Mots-clés : , ,

Ce sujet a 16 réponses, 6 participants et a été mis à jour par Andraneros Andraneros, il y a 2 semaines et 3 jours.

17 sujets de 1 à 17 (sur un total de 17)
  • Auteur
    Messages
  • #34114
    Avatar
    Madjek
    Participant

    Bonjour à tous.

    Cela fait plusieurs mois que je fais une séance dès que le moment est propice – je dois en être à une douzaine (ce n’est pas énorme…). J’avais commencé par me procurer un Helix Aneros, suite aux conseils trouvés à gauche à droite, et il est vrai que les premières fois, le plaisir était assez absent. Au fil des scéances, de la relaxation, après avoir bien identifié ou se trouvait ma prostate, le massage de celle-ci est devenu petit à petit plus plaisant.

    Je me permets d’écrire ce message car j’ai quelques questions concernant la direction que prend la découverte du plaisir prostatique.
    Au fil des mois, je me suis orienté vers d’autres masseurs, dont le lelo loki Wav (qui est un peu trop « bourrin » pour débuter dans le massage de la prostate) il génère du plaisir, mais en tant que débutant, le rewiring est au tout début et le lelo ne me permet pas de stimuler subtilement la prostate, puis je suis passé sur format plus petit comme le Goliath Devil 2 (avec la tete 360°) et encore une fois, celui-ci génère un certain plaisir mais le massage est trop brusque pour un débutant (avis personnel) – ces toys sont surement très efficace une fois les premiers super O découvert et permet très certainement d’avoir encore plus de plaisir mais pour le moment, je les mets de coté.
    Donc, retour au helix Aneros, plus petit, plus simple aussi, mais également tout à fait adapté à la découverte du point P (c’était une erreur donc de partir sur d’autres toys car je n’arrivais pas à avancer rapidement avec l’Aneros)

    Si j’avais un conseil à donner en tout premier, ce serait de rester sur ce toy et de prendre vraiment le temps pour connaitre mieux son corps et surtout l’écouter. Et identifier toutes les subtilités, sensations qu’il procure en massant la prostate.
    De ma petite expérience, je peux confirmer plusieurs choses – cela prend du temps, beaucoup de temps. Et je me suis dit plusieurs fois : »mais diable, pourquoi la nature a caché un truc pareil chez l’homme ». Car il faut le préciser, c’est planqué, voir le terme bridé est carément plus approprié.
    Et donc, il faut débrider les sensations produite par le massage de la prostate et ce qu’il se passe dans notre tête. Donc effectuer un cheminement que vous appellez rewiring – reconnection.

    Et je le confirme, cela ne se fait pas au premier massage, c’est subtile. J’ai suivi les conseils du traité (merci pour la véritable bible) , parfois je me suis éloigné. Cela demande du temps, de l’isolement, de la détente, etre relaxer pour se concenter sur ce qu’un toy comme le Aneros produit comme sensation sur la prostate.
    Ensuite, il m’a fallu différencier toutes les contractions (sphincter, periné…)

    Sur les 3 – 4 dernières séances, les sensations très agréables provenant du massage de la prostate ont évolué graduellement.

    Voici comment se déroule une de me sessions classiques:
    – Détente, relaxation et plusieurs petites contractions du périné (une dizaine) afin de faire gonfler légerement la prostate – puis relachement. A ce moment là, je ressens comme une petite boule roulé sur le helix.
    j’n’ai que rarement brulé cette étape, meme si parfois, j’l’ai écourté, je n’aurai pas du, c’est une phase importante qui permet de bien identifié les sensations.
    – Après 10 bonnes minutes, de petites contractions involontaires se produisent, mais j’essaye toujours de ne pas brusquer, bourriner sur la prostate (j’ai eu plusieurs fois la déception de voir que de trop forte contractions écrasent la prostate, et derrière il y a une perte de la sensibilité)

    En faite, cette étape reste assez importante, une fois la prostate légèrement gonflé, localisé, et que les sensations sont bonnes, il faut effectuer de légères contractions, ne pas être pressé afin de stimuler délicatement la prostate.

    Suite à cela, plusieurs contractions involontaires se produisent. Durant mes premières sessions, le bras déporté du masseur me génait dans ma concentration, celui-ci appuyant fortement, je perdais les sensations du masseur sur la prostate (alors qu’elles étaient là, mais trop faible)
    Pendant mes dernières sessions, j’ai ressenti d’autres choses, franchis d’autres étapes j’imagine.

    A ce jour, je sens de mieux en mieux le masseur sur la prostate, des tremblements des jambes se produisent, puis ca s’embale. j’ressens de forte contractions involontaires, tout se contracte autour de l’helix, celui-ci appuye sur ma prostate et le plaisir se siture entre une lègère douleur et une forte envie d’éjaculer. Puis la légère douleur disparait pour ne laisser que cette sensation d’envie d’éjaculer qui part du milieu de mon ventre.

    C’est assez particulier, sacrément bon, ce n’est pas un orgasme (d’ailleurs, il doit effectivement être monstrueux d’avoir un super O vu le degrés de sensations de plaisir que j’ai déjà)

    Ce que je me demande:
    -est-ce bien normal d’avoir autant de contractions involontaires, aussi fortes, celles-ci appuyent l’aneros de façon brutal sur ma prostate, et il est quasi impossible d’effectuer les exercices pendant ces moments. Je sens la prostate se gonfler, voir se durcir. j’ai des sensations dans tout le ventre, les jambes tremblent.

    Ce serait comparable à un pompage, mais sans finalité vu que j’n’ai pas encore eu d’orgasmes, ni observé d’éjaculation.

    Cela dur qqs minutes, c’est comme un palier atteint, mais qui stagne sur la longueur, c’est reproduisible 2 à 3 fois, après, la fatigue prend le dessus.
    J’en suis à cette étape – est-elle normale? (je trouve cela un peu « brusque ») je n’ai pas envi de me faire mal et du coup, j’hésite à prolonger mes séances.
    Comme préciser plus haut, un massage trop brusque me fait perdre les sensations procuré par le massage de la prostate, alors que là, les sensations sont bien là, mais le masseur appuye assez fortement (et parfois, il est impossible d’empecher cela)
    Si certains d’entres vous on des conseils

    Amicalement
    Madjek

    #34115
    aneveil
    aneveil
    Participant

    Bonjour @madjek

    -est-ce bien normal d’avoir autant de contractions involontaires, aussi fortes, celles-ci appuyent l’aneros de façon brutal sur ma prostate, et il est quasi impossible d’effectuer les exercices pendant ces moments. Je sens la prostate se gonfler, voir se durcir. j’ai des sensations dans tout le ventre, les jambes tremblent.
    Ce serait comparable à un pompage, mais sans finalité vu que j’n’ai pas encore eu d’orgasmes, ni observé d’éjaculation

    Cela ressemble tout de même beaucoup à un orgasme (qui peut prendre des formes très variées selon les personnes)
    Au début on a du mal à identifier les orgasmes car il n’y a pas de « fin » contrairement à l’orgasme éjaculatoire,
    et il y en existe d’une multitude d’intensités.
    La détente la plus grande possible après une contraction involontaire peut contribuer à faire durer et accroitre l’orgasme,
    en se laissant trop entrainer dans les contractions (sans détente) l’orgasme peut parfois s’essouffler rapidement.
    Il n’est pas question de « faire des exercices » mais de vivre pleinement son plaisir et de s’y abandonner totalement.

