• Ce sujet contient 90 réponses, 9 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par filoufilou, le il y a 4 mois.
20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 91)
  • Auteur
    Articles
  • #36312
    verlesetoilesverlesetoiles
    Participant

    Bonjour à tous.

    Me voilà donc dans la démarche de venir partager mes premières expériences avec votre belle communauté en ouvrant mon propre journal. Pour commencer, j’aimerais vous livrer un témoignage intime. J’ai commencé ce cheminement prostatique avec une grande découverte, une immense claque merveilleuse de compréhension. Jamais je ne remercierais assez Adam pour ce qu’il m’a apporté avec quelques mots tout simples dans son traité d’Aneros. C’est une démarche magnifique de partage que tu offres et j’aspire à ce quelle puisse être connue du plus grand nombre afin de libérer les hommes de ce carcan qu’est la masculinité hégémonique. Voici donc ce témoignage et merci de votre accueil.

    Journal d’un arpenteur masculin du monde.

    L’année 2020 se profile et déjà un changement majeur se présente.
    Je reprends mon bâton d’arpenteur pour parcourir les chemins de mon monde intérieur et aborder la 3ème ère majeure de ma vie.

    Ce changement majeur se prénomme prostate et c’est un joyeux chemin que je commence à arpenter. Je n’en suis qu’au début et déjà il apporte de profondes modifications en élargissant mon propre regard sur ma sexualité.

    Pour comprendre ce changement il faut faire un petit retour en arrière sur ma vie. Entre 10-13 ans j’ai découvert activement ma sexualité, comme beaucoup, notamment au travers de jeux avec d’autres garçons. Ces jeux pouvaient impliquer de se retrouver couché sur le ventre en pyjama, avec l’autre simulant une pénétration en se frottant sur mes fesses. Je trouvais du plaisir à ces jeux et avait envie de vivre cette expérience de pénétration réellement. Pour autant cela n’a jamais été plus loin.
    Le temps avançant j’ai pleinement associé ces plaisirs ressentis, fantasmé, au fait d’être finalement peut-être homosexuel. Ma perception de l’époque, que j’arrive à expliciter clairement seulement maintenant était pleine de certitude maladroites. Dans ce jeune cerveau influençable qui avait entendu que non l’homosexualité n’est pas une tare, que cela existe, la conviction s’est assez vite faite jour à moi. J’avais envie de vivre cette expérience de pénétration donc forcément j’étais attiré par des hommes. Il faut ajouter à ce tableau une très forte volonté de me différencier de mes parents par toutes les voies possibles, dont celle de la sexualité.
    J’ai vécu ce chemin de différenciation pleinement, en l’assumant notamment auprès de mes amis et parents. Malgré mes convictions et mes fantasmes je n’ai jamais eu de rapport complet avec un autre homme. Je n’ai pas non plus, à l’époque eu l’occasion de vivre une expérience sexuelle avec une femme. Pour autant, mes fesses ont été le théâtre de différentes explorations, ponctuellement. J’aimerais aussi ajouter encore quelques mots en rapport à mes fantasmes de l’époque. Ils s’orientaient tous sur de jeunes hommes et je comprends aujourd’hui pourquoi. Il s’agissait de fantasmes inassouvis d’adolescent et mêmes s’ils ont perduré pendant un certain temps, ils n’auraient jamais pu être réalisé. Ces fantasmes appartiennent à la fin de mon enfance et au début de l’adolescence. Ils sont restés coincé sur une période idéalisée, durant laquelle j’ai construit mentalement une identité sexuelle fictive par rapport à mon être réel. Jamais un homme plus âgé ne m’a attiré simplement car je cherchais à reproduire cette excitation première de l’enfance que j’ai vécu au contact de camarades.

    Ce chemin s’est poursuivi tant bien que mal jusqu’à un événement clé qui est survenu dans la vingtaine. Ma route à croisé celle d’une femme, La Femme, lumineuse, belle, celle qui ma ensorcelé et m’a prise sur son navire désire pour voguer vers des océans inexplorés. Malgré mes convictions bien ancrées, j’ai sauté à pieds joins à ses côtés et continue, encore aujourd’hui, après 14 ans de bonheur à partager cette barque avec elle, accompagné de nos deux merveilleux enfants. Contrairement à ce que mes convictions de jeune homme vierge avaient avant, j’ai goûté avec délice à ce corps féminin merveilleux. Sensualité, désir, explosions des sens, que ce fut enivrant. Je n’imagine pas, encore aujourd’hui, ma vie auprès d’une autre personne qu’elle.

    Mes fantasmes homosexuels se sont peu à peu éteints pour n’être plus qu’une petite réminiscence du passé, constructif de ma personne actuelle, mais sans plus. Malgré tout il restait une interrogation majeure dans le tableau, et mon popotin alors ? Clairement, je ne peux pas me qualifier d’homosexuel, ai-je jamais vraiment pu réellement d’ailleurs car je ne suis jamais passé à l’acte. Pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé de trouver le bon candidat. Ai-je vraiment essayé ? Peut-être pas finalement, si je porte un regard critique sur mon passé. A la recherche d’une chimère, jamais je n’aurais pu trouver l’élu. Je pourrais parler éventuellement de bisexualité alors ? Là aussi ce mot ne résonne pas en moi et je sens qu’il n’est pas adéquat pour définir ma réalité. Je prends du plaisir à ce corps féminin sans aucun doute possible. Je suis donc pleinement hétérosexuel !

    Oui mais… Voilà la question qui est resté en suspens depuis bien longtemps, pas trop dérangeante, mais comme un petit murmure, un souffle léger qui se fait sentir occasionnellement au détour d’une fenêtre ouverte. Jusqu’au jour où j’ai porté mon attention sur les plaisirs de la prostate et que j’ai lu ces quelques lignes du traité d’Aneros : « Je souhaite donc être très clair pour mes très nombreux lecteurs hétérosexuels, ressentir du plaisir anal, expérimenter l’orgasme de la prostate ne vous transformera pas petit à petit en homosexuel ». Quelle claque j’ai pris en lisant ces lignes, une révélation foudroyante qui m’a forcé à réévaluer tout mon parcours sexuel au regard de ces quelques mots. La réponse était là et je ne le comprends que maintenant 25 ans après. Oui, je peux parfaitement être une personne masculine hétérosexuel qui ressent du plaisir anal !! C’est merveilleux, j’ai envie de le chanter haut et fort à la face du monde.

    Me voilà donc sur un nouveau chemin, en prolongement du précédent qui s’annonce passionnant. J’ai immédiatement senti qu’il fallait partager ceci avec ma compagne, elle qui me taquine parfois sur un prétendu futur amant qui m’amènerait à la délaisser. Cet amant, je l’ai trouvé, c’est mon propre corps qui vient se mêler à ma partie féminine. Et cet amant, j’ai très envie de le partager avec ma compagne dans une folle farandole !

    #36314
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Bonjour @verlesetoiles.
    Sans vouloir m’exprimer à sa place, je suis persuadé qu’ @adam va être particulièrement heureux de lire ton message.

    De mon côté je trouve ta présentation passionnante parce qu’elle porte sur le fond de ta personnalité. La description que tu nous proposes me paraît te placer dans le meilleur état d’esprit possible pour découvrir l’extase des super O’s, même si, comme nous le disons régulièrement, cette notion est relative. La réflexion que tu mènes sur l’essence de ta sexualité, à la suite des expériences de ton adolescence, à la lumière des fantasmes qui t’habitent, montre que tu es vraisemblablement bien mieux préparé aux expériences orgasmiques que tu vas vivre que la majorité de nos amis qui se lancent dans cette exploration.

    Oui, je peux parfaitement être une personne masculine hétérosexuel qui ressent du plaisir anal

    Comme moi, comme de nombreux amis présents sur le forum et comme de nombreux lecteurs muets.

