Mots-clés : , , ,

Ce sujet a 6 réponses, 4 participants et a été mis à jour par Jieffe Jieffe, il y a 6 mois et 3 semaines.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #23898
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Premier épisode (sur 4)
    Je vous propose la traduction d’un message trouvé sur reddit.com qui regroupe d’excellents conseils. Comme le dit son auteur, rien de nouveau sous le soleil, mais le texte apporte de quoi faciliter le cheminement de nos amis qui avancent lentement et qui auront le courage de le lire jusqu’au bout. Bonne lecture.

    Début de la traduction :
    Allumer le feu
    Ce qui suit est encore une autre série de conseils pour les utilisateurs d’Aneros débutants et ou frustrés. Je ne suis pas un yokozuna (NdT : rang le plus élevé que peut atteindre un lutteur sumo) de la stimulation prostatique ni rien d’autre, mais j’ai rassemblé une poignée d’habitudes qui m’apportent un succès régulier avec différents modèles. Je ne prétends pas que ça marchera pour tout le monde ni même pour la plupart, mais je serai content si elles aident quelques utilisateurs, même indirectement en montrant la bonne attitude et l’esprit d’expérimentation qu’il faut apporter à ses sessions.
    1. Commencez à considérer votre cul principalement comme un organe sexuel. Bien sûr il fait des choses pas très propres et de temps en temps commet même des atrocités, tout comme votre bouche, et pourtant vous ne faites pas une fixation sur le fait que vous mangez, rotez, vomissez, jurez et mentez a travers elle, quand vous embrassez quelqu’un. En ce qui vous concerne, la première fonction de votre cul est maintenant le plaisir ; tout le reste est un regrettable effet secondaire et devrait être loin de votre esprit quand vous engagez une session. Je vous encourage à faire d’autres expériences là derrière : des doigts, la langue ou le pénis de quelqu’un. Rassemblez une armada entière de jouets.
    2. Apprenez la patience et en quoi la patience peut être érotique
    . Un moyen pratique pour mettre en application cette patience est d’insérer votre jouet et vous interdire de faire des contractions volontaires pendant les premières dix minutes, comme le recommandent de nombreux utilisateurs. D’un côté cette attitude vous permet de vous détendre et d’être à l’aise, non seulement avec le léger étirement (au cas où vous n’auriez pas fourré là n’importe quel objet ménager phallique que vous auriez pu trouver depuis vos treize ans, très embarrassé, si embarassé), mais aussi avec la poignée et / ou le(s) bras de pression qui peuvent être dérangeants au début. De l’autre côté la patience peut vous préparer à jouir d’une anticipation saine au lieu d’une attente malsaine, à accorder une attention soigneuse à votre corps (si vous avez des contractions involontaires avant la fin des dix minutes vous êtes en bon chemin) et à apprécier un plaisir passif (plus sur ce point ci-dessous).
    Fin du premier épisode (à suivre)

    #23899
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Deuxième épisode (sur 4)
    3. Apprenez à être reconnaissant et non avide. Cette idée est déjà répétée des douzaines de fois sur ce forum, mais c’est facile de l’oublier pendant une session, particulièrement quand arrivent les premières sensations. Vous concentrer sur le plaisir que vous ressentez au lieu de celui que vous attendez est utile pour plusieurs raisons. Concrètement, cela tourne votre attention sur le présent et vous aide à la fixer sur des sensations qui sont au tout début subtiles et nouvelles. Plus largement cela vous sort de l’habitude d’attendre l’intensification linéaire et le climax prévisible qui caractérisent la masturbation du pénis, ce qui pourrait vous conduire à la frustration, la reine des tue-l’orgasme.
    4. Engagez vos sessions avec confiance
    . Si nombreux sont les utilisateurs découragés à se convaincre eux-mêmes que leur anatomie est quelque peu unique et que par conséquent leur jouet ne leur convient pas. Comme les vagues de radiations continuent de s’étendre de Fukushima jusqu’au rivage de la Californie, je suis sûr qu’un jour un jeune homme gargantuesque va grandir et avoir envie de stimuler sa prostate, et il devra essuyer une larme de son cinquième œil parce que même le Prograsm ne sera pas assez grand pour atteindre sa glande, grosse comme une pomme, au fond de son rectum étonnamment vaste, mais je suis prêt à parier que ce n’est pas vous ; vous ne vous êtes pas simplement habitué à la stimulation de votre prostate. Du temps, de la patience et de l’exercice sont les réponses – Vous n’êtes pas l’exception radioactive.
    5. Ne soyez pas prisonniers des astuces et des expériences des autres utilisateurs y compris des miennes. Tout d’abord toutes ces descriptions d’expériences plaisantes au point de détruire les matelas et de techniques à la limite de l’ésotérisme pour les atteindre conduiront à la frustration si vous les prenez trop sérieusement, et la frustration comme je l’ai dit ci-dessus, est le plus gros obstacle au plaisir. Ensuite, vous réussirez mieux si votre esprit est aussi vide que possible ; je place en tête de paragraphe et en italique tous ces conseils formulés avec des mots simples pour que ce ne soit pas distrayant de se les rappeler au milieu d’une session… (NdT : fin de paragraphe hors sujet)
    Fin du deuxième épisode (à suivre)

