13 réponses de 21 à 33 (sur un total de 33)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • #29403
    JieffeJieffe
    Participant

    Andraneros

    Tu n’as pas à être désolé. Ta participation au forum ne t’oblige pas à enchaîner tes sessions au-delà de tes forces, tu as raison de prendre le repos dont tu as besoin

    C’était surtout sous forme de boutade, en rapport avec ce que tu avais écrit 🙂

    Tu dois commencer à comprendre de mieux en mieux en quoi notre pratique est un cheminement sans fin, à l’image des orgasmes prostatiques qui te poussent à des sommets de jouissance sans couper ton désir

    Oui, je commence à le comprendre de mieux en mieux. C’est fabuleux.

    tu renonces à être @jieffe qui se donne du plaisir, tu renonces à être @jieffe qui assiste à son plaisir, tu deviens enfin @jieffe le plaisir que tu vis…Tu vis ta jouissance dans l’instant,…

    Oui. En fait, durant ces moments là, tu ne penses plus à rien, tu vis, tout simplement. Et lorsque tu reviens un peu dans un fonctionnement plus quotidien, quand ta prostate te laisse quelques temps de repos, les seules pensées que tu as sont du type ‘Oh putain’, ‘mais qu’est ce que c’était’, ‘oh mon dieu’….

    Tu ne nous dit pas comment se fait ta reprise, si tu repasses par les stades d’un début normal de session ou si tu te retrouves instantanément en phase orgasmique

    Et bien en fait mes débuts de séances sont assez rapides, et je n’ai pas d’étapes particulière. Autrefois je pratiquais cette respiration profonde que j’ai décrite dans de précédents messages, aujourd’hui je m’étends et me détends, et ça vient tout seul, assez vite.
    Pour les reprises ( ça ne m’est arrivé que deux fois pour le moment), c’est un peu pareil, en plus rapide encore je dirais. Je me recouche, et ça repart très vite. Je ne fais rien de particulier. En revanche, en me levant, je conserve le masseur en moi et les mouvements de la marche le font bouger, ce qui entretient certaines sensations.

    Ressens-tu encore ce nœud ? Ou bien l’utilises-tu désormais pour faciliter la circulation de l’énergie que tes orgasmes libèrent ?

    Depuis que je laisse s’exprimer ma joie (:) ), je ressens beaucoup moins de pression dans ma gorge, cependant, j’en ressens toujours un peu. Je mets ça sur le dos d’une pudeur naturelle, qui me fait craindre un quidam alentours qui pourrait m’entendre, bien que je sois assez éloigné de tout. Une sorte de contrôle tout de même.
    Le soin du palais moi me libère bien mieux. Lorsque je l’utilise (ça ne fait que deux fois la encore) je ressens une plus grande liberté dans ma gorge, sans pour autant faire plus de bruit, enfin me semble t’il. Si l’on parle d’énergie, alors oui, je dirais que cette méthode permet de la faire circuler plus librement.

    Tadescription ressemble à des manifestations de cette forme d’énergie que je ressens aussi et que j’associe à tort peut-être à des manifestations de « kundalini.

    Je ne maîtrise pas non plus, en fait, j’en ai juste un peu entendu parler. Mais ça m’intéresse, je vais me renseigner un peu la dessus. En revanche, ce que je peux dire très clairement, c’est que ces deux assauts ont été la conséquence du plaisir ressenti, ça ne fait aucun doute.

    Comment pratiques-tu maintenant avec tes tétons ? Que t’apporte la stimulation de ces deux petits points ?

    Alors c’est un peu curieux. Durant mes séances, je l’ai déjà écrit, j’ai parfois l’impression d’avoir de petits seins. Sans les toucher, l’ensemble de mes pectoraux, pas seulement les tétons deviennent suffisamment sensibles pour me donner l’impression d’avoir de petits seins. Jusqu’à présent lorsque je ressentais cette impression, je pensais que c’était le bon moment pour caresser mes tétons, ce qui avait pour conséquence le plus souvent de faire fuir le plaisir. Hier en particulier, mais également durant les 2-3 dernières séances, le simple fait d’approcher ma main à ce moment là, de la poser non loin des mamelons m’excitait. Hier, j’ai caressé un de mes tétons avec le bout de mon doigt, doucement au début, l’orgasme est arrivé alors très vite, et j’ai bien identifié que cette caresse en était la cause. La caresse s’est fait alors plus pressante, augmentant l’intensité de l’orgasme. Mon doigt a pressé le petit bouton plus fermement, puis la main s’est saisie du sein tout entier. Mais c’est encore une sensation fragile, et ce n’est pas comme cela que j’ai obtenu les orgasmes les plus intenses.
    Il arrive souvent lors de mes orgasmes d’empoigner mes seins, de les malaxer je dirais.

    Devons nous comprendre que ta session s’est prolongée bien au-delà des 45 à 60 minutes qui semblaient la durée normale de celles dont tu témoignais ces derniers jours ? Quand je lis « pour dormir un peu » je suis tenté de penser que tu as passé plus de temps à jouir qu’à dormir…

    Et bien en fait non, je pense qu’elle n’a pas duré plus d’une heure, mais c’est comme si j’avais franchi une porte de l’espace temps. Comme si le temps s’était arrêté. J’ai l’impression d’avoir voyagé dans les limbes du plaisir bien plus d’une heure en tout cas. Peut-être a t’elle duré une heure et demie, tout a plus. Durant mes débuts, c’est l’impression inverse que j’avais. Je pensais y avoir consacré 10 mn alors que ça faisait 1/2 que j’y étais. Hier ça a été l’inverse, si je ne me trompe pas sur les horaires, ce qui n’est pas impossible, j’ai cessé de regarder l’heure de départ 🙂
    Non, je n’ai pas plus joui que dormi. J’ai mis fin à 12h00, je me lève à 5h00, parce qu’après les journées sont dures. Ah je ne dit pas que je n’aurais pas continué, mais j’avais mon compte, largement.

    Je t’ai déjà dit « N’oublie pas, ce n’est que le commencement ! » Si je te le redisais…?

    Et bien, il va me falloir prendre des vitamines.
    En fait non, je ne pense pas en avoir besoin. J’ai écrit que j’était bien ce matin, et je le suis toujours. Un poil fatigué mais guère plus que ce matin.
    Je suis bien!!!