    C’est merveilleux, j’ai envie de le chanter haut et fort à la face du monde.

    C’est ce que nous faisons sur notre forum. Nous sommes ravis de t’accueillir dans notre chorale @verlesetoiles.

    J’ai immédiatement senti qu’il fallait partager ceci avec ma compagne, elle qui me taquine parfois sur un prétendu futur amant qui m’amènerait à la délaisser. Cet amant, je l’ai trouvé, c’est mon propre corps qui vient se mêler à ma partie féminine. Et cet amant, j’ai très envie de le partager avec ma compagne dans une folle farandole !

    C’est la meilleure attitude. C’est la seule qui te permettra d’engager tes sessions de massage prostatique dans une totale liberté d’esprit. C’est la seule qui permettra à ta femme de t’encourager et de t’aider si tu en ressens le besoin.

    As-tu pu parler avec elle de ta nouvelle pratique, des moments d’intimité dont tu auras besoin pour ton apprentissage, de la transformation de ta sensualité que ton cheminement va apporter ? Est-elle prête à partager tes progrès ?

    Je suis très impatient de lire tes prochains messages et le compte-rendu de tes premières sessions.

    Attention tout ce que je dis ici ne doit en rien changer cette règle absolue, tu ne dois rien attendre de chaque session que tu engages.

    Bon cheminement @verlesetoiles.

    #36315
    aneveilaneveil
    Participant

    Bonjour @verlesetoiles,

    Je prends du plaisir à ce corps féminin sans aucun doute possible. Je suis donc pleinement hétérosexuel !
    : « Je souhaite donc être très clair pour mes très nombreux lecteurs hétérosexuels, ressentir du plaisir anal, expérimenter l’orgasme de la prostate ne vous transformera pas petit à petit en homosexuel ». Quelle claque j’ai pris en lisant ces lignes, une révélation foudroyante qui m’a forcé à réévaluer tout mon parcours sexuel au regard de ces quelques mots. La réponse était là et je ne le comprends que maintenant 25 ans après. Oui, je peux parfaitement être une personne masculine hétérosexuel qui ressent du plaisir anal !! C’est merveilleux, j’ai envie de le chanter haut et fort à la face du monde.

    Mon cheminement prostatique, ce que j’ai découvert en moi et la fréquentation de ce forum m’a amené à comprendre ou du-moins croire que nous avons tous des polarités masculines et féminines, qu’il est fréquent d’avoir des fantasmes de sodomie, d’imaginer être pénétré, avoir des fantasmes homosexuels, ou encore de se rêver en femme lorsque l’on se dit hétérosexuel.
    Je crois aussi que nous avons tous une part d’homosexualité plus ou moins grande, d’ailleurs la masturbation et les plaisirs solitaires ne sont ils pas finalement une première forme d’homosexualité ?

    Bref, je crois de moins en moins à ces cases, car notre orientation sexuelle peut aussi être le fruit du hasard et des rencontres, d’une évolution, de l’ouverture ou de la fermeture du milieu dans lequel on évolue. Je ne suis pas du tout attiré par des hommes mais dans l’absolu (et en étant plus jeune, car à mon age c’est assez improbable) je pourrais ou j’aurai sûrement pu avoir une relation bisexuelle au sein d’un trio et en la présence d’une femme.

    Les cases sont rassurantes, mais je crois que notre corps s’en moque totalement et que délivré d’un poids moral nous pourrions sûrement éprouver du plaisir avec des personnes de même sexe (c’est d’ailleurs ce qui se passe dans les milieux fermés ou les femmes sont absentes).
    D’ailleurs des recherches récentes en observant la rétine qui s’ouvre lorsque le corps réagit au plaisir et à l’excitation lors de la visualisation de films érotiques et indépendament de tout contrôle mental ou moral, montrent que quelque soit l’orientation sexuelle des personnes, quelque soit leur sexe, tout le monde (hétéros, lesbiennes, homos) ressentent de l’excitation et autant de plaisir à visualiser des films qui ne correspondent pas à leur orientation sexuelle.

    La bisexualité ne serait-elle pas une base naturelle à partir de laquelle et en fonction de notre milieu, on choisirai certaines préférences sexuelles plus précises ?

    #36316
    verlesetoilesverlesetoiles
    Participant

    Merci pour votre accueil et vos réponses 🙂


    @Andraneros
    j’ai déjà eu le plaisir de lire ta plume de nombreuses fois sur ce forum et tes réponses bienveillantes sont toujours riches d’enseignements, merci.
    J’ai voulu partager ce récit, car il représente pour moi le point de départ de mon parcours initiatique et s’est imposé à moi comme une évidence absolue. Je pense que beaucoup de gens peuvent se trouver dans cette forme d’ambivalence plus ou moins bien vécue / assumée et c’est tellement libérateur de s’en affranchir.

    As-tu pu parler avec elle de ta nouvelle pratique, des moments d’intimité dont tu auras besoin pour ton apprentissage, de la transformation de ta sensualité que ton cheminement va apporter ? Est-elle prête à partager tes progrès ?

    Je lui en ai effectivement parlé dès que j’ai mesuré l’ampleur du changement qui s’annonçait. Je ne pouvais pas concevoir de m’engager en cachette sur ce chemin avec tout ce qu’il allait m’apporter comme transformations. Les premières réactions furent intriguées, puis plus mitigées. J’ai soif de découvertes et n’ai pas réalisé tout de suite le côté déstabilisant de ma démarche tellement c’était éblouissant à mes yeux. Mais elle m’a vite rassuré en me partageant que ce n’était pas ma démarche qui la dérangeait mais plutôt le fait que ça la confronte à ses propres peurs, limitations sur sa sexualité. Depuis nous évoluons en harmonie dans ce renouveau et partageons régulièrement ensemble nos découvertes. C’est une alliée précieuse qui connaît bien mieux que moi les sensations subtiles interne au corps et le fait d’échanger ensemble m’apporte, nous apporte énormément. Je mesure pleinement la chance que j’ai de pouvoir faire ce chemin à deux dans l’harmonie.

    J’ai un compte rendu détaillé de mes premières séances mais ne voulais volontairement pas polluer le début de ce fil avec ceux-ci. Je les posterais prochainement.

    Attention tout ce que je dis ici ne doit en rien changer cette règle absolue, tu ne dois rien attendre de chaque session que tu engages.

    Combien de fois n’ai-je pas lu cette phrase au détour des autres discussions. Tellement vraie et pourtant si difficile à mettre en pratique. J’y travaille ardemment.

    #36317
    verlesetoilesverlesetoiles
    Participant

    Bonjour @aneveil,

    Merci pour ton apport à mes réflexions.

    J’avais déjà eu l’occasion de lire ton point de vue ailleurs sur ce forum et il est vrai qu’il m’amène à réfléchir.
    Je te rejoins totalement sur le fait que cloisonner nos sexualités à des catégories figées ne me semble plus du tout adapté au regard de mes dernières évolutions.

    Je vais poursuivre cette réflexion intérieurement et tout au long de mon chemin et j’aurais peut-être plus à te répondre dans quelque temps. Pour l’instant tout ceci doit encore mûrir en moi.

    Je suis par contre intimement convaincu que ce genre de réflexion et les parcours que nous vivons apporteraient énormément à l’humanité, tant aux hommes qu’aux femmes pour un vivre ensemble plus harmonieusement.

    #36318
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Tu nous dis @verlesetoiles :

    Les premières réactions furent intriguées, puis plus mitigées. J’ai soif de découvertes et n’ai pas réalisé tout de suite le côté déstabilisant de ma démarche

    Un couple vit en harmonie sur la base d’un équilibre. Notre cheminement remet en question cet équilibre comme tu as pu le lire dans de nombreux messages du forum. Cette situation crée naturellement chez nos femmes la crainte d’être écartées ou pire abandonnées. Il est donc particulièrement important d’éliminer cette crainte et de renforcer la confiance mutuelle.

    elle m’a vite rassuré en me partageant que ce n’était pas ma démarche qui la dérangeait mais plutôt le fait que ça la confronte à ses propres peurs, limitations sur sa sexualité.

