12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Auteur
    Articles
  • #16364
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Ta fidélité @Jieffe est réconfortante. Il est rare que tout s’organise sans effort dans la vie ; c’est dans ces situations que le courage, la patience et la persévérance portent leurs fruits.

    J‘ai très certainement des éléments de réponse qui pourraient t’aider. J ‘ai travaillé la dessus il y a quelque temps, avec un certain succès, et ce n’est que du bénéfice pour tout le monde.

    Ce forum est un lieu d’échange et je suis persuadé que ton expérience sur ce sujet sera source d’un grand intérêt pour un très grand nombre de nos amis. Je te propose de nous la présenter en toute simplicité dans ce nouveau sujet que j’ouvre pour des échanges qui seront riches et instructifs.

    Bon cheminement @Jieffe.

    #16365
    JieffeJieffe
    Participant

    Bien bien bien… Je te remercie Andraneros, et c’est avec plaisir que j’accepte de décrire ici comment j’ai réussi à contrôler mon éjaculation. Il y a visiblement de la demande, et quand je peux aider..
    Contrôler est un bien grand mot, nous le verrons plus loin, parce que l’on ne fait pas toujours ce que l’on veut, mais on peut assez facilement la retarder, et faire ainsi durer le plaisir, pour soi et pour le/ la partenaire. Ça demande tout de même un petit peu d’entraînement, mais je ne pense pas que ça effraie grand nombre d’entre vous.
    Le principe est simple, il faut bloquer la première éjaculation, et pour y parvenir, nous allons utiliser notre muscle pubbo coccygien. Ça tombe plutôt pas mal, notre petite communauté connaît en principe bien ce muscle, et pratique pour bon nombre les exercices de Kegel, qui vont être tout à fait indiqué ici.
    Je conseille dans un premier temps de s’entraîner seul, avec peut être tout au moins au début un support érotique de son choix, vous verrez pourquoi. L’idéal est une masturbation avec du lubrifiant, de façon à simuler au mieux l’intérieur du vagin. Pomme de la main directement en contact avec le gland. Lorsque l’on sent le plaisir monter, il faut continuer, peut être en ralentissant un peu les mouvements, la pratique vous le dira, et aller jusqu’au point de non retour. Quand vous sentez l’éjaculation monter, dans les premiers temps, stoppez tout mouvements, concentrez vous bien, contractez vos muscles PC, il ne doit rien sortir de votre pénis, ou alors à peine une petit gouttiche de sperme. Les premières fois, c’est très dur, mais on y parvient, surtout lorsque l’on est motivé. Puis ce sera de moins en moins difficile, et vous y parviendrez sans arrêter les mouvements. Il en sera de même quand vous serez dans madame. Je conseille une nouvelle fois, dans les premiers temps, de ralentir les mouvements, voire les arrêter, bien se concentrer, bloquer tout ça, et repartir ensuite. Vous pouvez pendant ce temps caresser madame, l’embrasser, bref, faire ce que vous voulez sauf les coups de reins, mais attention aux gestes trop érotisants, ils ne vont que vous compliquer la tâche.
    Oui, ce n’est pas si simple, mais rassurez vous, avec un peu d’habitude, on y parvient assez facilement. Il n ‘en reste pas moins que quelque fois, c’est plus facile que d’autre, et quelque fois ça fonctionne moyen moyen…
    La deuxième difficulté est de repartir, d’où le support érotique mentionné au début. Attention à ne pas relâcher vos muscles PC trop tôt sinon, c’est l’éjaculation assurée, mais ça, vous pourrez vous en rendre compte dans vos entraînement. En revanche, à la suite de ce bloquage, il y a une mini période réfractaire, qu’il vous faudra gérer. Elle se gère d’autant mieux que l’on est excité. Il va vous falloir relâcher vos muscles PC, pas trop tôt, mais j’ai remarqué que plus je les relâchais, plus mon érection revenait, et quelque fois bien bien dure.
    A partir de ce moment, sans avoir vraiment chronométré, j’ai pu partir de 20 mn à plus d’une heure de plaisir. Je ne vous apprendrais rien, il ne sert à rien de bander pendant des heures, ce n’est pas forcément ce que recherche nos compagnes.
    Ce qu’il s’ensuit sont des paliers, un petit peu comme ceux décrit dans le traité, mais en moins intense je pense. Jusqu’au prochain désir d’éjaculation, vous devriez ressentir des paliers de plaisirs. Certains peut être vous feront croire que vous allez éjaculer , mais non, ça redescend, puis ça remonte… etc. Mais ça ne remonte pas comme le plaisir prostatique. Le sommet du plaisir reste le sommet du plaisir éjaculatoire que vous pouvez connaître.
    J’espère avoir pu vous aider. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas. Il faut que j’y aille, je vais me mettre en retard. Je n ‘ai pas le temps de me relire, alors excusez moi pour les fautes…
    Mais je reviendrais!!!

