Mots-clés : , ,

Ce sujet a 15 réponses, 5 participants et a été mis à jour par  fredd, il y a 9 mois.

16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)
  • Auteur
    Messages
  • #23309

    fredd
    Participant

    Bonjour
    J’ai 49 ans et j’ai découvert il y a quelques mois votre site, et du coup le plaisir procuré par l’Aneros (Hélix).
    C’est effectivement divin !
    Mais à peu près à la même période sont apparus des problèmes d’érection, avec une érection trop faible pour pouvoir avoir une pénétration correcte.
    J’ai consulté et fait des examens mais rien d’anormal du point de vue physiologique.
    Pensez-vous que cette découverte du plaisir prostatique (sans érection) puisse avoir un lien avec mon problème ?
    Merci d’avance pour vos conseils

    #23311
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bienvenue sur le forum @fredd

    J’aurais certainement préféré vous accueillir en répondant à des questions sur le « plaisir procuré par l’Aneros (Helix)… effectivement divin ». Je suis désolé de lire que des problèmes d’érection ont accompagné votre découverte de la jouissance prostatique.

    Je ne suis ni médecin ni spécialiste des problèmes liés à la sexualité. Vous avez très sagement consulté le monde médical qui n’a pas trouvé de causes physiologiques à la perte de qualité de votre érection. Cela n’apporte pas de solution à votre problème mais c’est quand même rassurant.

    Ce sujet est abordé plutôt rarement dans les forums spécialisés et souvent la cause est plutôt d’ordre psychologique que physiologique. Notre sexualité concerne la totalité de notre personne, le corps et l’esprit. Dans le second cas il peut être long de retrouver un fonctionnement complètement satisfaisant si on doit creuser le subconscient pour mettre à jour la véritable cause du problème.

    Votre découverte du plaisir prostatique peut effectivement avoir un lien avec votre problème en jouant, par exemple, un rôle de révélateur sans en être la cause directe. Elle peut avoir inconsciemment induit l’idée que « cette forme de jouissance étant de loin supérieure à toute autre, les autres ne sont plus nécessaires ». Elle peut avoir fait surgir de votre inconscient une part de féminité (expérience d’une jouissance interne, en tant que « receveur » d’une pénétration, plus intense que celles vécues précédemment en tant que mâle pénétrant) qui entre en conflit avec votre virilité consciente.

    Vous pouvez essayer une double abstinence pour l’éjaculation et pour vos sessions, si vous n’avez pas encore testé cette approche. Ne pas éjaculer pendant quelques jours peut contribuer à élever votre niveau d’énergie sexuelle et d’excitation. Ne pas pratiquer de massage prostatique pendant quelques jours ou semaines peut vous aider à rediriger cette énergie et cette excitation vers le pénis au profit de vos érections.

    Je vous souhaite de vite retrouver un fonctionnement sexuel satisfaisant. Bon cheminement @fredd.

    PS : Quelques questions, non pas tant pour que vous y répondiez ici mais pour vous aider à réfléchir et à élargir si possible la recherche d’une solution, dans la mesure où ni vous-mêmes ni les professionnels que vous avez consultés ne les ont prises en compte, ce qui est fort peu probable.

    – 1) Avez vous fait faire un contrôle de votre taux de testostérone ?
    – 2) Avez-vous eu des signes avant-coureurs de cette situation avant de pratiquer le massage prostatique ?
    – 3) Vivez-vous seul ou en relation régulière ?
    – 4) Avez-vous connu un changement récent dans votre vie professionnelle ou votre vie affective ?
    – 5) Avez-vous pris un médicament nouveau ou avez-vous eu un changement récent de prescription médicale ?
    – 6) Cette difficulté est-elle apparue plutôt brusquement ou plutôt progressivement ? Dès le début de vos sessions de plaisir prostatique ou après plusieurs semaines ?
    – 7) Cette nouvelle forme de plaisir est-elle à l’origine d’un questionnement potentiellement perturbant sur votre sexualité ? Aviez-vous fait, avant la découverte de notre site, des expériences sexuelles qui sortaient des pratiques courantes considérées comme normales par la société ?
    – 8) Avez-vous toujours des orgasmes et des éjaculations, même sans érection, associés à la stimulation du pénis en solitaire ou avec un(e) partenaire ?
    – 9) Ressentez-vous toujours de l’excitation sexuelle comme « avant » ?
    – 10) Ressentez-vous une addiction à la pratique du massage prostatique conduisant à la multiplication sauvage de vos sessions au détriment de vos autres activités ?