    Ce faisant elle te montre qu’elle a parfaitement compris l’essence de ta démarche. En s’interrogeant ainsi elle te donne une magnifique preuve d’amour, son souhait de t’accompagner dans cette transformation en envisageant sa propre transformation. Tu peux lui transmettre à quel point j’apprécie la qualité de sa réaction, compte tenu du choix de même nature fait par ma femme quand nous avons discuté de mon cheminement vers le super O’. Quand je fais le point sur le renouveau extraordinaire de notre sexualité et bien plus largement de notre relation alors que nous étions plus ou moins sexagénaires, j’imagine que vous trouverez beaucoup de bonheur et de satisfaction dans votre démarche commune.

    Depuis nous évoluons en harmonie dans ce renouveau et partageons régulièrement ensemble nos découvertes. C’est une alliée précieuse qui connaît bien mieux que moi les sensations subtiles interne au corps et le fait d’échanger ensemble m’apporte, nous apporte énormément. Je mesure pleinement la chance que j’ai de pouvoir faire ce chemin à deux dans l’harmonie.

    C’est idéal. Tu commences ton cheminement dans les meilleures conditions. Mais j’ai un doute. En lisant « nous évoluons en harmonie dans ce renouveau et partageons régulièrement ensemble nos découvertes » j’ai l’impression que ta femme et toi vous êtes en chemin depuis plusieurs mois, que ces échanges sont une « vieille » habitude. Mais tu nous dis dans ta présentation :

    nouvel explorateur des plaisirs prostatique et des merveilles du corps depuis ce début d’année.

    Ce qui réduit à trois semaines cette nouvelle complicité sexuelle et émotionnelle. Ce qui rend encore plus remarquable l’évolution de votre relation !

    J’invite ta femme à lire notre forum, si elle ne l’a pas encore fait et, mieux encore, à nous apporter son commentaire tant sur sa perception des effets de ton cheminement que sur son propre cheminement. Ce type de témoignage est rare sur notre forum et je le regrette.

    Bon cheminement @verlesetoiles, bon cheminement à ta femme, bon cheminement à ton couple.

    #36319
    AvatarBuzzi
    Participant

    Bonjour @verlesetoiles, tout comme toi je suis novice et débute mon chemin vers le plaisir intérieur. Sur ce forum, j’y ai passé plusieurs heures, lisant les récits des uns et des autres et qui à chaque fois m’aide pour avancer dans ce cheminement.
    Mes premières sessions n’ont pas été synonyme de grands plaisirs mais plus vers l’apprentissage, l’apprentissage de l’écoute,de la relaxation, de ne pas attendre quoi que ce soit des séances (certainement le plus difficile car il y a toujours cette espérance d’atteindre l’orgasme et il ne faut pas l’écouter). Aujourd’hui, je ressens du plaisir à chacune des mes séances mais je n’ai pas encore atteint le point des contractions involontaires.

    Je me permets de te poster ce message car je partage les mêmes rapports avec ma femme que toi avec ta moitié sur ce sujet. Bien qu’elle ait accepté mon désir de gouter à ce nouveau plaisir elle ne souhaite pas y prendre part car elle n’est pas prête à ça pour le moment. Au départ, elle ne me questionnait même pas sur ce que je ressentais et cela à changer aujourd’hui car elle me questionne de temps à autre sur les sensations que j’ai pu avoir durant mes sessions. Elle a même accepté que je fasse une session avec elle à côté sans que nous fassions de calins ou autres.
    Comme tu le dis, elle a des limitations sexuelles qu’elle n’est pas encore prête à franchir. Même si pour le moment je suis le seul (entre guillemet) à utiliser ce chemin vers la prostate, ce cheminement nous implique tous les deux et il est vrai qu’elle peut m’aider tout comme le contraire sur ce cheminement. Je suis donc intéressé de suivre l’évolution de ton histoire et merci pour le partage.

    Buzzi

    #36320
    verlesetoilesverlesetoiles
    Participant

    En démarrant ce fil je n’aurai pas pensé être embarqué dans une discussion si passionnante et au rythme si soutenu. Je n’arriverais peut-être pas à tenir ce rythme de réponse selon ma quantité de travail mais je ferais au mieux.

    Un couple c’est effectivement un beau duo de funambule en perpétuel recherche d’équilibre. Les aléas de la vie, les enfants et tout le reste nous ont poussé à chercher ce centre d’équilibre tout au long de notre parcours. Nous avons toujours eu une grande force, cette chance magnifique de pouvoir échanger sur tout et rien, en confiance.

    Cette situation crée naturellement chez nos femmes la crainte d’être écartées ou pire abandonnées

    Effectivement, cette crainte s’est manifestée au début, puis elle est vite apparue comme étant non pertinente lorsque ma compagne a pris conscience de la richesse de cette transformation. Lorsqu’elle a vu aussi les premières transformations dans nos rapports sexuels, plus sensibles, plus riche de lien.
    Je réalise en te lisant @Andraneros qu’effectivement, il s’agit d’une très belle preuve d’amour venant de sa part et que je ne lui ai pas accordé la place qu’elle méritait ! Je lui transmettrais avec joie ta réaction enthousiaste.

    Mais j’ai un doute. En lisant « nous évoluons en harmonie dans ce renouveau et partageons régulièrement ensemble nos découvertes » j’ai l’impression que ta femme et toi vous êtes en chemin depuis plusieurs mois, que ces échanges sont une « vieille » habitude.

    Eh bien oui, 3 semaines c’est bien peu et pourtant. Nos échanges sont effectivement une « vieille » habitude et ils n’ont fait que s’enrichir au fil des années. Jusqu’à prendre un nouveau tournant en ce début d’année et forcément s’intensifier pour défricher l’ampleur de ce changement. Je dois avouer que même si ce chemin soulève beaucoup de questions il est tellement merveilleux. Je ne sais pas si je réalise bien la chance que j’ai d’entamer cette transformation à 36 ans mais quoi qu’il arrive je vous suis tellement reconnaissant de m’avoir aidé, par vos discussions et témoignage à ouvrir cette porte.

    Je lui partagerais ton invitation @Andraneros. Je ne suis par contre pas certain qu’elle se lancera dans l’écriture d’un témoignage, mais qui sait ce que la vie nous réserve.

    #36321
    verlesetoilesverlesetoiles
    Participant

    Bonjour à toi @Buzzi 🙂

    Je suis heureux de lire que toi aussi tu explore les vastes contrés de l’orgasme prostatique et je te souhaite tout le bonheur du monde. Aborder chaque séance avec humilité et sans pressions a été une grande source d’évolution pour moi. Je dis ça mais en même temps je n’en suis qu’à ma 9ème séance. Probablement que d’autres auront plus à t’apporter que moi sur le sujet. Je me sens encore un peu « imposteur » pour le moment à donner des conseils.

    S’ouvrir de ce sujet à sa partenaire me semble tellement évident dans le cadre d’un couple et pourtant tellement complexe selon les situations. Chaque couple, chaque être humain est différent et les réactions seront aussi variée qu’il existe d’êtres. Nous avons tous des barrières et la sexualité est chargée de tellement de tabou et d’histoire que c’est forcément complexe.

    Au départ, elle ne me questionnait même pas sur ce que je ressentais et cela à changer aujourd’hui car elle me questionne de temps à autre sur les sensations que j’ai pu avoir durant mes sessions

    C’est magnifique de lire ceci. Probablement qu’avec le temps cela vous permettra d’enrichir votre complicité vers de nouveaux territoires. La clé selon moi est le dialogue et le respect mutuel de chacun.

