20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 145)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • #44229
    Alokar
    Participant

    Bonsoir,

    As tu essayes de ne rien faire pendant tes séances

    En général, mes essais sont assez long, de l’ordre de 2h. La premiere demi-heure, je tente justement de ne rien faire, de lire un truc pour me détendre avant de préparer la relaxation etc. mais cela ne fait pas grand chose (je dois approcher des 30 essais). L’eupho est aussi celui qui se démarque le plus. Moins intrusif, si je veux essayer tous les jours, cela ne cause pas de soucis.  A coté, je commence seulement doucement a sentir la prostate avec l’helix. Par contre, progasm jr et l’helix vibrant (actif), tres bof, ca anesthésie plus qu’autre chose.

     

    c’est tellement à l’opposé de ma façon de pratiquer

    En effet :p Du coup, je pense qu’on risque de tourner en rond, car j’écoute aussi mon instinct, mais il n’est qu’une voix parmi d’autres. Le lacher prise ne sera juste pas possible, car je ne perds pratiquement jamais le contrôle, dans aucune circonstance et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Au mieux, je me désinhibe, mais je ne lache pas les rennes. C’est pour ca que le seul moyen de laisser plus de place à la voix de l’instinct est d’abord de satisfaire les attentes du technicien pour qu’il retourne dans son poste d’observation avec son calepin et coche en silence pendant que les autres avancent dans le boulot.

    De toute facon, la pratique prostatique est à l’opposé complet de ma facon d’être. Je ne me mets pas la pression, j’essaie de continuer en mode “technique de maitrise du corps” mais tout ce qui est confort, sensations (surtout agréables), détente et laisser aller, ce n’est pas trop ma mentalité ^^

    On verra jusqu’où j’irai. Vu la somme investie dans les différents modèles, je ne compte de toute facon pas laisser tomber comme ca et cela change un peu de la routine de la simple pratique éjaculatoire. Si je vois que cela continue de bloquer, je pense que je testerai avec cbd, ou avec l’hypnose (même si encore une fois, l’autosuggestion marche pas mal, mais l’hypnose passive bloque, donc les playlists type hypno-aneros ne fonctionnent pas, ou alors m’endormir avec et mettre le reveil pour 1h30 plus tard, à voir.
    Le principal ennui est que les interrogations “techniques” restent en suspens.

    #44171
    curieuxjj24
    Participant

    Bonjour à tous,

    Je me permets d’intervenir dans ce post parce que je me sens particulièrement concerné.

    J’ai tenté de connaitre le plaisir prostatique depuis maintenant plus d’un an et presque une centaine de séances mais sans atteindre l’orgasme. J’ai pourtant un hélix, un progasm jr, un vice 2 et un plug pfun njoy. J’alterne régulièrement avec ces modèles mais pour l’instant, j’ai seulement des sensations légères de bien-être parfois mais rien de signifiant ou de concret. Je cherche toujours la clé, peut-être trop diront certains mais enfin, c’est quand même le but ! J’analyse toutes mes séances et j’essaie d’en tirer des leçons pour progresser et ce que je peux dire aujourd’hui c’est que c’est le vice qui me fait le plus d’effet, j’ai même eu l’impression de passer prés de l’orgasme une fois mais depuis plus rien. Je me dis qu’avec sa taille, il appuie peut-être davantage sur ma prostate ? Le problème que je rencontre est que je n’arrive pas à la situer : partout sur internet, on vous dit qu’elle se situe à environ 7 cm de l’anus mais j’ai beau introduire mon majeur et tâtonner, je ne sens pas la fameuse “noix” qui est soi-disant à porter de doigt. J’ai essayé avec les différents masseurs en les faisant pivoter pour essayer de me dire “tiens, à cet endroit je sens une sensation m’envahir” et je n’ai pas réussi. Elle est pourtant bien là, je jouis en me masturbant, elle “pleure” plus ou moins lors des massages, donc, elle est là mais…y’a un truc !

    Dernièrement, je me suis dit qu’il fallait peut-être tester un masseur qui ressemble à un doigt mais qui soit plus incliné pour appuyer peut-être davantage vers le devant et j’ai pensé au edge 2 qui est bien noté. De plus, il a l’avantage d’avoir 2 moteurs séparés et il peut appuyer sur le périnée sans appuyer trop fort à l’intérieur. Ton expérience m’intéresse donc particulièrement. J’en profite pour glisser aux testeurs du site une petite suggestion de test de ce masseur : je serais curieux de savoir ce qu’en penserait Adam.

    Je suis donc intéressé par ce modèle même si je ne suis pas convaincu par les vibrations. Sur le vice, je trouve qu’elles sont trop fortes et ça “tue” les sensations mais c’est surement parce que ma prostate n’est pas éveillée correctement.

    Si toutefois certains ont connu un peu le même parcours que moi et ont une suggestion de masseur ou de gode pour me débloquer, je leur en serais très reconnaissants. Idem pour arriver à localiser ma prostate avec le doigt. Je me dit qu’elle est peut-être à plus de 7 cm et j’ai lu qu’un certain pourcentage de la population ne peut pas bénéficier du toucher rectal pour cette raison. Pourtant mon urologue m’en a fait un mais je n’ai pas eu l’intelligence de regarder et ressentir comment il faisait…promis l’année prochaine lors du prochain examen ! mais j’aimerais bien y arriver d’ici là.

    J’hésite à acheter le progasm qui est le plus gros des aneros, il me fait envie. Le loki, je l’ai testé il y a 5 ans mais il était trop gros, je me suis fait mal et de colère je l’ai jeté mais les vibrations ne m’avaient pas emballé de mémoire…

    En tout cas, merci pour ton retour.

