, les discutions motivent, font monter l’excitation et avancer les choses,
    alors des portes s’ouvrent…


    @Epicture

    Côté accessoires, je n’en ai pas encore parlé, mais j’ai utilisé des cockrings. Celui que je préfère est en acier, assez gros et lourd. Mais je ne l’utilise plus en séance. Je le porte parfois dans la journée, c’est un bon excitant. L’utilisation conjointe de plug anal ou aneros, c’est possible, mais c’est plus dans le cas où une séance de massage prostatique ne décolle pas assez vite à mon gout du moment. J’essaye de séparer les deux techniques

    Je suis très curieux et excité d’essayer un cockring en matériau dur (acier bois), je me demande vraiment comment passer les testicules… En dessous de 55mm ça me semble vraiment difficile, mais j’adore vraiment avoir les testicules tirés ou pressés.

    J’avais écrit ceci et ça m’était testé en tête :

    Il me reste encore beaucoup à découvrir dans cette voie, car lors de ces masturbations, si j’arrive à éveiller dans une certaine mesure le plaisir prostatique, j’ai beaucoup plus de mal à gérer les énergies dans divers points du corps comme je le fais pendant mes séances prostatiques ou j’arrive à avoir une conscience interne beaucoup plus grande.

    Je jour même je réessaie et au moment ou le plaisir masturbatoire est assez haut et que les goutes de pré-sperme sont de plus en plus nombreuses, je me concentre sur l’énergie sexuelle contenue dans toute la zone génitale mais ce qui est pour moi le centre: la prostate et le périnée, comme je le fais en pratique prostatique, je fais monter vers de points d’énergie comme le cœur ou la bouche (la position de la langue au palais aide beaucoup) et j’ai réussi à déclencher plusieurs petits orgasmes d’affilé sans éjaculer…
    Inutile de dire que j’étais content de la découverte.

    Le soir j’ai fait l’amour avec ma compagne et comme je n’avais pas éjaculé depuis 5 jours (ce qui est beaucoup pour moi..) et que je m’étais chauffé plusieurs fois dans la journée, mon sexe était dans un état de sensibilité rarement atteins, j’en étais dingue… Pour autant j’ai pu me retenir très longtemps, jusqu’a ce que je décide d’éjaculer lors d’une masturbation accompagnée d’une stimulation anale que me prodiguait déliceusement ma compagne.


    @Epicture

    l y a un point de contact entre les deux pratiques : la prostate. Mais les chemins qui y conduisent sont assez différent.

    En effet, quand le plaisir masturbatoire est assez haut la zonne anale et prostatique est généralement très présente et c’est de là que je peux faire monter mon énergie sexuelle…

    Pour revenir à la rétention de l’éjaculation, j’ai l’impression que mon cerveau a bien intégré le fait que je pouvais avoir beaucoup plus de jouissance sans éjaculer et que c’était un peu « Game Over », du coup ça m’ouvre énormément de possibilités…
    J’ai réédité de mini-petits orgasmes en me masturbant et j’y arrive même avec un plug ou un Aneros, alors qu’avant il m’était impossible de maîtriser l’éjaculation avec ce type de jouets en moi.
    L’éjaculation est vraiment un réflexe conditionné acquis dès les plus jeunes années ou on se masturbe plus ou moins dans le but d’éjaculer. On a tous vécu lors d’un coït ou d’une masturbation ratés des éjaculations sans orgasme, le seul cri que ça provoque est « Ooh…merde »…

    Pour conclure cette voie me semble très prometteuse et je la perçois aussi comme un ré-équilibrage au plaisir prostatique qui est beaucoup plus Yin (et souvent perçu comme féminin). L’aspect yang de la masturbation fait que j’ai naturellement moins tendance à jouer sur la diffusion énergétique, alors que ça m’est indispensable lors de mes cessions prostatiques, pourtant c’est très simple et ce proverbe Taoïste résume si bien les choses :
    « La pensée se déplace et le Chi suit » (lu dans le bouquin de Mantak Chia)