    #23332
    aneveil
    aneveil
    Participant

    Bonjour @fredd,
    Merci d’aborder ce vaste sujet qui est beaucoup trop laissé de côté tant cela vient casser un unanimisme si répandu et sans aucune nuances au sujet du plaisir Prostatique.

    Tout d’abord et pour en être passé par là, le lien entre la découverte du plaisir prostatique et vos problèmes d’érection me paraissent aujourd’hui assez évidents et je sais que cela peut être pour beaucoup une très grande source d’angoisse et de souffrance.

    Les problèmes d’érections ont souvent des causes multiples et interdépendantes, mais même si il ne faut pas négliger l’effet désastreux de certains médicaments (antidépresseurs, anti-tension, et bien d’autres), je peux déjà détacher deux grandes causes, l’une « normale », plus ou moins passagère et liée au cheminement prostatique et l’autre d’ordre émotionnelle et psychologique.

    1) Au début le plaisir prostatique peu sembler très « envahissant » au point d’occulter grandement le plaisir pénien. Le cerveau se concentre alors plus facilement sur la zone prostatique que sur le pénis et on peut avoir tendance à séparer les deux plaisirs comme deux sexualités différentes, après une cession prostatique on peut avoir le plus grand mal à obtenir une érection ce qui est normal mais peut très vite devenir assez stressant si on y accorde trop d’importances.
    Ensuite, avec le temps, le cerveau apprends et l’on « switche » facilement de l’un à l’autre, on peut même ressentir des vagues de plaisir prostatique, voir un orgasme prostatique lors d’un coït, ce qui est absolument délicieux. Mais après une stimulation prostatique intense je peux encore avoir besoin d’une petite phase de détente et de calme afin de revenir sereinement aux sensations de mon sexe.

    2) Le plaisir anal ou prostatique, (à partir aussi de ce que je viens d’évoquer précédemment) peut aussi devenir une source de critiques intérieures et d’états émotionnels extrêmement désagréables (culpabilité, peurs, dévalorisation de l’estime de soi, honte etc…) cela amène alors beaucoup de stress et le stress est vraiment le pire ennemi de l’érection. (Le stress génère du Cortisol qui est un « tueur » de testostérone)
    Tout ces phénomènes psychologiques (puis physiologiques) puisent leur source dans notre passé, notre éducation et de ce que nous imaginons être les jugements de nos proches…
    Les petites phrases entendues des dizaines de fois étant enfant de la bouche de sa mère ou de sa grand-mère comme « Ne touche pas tes fesses c’est sale » ou « si tu touche trop ton zizi, il va tomber » (ma mère et ma grand mère n’avaient malheureusement pas lues Françoise Dolto…) peuvent encore avoir un pouvoir de nuisances intact 45 ou 50ans après.
    On peut donc être consciemment tout à fait en accord avec soi même pour vivre des expériences anales et prostatiques alors que tout un fond inconscient ne l’est pas du tout, il se produit alors un conflit intérieur générateur de stress.

    Je pourrais en parler des heures, que ce soit des causes comme des différentes thérapies, mais je préfère attendre votre réponse pour cela et les questions d’ @andraneros sont tout à fait pertinentes afin de mieux vous répondre.

    Dans un premier temps il peut être assez utile de consulter un ou une sexologue qui maitrise si possible des thérapies brèves comme l’hypnose-PNL, l’EMDR & HTSMA, la CNV mais il y en a d’autres…
    Et surtout se faire prescrire sans délai du Cialis (le 5mg est normalement suffisant) par un urologue ou un généraliste (mais les généralistes préfèrent souvent se défausser pour ce genre de problèmes)
    Le Cialis (qui « ouvre les vannes » de irrigation sanguine du Pénis) dont les effets dépassent toutes les attentes, redonne très rapidement confiance et constitue un formidable « filet de secours » quand les problèmes de stress ou d’érection surviennent.
    Pour ma part la dose de 5mg (prévue théoriquement en prise régulière et journalière) agit pendant une cinquantaine d’heures. (le problème c’est que les effets du Cialis sont tellement géniaux que je continue à en prendre une fois par semaine bien que mes problèmes de stress et d’érection aient disparus…)

    Je parlerai plus tard des pratiques psycho-corporelles, des pratiques énergétiques et des activités qui unissent le corps et l’esprit comme le Yoga, le Tai-chi et bien d’autres encore
    qui peuvent faire un bien fou dans ce type de problèmes.