    #16366
    Avatarhector
    Participant

    L’entraînement, c’est bien la mon problème.
    Autant les aneros ça me pose pas de problème car je pars dans une idée de découverte du plaisir et que les sensations sont tjs là et différentes autant me masturber dans ces conditions ne m’intéresse pas vraiment.
    J’ai jamais réussi à tenir ce type d’entraînement d’entraînement (même si c’est une des raisons du départ de mon ex).

    Pourtant mes dernières tentative étaient plutôt sympa, avec déclenchement de p-wave et la possibilité d’atteindre la demi heure à la main (mais juste en arrêt la stimulation au bon moment, sans jouer avec les muscles pc) mais passé la demi heure, je n’ai plus la motivation de continuer.

    Et dans mon ex, dès qu’elle partait, je ne pouvais me retenir, trop d’excitation, et elle partait vite…

    Je sais pas comment, mais il va vraiment falloir que je travaille ça quand même.

    #16368
    HyménéeHyménée
    Participant

    Quand vous sentez l’éjaculation monter, dans les premiers temps, stoppez tout mouvements, concentrez vous bien, contractez vos muscles PC, il ne doit rien sortir de votre pénis, ou alors à peine une petit gouttiche de sperme.

    C’est de la maltraitance ! 😀

    Et dans mon ex, dès qu’elle partait, je ne pouvais me retenir, trop d’excitation, et elle partait vite…

    Chacun de vous était content, non ? Finalement, c’est peut-être ça le bonheur suprême : deux corps qui orgasment en même temps à leur façon. Et puis, quand on a envie d’y retourner quelque temps plus tard, et bien on y retourne. Très très simple.

    Comment n’y ai-je pas pensé plus tôt ? 🙂

    #16371
    Avatarhector
    Participant

    Chacun de vous était content, non ?

    Non, malgré cela, et d’autres avant pendant les préliminaire, elle en voulait plus… Mais elle n’a jamais vraiment oser le dire. Quand à moi je me suis un peut voiler la face. Pour le coup, j’aurais eu besoin de plus de sincérité pour trouver la motivation de m’entrainer ou avec sa participation pour travailler à deux. Bref avec le recul il y a des manques aussi de son coté, que j’aurais du aussi aborder plus frontalement.

    #16374
    JieffeJieffe
    Participant

    C’est de la maltraitance ! 😀

    Oui, tout à fait… 🙂

    Bon, les premières fois sont difficiles, mais avec le temps, ça devient plus facile, et même quelque fois naturel.
    Si, si…

    autant me masturber dans ces conditions ne m’intéresse pas vraiment.

    Je suis assez d’accord, mais il faut savoir ce que l’on veut! Cet entraînement là ressemble pus à un entraînement militaire….

    Chacun de vous était content, non ?

    Je me suis fait la même réflexion en lisant tes lignes. Que veux tu dire par « elle en voulait plus? ». Elle avait joui mais elle voulait continuer à faire l’amour, c’est ça?

    Pourtant mes dernières tentative étaient plutôt sympa, avec déclenchement de p-wave et la possibilité d’atteindre la demi heure à la main (mais juste en arrêt la stimulation au bon moment, sans jouer avec les muscles pc) mais passé la demi heure, je n’ai plus la motivation de continuer.

    Peu importe, le but étant de maîtriser son éjaculation. A mon sens, dès lors que tu as réussi à passer les deux caps difficiles, le blocage de ton éjaculation et le petit moment de période réfractaire qui le suit, continuer jusqu’à l’éjaculation n’a de sens que si tu veux le faire. Mais pour l’entraînement, ça n’a plus vraiment d’intérêt. Quand tu y seras, avec une vraie partenaire, l’intérêt sera tout autre, la motivation et le plaisir également.
    Entraînement difficile, guerre facile… 🙂

    #16375
    Avatarhector
    Participant

    Merci @Jieffe pour tout ces conseil.

    Pour en revenir à la question

    Je me suis fait la même réflexion en lisant tes lignes. Que veux tu dire par « elle en voulait plus? ». Elle avait joui mais elle voulait continuer à faire l’amour, c’est ça?