    #34141
    bzobzo
    Participant

    je vous montrerais un jour les gestes et les mouvements de mon amour,
    de mon bel amour tellement transgressif,
    de mon bel amour tellement dans la rupture

    je vous montrerais un jour les gestes et les mouvements de mon amour,
    tels qu’ils sont nés de mon désir, de mon grand désir nourri au lait sombre des abysses,
    tels qu’ils sont nés dans ce corps,
    tels qu’ils sont nés lentement dans ce corps

    ces gestes et ces mouvements, tellement sans sexe désormais,
    en même temps tellement imbibés de féminité et de masculinité,
    ondulation sereine, ondulation épanouie, divine fluctuation,
    la corde est tendue comme un arc au-dessus du précipice,
    j’ai rompu toutes les lois, j’ai fracassé toutes les barrières,
    je récolte

    moments d’action et d’inaction dans la rupture totale, dans le descellement complet,
    et qui pourtant s’accordent pleinement, s’accordent totalement, à cette chair,
    s’accordent pleinement, s’accordent totalement, au désir profond dans cette chair,
    au désir profond d’harmonie dans cette chair,
    au désir profond de communion charnelle et spirituelle dans cette chair

    tout est à briser en soi pour un moment,
    des ruines nous renaissons à chaque fois,
    toujours plus étranger et toujours plus familier à nous-même,
    nous bâtissons un palais pour le désir,
    un palais pour faire déborder l’instant

    #33218
    EpictureEpicture
    Participant

    Merci vraiment beaucoup, @aneveil pour ces renseignements très précis.
    Pour répondre à @andraneros, J’ai fait l’acquisition de 2 livres de Mantak Chia : « L’homme multi-orgasmique : L’énergie sexuelle masculine », et « les massages chi nei tsang ». J’ai surtout consulté le premier, et en particulier le chap 3 consacré à la pratique solitaire du massage du penis et qui décrit très précisément les différentes techniques pour parvenir, au cours d’un entrainement régulier, à obtenir des orgasmes non éjaculaoire. Les 2 premiers chapitres sont plus theoriques, et les derniers orientés pratique en couple.

    Pour l’instant, voilà ce que cela donne Vu depuis mon ressenti : Ces techniques conduisent à une mise en tension de mon être qui est difficile à réguler en dehors de l’éjaculation. En effet, l’éjaculation fait chuter ma tension (attention, rien a voir avec la tension sanguine) de façon spectaculaire. A partir du moment où je commence à maitriser un peu mieux cette tension, sa présence permanente met mon corps en vibration. Si en plus je parviens à détendre ce qui peut l’être, je permes à cette vibration de circuler dans mon corps. Je suis actuellement dans cette recherche d’équilibre entre cette tension, que je fais monter et que j’entretiens par les jeux prostatiques, les jeux avec ma femme, et mes jeux solitaires, tout en essayant de faire attention de ne pas éjaculer, ou le moins possible. Certes, l’orgasme ressenti au cours d’une éjaculation « accidentelle » est d’une qualité spéciale, mais les plaisirs vibratoires qui se manifestent par vagues successives, et que je peux provoquer par une concentration ( qui peut prendre la forme de consultation d’images érotiques, mais aussi juste méditative), et par des mouvements du bassin, sont d’une volupté délicieuse. Plus j’y goute, et plus mon désir se tourne vers ces sensation, au détriment de l’orgasme éjaculatoire, si bien que les périodes sans éjaculation sont de plus en plus longues, et de mieux en mieux maitrisées.

    Maintenant, rapporté au Taoïsme, voilà ce que je peux en dire, d’un point de vue théorique : la circulation vibratoire correspond à la rotation de l’énergie autour de l’orbite microcosmique, qui débute au niveau du périnée, remonte par la colonne vertébrale jusqu’au sommet de la tête, redescend par le front et traverse le palais. Là, il faut avec la langue établir un contact pour que l’énergie puisse continuer à descendre à travers la langue, puis la gorge jusqu’à la prostate. Cette rotation permet au corps de s’harmoniser avec le corps céleste, et le corps microscopique, ou atomique. Ainsi, les bienfaits sont infinis. C’est très théorique.

    Personnellement, je ne ressens pas cette rotation de façon très nette. La montée par la colonne vertébrale, oui, très clairement, la tête aussi, mais après, c’est plus diffus. Cette circulation ascendante fait irradier une sensation vibratoire dans mes membres, et je peux parfois sentir la pulsation de mon sang qui circule jusqu’au bout de mes doigts. Par contre les mouvements ondulatoires du bassin, et du haut du corps, couplés à une respiration rythmée et accompagnée par le plancher pelvien, sont très efficaces. Il y a là une forme de rotation ondulatoire. Peut-être que ce que @bzo décrit par « liane lascive » est assez proche, mais ce qu’il décrit me semble plus dans le sens latéral que dans le sens avant-arrière. De toute façon, les mouvements d’ondulation du corps ont une efficacité redoutable.

    Je vais continuer à approfondir tout cela peu à peu, car tout cela évolue très lentement. Et je vais consulter les références que tu m’as donné @anéveil.