    #44154

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    parfois j’ai l’impression que tout mon plaisir

    n’est que de l’autosuggestion,

    de l’autosuggestion à la puissance XXL

     

    mais là, il y a quelques instants, debout,

    les hanches dansant langoureusement,

    embarquées dans un mouvement de va et vient,

    gémissant de plus en plus,

    me caressant avec passion, partout,

    avec cette sensation irrésistible, incroyable,

    de me faire l’amour

    qui m’habitait de fond en comble,

    avec cette sensation irrésistible, incroyable,

    de me sentir, être pénétré et en même temps, de pénétrer,

    j’ai bien observé, une fraction de seconde, ce qui se passait,

    durant un moment d’impression, comme cela

     

    et en fait c’est le contraire,

    ce sont bien les vagues de sensations

    qui me suggéraient ce que j’étais en train de vivre

    et non le contraire,

    c’est ce que je percevais qui me suggérait tout cela

     

    mais de toutes façons, quand bien même,

    ce ne serait que de l’autosuggestion,

    bah, je m’en fous royalement,

    c’est juste délicieusement, tellement vécu ,

    tellement ressenti,

    dans tout mon être,

    il n’y a que cela qui compte, dans cette histoire

     

    si c’est avec de l’autosuggestion

    que je parviens à libérer toutes ces forces en moi,

    que je parviens à éveiller tout ce maelstrom dans ma chair,

    je suis preneur aussi

     

    pas faire le difficile, éthiquement,

    quand on parvient à avoir, à volonté,

    une pareille jouissance, une pareille volupté,

    dans sa chair,

    un pareil kaléidoscope de sensations

    flavosaure
    Participant

    Bonjour à toutes et tous,

    Je vous salue et vous remercie pour ce site et ces différents sujets de discussions qui m’aident à cheminer sur ma sexualité et mon rapport à mon corps et à l’amour.

    Je ressens le besoin d’échanger sur un sujet qui me plombe l’esprit de manière récurrente et violent depuis que j’ai découvert le sexe anal et ses potentialités.Du coup j’ai pris l’initiative de créer un sujet pour cela ne trouvant pas de discussion centrées dessus. Si c’est inapproprié je vous pris de bien vouloir m’en excuser.

    Pour cela je dois tout d’abord vous raconter une histoire. Une histoire d’amour.

    J’y vais.

    J’ai rencontré mon amour il y a un peu plus de deux ans, elle était alors l’épicière du coin. Quelque chose dans son regard a activé en moi un amour immédiat, je l’ai tout de suite aimé je crois. Moi à ce moment là je venais de vivre ma première relation homosexuelle et j’étais dans une angoisse quasi quotidienne, pétrifié à l’idée de prendre du plaisir avec un homme. Pétrifié à l’idée de me faire pénétrer et que mon anus soit source de plaisir. Ce jour là je me remettais d’une cuite que j’avais pris la veille qui avait pour seul but de faire cesser mes angoisses, je n’ai pas trouvé d’autres solutions à l’époque. Un peu apaisé malgré tout par la fatigue de la cuite  je suis entré dans cette épicerie, me suis renseigné et très vite la discussion a pris une tournure tout autre ou elle m’annonçait être libertine et très ouverte à la sexualité et moi je lui indiqué que ma dernière découverte était plutôt angoissante. Nous avons immédiatement apprécié notre présence mutuelle et quelques jours plus tard nous ne nous sommes revus chez elle pour ne plus nous quitter. Le premier confinement était quelques jours plus tard. Depuis j’ai accueilli dans ma vie cette femme, Miryam, mon amour, son fil Eliott de 6 ans aujourd’hui. Nous sommes maintenant mariés et notre enfant d’amour Simon est né en Janvier.

    Dès le début l’ouverture sexuelle de Miryam m’a fort décontenancé. Elle affirmée avec véhémence que je pouvais me mettre des “choses au cul” sans forcément être homosexuel. Son expérience avec d’autres hommes et des parties fines lui permettait d’affirmer que plein d’hommes se mettent des choses aux fesses et pas forcément des homosexuels. J’ai eu beaucoup de difficultés à lâcher sur cela. J’en ai encore. Mon cul, qu’au demeurant elle adore pénétrer et désire profondément est devenu au fil du temps une source d’angoisse entre nous. Chaque intervention de sa part sur moi fini toujours par déclenché un stress intense et des angoisses terribles de mon coté, qui m’amène à croire à mon homosexualité et au fait que je sois un imposteur dans notre couple, que je ma suis réfugié auprès d’elle pour ne pas avoir à effectuer mon propre cheminement homosexuel tellement ma propre homophobie est véhémente (je parle de la mienne car je ne suis pas homophobe, je n’ai rien contre les homosexuels, je suis amis avec certains). L’idée que je sois homosexuel m’est insupportable, source de stress, d’angoisse, car elle signifierai la fin de mon histoire d’amour, de mon couple, de ma vie de famille. M’abandonner entre ses bras m’est très difficile, j’ai du mal à la laisser faire, à accepter mon désir anal, et encore plus un désir prostatique. Je prend néanmoins du plaisir quand elle me pénètre mais j’ai toujours la sensation que ce n’est pas assez et que c’est un homme qui doit faire cela. Depuis la grossesse et la naissance toute cette sexualité a été encore plus affectée, j’ai péter un plomb pendant la grossesse pour aller dans un sauna gay, chose qui lui a brisé le cœur (étant libertine elle a fait des partouzes depuis notre rencontre, je n’avais rien fait de mon coté, mais nous avions convenu d’aucun échange pendant la grossesse). Je lui demande pardon depuis.

    Mon désir anal et/ou prostatique est un problème dans mon couple. A défaut de nous réunir, de nous fusionner, il nous déchire, il me déchire notamment car après le plaisir viennent s’installer chez moi des peurs et des angoisses terribles qui me font tout gâcher par peur, agressivité, je la rejette, lui en veut, j’ai du mal à la regarder, à accueillir l’amour avec lequel elle s’occupe de moi. Comme si mon conditionnement de mâle dominant père et patriarche, ma soumission à un masculin hégémonique qui ne se laisse pas pénétrer interdisait tout simplement à mon corps ce type de plaisir. Cela déchire notre amour, la blesse et je ne souhaite en aucun cas être la source de sa souffrance. J’ai souvent la sensation que je dois la quitter pour explorer l’homosexualité mais je ne peux me résoudre à laisser derrière moi notre lien, notre famille, mon beau fils et notre fils. D’un autre coté je me dis que mes blocages sont importants, que je n’ai reçu aucune éducation sexuelle et que sont imprimés en moi des injonctions très fortes que je n’arrive pas à dépasser pour pouvoir ouvrir des espaces de sexualité sereins, légers, apaisés et joyeux.