    C’est assez particulier, sacrément bon, ce n’est pas un orgasme (d’ailleurs, il doit effectivement être monstrueux d’avoir un super O vu le degrés de sensations de plaisir que j’ai déjà)

    Attention à ne pas idéaliser l’orgasme, le Super O etc… car c’est un très gros piège…
    Le mieux consiste à ne plus y penser (ce que l’on n’a pas vécu soit même n’a finalement que peu d’intérêt)
    afin de profiter pleinement du moment présent des sensations et de tout ce qui se vit dans notre corps.

    #34116
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bonjour et bienvenue sur le forum @ madjek. Vous nous dites :

    Si j’avais un conseil à donner en tout premier, ce serait de rester sur ce toy et de prendre vraiment le temps pour connaître mieux son corps et surtout l’écouter. Et identifier toutes les subtilités, sensations qu’il procure en massant la prostate.

    C’est une approche saine et simple dont le seul inconvénient est qu’elle demande éventuellement patience et confiance en soi. Vous n’en manquez apparemment pas.

    une fois la prostate légèrement gonflée, localisée, et que les sensations sont bonnes, il faut effectuer de légères contractions, ne pas être pressé afin de stimuler délicatement la prostate.

    Vous avez parfaitement assimilé les principes de base. Contrairement à l’excitation du pénis pour obtenir un orgasme avec éjaculation, qui progresse avec des stimulations de plus en plus rapides et de plus en plus appuyées, l’excitation de la prostate progresse avec des stimulations volontaires qui doivent rester légères, voire de plus en plus légères pour laisser toute leur place aux contractions involontaires qui prennent le relai.

    C’est assez particulier, sacrément bon, ce n’est pas un orgasme

    • Particulier, c’est bien ce sur quoi nous attirons l’attention de tous les débutants,
    • Sacrément bon, je suis heureux que vous en témoigniez après tant d’autres,
    • « Ce n’est pas un orgasme », soit il vous faut écrire « ce n’est pas un orgasme habituel centré sur le pénis tel que je le connais juste avant l’éjaculation », soit il vous faut écrire « c’est un plaisir différent de ce que j’ai connu jusqu’à maintenant », ce sur quoi nous attirons l’attention de tous les débutants.
    J’ai l’impression que vous validez à peu près toutes les étapes de la carte au trésor jusqu’au 23, puis le 26, 29,30,31, 34, 35, 40 ?, 44, 45. Corrigez-moi bien sûr si je me trompe.
    Quand je lis :

    ca s’embale. j’ressens de forte contractions involontaires, tout se contracte autour de l’helix, celui-ci appuie sur ma prostate et le plaisir se situe entre une légère douleur et une forte envie d’éjaculer. Puis la légère douleur disparaît pour ne laisser que cette sensation d’envie d’éjaculer qui part du milieu de mon ventre.

    Je pense à l’étape 46… Comme @aneveil votre description me fait penser que vous vivez vos premiers orgasmes prostatiques !

    -est-ce bien normal d’avoir autant de contractions involontaires, aussi fortes, celles-ci appuyent l’aneros de façon brutal sur ma prostate, et il est quasi impossible d’effectuer les exercices pendant ces moments. Je sens la prostate se gonfler, voir se durcir. j’ai des sensations dans tout le ventre, les jambes tremblent.

    Oui. C’est une forme de réaction fréquente et normale.
    Il faut comprendre que les contractions volontaires et le contrôle de la respiration ne sont pas le moteur de vos orgasmes prostatiques. Quand tout se passe bien, comme il me semble que ce soit le cas lors de vos dernières sessions, les exercices volontaires (détente, respiration, contractions…) ne sont pas du tout faits pour déclencher vos orgasmes, ils servent, dans un monde idéal, de démarreur et de starter pour lancer les contractions involontaires qui elles sont le moteur de vos orgasmes prostatiques. Par définition vous ne contrôlez pas vos contractions « involontaires ».

    Lorsque votre moteur prostatique est lancé, vous êtes comme dans un bateau à voile. Il avance tout seul et vous vous contentez de le diriger en réglant la voilure et le cap par rapport au vent et aux courants. Vous êtes comme dans un planeur en cherchant les ascendances qui vous font prendre de l’altitude pour prolonger votre vol…

    Ce serait comparable à un pompage,

    C’est évidemment le signe de votre orgasme…

    mais sans finalité vu que je n’ai pas encore eu d’orgasmes,

    De mon point de vue c’est pourtant bien ce que vous nous décrivez (relisez en toute objectivité les descriptions des étapes de la carte au trésor).

    ni observé d’éjaculation.

    Il ne doit pas y en avoir. Tout est dans cette différence. L’orgasme prostatique ne donne lieu à aucune éjaculation. Tout ce que vous pouvez observez et observerez au fur et à mesure de vos progrès c’est l’écoulement de liquide séminal en plus ou moins grande quantité selon la manière dont vos glandes fonctionnent. Cet écoulement est anecdotique et sans aucun rapport avec l’intensité de vos orgasmes. Cette absence d’éjaculation produit 3 effets :
    1. Vous pouvez répéter vos orgasmes à volonté jusqu’à épuisement physique ou nerveux,
    2. Vous ne « bénéficiez » plus du sentiment de libération et de satisfaction induit par la période réfractaire,
    3. Sans éjaculation, vous conservez votre énergie sexuelle qui alimentera vos sessions suivantes et les rendra plus explosives.

    Cela dure quelques minutes, c’est comme un palier atteint, mais qui stagne sur la longueur, c’est reproduisible 2 à 3 fois, après, la fatigue prend le dessus.

    En toute simplicité vous nous décrivez les premiers pas de votre nouvelle vie d’homme multi-orgasmique ! Vous avez lu le traité d’Aneros et depuis quelques mois sans doute de nombreux messages de notre forum. Vous savez donc que la découverte du plaisir prostatique est progressive pour la plupart des débutants qui doivent apprendre à changer l’état d’esprit dans lequel ils vivent leur plaisir sexuel. Ce que vous vivez est normal. Ce que vous décrivez est particulièrement encourageant.

    Tant que vous ne manipulez pas le masseur avec les mains vous ne risquez rien. Tout au plus une irritation du périnée sous l’effet des appuis répétés du bras de votre masseur. Dans ce cas un peu de repos effacera la gêne. Ou mieux sans doute changez de modèle pour en prendre un qui aura des butées plus rondes(versions Trident) ou montées sur des bras plus souples (version Syn). Vous ne nous dites rien de la méthode de lubrification que vous utilisez, nature du ou des lubrifiants, lubrification interne du rectum, lubrification du masseur. Au stade où vous en êtes ce point devient particulièrement important non seulement pour éviter toute forme d’irritation mais aussi pour intensifier l’efficacité du massage.