    En ce qui me concerne, j’explore pour l’instant chaque séances seul car j’ai la sensation d’avoir besoin d’apprendre à mieux me connaître avant de pouvoir le vivre à deux. J’ai aussi et surtout le besoin d’être très à l’intérieur de moi-même, très à l’écoute de mon corps pour pouvoir vivre pleinement ces sensations naissantes et les appréhender. Pour autant, chaque session est l’occasion d’échanges passionnants ensuite avec ma compagne. Elle est aussi d’une aide merveilleuse en ménageant des espaces libres pour que je puisse pratiquer.

    Quoi qu’il arrive, j’ai la sensation, lorsque ce cheminement commence, qu’il y a un avant et un après, autant pour la personne que tu es que pour votre couple. Je te souhaite de tout cœur que cet après évolue vers un nouvel équilibre mutuel harmonieux.

    Merci à toi aussi pour ton partage 🙂

    #36329
    verlesetoilesverlesetoiles
    Participant

    Après cette petite introduction, je pense qu’il est temps de vous parler de mes séances avec mon masseur prostatique.
    Pour bien comprendre le cheminement et en complément de mon premier témoignage je vais faire un tout petit retour en arrière à partir du mois de décembre.

    Dans une volonté d’explorer des terres inconnues, j’ai commandé un calendrier de l’avent coquin à ouvrir durant le mois de décembre avec ma compagne. N’étant pas, les deux, des habitués des sextoys nous avons découvert en rigolant et en jouant les petits cadeaux reçus chaque soir de décembre. Malgré le fait que décembre est une période souvent très chargée, nous avons pris le temps d’intégrer une partie de ces jouets dans nos rapports sexuels et ce fut bien plaisant.
    Puis un chapelet anal a fait son apparition dans le tableau, suivi d’un plug. Ma compagne me disait alors, « tiens, ça c’est pour toi ». Ils ont fini dans un tiroir jusqu’à ce qu’un matin de janvier, seul, le lutin prostate me titille le cerveau et me pousse à essayer, maladroitement ces objets pour découvrir. N’y connaissant rien j’ai consulté quelques sites au hasard et fais mes essais. Ce fut bien plaisant ! J’ai alors décidé de me documenter plus sérieusement sur la question. Je suis rapidement tombé sur le traité d’Aneros et me voilà, quelques clics plus tard, à commander mon premier masseur prostatique, l’Aneros Helix.

    La suite dans mes récits de séances que je vais scinder en 3 parties étant donné la quantité de texte. Ces récits sont assez volontairement très structurés et certainement qu’avec le temps et la pratique ils deviendront plus délié.

    #36330
    verlesetoilesverlesetoiles
    Participant

    L’aventurier

    Ou les carnets de notes d’un explorateur qui arpente les chemins de son propre corps.

    16/1/2020
    Première séance avec mon nouveau jouet, le masseur prostatique Aneros Helix.
    Lubrifiant : Pjur analyse me Confort – 5ml
    Temps de séance disponible / effectif : 1h30 / 1h10

    La première prise de contact avec le matériel demande un petit temps d’apprentissage. Ce n’est pas rien de se remplir le rectum avec une seringue de lubrifiant pour un néophyte. Malgré tout, l’insertion de l’Aneros s’est relativement bien passée, sans heurt. Le corps réagit assez logiquement (selon mon ressenti) en traitant cet objet comme un corps étranger et mes sphincters ont fait plusieurs contractions violentes. Ces contractions fortes ont eu lieu plusieurs fois durant la séance aussi lorsque je tentais de les faire légère.
    C’est partis pour l’aventure ! Avec de la musique dans les oreilles j’ai commencé ma phase de relaxation. Position couchée sur le dos, bras le long du corps avec un coussin sous les fesses. Avec le recul je me rends compte que je n’ai clairement pas accordé le temps et la qualité nécessaire à cette relaxation pour un bon déroulement de la suite.
    Après cette phase j’ai commencé à faire quelques contractions. Comme dis plus haut, certaines étaient maîtrisée et légère, d’autres se sont avérées beaucoup plus fortes que souhaité, sans pour autant que cela génère du plaisir.
    Je continue mon petit bonhomme de chemin et à un certain moment j’ai ressenti des vagues de plaisir monter du bas ventre. En jouant un peu avec mes contractions j’ai pu faire augmenter gentiment ces vagues, sans pour autant qu’elles atteignent des sommets orgasmiques. Ce fut malgré tout très agréable et j’ai clairement sentis le plaisir monter de mon bas ventre pour envahir tout mon corps. Le corps un peu tendu lors de cette montée, j’ai, à un certain point perdu ma concentration et les vagues ont disparues.
    J’ai refait quelques tentatives durant cette séance mais n’ai plus réussi à faire germer cette étincelle de plaisir qui sommeille en moi.
    La session a duré environ 1h et s’est terminée, après le retrait du masseur par une masturbation classique.
    Forcément un peu déçus de ne pas avoir atteint des sommets. Très naïvement, je me croyais capable d’atteindre le nirvana dès mes débuts, étant déjà relativement sensible à mon corps. J’avais tort et je pense ne pas être le premier à se fourvoyer en se croyant meilleur, capable, exceptionnel… Une belle leçon de vie.

    18/1/2020
    Deuxième séance
    Lubrifiant : Joy anal glide Bio – 5ml
    Temps de séance disponible / effectif : 2h / 2h