    Qu’est ce que vous en pensez? Auriez vous des idées, des suggestions pour que je fasse tomber petit à petit mes barrières mentales?

    Merci

     

    #43708
    pascal44
    Participant

    Bonjour Marclof,

    Je vais essayer de te répondre, avec ma modeste expérience.

    Dans ma pratique, j’essaie d’être seulement observateur, mais d’une manière un peu particulière.

    L’idée est d’observer le plaisir monter, sans attendre qu’il monte plus vite et, à l’opposé, sans avoir peur qu’il n’apparaisse pas : trop d’attente ou trop de peur sont deux états d’esprits aussi perturbateurs l’un que l’autre.

    Cela peut paraitre simple, mais cela ne l’est finalement pas tant que cela.

    Pour ma part, je visualise la montée du plaisir comme, par exemple, le lever du soleil par une belle matinée de printemps (c’est d’actualité !).

    Imagine le moment d’avant le lever du soleil. Le plaisir n’est pas encore là, mais tu es bien, tout est paisible.

    Ce moment d’avant le début du plaisir est une paix, est déjà un plaisir d’une autre nature.

    Tu n’es pas dans l’attente, tu es juste dans l’observation du plaisir qui va venir.

    Qui va venir de manière aussi naturelle qu’il est inévitable que le soleil est en train de se lever.

    Le premier rayon du soleil émerge maintenant au dessus de l’horizon. Il vient caresser ton visage en même temps qu’apparaît dans le bas de ton ventre une très légère contraction, un très doux et très léger plaisir.

    Ce n’est encore qu’un spasme presque imperceptible, qu’une très légère contraction, comme un effleurement interne, comme l’incroyable frôlement d’une plume – ou peut-être une très douce langue – qui se serait introduites en toi.

    A mesure que le soleil monte sur l’horizon, tu accueilles ces premiers frissons de plaisir, tu les laisses croitre en toutes petites vaguelettes, qui montent et qui redescendent.

    Qui montent à chaque fois un peu plus haut, qui montent et qui gagnent tout ton corps.

    En de courts instants, le plaisir reflue et te laisse, comme une vague qui quitte le sable et les rochers et qui repart vers l’océan.

    En ces moments de reflux du plaisir, tu reprends ton souffle, tu t’apaises et tu savoures le calme, le repos et la paix infinie qui t’envahissent et qui sont une autre sorte de plaisir, beaucoup plus doux, beaucoup plus profond que celui qui, soudain, réapparait brusquement au creux de ton ventre.

    … et qui vient une première fois te couper le souffle, en une première vraie vague délicieuse qui s’insinue dans tout ton corps, qui arrête ton souffle, et qui monte plus haut, toujours un peu plus haut, et qui commence à submerger tes barrières intérieures.

    Bon… J’arrête là pour l’instant !

    Cela me fait penser que, plutôt que de chercher à expliquer en étant trop descriptif, il serait peut-être mieux de raconter une histoire érotique, qui jouerait plus sur la suggestion que sur l’explication…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 8 mois par pascal44.
    #42535
    bzo
    Participant

    je dirai que c’est dommage,
    tu as déjà désormais un très sérieux plaisir prostatique, aussi bien avec masseur, qu’aneroless
    mais foncièrement, tu fonctionnes encore suivant une logique de plaisir pénien,
    c’est-à-dire que l’excitation doit se conclure par une éjaculation

    c’est cela et rien d’autre,
    l’argument comme quoi, tu dois te soulager pour arriver à dormir,
    c’est de l’autosuggestion, pour moi,
    si tu fais l’effort de ne pas conclure ainsi ta séance,
    que tu l’acceptes vraiment et tu mets au lit,
    pas avec cette idée fixe quelque part en toi
    que tu ne vas pas parvenir à dormir parce que la tension sexuelle va t’en empêcher,
    eh bien, tu parviendras à t’endormir

    je te prédis même des nuits bien meilleures et bien plus apaisées,
    avec des rêves plus puissants et riches
    si tu commences à accumuler tes énergies, ne pas éjaculer systématiquement à la fin de chaque séance
    et à avoir du plaisir prostatique de plus en plus intense et de qualité
    grâce à la sursaturation en énergie, de ta chair

    #42038
    Andraneros
    Modérateur

    Tu demandes @filou :

    tu as fini par utiliser le N’Joy 2.0 (… ) J’en déduis que tu as ressenti le besoin de plus gros et plus lourd parce que ce faisant tu augmentais les sensations. Est-ce exact?

    Oui et non.
    A l’époque j’étais aussi animé par une grande envie d’exploration (un peu comme celle qui semble être la tienne en ce moment) qui me conduisait à vouloir tester mon potentiel à en faire « plus », à chercher autre chose. Donc je ne cherchais pas vraiment à avoir plus de sensations mais à voir jusqu’où je pouvais aller en insertion anale. Du fait que j’étais déjà à ma limite avec le Large j’ai dû « apprendre » à le recevoir, un peu comme j’apprenais à vivre des orgasmes prostatiques. Je pense que la 1ère fois où j’ai réussi à le recevoir en entier m’a apporté plus de satisfaction intellectuelle que de satisfaction sensorielle…

    Par la suite l’intensité des sensations a bien produit les effets jouissifs attendus. Comme je te l’ai dit je pense que notre expérience prostatique est un énorme plus pour apprécier à leur juste valeur les sensations propres au plug.

    Dans la mesure où tu utilises déjà un Progasm Jr je pense que tu peux commencer directement par l’équivalent du medium (32 mm de diamètre). La forme ovale des plugs facilite leur insertion parce que la partie la plus large est très courte et que dès qu’elle passe le diamètre commence immédiatement à se réduire. C’est sans doute plus difficile avec un gode dont le diamètre ne varie pas. J’ai découvert que la lubrification est importante autant à l’extérieur de l’anus qu’à l’intérieur.

    Je viens de voir que tu parles de sensations “plug less”

    C’est une suggestion que je fais à @Plug3347 en prenant en compte sa situation telle qu’il la décrit dans un de ses messages précédents. En ce qui me concerne, et je pense toi aussi en fonction de ce que tu vis déjà en ” A-less “, cette caractéristique est déjà présente indépendamment du plug. En revanche le port de ton plug avant tes sessions pourrait bien te donner un coup d’accélérateur comme un échauffement avant une performance sportive.

