30 sujets de 31 à 60 (sur un total de 124)
  • Auteur
    Articles
  • #37254
    bzo
    Participant

    oui vraiment, il y a un cycle de l’éjaculation à respecter en mode yin,
    laisser la tension monter, comme une casserole sur le feu,
    minute après minute, heure après heure, jour après jour éventuellement
    et ne pas chercher à hâter la chose,
    c’est notre mode yang qui essaie d’interférer

    mais si on y résiste, si on ne se laisse pas aller à la facilité,
    on est vite récompensé,
    les sensations deviennent de plus en plus exquises,
    les détails de plus en plus fins, de plus en plus riches,
    tout notre corps devient tellement incroyablement réactif,
    c’est juste époustouflant, éblouissant,
    à quel point ce corps peut devenir réactif,
    à quel point il peut nous embarquer dans une autre galaxie, de soie et de frissons,
    en une fraction de seconde

    et quand l’éjaculation arrive,
    c’est une telle explosion en nous, un orgasme tellement XXL,
    j’en frissonne de la tête aux pieds, rien que d’y penser
    et des ailes semblent pousser à ma colonne vertébrale
    et puis aucune déperdition d’énergie,
    le cycle a été respecté,
    quelques instants après, on peut recommencer comme si de rien n’était,
    les piles chargées à fond

    le plus dur dans cette histoire,
    c’est cette tentation yang de hâter la chose, de faire cracher le bâtonnet
    qu’on a par moments
    mais une fois qu’on a appris à y résister,
    c’est quelque chose, c’est vraiment quelque chose,
    un spectacle sons et lumières dans notre chair, unique, inouï

    #37256
    bzo
    Participant

    pour être plus précis encore,
    respecter le cycle de l’éjaculation , sans chercher à le hâter,
    c’est vivre un acte sexuel avec le crescendo le plus délicieux, le plus irrésistible, qui soit
    qui peut durer plusieurs jours,
    que vous vous interrompiez une demie heure ou plusieurs heures,
    le temps d’aller gagner votre pain , par exemple,
    quand vous vous y remettez, en quelques instants,
    c’est comme si vous n’aviez pas interrompu votre acte sexuel avec vous-même,
    que vous le repreniez au même endroit où vous l’avez interrompu,
    avec la tension sexuelle déjà au même niveau d’incandescence

    et puis après l’apothéose, les choses reprendront tout naturellement,
    dès que votre envie sera là à nouveau, quelques secondes, plusieurs heures ou plusieurs jours, après
    depuis le début, plus calmement d’abord, le crescendo doit recommencer,
    la tension s’est évacuée en une splendide conclusion,
    elle va à nouveau se rebâtir en vous, devenir de plus en plus irrésistible,
    un acte sexuel avec vous-même qui durera tout le temps qu’il faut
    pour que vous déployez vos ailes splendidement,
    l’azur vous appartient, l’azur vous attend

    l’azur, ce long baiser bleu, ensoleillée, dans tout votre être
    qui vous fait vous s’unir à l’horizon,
    la chair, c’est juste de l’extase et de la volupté, endormies

    #37278
    bzo
    Participant

    mon fil technique,
    tout ce que j’y écris, ne doit pas être pris à la lettre,
    ma technique à un moment donné,
    ne sera très certainement pas la vôtre que vous bâtissez de votre côté,
    ni même la mienne un peu plus loin dans le temps,
    quelqu’un sur la bonne voie, évolue constamment, remet tout en question,
    certes il y a des constantes, des règles communes
    mais si peu, si peu

    ultimement,
    qu’écrire qui ne risque pas d’être contredit par soi-même dans le temps?
    pour moi, toujours les mêmes expressions qui peuvent résonner terriblement banalement
    ou ne pas être fort utiles à certains, au stade où ils en sont de leur évolution
    comme juste écouter son désir, libérer totalement celui-ci,
    comme devenir complice sans restrictions de son corps,
    comme ne plus être retenu par les limites de son identité sexuelle
    (si vite atteintes, beaucoup les dépassent ponctuellement sans même s’en rendre compte),
    le reste est corvéable, adaptable, repensable, raffinable, évolutif, fluctuant, modulable, etc, etc

    ainsi dans ce fil, j’ai écris régulièrement
    que mes mains vont par monts et par vaux presque tout le temps,
    eh bien c’était vrai mais cela ne l’est plus, en tout cas plus pour l’instant,
    depuis hier elles sont plus statiques, plus à l’écoute des autres acteurs de ma pratique,
    plus supportrices de l’ensemble,
    ne font plus leur solo, un peu détachées du reste, n’en faisant qu’à leur tête,
    j’ai pris conscience d’une façon aiguë de mon être comme d’un ensemble,
    que tout doit travailler, produire des efforts, dans la même direction,
    qu’ainsi on devient un réseau et les ondes se mettent à circuler follement

    mes mains se posent désormais à un endroit,
    par exemple, l’un couvrant un sein, frottant légèrement la pointe à chaque halètement,
    l’autre à plat sur le ventre,
    sentant celui-ci se soulever au rythme des mouvements du bassin
    et ne bougent plus pour un temps, comme s’intégrant au corps,
    offrant ainsi de nouveaux canaux, de nouveaux relais pour le passage des vibrations

    faire circuler les ondes, devenir un réseau, comme couvrant le monde entier, à soi tout seul,
    mon cerveau n’est plus qu’un relais aussi,
    je mets certaines de ses fonctions, correspondant au moi pensant, en veilleuse
    et ainsi peu à peu, tout notre être
    est parcouru par des vibrations filant dans tous les sens, s’entrecroisant follement,
    au plus elles peuvent circuler librement partout,
    au plus vous êtes en transe ineffable, embarqué dans une félicité yin incandescente

    après un certain temps, les bras se déplacent, posent les mains ailleurs
    tout en effectuant éventuellement au passage quelques caresses tendres et ardentes,
    cette nouvelle quasi immobilité peut durer quelques secondes, comme plusieurs minutes,
    c’est quelque chose qu’on apprend assez rapidement à sentir,
    le circuit formé avec le reste du corps et la bonne circulation des ondes,
    est quelque chose que je perçois de plus en plus nettement depuis hier

    sentez comme tout votre corps s’unit pour offrir un circuit aux vibrations,
    la position des jambes, du bassin, des bras, votre cerveau le plus en veille possible,
    tout contribue à ce qu’à chaque fois,
    ce réseau soit différent, ait une architecture différente
    et par conséquent à ce que vous perceviez aussi complètement différemment
    les énergies montées en vous

    comme de la bonne vieille magie noire à l’oeuvre,
    un très vieux grimoire oublié, enfoui dans votre sang
    dont vous avez rouvert les pages, déchiffrez les caractères,
    être possédé dans tout le corps, le désir qui nous embarque follement

    ah j’avais pris la résolution de ne rien écrire dans mes fils avant 21h,
    bah j’en avais trop envie, c’est bon pour une fois

    #37293
    bzo
    Participant

    ce que je décris juste au-dessus,
    n’était qu’une étape intermédiaire dans ma petite “révolution de palais”,
    j’ai pu la mener à terme ce matin dans une séance épique,
    quand votre technique fait un bond comme cela, pas juste un petit détail par-ici, par-là
    mais vraiment quelque chose d’important dans les rouages de la mécanique qui change,
    c’est très excitant, très très exaltant à vivre

    que c’est-il passé?
    dans cette longue séance de ce matin, mi-entraînement, pour reprendre un terme de notre cher @andraneros,
    mi-emportement plus ou moins tumultueux en mode pilotage automatique,
    des changements significatifs ont été finalisés, ont été mis en place

    le changement majeur est que désormais,
    tous les acteurs de mon plaisir travaillent ensemble, totalement unis,
    comme je l’écrit au-dessus déjà,
    j’ai pris conscience d’une façon tellement aiguë de mon être en tant qu’ensemble,
    je veux dire, vraiment le sentir, vraiment le sentir de l’intérieur,
    vraiment se sentir en tant qu’entité, à l’intérieur de partout,
    aux limites floues, incertaines, certes,
    le résultat de cela, c’est que tout semble travailler désormais en parfaite coordination,
    comme fusionné, tendu vers le même but,
    toutes les différentes parties de mon corps, bras, mains, y compris
    mais tout le reste aussi dans l’invisible,
    tout mon être en fait, dans un seul élan, en bloc mouvant dans la même direction