    #23439

    fredd
    Participant

    Merci à tous les deux pour vos réponses éclairantes, qui me confortent dans mon hypothèse qu’il y aurait un lien.
    Je n’avais jamais eu de problème d’érection. Il est survenu du jour au lendemain, mais après plusieurs sessions avec l’Aneros.
    J’ai toujours du désir, de l’excitation, des éjaculations, avec ou sans ma partenaire.
    Mon médecin, après examens, m’a prescrit 25 mg de Viagra, qui m’ont effectivement redonné vigueur et confiance. J’en ai pris 2 fois, et maintenant je n’en ai plus besoin. Je croise les doigts…
    Pas d’addiction à l’Aneros, dont j’ai depuis totalement arrêté l’usage. J’ai peur de retrouver le problème, et du coup je m’abstiens de tout plaisir prostatique.
    En vous lisant, je comprends que le cerveau pourrait apprendre à gérer les deux plaisirs. Du coup, je me demande si je dois poursuivre mon abstinence, ou si, en alternant les deux formes de plaisir (avec ou sans viagra), j’arriverais à garder les érections, tout en jouissant de temps en temps avec l’Aneros.
    Au plaisir de vous lire.

    #23440
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Ma réponse à votre question @fredd ne représente que ce que je ferais vraisemblablement si j’étais à votre place avec les informations que vous nous avez fournies. Elle n’est en rien un conseil formel.

    Je reprendrais mes sessions de massage prostatique avec confiance puisque en cas de difficultés érectiles j’ai une solution immédiatement disponible. Je verrais bien au bout de quelques semaines comment mon corps et mon esprit intègrent ma dualité orgasmique.

    Entretemps je prendrais soin de dédramatiser la situation (pas de stress comme dit @aneveil). Bon cheminement @fredd.

    #23441
    aneveil
    aneveil
    Participant

    Pas d’addiction à l’Aneros, dont j’ai depuis totalement arrêté l’usage. J’ai peur de retrouver le problème, et du coup je m’abstiens de tout plaisir prostatique.

    Personnellement à chaque fois que j’arrêtais l’exploration prostatique, les problèmes d’érection disparaissaient et l’inverse était aussi malheureusement vrai…
    En début d’année, quand de nombreux orgasmes en A-Less sont apparus avec parfois des états proches de la transe, la dysfonction érectile est alors devenue beaucoup plus persistante, mon identité sexuelle s’en est trouvée alors extrêmement bousculée, ce qui m’a fait sombrer dans une assez grosse déprime et m’a poussé à consulter rapidement une thérapeute (sexologue et psychothérapeute) J’ai alors fait une assez long travail sur mes systèmes de croyances, les émotions, etc…

    Du coup, je me demande si je dois poursuivre mon abstinence, ou si, en alternant les deux formes de plaisir (avec ou sans viagra), j’arriverais à garder les érections, tout en jouissant de temps en temps avec l’Aneros.

    Le viagra comme le Cialis offrent un filet de secours en cas de « rechute », cela permets de vraiment dédramatiser et de pouvoir se détendre tout en observant sereinement ses réactions (la détente totale est nécessaire pour l’érection comme pour le plaisir prostatique).
    L’implication de votre partenaire lors de vos expériences prostatiques peut grandement contribuer à vous sentir plus détendu et serein pour aborder ces deux formes de plaisir.

    Entretemps je prendrais soin de dédramatiser la situation (pas de stress comme dit @aneveil). Bon cheminement @fredd.

    En effet, on peut toujours décider de « dédramatiser » mais quand l’égo (qui déteste tout changement) organise un véritable travail de sape qui vous submerge de critiques intérieures et d’émotions négatives, il est difficile d’y résister par une simple décision car il faut d’abord comprendre ou dissoudre les émotions qui nous submergent.
    L’avantage d’une thérapie, au delà de régler un problème ponctuel (ici d’érection) permets de « faire du nettoyage » en se libérant de mémoires toujours agissantes depuis l’enfance et de savoir mieux accueillir et dissoudre ses émotions (il y a beaucoup à dire là dessus et le lien avec « l’énergie » et la Kundalini…)

    Sinon pour gérer et transformer les émotions, j’ai découvert récemment une méthode sur laquelle j’avais beaucoup d’aprioris tant cette méthode peut paraître simple, voir simpliste. Il s’agit de l’EFT que l’on peut apprendre et pratiquer en à peine une ou deux heures, j’ai expérimenté et cela semble fonctionner assez efficacement.