    #23900
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Troisième épisode (sur 4)
    6. Apportez des fantasmes prêts à consommer à votre session. De nombreux utilisateurs pensent qu’une stimulation mentale, telle que regarder un porno ou simplement fantasmer, aide à lancer leurs sessions parce que l’excitation fait gonfler la prostate. Je trouve que je dois garder mon esprit vide jusqu’à ce que les sensations commencent, et seulement à ce moment je peux commencer à fantasmer, ce qui à partir de là me fait passer d’un stade où je grimace bizarrement et me contracte modérément à celui où je dis des choses qui n’ont absolument aucun foutu sens en me contorsionnant comme si des fantômes piétinaient mes organes. Dans chaque cas, avoir en tête un fantasme long et bienveillant tout prêt facilite les choses et donne de meilleurs résultats que d’essayer d’en inventer un quand vous avez dans le cul ce qui ressemble à un shuriken (NdT : arme de lancer traditionnelle japonaise) futuriste ou à l’un des Pokemon inconnus.
    7. Apprenez à apprécier le plasir passif
    . « Un homme hétéro veut jouir. Un homme hétéro encule ! UN HOMME HÉTÉRO DÉTRUIT LE TROU ! Ça ne marche pas ? UN HOMME HÉTÉRO BAISE ENCORE PLUS DUR. » D’autres l’ont dit, mais cela mérite d’être répété : la simple idée d’un « orgasme » prostatique conduit la plupart des débutants à essayer de tirer des parallèles trompeurs entre ce qu’ils peuvent faire avec leur queue et ce qu’ils veulent faire avec leur cul ou au moins leur prostate. Il y a des moments pour jouer au marteu-piqueur au niveau 10 dans un cul, mais ce n’est pas avec l’aneros ; essayer d’y aller plus dur ou plus vite n’apportera rien. Vous ferez vraisemblablement mieux de vous mettre en tête qu’à certains égards c’est bien plus proche d’un massage que d’une branlette. Apprendre à apprécier la perte de contrôle que cela induit – particulièrement dès que le plaisir s’intensifie – peut être incroyablement érotique. Tous les passifs (NdT : « Bottoms » dans le texte anglais) sont, j’en suis sûr, roulent des yeux et s’enfoncent les ongles : « Parle-nous de ce que nous ne savons pas. ».
    Fin du troisième épisode (à suivre)