    Pour cette séance j’avais un peu plus de temps à disposition soit 2h. La séance se déroulait aussi en après-midi, soit un moment très tranquille et propice. J’ai abordé cette séance tout en douceur. Déjà un peu plus à l’aise avec les manipulations l’insertion du masseur s’est faite tout tranquillement. J’ai décidé pour cette séance de ne pas être baigné dans la musique car j’ai le sentiment d’avoir été distrait par celle-ci la dernière fois. Mes différentes lectures sur le forum m’ont aussi amené à choisir une position sur le côté et moins figée que la dernière fois.
    J’ai commencé la séance par un petit moment de lecture histoire de m’habituer tranquillement au masseur en moi. J’ai ensuite enchainé avec une première phase de relaxation en pratiquant la respiration abdominale. J’ai vraiment accordé plus de temps à cette relaxation afin de ne faire plus qu’un avec le masseur et cette approche a été payante pour la suite. La relaxation est une clé essentielle dans la construction de l’orgasme.
    Une fois bien relaxé et totalement en symbiose avec mon masseur j’ai commencé à faire de petites contractions. J’ai d’abord tenté lors de l’inspire de contracter puis de relâcher à l’expire. J’ai bien senti le masseur mais sans pour autant dire exactement ce qu’il se passait et ce qu’il stimulait. Après un moment les étincelles de plaisir sont apparues comme la première fois. Je les ai aimés, chérie, observé avec un regard neuf. Elles se sont amplifiées pour me ramener sur des vagues qui montent de mon bassin et parcourent tout mon corps. Je me suis aperçu que les contractions les plus agréables étaient celles réalisées, très légèrement, lors de l’expire comme si à la descente du trampoline j’étais à nouveau propulsé dans les airs. J’ai aussi perçu l’importance de maintenir une respiration abdominale bien constante, surtout ne pas bloquer la respiration. Cette montée à durer un certain temps et m’a procurée beaucoup de plaisir sans pour autant atteindre l’explosion des sens. Probablement que j’attendais l’explosion classique d’un orgasme mais clairement ce n’est pas la même chose.
    Après une petite pause, un changement de côté, je suis reparti sur le même chemin. Au bout d’un certain temps j’ai senti une envie d’uriner et malgré mes tentatives de l’ignorer, celle-ci s’est faite plus pressante. Je me suis donc levé pour aller vider ma vessie et recommencer de plus belle mon exploration. La différence de symbiose avec le masseur, par rapport à la première séance est impressionnante et je peux me mouvoir avec sans aucune gêne. La 2ème montée s’est avérée tout aussi plaisante que la première. J’ai beaucoup plus joué avec mon masseur en suspensions donnant des petits à coup, poussant, contractant. Cette fois j’avais pleinement conscience de sa position en moi et j’ai eu le sentiment de pouvoir le mouvoir de manière beaucoup plus fine. Cette montée s’est déroulée sur un schéma assez similaire à la première, avec beaucoup plus de conscience et de liberté. Les sensations ont été aussi beaucoup plus clair quant à l’action du masseur et des vagues de plaisir lorsqu’il venait masser ma prostate. Cette 2ème vague de plaisir s’est aussi terminé comme la première sur la même intensité moyenne avec à nouveau une petite pause pipi à la fin.
    C’est reparti pour la 3 partie de cette séance. Toujours une phase de respiration abdominale. Ample, bien détendue, maintenant que j’ai compris, je la soigne cette première partie. Je découvre aussi que les respirations déplacent légèrement le masseur et que ces mouvements participent à la construction des premières étincelles de plaisir. Je ne focalise pas particulièrement mon esprit sur des fantasmes. Le plaisir nait de mon corps et c’est lui qui se fantasme tout seul. Les premières vagues arrivent et là aussi je continue à soigner mes respirations. C’est alors qu’une suite successive de vagues plus fortes que les autres m’emportent et là, je décolle. Mes précédentes expériences m’ont apprise déjà certains mouvements du masseur qui, s’ils sont effectués à un instant précis, amplifie toujours plus les vagues. Les étincelles envahissent tout mon corps et deviennent des grandes vagues. Le masseur commence à bouger de lui-même, je ne contrôle plus trop mon corps. J’ai été emporté, tout mon corps s’est tendu vers un orgasme espéré. Ce fut, de loin, les plus fortes sensations que j’ai ressenti jusqu’à présent avec mon masseur. Je ne saurais dire vraiment s’il s’agit d’un orgasme prostatique. Je penche probablement pour un petit orgasme, un début merveilleux. Je reste un peu ébahi par ce voyage, pas totalement abandonné sur le rivage mais pas loin.
    J’ai tenté une 4ème approche mais celle-ci n’a pas aboutie, probablement faute de temps ce qui ne m’a pas permis le même relâchement que lors des précédentes.
    Cette séance s’est terminée sur un magnifique sentiment de réussite et de bien-être. Je me réjouis d’avance de la prochaine séance.
    Un peu d’inconfort au niveau intestinale ensuite. Je pense qu’il est important de mettre en évidence le fait que la Glycérine est à proscrire dans les lubrifiants, surtout lorsqu’on injecte 5ml.

    Je me rends compte après cette deuxième séance que j’avais déjà fait connaissance par le passé avec ces vagues de désire qui montent de la prostate. Ceci se passait parfois au réveille ou le soir avant de m’endormir. Des vagues de désire qui montent du bas ventre sans forcément d’érection de suite. J’avais, à l’époque, embrayé sur une masturbation classique mais très très lente et ces séances ont amené à des orgasmes péniens particulièrement fort. Je découvre aujourd’hui un potentiel insoupçonné et particulièrement intéressant pour la suite des aventures.

    22/1/2020
    3ème séance
    Lubrifiant : Yes But Bio – 5ml
    Temps de séance disponible / effectif : 1h25 / 1h

    Une séance enrichissante sans être orgasmique, voilà qui résumerait bien ce qui a été. Après les désagréments du derniers lubrifiant j’ai envie d’essayer le beurre de karité. En attendant de mettre en place ce système de lubrification je me suis rabattu sur le Yes But, qui ne contient ni glycérine ni autres cochonneries. J’en parlerais plus bas.
    Concernant la séance, lubrification, insertion, sans problème. Petit moment de lecture puis relaxation. Je dois continuer à travailler la qualité de mes respirations abdominales, elles sont parfois irrégulières, mon esprit partant vite vagabonder vers pleins d’autres pensées diverses. Malgré cela je pense avoir eu une bonne détente du corps et une bonne relaxation.
    J’ai commencé tranquillement à faire quelques contractions histoire de me reconnecter avec ces sensations. J’ai senti mon ventre un peu ballonné et un peu d’inconfort lorsque mes poumons étaient plein et mon ventre bien gonflé. Je pense que cet élément a un peu perturbé la séance. J’en déduis aussi, que mon rectum n’était pas bien vide (pourtant j’ai attendu 1h après être allé à selle) d’où une légère sensation désagréable avec le masseur plutôt qu’une glisse fluide.
    Malgré cela quelques sensations ont commencé à naître de ma prostate, les petites étincelles. Mais celle-ci sont restées à l’état embryonnaire et au bout d’une heure, vu le temps restant à dispo, j’ai décidé d’arrêter la séance.
    Même sans avoir atteint le nirvana je suis content d’avoir fait cette séance car j’ai le sentiment de progresser gentiment sur ce chemin. La dernière fois j’ai eu l’immense privilège, dès la 2ème séance de goûter à des sensations merveilleuses et je ne m’attendais pas forcément à les retrouver de suite, je ne suis donc pas du tout déçu du déroulement de cette séance. Je me réjouis vivement de la suivante.
    Je pense que le lubrifiant est bon, on verra d’ici quelques heures.

    #36331
    verlesetoilesverlesetoiles
    Participant

    24/1/2020
    4ème séance 1/2
    Lubrifiant : Yes But – 5ml
    Temps de séance disponible / effectif : non défini

    J’ai commencé cette séance après une belle soirée entre amis à la montagne. Nous avons pas mal bu et j’ai été me coucher vers 2h du matin. L’objectif initial était de tester ce qu’il peut se passer en s’endormant avec le masseur. Rétrospectivement ce n’était probablement pas la meilleure idée que d’essayer ceci après avoir trop bu et en étant crevé, mais la tentation en ayant une chambre à disposition était trop grande.
    J’ai en premier lieu fait une séance de respiration. Je suis encore assez distrait par moment et ces respirations sont inégales. La détente était présente et quelques petites sensations sont née par moment. Mon idée était de me laisser glisser dans le sommeil si celui-ci se présentait ou de parcourir le chemin de l’orgasme si mon corps le demandait. Force est de constater que mon corps réclamait le sommeil mais le masseur a fortement perturbé ce processus sans me procurer du plaisir. Pas particulièrement car il était inconfortable mais plutôt car sa présence m’a maintenu dans état de semi-éveil. Je n’ai pas regardé l’heure mais l’aube pointait le bout de son nez lorsque j’ai décidé de retirer le masseur pour profiter quand même de quelques heures de plein repos.
    Le bilan de cette séance pour moi est que je ne suis pas encore prêt à dormir avec mon masseur. Il est aussi que démarrer une séance à 2h du matin, crevé, à moitié enivré, n’est clairement pas une bonne idée pour être à l’écoute de son corps et de ses sensations. J’en retire aussi un autre enseignement qui concerne ma digestion. Si le repas a été lourd, que des flatulences sont présente, cela me perturbe. Mon corps étant inconfortable, je n’atteins pas correctement une détente propice au cheminement de l’orgasme. Donc, bien être à l’écoute pour sentir si le moment est bon ou pas, peu importe si c’est le seul moment à disposition et malgré ma soif d’apprentissage sur ce chemin.