    Tu as bien raison d’avoir encore plus envie de te lancer dans la suite de tes explorations. Bon cheminement @filou.

    #41337
    lecossais
    Participant

    Depuis que je me rase la queue (autour), elle est plus visible, paraît plus grosse et même, en apparence plus propre. Ma poche est plus sensible et plus sensible entre mes fesses,
    autour de mon anus. Donc que des avantages.
    Pour ma partenaire, elle est comme toutes les femmes, elle aime se faire lécher la vulve. Et je n’ai pas la sensation de poils dans la bouche…De plus, ses lèvres vaginales sont visibles, son clito aussi . Mais une suggestion pour les hommes: pas de moustache ni de barbe.
    Cette mode est arrivée avec le grand nombre de centres naturistes..et de plages . Ce sont les nudistes qui ont commencé cette mode. Les autres ont trouvé ça beau…alors

    #41189
    nousta
    Participant

    Bonjour à tous
    Merci pour tes encouragements @Andraneros , peux-tu m’expliquer pourquoi mon cheminement est magnifique ? je pense que je n’en suis pas tout à fait conscient même si je c que d’autres galèrent énormément , oui en effet tu connais mieux @Bzo que moi et il est depuis le début très précis , toujours prêt à donner de bon conseils et réactif…
    Merci @Bzo pour toute ton aide , tes suggestions et tes conseils rassurants et efficace, aujourd’hui j’étais en repos et ce matin déjà avant mon réveil , j’ai pu ressentir beaucoup d’ondes et d’étincelles au niveau de la prostate alors dès mon réveil j’ai entamé une session aneroless et c’était splendide, c’est éveillé c’est certain pas encore reçu d’orgasme mais pour la deuxième session À les c’est très prometteur, j’ai eu droit aux mêmes sensations et de très bon résultats très proche de sessions avec mon prograsm.
    Effectivement les caresses sont très efficaces également et je vais poursuivre mes entraînements ; mais alors les tétons comme tu dis Bzo sont vraiment sur l’autoroute aérienne de la prostate et super très très efficaces dès que je les touche les ondes augmentent beaucoup et le plaisir monte j’ai continué à me caresser en fin de session pour ne pas perturbé mes effets pendant la séance et c’était encore très riche en douceur. Je trouve que en anéroïdes les erections très dur et subîtes sont plus fréquentes et ce n’est pas pour me déplaire cela ajoute du piment et des sensations fortes par contre je n’ai pas osé toucher mon sexe par rapport au traité je ne suis pas sûr de pouvoir ?
    Encore merci pour tous ces conseils et explications c’est vraiment essentiel et nécessaire
    Bon cheminement éclatez vous bien !
    À bientôt

    #41160
    nousta
    Participant

    Bonsoir et merci @Bzo pour tous ces conseils et suggestions, je vais essayer de faire ainsi ,je vais laisser aller vraiment laisser faire et viendra ce qui viendra, je remarque souvent que c’est lorsque je n’attends plus rien que je suis au bout et prêt à arrêter et que je n’essaie plus rien du tout que ça vient comme ça, comme un cheveu dans la soupe et là je suis surpris agréablement parce sur justement je n’attends plus rien
    En effet comme je disais de se faire l’amour à soi même compte tenu de ta description je n’en ai pas eu , il m’est arrivé d’avoir l’impression d’être pénétré voir limite défoncé tellement ça y va mais jamais de pénétrer à la fois et je sais que ce sera très agréable j’ai hâte…
    Si j’ai une peur je vais adopter ta façon de faire, continuer comme si de rien n’était
    Merci encore à bientôt
    Au fait hier soir session sans résultat aucun juste des caresses mais c’est mieux que rien !
    Merci encore bon cheminement éclate toi bien Bzo

    #41151
    bzo
    Participant

    c’est une épreuve, tu dois la surmonter,
    apprendre à gérer ce stress, cette pression qui s’est réveillée

    le fait est qu’en fait , il n’y a rien à gérer, aucun épreuve à surmonter,
    juste laisser faire, juste ne pas s’en faire, même si le résultat n’est pas à la hauteur,
    c’est la seule façon de retrouver tes sensations et le plaisir qui était déjà le tien,
    juste lâche-toi, tu veux trop y arriver, tu as trop à l’esprit les moments superbes que tu as déjà eus
    et tu as peur que cela ne va plus revenir

    tu as avancé rapidement, trop rapidement peut-être, brûler des étapes,
    certaines choses n’étaient pas encore assez stables en toi, sont trop fragiles,
    si tu avais progressé plus lentement, peut-être, cela ne serait peut-être pas arrivé

    mais qu’importe, tu as là où tu es, dans un creux de vague,
    encore une fois, tu n’es pas le premier à qui cela arrive, ni le dernier,
    c’est juste une question de bien gérer le stress, la peur de ne pas y arriver,
    elle t’inhibe pour l’instant, il semble,
    le plaisir prostatique est un colosse au talon fragile

    j’ai du apprendre à gérer aussi ce genre de problème, le doute l’hésitation, la peur de ne pas y arriver,
    tout le monde a du y arriver, à du confronter ce type de problème, un jour ou l’autre,
    dis-toi bien qu’il n’y a aucun truc, tu cherches une solution là où il n’y en a pas,
    tu as créé ainsi un blocage,
    la seule façon de le résoudre, de le dépasser, c’est de ne plus y faire attention,
    de faire comme s’il n’y avait aucun problème, de faire comme si de rien n’était,
    alors tout va revenir

    le doute, la peur de ne pas y arriver, l’hésitation, te font perdre tes moyens, t’inhibe,
    c’est quelque chose de transversal, d’insidieux, qui plonge en toi en une fraction de seconde,
    coupe tes moyens, sabote tous tes automatismes,
    noie dans une cacophonie la voix de ton instinct, empoisonne tes sensations,
    trouve en toi la force , la volonté, de ne plus y faire attention,
    même si les résultats ne reviennent pas tout de suite
    car après plusieurs jours de doutes, de remise en questions, d’hésitations, de blocage,
    eh bien le mal se répand comme un virus et peut faire des dégâts dans tes profondeurs