    Bon cheminement @fredd

    #23445
    NewGone
    NewGone
    Participant

    Bonsoir @aneveil

    J’explore un peu le blog, étant nouveau ici, et j’ai été très interessé par vos reflexions, qui s’appuient manifestement par une experience certaine.
    Je n’ai pas, pour ma part, eu deproblemes erectiles après l’utilisation d’aneros. je dirais même plutôt « au contraire! ». Comme quoi nous sommes tous differents quant aux réactions et conséquences de cette utilisation , et de ses effets.

    Je voudrais plutôt revenir sur certains de vos propos, concernant ce que la découverte de ces plaisirs peut engendrer, en nous.
    Pas si simple….
    J’ai connu moi aussi ces étranges moments de « blues », alors que la veille avait été exctatique. On découvre, on explore, et ces moments de délices font penser que les choses vont changer. Oui, mais pas si simple…

    On aborde souvent les plaisirs physiques sans trop se soucier des repercussions globales, en tant qu’Etres Humains. Nous ne sommes pas vraiment uniquement un anus, une prostate, un joujou et deux systemes nerveux, qui pourrait jouer ensemble et nous teleporter définitivement sur la planete Extase. Non, ça se fait par instants, merveilleux, délicieux, mais ces instants s’arrêtent et la Vie reprend son cours…

    Je veux dire par là que la progression de la découverte de ces plaisirs magnifiques DOIT (à mon sens) s’accompagner d’une démarche bien plus large, philosophique à minima, sur les questions fondamentales qui nous animent.
    Parce que « Super!!! j’ai decouvert comment appuyer sur un bouton avec un truc à 60 euros, et ma vie va changer du jour au lendemain!!! » ….ben ça ne marche pas !

    Je crois qu’il y a fondamentalement (desolé pour ce mot, mais hein…bon! 😉 ) une progression à accompagner SOIGNEUSEMENT sur l’utilisation des Aneros et plus largement sur la découverte de nouveaux TRES GROS plaisirs. Ca chamboule tout, à plein de niveaux (vous les evoquiez d’ailleurs, des choses très profondes, voire même ancestrales) On n’est pas dans un mauvais porno, là, où la vitesse des va et viens va conditionner le plaisir… c’est à l’opposé : on ouvre des portes, l’esprit et l’âme sont au rendez-vous, mais sommes-nous prêts à ce qu’il y a derrière ?

    On parle assez aisément de Taoisme, de disciplines ancestrales (j’ai même vu qu’en Inde, on massait la prostate les élephants mâles manuellement, pour leur équilibres ! ). Mais ce sont des pratiques globales, quotidiennes, cela fait partie de la vie. Nous , nous avons nos instants privilegiés, et nous redescendons ensuite dans le monde occidental, où, pour faire court « un truc dans l’anus ? tu es donc homo ??? La prostate ? ben à part un cancer, ça sert à quoi ? » 😉
    Je n’ai aucune envie homosexuelle, tout ça ne me pose pas problème, mais …. à qui en parler, qui peut comprendre ?
    En quelques semaines, parfois quelques jours, on peut découvrir des choses qui bouleversent à plein d’égards, même si il y a eu une progression personnelle progressive qui nous a mené jusque là.
    Je ne parle que pour moi (comme tout le monde ici), la decouverte du plaisir prostatique a été autant un choc – délicieux – qu’une évidence.

    Mais il faut la digerer….

    Pas si simple ! 😉

    #23447

    fredd
    Participant

    C’est peut-être l’inconscient qui parle, mais je n’ai pas l’impression d’avoir un grande culpabilité par rapport à cette nouvelle pratique. Je comprends évidemment qu’il faille « dédramatiser », mais pas de drame !

    « L’implication de votre partenaire lors de vos expériences prostatiques peut grandement contribuer à vous sentir plus détendu et serein pour aborder ces deux formes de plaisir. »
    Là en revanche, cela serait plus compliqué. En effet, mes jeux avec l’Aneros (et même parfois sans, juste en contractant), sont mon jardin secret, que j’aurais du mal à aborder avec ma partenaire. Pas de honte, mais quand même un sujet délicat à partager !