    Bon cheminement Andraneros.

    #29392
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Tu nous disais hier @jieffe :

    Pas de récits ce matin, désolé Andraneros. Couché tard et fatigué, je me suis dit qu’un peu de repos ne pouvait pas me faire de mal.

    Tu n’as pas à être désolé. Ta participation au forum ne t’oblige pas à enchaîner tes sessions au-delà de tes forces, tu as raison de prendre le repos dont tu as besoin, si toutefois l’appel ta prostate n’est pas trop péremptoire.

    Tu nous dit aujourd’hui :

    Nouvelle étape hier soir je pense. J’ai perdu toute notion du temps. J’avais déjà eu cette impression, qui avait un peu disparu, ou j’y prêtais moins attention, mais hier soir je l’ai bien ressenti.
    Mais surtout, surtout, hier soir, j’ai été possédé par je ne sais quoi, ou dépossédé de mon corps. Vraiment, la première impression que j’ai eu, c’est d’avoir été possédé. 

    Tu dois commencer à comprendre de mieux en mieux en quoi notre pratique est un cheminement sans fin, à l’image des orgasmes prostatiques qui te poussent à des sommets de jouissance sans couper ton désir. La perte de la notion de temps est un signe à mon avis très fort de ta nouvelle soumission au plaisir qui t’envahit. Maintenant tu commences à lâcher prise complètement, tu renonces à être @jieffe qui se donne du plaisir, tu renonces à être @jieffe qui assiste à son plaisir, tu deviens enfin @jieffe le plaisir que tu vis. Le temps de ta session tu n’as plus de barrières ni physique ni mentale, le temps de ta session tu n’es plus que jouissance. Tu vis ta jouissance dans l’instant, sans passé, sans futur.

    J’ai de nouveau été capable d’interrompre la séance, pause pipi, et de la reprendre ou je l’avais laissée.

    Tu confirme ainsi ton niveau de maîtrise qui te permet d’activer une commande « pause » quand tu en éprouves le besoin pour des activités normales et d’activer à volonté la commande « reprise ». Tu ne nous dit pas comment se fait ta reprise, si tu repasses par les stades d’un début normal de session ou si tu te retrouves instantanément en phase orgasmique. C’est une manière de dire que c’est naturel, spontané, évident.

    Je confirme aussi que le soin du palais mou fonctionne à merveille. Il y a un lien direct entre ma prostate et mon palais mou.

    Cette technique t’a aidé à faire sauter le blocage que tu ressentais dans ta gorge. Ressens-tu encore ce nœud ? Ou bien l’utilises-tu désormais pour faciliter la circulation de l’énergie que tes orgasmes libèrent ? Tu dis :

    Une première fois mon corps s’est tendu comme un arc, soulevé par une force inconnue, une deuxième fois j’ai fait un volte face incontrôlé.

    Je rapproche ce que tu nous dit de ce que je disais récemment à @epicture :

    Maintenant quand j’ai des spasmes, ils sont la conséquence du plaisir que je ressens.

    Tu sembles t’inscrire exactement dans cette perception @jieffe. Tadescription ressemble à des manifestations de cette forme d’énergie que je ressens aussi et que j’associe à tort peut-être à des manifestations de « kundalini. Ta nouvelle sensibilité expliquerait ainsi l’efficacité de la technique « soft palate nursing ». J’utilise des notions que je ne maîtrise pas même si j’en fais une forme d’expérience. Je reste donc interrogatif et j’espère que nos amis qui sont plus avancés ou plus cultivés sur ces sujets nous aideront à mieux comprendre ce qui se passe et à mieux en tirer avantage.

    Avec mes tétons également. J’avais perdu un peu cette faculté qui s’était timidement présentée il y a quelque temps. Il semblerait qu’elle soit bien revenu.

    Comment pratiques-tu maintenant avec tes tétons ? Que t’apporte la stimulation de ces deux petits points ?

    Bref, vous l’aurez compris, excellent séance hier soir. J’en suis encore tout chamboulé, et dans le sillage du plaisir ressenti. Je me sens bien, divinement bien, fatigué (j’ai mis un terme à la séance pour dormir un peu…)

    Devons nous comprendre que ta session s’est prolongée bien au-delà des 45 à 60 minutes qui semblaient la durée normale de celles dont tu témoignais ces derniers jours ? Quand je lis « pour dormir un peu » je suis tenté de penser que tu as passé plus de temps à jouir qu’à dormir…
    Je t’ai déjà dit « N’oublie pas, ce n’est que le commencement ! » Si je te le redisais…? Bon cheminement @jieffe.

    #29390
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour mes amis,

    Je compare souvent tout apprentissage à une clé de voute. Imaginez que vous souhaitiez démonter un plafond en clé de voute. La première pierre, la clé est extrêmement difficile à retirer, elle supporte le poids de toutes les autres. Une fois celle ci retirée, les suivantes sont un peu moins difficile à retirer, et plus vous en enlevez, plus elles sont faciles à retirer. Elles finissent même par tomber toutes seules au bout d’un moment.
    Et bien pour tout apprentissage, c’est pareil. Les premiers éléments sont difficiles à acquérir, les suivants un peu plus faciles, les suivants encore viennent presque naturellement. Ils s’appuient sur les bases des premiers.
    J’ai l’impression que c’est ce qu’il m’arrive.
    J’ai mis du temps à sortir la première pierre. Une fois retirée, j’ai eu du mal à retirer les suivantes. Il m’a fallu du temps et pas mal d’effort. Je dirais qu’ aujourd’hui j’ai retiré tout le centre. Les pierres ne tombent peut-être pas toute seule, mais elles viennent facilement.

    Nouvelle étape hier soir je pense. J’ai perdu toute notion du temps. J’avais déjà eu cette impression, qui avait un peu disparu, ou j’y prêtais moins attention, mais hier soir je l’ai bien ressenti.
    Mais surtout, surtout, hier soir, j’ai été possédé par je ne sais quoi, ou dépossédé de mon corps. Vraiment, la première impression que j’ai eu, c’est d’avoir été possédé. Je me suis dit que le diable était venu m’habiter l’espace d’un instant. Marrant, parce que je l’ai lu ce matin sur le fil de Bzo. Par deux fois j’ai été pris de violentes ‘convulsions (?)’. Une première fois mon corps s’est tendu comme un arc, soulevé par une force inconnue, une deuxième fois j’ai fait un volte face incontrôlé.