    mais si tu retrouves la bonne attitude, sinon une confiance en tes moyens,
    au moins de faire semblant comme si de rien n’était, de juste appliquer la recette qui t’avait réussi,
    à partir de ce moment, un processus de guérison se met en route

    encore une fois, les mécanismes de nos pratiques basées sur la prostate,
    sont puissants, riches, incomparablement
    mais aussi fragiles car ils dépendent en partie de notre mental,
    de notre capacité à nous libérer et à nous laisser aller

    moi, tout ce genre de mécanismes qui cherchent à saboter, je les connais par coeur, je les reconnais tout de suite,
    ce sont des trucs de notre intellect qui comme un scorpion, cherche à se piquer lui-même
    et dès l’instant où je sens apparaître ce genre de pièges en moi,
    je fonce dessus comme un bélier de toutes mes forces pour l’éclater en mille morceaux

    on peut se poser des questions, hésiter, tant qu’on veut,
    laisser s’exprimer des angoisses, des peurs, tant qu’on veut, après ou avant la séance
    mais pendant, on est en mission commando d’amour, c’est un corps à corps intime avec soi-même,
    la passion, l’ardeur, le désir, doivent régner,
    la raison et tout le poison qu’il peut générer par moments, ne doivent plus avoir leur place
    toutes les suggestions négatives de notre intellect,
    doivent nous passer au travers, sans qu’on soit affecté une seconde par eux
    et leur pouvoir paralysant, estompant

    #41113
    nousta
    Participant

    Bonjour à tous et merci pour vos messages
    Hier soir j’ai fait une session avec le prograsm et je n’ai rien senti de véritablement agréable, j’ai arrêté au bout de 1h30 déçu dé cette session mais désormais je sais grâce à vos explications que c’est normal et passager, que ça revient très vite …
    J’ai pratiqué depuis le début de mon apprentissage et comme ça sur mon canapé une fois ou deux l’aneroless et j’avais ressenti des sensations à peu près similaires à la stimulation avec ! mais j’arrêtais très vite au bout de 5 minutes, étant tellement excité par la stimulation Avec aneros
    Ce matin encouragé par vos suggestions et arguments ( depuis le début) j’ai décidé de faire une session aneroless qui s’est avérée encore productive, j’ai ressenti des picotements et des caresses dans ma chair agréables mais sans puissance, pas de contractions involontaires par contre je sais que ça évoluera dans le bon sens et que je vais réussir à avoir plus et pourquoi pas des magnifiques orgasmes
    Je m’aperçois depuis peu que j’ai tendance à caresser mon téton gauche ( pourquoi le gauche ? sûrement pke je suis droitier ) trop souvent peut-être ! Dans le traité c’est indiqué juste avant l’orgasme mais moi c’est depuis pratiquement le début, en fait je crois que lorsque je ne sens rien ou pas assez rapidement de sensations je me caresse le téton pour accélérer et accéder au plaisir alors je me demande si ce n’est pas dangereux et si je ne vais pas à terme être obligé de me toucher le téton pour ressentir quoi que ce soit
    D’ailleurs ce matin en aneroless j’ai senti des événements mais comme cela n’était pas suffisant puissant à mon goût ( quel exigeant) j’ai caressé le fameux téton et là ça s’est un peu amélioré mais pas l’euphorie
    Sachant que Bzo m’a mit en garde en me disant : ATTENTION AUX MAINS, j’ai pensé que c’est à cela qu’il faisait allusion alors je vous pose la question ? Comment se servir des tétons ou autres artifices ?
    Ceci dit je vais continuer à pratiquer les deux manières de m’exercer et j’imagine que ça progressera
    Aujourd’hui je vais commander le Vice 2 et je vous donnerai dès ma première session les effets et sensations…
    Bon cheminement à tous éclatez vous bien

    #40762
    Andraneros
    Modérateur

    Bonsoir @Gerardisson,

    Je commence à canaliser mon impatience et à comprendre que le chemin sera long sans que ce soit frustrant pour autant.

    C’est la meilleure attitude.

    pour au final me rendre compte que je n’avais pas beaucoup dormi…

    Tu voulais savoir ce qui pouvait se passer ? Maintenant tu sais que es bien sensible à la présence et aux micro mouvements de ton masseur. Tu pourras renouveler l’expérience quand tu en auras envie et que tu n’auras pas à te lever trop tôt le lendemain matin.

    Aussi si vous avez des suggestions de lubrifiants naturel, je suis preneur car je préfèrerais avoir quelque chose de bio et naturel.

    Je te propose ce lien vers la page du site qui regroupe tous les tests d’ @Adam. C’est vers le bas de la page.

    Je te propose aussi celui-ci qui présente mon expérience avec le beurre de karité.

    Bon cheminement @Gerardisson.

    #40753
    Gerardisson
    Participant

    Bonjour à tous.
    J’ai commandé la semaine dernière l’Aneros Helix Trident selon vos conseils.
    Hâte !
    Je n’ai refait qu’une session depuis la dernière fois.
    Je commence à canaliser mon impatience et à comprendre que le chemin sera long sans que ce soit frustrant pour autant.
    J’ai essayé la nuit dernière avec 2ml de lubrifiant à l’eau et le PowerPlugMassager avec la volonté éventuellement de m’endormir avec pour voir ce qui pouvait se passer.
    J’ai eu des sensations agréables sans que ce soit des montagnes de plaisir. Je réussissais à les accepter et à ne pas être frustré si cela disparaissait.
    Point positif, cela revenait plus fréquemment qu’avant.
    Aussi, j’ai assez rapidement des espèces de tremblements au niveau de mes fesses et de mon sexe quand je contracte très légèrement.
    A partir d’un moment, la quasi totalité des contractions que j’avais étaient avec cet espèce de tremblement non controlé mais néanmoins agréable avec pas mal de liquide séminal.
    J’ai alterné phases ou je m’endormais avec phase ou je contractais pour au final me rendre compte que je n’avais pas beaucoup dormi…
    Je n’ai pas eu l’impression d’être dans un sommeil profond.
    Au final, au réveil, le fait d’avoir toujours le plug était devenu un peu désagréable (peut etre plus assez de lubrifiant). Je l’ai enlevé.
    Puis j’ai voulu retenté une demi-heure plus tard mais sans réel succès.
    Bref, c’est pas fou, mais ça avance.
    Aussi si vous avez des suggestions de lubrifiants naturel, je suis preneur car je préfèrerais avoir quelque chose de bio et naturel.
    Huile de Coco, Huile d’Olive?
    Quelles sont vos expériences dans ce domaine là.
    Bonne journée à tous