    Bon cheminement @ tous

    #32726
    bzobzo
    Participant

    cher @ch313, comme cela fait plaisir de te lire, d’avoir de tes nouvelles

    tu es à la recherche physiquement de ta prostate, tu voudrais la sentir
    mais la vérité est qu’elle t’a trouvé depuis longtemps,
    depuis toujours elle t’accompagne, depuis toujours elle permet ton envol, tes chants, ta danse

    tu peux être sûr, elle participe pleinement à tes ébats
    tes Pierrot et Pierrette, mon pôle masculin et mon pôle féminin, leurs moments sublimes,
    leur union, leur communion, leur fusion, leur lutte amoureuse dans notre chair,,
    elle n’est possible que grâce à la prostate, je peux te l’assurer,
    sans elle, notre corps est un torrent au lit asséché

    tu cherches à obtenir sans doute une réaction physique à tes contacts,
    tu voudrais qu’elle réagisse à tes attouchements
    mais elle a tellement l’habitude de fonctionner autrement en toi,
    ta pratique si particulière, si singulière, est totalement aneroless,
    on pourrait même la qualifier de pratique aneroless ultime, sans aucun déclencheur physique

    mais je comprends ce que tu recherches, moi quand je retourne de temps à autre vers une séance avec masseur,
    quand le masseur vient cogner en fin de course dans son mouvement contre la paroi,
    je sens ma prostate qui se met à vibrer sous la sollicitation,
    ma petit pile Wonder des profondeurs

    ta pratique est tellement développée, tu as derrière toi des centaines d’heures
    où ta prostate a été habituée à réagir quand elle est sollicitée d’une certaine façon,
    pour qu’elle commence aussi à réagir à d’autres types de d’incitations, de stimulations,
    c’est possible , je crois
    mais il faudra du temps, beaucoup de patience, beaucoup de persévérance,
    cela peut devenir rapidement un exercice frustrant
    car d’un côté tu as tellement facile, tout démarre au quart de tour,
    alors que là cela te semble de la pierre,
    il faut s’acharner, se faire humble,
    accepter d’être à zéro, juste un débutant sur sa ligne de départ,
    quand tu y vas avec les doigts ou avec un masseur

    une fois que cela commencera à se réveiller, à répondre à tes sollicitations,
    alors il y aura un moment où cela démarrera en trombe,
    tu seras à même de faire bénéficier ce type de stimulation
    de toute l’expérience acquise dans ta pratique

    cher @ch313, tes textes sont tellement expressifs, reflètent tellement bien ton expérience,
    j’espère que tes doutes sur leur qualité,
    n’est pas la raison pour laquelle tu n’es pas plus présent par ici,
    tu es dans tes textes, ils sont uniques à ce titre,
    comme ta façon de pratique est unique, il y a une richesse et une authenticité en eux,
    cela, c’est irremplaçable
    et cela fait tellement plaisir de lire

    nos expériences sont tellement proches à bien des égards

    Pour essayer de réveiller une sensibilité, j’ai tenté de dormir avec un masseur ou un plug. Je reteste régulièrement. Mais je n’obtiens rien. Je m’endors comme si de rien n’était. Au réveil c’est comme si je n’avais rien. J’ai tout autant de sensations sans rien.

    idem plug et compagnie, rien non plus,
    je crois fondamentalement que toi et moi, on a besoin pour décoller
    de Pierrot et de Pierrette à l’oeuvre, en action,
    or avec un plug c’est une autre de type de plaisir, une autre façon de faire,
    peut-être qu’avec de la persévérance

    Ma sphère génitale est devenue beaucoup plus ‘présente’, beaucoup plus accessible, je sens beaucoup plus de choses.
    J’ai l’impression que mon périnée est devenu plus important. Est-ce qu’il se développe, je ne saurais le dire. Mais je sens aussi qu’il n’est pas tout seul, qu’il y a d’autres muscles tou proches de chaque côté qui relient au cuisses d’un côté et au bas des reins de l’autre.
    Mon pubis ‘prends’ de la consistance, c’est vraiment ma chatte que je sens battre. Et à ce moment, une sensation envahit mes seins.
    Mais aussi des sensations buccales se développent, ça c’est vraiment nouveau.
    Mes lèvres prennent de la consistance, je sens des fourmillements comme si elle étaient à l’unisson avec ma vulve. Je sens ma langue remplir mon palais, prendre possession de ma bouche comme un sexe jusqu’au fond de ma gorge parfois et en même temps cette langue pénètre mon vagin. Et la tension monte jusqu’à ce que je squirte parfois même abondamment. C’est une jouissance délirante, orgasmique même. Je ‘déjante’ complètement.