    Et puis je vais finir par m’éclater une corde vocale…. Être seul aujourd’hui n’est peut-être pas la meilleure solution, je ne dirais pas que c’est l’idéal, mais clairement pour ma pratique c’est indispensable…. Qu’est ce que je m’exprime, c’est énorme!!!

    J’ai de nouveau été capable d’interrompre la séance, pause pipi, et de la reprendre ou je l’avais laissée.
    Je confirme aussi que le soin du palais mou fonctionne à merveille. Il y a un lien direct entre ma prostate et mon palais mou 🙂
    Avec mes tétons également. J’avais perdu un peu cette faculté qui s’était timidement présentée il y a quelque temps. Il semblerait qu’elle soit bien revenu.

    Bref, vous l’aurez compris, excellent séance hier soir. J’en suis encore tout chamboulé, et dans le sillage du plaisir ressenti. Je me sens bien, divinement bien, fatigué (j’ai mis un terme à la séance pour dormir un peu…) mais bien, calme, serein, heureux….si je le pouvais, je m’étendrais sur une prairie, les bras en croix, à ne faire qu’un avec les éléments…
    Bon, ben ça y est, je délire….

    S’il y a une chose à retenir de mon discours, c’est l’image de la clé de voute. La première pierre est très difficile à retirer, c’est elle qui tient l’édifice. Tout le poids est concentré sur elle. Les suivantes sont plus faciles, mais restent difficiles à retirer. Certaines viennent plus facilement que d’autres, mais il faut encore faire des efforts. Mais ne vous découragez pas, les suivantes se sortent très facilement, certaines tombent même toutes seules.

    Je vous souhaite à tous un excellent cheminement.

    #29352

    En réponse à: Mon bonhomme de chemin

    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Tu nous dis @epicture :

    Jieffe et Andraneros, je n’ai pas bien saisi la technique du palais mou. Du moins, la deuxième partie. J’ai bien compris la première qui consiste à remplir la cavité buccale de sa langue sans laisser d’air, mais après j’ai l’impression que je vais m’étrangler avec ma langue. Pouvez-vous me décrire un peu plus précisément votre méthode.


    @jieffe
    a bien retranscrit :

    Une fois bien détendu (je n’ai pas attendu des heures non plus), tu fais une petite succion de façon à amener l’arrière haut de ta langue contre le palais, qui est mou à cet endroit, mais une toute petite succion, légère, juste pour maintenir ta langue en contact avec ce palais mou, et tu descends ta mâchoire doucement, puis la remonte doucement également, comme si tu tétais. J’avoue que j’ai l’impression en faisant ça de téter un téton, peut-être cela m’aide t’il? 

    Je le comprends comme un geste de déglutition, de tétée comme le dit @jieffe :

    Quand tu descends ta mâchoire, il faut que tu fasses également comme si tu tétais, mais doucement, tout doucement.

    ce qui conduit à déverrouiller des muscles (dont je n’avais aucune conscience, comme pour beaucoup d’autres éléments fonctionnels internes) éventuellement contractés. Ce « truc » contribue à approfondir ma détente.

    Je me souviens qu’au tout début de mon cheminement j’avais des spasmes mais j’ai compris qu’en réalité je les créais sans m’en rendre compte cherchant inconsciemment à revivre (artificiellement) les descriptions des orgasmes lues ou vues. C’était une de mes erreurs de débutant. Maintenant quand j’ai des spasmes, ils sont la conséquence du plaisir que je ressens.

    Bon cheminement @epicture.

    #29343

    En réponse à: Mon bonhomme de chemin

    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour Epicture,

    Sincèrement, question spasmes, je n’en ai aucune idée, mais ils sont clairement pour moi une manifestation de quelque chose. Le hoquet par exemple, je suis rarement surpris lorsqu’une personne avec qui je discute a le hoquet, qui est bien souvent la manifestation d’une contrariété, d’une colère. Tu essaieras à l’avenir lorsque les personnes de ton entourage ont le hoquet de corréler votre discussion ou vos actions avec l’apparition de ce hoquet. C’est troublant je dirais. Il en est peut-être de même pour tes spasmes. Quand à relier tout ça avec un blocage des énergies, je n’en ai aucune idée, mais je me dis que c’est possible.

    Malgré le retour d’une belle vague, la houle ne s’est pas vraiment maintenu. Je mets à profit cet interlude pour pratiquer sous forme d’entrainement, sur conseils de Jieffe

    Elle reviendra, c’est certain. Quand à mes conseils, il faut les prendre pour ce qu’ils sont, je ne prétends pas détenir la vérité. C’est juste la façon dont je vois les choses…

    je n’ai pas bien saisi la technique du palais mou

    Et bien c’est très bête, je n’en sais pas plus que ce qu’en a écrit @andraneros. Voici comment je l’ai expérimentée: tu as bien compris la première phase, avec la langue qui emplit la bouche du sol au plafond. Tu te détends, te relaxes. Une fois bien détendu (je n’ai pas attendu des heures non plus), tu fais une petite succion de façon à amener l’arrière haut de ta langue contre le palais, qui est mou à cet endroit, mais une toute petite succion, légère, juste pour maintenir ta langue en contact avec ce palais mou, et tu descends ta mâchoire doucement, puis la remonte doucement également, comme si tu tétais. J’avoue que j’ai l’impression en faisant ça de téter un téton, peut-être cela m’aide t’il? Assez rapidement, j’ai l’impression que chaque tétée agit sur ma prostate (ou sur la zone) et je ressens un léger plaisir. Quand tu descends ta mâchoire, il faut que tu fasses également comme si tu tétais, mais doucement, tout doucement.
    Cette technique est sensée libérer la gorge. Je ne l’ai expérimentée qu’une fois et ce que je peux en dire, c’est que non seulement elle a fait repartir la machine à orgasmes, mais aussi que je n’ai pas ressenti ce blocage que j’ai pu décrire. L’air circulait plus librement dans ma gorge, mais les cris et gémissements également…
    Quoi qu’il en soit, il faut prudence garder. Je ne l’ai expérimenté qu’une fois, et si j’ai pu constater les améliorations que je viens de mentionner, je ne peux affirmer que ce soit lié. Je ne pourrais être plus formel qu’après plusieurs essais concluants.

    la possibilité d’une origine strictement physiologique. Parfois on met tout sur le dos du psychologique,

    Oui, j’avais bien compris, mais dans mon cas, cela ne se manifeste qu’en cas de fortes charges émotionnelles.