    #40513
    aneveil
    Participant

    Bonjour mss,

    C’est un sujet très intéressant malheureusement trop souvent négligé car la masturbation est trop souvent considérée
    comme une sous-sexualité visant à se soulager le rapidement…

    La masturbation pratiquée comme un art (seul ou a deux) peut au contraire devenir très longue, intense en plaisirs et l’éjaculation n’est alors ni le but, ni le point culminant du plaisir. Peu d’hommes et encore moins de femmes le savent.La lecture de Mantak Chia et le fil de discussion L’énergie sexuelle masculine que conseille @Andraneros, sont de très bonnes lectures pour aborder cet art de la masturbation.

    je cherche à pouvoir retarder l’éjaculation de mon partenaire ou à augmenter son plaisir lors de la masturbation.
    Mais je n’arrive pas trop à comprendre ou savoir sur quelle parte du périnée et à quel moment faire le geste qu convient;

    Personnellement je n’ai jamais réussi à stopper une éjaculation avec cette technique.

    si vous avez conseils et suggestions je suis preneuse, aussi pour le edgning quest ce qui fonctionne en début de pratique pour controler et retarder l’orgasme de son partenaire quand cest un homme puis le sien.

    Pour moi les masturbateurs ont été une révolution et ce n’est pas pour rien que de nombreux sexologues les conseillent
    pour apprendre à maitriser son éjaculation ou bien traiter l’éjaculation précoce fréquente chez de jeunes hommes.

    Le plaisir procuré par un masturbateur peut être très intense, même sans éjaculer, du coup le corps comprends peu à peu l’intérêt de ne pas éjaculer afin de maintenir un très haut niveau de plaisir autant qu’on le voudra. Cela permet d’arrêter une cession qui a assez durée sans éjaculer tout en ayant fait le plein d’endorphines et sans se sentir frustré.
    Bien sûr il ne faut pas s’interdire d’éjaculer si on sent que l’on en a vraiment besoin.


    @Andraneros
    explique très bien cet art de la masturbation :

    Peu à peu on apprend à se détendre de plus en plus profondément au fur et à mesure que le plaisir monte. c’est très exactement le contraire de ce qu’on fait habituellement pendant une masturbation. Ainsi on apprend à vivre un plaisir sexuel de plus en plus intense sans aucune contraction éjaculatoire. Dans le meilleur des cas on fait l’expérience d’un plaisir qui va dépasser celui qui déclenche l’éjaculation sans aucune pression éjaculatoire. On peut le faire durer aussi longtemps qu’on le veut et le renouveler à volonté puisque sans éjaculation il n’y a plus de période réfractaire.

    La première fois que j’ai essayé un masturbateur, je n’ai pas pu me retenir plus d’une minute et demi tant la stimulation était intense et le réflexe éjaculatoire ancré.
    Puis avec le temps j’ai su faire concilier détente et plaisir intense de manière à pouvoir en profiter vraiment très longtemps,
    même avec un stimulation prostatique qui au début constitue une difficulté supplémentaire.

    Il est bon d’avoir plusieurs masturbateurs selon les envies (stimulation forte, moyenne ou légère)
    Je suis content des Tenga Air Tech “normal” et “strong” mais il y en a certainement beaucoup d’autres de très bien même dans les “vaginettes” réalistes…
    J’apprécie aussi beaucoup le “Fleshlight Quickshot Vantage” qui est transparent et ouvert au bout
    du coup il est très indiqué pour des jeux à deux car il permets aussi les fellations (surtout avec un gel maison bio fait à base de graines de lin).
    Sa stimulation est très douce mais avec l’habitude, le plaisir n’en est pas moins intense, c’est juste très différent des masturbateurs plus classiques.

    En couple cette nouvelle approche de la masturbation devient délicieuse quand ma compagne caresse mes nombreuses zones érogènes.
    Mes besoins sexuels étant plus importants que les siens, cela nous permets de trouver un équilibre.

    Le meilleur et le moins cher des gels se fait à partir de graines de lin que l’on fait bouillir 20 minutes dans une petite casserole,
    il se garde une semaine à 10 jours environ.

    #40332
    mss
    Participant

    BOnjour,
    je cherche à pouvoir retarder l’éjaculation de mon partenaire ou à augmenter son plaisir lors de la masturbation.
    Mais je n’arrive pas trop à comprendre ou savoir sur quelle parte du périnée et à quel moment faire le geste qu convient;
    si vous avez conseils et suggestions je suis preneuse, aussi pour le edgning quest ce qui fonctionne en début de pratique pour controler et retarder l’orgasme de son partenaire quand cest un homme puis le sien.

    Merci beaucoup, je rentre un peu dans l’univers de l’exploration car lassée par des années de coit peu innovant 🙂

    #40233
    Whynot
    Participant

    Tu as tout à fait raison, ni fantasme, ni volonté de développer un potentiel orgasmique au départ pour reprendre tes termes. Pour être tout à fait honnête, j’étais plutôt réticent à l’idée du sexe anal pour moi (ça a bien changé depuis puisque nous avons même essaye le pegging). Ma femme était curieuse et cela faisait sens d’explorer cet aspect.

    J’ai donc acheté mon premier Aneros sans savoir comment l’utiliser puis, en me renseignant, en lisant les commentaires et les réponses sur ce forum (mais aussi sur le wiki d’Aneros), c’est devenu un objectif de voir si je pouvais y arriver aussi. Tous ceux qui y parvenaient disaient que c’était très puissant et je voulais en faire l’expérience par moi-même. Mais même alors, je pense que je n’avais pas idée de ce qui m’attendait.