    j’ai tout cela aussi, le pubis , zone de décollage d’un hélicoptère
    dont les pales tournoient délicieusement dans mes entrailles,
    périnée aussi, la main simplement à plat dessus et puis des contractions avec,
    très puissant

    tout le corps participe, est un organe sexuel, tu l’expérimentes de plus en plus,
    une grosse partouze des organes qui copulent entre eux, entremêlés, pêle-mêle

    Je trouve mon sexe en érection. Je le prends à pleine main.
    Quel plaisir de le caresser tout humide, glissant dans mes doigts.

    cela par contre je n’ai jamais, je n’ai jamais mon sexe en érection
    et je ne le fais jamais participer de cette manière aux ébats,
    mon expérience m’a apprise qu’après il faut de nombreux jours
    pour que la prostate puisse opérer à pleine puissance à nouveau

    #31123
    bzobzo
    Participant

    c’est quoi une sensation de qualité?
    c’est quoi la qualité d’une sensation?

    ce qu’il faut savoir, c’est que chaque sensation est unique,
    une sensation de qualité
    est une sensation qui a été bien mise en valeur,
    dont la singularité a été bien perçue, bien ressentie,
    jusqu’à la dernière goutte,
    comme un citron qu’on a bien pressé

    la même sensation peut passer quasi inaperçue
    mais bien mise en valeur, bien perçue comme il faut,
    vous allez déguster dans votre chair, dans votre barbaque, tout ce qu’elle a d’unique,
    tout son jus des profondeurs,
    le nectar des abysses va vous couler dans la bouche,
    dans la cervelle, dans la moindre de vos cellules,
    ce nectar maturé par les jours , par les nuits, par les volcans, par mille soleils
    et par autant de galaxies

    une sensation, c’est une architecture, une chorégraphie,
    vous avez à un moment la main à un endroit, qui avance à une certaine vitesse vers un autre endroit,
    tandis qu’en même temps, vos couilles sont pressées par un doigt et une cuisse,
    votre corps est dans une certaine position, justement vous bougiez le bassin d’une certaine manière,
    photo, la sensation naît issue de ces différents sources
    mais quelques instants après vous ne bougez plus le bassin de la même manière,
    votre doigt s’est un peu plus enfoncé dans vos couilles
    et l’autre main a rejoint un de vos seins
    tandis qu’une contraction vous remonte dans les entrailles
    et c’est déjà une toute autre sensation

    mais déjà si vous ne bougez qu’un doigt, rien d’autre,
    la sensation a déjà totalement changée,
    à vous de le percevoir,
    c’est cela la qualité d’une sensation, de mieux en mieux les percevoir
    une à une dans leur entièreté, dans toute leur potentialité

    un jour vous n’êtes pas en forme
    et vous n’aurez perçu chaque sensation qu’à 60%,
    d’autres jours à 75% en moyenne de ce qu’elles portent comme potentiel,
    quand vous êtes débutant, vous êtes à 0% ou pas loin,
    vous montez à 1% et vous êtes tout content,
    quelques jours après vous êtes à 5% de moyenne de chaque sensation,
    quelques mois après, les mêmes sensations vous paraîtront totalement différentes
    parce que vous en aurez perçu 50% de leur potentiel

    bien sûr il y a une évolution, il y a enrichissement, aussi parallèlement,
    votre technique devient plus élaboré,
    l’architecture de vos sensations deviendront de plus en plus élaborée ,
    un jour chaque sensation sera tellement aboutie, tellement évoluée,
    que vous aurez eu l’impression en quelques secondes
    d’avoir fait le tour d’un palais royal avec mille pièces et mille couloirs
    tellement vos sensations seront devenues puissantes, raffinées et riches

    il n’y a donc pas de bonnes et de mauvaises sensations,
    il y a juste vous qui êtes capable d’en percevoir tout le potentiel,
    d’en percevoir toute la singularité ou pas
    ou plus ou moins selon les jours

    chaque sensation donc a une architecture unique, sa singularité,
    personnellement je me ralentis systématiquement pour bien percevoir tout cela,
    comme à la télévision quand vous voyez les ralentis de joueurs de football en action,
    le commentateur même qui arrête complètement l’image
    pour bien attirer l’attention sur la position des joueurs les uns par rapport aux autres
    c’est moi en pleine action,
    je bouge un peu puis je ne bouge plus,
    je suis en mode grande oreille à l’écoute de ce qui a été éveillé
    quand je sens les sensations éveillées sont en bout de course, ont vécu leur belle vie,
    je bouge à nouveau un peu de tout ou presque rien, selon mon inspiration
    et là c’est reparti, je perçois ainsi chaque nouvelle nuance,
    je déguste toute l’intensité contenue jusqu’à la dernière goutte
    ou pas loin