    ce qui en résulte
    et c’est tellement bouleversant à percevoir,
    c’est la sensation que toute mon être est devenu comme un réseau,
    que tout est relié par d’infinies connexions,
    sillonné par des flux de vibrations dans tous les sens,
    ma chair est magique, comme je l’aime, comme elle semble rayonner en moi

    je reprends ici cette phrase de mon précédent texte, car elle est importante:

    après un certain temps, les bras se déplacent, posent les mains ailleurs
    tout en effectuant éventuellement au passage quelques caresses tendres et ardentes,

    tout le corps, tout mon être donc, travaillent ensemble, uni, de concert,
    ce qui est nouveau,
    c’est que c’est ponctué par des petits moments de transition, plus ou moins longs donc,
    cela peut varier d’une fraction de seconde,
    juste les doigts qui se déplacent un peu, pour empoigner un sein autrement par exemple,
    à plusieurs secondes où les bras se déplacent avec plus d’amplitude,
    le corps peut changer plus radicalement de position aussi
    et même, ces moments de transition peuvent aussi inclure,
    les yeux qui s’ouvrent ou se referment pour changer le type de plaisir qu’on éprouvent,
    moments plus intériorisés ou moments plus extériorisés,
    les doigts peuvent aller aussi jusqu’en bas derrière, dans la petite fente,
    rester à l’entrée ou s’enfoncer,
    se mettre en mode farfouilleur dans les plis et les replis

    voilà donc tous les types d’actions qui peuvent être incluses dans ces moments de transitions,
    des moments où je semble refaire surface un instant avant de replonger,
    ils peuvent durer donc d’une fraction de seconde à plusieurs secondes,
    comportent du plaisir spécifique en soi quand les doigts caressent la peau, l’enflammant soudainement
    ou farfouillent derrière dans le petit orifice,
    cela se ressent avec une acuité très forte,
    du fait que les mains sont rester immobilisées parfois pendant de longues minutes
    et soudain se remettent à bouger,
    brusquement le bassin et le réseau d’ondes qu’il génère dans tout le corps,
    laisse le focus pour quelques instants
    à une ou aux deux mains qui vont faire leur petit solo,
    parfois juste un petit déplacement de quelques centimètres donc
    mais cela va déjà être ressenti avec beaucoup d’acuité,
    mis fortement en évidence du fait de la plus grande rareté des mouvements des mains

    même pas obligés en fait de tout à fait s’arrêter,
    juste laisser le focus quelques instants aux mains, aux bras,
    enfin à ce qui se passe dans ce moment de transition,
    en arrière plan le bassin et le reste du corps peuvent continuer leur manège

    mais donc ces moments, essentiellement, fondamentalement,
    permettent de changer l’architecture générale du réseau d’ondes que forme tout notre être
    car une fois que les bras se sont immobilisés en une autre position,
    que les paupières se sont rouvertes ou refermées,
    on laisse l’ensemble se reformer,
    l’entité de notre être comme une surface d’eau un instant dérangée
    dont le miroir se reforme en quelques instants,
    tout est uni à nouveau, travaillant dans la même direction, à refléter le ciel, le soleil, les nuages

    cela part du bassin toujours où l’on a le double moteur qui se remet en route à pleine puissance,
    les cuisses avec les couilles et le sexe, pour les ondes génitales, je le rappelle
    et puis les contractions avec les ondes prostatiques
    et puis éventuellement si les doigts sont descendus derrière,
    des ondes anales aussi momentanément de la partie

    cela part du bassin donc,
    le mode liane lascive est là aussi qui peut faire onduler tout le corps ou en partie,
    les bras et les mains sont désormais immobiles dans une position,
    semblant vouloir se fondre au corps, être absorbés par celui-ci,
    les doigts aussi, même s’ils sont enfoncés derrière, ne bougent plus,
    ce sont les contractions et les mouvements divers du bassin et des cuisses,
    qui vont les mouvoir dans la petite caverne soyeuse, sombre

    tout bouge ensemble donc,
    bientôt tout l’être ne semble plus qu’un tangage lascif dans le même rythme, dans le même élan,
    avec de tous les côtés des vibrations comme des étoiles filantes voyageant en bande,
    tantôt à vive allure, tantôt délicieusement au ralenti

    l’envie de bouger les mains, les bras, de position, vient tout seul,
    l’envie d’ouvrir ou de fermer les paupières, aussi
    ou encore de descendre avec les doigts jusqu’à dans la petite fente pour avoir un peu d’ondes anales aussi,
    tout cela peut venir, est le bienvenu,
    peut-être même y a-t-il l’intervention du moi pensant mais durant ces moments de transition, pas grave,
    le bassin et tout ce qui s’y passe, un instant s’effacent, tournent comme en sourdine ou au ralenti
    après, l’ensemble est immédiatement relancé, l’être dans sa totalité revibre de concert, à pleine puissance,
    redevient un réseau global d’ondes en mouvement lascivement

    j’ai connu ainsi ce matin mon premier orgasme XXL qui a duré plus d’une minute, bien plus
    et il n’a même pas été initié par une éjaculation pour la première fois,
    j’ai cru qu’elle allait se déclencher, tous les signaux étaient là,
    la cavalerie lourde qui montait interminablement dans mon bassin,
    des milliers de clignotants de tous les côtés en moi, qui s’affolaient,
    mon corps s’est mis à convulser comme au rythme des vagues géantes
    qui semblaient passer les unes après les autre en balayant tout sur leur passage,
    me projetant comme un pantin désarticulé dans tous les sens
    mais pas eu d’éjaculation, non

    #37302
    bzo
    Participant

    nos capacités d’auto-suggestion, d’auto-sexualité et de customisation sexuelle,
    sont sans limites

    dans un exemple extrême, un homme qui déciderait,
    sur la foi un jour, un soir, d’une intuition par exemple,
    qu’il pourrait jouir de longues minutes,
    rien qu’en bougeant le petit doigt de la main gauche en restant couché immobile sur son lit,
    s’il est suffisamment persévérant, s’il y met suffisamment de conviction, de coeur à l’ouvrage,
    eh bien, il peut y arriver, il va probablement y arriver

    mais entre le moment où il sera sur son lit pris d’un orgasme sans fin
    rien qu’en remuant le petit doigt
    et puis ce premier moment où il aura eu cette intuition,
    il aura accompli un très long chemin en lui-même,
    beaucoup de choses se seront passées en lui, beaucoup de choses auront changé en lui

    #37305
    bzo
    Participant

    analysons, voulez-vous, plus en détails encore, plus extensivement,
    ce qui se passe dans le bassin,
    après tout, c’est là que l’essentiel a lieu,
    le double moteur, ondes prostatiques-ondes génitales, siège là
    formant le noyau vibrant autour duquel toutes les autres couches vont se bâtir

    je vais me lancer en reprenant des éléments
    que j’avais déjà esquissés par le passé dans le message d’un autre fil,
    cela me parait une bonne base de départ,
    le mouvement de va et vient, debout, assis, couché,
    avec votre bassin, commencez à le bouger comme si vous pénétriez,
    comme si votre sexe durci, allait en avant, en arrière
    parmi des chairs tendres, humides, pressantes,
    lentement, bien lentement, bien langoureusement, variez le mouvement,
    juste le bassin pour l’instant, essayez de bien vous projeter dans ce mouvement,
    d’y être tout entier, d’être tout entièrement dans ce que vous faites,
    il ne doit plus exister autre chose pour vous au monde que ce mouvement de va et vient,
    il doit devenir lancinant, hypnotique, obnubilant,
    faites cela un peu, appliquez-vous comme si votre vie en dépendait

    maintenant on va y ajouter un deuxième élément, la contraction, the contraction,
    cette action est essentielle bien sûr,
    car c’est ici que ce mouvement de va et vient initié avec votre bassin
    peut devenir réellement efficace dans un contexte de se donner du plaisir,
    dans le contexte de créer des sensations en mode yin

    avec la contraction d’une part, si elle est effectuée à peu près correctement,
    vous aurez la sensation que le mouvement de pénétration est désormais dirigé en vous,
    comme si vous effectuiez les mouvements de pénétration désormais de l’extérieur jusqu’en vous,
    la contraction retourne en quelque sorte la direction du mouvement,
    au lieu d’avoir l’impression de la faire en avant dans le vide,
    il est tourné désormais vers vous, semble entrer en vous, bouger en vous,
    un va et vient en vous