    Je dirais qu’elle aurait aimé avoir plus d’un orgasme avec une seule de mes érections. Elle a fini par dire que ça avait un gout de trop peut, la sensation qu’il y avait encore mieux si on continuait.

    #16471
    HyménéeHyménée
    Participant

    Je dirais qu’elle aurait aimé avoir plus d’un orgasme avec une seule de mes érections. Elle a fini par dire que ça avait un gout de trop peu

    Imagine maintenant @hector, si tu l’avais invitée à tes jeux où le pénis ne doit être touché sous peine de frustration orgasmique masculine … il y a une incompatibilité de fond, que je n’arrive pas à lever.

    C’est une équation sans solution.

    #16474
    Avatarhector
    Participant

    on n’apprend pas à un porc à cesse de se gaver.
    Tant qu’on remet de l’or dans son écuelle d’acier.

    La même que quand je lui faisais avoir plusieurs orgasmes d’autres manières.
    Pour moi il n’y a pas incompatibilité, il faut juste savoir chacun à son tour prendre plaisir à en donner, à jouer avec le corps de l’autre et prendre aussi le plaisir du rapport classique. La sexualité, la sensualité est trop riche pour la limité à une seule pratique.
    De plus, en me lançant sur le chemin de l’orgasme prostatique, je ne savais pas où cela me mènerais. Je ne sais pas non plus où une relation intime à deux plus poussée, mieux maitrisé (dans le sens expertise et non contrôle) peux nous amené.
    Enfin, je trouve ce que je vie sur le plan sexuel trop bon, trop intense pour ne pas le partager, c’est frustrant pour moi, mais j’aimerais quelqu’un qui vive la même intensité, la même plénitude.

    #16565
    luckylucky
    Participant

    Bonsoir,

    Je viens mettre mon petit grain de sel à propos du pénis sollicité et de l’incompatibilité des orgasmes. Je me suis aperçu que je pouvais toucher mon pénis et même m’installer dans le sexe de ma femme et nous laisser porter tous deux avec les super 0, mes spasmes sont si forts que le phallus fait le travail comme tout seul. Les spasmes s’arrêtent à peu près au moment où il va y avoir éjaculation, et donc pile poil au bon moment. Ca stoppe tout ! Il faut attendre et là, de nouveau, les spasmes entraînant les caresses du va et vient et de nouveau un arrêt. Et ainsi de suite jusqu’au moment où ben ce qui doit arriver arrive ! J’éjacule, et tout de suite après j’ai de nouveaux plusieurs orgasmes prostatiques.
    Cela dit, les temps sont différents. Il m’est impossible de ressentir en même temps un orgasme éjaculatoire et un orgasme prostatique, ils se succèdent.
    Mais, il ne faut pas trop solliciter le pénis lors de la pénétration sinon les orgasmes prostatiques cessent. Les orgasmes éjaculatoires peuvent être proches des orgasmes prostatiques en durée si l’on caresse le pénis et non pas si on le masturbe.

    Bonne route
    Lucky

    #16567
    HyménéeHyménée
    Participant

    …Je me suis aperçu que je pouvais toucher mon pénis et même m’installer dans le sexe de ma femme et nous laisser porter tous deux avec les super 0, mes spasmes sont si forts que le phallus fait le travail comme tout seul…

    Ca, ça doit être génial à vivre ! 🙂

    #16602
    AvatarAdam M.
    Maître des clés

    Une fois que l’on connait bien son corps et la manière dont arrivent les orgasmes prostatiques on peu tout à fait avoir une relation pénétrante et continuer à avoir des orgasmes prostatiques. Disons que la resptriction sur ne pas se toucher le pénis est beaucoup moins importante quand on a déjà cheminé et expériementé les orgasmes prostatiques.

    Il m’est arrivé d’avoir les deux orgasmes ensemble, cela peut se faire plus facilement avec une fellation. Je vous conseille cela comme expérience, la bouche de votre femme sur votre gland, vous vous masturbez légèrement si nécessaire et restez à deux doigts de l’orgasme éjaculatoire tout en allant vers l’orgasme prostatique grâce à un aneros, quand vous sentez l’orgasme prostatique arriver, vous demander à votre femme d’accélérer la fellation avec ses mains si nécessaires. J’ai eu des doubles orgasmes incroyables comme ça, attention c’est très fort.

    Bonnes expérimentations et amusez vous bien 😉 Faites un retour ici si cela à marché !

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.