Ce sujet a 7 réponses, 3 participants et a été mis à jour par Andraneros Andraneros, il y a 1 an et 1 mois.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #24108

    tatepro
    Participant

    Bonjour à tous

    Cela fait maintenant environ 4 ans que je m’entraîne régulièrement à la recherche de l’orgasme prostatique avec ces formidables petits outils appelés aneros. J’ai commencé par utiliser le SGX, le MGX et j’ai fini par acquérir le eupho puis le Hélix à travers les bons conseils trouvés sur le net et notamment sur ce forum
    J’ai tout d’abord lu et relu le traité d’anéros en tentant méthodiquement de respecter les différentes étapes, puis je me suis lentement détaché de la théorie pour me concentrer sur la pratique et sur les sensations que ma respiration, mon excitation, et les différentes positions qui me permettaient de progresser vers de nouvelles sensations. Depuis quelques semaines j’arrive à obtenir de nouvelles sensations très intéressantes, comme quoi il ne faut jamais abandonner et toujours persévérer, ce qui semble être un peu le credo des conseils que j’ai retrouvé sur ce forum.
    Donc aujourd’hui je suis content d’avoir trouvé un cheminement satisfaisant, mais j’ai l’impression qu’à chaque séance que je brûle une des étapes qui semble être la plus déroutante. Mon itinéraire se déroule comme suit :
    – Séquence relaxation et mise en conditions avec respirations profondes et concentration, je ne fais rien je me relaxe et là au bout de quelques minutes, ma prostate se gonfle de plaisir et l’outil chatouille généreusement ma prostate
    – Puis je passe à l’alternance entre contractions légères, puis poussées aussi légères rythmées par une profonde respiration, et ce pendant environ trente minutes. Dans cette phase les sensations sont géniales, parfois le soufflet retombe au rythme d’érections puis de perte d’érection (A savoir que le plaisir est beaucoup plus intense lorsque je bande … chose qui semble t il n’est pas commune à tous les utilisateurs !)
    – J’arrive ensuite au point de non retour ou je ne peux m’empêcher d’accélérer le rythme des contractions-poussées rectales, relâchement. LA machine frappe ma prostate de façon fort agréable tend mon sexe d’une manière incroyable. Je lâche alors des gouttes de précum (je peux facilement en « récolter » une cuillerée à café lors d’une séance) , des picotements apparaissent dans mon bassin mes jambes, je tremble légèrement et tout se précipite trop vite à mon gout et je finis par éjaculer de façon continue un jet de sperme généreux abondant continu et épais.
    Cette dernière étape me laisse un peu sur ma faim. En effet j’ai l’impression qu il me manque quelque chose chose dans le cheminement du plaisir. Cette frustration, quoique légère, à la vue du plaisir procuré, que je compare au « super O » décrit par les aficionados du forum, me laisse penser qu’il y a un truc anodin que je laisse passer et qui me prive de quelque chose de délicieux entre l’accélération et l’éjaculation.
    Pouvez vous m’aider à analyser mon cheminement et m’indiquer l’étape que je rate dans mon itinéraire

    D’avance merci pour vos précieux conseils et longue vie à ce site qui nous fait découvrir une expérience sexuelle solo formidable par rapport à la sexualité à la papa/maman non moins intéressante !

    Très bonne journée et bon WE sous le soleil d’octobre

    Amicalement

    #24116
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bienvenue sur le forum @tatepro. Je constate avec plaisir que votre fidélité au forum vous a conduit à y participer. Merci d’apporter à votre tour votre contribution.

    J’arrive ensuite au point de non retour ou je ne peux m’empêcher d’accélérer le rythme des contractions-poussées rectales, relâchement. La machine frappe ma prostate de façon fort agréable tend mon sexe d’une manière incroyable. Je lâche alors des gouttes de « precum » (je peux facilement en « récolter » une cuillerée à café lors d’une séance) , des picotements apparaissent dans mon bassin mes jambes, je tremble légèrement et tout se précipite trop vite à mon goût et je finis par éjaculer de façon continue un jet de sperme généreux abondant continu et épais.