    là, cela devient vraiment intéressant car au plus vous allez y mettre de l’assiduité,
    au plus vous vous efforcez que ces mouvements soient efficaces, langoureux, variés, riches,
    au plus ils seront susceptibles de vous faire ressentir des choses,
    votre mode yin peut commencer à vous faire percevoir des sensations

    ce n’est pas tout, la contraction, bien effectuée, de plus en plus efficace,
    pourra aussi emmener les vibrations de la prostate,
    bouger son bassin et en même temps appliquer une contraction,
    provoque des mouvements de massage de la prostate, des pressions dessus,
    et ça, elle aime bien cela, les mouvement de massage, les pressions,
    elle va se mettre à ronronner graduellement

    oui mais vous allez me dire:
    “cette contraction, elle est primordiale, elle est de première importance, ok, j’ai bien compris,
    mais comment la faire? quoi contracter? combien de temps? avec quelle intensité?”,
    la seule vraie question ici, est quoi contracter,
    le reste est fluctuant, vous allez varier l’intensité, la durée de la contraction,
    selon votre inspiration, selon ce que votre désir vous dicte,
    vous essayez de vous faire l’amour, d’accomplir ce petit miracle qui semble impossible,
    tellement ces mots sont associés exclusivement à une interaction entre au moins deux personnes

    mais donc, vous essayez de vivre en mode yin
    les sensations de votre pôle masculin et de votre pôle féminin interagissant,
    la richesse et la variété que vous introduisez dans vos mouvements, sont essentielles,
    par contre quoi contracter?
    c’est peut-être une question plus délicate, plus épineuse,
    quoique…

    je vous répondrais que je ne peux pas affirmer avec exactitude quoi contracter,
    c’est dans la zone de l’anus, c’est dans la zone du périnée,
    régulièrement cela s’étend, se prolonge et je contracte les fessiers aussi, voire les abdominaux,
    disons que la contraction de base, c’est dans la zone de l’anus et du périnée,
    qu’elle peut est très fine, très légère
    comme effectuée du bout des doigts sur de la dentelle qu’on a peur de froisser,
    comme elle peut être massive, brutale, sans retenue,
    comme un bûcheron qui pousserait de toutes ses forces

    lente, très lente, rapide, très rapide,
    exaltée, douce, frénétique, systématique, anarchique, brouillonne, ordonnée, sophistiquée,
    il y en a de toutes les couleurs et de toutes les formes,
    l’important ici, ce n’est pas de réfléchir comment la faire
    mais juste essayer de la faire pour éveiller au mieux des sensations, guidé par son désir,
    de la sentir donc, de se laisser guider par ses tripes
    juste sentir, sentir, sentir, éveiller ses instincts et se laisser emporter,
    le corps saura toujours mieux, pourra toujours mieux,
    que nous, avec toutes nos capacités d’analyse, avec toutes nos capacités de réflexion,
    du moins dans ma façon de faire,
    je ne prétends pas que dans d’autres types de pratique, ce soit le cas aussi

    donc pour résumé,
    la contraction de base s’effectue quelque part dans la zone de l’anus et du périnée,
    elle peut être très légère, très fine, comme de la dentelle,
    comme elle peut devenir plus massive, requérir l’engagement de tous les muscles du bassin,
    même les abdominaux, les muscles du dos, etc
    mais avant tout, ne réfléchissez pas à ce que vous engagez comme muscles,
    juste essayez de ressentir, de vous laissez guider par votre instinct et par le plaisir

    ce n’est pas tout,
    là ce que je viens de décrire, c’est juste la partie ondes prostatiques du moteur,
    reste l’autre partie, les ondes génitales,
    ici, c’est uniquement une question de la danse des cuisses avec nos organes sexuels,
    encore une fois je le répète, j’évite strictement les contacts manuels,
    ils sont profondément yang, ils n’ont rien à faire en mode yin,
    donc là aussi, les maîtres mots sont variété, diversité, favoriser les détails,
    frottements, pressions, effleurements, tout est bon,
    c’est une danse tantôt effrénée, tantôt lente, lascive, chaloupée

    cela peut devenir aussi assez brutal par moments, des frottements comme de la brûlure,
    des pressions comme un étau, n’ayez pas peur d’y aller,
    vos génitaux ne sont pas des mimosas,
    ils vont aimer cela, des traitements de temps à autre du genre, “fais-moi mal, oh oui, Johnny, fais-moi mal!”

    vos génitaux vont devenir de plus en plus sensibles à ces contacts,
    c’est une excellente chose,
    quand vous serez au stade où j’en suis,
    le moindre effleurement de mes couilles ou de mon sexe, par mes cuisses,
    envoient des ondes délicieuses dans tout mon bassin,
    c’est une chose que je déguste en tout lieu, à tout heure
    mais c’est chez moi, entre quatre murs, dans mon nid douillet,
    nu comme un ver, que cela devient vite irrésistible
    et que le moindre resserrement un peu insistant de mes cuisses,
    me fait tout de suite gémir de plaisir
    et envoie des vagues de volupté ineffable dans tout mon corps

    donc, les cuisses dansent avec les couilles, avec le sexe,
    ils vont être rapidement copains comme cochons, ceux-là,
    donnez leur la possibilité de s’exprimer
    et vous allez être étonné des résultats

    il s’agit maintenant de combiner ces deux types d’ondes, de les faire dialoguer,
    de les alterner par moments,
    à d’autres, de les amalgamer, de les fusionner inextricablement,
    là encore il s’agit de pouvoir laisser s’exprimer ses tripes,
    son imagination au plus près de son corps, de ses instincts
    et non pas de réfléchir à chaque mouvement, de leur ampleur, de leur durée,
    laissez parler vos entrailles,
    place à la barbaque en folie, à la barbaque hurlante de plaisir,
    à la barbaque qui va vouloir grimper aux rideaux, grimper jusqu’aux cieux
    et vous emmener avec elle

    c’est de la danse avant tout dans le bassin,
    une splendide et enivrante chorégraphie dans l’instant,
    orchestrée par le désir, par vos instincts, par votre corps
    et vous serez aux premières loges,
    n’oubliez pas d’essayer autant que possible de laisser vos tripes s’exprimer
    et de mettre votre moi pensant en veilleuse,
    c’est le moment du grand désir,
    vous avez le grand désir en vous comme un océan puissant, conquérant, majestueux,
    produisant inlassablement ses vagues, produisant inlassablement son écume,
    au rythme harmonieux, sauvage et sensuel montant de ses profondeurs abyssales

    #37307
    bzo
    Participant

    il y a vraiment un cycle naturel de l’éjaculation en mode yin
    et c’est vraiment particulièrement intéressant de le respecter

    chez moi, il est de 3-4 jours en moyenne,
    cela veut dire que tous les trois quatre jours,
    mon corps va décider à un moment qu’il est temps de lâcher quelques giclées
    accompagnées d’un orgasmes splendide d’en moyenne une minute

    plusieurs intérêts majeurs à suivre ce cycle,
    il n’y a jamais aucun passage à vide énergétique, les piles sont toujours chargées à bloc,
    une heure déjà après l’éjaculation, on peut reprendre,
    toute l’intensité et la finesse des sensations, sont là,
    enfin il faut dire tout de même,
    qu’après je n’ai plus trop envie de continuer, je me sens totalement repu,
    mais le lendemain tout est là, prêt à vibrer à 100%

    second point d’intérêt majeur, comme je l’ai écrit pour commencer ce message,
    la qualité de l’orgasme XXL accompagnant l’éjaculation,
    avant-hier, celui que j’ai vécu, une bonne minute,
    est probablement l’orgasme le plus intense que j’ai jamais vécu, super O de ma période prostatique compris,
    ce fut un tel déchaînement de pure puissance tellurique,
    je n’avais jamais connu cela, pareille explosion de tout le corps, dans tout l’être,
    c’était dantesque

    troisième raison, il y a une sorte de sensation d’épanouissement, à respecter ce cycle,
    on se sent bien dans sa peau,
    comme quelqu’un qui fait l’amour souvent et que cela l’enrichit merveilleusement,
    lui a fait connaître des moments inoubliables
    et que tout cela rejaillit massivement sur son quotidien,
    je suis heureux tout simplement, bien dans ma peau comme je n’ai jamais été, ce n’est pas un hasard,
    je me sens léger, léger, je regarde la nature autour de moi,
    elle me fait tellement de bien,
    je sens tellement que je fais partie d’elle,
    je peux obtenir du plaisir où je veux, quand je veux,
    c’est totalement sous contrôle, je dose en fonction du lieu et de l’entourage
    pour me permettre de vivre quelques sensations sans me trahir,
    juste une seconde ou de longues minutes
    et chez moi,
    cela devient un opéra splendide dans ma chair qui m’envoie dans les nues

    et puis il y a ce crescendo sur le cycle, cette lente montée en puissance
    qui a son aboutissement avec le déchaînement sans pareil de l’orgasme XXL
    mais le crescendo en lui-même, est déjà tellement délicieux à vivre,
    à chaque séance, même si vous n’avez plus pratiqué depuis le jour précédent,
    c’est comme si vous n’aviez jamais arrêté,
    comme s’il y avait une continuité extraordinaire entre vos séances
    que vous repreniez au même endroit où vous avez cessé hier,
    que vous aviez juste mis en pause votre précédente séance,
    cette sensation de continuité est totalement inouïe, délicieuse
    et nouvelle pour moi