    25/1/2020
    4ème séance 2/2
    Lubrifiant : Sliquid Sassy
    Temps de séance disponible / effectif : sans limite / 1h

    Après cette nuit malgré tout reposante j’ai décidé de retenter le coup ce matin, en toute tranquillité. Utilisation cette fois du 2ème lubrifiant sans glycérine que j’ai acheté pour tester. Je suis moyennement convaincu de celui-ci. Pour l’instant, les meilleures sensations de glisse que j’ai eu restent avec le Joy Anal glyde, malgré les gênes occasionnées ensuite à cause de la glycérine. Je considère cette séance comme le prolongement de la précédente.
    Petite séance de respiration puis démarrage des contractions. J’oscille encore entre le fait de commencer mes contractions régulières en suivant le guide d’Aneros ou l’approche du Do Nothing, que j’ai pu lire sur les forums et qui a l’air de mieux me convenir. Les petites contractions ont cette fois assez vite produit la montée de vague qui se sont parfois interrompue suite à une contraction anale plus forte que prévue. Ceci a eu pour effet de me faire redescendre. Au bout d’un moment j’ai commencé à me caresser, notamment à stimuler mes tétons. Je suis passé sur le dos pour cette phase et j’ai pu atteindre de belles vagues de plaisir durant cette phase. Pas au niveau de ma 2ème séance mais tout de même très agréable. Tout ceci est un peu frustrant car j’aimerais bien pouvoir aller plus loin et plus vite. J’ai bien conscience que je suis impatient et que mes attentes sont probablement un frein à ma progression. Je suis tout de même confiant et heureux de continuer ce cheminement. A chaque séance j’apprends un peu plus à me connaître, à explorer mes sensations et les écouter. Je n’ai clairement pas l’impression de régresser.
    Je termine cette séance content que l’avoir initié et j’ai le projet dans l’après-midi, durant la sieste de refaire une session. Je vais par contre être pleinement à l’écoute de mon corps avant de décider si j’initie cette session ou pas.

    25/1/2020
    5ème séance
    Lubrifiant : Yes But – 5 ml
    Temps de séance disponible / effectif : 2h / 1h30

    J’avais décidé de profiter de la tranquillité de ce week-end pour explorer à fond les possibilités du masseur. Je découvre qu’il ne suffit pas d’avoir du temps libre, il faut être disponible dans la tête, dans un esprit d’excitation et une volonté de découverte et surtout, être relativement en forme. Plusieurs facteurs n’étaient pas au rendez-vous durant ce week-end, avec des couché vers 2h du matin et de l’alcool en jeu.
    Cette séance a démarré comme les précédentes, d’abord un moment de lecture puis une phase de relaxation. J’ai réussi à bien me détendre et il y avait assez peu de pensées parasites. Des petites sensations se sont fait jour tout tranquillement. Le niveau de détente influe clairement sur les contraction trop fortes et involontaire que je cherche à tout prix à empêcher durant la construction du plaisir. J’y suis bien parvenu et c’est une condition importante pour arriver à construire la suite du chemin. Mon état d’excitation était assez moyen et cela m’a clairement fait défaut pour faire naître ces étincelles de plaisir venant du bas ventre. J’ai quand même eu certaines pensées plaisantes suivies par ces prémices de sensations. Au bout d’un moment, ressentant quand même une certaine frustration de ne pas réussir à évoluer vers le plaisir, j’ai choisi, malgré les conseils du guide d’Aneros, de poursuivre sur une masturbation classique avec le masseur. Forcément, j’ai eu un orgasme, forcément c’était plaisant et décevant. Je le savais d’avance en terminant sur ce chemin, je ne referais pas ce choix, même si je suis content de l’avoir essayé.
    Mes conclusions de ces quelques séances rapprochées sont les suivantes. Rien ne sert de vouloir s’acharner à enchainer les séances si les conditions ne sont pas réunies. Je vais à la place choisir d’espacer un peu plus les séances et surtout, ne pas engager une session si l’état d’esprit de découverte et d’excitation ne sont pas présent au départ. J’ai beaucoup appris de ce week-end et j’aborde la suite de manière beaucoup plus humble par rapport à mon état d’esprit suite à la 2ème séance ou je m’imaginais, à tort, être exceptionnel et pouvoir avancer à pas de géant.
    Concernant les aspects techniques, je reste un peu mitigé avec le lubrifiant Yes But. Il est bien, mais … Ce mais me dérange car j’ai la sensation que la glisse n’est pas aussi fluide qu’elle pourrait l’être. Ou plutôt que les débuts sont bien mais qu’il ne tient pas très bien sur la durée. Je vais clairement commander du beurre de karité et tester cette option. En attendant je vais en reprendre un autre.

    28/1/2020
    6ème séance
    Lubrifiant : Pjur Analyse Me – 5ml
    Temps de séance disponible / effectif : 1h10 / 1h

    Wahou, qu’elle magnifique séance que celle-ci. Pas d’orgasme, de décollement au plafond ou autre, mais de très belles sensations et surtout un magnifique sentiment de plénitude, de bonheur de joie. Tout mon être ressort léger de cette séance et ma prostate frémis lorsque j’écris ces lignes. Je traverse la journée qui suit plein de bonheur et d’amour.
    La séance était courte mais elle a démarré plein de l’excitation qui m’animait depuis la veille au soir après avoir joué au chat et à la souris avec ma femme en aiguisant nos désirs respectifs par des caresses. Je suis définitivement quelqu’un qui doit laisser aller son esprit pour que les sensations se fassent jour et ce sans forcément démarrer un scénario de contraction contrôlées. Une belle montée de vagues a surgi et m’a emporté dans un apaisement corporelle délicieux. Le temps étant court, je n’ai pas insisté lorsque la marée est redescendue et me suis pleinement satisfait du chemin parcouru.
    Je trouve merveilleux de constater que ce cheminement prostatique est loin d’être une recherche pure et simple du plaisir. C’est tout un parcours de l’éveil de l’esprit impliquant une grande prise de conscience de son corps et de ses subtilités. J’ai le sentiment que ce chemin me rend meilleur dans mon être, apaisé, plein d’amour, de douceur pour moi-même et le monde qui m’entoure. Je trouve merveilleux de voir aussi comment il influe sur mes relations sexuelles avec ma compagne, plus à l’écoute, plus lent, plus dans les sensations de cette chair merveilleuse.
    Je note qu’étant quelqu’un qui peut aller 2x à selle le matin, ce n’est pas forcément le moment le plus propice pour moi étant donné que mon rectum n’est pas toujours correctement vide. Malgré tout, avec la vie de famille et le travail qui ne me laissent pas énormément de moments libres pour mon exploration, ces petites heures du matin sont précieuses pour pratiquer. Je continue aussi à être toujours plus conscient du masseur qui se déplace en moi et apprécie avec délices ces sensations de caresses internes.

    #36332
    verlesetoilesverlesetoiles
    Participant

    30/1/2020
    7ème séance
    Lubrifiant : Pjur Analyse me 5ml
    Temps de séance disponible / effectif : 1h / 1h

    Je résumerais cette séance à intéressante et instructive. Quelques belles sensations, sans être au niveau de la 6ème séance. Petit à petit je chemine vers ce plaisir, toujours avec joie et je me réjouis à l’avance de la suivante. Comme d’habitude, insertion tranquille, sans problèmes. J’étais aux toilettes peu de temps auparavant et je me dis à nouveau qu’il faut vraiment attendre un peu plus longtemps. Malheureusement, je n’ai pas ce temps à disposition le matin, c’est donc compliqué pour moi en l’état actuel des choses. Après insertion, un sentiment de remplissage et surtout, le plus gênant, ces contractions involontaires fortes, qui viennent comme des coups de butoir sur ma prostate, éteindre les étincelles naissantes. Ces contractions disparaissent avec la relaxation mais cela prend du temps. Je sens qu’il faut plus de lâcher prise pour avancer sur ce chemin. Mon corps le comprend tout doucement, à son rythme et je ne veux pas le brusquer.
    Chose très intéressantes, les sensations ont été un peu différentes durant cette séance. Ou plutôt la source du plaisir ne se situait pas au niveau de la prostate mais plus vers l’anus. J’ai eu quelques beaux moments de plaisirs, par petites vagues sur tout le corps. Les petits mouvements du masseur ont intensifié ces vagues mais la tête était malgré tout ailleurs. J’ai donc mis fin à la séance sans regrets.