    Comme le dit @aneveil :

    La détente la plus grande possible après une contraction involontaire peut contribuer à faire durer et accroitre l’orgasme,

    Il me semble, pour répondre à votre dernière question, qu’en accordant encore plus d’importance que vous ne le faites déjà à votre détente, particulièrement au moment où les contractions involontaires prennent le dessus, vous serez en mesure de vivre des orgasmes plus intenses, plus longs, plus nombreux jusqu’à votre première expérience de l’orgasme qui emportera tout, votre premier super O’.

    Cependant @aneveil a raison d’écrire :

    Attention de ne pas idéaliser l’orgasme, le Super O etc… Le mieux consiste à ne plus y penser afin de profiter pleinement de la sensorialité et du moment présent.

    En attendant de trouver un autre masseur, vous pouvez essayer de placer un mouchoir plié en 4 ou plus ou du papier absorbant entre votre peau et l’extrémité du bras périnéal. Vous pouvez aussi le recouvrir de l’extrémité d’une tétine de biberon que vous coupez pour l’enfiler sur le bras.

    Bon cheminement @madjek.

    #34118
    Avatar
    Madjek
    Participant

    Merci beaucoup à vous deux pour vos réponses, les conseils que vous pouvez apporter. C’est vraiment encourageant et rassurant
    Concernant la carte au trésor (merci pour le lien) je dois en être en tout objectivité et honnêteté à l’étape 40, 41 reste légé. Après, je dois avoir sauter une ou deux étapes, car sur la carte, je me retrouve sur certains points tel que le 43 – 44.
    Et je suis encore « loin » de perdre tout control, de convulser. Peut-être me laisser totalement aller.

    @aneveil >>
    « Cela ressemble tout de même beaucoup à un orgasme (qui peut prendre des formes très variées selon les personnes)
    Au début on a du mal à identifier les orgasmes car il n’y a pas de « fin » contrairement à l’orgasme éjaculatoire, »

    Je comprends surement mieux, donc j’aurai de petits orgasmes, enfin des débuts de construction d’orgasme. J’imagine que le rewiring est en bonne voie dans ce cas. C’est vrai que les sensations sont à chaque session amplifié.
    Et de plus, il y a toujours cette exitation qui arrive avant chaque session – donc c’est que mon corps, mon esprit trouve un reel plaisir à travers le massage prostatique.

    « La détente la plus grande possible après une contraction involontaire peut contribuer à faire durer et accroitre l’orgasme,
    en se laissant trop entrainer dans les contractions (sans détente) l’orgasme peut parfois s’essouffler rapidement. »

    -> je pense que je suis « coincé » à cette étape. Encore hier soir, j’ai pris 30 – 40 min pour me détendre avec l’aneros. Au bout des 40 min, j’ai senti à nouveau la prostate bien se gonfler et rebelotte des petites contractions involontaires, j’ai essayé de ne pas forcer, limite de « controler » les contractions involontaires mais elles sont quand meme brusque.

    Et j’ai vraiment le sentiment qu’après de fortes contractions involontaires, qui peuvent meme provoquer en parallèle une forte érection – meme si elles durent 2 min (grand max) ou tout se contracte (incontrolable donc) cela fini par s’essouffler. C’est comme si je n’arrivais pas à conserver le palier et travailler sur l’orgasme.

    Pire je suis sur de ne pas être loin de quelque chose, étant donné que j’ai une forte érection, je sens tout le plaisir monter de ma prostate, j’ai comme des sensations telle que celle juste avant d’éjaculer.

    Pour finir sur le masseur, je ne sais pas vraiment vers quoi me tourner, commencer ma session avec l’aneros, et une fois que ma prostate est gonflé, que le plaisir est là, grandissant, peut-être basculer sur le loki, il est plus gros, la tete appuyera plus fortement aussi, et commencer à jouer avec les vibrations, meme legère, permettrait de décupler l’orgasme, ou en tout cas, peut-être stabiliser le plaisir ressenti.

    A vous lire, en suivant vos conseils, j’ai le sentiment de ne pas arriver à conserver le plaisir (les mini orgasmes) et d’etre trop pressé. Je pense que je devrais plus me relaxer, me détendre dès que les contractions involontaires arrivent, et prendre le temps d’essayer de les conserver.

    Corrigez moi si je me trompe, mais en partant dans cette idée, démarche, le plaisir procuré par ma prostate devrait atteindre un palier – l’énergie sexuelle va s’accumuler, et cela devrait aboutir à augmenter l’intensité de l’orgasme, donc….un super O?

    #34120
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Vous nous dites @madjek :

    donc j’aurai de petits orgasmes,

    Oui de vrais orgasmes, ce que nous appelons des mini O’s. Avec le temps et la répétition des sessions ces sensations vont peu à peu prendre de l’ampleur et vous les reconnaîtrez de plus en plus naturellement comme des orgasmes. Ce processus semble déjà bien lancé selon ce que vous dites :

    C’est vrai que les sensations sont à chaque session amplifiées.

    Votre apprentissage d’une nouvelle forme de jouissance est en bonne voie. Une part importante de vos progrès se fait entre les sessions, de la même manière qu’une part importante de tout apprentissage se fait en dormant.

    Et j’ai vraiment le sentiment qu’après de fortes contractions involontaires, qui peuvent même provoquer en parallèle une forte érection – même si elles durent 2 min (grand max) ou tout se contracte (incontrôlable donc) cela fini par s’essouffler. C’est comme si je n’arrivais pas à conserver le palier et travailler sur l’orgasme.

    Je comprends en lisant ce passage que votre objectif à ce moment serait de « maîtriser vos réactions involontaires pour faire durer cet état » et à partir de là « lancer une procédure orgasmique ». Or c’est précisément le contraire qu’il faut mettre en œuvre à ce moment précis. Tout les efforts de contrôle que vous avez déployés pendant les minutes précédentes, pour lancer les contractions involontaires, doivent s’effacer au profit du « lâcher prise ». Ne cherchez surtout pas à « travailler sur l’orgasme ». Renoncez à tout effort à ce moment. C’est contre-intuitif certes mais c’est la clé qui vous ouvre la voie d’une jouissance plus profonde. Plus vous sentez le plaisir monter, plus vous devez vous mettre en posture d’acceptation, plus vous devez accepter de perdre le contrôle.

    Pire je suis sur de ne pas être loin de quelque chose, étant donné que j’ai une forte érection, je sens tout le plaisir monter de ma prostate, j’ai comme des sensations telle que celle juste avant d’éjaculer.

    Votre érection est un signe évident du plaisir que vous vivez à ces moments de vos sessions. Mais n’oubliez pas qu’elle est anecdotique. Elle peut même être contre-productive dans la mesure où elle remet en jeu le mécanisme de l’orgasme avec éjaculation. Il est utile à ce moment que vous fassiez l’effort de détourner votre attention de votre pénis pour vous recentrer sur ce que vous ressentez à l’intérieur. Il est important à ce moment de vous concentrer sur votre prostate.