    Pour le moment, je continue ma pause prostatique. Je tenterai de nouveau quand l’envie sera trop forte, mais le début de la réponse d’Aneveil ne me pousse pas trop à « jouer »…

    #23448

    fredd
    Participant

    .. et d’un autre côté, j’aimerais espérer que mon cerveau apprenne et intègre les deux formes de plaisir, sans bloquer l’érection. Et peut-être que c’est en pratiquant que je pourrai en arriver là ?

    #23451
    aneveil
    aneveil
    Participant

    Bonjour @newgone,
    En effet la manière dont le plaisir prostatique est souvent présenté (idem pour pratiquement toutes les pratiques sexuelles en général) c’est : « Allez y, achetez tel objet, essayez, c’est génial, faites comme ça, lubrifiez, respirez, introduisez et hop, vous finirez par connaître des orgasmes démentiels » Je caricature un peu car il est vrai qu’ici on insiste beaucoup sur le cheminement personnel, mais disons qu’il y a un consumérisme général et une mentalité du faire, ainsi qu’un « droit à jouir » très répandu qui est vraiment très décorrélé d’un cheminement bien plus global comme par exemple la relation à soi et son écoute (dans ses différents aspects) et aussi la relation à l’autre.
    Bref j’aurai aimé lire et entendre en plus des bienfaits et des plaisirs, que l’exploration prostatique pouvait être un parcours semée d’embuches, que cela pouvait être extrêmement déstabilisant pour un hétérosexuel en venant chambouler de vieux schémas, son identité sexuelle que l’on croyait bien établie… Que l’ouverture intérieure, corporelle et émotionnelle que cela représentait pouvait au passage libérer des tas de tabous et d’émotions enfouies depuis son enfance et qu’un accompagnement thérapeutique pouvait être envisageable.

    Bonjour @fredd

    Là en revanche, cela serait plus compliqué. En effet, mes jeux avec l’Aneros (et même parfois sans, juste en contractant), sont mon jardin secret, que j’aurais du mal à aborder avec ma partenaire. Pas de honte, mais quand même un sujet délicat à partager !

    D’après ma propre expérience c’est vraiment quand il y a une réticence ou une peur qu’il y a quelque chose à creuser, en osant être vulnérable, se mettre en danger et sortir de sa zone de confort (les femmes apprécient alors la vulnérabilité d’un homme ainsi que son courage) et au final on est généralement gagnant au delà de toute attente. Personnellement j’ai eu un mal fou à en parler à ma compagne et j’étais mort de trouille, mais ça en valait mille fois la peine…
    Ensuite quand je lis cela :

    .. et d’un autre côté, j’aimerais espérer que mon cerveau apprenne et intègre les deux formes de plaisir, sans bloquer l’érection.

    Je dirais qu’il y a de très grande chances pour que votre partenaire puisse vous aider à intégrer ces deux formes de plaisir mieux que quiconque.
    Personnellement c’est avec ma compagne que j’ai eu les expériences prostatiques les plus satisfaisantes, avec une état de bien être et de bonheur bien plus durable qu’avec des expériences solitaires.
    Pour en avoir discuté avec ma sexologue, elle m’a confirmée ce que j’avais pu observer avec ma compagne : A savoir que les femmes y sont généralement très favorables pour peu qu’elles ne se sentent pas exclues de cette forme de sexualité et de ces pratiques (cela n’empêche pas de garder un jardin secret)
    Dans mon cas et même si nous n’habitions pas ensemble, j’aurais eu beaucoup de mal à ne pas lui en parler car mes réactions corporelles ont totalement changées : beaucoup de zones érogènes en rapport avec le plaisir prostatique sont apparues (épaules, bras, seins, ventre, fesses, périnée et anus bien sûr…) , ce qui peut aussi expliquer les pertes d’érections passagères qu’il ne faut vraiment pas dramatiser :
    En effet parfois le contact de son corps et ses caresses réveillent très puissamment ma zone anale et prostatique, à ce moment il n’est pas question de plaisir pénien. Il faut l’accepter et vivre sereinement et pleinement à deux ce moment de plaisir anal et prostatique (sa part féminine) sans se soucier de son érection, dans ce cas de simples caresses de mes zones érogènes et sans rien introduire peuvent me mener parfois très rapidement à des orgasmes prostatiques, ensuite il faut parfois un peu de détente pour revenir en douceur et sans forcer vers les sensations péniennes, moins il y a de stress et plus il y a de complicité, plus rapidement l’érection revient.
    Dans la plupart des cas les femmes ont beaucoup à gagner dans le partage du plaisir prostatique car l’homme développe alors une sensibilité et une sexualité beaucoup plus proche et plus en phase avec la sexualité féminine et le rôle plus actif chez de la femme (sa part masculine) peut aussi être chez elle une source inespérée de nouveaux plaisirs.