    #37308
    bzo
    Participant

    j’ai évoqué il y a quelques jours dans ce fil ou mon autre,
    mes envies de revivre certains types d’orgasmes prostatiques bien particuliers,
    avec ces sortes de visions extraordinaires que j’ai eues quelques fois

    ce n’étaient pas juste des images dans ma tête durant ces extases prostatiques,
    c’est vraiment difficile à décrire, c’était beaucoup plus fort que cela,
    c’est comme si je les avais vécues dans ma chair, ces visions,
    c’est comme si c’était devenu ma réalité pour quelques instants,
    pour quelques instants, j’ai senti tout mon corps, n’être plus qu’une aile au travail
    toutes les cellules de mon corps bougeaient comme les muscles d’une aile,
    ça a été inouï à vivre, bien plus fort qu’avec une drogue

    idem pour les autres visions, ce n’était pas donc que quelque chose d’entrevu dans ma tête,
    mais quelque chose qui a été comme vécu dans ma chair,
    une sorte de réalité intérieure qui s’est imposée pour quelques moments

    bref, j’en veux à nouveau, cela me manque
    mais mes tentatives de plaisir prostatique seul, avec le masseur,
    ont fait long feu,
    le fait est que les sensations que mon corps peut m’apporter, ont évolué
    et que les temps d’un plaisir purement prostatique, sont révolus pour moi,
    mes couilles, mon sexe, sont devenus trop sensible au moindre contact, au moindre frottement

    pour n’obtenir que des ondes prostatiques,
    il faudrait que je reste totalement immobile, les cuisses bien écartées
    mais exercer ainsi, ce n’est pas moi,
    pas moi en mode yin,
    je dois pouvoir danser avec mon bassin, le faire chalouper
    et puis tout mon mode liane lascive, je dois pouvoir onduler comme une anguille en rut par moments,
    ça c’est moi en mode yin
    mais ainsi il y a constamment, au minimum de légers mouvements,
    de légers déplacements, de légers effleurements, de mes organes génitaux
    et par conséquent constamment des vibrations qui s’en dégagent

    donc le prostatique pur en mode yin, je peux oublier,
    peut-être une pratique plus traditionnelle, en mode yang, façon Traité d’Aneros,
    avec le “do nothing” donc,
    me permettrait de retrouver des ondes uniquement prostatiques
    mais bon, cela ne me tente pas une seconde,
    seul le plaisir en mode yin m’intéresse, en tout cas actuellement

    après avoir fait ce constat en pleine séance hier soir,
    la bonne nouvelle, c’est que j’ai tout de même pu faire un pas décisif avec le masseur,
    tout n’est pas perdu, bien au contraire,
    je me suis rendu compte que je pouvais développer une pratique prostatique nouvelle,
    juste en bougeant comme je le faisais avant avec le masseur,
    il y aura , disons, 70% d’ondes prostatiques ainsi et 30% d’ondes génitales,
    j’ai pratiqué ainsi hier soir pendant un bon quart d’heure et ce fut totalement délicieux,
    j’ai retrouvé toutes mes sensations et mon envie avec le masseur

    en fait, c’est l’exact pendant de ma pratique aneroless
    où il y a plus ou moins 70% d’ondes des génitaux et 30 % d’ondes prostatiques,
    les orgasmes que j’obtiens en aneroless,
    je m’en rends compte désormais,
    sont des orgasmes éjaculatoires, des orgasmes avec des ondes génitales essentiellement
    mais en mode yin
    et ainsi ils ont cette durée d’une minute en moyenne
    et cette puissance splendide

    je n’ai pas encore connu d’orgasme avec ma nouvelle façon de procéder avec masseur
    où je me lâche aussi tout simplement,
    sans faire attention si régulièrement mes organes génitaux émettent des vibrations ou pas
    car j’étais fatigué hier soir
    mais si je me base sur ce que je vis en aneroless,
    il y a une forte probabilité que les orgasmes ainsi, seront prostatiques
    puisque la grande majorité des ondes générées, sont prostatiques

    me permettront-ils de vivre à nouveau ces transes interminables avec visions dans la chair,
    ça c’est encore une autre histoire,
    qui vivra, verra

    #37366
    bzo
    Participant

    la moindre caresse, le moindre geste, le moindre mouvement,
    peut nous livrer sa substantifique moelle toujours plus

    je me rends compte que c’est à cela que je suis attelé essentiellement,
    à part quelque progrès plus structurel, à gauche ou à droite, de temps à autre

    c’est à cela que vous devez vous atteler, cela doit être votre objectif le plus secret,
    que la moindre caresse, le moindre geste, le moindre mouvement,
    devienne source d’une félicité et d’une volupté indicibles,
    alors dès que vous vous mettez en mouvement,
    vous êtes comme envahi par les vagues d’une mer immense, sans fin, continuellement

    #37440
    bzo
    Participant

    les hommes ne le savent pas
    mais leurs organes génitaux,
    en-dehors d’émettre régulièrement, quand sollicités comme il faut, un peu de sperme
    dans les circonstances diverses et variées que l’on connait,
    peuvent aussi émettre une soie voluptueuse
    et en beaucoup, beaucoup, plus grande quantité,
    intarissables en fait, ils peuvent devenir en la matière,
    pour cette substance délicate à l’infini, émise dans l’invisible

    la technique est assez simple, élémentaire même,
    je n’y reviendrais pas, j’ai essayé dans ce fil de la décrire en long et en large
    mais c’est le jeu, la danse, des cuisses avec nos couilles, notre sexe,
    qui rend peu à peu ceux-ci de plus en plus sensible au moindre contact, à la moindre pression,
    vous les effleurez un peu
    et vlan, voilà déjà un jet de volupté soyeuse dans votre bassin,
    vous insistez un peu, vos cuisses et vos génitaux font frotti-frotta
    et déjà vous vous tordez doucement sur votre lit,
    des râles plein la gorge
    et le corps traversé de vagues tellement ineffablement douces, chaudes,
    un nectar somptueux tellement épanouissant dans la chair

    quel dommage de passer à côté d’un tel potentiel

    #37441
    bzo
    Participant

    enfin, ce que j’écris juste au-dessus, sous-entend tout de même une condition essentielle,
    accepter de se laisser entraîner en mode yin,
    accepter le féminin en nous, de laisser monter celui-ci dans notre chair

    cela ne veut pas dire forcément, bouger comme une “folle”, bouger efféminé,
    oui il peut y avoir des gestes, des mouvements, des postures
    mais c’est avant tout une question d’attitude intérieure,
    se laisser entraîner, s’offrir, s’ouvrir, céder, s’offrir sans réserve,
    se laisser envahir par tout ce qui monte en nous,
    se laisser imbiber, pénétrer, par tout ce qui monte en nous

    comme c’est bon de s’ouvrir, de s’offrir, de se laisser envahir, pénétrer, sans réserves,
    tout le plaisir quasiment est dans ce geste intérieur,
    dans cette façon de totalement céder, tout relâcher et tout laisser imbiber
    jusqu’à la moindre micro-parcelle de notre être