    Pour finir sur le masseur, je ne sais pas vraiment vers quoi me tourner, 

    N’hésitez pas à expérimenter à condition de garder le même état d’esprit avec le second masseur. Rien ne doit changer en dehors de l’outil de stimulation.

    j’ai le sentiment de ne pas arriver à conserver le plaisir (les mini orgasmes) et d’être trop pressé. Je pense que je devrais plus me relaxer, me détendre dès que les contractions involontaires arrivent, et prendre le temps d’essayer de les conserver.

    Vous résumez très bien tout ce que j’ai écrit au dessus.

    le plaisir procuré par ma prostate devrait atteindre un palier – l’énergie sexuelle va s’accumuler, et cela devrait aboutir à augmenter l’intensité de l’orgasme, donc….un super O?

    L’idée n’est pas fausse mais je l’exprimerais autrement. Au point déjà bien avancé où vous en êtes @madjek la stimulation exercée par votre masseur produit une forte réaction sexuelle. Plus son action dure, plus elle se répète plus votre système nerveux s’active mais le lien entre cette accumulation et l’explosion orgasmique n’est pas rigide. Donc l’orgasme n’est jamais automatique.

    Imaginez que vous versiez un liquide dans un récipient pour le faire déborder et que ce récipient soit percé. Vous avez deux possibilités pour atteindre le débordement. L’une consiste à verser de plus en plus de liquide pour compenser la fuite. La limite de cette méthode est le débit de votre source qui peut être insuffisant pour compenser la fuite. L’autre consiste à colmater la fuite jusqu’à ce qu’elle devienne plus faible que le débit disponible. Dans cette situation vous pouvez même réduire le débit et obtenir plus de débordement.

    Bon cheminement @madjek.

    #34130
    Avatar
    Madjek
    Participant

    Merci beaucoup à tous les deux pour vos conseils et toutes les réponses que vous m’avez apporté.