    Bon cheminement @epicture, en te souhaitant que la houle revienne vite.

    #29340

    En réponse à: Mon bonhomme de chemin

    EpictureEpicture
    Participant

    Bonjour à tous.

    Merci @andraneros pour ton retour d’expérience.

    Il ne faut pas considérer que je qualifie le discours comme une erreur condamnable. Le discours est nécessaire, je suis bien placé pour le savoir. Il s’agissait de le nommer « bavardage » pour le mettre en perspective avec la pratique, l’action, pour faire apparaître un possible déséquilibre entre les deux. Il est probable que ceux qui ont des dispositions pour l’action, donc à contrario pas pour le discours, parviennent plus rapidement au plaisir prostatique. Mais, compte tenu que notre cheminement ne s’achève jamais, il n’est pas certain qu’ils ne rencontrent pas eux aussi, des obstacles tout aussi difficiles à surmonter que celui qui consiste à faire taire le bavardage intérieur. Et là un dialogue, avec eux même ou avec un autre, leur sera probablement utile.

    Malgré le retour d’une belle vague, la houle ne s’est pas vraiment maintenu. Je mets à profit cet interlude pour pratiquer sous forme d’entrainement, sur conseils de @jieffe, quand je ne suis pas trop fatigué, et pour intégrer de nouvelles options à ma pratique : expérimentation de mes différents masseurs, respirations, positions…


    @jieffe
    et @andraneros, je n’ai pas bien saisi la technique du palais mou. Du moins, la deuxième partie. J’ai bien compris la première qui consiste à remplir la cavité buccale de sa langue sans laisser d’air, mais après j’ai l’impression que je vais m’étrangler avec ma langue. Pouvez-vous me décrire un peu plus précisément votre méthode.

    Mon interprétation de la gorge serrée était très personnelle, mais je voulais attirer votre attention sur la possibilité d’une origine strictement physiologique. Parfois on met tout sur le dos du psychologique, alors on se prend la tête, mais on apprend qu’on a un truc qui n’est pas bien réglé, et là tout s’éclaire. On s’est tordu l’esprit dans tous les sens pour débloquer quelque chose qui n’était pas bloqué.

    Si on se place dans la perspective d’une circulation d’énergie, perspective qui me semble très appropriée, j’ai plein de chose à découvrir, et à dire.

    Comment, concrètement d’après vous se traduit cette circulation d’énergie ? Est-ce que la joie, le plaisir, la colère, la haine, l’amour, sont des mots qui désignent tous la même chose : cette énergie qui appliquée à un contexte, prend des formes différentes ?

    Si je m’interroge, c’est parce que je suis régulièrement l’objet de spasmes abdominaux et thoraciques. Ces spasmes ont lieu à un moment bien précis : quelque chose comme du plaisir, de la joie, de l’apaisement profond, monte en moi, et subitement le spasme se produit parfois très violent, à tel point que ma nuque peut me faire mal. Il provoquent une sorte de remise à zéro de cette chose qui monte. Que ces spasmes soient à l’origine d’un plaisir, c’est pas très clair, je le vis plutôt comme une réaction de blocage. Mais à d’autres moments ces spasmes sont comme des appels de mon corps. Je ne sais pas comment les interpréter, ou si je dois y faire attention, ou m’en désintéresser. Pourtant je sens qu’il y a là clairement la manifestation de cette énergie qui bouillonne. Je ne sais pas si ces spasmes sont un couvercle, ou un trampoline. Le soir quand je porte un aneros dans mon lit et que je me met en position de pratique, mon corps fait des soubresauts constamment. Ma femme est informée donc il n’y a plus de problème de ce côté-là, mais j’ai parfois l’impression qu’ils me ramènent constamment à ma réalité corporelle, alors que mon être tout entier se laisse entrainer dans une sorte de voyage où il n’y a plus de distinction entre conscience et inconscience, éveil et sommeil, corps et esprit.

    Peut-être aurez-vous des éléments qui me feront progresser dans la façon de vivre ces spasmes ?

    Bon cheminement à tous

    #29315
    JieffeJieffe
    Participant

    bzo

    tu semblais faire du sur-place pendant tout un temps

    Oui, comme quoi chacun avance à son rythme, et comme le dit souvent Andraneros, on reçoit son plaisir quand on y est prêt. Après, comment ça fonctionne… mystère.

    attache bien ta ceinture, cela va déménager

    J’ai l’impression d’être dans un manège de fête foraine. Mais je suis bien calé au fond de mon siège, et j’ai vérifié le garde corps.

    Andraneros

    Cette évolution s’est produite pendant mon cheminement, mais je ne peux pas dire si c’est un effet direct, un effet indirect, un effet de l’âge

    Je te dirai ce qu’il en est, si les choses changent pour moi. Mais je ne pourrais dire non plus si c’est un effet de l’âge!!!

    Il est important de protéger les enfants de situations qu’ils ne sont pas en mesure de comprendre mais il est aussi important de préparer les enfants à comprendre ces situations

    Oui, cruel dilemme, et que je sache, il n’y a pas de réponse universelle. Tu dis qu’il est important de protéger les enfants de situations qu’ils ne peuvent pas comprendre, mais la fille de ma compagne a 14 ans, et elle saura très certainement bien interpréter ce qu’elle entendra derrière la porte. Le danger, c’est qu’à cette âge là, le sexe c’est mal, le sexe c’est sale… qui sait ce qu’elle pourrait dire ou raconter à son entourage, bien que ce soit totalement naturel. Et comme bien souvent nous ne savons pas comment aborder la chose avec nos enfants, il faut prudence garder.
    François Dolto a certainement du savoir comment gérer cette situation… 🙂

    Si je ne me trompe pas je compte seulement quatre jours entre tes deux dernières sessions totalement orgasmiques !