    02/02/2020
    8ème séance
    Lubrifiant : Beurre de Karité
    Temps de séance disponible / effectif : 2h / 2h
    Je continue sur les séances de cheminement, tout en douceur. C’était aussi l’occasion de découvrir le beurre de Karité et je peux dire qu’il est totalement validé, en tout cas à chaud. On verra après quelques heures mais en ce qui concerne le confort de lubrification c’est excellent.
    Cette séance a été instructive à plusieurs titres. Le premier concerne l’insertion du masseur. J’ai mis mon suppo de karité 30min avant la séance puis au moment de commencer j’ai gentiment massé mes sphincters tout en douceur et toujours un peu plus en profondeur. J’ai ensuite pris le temps d’accueillir le masseur en moi doucement. Ceci a eu pour effet que les muscles n’ont pas été stressé par l’insertion et que j’ai très vite accueilli mon masseur comme un compagnon, tendrement, sans contraction fortes. Je garde ce savoir précieusement pour les prochaines séances.
    Le second enseignement concerne mon état de tension lorsque le plaisir monte. Mon corps se tend assez rapidement, trop rapidement, lorsque les petites vagues de plaisirs se font jours et je n’arrive pas à maintenir cette tension pour continuer sur le chemin de l’orgasme. Je pense que cette tension est héritée de l’habitude des orgasmes classique mais nuit au chemin prostatique. J’imagine bien, à un certain point que l’orgasme prostatique amène le corps à se tendre, se cambrer. Sauf que dans mon cheminement il est beaucoup trop tôt dans cet état de tension et lorsque je la relâche, le plaisir se dilue et s’en vas.
    Le troisième enseignement concerne le lâché prise de l’esprit qu’il me faut encore travailler. Lorsque je suis bien détendu, le désir monte. Malgré tout certaines pensées parasites sont présentées et la volonté, inconsciente, de vouloir atteindre l’extase me place dans un état d’attente incompatible, selon moi, avec un total lâché prise propice à l’orgasme prostatique.
    J’ai eu durant cette séance quelques belles petites vagues de plaisir. J’ai aussi beaucoup apprécié la fluidité de mouvement du masseur en moi. Séance terminée en douceur, vivement la prochaine !!

    03/02/2020
    9ème séance
    Lubrifiant : Beurre de Karité
    Temps de séance disponible / effectif : 1h15 / 1h
    Et voilà une petite séance feu d’artifice qui fait bien plaisir ! Le beurre de Karité est définitivement validé. Je ne vais plus mentionner le lubrifiant pour mes prochains comptes rendu, je ne compte plus changer. Je vais aussi abréger toute la partie préliminaire qui est maintenant bien intégrée, sauf changement majeur de pratique.
    Très belle séance ou je mesure le chemin parcouru en même pas 1 mois depuis le début. Belle phase de relaxation, très concentré sur ma respiration. Je reviens à mes constatations du début, respire mon frère, c’est important ! Montée tout en douceur pour atteindre les premières vagues. Je pars du principe que je suis dans le Do Nothing, mais je me rends compte qu’à partir d’un certain point je fais quand même bien bouger le masseur. Peut-être que mon corps a déjà pris en partie le contrôle du plaisir arrivé à ce stade. Quelques belles vagues dont une assez forte qui a reflué ensuite. Un beau travail aussi sur la détente lorsque je sentais monter les tensions.
    Après différents changements de position, je suis passé sur le dos avec une stimulation des tétons. Et là, boum badaboum, décollage immédiat vers le plaisir ! Une belle montée en puissance des vagues de plaisirs, des mouvements fluides du masseur et je pense plusieurs mini-O durant cette séance. Difficile pour moi de les qualifier, n’ayant que peu de repères dans le chemin prostatique mais ce fut très très agréable. La différence majeure avec les autres séances c’est la capacité, après un mini-O (appelons-le comme ça) de repartir de plus belle vers le suivant. Comme si un plateau avait été atteint et que j’avais la capacité de continuer à jouir à la chaine. Après plusieurs petits orgasmes, j’ai mis fin à la séance, plein de joie et d’énergie pour la journée à venir.
    Chose intéressante à noter, quelques heures après la séance je sens très nettement mes muscles du planché pelvien. Ils semblent un peu fatigués et fourbus de l’effort fourni, et me confirment que je vais faire des exercices de musculation de cette zone. Vivement la prochaine séance 🙂

    #36333
    bzobzo
    Participant

    en voilà un homme précis et méthodique, saperlipopette

    tout cela va résolument dans la bonne direction,
    tu fais clairement partie de ceux qui n’ont pas eu trop de difficulté à se mettre en selle
    et maintenant avancent résolument

    un seul petit conseil,
    fais aussi de petites tentatives aneroless,
    commence à tâter les possibilités sans masseur,
    c’est bien , je trouve, une fois, qu’on a déjà atteint un certain stade,
    de mener en parallèle ces deux explorations dans sa chair

    les échanges entre les deux façons de pratiquer,
    les progrès dans l’une, sont acquis instantanément dans l’autre aussi
    on avance beaucoup plus rapidement ainsi en fait
    on varie, on se diversifie, on décuple ses possibilités de pratiquer,
    le spectre de sensations s’enrichit plus vite,
    c’est du tout bénéfice

    #36334
    verlesetoilesverlesetoiles
    Participant

    Hello @bzo, plaisir de te lire 🙂

    Déjà tellement de belles découvertes et encore bien plus à venir. Je me réjouis de ce magnifique cheminement.

    un seul petit conseil,
    fais aussi de petites tentatives aneroless,
    commence à tâter les possibilités sans masseur,
    c’est bien , je trouve, une fois, qu’on a déjà atteint un certain stade,
    de mener en parallèle ces deux explorations dans sa chair

    Je te remercie pour ce conseil. J’avais déjà lu dans ton journal ta manière de pratiquer. Je dois dire que cela m’intrigue beaucoup et me donne très envie d’essayer. Je ne suis clairement pas dans le lâcher prise que tu pratique avec gourmandise mais j’y travaille activement. Je vais de ce pas retourner lire tes témoignages pour en apprendre un peu plus.
    Comme je l’ai déjà mentionné j’ai découvert après ma 2ème séance que j’avais déjà fait connaissance par le passé avec ces sensations venant de la prostate et qui enflammes tout le corps. Je vais accueillir ton conseil précieusement en moi et nourrir d’amour ces sensations lorsqu’elle se présenterons pour les faire grandir.

    #36336
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Merci @verlesetoiles de nous apporter un témoignage aussi bien documenté qui sera précieux pour tous les débutants qui le liront.

    Je constate que tu as fait de magnifiques progrès en 7 sessions. C’est la récompense de ton application à comprendre ce qui fait la singularité de l’orgasme prostatique si différent de l’orgasme avec éjaculation centré sur le pénis. Au fur et à mesure de tes sessions tu as parfaitement compris et su adapter à ta pratique les grands principes du massage prostatique.

    Tu as en particulier très bien compris le principe du « Do nothing » qui est tout le contraire de la traduction littérale de l’expression anglaise. Tu as compris qu’il s’agit de faire le minimum pour protéger, pour accompagner, pour aider les minuscules réactions spontanées de ton corps qui sont les prémices de tes futurs orgasmes.

    Tu as très bien compris en quoi les premières contractions fortes de ton corps sont beaucoup plus blocage que source de plaisir, et qu’il faut y renoncer pour que le plaisir se répande en toi.