    #35350
    Avatar
    Madjek
    Participant

    bonjour à tous, je tiens en tout premier à remercier chacun d’entre vous.
    J’ai eu la chance de pouvoir glaner des conseils à travers chacun de vos témoignages, et à partir de ceux-là, j’ai pu ressentir ce qui s’approche d’un orgasme prostatique – je n’arrive pas à mettre pour le moment le terme « super O » dessus car j’ai le sentiment qu’il y aurait quelque chose de plus fort qui se construit (je m’expliquerai par la suite)
    Ma réponse, elle est avant tout pour amener ma petite expérience et surtout souligner les erreurs que j’ai pu faire.
    Je vais commencer par les sextoys :
    – Aneros classic (je suis parvenu à l’orgasme prostatique et à le déclencher en boucle avec celui-ci)
    – Njoy pure wand (très bonne sensation, mais j’exercais une pression trop forte jusqu’à maintenant, impatient de l’utiliser suite à mon cheminement)
    – Aneros Ice (j’ai plusieurs fois des orgasmes mais jamais à répétitions, je compte reessayer bientot)
    – Lelo Loki Wave (j’ai toujours été décu, trop tourner sur de trop fortes contractions pour obtenir une sensation de plaisir…mais je compte le retester bientot et je crois qu’avec les vibrations, cela va decupler encore les orgasmes)
    S’il y a un conseil sur lequel je ne peux qu’insister (et d’autres du forum insistent beaucoup sur celui-ci) c’est de rester sur un Aneros Classic au début, pour « ouvrir cette boite de pandore » – oublier tous les gadgets qui vibrent, tourne à 360, copie grossière ect. (ils fonctionnent, mais si vous n’avez pas compris, trouver la clef, peu importe le terme, vous n’obtiendrez qu’un apperçu de ce que votre prostate peut vous donner en terme de plaisir)
    Je parle de boite de pandore, parce que je comparerai cela à votre premiere éjaculation en vous masturbant. C’est une découverte, et sans dire que la masturbation rend addict, le plaisir prostatique l’ait tout autant. On a cette envie de recommencer, simplement parce que cela procure un reel plaisir, un plaisir nouveau.
    Première erreur que j’ai faite donc – il m’a fallu 1an tout au plus pour apprivoiser les nouvelles sensations que je découvrais avec le massage de la prostate. Chaque session était différente, certaines mieux que d’autres, parfois rien (stress, trop pressé). Comme répéter plusieurs fois dans le forum, ne pas se décourager, le chemin est plus ou moins long pour chacun d’entre nous, mais je suis persuadé que l’on a tous la capacité physique d’y parvenir.
    Deuxième erreur (et merci à certains intervenant sur le forum) vouloir à tout prix arriver à avoir un orgasme prostatique. Sauf que l’orgasme classique penien, chacun connait – là je partais vers l’inconnu en étant fixé inconsciement sur un espèce d’orgasme mix entre une envie d’éjaculé, et ma prostate qui se gonflait jusqu’à pousser une ejaculation non controlé – enfin une idée complètement en dehors des clous.
    Donc, ne vous fixez pas sur la finalité encore une fois, écouter votre corps, concentrez vous sur les sensations que vous procure ce moment avec le masseur. Apprivoiser ce que vous faites de biens à votre corps – élargissez votre plaisir sexuel.
    Et pour la précision, je suis hétéro, marié et papa. Ma sexualité est quelque chose que je partage avec ma femme de façon très ouverte, et très ludique – cela fait parti de nos discutions du quotidien, de notre vie.
    Troisième erreur, les contractions, exercices de kegel. En soit ceux-ci sont très important – ils tonifient toute la base de votre planché pelvien. Mais le plus important, c’est de parvenir à dissocier toute cette base musculaire, tous ces groupes musculaires ont un role différente, contracter la base du penis pour maintenir une erection, retenir d’uriner, retenir d’aller au toilette ect..Entre les contractions pelviennes, contractions anales les dissocier demande un peu de temps et je trouve que bruler cette étape ne permet pas de savoir sur quelle partie de vos muscles il faut jouer. Ma troisième erreur a été de trop contracter – quand je sentais du plaisir provenir de ma prostate, je contractais, je contractais systématiquement de plus en plus (c’est instinctif en fait) le relachement est très important. Trop contracter va épuiser la prostate et elle va perdre sa sensibilité. (slow clench 🙂 ) Nombre de fois ou j’ai du arrêter car j’avais contracté trop fort, sans aller jusqu’à la douleur, mais cela faisait disparaitre toute construction du plaisir. Trop vite – trop fort – trop impatient.
    Quatrième erreur, la respiration (cela rejoint l’erreur des fortes contractions) Sur le forum, et sur le traité d’Aneros, j’ai lu et relu plusieurs fois ces conseils sur la respiration – le rythme qu’il faut avoir. Juste contracter et ne pas avoir de rythme au niveau de votre respiration ne permet pas une construction (souvent le terme Build up est employé) de l’orgasme. Tout est parti de cette simple modification sur ma compréhension du plaisir prostatique. Je n’en reviens encore pas tellement depuis c’est une évidence, la pièce qu’il manquait à mon puzzle.
    Surement que tout ce qui a été fait avant dans mon cheminement à servis à comprendre mes sensations et l’évidence d’avoir une respiration en rythme à tout déclencher par la suite.
    Je vais essayer de synthètiser le chemin que j’ai pris – même s’il faut du temps – je souhaiterai souligner une chose qui me semble importante concernant le plaisir masculin. En partant du principe que l’orgasme éjaculatoire se présente comme une symbiose entre la montée du plaisir au niveau de la verge et les pulsations de la prostate.
    Sans avoir trouver sa prostate, ni s’en inquiété à vrai dire – je vivais très bien avant de tomber sur un article parlant du plaisir prostatique – on reste souvent sur la seul idée que l’orgasme masculin est lié uniquement au penis – c’est cet organe qui a la capacité de donner du plaisir à un homme. Si on découvre sa prostate – que l’on sait la situé – une fois un Aneros inséré – une pratique de la masturbation permet de se concentrer sur le mécanisme de la prostate qui s’active – plaisir – masseur qui « appuye » sur la prostate, érection, monté du plaisir, pulsation de la prostate, éjaculation.
    Je pense qu’effectuer à plusieurs reprises une masturbation avec un aneros permet vraiment de se situer sur les plaisirs ressentient à travers le gonflement de la prostate. C’est un début pour s’initier et ensuite s’éloigner du point A pour ne se concentrer que sur le point B.
    Mais que représentent les points A et B?
    Le penis est le A, la prostate le B, l’éjaculation ne peut pas arriver sans que A soit complémentaire de B. Je me permets de comparer cela au plaisir féminin. On a à tord, toujours dissocier la masturbation clitoridienne, la penetration vaginal, le point G ect – Sauf que tout étant relié, les uns amenent à la construction de l’orgasme à travers les autres. Une femme pouvant jouir clitoridiennement, elle pourra jouir également en ne massant que son point G – mais en liant les deux, le plaisir est décuplé également – mais si une femme fait le cheminement d’avoir un orgasme que du point G, ou que du clito, ou vaginal, elle pourra décupler son plaisir orgasmique par la suite.
    Il en va de même pour un homme, tout étant relié en terme de monté de plaisir et orgasme, arrivé à ne jouir que de la partie B (prostate) est quelque chose de nouveau, unique dans l’idée que l’on se fait du plaisir masculin.
    Cela apporte plusieurs choses:
    – une plus grande compréhension de son corps à travers la construction de son plaisir. Des orgasmes plus puissant, et en liant masturbation du penis et massage prostatique, les éjaculations sont également plus importantes.
    – une reelle tonification des muscles pelviens (erections plus fortes au passage, on bande comme à 20 ans)
    – une compréhension de la construction de l’orgasme feminin…il n’y a qu’en faisant le cheminement de la construction de l’orgasme prostatique que j’ai entièrement compris de quelle façon celui de la femme se construisait.
    J’en arrive donc à la façon dont je suis parvenu à obtenir plusieurs orgasmes de ma prostate. J’ai recommencé l’expérience plusieurs fois, mes sessions sont au passage plus courte qu’au début. Avant il me fallait bien 1h15, j’en suis à 40 – 45 min afin d’obtenir de très bonnes sensations et ce que je peux appeller des orgasmes postatiques que je peux répeter jusqu’à épuisement finalement. J’en ai compté une bonne dizaine toutes les 30 sec sur ma dernière session.
    Tout d’abord :
    – l’Aneros classic, il ne paye pas de mine, mais c’est votre meilleur allié, il est doux avec votre prostate, ne la brusque pas. Ne le bouder pas, au vu de sa conception, il est fait de telle sorte qu’il se positionnera automatiquement ou il faudra.
    dans la plupart des cas, je suis sur le dos, les jambes pliés, légerement écarté. Cette position reprise plusieurs fois sur le forum fonctionne à merveille. Une fois l’Aneros en vous – le meilleur conseil que je puisse redonner, c’est une totale détente, du calme – certains auront besoin de musique, d’autres non. J’ai complètement mis de coté tout cela, calme totale – aucun film porno, rien (cela a tendance à diriger vraiment l’esprit vers le penis…donc toutes vos contractions dirigés vers celui-ci, ce n’est en aucun cas désagréable, bien au contraire, mais ca ne m’a pas permis de construire correctement un orgasme prostatique)
    Il faut oublier votre penis, l’envie d’éjaculer, l’envie de le toucher, la construction d’un orgasme prostatique se passe à l’interieur de votre corps, dans votre bassin.
    D’ailleurs au début, privez-vous de vous toucher le penis, meme si par frustration que rien n’avance faites- le, car toucher votre penis redirige systematiquement le plaisir à l’initial. toucher le penis, c’est perdre 10 – 15 min de construction de l’orgasme prostatique (en tout cas au début) Le cerveau fonctionnant ainsi -> penis -> plaisir. Dès que vous effectuez ce geste, tout le bypass tombe à l’eau. En gros, le rewind consiste en cela, bypasser le schéma plaisir Cerveau – penis – ejaculation, en le contournant par Cerveau – signaux prostate – cerveau – plaisir prostate – cerveau – orgasme prostate. Ou comment arriver à se faire comprendre qu’il y a autre chose que l’automatisme découvert au début de votre adolescence.
    Ensuite, il faut suivre les conseils du traiter d’Aneros – mais j’aimerai vraiment ajouter un détail important, une précision que j’avais mal comprise pour ma part. LA RESPIRATION. pour moi, tout c’est déclenché réellement à partir de ma façon de gérer ma respiration.
    Une fois allongé, vous effectuez les exercices conseillés dans le traité, mais à travers ces exercies, la respiration doit être constente.
    On distingue en gros, une respiration via la cage toracique et une respiration dite abdominale.
    La respiration abdominale avec un rythme régulier m’a permis d’optenir de très bons orgasmes prostatiques.
    – commencer comme dans le traité par effectuer une respiration : expiration 10 sec en decontractant légerement, inspiration 10 sec en contractement légerement. En faite, cette idée de contraction doit etre légère, si vous avez bien travailler vos muscles pelviens, anaux, vous etes parfaitement capable de faire la différence entre les différents groupes et les faire travailler par alternance.
    Essayer au bout sur 10 / 15 min d’avoir un rythme régulier, en vous concentrant sur le masseur titillant votre prostate. Les contractions doivent être légères – de temps en temps permettez-vous une contraction un peu plus appuyer pour essayer de situer le masseur. Celle-ci devrait vous apporter de très bonnes sensations – mais stop – éloignez-vous de ces trop fortes contractions.
    Votre respiration alternée de 10sec entre inspiration, expiration, devrait également vous permettre au bout de 10 – 15 min de sentir le masseur « bouger »
    Essayer de creuser votre ventre en inspirant, le fait d’exagérer votre respiration abdominale permet au masseur de bouger (sans avoir la nécessité de trop contracter, toujours ressentir de contractions légères)
    Essayer d’être relacher également au niveau de l’expiration, en gonflant votre abdomen, le faite de gonfler, va permettre au masseur de bouger en glissant le long de votre prostate.
    A travers ces exercices respiratoires, je me suis appercu de plusieurs choses :
    – plus besoin d’effectuer des contractions appuyées sur ma prostate pour sentir le masseur
    – sentiment de construction du plaisir accentuer, tout est décuplé, et on sent réellement une évolution minutes après minutes
    – sensations du masseur sur la prostate plus doux, plus léger au début. Plus de sensation trop forte sur le point d’accuponctur.
    – toujours plusieurs erections au cours de la session, mais elles ne déconcentre plus, elles viennent, repartent.
    Adaptez un rythme régulier au niveau de vos exercices respiratoires- imaginez-vous que le masseur fait une sorte de mouvement de va-et-viens sur votre prostate, comme s’il glissait dessus, votre respiration, abdo creusés, ventre gonflé va faire naviguer le masseur et votre prostate va se gonfler.
    Vous devriez ressentir des tremblements (you are closed…) les tremblements des jambes indiques clairement que vous vous rapprochez de l’orgasme prostatique.
    Gardez le cap, concentrez vous sur votre respiration. On peut se retrouver destabiliser parfois, avoir envie de contracter très fort les muscles anaux pour appuyer le masseur sur la prostate. Eloignez-vous de cette envie (meme si elle semble délicieuse…le meilleur arrive après)
    Au bout de 10 min vous devriez avoir trouver un bon rythme respiration et sentir les mouvements du masseur.
    A ce moment là, il y a comme la sensation qu’une chose différente se produit – une ligne, comme si un tendon était présent au niveau de votre ventre ou se situe votre prostate, comme s’il se dessinait. Pour moi, cela a toujours été le signe qu’un orgasme se construit, et patience, lorsque je sens cette ligne, ce tendon se dessiner, le plaisir venant de ma prostate se décuple.
    Le plus difficile niveau concentration est ce passage ou vous sentez le masseur glisser sur votre prostate, celle-ci se durcie et la sensation de ce tendon dans votre abdomen augmente – il en faut en aucun cas :
    – tout stopper trop longtemps
    – avoir peur de ces nouvelles sensations, votre prostate ne va pas exploser et vous n’allez pas vous blesser
    – continuer doucement votre massage
    A partir de cette instant, votre masseur est « bloqué » par le gonflement de la prostate – je n’effectue que de très légères contrations (mais c’est deja très bon) votre souffle doit s’etre accelérer, et il va continuer d’acceler – il vous faut garder le rythme respiration, creuser votre ventre, le gonfler – vos jambes devraient trembler de plus en plus. Accordez-vous de courtes poses si vous commencez à faire des spaghettis avec les jambes.
    il faut compte quelques minutes avant de sentir votre prostate se durcir et apprécier le masseur à son contact. C’est à cet instant que vous pouvez appuyer le masseur en contractant – il va bouger tout seul par la suite.
    Le fait d’appuyer va déclencher une sorte de boucle, vous allez sentir votre bassin et vos bras, jambes tremblés, votre prostate pulser sur votre rythme cardiaque en gros. tout dépend de chacun, cela peut aller de 5 sec à 15/20 sec, puis il y a une sensation de décontraction totale – il vous suffit ensuite de redonner une contraction, le masseur va appuyer à nouveau sur la prostate, mais parfaitement, agréablement, et un nouvel orgasme arrivera.
    Vous pouvez jouer ainsi jusqu’à épuisement, l’orgasme déclenché, faisant bouger le masseur qui en déclenche un autre.
    Vous pouvez également basculer sur un masseur différent, une taille supérieur par exemple, pour effectuer une pression plus importante sur votre prostate.
    J’ai remarqué qu’une fois les orgasmes lancés, exercer une pression un peu plus importante sur la prostate ne coupe aucunement le plaisir, bien au contraire. Une fois ce seuil atteind – vous n’êtes plus maitre à bord.
    C’est vraiment des sensations uniques, des orgasmes longs, internes, qui partent véritablement du ventre. Il n’y a pas d’éjaculations, ni d’urines.
    Simplement, la prostate qui donne du plaisir. Cette partie B dont je parlais plus haut, qui combiné à la masturbation, permet d’avoir un orgasme éjaculatoire de qualité.
    Mais stimulé, massé seule, elle décharge des orgasmes incroyables, et en séries en plus.
    Ce que je voudrai savoir, est-ce que je vais continuer de chercher dans ma quete quelque chose de plus grand? quelle étape sur la carte au trésor se trouve après ces orgasmes en boucle? j’ai découvert l’orgasme mutliple? qu’en est-il des super O? est-ce des orgasmes qui arrivent avec la pratique? Franchement, je n’en sais encore rien, ci ce n’est que c’est deja très très bon.
    Encore merci au forum.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 3 jours par Avatar Madjek.
    #35358
    Avatar
    Kirk_
    Participant