    Le massage prostatique et les orgasmes que je peux avoir ont apporté une autre dimension à ma vie sexuelle (je devrai dire notre vie sexuelle). Je n’avais tout simplement jamais eu d’orgasmes aussi intenses que ceux que j’ai maintenant et une pratique plutôt solitaire est devenue une pratique partagée avec ma femme ; on a bouclé la boucle en quelque sorte par rapport à sa suggestion de départ. Nous atteignons tous les deux, ensemble, des niveaux de plaisir que nous n’avions jamais connus auparavant. Les orgasmes de l’un alimentent les orgasmes de l’autre. Et je mets le mot orgasmes au pluriel car cela fait partie du plaisir nouveau que d’avoir comme elle plusieurs orgasmes à la suite.

    Je n’aurai jamais pensé écrire ça il y a dix mois…

    #40232
    Andraneros
    Modérateur

    Bonsoir @Whynot,
    Tu as très bien répondu à mes questions. La description de ton cheminement me semble bien mettre en évidence l’état d’esprit particulier dont nous rappelons régulièrement l’importance sur notre forum. Ta réponse me conduit à formuler une autre question dont le sujet pourrait intéresser nos amis débutants.

    Si je reprends ton calendrier tu as découvert le massage prostatique il y a environ dix mois. Cette découverte était plutôt fortuite, si je ne me trompe pas, dans la mesure où elle ne correspondait ni à un fantasme de ta part ni à une quête personnelle pour démultiplier ton plaisir orgasmique mais à une proposition de ta femme. En d’autres termes je suis tenté de penser que tu n’avais pas, au début de ton cheminement, une volonté profonde de développer ton potentiel orgasmique. C’est un état d’esprit initial très différent de celui de beaucoup d’entre nous. As-tu cru dès le début que tu allais transformer ta sexualité en faisant l’effort d’apprendre à jouir avec un masseur prostatique ? Ou bien as-tu commencé ta pratique plus par curiosité ou pour répondre à la suggestion de ta femme sans forcément croire au miracle ?

    enchaîner sur des orgasmes. L’impression que l’Aneros s’enfonce profondément et que des vagues de plaisir se diffusent, résonnent, alors dans tout le corps puis qu’il revient à sa place avant de recommencer encore a bouger.

    Tu nous décris l’étape 55 de la carte au trésor :

    55) L’Aneros crée un plaisir intense et bouge en faisant de long mouvements (votre corps se fait l’amour)

    Ton parcours est magnifique. Je suis heureux de voir ton application aussi bien récompensée. Quel qu’ait été ton état d’esprit initial tu sais maintenant que ce que es devenu capable de vivre n’est que le commencement d’une exploration qui va t’emmener beaucoup plus loin. Bon cheminement @Whynot.

    #40045

    En réponse à: Rien ne se passe…!

    bzo
    Participant

    Non pas ce genre de problèmes, juste la charge mentale de la journée ou du moment, des préoccupations, des doutes, ou même l’intellectualisation de la pratique que je sais pourtant néfaste pour la progression… En effet, je me sens comme si quelque chose coince un peu, que je ne sais pas de quel manière déceler si les sensations qui viennent sont les bonnes.

    surtout l’intellectualisation de la pratique, c’est le principal ennemi de l’homme occidental,
    on intellectualise tout, on gouverne tout depuis une petite cage dorée dans notre tête,
    eh bien dans cette pratique, c’est un des plus grands défis,
    parvenir à laisser son corps nous mener, faire un avec lui

    moi qui ait poussé ce mécanisme très loin, j’entends vraiment deux voix en moi,
    lui qui vient de ma tête, de mon intellect qui me fait toutes sortes de suggestions,
    “tiens, tu devrais faire ceci, tu devrais faire cela, essaie un peu plus fort ici, tu devrais bouger cela”,
    c’est une voix que j’ignore systématiquement
    mais elle revient très régulièrement et c’est normal, on est des êtres pensants
    mais si on veut que notre pratique atteigne des hauteurs magnifiques,
    il faut apprendre à ignorer cette voix qui cherche à mener nos actions durant les séances

    pour ne plus écouter que l’autre,
    l’autre ne s’exprime pas vraiment, la voix du corps mais du corps entier, la tête comprise,
    formant une sorte de tout uni,
    c’est une sorte d’action non réfléchie mais menée tout de même par le ressenti, par les instincts,
    enfin il y a des tas de choses qui interviennent,
    cela forme en moi comme une sorte d’impulsion magnifique, une sensation de complicité extraordinaire avec mon corps,
    un accord profond dans l’instant de tout mon être, une entente avec mes entrailles,
    les énergies montent, à flots interrompues, elles se transforment en sensations ineffables,
    c’est un chant du corps, de tout mon être
    qui monte de partout, sensuel, flot de jouissance et de volupté ininterrompu

    Ensuite j’ai simplement effectué de très légers mouvements du périnée qui ont alimenté la sensation agréable. Je n’ai pas essayer de rattraper ce qui m’est passé sous le nez, j’ai juste apprécié le moment présent, et je pense que ça a fait la différence.

    au début, on ne sait pas faire la différence entre les commandes qui nous viennent de notre intellect
    et puis quand c’est juste notre instinct, enflammé par le désir,
    qui nous mène

    juste se laisser aller, se laisser emporté, ne pas résister, ne pas vouloir diriger les choses

    Combien de temps ou de séances a été nécessaire entre ta première séance et ton premier plaisir/orgasme notable ?

    difficile à dire, c’est plus trop net dans mes souvenirs,
    peut-être que si je lisais mes premiers messages par ici
    mais je n’ai pas trop envie de me relire

    du plaisir s’est installé assez rapidement mais le premier orgasme vraiment sérieux, a pris tout de même quelques semaines

    Peut-être, je l’espère, le plaisir prostatique m’ouvrira la porte du multi-orgasme par la séparation entre l’orgasme et l’éjaculation que prône le Tao.

    il ne faut pas avoir des idées fixes ou préconçues, suis ton propre Tao, invente ton propre Tao,
    laisse l’éjaculation monter si le corps veut qu’il monte,
    pour moi, l’important, c’est de trouver l’accord dans l’instant, de se sentir un, de se sentir complet,
    de vivre un épanouissement superbe

    enfin moi, tous les dogmes m’ennuient, Tao et tout le reste, je lis un peu, je grapille
    mais cela reste en périphérie, je ne laisse plus rien m’influencer,
    je ne fais confiance qu’à ce que je porte au plus profond de moi

    j’espère aussi que mes tétons se réveillerons également.