    Tu as très bien compris que la nature de la jouissance prostatique n’est pas la même que celle de la jouissance associée à l’éjaculation. La marque la plus évidente de tes progrès sur ce point est qu’il n’y a plus de masturbation à la fin de tes sessions. L’intensité et la répétition de tes nouveaux orgasmes te comblent déjà bien plus que l’intensité de tes orgasmes éjaculatoires.

    Tu es presque en orbite prostatique. Tu y seras très vite de façon définitive. Je suis persuadé après avoir lu ton témoignage que tu ne devrais pas attendre trop longtemps pour quitter cette orbite et t’élancer vers les étoiles de ton pseudo.

    Je renouvelle le conseil de @bzo sur le développement d’une pratique sans masseur. Tu me parais avoir de telles dispositions pour la jouissance prostatique que ce serait dommage de ne pas essayer.

    Bon cheminement @verlesetoiles.

    #36338
    verlesetoilesverlesetoiles
    Participant

    Vos conseils et encouragement sont des perles que je collecte précieusement. L’aneroless me titille depuis le début et il représente un peu ma quête du graal, mes étoiles. Et peut-être qu’après avoir exploré une galaxie j’en découvrirais une nouvelle un peu comme @bzo et d’autres, qui sait.

    Le cheminement de @Epicture me semble aussi passionnant et je le garde précieusement sous le coude pour plus tard.

    Tu as très bien compris que la nature de la jouissance prostatique n’est pas la même que celle de la jouissance associée à l’éjaculation. La marque la plus évidente de tes progrès sur ce point est qu’il n’y a plus de masturbation à la fin de tes sessions. L’intensité et la répétition de tes nouveaux orgasmes te comblent déjà bien plus que l’intensité de tes orgasmes éjaculatoires.

    En effet, très rapidement je n’ai plus du tout eu envie de me masturber. Probablement que c’est un cheminement que beaucoup d’autres ont aussi suivi avant moi mais il s’est imposé d’une telle force à mes yeux que cela m’a surpris. J’ai ressenti assez nettement ce vide d’énergie que d’autres décrivent après une masturbation et j’ai décidé que je n’en voulais plus sous cette forme.

    C’est aussi de ce constat que je rejoins ce que je disais dans mon message de présentation. Mon cheminement spirituel a commencé à partir de là. De cette volonté de faire circuler toutes ces énergies subtiles qui nous habitent, de mieux comprendre ce corps humain que j’incarne d’explorer ce corps masculin et son pendant féminin qui m’habite tout autant. C’est une source de vie merveilleuse qui me nourrit et façonne en même temps mon rapport à l’autre de manière tellement plus douce et chaleureuse. Pleins de belles méditations à venir et autant de séance d’explorations.

    Je profite aussi de ce message pour partager le fait que ma femme a trouvé un site qui semble explorer d’une très belle manière l’orgasme féminin sous ses différents aspects (je ne sais pas dans quelle mesure je peux partager un lien ici et j’attends d’avoir un peu plus de recul sur ce site). Je trouve que son ouverture à de nouveau territoires est fabuleuse et je lui suis tellement reconnaissant de vivre sa propre transformation à mes côtés. Partir en quête de ses propres barrières lorsqu’on est bousculé par un partenaire sur la route des étoiles est, comme tu l’as si bien dit @Andraneros, une très belle preuve d’amour. Peut-être qu’un jour elle voudra bien venir témoigner elle-même de son chemin. Ce serait probablement un apport intéressant à partager ici.

    #36339
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    je ne sais pas dans quelle mesure je peux partager un lien ici et j’attends d’avoir un peu plus de recul sur ce site


    @verlesetoiles
    tu peux partager sans restriction l’adresse d’un site dans un souci d’information au profit de la communauté. Le seul rique que tu as est que ton message soit basculé automatiquement dans les indésirables d’où je le sortirai sans tarder.

    Mon cheminement spirituel a commencé à partir de là. De cette volonté de faire circuler toutes ces énergies subtiles qui nous habitent, de mieux comprendre ce corps humain que j’incarne d’explorer ce corps masculin et son pendant féminin qui m’habite tout autant. C’est une source de vie merveilleuse qui me nourrit et façonne en même temps mon rapport à l’autre de manière tellement plus douce et chaleureuse. Pleins de belles méditations à venir et autant de séance d’explorations.

    Sur cet aspect de notre cheminement tu sembles avancer aussi très rapidement. J’en suis profondément heureux. Ce fut pour moi une découverte inattendue et d’autant plus merveilleuse que ma femme a choisi elle aussi

    de vivre sa propre transformation à mes côtés.

    Je regrette qu’elle n’ait pas pu nous apporter son témoignage, avec ses mots et son ressenti. Elle n’est pas encore prête à le faire Mais qui sait, si d’autres montrent la voie sa parole sera peut-être libérée .

    Bon cheminement @verlesetoiles. J’ajoute avec enthousiasme bon cheminement à l’attention de ta femme.

    #36340
    bzobzo
    Participant

    En effet, très rapidement je n’ai plus du tout eu envie de me masturber. Probablement que c’est un cheminement que beaucoup d’autres ont aussi suivi avant moi mais il s’est imposé d’une telle force à mes yeux que cela m’a surpris. J’ai ressenti assez nettement ce vide d’énergie que d’autres décrivent après une masturbation et j’ai décidé que je n’en voulais plus sous cette forme.

    se masturber, n’est pas très intéressant, en tout cas pas la façon basique ,
    en se secouant la tige, la plupart du temps devant du porno sur internet

    cependant j’ai découvert, il y a à peine quelques jours,
    qu’éjaculer n’était pas du tout contre-productif
    si on s’y prenait de la bonne manière,
    d’abord bien sûr, simplement en faisant l’amour avec sa femme ou son homme,
    à deux, à trois, à trente, etc

    mais aussi dans le cadre d’une pratique en solitaire comme la mienne,
    cela peut se révéler très bénéfique,
    je ne cherche pas à éjaculer, pas un instant, me masturber encore moins,
    mais comme désormais je laisse mes cuisses jouer avec mes parties génitales sans retenue,
    une éjaculation peut arriver, à force de frottements, d’effleurements, de malaxages

    comme je l’écris dans mon fil, je laisse mon corps gérer cela quand il a en besoin désormais,
    je le laisse faire, je ne cherche plus du tout à contrôler,
    je sors en fait d’une période où je n’ai pas éjaculé pendant plus d’un an,
    pas loin de deux, en fait je crois, je ne me souviens plus bien,
    ma pratique m’apporte tellement de bonnes sensations, rassasie tellement mon corps
    que je n’en sentais pas le besoin et avec un minimum de précautions et de contrôle,
    j’y parvenais sans problèmes
    mais c’était une erreur, je m’en rends compte maintenant,
    ce n’est pas parce qu’on n’éprouve plus le besoin d’éjaculer, le besoin de lâcher son coup,
    que c’est forcément sain, équilibré
    le corps a pas besoin de le faire de temps à autre, j’en suis persuadé

    je crois que faire l’amour, n’aura aucune incidence sur la pratique prostatique,
    aucune perte d’énergie, tout du contraire,
    j’ai la conviction intime que quand on fait l’amour avec quelqu’un,
    il y a des échanges d’énergie subtile entre les personnes impliquées,
    peau contre peau, les sexes entremêlés, chair frottant contre la chair de l’autre,
    il y a des échanges d’énergie subtile
    et ainsi on renouvelle ses stocks dans les profondeurs, on y injecte l’énergie de l’autre, on se ressource,
    et donc on est merveilleusement d’attaque après,
    pour une pratique prostatique en solitaire
    ou assisté plus ou moins activement par sa compagne ou compagnon

    #36341
    bzobzo
    Participant

    le corps a pas besoin de le faire de temps à autre, j’en suis persuadé

    ici évidemment, il faut lire le contraire:

    le corps a besoin de le faire de temps à autre, j’en suis persuadé

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 91)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.