    Je sais pas comment vous faites, ça va faire 3 ans que j’ai mon Aneros et que je fais environ 2 séances par semaine, je fais tout ce qu’il faut, méditation, relaxation, Kegel etc… et toujours pas 1/10ème d’un orgasme.

    Comment on peut être aussi inégaux à ce niveau, j’ai aucun blocage, j’assume ma sexualité, bref tout devrait se goupiller normalement et pourtant.

    Vous avez pas mal de chance.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par Avatar Kirk_.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 3 semaines et 2 jours par Avatar Kirk_.
    #35363
    Caktil
    Caktil
    Participant

    Bonjour Madjek,

    Cela fait un moment que je me dis qu’il faudrait que je m’inscrive pour participer à ce forum. Je suis également assez nouveau dans le domaine des plaisirs prostatiques, j’ai découvert cet univers à la mi-août 2019. Je me suis inscrit aujourd’hui, en particulier pour faire écho à tes propos de ton message du 17 juin.

    Je me suis reconnu dans la plupart de tes explications, sauf en ce qui concerne l’utilisation de masseurs autres que ceux d’Aneros. J’ai commencé avec l’Helix Trident et, une fois convaincu de l’efficacité de ces petits bouts de plastique, j’ai acheté deux autres modèles : l’Eupho Trident et le Progasm Junior.

    Bref ! Après une trentaine de sessions en deux mois passé à cheminer sur cette passionnante route, je pense que j’en suis à l’étape 48 de la carte au trésor. C’est à dire un plaisir intense avec de fortes contractions (Dry-O) lors de la plupart de mes séances. Ce qui me rapproche de toi, c’est aussi ce sentiment de frustration de ne pas atteindre les sommets de plaisir décrit ici ou sur le forum Aneros. Et comme toi, j’ai le sentiment que le palier suivant est tout proche ! L’Orgasme avec un grand « O » ! Le plaisir que j’éprouve ces jours est le meilleur plaisir sexuel que j’aie jamais eu, mais je sais qu’un jour ou l’autre je franchirai l’obstacle, je trouverai la clé pour un orgasme encore supérieur.

    Une de mes difficultés consiste à trop analyser ce qui m’arrive au lieu de simplement apprécier les sensations, quelles qu’elles soient. Je trouve très difficile de juste ne rien faire, de ne pas avoir de pensées parasites. Je pense qu’il faut que je me mette à la méditation pour m’améliorer.