    les tétons se réveilleront si tu les chipotes régulièrement

    Ne plus me le secouer pour m’assurer que le pénis ne viendra pas interférer dans le rewiring. Le mettre en pause. Pour faire monter un désir qu’une branlette a tendance à faire redescendre, et pour être dans les meilleurs conditions lors des séances.

    ce n’est pas facile, bien sûr, tant que notre pratique ne nous assagit pas, ne nous déverse pas des flots de plaisir dans le corps,
    au moins ne plus regarder du tout du porno,
    aide à équilibrer et à savoir mieux utiliser son énergie, on sent moins le besoin ainsi de lâcher son coup,
    pour le reste, il ne faut pas trop se forcer,
    autant le faire après une séance où tu as eu des bonnes sensations prostatiques,
    les orgasmes éjaculatoires dans ces conditions,
    ont une puissance et des colorations étonnantes

    Il faut dire que ma quête du plaisir prostatique fait partie intégrante d’un tout plus grand. Celui d’atteindre un degrés élevé de présence dans l’amour à deux, avec ma partenaire.

    la prostate nous ouvre beaucoup de portes, elle nous donne accès en grand à nos énergies,
    beaucoup plus que nos génitaux avec sa sexualité par défaut, passe partout,
    la prostate nous donne aussi accès au féminin,
    on peut choisir juste d’injecter sa puissance, ses coloris magnifiques, dans les orgasmes prostatiques
    ou aller plus loin, aller à sa découverte, l’explorer,
    notre corps nous donne la possibilité de vivre le plaisir au féminin,
    moi par exemple, c’est le choix que j’ai fais et je le vis à 100% ainsi

    Et il me semble que le plaisir prostatique est complémentaire avec le Tao face auquel j’ai buté il y a quelques mois.

    totalement, c’est automatique, à partir du moment où tu privilégies de plus en plus la qualité,
    plutôt que la quantité,
    enchaîner les orgasmes pendant des heures, c’est bon pendant un certain temps
    mais l’étape suivante, c’est de les affiner, de les diversifier, de les enrichir, de plus en plus
    et ainsi peu peu , on atterrit sur des continents de plus en plus inconnus,
    cela reste toujours de la volupté, de la jouissance
    mais cela devient aussi de plus en plus en même temps, autre chose

    Et comme tu l’évoques entre les lignes bzo, cette connaissance approfondie entraînera ma partenaire dans une connaissance d’elle-même aussi, par émulation.

    absolument cette pratique permet l’épanouissement aussi à deux, l’envol à deux,
    la vérité, c’est qu’on porte l’autre aussi en soi,
    donc plonger en soi, à la découverte de soi, c’est découvrir l’autre, selon mon expérience,
    que l’autre est là en nous

    et faire l’amour avec l’autre, c’est faire l’amour en même temps, avec soi-même et vice et versa,
    une fois que chaque partenaire est avancé dans son parcours, ces jeux de miroir,
    de découverte de l’autre en soi, dans ses profondeurs,
    permettent l’union de façon absolument sublime

    #39519
    Epicture
    Participant

    Les sujets abordés ici sont cruciaux pour progresser. Je suis passé à côté mais je voulais apporter ma contribution.

    Tout ceci me semble assez prometteur et je serais intéressé par des témoignages de postures corporelles qui agissent tels des interrupteurs Yin/Yang sans passer par la case mentale de la suggestion, des images ou des fantasmes.

    Si l’idée consiste à se passer de la “case mentale” c’est qu’elle serait perturbante. Ce point nécessite que l’on s’y attarde un peu. Je pense juste qu’il faut bien distinguer l’usage de cette “case” pendant la pratique, et en dehors de la pratique. A moins que l’on considère que la pratique soit chose permanente. Mais dans ce cas, il faut bien admettre que de cette case mentale, on ne peut se passer : en permanence.
    Le mouvement psychanalytique a mis en évidence l’existence d’une vie inconsciente, un domaine, ou cette case mentale a rangé enfouis, ce qui fait les fondements de nos représentations mentales, de nos catégories de genres (masculin/féminin), de qualité (beau/laid) de moralité, (bien/mal), de quantité (plus/moins), etc . Ces représentations mentales sont construites sous la forme d’images, de suggestions, ou de fantasmes. Le fantasme étant un terme largement utilisé dans le champ psychanalytique. De cet inconscient, on peut en nier l’existence, ou du moins l’efficience, ou accepter l’idée que, agissant sur nos représentations, il peut agir come régulateur psychique, et donc nous conduire à résister à un certains nombre de concepts qui pourraient nous mettre (selon nos représentations acquises) en danger (le danger est juste un exemple parlant). Il est clair, en tous cas pour moi, qu’une partie de ma case mentale résiste à une jouissance différente de celle ressentie par ma pratique sexuelle “traditionnelle” depuis 45 ans.
    Abattre ces résistances nécessite l’usage de cette case mentale pour remodeler ses représentations afin qu’elles n’agissent plus comme commutateur de fermeture, mais d’ouverture.
    Bien sur, ce travail ne se fait pas pendant la pratique (et ce que je suis en train de dire n’est pas non plus qu’il faut faire une psychanalyse). En revanche une pratique régulière va aider le mental à s’habituer à l’invasion de nouvelles représentations. Le mental résistera moins, et ces nouvelles représentations vont aider le mental à s’effacer pendant la pratique. De plus, en dehors de la pratique le mental va pouvoir reconstruire en les verbalisant (vive le forum !) ces nouvelles représentations. Une dynamique est alors enclenchée de transformation des fondements mentaux de notre être afin que la résistance au plaisir et à la jouissance laisse place à l’ouverture. Ce travail est long. C’est pourquoi selon moi, certains d’entre nous ont un cheminement très progressif.
    Lorsque l’ouverture est suffisante, un flux peut alors circuler, et l’on peut s’exercer à agir sur des commutateurs corporels afin d’apprécier, dans toutes les parties du corps la jouissance ainsi obtenue.

    Je reviendrais pour vous en parler

    Bon cheminement à tous.

20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 145)