    #37478
    bzo
    Participant

    chaque geste, chaque mouvement, chaque partie du corps,
    peut devenir tellement puissant momentanément, tellement porteur de plaisir,
    il se charge d’énergie puis se décharge,
    c’est durant cette seconde phase que nous percevons une sensation

    notre action est donc en deux temps,
    phase un: nous pompons de l’énergie dans certaines parties du corps,
    dans la seconde: nous la convertissons en sensations,
    dans chacune de ces phases, il y a tout un passionnant apprentissage sans fin,
    tout un extraordinaire savoir à acquérir

    on peut être ultra-précis
    et ne pomper de l’énergie vraiment que dans une partie bien limitée du corps,
    après la sensation va se diffuser de là et se répandre aux alentours,
    comme on peut être plus englobant, plus général,
    pomper en même temps de l’énergie dans plusieurs endroits différents du corps
    ou bien encore, une nettement plus grande surface,
    toutes les combinaisons possibles sont là

    c’est pour cela qu’il est intéressant
    de faire intervenir plusieurs acteurs de notre plaisir en même temps ou en léger décalage,
    les énergies vont être diffusés en différents endroits plus ou moins en même temps
    et pourront se décharger aussi plus ou moins en même temps, à partir de ces différents emplacements,
    les sensations en naissant ainsi, vont courir, se rejoindre,
    former un réseau quasi instantanément,
    un tissu plus ou moins dense, plus ou moins riche,
    plus ou moins persistant, selon l’état de notre excitation

    c’est bien tout cela qui forme l’art de se donner du plaisir en mode yin
    où tout le corps intervient, une fois qu’on a cela bien en main,
    où tout le corps peut devenir acteur s’imprégnant de vibrations,
    et les restituant sous forme de sensations aux possibilités infinies de nuances et d’intensité

    la musique, l’instrument, le musicien, le public,
    une seule personne, tout un monde,
    un cercle parfait possible

    #37547
    bzo
    Participant

    je suis plus statique ce soir que d’habitude,
    en fait je prends une pose, je mets mon corps dans une certaine position
    puis je laisse le féminin de l’intérieur venir se coller partout en moi,
    emplir ce moule que forme pour l’instant ma chair

    puis je fais monter une contraction,
    c’est là que les vibrations commencent à se diffuser,
    depuis le bassin ils montent le long de la colonne vertébrale,
    se répandant tout le long à gauche et à droite
    mais montant aussi de plus en plus au fur et à mesure,
    très vite atteignant la tête,
    formant comme des feux d’artifice derrière mes yeux qui se referment,
    mes paupières sont devenues lourdes, lourdes, plus aucune volonté ne leur dicte de rester ouvertes

    je maintiens la contraction, joue un peu avec, la relâche légèrement puis je presse à nouveau,
    variant ainsi le débit du flux des énergies montant maintenant sans discontinuité,
    comme un robinet qu’on referme un peu et puis qu’on rouvre,
    les vibrations en ralentissant et en accélérant,
    offrent toutes sortes de nouvelles nuances de sensations dans ma chair au passage

    je continue ainsi de longues secondes, le nectar désormais a totalement envahi mon être,
    une sensation de plénitude, de félicité, constantes,
    de plus en plus omniprésente,
    ce n’est pas un orgasme, une sorte d’état de jouissance permanente
    qui semble s’installer dans mon corps,
    sans aucun heurt, sans aucun soubresaut, quelque chose d’incroyablement cristallin, de lumineux,
    comme si un soleil intérieur dardait ses rayons de plus en plus intensément,
    jusqu’à m’assimiler à lui, me fondre à lui,
    je deviens l’astre luisant, consumant le flux d’énergie montant des abysses
    et le rejetant aux alentours sous forme d’un ineffable nectar qui semble former l’univers entier désormais

    c’est l’effet aquarium,
    comme si j’étais plongé dans un aquarium où la densité semble arrêter le temps,
    seul existe une sensation d’incandescence et d’unité

    #37579
    bzo
    Participant

    il y a une façon de se laisser embarquer par son désir,
    au plus près, ne se laissant pas lâcher d’une semelle,
    avec comme une sensation d’improvisation totale, de non-intervention de notre part,
    cela devient rapidement ainsi comme une cour des miracles là-dedans,
    il y a de tels effets de surprise,
    de tels changements constants de nuances de sensation

    j’expérimente à nouveau cela depuis hier,
    peut-être que désormais je suis prêt pour cela, pour vivre cela au long cours
    la dernière que j’avais essayé, pas encore, je ne sais pas exactement pourquoi,
    peut-être parce que je n’avais pas encore autant un accès libre à mes énergies,
    que je n’étais pas encore capable d’en faire monter autant, aussi facilement

    le corps semble parler au corps ainsi, nous, ne servant vraiment plus que d’intermédiaire,
    on n’est plus guidé par la quête de la sensation directement,
    on privilégie avant tout la perception du flux du désir dans la conduite de l’action,
    faisant confiance à celui-ci pour éveiller toutes sortes de délices

    cela n’a l’air de rien mais c’est un changement complet de paradigme,
    je ne parle donc pas d’une improvisation complète où l’on se laisse aller à bouger n’importe comment,
    le désir, plus que jamais, guide l’action,
    on est à l’écoute, connecté au corps mais on ne recherche même plus les sensations,
    on laisse juste tout venir, on se laisse aveuglément guider par le désir,
    effet chapeau de prestidigitateur garanti,
    de plus en plus de bestioles de toutes sortes, en sortant, se répandant dans ma chair

    #37580
    bzo
    Participant

    c’est avec ce que je décris juste au-dessus, que je vais pouvoir passer au niveau suivant,
    je parviens déjà à faire des choses dont jusqu’ici je n’étais pas capable,
    juste avec tout mon corps, sans les génitaux, sans la prostate,
    obtenir des sensations tout aussi puissantes et riches,
    qu’avec ces véhicules privilégiés d’ondes sexuelles

    j’écrivais, il y a quelque temps, que mes deux moteurs essentiels, étaient dans mon bassin,
    la prostate et les organes sexuels,
    que leurs ondes amalgamées était ma source principale de plaisir
    mais désormais tout mon corps semble prêt à générer tout aussi puissamment,
    cela devient de plus en plus intéressant cette histoire

    #37584
    bzo
    Participant

    l’important pour moi pour l’instant,
    c’est d’essayer de libérer encore plus le désir,
    sur des voies toujours nouvelles, en constante évolution en tout cas,
    il m’a semblé percevoir que pour cela,
    il ne faut pas rechercher les sensations de plaisir directement
    mais par la bande, en quelque sorte, comme au billard,
    en étant toujours à la chasse de la sensation comme obnubilé,
    on pourrait se restreindre ainsi comme si l’on portait des oeillères quelque part

    le désir est en moi comme un élan, c’est un torrent puissant mais extraordinairement fragile,
    je le perçois réellement physiquement en moi,
    j’essaie de continuer de maintenir son cours durant l’action coûte que coûte,
    cela exige une quasi spontanéité totale,
    quitte à laisser les sensations diminuer par moments
    en effectuant des gestes et des mouvements éloignés des zones habituellement “travaillées”,
    mais ainsi j’ai déjà réussi à obtenir des résultats étonnants,
    tout le corps par moments, générant des sensations aussi puissantes, aussi riches, aussi variées
    que la prostate ou les organes génitaux,
    des sensations étonnantes comme j’en ai jamais eues jusqu’ici,
    des nuances tout à fait nouvelles, continuellement changeantes,
    tellement “exotiques”, générées tellement puissamment
    par des zones qui habituellement contribuent plus “modestement”
    bref c’est très encourageant,
    je continue d’expérimenter, je vais voir ce que cela donne,
    où cela me mène

    #37585
    bzo
    Participant

    libérer donc encore plus le désir en moi,
    il semble, passe par l’accentuation drastique de sa spontanéité dans ma chair,
    avec ce que je décris au-dessus, ne plus rechercher les sensations directement,
    suivre juste cet élan en moi que je qualifie d’élan du désir,
    qui semble tout proche constamment d’une spontanéité totale du geste et du mouvement,
    comme coulant au flanc d’une montagne

    j’accepte les moments creux qui viennent régulièrement, cela semble tellement réaliste,
    encore tellement plus réel ainsi,
    et puis je sens tellement qu’ils préparent quelque chose d’inattendu,
    de tellement inattendu,
    je suis de plus en plus totalement dans l’inattendu
    grâce à ce travail sur la spontanéité du désir

    je sens aussi beaucoup plus la puissance dans les profondeurs, au travail,
    une puissance à la fois tellement somptueuse et tellement calme au travail dans mes profondeurs,
    générant toute cette danse joyeuse et changeante à fleur de ma chair,
    de ma chair de plus en plus en fleur

    mon âme chante aussi, je le sens, dans tout ce délire sexuel,
    mon âme a une voix de sirène,
    de sirène qui l’amour avec les vagues, avec les cieux