    Vous ne nous dites pas si après cette forme d’orgasme vous êtes en mesure de retrouver très vite la jouissance ou si au contraire vous basculez dans une période réfractaire. Dans le second cas votre orgasme n’est plus prostatique.

    J’arrive ensuite au point de non retour

    De mon point de vue votre témoignage indique bien où se situe votre difficulté. Votre organisme reste inconsciemment accroché au schéma orgasmique classique, même si la procédure est bien prostatique. Votre attention devrait à ce moment être totalement concentrée sur ce qui se passe à l’intérieur et court-circuiter la mise en œuvre de votre pénis. C’est le relâchement le plus profond qui devrait vous permettre de « conserver » votre énergie orgasmique à l’intérieur, en la laissant librement circuler dans votre corps, toutes portes ouvertes.

    Pour faciliter ce changement d’état d’esprit avez-vous déjà essayé le « do nothing » ? Avez vous essayé d’engager une session de massage prostatique peu de temps après un orgasme avec éjaculation ? Le « peu de temps » est bien sûr une notion tout à fait personnelle que vous aurez à tester pour ressentir en même temps le calme qui suit une éjaculation satisfaisante et l’excitation qui vous permet de lancer la session de massage prostatique dans les meilleures conditions.

    Bon cheminement @tatepro.

    #24120

    tatepro
    Participant

    Bonsoir et merci pour votre réponse
    J’avoue que la frustration post orgasmique me pousse à tout arrêter et à cesser d’explorer plus profondément ce moment de bonheur, je mets fin à tous mouvements juste après avoir atteint l’orgasme qui se révèle fort intéressant (c’est pourquoi le terme frustration est un peu fort) . Mon excitation sexuelle tombe presque immédiatement après cette éjaculation et je ne prends peut être pas le temps de remettre la sauce (!) après cette période réfractaire, après tout peut être serait elle assez courte malgré mon âge (46 a)
    Si je comprends bien, lorsque je sens venir cet orgasme qui se transforme en classique, je dois de nouveau me détendre et cesser de « bourriner » pour atteindre le nirvana, c’est en fait d’après ce que vous m’expliquez contre productif.
    La satisfaction est que ça semble enfin marcher, j’atteints des sensations très cools juste avant cet aboutissement. L’autre jour bien détendu et excité j’ai atteint cet orgasme au bout d’une demie heure avec des sensations nouvelles au niveau du sommet du crâne (picotements) et au niveau des hanches tandis que l’hélix faisait une samba avec ma prostate. Le volume de l’éjaculation s’est avéré être plus faible et le plaisir plus grand,

    Bref, je ne perds pas espoir et vous remercie pour vos précieux conseils que je vais tenter de mettre à exécution au bout de 4 jours sans stimulation de cette zone que je découvre un peu plus à chaque séance. Je vous tiendrai bien évidement informé de mon cheminement,

    Encore merci et très bonne soirée à tous

    #24174

    fredd
    Participant

    Bonjour
    J’ai eu récemment une expérience assez similaire. J’ai l’habitude d’utiliser l’Aneros pendant une bonne 1/2 heure, sur le côté, jambes pliées. Très rapidement, je ressens les contractions involontaires puis je jouis plusieurs fois de façon délicieuse, pour terminer par une masturbation classique avec l’Aneros toujours inséré.
    Mais cette fois-ci, au bout d’un moment, j’ai changé de position pour me mettre sur le ventre, jambes tendues légèrement écartées. Et là, je me suis mis à trembler de façon beaucoup plus forte que d’habitude, terminant par une long orgasme, mais AVEC éjaculation. Cela m’a beaucoup surpris car je pensais les super-O « secs ». Un peu comme toi, j’ai du mal à dire si j’aurais pu continuer ou non, étant « repu ».
    Je ne sais pas trop quoi penser de cette expérience, certes fantastique !