    #23901
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Quatrième épisode (sur 4)
    8. Une bonne session ressemble à de la méditation. Depuis l’instant de l’insertion jusqu’aux étranges montagnes et vallées de l’orgasme, maintenir une concentration calme mais persistante sur les sensations – et chasser les pensées étrangères – est essentiel. Ces sensations peuvent être inattendues. Par exemple, au lieu de sentir votre prostate directement stimulée, vous pouvez sentir des vagues de chaleur à travers tout votre corps, associées à une forte envie de vous étirer ou de vous contracter. Si vous vous concentrez calmement sur ces sensations (en respirant régulièrement) et que vous vous en servez comme preuve que le jouet fonctionne (confiance), vous vous apercevrez probablement que les sensations vont s’intensifier. Si vous commencer à vous contracter comme un fou ou à trop réfléchir, vous vous apercevrez probablement que les sensations retombent. Honnêtement je m’oppose au terme «reprogrammation» (NdT : « rewiring » dans le texte anglais) parce que je crois que ce qui se produit n’est pas tant une « reprogrammation » que simplement une « programmation (NdT : « wiring » dans le texte anglais). Si vous avez, par exemple, joué du piano pendant quelque temps et passé plusieurs heures chaque jour pendant plusieurs semaines à faire vos gammes, vous avez remarqué alors que vous commencez à devenir étrangement conscient de chacun de vos doigts ; vous sentez que votre cerveau met plus d’espace à leur fonctionnement, et que vous pouvez les bouger avec plus d’indépendance et de précision ; Ils ne deviennent pas tant « reprogrammés » que programmés plus richement (le pouce et l’index) ou nouvellement programmés (pour les trois autres doigts). J’ai une forte synesthésie de couleurs (avec la musique, les nombres, les mots, avec tout ce dont je dois me rappeler), et j’ai remarqué que, quand je deviens conscient des sensations, je vois cette sorte de couleur bleu-blanche dans mon esprit. J’ai trouvé utile de me concentrer sur cette couleuret de remarquer comment elle évolue quand les sensations se développent. Maintenant, même si vous n’avez pas de synesthésie, faites attention à ce qui se produit dans votre esprit à ce moment : j’ai trouvé le succès en étant curieux des différentes sensations au début d’une session, en apprenant à les différencier et en me concentrant dessus. Ça semble dingue, j’en suis sûr – c’est probablement un peu le cas pour tout ça – mais ça marche systématiquement pour moi. N’oublions pas que nous sommes tous ici parce que nous mettons une technologie onéreuse dans nos culs.
    PS : Si une clarification était utile sur n’importe quel point, je répondrai aux questions dans les commentaires.
    Fin de la traduction.

    Que ceux qui ont tout lu soient récompensés en brisant les plafonds (de verre) qui les empêchent de jouir autant qu’ils le méritent.

    Est-ce que l’un de nos amis a une expérience qui l’aurait aidé à la manière de la synesthésie en couleurs de l’auteur ? C’est un point qui ne me semble pas encore avoir été abordé dans notre forum.

    Bon cheminement à tous.

    #23902

    Caracole
    Participant

    Merci @andraneros pour cette traduction!

    #24198

    Kate
    Participant

    C’est très clair et instructif ! Merci pour cette contribution.

    #24549
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Merci Andraneros pour cette traduction. Ça me conforte dans mon approche du plaisir prostatique. Je pratique depuis peu la méditation, et ce qui est décrit ici s’en rapproche. L’auteur y fait même allusion. Être dans l’instant présent sans rien en attendre, être présent dans son corps. Ça a fonctionné lors de ma séance de reprise mercredi dernier. Je me suis allongé avec l’Aneros, le but étant surtout de me détendre, de m’offrir un moment pour moi, et rien que pour moi. Je ne m’attendais à rien de particulier, tout au plus j’espérais ressentir les chatouillis au niveau de ma prostate qui me restaient en souvenir. Et bien j’ai connu deux vagues de plaisir assez intenses, et très agréables. Il est vrai en revanche que je n’ai commencé à fantasmer qu’à l’apparition de la première vague, et ça m’a transporté. Avant cette première vague, je ne cherchais qu’à me détendre, et à ressentir les tensions dans mon corps pour chercher à les éliminer. Je rejoins donc l’auteur dans ce qu’il écrit dans son troisième épisode. Toutefois, j’utiliserais l’expression ‘garder son esprit libre’ avec prudence. Dans la méditation, on apprend qu’il n’est pas possible de ne penser à rien, donc de conserver un esprit vide. La seule façon de se vider l’esprit, c’est de rester concentré sur quelque chose de particulier, mais d’y être concentré à 100%. Bref, c’est un autre sujet, mais pour ceux qui voudront essayer, je pense que tenter de se contraindre à ne penser à rien est la meilleure façon de générer un flux continu de pensées…. 🙂 Je pense que le meilleur sujet de concentration dans ce cas là est notre corps. Ressentir notre corps, des pieds à la tête, les tensions, les douleurs, les choses agréables….etc. C’est aussi un peu l’approche de WhatTimeIsLove dans un de ces posts, mais en plus énergétique.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.