    #37591
    bzo
    Participant

    comme c’est bon juste de se sentir bouger, empli de désir,
    ne plus rien vouloir, ne plus rien chercher,
    faire totalement confiance à ce corps,
    se laisser totalement aller, se laisser totalement déconnecté,
    juste sentir, sentir ce corps,
    juste sentir ce corps tranquillement s’apprêter à s’aimer,
    juste sentir le désir s’enflammer de plus en plus

    comme un fleuve ardent de vie, comme un fleuve frissonnant de vie,
    dans mes membres, dans mon bassin, partout,
    comme si la sève-même des arbres, comme si la lumière-même du ciel,
    coulaient en moi

    il va arriver massivement, rythmiquement, le plaisir charnel,
    mais comme j’aime désormais aussi ces calmes entre deux tempêtes que le désir me réserve,
    comme un massif fleuve de vie dans mes entrailles
    qui reprend son élan,
    comme un grand calme souriant dans mes veines,
    entre deux éclats de rire dans ma chair

    juste improviser et se laisser surprendre,
    juste improviser et se laisser surprendre désormais

    #37611
    bzo
    Participant

    je suis tellement habitué dans le bassin
    à avoir cette fusion d’ondes prostatiques et d’ondes génitales
    que dès que l’une des deux composantes n’est plus là pour plus de quelques secondes,
    je sens un vide, comme si l’un des deux carburants nécessaires à mon moteur pour tourner, manquait

    je l’accepte pour l’instant, je ne cherche à changer cela

    aneroless, j’ai de 60 à 70% d’ondes génitales et de 30 à 40% de prostatiques, selon les moments,
    alors qu’avec masseur, c’est l’inverse,
    60 à 70% d’ondes prostatiques et 30 à 40% de génitales

    ça n’a l’air de rien mais ça fait un monde de différence au niveau des sensations
    et puis je ne bouge pas du tout de la même façon du fait du masseur,
    aneroless, mon bassin danse la plupart du temps,
    alors qu’avec le masseur enfoncé, ce n’est pas le cas, il bouge beaucoup moins forcément

    au niveau des orgasmes aussi, c’est différent,
    aneroless, il y en a beaucoup moins,
    c’est plutôt une volupté qui s’intensifie au point que cela devient de la jouissance en continu,
    avec cependant tous les trois, quatre jours l’éjaculation qui arrive,
    accompagnée d’un orgasme qui dure longtemps, une minute en moyenne
    et qui a l’intensité à chaque fois d’un super O
    mais j’ai encore du mal avec à me lâcher complètement, tellement cette intensité est surprenante
    même pour un vieux routier de l’orgasme en solitaire comme moi

    avec le masseur, les orgasmes prostatiques devraient revenir,
    j’en ai déjà eu quelques uns, légers
    mais je dois me réhabituer au masseur, je n’ai plus pratiqué sérieusement avec depuis longtemps
    et puis avec qu’une séance en moyenne toutes les deux semaines,
    ce n’est pas assez pour l’instant,
    même si j’éprouve déjà un plaisir tellement intense, merveilleusement intense en fait

    je vais me forcer à faire au moins une ou deux séances par semaine
    et puis aussi des séances un peu plus longues,
    aneroless , je suis habitué à des séances de un quart d’heure à une demie heure,
    rarement plus en une fois,
    avec masseur, il faudrait des séances d’au moins une demie heure
    pour bien prendre son envol et avoir des orgasmes prostatiques en mode yin

    #37644
    bzo
    Participant

    je raconte vraiment n’importe quoi par moment, tout le temps peut-être même,
    une seule chose est sûre, j’arrive à avoir beaucoup beaucoup de plaisir

    pour le reste, je brode, je m’inspire de quelques théories entrevues à gauche et à droite
    et puis je cherche à restituer, ce que je crois être, le plus fidèlement possible,
    ce que je ressens, ce que je perçois, ce que je vis durant l’action

    car je suis en action, ça aussi c’est une chose qui est sûre,
    il y a beaucoup d’action en moi,
    je déplace des montagnes quelque part en fait, je chamboule tout,
    je suis tombé sur cela, cela semble être une sorte de loi intime au plus profond de mes entrailles,
    qu’au plus je chamboule tout d’une certaine façon, au plus j’éprouve du plaisir,
    un plaisir inconnu, enfin qui semble inconnu
    par rapport à ce qui était programmé initialement dans ma chair

    cela me va, j’ai l’âme d’un explorateur, d’un expérimentateur,
    j’adore cela, m’enfoncer dans l’inconnu, passer des frontières, briser des tabous,
    j’ai découvert cela,
    j’étais quelqu’un de bien sage, enfin pas tout à fait tout de même,
    juste que j’ai transporté ma folie, la folie inhérente qui m’a accompagné toute ma vie,
    aussi sur le plan sexuel,
    je ne savais pas qu’on pouvait faire cela
    car me fouetter, pas mon truc, toutes sortes d’accessoires , de fantasmes, pas non plus,
    par contre juste moi et ma chair, en duo, à la limite un masseur,
    se déstabiliser, se mettre en roue libre et provoquer toutes sortes de réactions,
    de réactions nouvelles,
    ça c’est mon truc

    alors j’emprunte des tas de chemins, certains sont des cul de sac,
    d’autres vraiment n’importe quoi,
    d’autres sont splendides, des voies royales
    et cela se reflète dans ce que j’écris ici,
    parce que j’essaie de restituer tous mes délires érotico-mystico-tout-ce-que-vous-voulez
    sans rien retenir

    #37653
    bzo
    Participant

    je dois me méfier de mes “découvertes”
    une fois que je suis resté au moins un bon quart d’heure en action
    car après un tel laps de temps le niveau d’excitation en moi est devenu tel
    que je peux faire à peu près n’importe quoi,
    je continue à générer des tombereaux de sensations

    faire le poirier sur une main et me caressant avec l’autre,
    effectuant des contractions, frottant mes testicules, mon sexe, avec mes cuisses
    et ainsi jouissant et encore jouissant
    en admettant que je sois capable de ce genre de prouesse physique,
    cela ferait un beau numéro de cirque sexuel,
    enfin tout cela pour dire, qu’une fois que je suis lancé au moins un quart d’heure,
    je devrais me méfier de mes “découvertes”

    ainsi ce que je relatais au-dessus, concernant la spontanéité du désir,
    changement de paradigme , suivre l’élan et non pas les sensations directement,
    c’est un peu n’importe quoi, il: faut l’avouer,
    cependant j’ai exploré la piste pendant quelques jours
    mais elle ne m’a pas mené beaucoup plus loin

    cependant cela n’a pas été de la pure perte de temps,
    cet élan dans une quasi spontanéité, je le sens vraiment
    mais le suivre systématiquement, n’est pas une voie intéressante,
    laisser l’action se construire toute seule,
    c’est un mélange de cet élan et d’une façon aussi d’imaginer l’action,
    pas la penser, j’insiste là-dessus,
    le moi pensant doit être couché dans son coin autant que possible
    mais il y a une autre part de notre cerveau, l’imagination,
    qui a beaucoup d’importance chez moi durant l’action,
    elle semble descendre dans tout mon corps, se dissoudre dedans
    et en association étroite avec le corps par moments,
    chorégraphier les gestes, les mouvements en train de se faire

    il y a donc des moments d’élan pure, où cela semble être en roue libre totale,
    sans autre pilote que le désir dans ma chair
    et puis d’autres moments où l’imagination mais étroitement associé, amalgamé, au corps,
    semble chorégraphier dans l’instant les gestes, les mouvements en train de se les faire,
    c’est un mécanisme très fluide
    où la tête semble emplie uniquement de sensations
    et les pensées, le moi pensant, totalement éteints momentanément

    #37758
    bzo
    Participant

    vivre son corps en mode yin,
    tout s’inverse,
    la prostate qui avant, en mode yang, nous donnait accès aux ondes féminines,
    découplait notre plaisir d’homme ainsi,
    nous approvisionne à présent en sensations de pénétration,
    allume le feu dans nos entrailles comme si un pénis y allait et y venait

    nos génitaux, leurs contacts divers et variés, leurs frottements, en mode yang,
    éveillent en nous un plaisir mâle,
    fait se gorger de sang l’attribut viril, le fait se dresser irrésistiblement
    désormais en mode yin,
    ils nous abreuvent d’une volupté ineffable, douce, chaude, soyeuse à volonté,
    des vagues de langueur que l’on peut qualifier de féminine, sans une hésitation