    cela manque de rythme?
    par moments, je lâche le frein un court instant,
    cela se met en branle quelques instants mais déjà je ralenti,
    à trop bouger, à se laisser emporter par la frénésie,
    le message de nos entrailles être brouillé,
    l’amour à deux tout seul,
    se déguste comme un vieux vin gorgée après gorgée,
    ce n’est pas une piquette qu’on boit au litre

    comme je l’ai déjà précédemment écrit ,
    deux types d’action dans ma pratique,
    l’action physique, les caresses, les contractions, les mouvements divers et variés
    et puis une apparente non-action
    mais qui est en fait une action intérieure tout aussi intense,
    devenir une grande oreille à l’écoute de ce qui se passe à l’intérieur
    et en même temps, se laisser emporter, céder et encore céder,
    c’est si bon de se laisser aller,
    dans notre quotidien, il faut toujours résister, rester ferme,
    au quotidien on a si peu l’occasion de céder,
    là c’est le moment de tout lâcher,
    de devenir une moule fouettée par la marée qui monte dans toute sa puissance ,
    une feuille morte roulée par les flots

    si vous êtes autre chose que cela durant la séance, si vous faites encore preuve de la moindre volonté
    face à votre désir,
    c’est que vous n’y êtes pas encore

    donc action physique
    puis l’action intérieure,
    les deux pouvant se chevaucher, s’enchaîner, mordre l’un sur l’autre,
    toutes les figures de style sont possible
    mais ralentissez, ralentissez, il n’y a pas le feu au lac,
    juste vous avez le feu au cul,
    essayez d’en profiter au maximum

    #30167
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Quelques nouvelles de mon cheminement.
    Depuis ma séance du 24 Août qui remettait en cause l’impression que j’avais de ne pas pouvoir aller au delà du plaisir que je connaissais déjà, je vis des sessions plus calmes, sur un rythme presque quotidien. De très bonnes séances, riches en plaisir et en orgasmes, mais ils sont moins mouvementés que les précédents. Je ne m’en plains aucunement, ils sont en fait différents, comme ceux que j’ai déjà pu décrire auparavant, du type Calm Sea O’, tout à fait satisfaisants. Il semblerait que ce qui conditionne le déroulement d’une séance entre les deux façons que j’ai d’éprouver du plaisir, c’est l’intention que j’y mets en l’abordant. Il est vrai que cette semaine, j’ai souvent pensé avant de pratiquer à faire circuler l’énergie dont j’ai déjà parlé. À chaque fois que j’ai cette intention, la séance se déroule sur le thème Calm Sea O’. Ce n’est qu’un début d’observation, mais je vais y être attentif, ça me permettra de choisir (peut-être) l’une ou l’autre façon, en fonction de mes désirs.
    Je ressens ces Calm Sea O’ de façon plus spirituelle que les autres, qui sont beaucoup plus animal. Pour ces derniers, c’est vraiment la bête lubrique qui s’éveille. Non, durant ceux la, on a l’impression de se soulever, de l’éviter, et d’entrer en communication avec le tout. Je n’en suis qu’au début de la découverte de ces orgasmes, et je pense qu’ils peuvent encore se développer, mais il arrive un moment, juste avant qu’ils ne s’arrêtent, pendant lequel j’ai l’impression que mon esprit s’ouvre sur l’infini. La vision exacte que j’en ai est le cosmos. Comme si je m’élevais au dessus des nuages et que je parvenais au delà de la stratosphère. Ce n’est qu’une image, je ne prends aucune substance hallucinogène 🙂

    Il me revient à l’esprit qu’il y a eu au milieu de ces séances une séances plus animale, pendant laquelle j’ai essayé de faire circuler l’énergie sexuelle tel que décrit dans le livre de Mantak Chia…. Et bien il arrive un moment ou ça devient extrêmement compliqué. Tenter de rester concentré pour faire remonter cette formidable énergie le long de la colonne vertébrale jusqu’au cerveau, et la faire redescendre jusqu’au nombril en maintenant la langue contre le palais… J’ai pu tenir un moment, mais j’ai été forcé d’abandonner sous la pression formidable des sensations que je ressentais.