    #24188
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Vous n’êtes pas le premier @fredd à faire cette expérience. Je me demanderais, à votre place, si le frottement du pénis entre la peau de votre ventre ou de vos jambes et le tissu du drap n’a pas causé cette éjaculation involontaire. Pourquoi ne pas essayer la poursuite de votre session sur le dos ou en utilisant des coussins pour surélever votre pénis par rapport au drap ? Pourquoi ne pas essayer d’engager une session peu de temps après un rapport ou une masturbation ?

    Les conseils (« do nothing », relaxation) donnés ci-dessus s’appliquent aussi à votre situation :

    Et là, je me suis mis à trembler de façon beaucoup plus forte que d’habitude, terminant par une long orgasme, mais AVEC éjaculation.

    Vos tremblements, tout en étant causés par l’inensité de votre plaisir sont associés à une tension musculaire qui a généré l’éjaculation. Sous l’effet de cette stimulation votre pénis est revenu au centre du jeu. Il faut donc l’en sortir.

    Chaque fois que vous vivez l’approche d’un point de non retour (schéma de l’orgasme classique avec éjaculation) pensez à vous « détendre encore plus » pour recevoir le plaisir de la stimulation et renoncer à la « satisfaction » immédiate en acceptant que votre désir soit toujours aussi fort comme si vous n’aviez encore rien reçu. C’est le paradoxe de l’orgasme de la prostate qui vous fait jouir tout en laissant intacte le désir de jouir. C’est une situation perturbante pour le cerveau qui profite de chaque occasion pour se replacer dans le schéma confortable
    stimulation – orgasme – éjaculation – satisfaction + extinction du désir
    au lieu de rester dans le schéma prostatique
    stimulation – orgasme – permanence du désir – stimulation – orgasme – permanence du désir – stimulation – orgasme… ainsi de suite jusqu’à épuisement, non pas du désir, mais soit du sujet, soit du temps disponible.

    Je reprends dans votre propre fil de discussion les autres éléments qui caractérisent votre découverte de cette forme de plaisir. Bon cheminement @fredd.

    #24249

    fredd
    Participant

    Nouvelle expérience, sur le dos cette fois, pour ne pas risquer les frottements.
    Après 1/2 h et plusieurs séquences de forts tremblements, nouvelle éjaculation. Très agréable évidemment, mais surprenant !

    #24279

    tatepro
    Participant

    Salut fredd
    Je pense que nous « souffrons » des mêmes symptômes. J’ai refait une séance l autre jour en me concentrant uniquement sur ma prostate et en me relaxant vraiment lorsque l outil dansait autour de ma prostate et ce en relâchant complètement mes muscles. Je suis resté au bord du précipice sans ejaculer mais sans orgasme prostatique non plus, tel que je le conçoit en parcourant le forum. Je n ai malheureusement pas pu aller plus loin. Mais encore des sensations différentes et intéressantes avec un erection très forte 🙃
    Bref je pense qu effectivement que le super o passe par une phase de détente et de relaxation maximale des qu et l on sent que l excitation arrive à son paroxysme….
    Bref encore du pain sur la planche mais c est le genre de boulot qui ne me lasse pas !
    Bon courage dans ton cheminement et tiens moi informé de tes prouesses

    #24314
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    @fredd vous êtes dans une situation qui peut faire rêver certains débutants mais qui n’est pas satisfaisante parce qu’elle vous prive d’une part de la plénitude d’un orgasme total et d’autre part de la répétition de tels orgasmes. @tatepro a raison. La clé de la libération de votre potentiel orgasmique est de renoncer à faire monter votre orgasme, ce qui conduit les débutants à rester prisonniers d’un schéma inadapté, et d’accepter de le laisser vous submerger, vous noyer sous le plaisir sans chercher à le contrôler.

    @tatepro soyez persuadé que ces « sensations différentes et intéressantes » sont les premières manifestations de vos futurs orgasmes prostatiques. Vous réagissez vous aussi très favorablement aux effets du masseur. Continuez.

    Bon cheminement @fredd, bon cheminement @tatepro.

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.