    Oui, c’est bien possible. Je notais un temps les dates de mes sessions, le masseur utilisé et l’intensité du plaisir ressenti par un système de classement par étoiles. J’ai arrêté il y a peu, très certainement parce que je n’en ai plus besoin. Effectivement, mes dernières séances ont toutes été positives, voire très positives. Différentes à chaque fois, certaines se démarquent par leur intensité, mais très satisfaisantes pour chacune d’elles depuis quelques temps.
    Je n’envisage plus non plus aujourd’hui mes séances comme des entrainements, mais comme de pur moments de plaisir et de bonheur. Chaque jours, plusieurs fois dans la journée, je ressens (comme maintenant en écrivant ces lignes) une douce chaleur qui traduit un véritable envie de me faire du bien. Bien entendu, si une séance ne déclenche pas un immense plaisir, alors elle sera transformée en séance d’entrainement.
    Et puis je ne pratique pas autant que je le souhaiterais. Hier soir par exemple, j’avais envie, mais j’étais trop fatigué, et ce n’est pas la première fois que ça arrive. Mais ce n’est pas grave, l’abstinence augmente le désir.

    Le premier est la récurrence de tes orgasmes qui te mettent à la porte du super O’

    Oui, clairement. J’ai déjà écrit que je m’en sentais proche, mais par deux fois récemment, je ne m’en suis jamais senti aussi proche. J’avais l’impression de pouvoir le toucher du doigt. Il me reste peut-être encore beaucoup de chemin à faire, peut-être me reste t’il encore de nombreuse fois à penser que je m’en rapproche encore plus, mais ça n’a pas d’importance. Ce que je vis est déjà très satisfaisant. Ça viendra bien le moment venu.

    Le second, que tu as toi-même noté, est ta nouvelle capacité à relancer ta machine à jouir après une pause

    Ah ben ça c’est grâce à la technique du soin du palais mou… Incroyable cette technique que je n’ai pas eu l’occasion de reproduire, mais je n’y manquerai pas la prochaine fois.
    En fait, si je n’ai jamais réussi à relancer la machine jusqu’à maintenant, c’est que je n’ai jamais vraiment essayé. Je fais mes séances assez tard, et après 1/2h à 3/4h de plaisir non stop, voire une heure quelque fois, je suis lessivé, et je profite de la lancée pour m’endormir comme un bébé. C’est exactement ça, comme un bébé.

    être capable, après avoir retrouvé le calme, de te propulser consciemment et volontairement à nouveau dans la stratosphère orgasmique

    Pour ça, il faudrait que je commence mes sessions plus tôt, ce qui devrait être possible bientôt. Le problème est là, c’est qu’une fois le calme retrouvé, je suis rincé. Mais c’est bon d’être rincé de la sorte!!!

    Nous sommes là en plein exercice de techniques qui concernent la circulation de l’énergie sexuelle (?) ou plus universelle qui appartiennent à une autre culture. Les anéronautes qui parviennent à accepter une pratique un peu plus spirituelle du massage prostatique font les mêmes découvertes.

    Oui, c’est tout à fait étonnant. Il faut rester conscient que malgré toute notre technique et tout notre savoir, ici en occident, nous avons beaucoup à apprendre des autres civilisations ou autres cultures. Il ne faut surtout pas y être fermé. Quand on lit le témoignage d’Adam sur le Tantra, ce qu’il a vécu juste en respirant (parce que c’est ça au final), on ne peut que rester ouvert à ces pratiques.
    Quelques fois il faut savoir accepter à défaut de comprendre.

    C’est mon cas, malgré un état d’esprit très rationnel qui m’a longtemps coupé de toutes ces notions.

    Je n’ai pas compris si tu avais essayé celle ci spécifiquement?

    Bon cheminement @jieffe, très très bon cheminement…

    Merci Andraneros 🙂

    #29304
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Tu dis @jieffe :

    Je ne parviens pas à pleurer par exemple, mon chagrin et mes pleurs restent bloqués dans ma gorge

    J’ai été très longtemps comme toi sans pouvoir laisser passer mes larmes. Maintenant j’ai l’impression d’être « débloqué » (pour reprendre ton vocabulaire qui me paraît correspondre à la même sensation) et je « laisse passer » mes larmes « normalement ». Cette évolution s’est produite pendant mon cheminement, mais je ne peux pas dire si c’est un effet direct, un effet indirect, un effet de l’âge…

    Comme tout couple qui a des enfants, et comme du temps ou nous faisions encore l’amour, nous faisions attention à ne pas faire trop de bruit. C’est délicat de se laisser aller quand on a des enfants à proximité… Je pense que c’est quelque chose que tout couple connaît.

    C’était pareil chez nous. Il est important de protéger les enfants de situations qu’ils ne sont pas en mesure de comprendre mais il est aussi important de préparer les enfants à comprendre ces situations (ce qu’aurait pu dire et a sans doute dit Françoise Dolto). Et quand il n’y a plus d’enfant, il y a toujours des voisins qui pourraient entendre… Comment faire pour laisser exploser son plaisir sans retenue les jours où il n’y a pas de finale de coupe du monde avec l’équipe de France ?

    Si je ne me trompe pas je compte seulement quatre jours entre tes deux dernières sessions totalement orgasmiques !
    Le19 juillet :

    J’ai fait hier soir ce que je pense être ma meilleure séance jusqu’ici…. Wahou, 1/2 heure à 3/4 d’heures de plaisir intense. En fait, je n’ai pas des orgasmes, j’ai un orgasme de 1/2 heure à 3/4 d’heure. 

    aujourd’hui le 23 juillet :

    J’ai tout de même navigué dans de hautes sphères. Je me souviens de deux orgasmes en particulier qui ont mis tous les indicateurs dans le rouge (rien que d’y penser… ). Achevé sur mon lit, haletant, tentant de reprendre mon souffle la tête sous mon oreiller, je pensais en rester là, harassé…
    je suis la méthode et très rapidement je sens une douce chaleur autour de ma prostate, du plaisir et des contractions et c’est reparti pour un tour de piste…
    En principe, une fois que j’ai réussi à me calmer après quelques orgasmes, je ne parviens pas à relancer la machine. À vrai dire, je n’ai jamais vraiment essayé, parce que je m’endors très vite. Et bien là j’ai réussi, grâce à la technique du « soin du palais mou… » C’est assez incroyable en fait.