    Au sujet des exercices proposés par Mantak, mais surtout sur l’importance d’isoler plaisir pénien et plaisir prostatique, j’ai commencé l’un de ses exercices, le but étant de se donner du plaisir, mais en évitant d’aller jusqu’à l’éjaculation. Mantak précise bien que l’on y parvient pas lors des première tentatives. Bref! Je me souviens que ce jour là, j’avais très envie de faire une séance que je me réservais pour le soir, la scène que je vous décris se déroule le matin. On ne peut pas dire que l’exercice à été un échec complet, j’ai travaillé consciencieusement les points décrits, mais il a raison, on n’y parvient pas toujours du premier coup! Et bien cette éjaculation a totalement inhibé mon désir de séance. Je tenais à témoigner de ce passage pour les débutants qui quelque fois, et ça m’est arrivé, ne résiste pas à l’envie de se masturber lors d’une séance. Je ne suis plus tout jeune d’accord, et j’ai certainement moins de vigueur que lorsque j’avais 20 ans, mais si je l’ai ressenti de la sorte, il y a fort à parier qu’éjaculer ampute une partie de l’énergie sexuelle, mais sur un jeune homme.

    Voilà voilà mes amis.
    J’ai fait hier soir la séance certainement la moins riche depuis mon éveil, plutôt calme et rapide, mais avec tout de même de très bons moments. J’étais fatigué et il était tard. De plus, depuis avant hier, je ressens pas vraiment une douleur sur ma prostate, mais je la sens assez dure. Disons une sensation différente de d’habitude. Je mets ça sur le compte d’une pratique intensive, et dans mes séances les contractions sont en général assez violentes.
    Je vais essayer de faire une petite pause pour faire reposer la machine. Le problème, c’est que j’ai envie…
    Je vais au moins essayer de tenir un peu, ça ne peut qu’augmenter mon désir.

    Je vous souhaite à tous un excellent cheminement.

    #29496
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Nouvelle séance hier soir, après 5 jours d’abstinence (non volontaire, couché tard…etc).
    Séance un peu différente des précédentes, beaucoup moins violente, ce qui ne signifie pas moins satisfaisante. J’ai l’impression que je parviens à mieux faire circuler cette énergie que j’ai mentionnée précédemment. Le plaisir s’en trouve moins localisé, il se diffuse plus dans tout le corps. Ce n’est qu’un début, et peut-être simplement le fruit du hasard, mais c’est extrêmement bon. Le plaisir et les orgasmes sont beaucoup plus calmes, et me donnent l’impression de m’emplir essentiellement le torse jusqu’à la tête. Je les ai ressenti également subrepticement dans mes jambes. Mais vraiment c’est excellent.
    Les précédents étaient beaucoup plus détonnants, explosifs, ravageurs.
    Je n’ai pas de préférence pour le moment entre les deux, et je ne sais pas si dans l’avenir mes séances vont ressembler à cette dernière, ou aux précédentes, ou peut-être de temps en temps d’une façon, de temps en temps d’une autre????
    L’idéal pour moi, je vais vous le dire, soyons fou et osons rêver, ce serait de pouvoir choisir en fonction de son humeur. Et oui, le beurre, l’argent du beurre….
    Ceci dit, et sous toutes réserves de confirmation, depuis que j’ai émis le souhait de libérer cette énergie que je sens bloquée dans ma gorge, j’entame mes séances dans l’idée de la faire circuler, et aussi dans l’idée de la calmer, de la canaliser, de la diffuser, pour voir ce qu’il en ressort. Ce souhait n’est pas chevillé à mon esprit, ce n’est pas quelque chose qui m’obsède, auquel je pense obstinément. Non, c’est juste une pensée qui me traverse l’esprit.
    En réalité, je m’en rends compte en écrivant ces lignes.
    Et puis mon état d’esprit change un peu aussi face à cette pratique. Je ne l’envisage plus seulement comme une partie de sexe. Petit à petit, elle m’apparait de plus en plus comme une pratique liée au bien être, comme le yoga ou la méditation, le plaisir et les orgasmes inclus bien entendu. Je n’en ai pas encore la possibilité, mais il se pourrait bien que je fasse une petite séance le soir, à l’heure de l’apéro par exemple, à l’heure ou certains vont à la salle de sport, et bien moi je ferais ma petite séance bien être, sans obligatoirement courir après l’orgasme, mais détente et plaisir il y aura.
    Enfin, c’est une idée qui m’est venue et qui prend forme doucement. Peut-être la réaliserais je, peut-être pas. Mais soyons clairs, je n’envisage pas ma pratique uniquement de cette façon. J’espère que les séances boum badaboum vont continuer. 🙂