    à noter cependant, à condition de respecter une règle de base, une règle fondamentale,
    en mode yin, les contacts de nos génitaux se font toujours avec les cuisses,
    celles-ci sont leurs interlocutrices uniques,
    alors qu’en mode yang, ce sont les mains qui vont chipoter le pénis et les boules

    #37760
    bzo
    Participant

    hé hé, votre serviteur ne se repose jamais,
    sa vie sexuelle est comme une belle plante verte en pleine floraison,
    se déployant à la lumière, se gavant de soleil,
    s’épanouissant dans ma chair

    je parviens désormais à injecter dans ma pratique aneroless en mode yin
    beaucoup plus, beaucoup beaucoup plus, de prostate,
    j’avais écrit déjà plusieurs fois que les proportions jusqu’ici,
    étaient nettement en faveur des génitaux
    mais désormais, la balance penche du côté de la prostate,
    j’ai isolé des contractions puissantes, riches, faciles à effectuer en pleine action,
    générant ponctuellement des doses massives de vibrations
    qui enrichissent la sensation de pénétration de manière spectaculaire

    quel délice, assis dans mon siège, cuisses serrées, bougeant peu,
    je parviens à faire de ces choses, de ces choses…
    ah mes amis, rien que de les évoquer, je sens ma chair prête à s’enflammer, affamée d’ivresse,
    oh comme j’ai envie, comme j’ai envie,
    envie de sentir en moi la chaleur dense, ondulante, frémissante, circuler,
    envie de sentir en moi le nectar qui se répand comme un poulpe de soie,
    envie de sentir ma chair s’enflammer encore et encore, de sentir les cieux se rapprocher,
    comme c’est bon d’avoir ce corps tellement complice
    cette source d’énergie qui semble intarissable, au fond de moi

    #37761
    bzo
    Participant

    réinjecter ainsi massivement de la prostate en moi durant l’action,
    a des effets immédiats merveilleux,
    elle n’était plus assez présente dans ma pratique aneroless, je me rends compte,
    c’est sa toute puissance lumineuse que je perçois désormais à nouveau dans ma chair

    toute la capacité des ondes prostatiques à provoquer tellement facilement des orgasmes,
    à les enchaîner joyeusement dans une farandole interminable sur les crêtes de la jouissance
    que je sens à présent, ressuscitée en moi

    full speed ahead, oh mon corps, mon cher complice adoré,
    mon bac à sable aux cent mille sortilèges,
    ma boîte à trésors sans cesse se divulguant sous un nouveau jour

    #37774
    bzo
    Participant

    j’aimerai pouvoir décrire plus précisément ces contractions,
    la façon dont je les applique, en restant bien au niveau anatomique, physiologique
    mais ça n’a jamais été mon fort, ce genre de description clinique

    elle commence à partir de l’anus, puis est effectuée essentiellement avec le périnée,
    muscles duquel chez moi, sont devenus tellement puissants
    que je peux appuyer avec, aussi fort et aussi longtemps que j’en ressens le besoin,
    par moments je presse vraiment très très fort, à d’autres je recherche des effets plus délicats
    mais ce qui confère toute son originalité à cette façon que j’ai de contracter
    et qui libère tellement d’ondes de la prostate dans mon bassin,
    c’est que je m’appuie sur mes cuisses serrées pour obtenir encore plus de puissance,
    ils servent de point d’appui à la contraction , en quelque sorte
    et aussi ainsi, toujours en m’appuyant sur les muscles des cuisses mis légèrement sous tension,
    je peux trouver des angles inédits à la contraction, la faire très graduelle, très progressive,
    mieux la diriger, mieux la contrôler et la faire varier

    il y a quelques semaines, après une éjaculation accidentelle
    qui m’avait tellement catastrophée sur le moment,
    j’ai compris que l’éjaculation n’était vraiment pas un problème en mode yin,
    qu’il suffisait de laisser le corps la gérer
    et qu’il n’y avait qu’à la laisser venir, l’accueillir et la déguster,
    qu’elle était une extraordinaire tempête, à chaque fois, d’à peu près une minute,
    égale en puissance aux super O prostatiques,
    une fois que j’avais bien compris et assimilé cela,
    j’ai pu libérer totalement les ondes génitales,
    y aller sans rien retenir, sans aucune appréhension

    avec ces contractions que j’ai essayé de décrire,
    qui me permettent d’injecter massivement des ondes de la prostate dans le courant de l’action,
    c’est ma prostate aussi, j’ai l’impression
    que je parviens désormais à faire participer sans retenue dans ma pratique aneroless

    cela va déménager, rock and roll, baby, yeeeaaaahhhhh

    #37800
    bzo
    Participant

    peu à peu dans votre progression, il y a un moment
    où le niveau de plaisir atteint, est un fait acquis, vous êtes à l’abri des fluctuations,
    vous n’avez plus trop de hauts et de bas, vous êtes devenus consistant,
    certes, certains jours, cela peut aller mieux que d’autres
    mais ce ne sont plus les montagnes russes,
    le sort de votre plaisir ne semble plus dépendre de la chance, du hasard,
    quelque chose s’est installé en vous, s’est fait son nid en vous,
    vous accompagne

    la fête désormais, est assurée en vous, vous êtes récompensé de tous vos efforts,
    votre chair se livre à vous, vous êtes devenus complices,
    tout ce qui demandait tellement d’efforts, semble devenir de plus en plus un jeu d’enfant,
    votre plus grand danger à présent
    car il y a toujours un plus grand danger,
    comme il y a toujours un plus grand sommet,
    c’est le risque d’être trop content de soi et de glisser peu peu dans une routine

    il n’y a pas de plaisir aussi riche, aussi intense, soit-il
    qui résiste au train-train d’une routine jour après jour,
    il faut toujours rester émerveillé, curieux, prêt constamment à explorer de nouvelles voies,
    votre plaisir est là, il vous est acquis, il ne bougera plus,
    il ne s’envolera plus du nid à cette condition
    que vous soyez sans cesse prêt à y apporter de nouvelles brindilles,
    pour en changer la forme, la géographie intérieure

    explorer, c’est emprunter toutes sortes de voies,
    de voies de garage, de voies qui ne mènent nulle part, essentiellement,
    on procède par élimination, par tâtonnements
    car on est aveugle là-dedans, il n’y a aucun mode d’emploi qui a été livré avec

    comme c’est bon d’être de plus en plus sur le banc d’écolier
    tout en ayant dans son bassin, tout un kaléidoscope de sensations qui illumine sa chair,
    auquel on peut faire appel à volonté,
    qui s’enrichit jour après jour, est de plus en plus puissant

    finalement on se rend compte qu’il n’y a pas grand chose à savoir,
    on en sait de moins en moins en fait au fur et à mesure qu’on avance,
    on se met plutôt de mieux en mieux à nu,
    on parvient de plus en plus à libérer des forces qui sont en nous
    et à laisser faire le corps ce qu’il veut,
    pas grand chose à savoir là-dedans, juste savoir être là-dedans,
    juste savoir être là-dedans et laisser tout se dérégler joyeusement

    #37810
    bzo
    Participant

    ce soir et cette nuit,
    depuis deux, trois jours en fait,
    je me suis concentré sur la circulation des énergies

    pour se faire, j’ai arrêté les bras, les mains, ils ne se déplacent plus,
    ainsi je peux plus me concentrer sur les vibrations qui sillonnent mon corps,
    comme un troupeau d’animaux indisciplinés, je les sens en moi dans toutes les directions,
    ainsi je suis plus à même de les diriger un peu,
    de les sentir resserrer leurs rangs, plus bougeant de concert

    les mains, tantôt juste posés en arrière de ma tête, en position de total abandon,
    comme m’offrant langoureusement, comme me laissant aller au maximum,
    qu’il fait bon de s’abandonner ainsi, de céder de toutes parts ainsi,
    c’est comme de glisser dans de la ouate, de rouler lentement dedans,
    comme la pente est douce, chaude, ce sont toutes mes cellules qui sont caressées au passage,
    quel frottement divin de tout mon être, comme je roule, comme je roule langoureusement,
    je me transforme en poulpe s’enroulant, se déroulant,
    cela glisse, cela frotte, de tous les côtés, des arabesques, des sinuosités, des courbes,
    de la langueur, de la lascivité, un océan de langueur, de lascivité,
    dans lequel je suis plongé, dans lequel je roule, j’ondule,
    je monte, je descends, tournoyant lentement

    de temps à autre, je bouge les bras, même me caresse avec passion quelques instants
    mais presque directement ils s’immobilisent, souvent une main enveloppant un sein,
    j’aime sentir un des globes de chair sous mes doigts, avec la pointe qui frotte légèrement
    au fur et à mesure de la danse de mes hanches,
    il semble grossir sous mes doigts, devenir de plus en plus rond, proéminent,

    les énergies circulent merveilleusement ce soir, je n’arrête pas de jouir,
    c’est vraiment comme du cristal liquide par moments,
    on se sent lumineux de l’intérieur, vibrant de tout son être,
    entrer en communion avec le noyau de la terre