    Mais je savoure chaque pas de cette route vers la découverte d’un plaisir différent et je sais, pour avoir lu de nombreux messages ici ou sur le forum d’Aneros, que le voyage est aussi agréable que le mythique super-O que, peut-être je n’atteindrai jamais…

    Parfois nous avançons à grands pas, parfois nous piétinons sur place et parfois même nous reculons. Mais le chemin est tellement excitant !

    Dans ma classification (encore de l’analyse…) j’ai des sessions qui sont « ratées », « sub-standards », « standards », « oniriques », « magiques », « merveilleuses », etc. A part une fois ou l’échec a été total et les sensations totalement absentes, je trouve qu’il y a toujours quelque chose à retirer de ces séances. Et encore, la fois où il ne s’est rien passé, j’ai quand même vu pourquoi et cela me permettra d’éviter de répéter cet échec. Parfois mes sessions sont pratiquement des séances de psychothérapie et je règle des choses sur moi-même, des émotions refoulées sortent et les larmes de peine ou de joie coulent. Ces sex toys sont vraiment étonnants ! Et parfois ce sont juste des moments d’exquises sensations orgasmiques.

    Pour résumer, je dirais que nous sommes sur la bonne voie, le mieux que nous ayons à faire et de savourer chaque minute de ces extraordinaires moments que nos prostates nous offrent.

    #35366
    filou
    filou
    Participant

    Kirk ne désespérez surtout pas! Consultez le forum « ma prostate me donne enfin cet orgasme tant attendu » et vous constaterez que tous les espoirs sont permis. J’ai eu connaissance de cet orgasme prostatique la soixantaine passée et j’ai eu moi aussi très envie de connaître ce plaisir nouveau. Je suis d’un naturel anxieux ce qui n’est pas l’idéal pour cette pratique et vous constaterez que mon parcours a été chaotique. Vous apprendrez aussi que mon envie et ma patience ont été payantes et que maintenant, à 70 ans, je vis des moments de plaisir absolument merveilleux. Je ne suis pas encore parvenu au super O et peut-être que je ne le connaitrais jamais car à mon âge le corps n’a plus les mêmes facultés ( même si je suis très bien « conservé » et en bonne santé!). Le(s) plaisir(s) engendré(s) par le massage de la prostate me comblent et m’épanouissent tant que je regrette les années de jeunesse passées à côté de ce plaisir merveilleux. Je vous souhaite de connaître ces félicités vous aussi. Confiance!

    #35368
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bonjour @kirk.
    Je suis désolé que les témoignages et les conseils que tu lis ne t’aident pas (encore… ) à avancer dans ton cheminement. C’est vrai que certains peuvent paraître chanceux quand leurs dispositions naturelles leur permet de réveiller leur prostate. C’est vrai qu’on peut trouver injuste de ne pas bénéficier des mêmes « facilités ». La vie est ainsi faite et nous sommes inégaux parce que nous sommes différents. Cette situation ne doit pas pour autant te désespérer. Certains d’entre nous ont besoin de beaucoup, beaucoup plus de temps que d’autres pour s’ouvrir à ces sensations nouvelles.

    Tu n’es pas le seul et, comme il te le dit, @filou a témoigné avant toi de difficultés de même nature avant de faire à son tour l’expérience du plaisir prostatique.

    Bon cheminement @kirk.

    #35370
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bon retour sur notre forum @madjek.
    Vous nous disiez en juin dernier avec un ton encore un peu interrogatif et me semblant même étonné après nos réponses à votre message précédent :

    j’aurai de petits orgasmes, enfin des débuts de construction d’orgasme.

    Vous nous dites maintenant après 4 mois de pratique très consciencieuse :

    • j’ai pu ressentir ce qui s’approche d’un orgasme prostatique (… )
    • Aneros classic (je suis parvenu à l’orgasme prostatique et à le déclencher en boucle avec celui-ci) (… )
    • Aneros Ice (j’ai (eu) plusieurs fois des orgasmes mais jamais à répétitions, je compte réessayer bientôt) (… )
    • J’en arrive donc à la façon dont je suis parvenu à obtenir plusieurs orgasmes de ma prostate. J’ai recommencé l’expérience plusieurs fois, mes sessions sont au passage plus courte qu’au début. Avant il me fallait bien 1h15, j’en suis à 40 – 45 min afin d’obtenir de très bonnes sensations et ce que je peux appeler des orgasmes prostatiques que je peux répéter jusqu’à épuisement finalement. J’en ai compté une bonne dizaine toutes les 30 sec sur ma dernière session. (… )
    • C’est vraiment des sensations uniques, des orgasmes longs, internes, qui partent véritablement du ventre. (… ) Simplement, la prostate qui donne du plaisir. (… )
    • Mais stimulée, massée seule, elle décharge des orgasmes incroyables, et en séries en plus.

    C’est magnifique et je suis vraiment heureux de lire à quel point vous avez progressé pendant cet été J’espère que désormais vous n’avez plus aucun doute sur la nature de votre expérience. Félicitations et bienvenue au club @madjek.

    Les conseils que vous proposez à partir de votre expérience sont pertinents et devraient aider les lecteurs débutants à se concentrer sur l’essentiel pour franchir les unes après les autres les étapes de la Carte au trésor.

    Mais je me demande comment faire cette respiration que vous proposez :

    Essayer de creuser votre ventre en inspirant, le fait d’exagérer votre respiration abdominale permet au masseur de bouger (sans avoir la nécessité de trop contracter, toujours ressentir de contractions légères)
    Essayer d’être relâché également au niveau de l’expiration, en gonflant votre abdomen, le fait de gonfler, va permettre au masseur de bouger en glissant le long de votre prostate.

    Si je creuse mon ventre en inspirant (en emplissant mes poumons d’air) je vais inévitablement gonfler ma cage thoracique .C’est le contraire de ce qu’on appelle une respiration abdominale qui consiste à gonfler le ventre en inspirant en poussant le diaphragme vers le bas. De même pour expirer (expulser l’air contenu dans mes poumons) je dois remonter mon diaphragme ce qui tend à creuser le ventre et non à le gonfler.

    Je suis parfaitement d’accord avec les effets de la respiration abdominale qui contribue à déplacer ls organes à l’intérieur du bas ventre et donc à masser la prostate et donner au masseur des impulsions qui seront autant d’étincelles pour mettre la prostate en feu. Mais dans mon esprit je pousse mon diaphragme vers le bas et je gonfle le ventre en inspirant, et je remonte mon diaphragme en creusant le ventre en expirant.

    Pour conclure le dernier exemple de la transformation de votre sensualité que vous êtes en train de vivre est que vous ne vous interrogez plus sur ce que l’on peut ressentir quand on est devenu un homme multi-orgasmique, vous commencez à bien le savoir. Vous vous interrogez maintenant sur ce que vous allez bientôt vivre en poursuivant le développement de vos capacités orgasmiques :

    qu’en est-il des super O? est-ce des orgasmes qui arrivent avec la pratique? 

    La réponse est OUI @madjek. Continuez avec le même état d’esprit et, si je me fie à ce que vous avez vécu en un trimestre, je suis persuadé que vous viendrez nous dire bientôt ce que vous ressentirez quand vous vivrez vos premiers super O’s, « full body orgasms ». Ce sera encore meilleur.

