Mots-clés : ,

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Articles
  • #22557
    bzobzo
    Participant

    j’ai remarqué en lisant les autres et en me relisant après coup
    que des sujets comme le plaisir, la jouissance rendaient très lyrique,
    d’un lyrisme même assez douteux. On essaie à force d’épithètes et d’images
    de restituer ce que l’on a ressenti mais les résultats sont souvent assez ampoulés.
    Enfin soit, passons.

    je ne crois pas que le relâchement profond dans le cadre du yoga,
    me soit d’une grande utilité dans celui du massage prostatique,
    en effet quand on prend une posture, certains muscles restent en tension pour maintenir la pose
    et tout le reste se relâche profondément, on se laisse envahir par la respiration yogique.
    Ce relâchement profond est obtenu dans un contexte bien spécifique, j’ai encore en moi malgré que j’ai arrêté depuis de nombreuses années le yoga ce mécanisme, il faut cette mise en tension bien précise de la posture pour qu’automatiquement tout le reste se relâche et puisse laisser la place à la respiration.

    Je vous ai mis là sur une fausse piste.

    Par contre l’écoute du corps, ça oui, avec le yoga, en tout cas le type de yoga que j’ai pratiqué, le ashtanga yoga,
    on apprend à écouter son corps, cela oui je crois , me sert beaucoup dans le contexte des jeux avec la prostate.

    Et puis surtout peut-être et que j’ai oublié de mentionner jusqu’ici, couplé à la respiration ujjayi que je pratiquais,
    il y avait les bandhas, un en particulier, je pense tout particulièrement au Mula bandha que j’appliquais à chaque phase de la respiration.

    Le mula bandha est quelque chose de très intéressant, je passe sur les aspects spirituels
    pour rester concret, c’est une contraction des muscles près de l’anus, plus précisément en fait des muscles du périnée.
    et cela apportait dans ma pratique au quotidien une assise, une stabilité, de la force, de l’équilibre, c’est quelque chose de très puissant. Un lien par exemple sur le mula bandha: http://www.yogamag.info/dir/comment-pratiquer-mula-bandha/
    J’avais une maîtrise complète du mula bandha et cela m’aide énormément en fait car ce sont , je me rends compte,
    les mêmes muscles qui entrent en ligne de compte, dans le massage de la prostate.

    #22560
    bzobzo
    Participant

    dans la continuation de mon précédent message juste au-dessus, ne pouvant plus éditer celui-ci

    je voulais donner plus de précisions sur ce que j’entends par apprendre à être à l’écoute de son corps avec le yoga
    car écrit de cette manière, on pourrait imaginer une sorte de communication plus ou moins mystérieuse, voire ésotérique, avec son corps qu’on acquiert avec le yoga, ce n’est bien sûr pas cela, c’est quelque chose de beaucoup plus concret, je vais essayer un peu détailler cela.
    La pratique d’un yoga physique ( par opposition aux yogas de méditation), consiste beaucoup en l’amélioration des postures, beaucoup plus que d’en rajouter des nouvelles.
    à la limite on pourrait ne pratiquer d’une seule posture toute sa vie, essayer de l’améliorer jusqu’à atteindre la perfection. Celui qui maîtrise totalement une seule posture a une pratique plus complète que celui qui connaitrait des centaines de postures mais assez approximativement.
    La coordination dans un yoga en mouvement comme le ashtanga du chapelet des postures reliés par des mouvements entre eux avec la respiration et les bandhas, est extrêmement difficile et exige des années de pratique et une concentration sans faille sur ce qu’on fait.
    Une surveillance rapprochée constante donc de ce qui se passe au fur et à mesure qu’on entre dans la posture, on perçoit chaque groupe de muscles qui entre en tension, chaque membre qui entre en action, en même temps on contrôle sa respiration et on applique les bandhas. Quand je pratiquais, je me sentais comme une tour de contrôle avec tout le trafic de mon corps à surveiller, à diriger.

    Il y a des choses plus mystérieuses aussi,
    les bandhas dont j’ai un peu parlé au-dessus et puis la respiration ujjayi, l’immobilité de la posture avec la tension extrême de certains muscles et le relâchement total des autres, ensemble font que réellement le yoga peut être magique par moments. Quelque chose monte du sang, à ces moments on n’est plus la tour de contrôle mais l’avion qui a décollé.

    #22565
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Votre remarque initiale @bzo est juste. Je pense que cette forme d’exagération est causée par le choc d’une expérience :
    -1) vivement espérée et dans certains cas très attendue,
    -2) nouvelle, intense et éventuellement bouleversante,
    que sur le coup on ne sait pas décrire avec les mots de tous les jours qui donnent l’impression de la banaliser.

    Vous nous apportez dans la suite de votre message et le suivant des informations supplémentaires qui me paraissent suffisamment importantes pour que je je les déplace dans ce nouveau fil de discussion qui permettra de développer ce sujet avec une meilleure visibilité.

    Merci de nous apporter ces informations précises et précieuses. Bon cheminement @bzo.

    #22593
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    J’ajoute à vos messages @bzo ce lien vers le forum du fabricant des Aneros qui mentionne deux jours après vous l’importance de « Mula Bandha ». Votre expérience, que confirme l’auteur du message cité, montre bien l’importance de découvrir comment le contrôle du périnée peut conduire à la jouissance anale et prostatique. Quand ce contrôle n’est ni spontané ni naturel il est nécessaire de passer par une phase d’apprentissage, notre cheminement ou « rewiring ».

    Bon cheminement @bzo.

    #22596
    bzobzo
    Participant

    Quand ce contrôle n’est ni spontané ni naturel

    ce contrôle n’est jamais naturel, un homme dans ses activités diverses et variées au quotidien, n’a pas usage des muscles du périnée. Il faut se les réapproprier.
    Je me rappelle à mes débuts dans le yoga tout le cheminement que j’avais du faire avant de peu à peu pouvoir mouvoir ces muscles indépendamment. D’abord contracter l’ensemble des muscles autour de l’anus.
    Puis mentalement essayer de focaliser peu à peu l’action de contraction vers le périnée, « pratiquez, pratiquez et tout viendra » comme avait l’habitude de dire le grand maître du ashtanga yoga.

    Je vais faire à l’occasion quelques recherches sur le Mula Bandha car il est aussi une pièce essentielle dans le tantrisme sexuel, le fameux orgasme tantrique, à ma connaissance, le mula bandha est appliqué,
    cela mérite quelques recherches.

    C’est en fait exactement avec le mouvement de contraction du Mula Bandha que je pratique le massage prostatique, je m’en rends compte si j’essaie ce mouvement « à vide », assis sans le feu de l’action.
    J’ai souvent l’impression qu’il y a un organe indépendant de moi-même qui a la main sur le masseur.
    Comme si c’était quelqu’un d’autre qui le menait. Mais cela , c’est peut-être le cas de tout le monde
    Mais je me rappelle, j’avais cette même impression quand je pratiquais le yoga que le Mula Bandha était un organe extérieur ou que quelqu’un d’autre effectuait cette contraction, quelque chose comme cela.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.