    Deux petits détails plus techniques: je l’ai déjà confirmé, mais je re-confirme la technique du palais mou, et mes tétons qui sont de plus en plus sensibles. En revanche, il y a quelque chose de curieux à leur sujet, et vous allez peut-être pouvoir m’éclairer. Hier soir, et ce matin encore, j’ai l’impression d’avoir deux petits seins, et je sens mes tétons extrêmement excitables. Mais ils me procurent davantage de sensations si je ne le touche pas. Disons que je les sens, bien présents, j’ai envie de les caresser, mais ils ne me procurent pas le plaisir que je pense qu’ils vont me donner si je les caresse. Vous comprenez ce que je veux dire? Je n’obtiens pas le résultat que j’ai l’impression qu’ils me promettent. Vous avez connu ça?

    Je vous embrasse et vous souhaite un excellent cheminement.

    #29417
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Tu nous dis @jieffe :

    Ko technique au 3 ème round. Ko de chez Ko.
    Le combat n’aura pas duré plus d’une demi heure. Les 5, 10 ou la dernière minute, je ne saurais dire ont été explosives, violentes. Acculé dans les cordes, j’ai pris coup sur coup pour terminer ko au sol. Je ne pouvais même plus articuler (il m’arrive de me parler tout seul). Je vous jure que c’est vrai, je ne pouvais même plus articuler.
    Après avoir rassemblé un peu de forces, j’ai réussi à me lever pour aller aux toilettes, me suis recouché et ai tenté de refaire partir la machine. Elle est repartie, mais je n’avais plus aucune énergie, plus aucune. Vidé, lessivé, rincé. J’ai décidé d’arrêter là.

    Tu viens à peine d’atteindre des sommets de jouissance que tu n’avais jamais connus auparavant, ni même seulement imaginés dans tes fantasmes les plus fous. Tu commençais à peine à t’habituer à vivre dans ce nouveau monde que ton message, ce matin, nous laisse comprendre que ta session, hier soir, t’a conduit encore beaucoup plus haut dans l’intensité de ta jouissance. C’est absolument magnifique, @jieffe.

    Nous te disions deux vérités, la première que ce que tu commençais à connaître n’était que le début d’une expérience qui irait beaucoup plus loin, la seconde que ta progression dans l’expérience d’orgasmes de plus en plus profonds s’accélérerait session après session. Je suis ravi de lire à quel point nous avions raison.
    Tu as donc encore franchi une étape. Si je me réfère à la carte au trésor je valide pour toi sans attendre :

    56. Orgasme très fort et inattendu avec convulsions du corps : Super-O

    Pour 57, 58 et 59 je te laisse le temps de reprendre tes esprits avant d’en reparler tranquillement. Pour reprendre la remarque faite initialement par @epicture le ton de ton dernier message est encore différent, illustration de tous les bouleversements qui s’opèrent en toi en ce moment. Je remarque aussi que, bien que « sonné » par la violence de ta jouissance pendant la première partie de ta session, tu a été capable de repartir en phase orgasmique sans problème dans la seconde partie. Seul ton épuisement a mis fin à la session. C’est un signe très fort de tas nouvelles capacités.

    Nous commencions à parler de l’énergie sexuelle que font naître tes orgasmes et qu’il faut apprendre à faire circuler pour atteindre l’extase. Tu nous dis :

    Je ne sais plus si c’est avant ou après le soin du palais mou, mais j’ai essayé de libérer cette énergie, de la visualiser, de la canaliser pour l’accompagner jusqu’au sommet de mon crâne. Le but était de la libérer, de la faire circuler. En fait, comme je l’ai dit, je suis un peu éloigné de cette idée d’énergie. Je ne sais pas comment ça fonctionne, je ne sais pas comment elle se manifeste, je ne sais pas quels effets elle produit ni comment on la ressent. Je vais d’ailleurs me pencher sérieusement sur la question. Le véritable but de cet essai était de dénouer ce goulet d’étranglement, qui se dénoue un peu grâce à la technique du palais mou, grâce à la vocalisation, mais il reste un passage trop étroit pour le débit qui doit y passer.
    Bref, c’est suite à cet épisode que j’ai été ko.

    Je crois que tu as simplement réussi à faire enfin circuler ton énergie jusqu’au cerveau (sans parler encore de chakras). L’étape suivante selon ce que l’on peut lire est de faire redescendre ton énergie du cerveau vers ton sexe avant de relancer la boucle. Le nœud que tu avais dans la gorge, tu l’as maintenant au sommet. C’est ce qui t’assomme, sans parler de l’intensité extrême de la plaisir que tu as vécu.