    #24067

    fredd
    Participant

    Bonjour,
    J’entends les conseils, mais ce plaisir est un jardin secret qu’il me serait difficile d’border avec ma compagne.
    Après plusieurs mois d’abstinence prostatique, j’ai décidé de tenter à nouveau l’expérience. Une session d’une demi-heure qui m’a procuré un plaisir intense.
    Le lendemain, j’ai passé une heure dans un sauna gay, uniquement pour faire monter l’excitation. l’érection était bien là. Plus tard dans la semaine, j’ai eu des rapports tout à fait normaux avec ma compagne, avec des érections habituelles.
    Rien n’est jamais sûr en ce domaine, mais c’est plutôt encourageant. Peut-être qu’il y a un chemin vers les deux plaisirs.

    #24069
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    @fredd vous avez su faire preuve d’une grande sagesse qu’il me paraît utile de commenter pour tous nos amis qui éprouvent des difficultés semblables aux vôtres.
    1. Vous avez su prendre du recul par rapport à une situation vécue comme un blocage. Ce faisant vous avez dédramatisé et écarté le stress qui vous envahissait. Vous ne le mentionnez pas explicitement mais je suppose que pendant cette période de pause prostatique vous avez pu retrouver des sensations normales lors de vos rapports avec votre compagne et vous rassurer sur la qualité de vos érections.
    2. Votre dernière session de massage prostatique vous « a procuré un plaisir intense ». Vous n’avez donc rien perdu par rapport à votre expérience initiale et vous êtes toujours capable de vivre des orgasmes divins comme vous le rapportiez dans votre message d’ouverture.
    3. Vous avez finement testé votre excitabilité par une expérience indirecte

    Le lendemain, j’ai passé une heure dans un sauna gay, uniquement pour faire monter l’excitation. l’érection était bien là.

    Je suppose, encore une fois, que cette expérience n’était pas totalement nouvelle pour vous. Ainsi vous évitiez toute tension parasite et pouviez vérifier que votre excitation produisait bien les effets désirés.
    4. Vous avez su enfin retrouver votre compagne sans angoisse et avoir avec elle « des rapports tout à fait normaux ».
    J’en suis très heureux @fredd.

    Rien n’est jamais sûr en ce domaine, mais c’est plutôt encourageant. Peut-être qu’il y a un chemin vers les deux plaisirs.

    Personnellement j’en suis persuadé, tout comme @aneveil. Je pense aussi comme lui que vous aurez tout à gagner en abordant le sujet de du plaisir prostatique avec votre compagne. Bien entendu c’est vous qui la connaissez, et non pas nous autres membres du forum. Mais la qualité d’une relation se renforce quand peu à peu, avec délicatesse et respect, chacun ouvre à l’autre des accès à son ou ses jardins secrets. En effaçant peu à peu l’image au profit de la réalité de votre personne vous renforcez les liens et l’intimité de votre relation avec votre compagne.

    Je peux témoigner que cette attitude peut avoir des effets multiplicateurs insoupçonnés sur l’intensité érotique de vos rapports. Cela est d’autant plus vrai que plus vous connaîtrez le plaisir prostatique, plus votre sensualité et votre sexualité en seront affectées (pour le meilleur !) et plus votre compagne le remarquera. Si elle tient à vous autant que vous à elle, partager votre secret lui permettra de vous encourager et d’éliminer définitivement tout votre stress. Votre nouvelle aptitude à la jouissance et la confiance dont vous aurez témoigné l’aideront aussi, à son tour, à explorer son propre plaisir avec votre complicité.

    Si, à l’occasion d’une première discussion, elle semble ne pas vouloir partager l’expérience, ce n’est pas un drame. Dans notre société elle peut légitimement avoir des difficultés à envisager cette autre forme de plaisir masculin. Reprenez votre relation sans rien changer. Mais la graine sera semée et au fil de votre propre évolution et de ses effets sur votre couple elle germera et produira ses fruits, plus tard.