    J’ai l’impression que la monstrueuse spirale orgasmique qui t’entraîne tourne de plus en plus vite. Je perçois dans ton message deux éléments nouveaux qui marquent, à mon avis, une avancée décisive de ton cheminement. Le premier est la récurrence de tes orgasmes qui te mettent à la porte du super O’, même quand ta session ne semble pas bien commencer. Le second, que tu as toi-même noté, est ta nouvelle capacité à relancer ta machine à jouir après une pause. Plus que la succession de vagues de plaisir ininterrompues que tu connaissais déjà bien, être capable, après avoir retrouvé le calme, de te propulser consciemment et volontairement à nouveau dans la stratosphère orgasmique est la preuve que tu es vraiment devenu multi-orgasmique. C’est tout à fait magnifique.

    Merci Andraneros pour cette découverte. As tu essayé?

    De rien, je n’ai rien inventé et je suis persuadé qu’avec un peu plus de temps devant toi tu aurais fait la même découverte. Je suis heureux que tu aies su appliquer avec succès cette technique qui dépasse la gymnastique du sphincter anal et des muscles du périnée. Nous sommes là en plein exercice de techniques qui concernent la circulation de l’énergie sexuelle (?) ou plus universelle qui appartiennent à une autre culture. Les anéronautes qui parviennent à accepter une pratique un peu plus spirituelle du massage prostatique font les mêmes découvertes. C’est mon cas, malgré un état d’esprit très rationnel qui m’a longtemps coupé de toutes ces notions. J’évolue lentement sur ce point comme pour tous les changements que je vis depuis ma découverte difficile, au début, du plaisir prostatique.

    Bon cheminement @jieffe, très très bon cheminement…

    #29299
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Merci Andraneros pour toutes ces recherches que j’ai toutes été voir. De ce que j’ai pu lire sur le WikiHow, mon chakra de la gorge ne serait ni fermé, ni bloqué. Quoi qu’il en soit, je vais tout de même creuser un peu cette piste. Pout tout vous dire, je dois tout de même avoir un problème de ce côté là. Je ne parviens pas à pleurer par exemple, mon chagrin et mes pleurs restent bloqués dans ma gorge. J’ai encore pu le vérifier récemment lors d’un enterrement. Le chagrin monte, je sens les pleurs arriver, mais tout reste dans ma gorge, rien ne sort.
    Je n’en suis pas à ton stade Epicture, cela ne me génère aucun maux, seulement une grande pression pendant un instant, et tout disparaît par la suite. Je n’ai pas non plus d’allergie connue.

    bzo

    à devoir sans cesse faire attention, à devoir sans cesse te retenir de crier, de gémir

    Je ne me retiens pas de crier seulement pour ma femme, mais aussi pour sa fille. Comme tout couple qui a des enfants, et comme du temps ou nous faisions encore l’amour, nous faisions attention à ne pas faire trop de bruit. C’est délicat de se laisser aller quand on a des enfants à proximité… Je pense que c’est quelque chose que tout couple connaît. Pour ce qui me concerne, ce n’était pas vraiment un problème quand j’avais une sexualité classique, mais ça l’est aujourd’hui!!!
    C’est une difficulté, et j’aimerais assez savoir comment d’autre gère cette situation.

    J’ai essayé le soin du palais mou… et bien ça fonctionne plutôt pas mal. J’ai été voir ce qu’il s’en disait sur le forum de la marque, chaque anérosien l’ayant essayé est tout aussi surpris, ne voyant pas le rapport entre le palais, la bouche… et la prostate, mais oui, ça fonctionne.
    Hier soir donc, petite séance qui a eu un peu de mal à démarrer, à tel point que j’ai pensé que ce ne serait qu’une séance d’entraînement. Mais non, mais non, beau décollage et beaux orgasmes. Toujours pour moi à la porte du super O’, bien que j’ai pensé une fois ou deux qu’il arrivait, mais non finalement. J’ai tout de même navigué dans de hautes sphères. Je me souviens de deux orgasmes en particulier qui ont mis tous les indicateurs dans le rouge (rien que d’y penser… ). Achevé sur mon lit, haletant, tentant de reprendre mon souffle la tête sous mon oreiller, je pensais en rester là, harassé. Puis je me dis, ‘tiens, essayons le soin du palais mou’. Donc ni une ni deux, je suis la méthode et très rapidement je sens une douce chaleur autour de ma prostate, du plaisir et des contractions et c’est reparti pour un tour de piste. Sérieusement, on dirait qu’il y a un nerf qui relie la prostate directement au palais mou…
    En principe, une fois que j’ai réussi à me calmer après quelques orgasmes, je ne parviens pas à relancer la machine. À vrai dire, je n’ai jamais vraiment essayé, parce que je m’endors très vite. Et bien là j’ai réussi, grâce à la technique du soin du palais mou… C’est assez incroyable en fait.
    Merci Andraneros pour cette découverte. As tu essayé?
    Effectivement, j’ai moins ressenti ce blocage dans ma gorge lors de ce deuxième envol, mais il me semble aussi que j’ai laissé échapper quelques gémissements plus sonores qu’à l’accoutumée.

    #29279
    EpictureEpicture
    Participant

    Merci Jieffe pour ton compliment sur le fil de BZO.

    Tu nous dis :

    Ce que je sais, comme je l’ai écrit, c’est que ma gorge est extrêmement contractée, et je pense qu’elle est si contractée pour ne pas laisser échapper les sons. Je n’ai jamais ressenti les énergies qui circulent dont certains parlent, et chères à certaines pratiques zen, mais j’ai l’impression dans ces moments là qu’une énergie est bloquée dans ma gorge et ne peut pas monter jusqu’à mon cerveau. C’est comme ça que je me représente le phénomène.