    Bon cheminement @madjek.

    #35371
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Vous nous dites @caktil :

    j’ai découvert cet univers à la mi-août 2019.

    et :

    Après une trentaine de sessions en deux mois passé à cheminer sur cette passionnante route, je pense que j’en suis à l’étape 48 de la carte au trésor. C’est à dire un plaisir intense avec de fortes contractions (Dry-O) lors de la plupart de mes séances.

    Vous témoignez d’une formidable progression. La lecture de votre témoignage est un vrai bonheur. Vous semblez vous aussi promis à vivre des sessions qui vous emmèneront dans un autre monde.

    Une de mes difficultés consiste à trop analyser ce qui m’arrive au lieu de simplement apprécier les sensations, quelles qu’elles soient. Je trouve très difficile de juste ne rien faire, de ne pas avoir de pensées parasites. Je pense qu’il faut que je me mette à la méditation pour m’améliorer.

    Je vous encourage vivement à suivre votre pensée. Vous ne nous parlez pas (encore… ) de jouissance prostatique A-less (sans masseur inséré dans le rectum). Vous pouvez combiner méditation et techniques de massage prostatique pour développer votre potentiel d’autant plus facilement que vous savez maintenant sur quoi concentrer votre pensée pendant ce qui commencera par être des « exercices » pour devenir des « entraînements » et très vraisemblablement dans quelques semaines de véritables sessions de plaisir prostatique sans masseur. Il me semble que votre niveau d’expérience vous permet de faire un tel essai sans aucun risque.

    Vous faites l’expérience, que nous sommes nombreux à faire et dont témoignent de plus en plus de nos amis sur le forum, d’un effet de la jouissance prostatique. Contrairement à l’orgasme centré sur le pénis associé à son éjaculation nos orgasmes prostatiques ne produisent aucun effet de satiété. Plus nous en vivons, plus ils sont profonds, puissants, longs, plus nous en avons envie. Seul l’épuisement physique, nerveux ou mental ou la raison nous conduit à mettre fin à nos sessions.

    Ce qui me rapproche de toi, c’est aussi ce sentiment de frustration de ne pas atteindre les sommets de plaisir décrit ici ou sur le forum Aneros. Et comme toi, j’ai le sentiment que le palier suivant est tout proche ! L’Orgasme avec un grand « O » !

    Savez-vous qu’il est presque certain que plus vous avancerez dans le développement de vos aptitudes orgasmiques plus vous éprouverez ce sentiment ? De même que vous continuerez à penser ce que vous pensez déjà :

    Le plaisir que j’éprouve ces jours est le meilleur plaisir sexuel que j’aie jamais eu, mais je sais qu’un jour ou l’autre je franchirai l’obstacle, je trouverai la clé pour un orgasme encore supérieur.

    @epicture nous confirme que notre cheminement est sans fin, @bzo fait de même.

    Je partage tout à fait votre conclusion. Bon cheminement @caktil.

    #35376
    Caktil
    Caktil
    Participant

    @andraneros (je ne sais pas encore comment faire des « quote » dans le forum…)

    Merci pour vos commentaires Andraneros.

    Je m’estime effectivement très chanceux d’avoir obtenu rapidement des résultats bien tangibles, voire même extraordinaires.
    J’ai entrevu le potentiel de plaisir qu’il semble possible de ressentir dès la première séance en ressentant déjà une très légère sensation agréable juste derrière mon pubis et quelques timides vagues de plaisir dans ma zone anale.
    Et j’ai obtenu le meilleur plaisir sexuel jamais ressenti dès la cinquième session. Cela devait probablement être un mini-O.

    En ce qui concerne les séances A-less, j’arrive à « réveiller » ma prostate en contractant plus ou moins certains muscles et sphincters de la zone anale. Au bout d’un moment, surtout si je peux y associer des caresses sur les tétons, j’obtiens sans conteste du plaisir. Il n’est pas aussi intense qu’avec un masseur, mais cela reste très agréable ! Ces jours je consacre quelques minutes à ces séances A-less au moment de mon coucher, juste avant de m’endormir. Les déplacements en voiture sont aussi devenu plus agréables depuis quelques semaines… 🙂

    En ce moment, il me semble avoir atteint une sorte de palier (des Dry-Os pratiquement à chaque session) et je me réjouis de monter un peu plus haut bientôt !

    En tous les cas, merci pour votre présence et vos conseils sur ce forum Et merci aussi aux autres contributeurs ! Il y pas mal d’histoires passionnantes et inspirantes à lire.

    #35386
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Vous nous dites @caktil :

    En ce moment, il me semble avoir atteint une sorte de palier

    Ce ressenti revient souvent dans les témoignages de nos amis qui pratiquent régulièrement comme vous le faites. Il correspond à des étapes de la progression quand tout ce qui a été vécu précédemment de façon plus ou moins régulière et plus ou moins désordonnée, échappant à votre contrôle, commence à former des enchaînements réguliers, prévisibles et renouvelables.
    Selon ce que vous ajoutez :

    (des Dry-Os pratiquement à chaque session)

    C’est bien ce qui se passe. C’est à ce moment que le processus d’apprentissage vous fais comprendre par des signaux irréguliers que la progression va continuer et qu’il nourrit votre conviction :

    et je me réjouis de monter un peu plus haut bientôt !

    Soyez confiant, soyez patient. C’est bien ce qui se passera. Bon cheminement @caktil.

    PS :
    Pour marquer une citation dans votre message vous l’écrivez d’abord, puis vous sélectionnez le texte, puis vous cliquez sur le 4ème bouton « b-quote » de la ligne qui regroupe les boutons de mise en forme

    #35398
    Caktil
    Caktil
    Participant

    PS :
    Pour marquer une citation dans votre message vous l’écrivez d’abord, puis vous sélectionnez le texte, puis vous cliquez sur le 4ème bouton « b-quote » de la ligne qui regroupe les boutons de mise en forme

    Merci Andraneros !

    Pour en revenir à cette progression en palier, cette situation me frustrait un peu car je sais qu’il y a d’autres niveaux qui se refusent à moi pour l’instant.
    Mais hier, à la fin de ma dernière session, je me suis dit que finalement même si je reste au palier où je suis, hé bien c’est quand même un plaisir exquis, parfois très intense (comme lorsque j’ai un Dry-O) et que je pourrais m’en contenter, même si je ne progresse pas plus loin.

    Je pense que c’est de bon augure car cela élimine une attente qui m’empêchait probablement d’avancer.

    Je me réjouis donc des prochaines séances pour lesquelles je n’attends rien d’autre que de ressentir un niveau de plaisir que je connais déjà…

    #35400
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Vous nous dites @caktil :

    même si je reste au palier où je suis, hé bien c’est quand même un plaisir exquis, parfois très intense (comme lorsque j’ai un Dry-O) et que je pourrais m’en contenter, même si je ne progresse pas plus loin.

    Vous avez tout compris.
    Bon cheminement @caktil.

17 sujets de 1 à 17 (sur un total de 17)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.