    Bon cheminement @fredd.

    #24075
    ane et rosse
    ane et rosse
    Participant

    Bonjour,
    merci d’avoir abordé le sujet. J’avais fait part de ce problème, que je croyais être mon problème, dans d’autres sujets : pas d’erection durant l’utilisation de l’aneros. Par contre aucun problème et une erection normale hors utilisation.c’était pour moi une interrogation mais pas vraiment un motif de stress tant j’étais absorbé par mon désir de progresser dans ma recherche du plaisir prostatique. J’attends de voir mais c’est vrai que c’est un peu balot pour les sensations périnéales.
    A bientot

    #24076
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Je vous fournis une liste de liens vers des messages qui concernent à un titre ou un autre la relation, ou plutôt, l’absence de relation rigide, entre le massage prostatique et l’érection. A la lecture de ces messages et d’autres publiés sur d’autres forums (sans oublier les vidéos qui montrent des sessions de jouissance prostatique) il semble qu’il soit normal de constater l’absence d’érection pendant une session. Il semble tout aussi normal de constater une succession de phases avec érection et de phases sans érection. Ce constat n’empêche pas que certains pratiquants connaissent au contraire des érections particulièrement vigoureuses pendant leurs sessions.

    Mon opinion est donc que l’érection est la conséquence d’un état d’esprit personnel ou d’une forme d’excitation qui reste très centrée sur le pénis. Mon expérience est que, si l’érection peut apporter quelques sensations supplémentaires, elle n’est en rien nécessaire à la jouissance prostatique.

    L’affaiblissement de l’érection lors des ébats amoureux avec sa compagne ou son compagnon peut provenir d’un effet secondaire de la reprogrammation du système nerveux vers une autre forme de plaisir. Ce n’est qu’une phase de transition provisoire. Dans ce cas on peut séparer pendant quelques temps bien distinctement les deux activités. Pour ceux qui n’ont pas révélé à leur partenaire leur pratique du massage prostatique, le « secret » peut être en lui-même une cause de difficultés. Si cette difficulté dure trop longtemps il ne faut pas négliger de consulter un spécialiste.