    Voilà exactement ce que je ressens : une pression, qui vient d’on ne sait trop où, qui demande à passer par la gorge, mais le débit est plus grand que le diamètre du passage, alors ça s’en-gorge. Ca appuie sur les parois, et ça génère toutes sortes de désagréments : maux de gorges, nausées, pharyngites, rhino pharyngites, éternuements, yeux qui piquent, vertiges, etc…

    Ca fait plusieurs années que je travaille là-dessus, et tous les examens médicaux sont formels : je suis en bonne santé.
    Il y a cependant une piste que j’explore actuellement : l’allergie. En effet, des analyses ont montré que j’étais positif aux allergisants de type respiratoire. Il semble y avoir certaines corrélations entre l’émission de pollens, et ces sensations. Le problème c’est que mes symptômes ne sont pas suffisant pour être exploitable par un médecin qui aurait à faire un diagnostic, donc je me traine ça depuis plusieurs années, mais là, je crois que je tiens quelque chose d’intéressant : j’ai suivi un traitement anti-histaminique ce qui a amélioré de façon assez subtile, mais néanmoins palpable cette sensation d’oppression dans la gorge. A confirmer par la suite. De toutes façons, je ne vais pas me mettre sous ces médocs en permanence, il faut donc chercher en parallèle d’autres pistes : celle décrite par andraneros est très intéressante.

    Je pense que la sensibilité allergique induit une réaction musculaire « réflexe » de la zone. Apprendre à identifier la musculature du cou qui est très complexe, de travailler dessus comme on travaille sur le plancher pelvien, permet de relâcher et de libérer cette tension permanente. Je le fais régulièrement : ça commence par le visage, je sens les muscles du visage se relâcher, puis ça descend vers le cou, Il faut avoir la tête appuyée sur un coussin pour que tous les muscles puissent se relâcher. Si je suis fatigué, je m’endors direct. Je n’ai pas encore pu bien mettre en relation ce relâchement et le massage prostatique, mais j’y travaille, c’est actuellement ma piste principale. De plus, la technique de la bouche pleine, et des dents desserrées, je la pratique, car c’est le meilleur moyen pour relâcher complètement les muscles de la langue et de la mâchoire : l’ensemble fait ventouse, et ça tient tout seul sans serrer les dents. Par contre je n’ai pas bien compris la deuxième partie qui consiste à pousser sur le palais. Cela consiste à faire succion alternativement comme si on tétais ? Il y pleins de techniques orientales qui reproduisent ce mouvement de succion, mais je n’ai jamais vraiment bien compris à quoi ça servait .

    L’autre piste qui est déterminante : c’est l’environnement. La moindre source d’inquiétude à l’égard de mon environnement est l’occasion pour l’esprit de prendre le dessus. C’est comme pour la stimulation du pénis : ça risque de prendre le dessus sur le plaisir prostatique. De même il ne faut pas stimuler l’esprit, il doit rester à la porte. Cela ne signifie pas qu’il faut mettre tout le monde dehors, parce que on peut l’avoir à l’esprit, même quand ils ne sont pas là. C’est un aménagement qu’il faut mettre en place peu à peu, pour se libérer de son environnement. C’est une voie sur laquelle je travaille beaucoup, et c’est très bénéfique, ma gorge se relâche peu à peu.

    Bon cheminement Jieffe

    #29277
    JieffeJieffe
    Participant

    « soins du palais mou » ce qui ne veut strictement rien dire, merci Google

    Ah ben tu m’as bien fait rire, merci… 🙂
    Sinon, effectivement, je trouve la méthode quelque peu étrange, mais elle vaut le coup à mon sens d’être essayée. Ce que je n’ai pas compris en revanche, c’est s’il faut la pratiquer lorsque je sens cette énergie bloquée, ou quotidiennement et je constaterai ces bienfaits lors de mes séances.
    Merci en tout cas pour la recherche et pour l’information. J’essaierai de trouver le temps tout de même d’aller voir ça sur le site officiel. En plus, ça me fera travailler un peu mon anglais…

    Tu ne regretteras rien.

    Arf…l’histoire de ma vie montre que bien souvent, lorsque je pense une chose acquise et que je l’exprime, elle disparait comme pour me punir de ma vanité… Mais il est vrai que j’ai acquis cette confiance par la répétition de séances qui ont toutes été source de jouissance.

    Je vous laisse, je vais me faire un soin du palais mou… 🙂

    #29269
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Tu dis @jieffe :

    Un lapsus révélateur, c’est comme ça que l’on nomme ce type de phrase. Et pourtant je suis persuadé d’être l’acteur, de le vivre pleinement, de m’y abandonner totalement, sans crainte… Mais tu dois avoir raison, il doit y avoir quelque chose qu’il me faut déterminer, inconscient, qui fait que je n’en suis que spectateur, et que je ne m’y jette pas complètement.

    Et :

    Je n’ai jamais ressenti les énergies qui circulent dont certains parlent, et chères à certaines pratiques zen, mais j’ai l’impression dans ces moments là qu’une énergie est bloquée dans ma gorge et ne peut pas monter jusqu’à mon cerveau. C’est comme ça que je me représente le phénomène.

    Je pense que tu mets le doigt sur une des clés de tes futurs progrès. Sur le forum officiel de la marque Aneros on peut trouver régulièrement des messages qui mentionnent une technique appelée « soft palate nursing » que Google traduit par « soins du palais mou » ce qui ne veut strictement rien dire, merci Google, et qu’il faut comprendre comme l’explique ce fil de conversation :

    Begin with deep slow breathing, mouth closed, tongue full (touching top and bottom of mouth), teeth slightly separated… Now, ever so gently, create a suction that presses the back of the tongue against the soft palate and, after a while, let chin fall and rise as if nursing.

    Traduction :
    Commencez avec une respiration profonde et lente, bouche fermée, langue pleine (touchant le haut et le bas de la bouche), les dents légèrement écartées… Puis, tout doucement, faites une aspiration qui pousse le dos de la langue contre le voile du palais et, après un moment, laissez le menton tomber et remonter comme pour une tétée.
    Fin de traduction
    L’objectif de cette technique est de faciliter la circulation de cette fameuse énergie jusqu’à la tête en débloquant la gorge, ce qui libère sa circulation dans tout le corps avec tous les bienfaits que cela peut apporter. Remarque que le mouvement du menton a pour effet de détendre les muscles associés et donc d’éliminer toute crispation.

    Ce sont des notions qui m’étaient totalement étrangères et que j’ai peu à peu découvertes au long de mon cheminement. Cette technique paraît très bizarre quand on essaie de l’appliquer, maladroitement dans mon cas. Elle demande donc un apprentissage pour devenir naturelle. J’encourage nos amis qui sont plus expérimentés que moi dans ce domaine à venir corriger, compléter ce que je te dis et éventuellement à nous proposer une méthode d’apprentissage ou d’exécution. Il va sans dire que l’utilisation de cette technique ne remplace pas tout ce que tu fais déjà

    je me sens de plus en plus confiant. 