    Conséquence de la fatigue? Conséquence de cette énergie que j’ai finalement réussi à libérer? Conséquence d’un orgasme inter planétaire????

    A mon avis en aucun cas de ta fatigue, mais beaucoup de cette énergie que tu sais maintenant si bien libérer et bien sûr beaucoup de tes orgasmes définitivement interplanétaires.

    Je ne sais pas si ça va durer, mais c’est très agréable, c’est même absolument génial.

    Ça va durer @jieffe, et j’en suis profondément heureux pour toi.

    Je pensais faire une pause ce soir, je n’en suis plus tout à fait certain maintenant….

    Tu as atteint un tel niveau que tu sauras entendre ce que te diront ta prostate, ton corps et ton cerveau pour faire ce qui sera le mieux. Bon cheminement @jieffe.

    #29413
    JieffeJieffe
    Participant

    Mon très cher bzo, le boxeur n’a pas gagné les championnats du monde. Ko technique au 3 ème round.
    Ko de chez Ko.

    Le combat n’aura pas duré plus d’une demi heure. Les 5, 10 ou la dernière minute, je ne saurais dire ont été explosives, violentes. Acculé dans les cordes, j’ai pris coup sur coup pour terminer ko au sol. Je ne pouvais même plus articulé (il m’arrive de me parler tout seul 😀 ). Je vous jure que c’est vrai, je ne pouvais même plus articuler.
    Après avoir rassemblé un peu de forces, j’ai réussi à me lever pour aller aux toilettes, me suis recouché et ai tenté de refaire partir la machine. Elle est repartie, mais je n’avais plus aucune énergie, plus aucune. Vidé, lessivé, rincé. J’ai décidé d’arrêter là.

    Quel combat mes amis, quel combat.

    Ce qu’il s’est passé: je ne sais pas si c’est une cause de ce ko, mais j’ai essayé quelque chose hier soir. Même si le fait de pouvoir m’exprimer aujourd’hui m’a pas mal libéré, il reste clairement un goulet d’étranglement dans ma gorge. Aphone pas vraiment, mais ça fair deux jours que j’ai la voix éraillée. Je ne sais plus si c’est avant ou après le soin du palais mou, mais j’ai essayé de libérer cette énergie, de la visualiser, de la canaliser pour l’accompagner jusqu’au sommet de mon crâne. Le but était de la libérer, de la faire circuler. En fait, comme je l’ai dit, je suis un peu éloigné de cette idée d’énergie. Je ne sais pas comment ça fonctionne, je ne sais pas comment elle se manifeste, je ne sais pas quels effets elle produit ni comment on la ressent. Je vais d’ailleurs me pencher sérieusement sur la question. Le véritable but de cet essai était de dénouer ce goulet d’étranglement, qui se dénoue un peu grâce à la technique du palais mou, grâce à la vocalisation, mais il reste un passage trop étroit pour le débit qui doit y passer.
    Bref, c’est suite à cet épisode que j’ai été ko.
    Conséquence de la fatigue? Conséquence de cette énergie que j’ai finalement réussi à libérer? Conséquence d’un orgasme inter planétaire????
    Aucune idée.

    Quoi qu’il en soit, j’ai été bien hier toute la journée, et aujourd’hui je flotte. Je suis un peu fatigué, mais je me sens tellement bien que je flotte. Je viens de parcourir une partie des couloirs de l’établissement dans lequel je travaille, et j’ai l’impression que mon corps flotte entre deux eaux. Bien sûr je sens bien que ce sont mes jambes qui me portent, mes pieds que je sens bien au sol, mais on dirait qu’une partie de moi, disons le centre, ce qui est souvent défini comme le plexus, flotte comme ça dans l’espace. Ça y est, je nous fais une crise mystique… 🙂
    Délicieuse sensation.
    Je ne sais pas si ça va durer, mais c’est très agréable, c’est même absolument génial.
    Et puis je suis bien avec les gens, ceux que je croise, ceux à qui je parle… je suis dans un état de félicité totale.
    L’avenir dira si ces sensations sont la conséquence de la fatigue, d’un état momentané dans lequel je me trouve, ou de je ne sais quoi d’autre, mais si ça pouvait perdurer ad vitam aeternam, je signe tout de suite.

    Je pensais faire une pause ce soir, je n’en suis plus tout à fait certain maintenant….

    Je vous souhaite à tous un excellent cheminement.

20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 33)