    La liste est longue. Nos amis qui sont très inquiets à ce sujet pourront parcourir autant de messages qu’ils veulent pour se rassurer, les autres gagner du temps en se contentant de mon introduction !
    21/01/2014 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/conseils-orgasme-prostatique/page/4/#post-10129
    24/01/2014 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/experience-et-questions/#post-10154 (avant-dernier paragraphe)
    07/03/2014 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/plaisir-plaisir-ressenti-sans-insertion-de-mon-anerosans-insertion-de-mon-aneros/#post-10661
    23/04/2014 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/conseils-pour-les-debutants-laborieux/#post-11274
    17/05/2014 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/les-toutes-premieres-seances-de-massage-de-la-prostate/#post-11662
    29/08/2014 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/presentation/page/3/#post-13353
    24/09/2014 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/temoignage-premieres-experiences-plaisirs-prostatiques-en-couple/#post-13667
    26/11/2014 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/les-toutes-premieres-seances-de-massage-de-la-prostate/page/2/#post-14215
    10/01/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/suite-de-mon-parcours/#post-14660
    12/01/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/orgasme-prostatique-par-contraction-du-perinee/#post-14689
    13/02/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/suite-de-mon-parcours/page/3/#post-15224
    27/02/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/contractions-involontaires
    03/03/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/ultra-chanceux-ou-fou/#post-15410
    04/03/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/contractions-involontaires/#post-15423
    20/03/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/la-compagnie-de-lanal
    16/04/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/une-experience-dapprentissage/page/3/#post-15827
    18/04/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/journal-dun-debutant-avec-lhelix-syn/page/2/#post-15832
    05/05/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/stronic-drei/#post-15871
    08/05/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/ultra-chanceux-ou-fou/#post-15943
    11/09/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/mon-experience-a-moi
    19/09/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/mon-cheminement-avec-lhelix
    19/09/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/mon-cheminement-avec-lhelix/#post-16968
    05/10/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/ma-lente-progression-vers-lorgasme-prostatique/#post-17130
    23/10/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/ma-lente-progression-vers-lorgasme-prostatique/page/2/#post-17337
    08/11/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/lucky-son-experience-sa-basilique-du-xiieme-son-petit-joyau/page/3/#post-17480
    19/11/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/mon-experience-deroutante/#post-17533
    24/11/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/mon-experience-deroutante/#post-17554
    26/11/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/en-route-vers-lextase/#post-17581
    05/12/2015 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/mon-experience-deroutante/page/2/#post-17645
    24/02/2016 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/les-toutes-premieres-seances-de-massage-de-la-prostate/page/4/#post-18434
    25/05/2016 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/ma-deuxieme-session-sans-resultat/page/2/#post-19582
    09/08/2016 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/decouverte/#post-20306
    02/09/2016 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/plaisir-ou-reflexe-musculaire
    06/09/2016 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/mon-experience-deroutante/page/7/#post-20540
    08/09/2016 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/plaisir-ou-reflexe-musculaire/page/2/#post-20547 (dernier tiers) et messages suivants
    13/09/2016 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/mon-experience-deroutante/page/7/#post-20585 et message suivant
    08/11/2016 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/probleme-physique-cerebral-ou-les-deux et messages suivants
    29/11/2016 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/des-idees-sur-lapres-tremblements/#post-21414
    14/12/2016 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/probleme-physique-cerebral-ou-les-deux/#post-21629
    24/12/2016 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/quelles-etapes-majeures-ont-jalonne-votre-progression-vers-le-super-o/#post-21651
    28/12/2016 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/quelles-etapes-majeures-ont-jalonne-votre-progression-vers-le-super-o/#post-21667
    09/01/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/ma-breve-experience (dernier tiers)
    05/02/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/bootie-vs-helix/#post-22170
    19/02/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/besoin-de-conseils/page/3/#post-22382
    19/03/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/orgasme-prostatique-apres-hypnose/page/2/#post-22644
    19/03/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/tous-les-joeuts-a-avoir-dans-la-commode/page/2/#post-22645
    19/03/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/partage-de-mon-eveil/#post-22648 (au milieu)
    19/05/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/difference-entre-orgasme-prostatique-et-anal/#post-23012
    26/05/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/en-route-vers-le-tresor/#post-23120 (vers le début du 3ème tiers)
    05/06/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/en-route-vers-le-tresor/#post-23194 (à la fin)
    06/06/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/orgasme-prostatique-apres-hypnose/page/2/#post-23198
    08/06/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/besoin-dun-coup-de-pouce/#post-23202
    19/06/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/besoin-de-conseils-2/#post-23266
    03/07/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/chacun-sa-progression-chacun-son-rythme/#post-23416 (seconde moitié)
    16/08/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/en-route-vers-le-tresor/page/2/#post-23773 (fin du deuxième tiers)
    28/09/2017 https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/aneros-helix-me-creer-une-douleur-au-perinee/#post-24070

    Bon cheminement à tous.

    #24189
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Votre dernier message sur le sujet Aneros et handsfree, trois mois et demi après votre dernière intervention sur votre sujet Aneros et problème d’érection, me fait comprendre que vous avez mis fin à votre « pause prostatique » pour votre plus grande satisfaction :

    J’ai l’habitude d’utiliser l’Aneros pendant une bonne 1/2 heure, sur le côté, jambes pliées. Très rapidement, je ressens les contractions involontaires puis je jouis plusieurs fois de façon délicieuse, pour terminer par une masturbation classique avec l’Aneros toujours inséré.

    Vous semblez avoir retrouvé un fonctionnement complet, orgasmes prostatiques accompagnés d’une « masturbation classique ». Peut-on comprendre que cette masturbation s’accompagne d’une érection et d’une éjaculation ? Si c’est le cas, c’est une excellente nouvelle. En complément avez-vous retrouvé vos érections quand vous êtes avec votre partenaire ? Si oui, avez-vous une idée des raisons de cette résurrection ?

    Votre témoignage permet de constater que vous avez pu faire une pause de vos sessions de massage prostatique sans rien perdre de vos nouvelles aptitudes orgasmiques. C’est une information très intéressante pour les lecteurs qui peuvent connaître des difficultés qui ressemblent aux vôtres. Merci et bon cheminement @fredd.

    #24193

    fredd
    Participant

    EN général, la masturbation « finale » ne s’accompagne pas forcément d’une pleine érection.
    En revanche, je croise les doigts, mais en dehors de mes sessions, j’ai retrouvé des érections normales.
    Difficile pour moi d’expliquer cette »résurrection ».

16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.