    Le déclenchement, désormais systématique, de tes orgasmes pendant tes sessions, l’évolution de ta jouissance de plus en plus intense, profonde, alors que les conditions dans lesquelles tu engages tes sessions ne sont pas optimales, valident définitivement ta confiance. Tu ne regretteras rien. Tu peux l’écrire et tu peux le crier si ton environnement te le permet !

    Bon cheminement @jieffe.

    #28181

    En réponse à: Sexualité transgenre

    bzobzo
    Participant

    bon ça ne devrait pas être trop difficile pour moi de suivre le chemin que tu m’indiques, étant donné que je suis femme dans ma tête à 90%…Ma sensualité, ma spiritualité, ma sensibilité sont féminines…Mon aspect aujourd’hui est androgyne au point que ma féminité ne peut plus échapper à personne, ce qui me fait beaucoup de bien dans la vie quotidienne…

    Et pour ce qui est de me lâcher, ne t’inquiète pas, le fait d’assumer ma féminité de plus en plus au grand jour fait que n’ai quasiment plus aucune inhibition…

    superbe, tu es parée, tu es une cavalière, une amazone, prête à toutes les aventures,
    prête à tous les excès, prête à toute les débauches, prête à toutes les extravagances,
    j’aime cela,
    tu as tout ce qu’il faut pour réussir l’expérience,
    je suis heureux de t’aider à t’engager dans cette voie,
    tu vas voir, c’est tout à fait incomparable, cette façon de pratiquer,
    elle va te permettre d’exprimer ta féminité comme rien de ce que tu as essayé jusqu’ici,
    en tout cas en solo

    comme quelques uns par ici,
    je suis très touché par ta présence sur ce forum et par ton expérience,
    nous avons un corps d’homme mais nous le vivons différemment,
    nous avons du féminin en nous
    mais nous le vivons différemment aussi,
    en même temps cela nous rend si proche, tellement proche
    j’en suis profondément ému quand j’y pense,
    le temps de la séance, je ressens tes difficultés, je ressens tes efforts,
    je ressens ta volonté de vivre le féminin en toi

    le féminin que j’éveille en moi durant la séance,
    crée des liens avec d’autres que je n’aurai jamais imaginés avant,
    des liens mystérieux tissés avec de parfaits inconnus
    avec lesquels je me sens plus proche qu’avec la plupart des gens que je côtoie au quotidien

    le féminin vécu dans notre chair d’homme, crée une sensation de communion
    communion par le féminin, communion par le plaisir féminin

    le féminin rend notre chair d’homme un peu plus universel,
    un peu moins bête, un peu moins limité,
    on sent mieux son coeur aussi, on se sent plus ouvert et plus accueillant
    quand tant de plaisir féminin inonde notre chair régulièrement

    toi bien sûr, c’est encore autre chose,
    ta lutte est héroïque, tu es une heroïne quelque part,
    tu t’es engagé dans une voie difficile, tellement difficile
    et j’espère de tout coeur que tu vas arriver à tes fins,
    t’épanouir en tant que femme heureuse dans son corps et dans sa tête

    quand le masseur arrivera, prends ton temps, stp, prends ton temps,
    comme tout outil prostatique, il agit par la bande,
    tu vas avoir un bout de silicone en toi
    mais ce que tu vas ressentir, c’est tout autre chose,
    c’est le petit miracle de la prostate qui va passer par là
    si tu fais bien tout comme il faut

    mais donc tu dois apprendre à manier et à ressentir ce masseur comme il se le doit,
    c’est une sorte de rewiring à faire,
    peu à peu ou peut-être rapidement dans ton cas,
    ressentir ce bout de silicone comme un sexe bien dressé, bien dur, bien turgescent,
    allant et venant en toi,
    lier les sensations montant du masseur aux sensations qu’il peut suggérer
    si on le manipule d’une façon adéquate

    la sensation de pénétration devient vite tellement réaliste
    mais tellement, rien que d’y penser, j’en ai des frissons partout
    et puis avec ce masseur qu’on peut vraiment manipuler avec une précision diabolique,
    on peut vite arriver à lui faire faire une grande variété de mouvements
    qui vont rendre la sensation encore plus riche, plus intense et plus réaliste

    prends donc ton temps pour bien le maîtriser,
    vraiment prends ton temps, ne te rue pas avec,
    pas de grands coups de boutoir systématiques,
    ce n’est pas un gode ou autre bélier pour se défoncer le cul,
    du raffinement, de la variété, mais aussi de l’animalité, de l’explosif, bien sûr,
    sens comme il frotte bien, sens comme il bouge bien,
    sens comme il t’inonde de sensations délicieuses et telluriques en même temps,
    sens comme il glisse en toi, on dirait une gondole sur la lagune du plaisir au clair de lune,
    c’est Venise illuminé la nuit partout en toi,
    les entrailles en feu, avec l’ombre d’innombrables palais à la beauté antique,
    frottements irrésistibles, solides coups de rein, folle du fondement,
    folle du logis, ramonée, astiquée,
    sens comme on peut changer ses angles d’inclinaison
    et de contact avec la prostate

    tout cela va rendre l’expérience unique
    et la sensation de se faire l’amour,
    deviendra tellement réaliste, tellement orgasmique à chaque instant,
    tellement ressentie dans ta chair, dans tout ton corps,
    que tu vas être folle de plaisir, comme tu vas être folle de plaisir,
    femme en chaleur, femme en rut, femme ruant, femme hurlant

    si tout va bien,
    tu te rendras compte que je n’ai pas exagéré avec mes descriptions
    bien que mes messages de ces dernières semaines sont relatés exclusivement à ma pratique aneroless
    où c’est encore plus puissant, plus riche et plus réaliste,
    où le féminin peut encore plus s’exprimer

    mais déjà avec le G-Rider, c’est pas mal du tout,
    oui c’est pas mal du tout,
    ce n’est pas pour rien que j’en ai une douzaine dans mon armoire,
    je vais les garder , même si je n’ai aucune intention pour l’instant,
    de refaire des séances avec masseur

13 réponses de 21 à 33 (sur un total de 33)