    #37840
    bzo
    Participant

    j’ai déjà évoqué plusieurs fois mon désir de retrouver du plaisir prostatique pur,
    j’ai un peu de nostalgie à chaque fois que je lis
    quelqu’un décrire ses chapelets d’orgasmes,
    éventuellement un super O,
    cela éveille des souvenirs en moi dans ma chair

    mais le fait est que je ne trouve pas la patience en moi pour l’instant,
    mon plaisir a tellement changé de nature,
    avec ce que j’appelle le mode yin,
    c’est tellement fondamentalement différent,
    j’ai eu l’intuition à un moment donné qu’il pouvait devenir ainsi
    et après cela a été mon unique objectif qu’il devienne comme cela,
    un plaisir que je qualifierai de “naturel”,
    par là j’entends que vous vous touchez à un endroit et celui-ci immédiatement réagit, vous renvoie une réponse
    et au plus vous y allez, au plus le corps en cet endroit spécifique va réagir

    un plaisir pouvant être perçu dans tout le corps,
    chaque parcelle de celui-ci participant, autant en tant que générateur de vibrations,
    qu’en tant que récepteur

    alors qu’avec le plaisir prostatique, c’est différent,
    il faut attendre, commencer à titiller et attendre,
    il n’y a pas cette immédiateté des sensations,
    cette intensification , cette montée en puissance tout à fait synchronisée aux efforts déployés,
    donc dès que je m’y mets en pur prostatique,
    j’ai une sensation de vide dans le bassin, dans tout le corps en fait,
    dont je ne parviens pas à dépasser la frustration,
    presque automatiquement mon corps se remet en mode yin
    où tout se remet à couler de partout, s’en va couler partout

    l’intensité des orgasmes est là aussi, je le sens, très rapidement en fait dans ma pratique en mode yin
    mais pas les explosions soudaines des orgasmes,
    c’est totalement différent,
    j’ai en fait très peu d’orgasmes, par contre je jouis à peu près tout le temps en mode yin
    et puis les vagues de volupté m’emportent tellement loin, tellement puissamment,
    bon mais malgré tout,
    comme je l’ai écrit au début, j’ai envie de revivre ces chapelets d’explosions de temps à autre,
    quelque chose de différent, quoi,
    c’est cela, j’aimerai remettre cette corde du pur prostatique à mon arc

    au moins et cela m’a fait bien progressé,
    je parviens désormais à injecter autant de prostatique que je veux, en mode yin,
    cela a tout de suite donné encore plus de relief
    et j’ai déjà plusieurs approché ce qui peut être considérer comme un orgasme prostatique,
    donc peut-être avec du temps, je vais parvenir à obtenir le meilleur des deux mondes,
    fondre ces deux pratiques en une

    au moins j’en ai déjà parfaitement conscience de ce qui ne va pas, c’est un premier pas,
    on verra pour la suite,
    je vais refaire des essais à l’occasion en pur prostatique

    #37852
    bzo
    Participant

    je suis très très excité,
    je suis en train d’explorer ces nouvelles façons d’injecter des doses massives d’ondes prostatiques
    et les résultats sont vraiment très encourageants

    d’abord, c’est du prostatique, à 90 à 75% en moyenne, selon les moments,
    le reste, d’ondes génitales, assure la propagation, la diffusion,
    elles servent de super-conducteur, en quelque sorte,
    elles semblent voyager beaucoup plus facilement
    tout en procurant aussi une constante sensation de volupté, d’emplissement du bassin

    je suis donc beaucoup plus statiques la plupart du temps,
    plus trop de liane lascive, par contre je passe d’une posture à une autre
    avec des enchaînement très brefs
    où je laisse mon corps totalement exprimer ses besoins de danser

    je parle de posture car la sensation du yin en moi, est plus forte que jamais
    et je sens vraiment qu’il commande autant mes gestes et mes mouvements
    que ces moments d’immobilité,
    le yin s’installe dans le statique aussi,
    c’est très très délicieux, puissant et nouveau pour moi,
    de le percevoir aussi ainsi, immobile la plupart du temps

    donc, jouant avec les contractions uniquement une bonne partie du temps,
    j’y mets de la variété, déploie tout un arsenal de contractions,
    en maintenant une pression sur le périnée, juste en changeant l’intensité
    et bougeant imperceptiblement, langoureusement, mon bassin, jouant sur la posture,
    donc la dynamique générale,
    je parviens à obtenir un flot constant d’ondes prostatiques se déversant en moi
    j’ai la sensation de me remplir comme une baignoire,
    c’est assez étonnant de se sentir ainsi de plus en plus empli

    j’ai la sensation par moments d’être une statue lascive en train de jouir,
    en train de se remplir de vibrations par le bas,
    c’est cristallin et cela frotte follement de tous les côtés,
    un vrai maelstrom de tournoyantes micro-caresses à l’intérieur

    d’autres contractions intéressantes aussi où j’ai la sensation d’isoler totalement mon anus,
    cela donne l’impression que l’anus palpite , palpite de plus en plus fort,
    les vibrations sont générées à partir de là, se répandent de plus en plus,
    la chaleur s’installe de plus en plus dense,
    très très intéressant

    bon temps d’aller allumer l’autre ordinateur , au travail

    #37861
    bzo
    Participant

    j’expérimente, j’expérimente,
    je m’offre de bonnes doses de plaisir aussi, bien sûr, l’un n’empêche pas l’autre
    mais surtout je teste pour l’instant, le département RD est en pleine effervescence,
    avec beaucoup plus de prostate dans l’action, j’essaie de voir où cela peut me mener,
    plus statique, dans l’ensemble, comme je l’ai déjà signalé
    plus de moments d’immobilité ou de quasi-immobilité,
    entrecoupés malgré tout de moments où je me remets brièvement en mode liane lascive,
    avec les cuisses frottant, le bassin dansant

    les mains caressant, allant et venant, ont leurs moments aussi,
    elles ont droit aussi à quelques petits solos à gauche et à droite
    mais tout seules, sans rien d’autre, j’aime à les isoler ainsi pour l’instant,
    ainsi, je sens particulièrement ma peau s’enflammer sous les doigts,
    je sens particulièrement mes seins comme enfler sous l’excitation,
    se charger de vibrations comme des peaux de tambour tendues,
    qu’on frotte, qu’on presse, qu’on caresse

    mais pour l’instant, c’est avant tout le show de la prostate,
    je veux voir ce qu’il y a moyen de faire avec tout ce nouveau potentiel,
    puis-je intégrer des orgasmes prostatiques à ma pratique en mode yin?
    il semblerait que c’est possible, j’ai déjà goûté à quelques moments orgasmiques,
    même si ce n’était pas encore d’une puissance tellurique, qui font décoller souverainement

    j’aime particulièrement cette alternance de périodes brèves
    où ce sont les ondes génitales qui coulent à flot dans mon corps
    et d’autres où ce sont les prostatiques,
    c’est tout à fait délicieux, très excitant,
    j’étudie particulièrement les interactions entre ces deux types d’ondes
    dans ce nouveau contexte où les ondes prostatiques prédominent,
    j’ai pu constater que les ondes prostatiques et les ondes génitales
    semblent ne pas avoir la même vitesse de déplacement en moi,
    les premières semblent plus lourdes, plus lentes, plus puissantes, plus compactes,
    d’où d’ailleurs cette irrésistible sensation de pénétration qu’elles génèrent constamment en moi,
    les secondes plus légères, plus vives, plus fines, avec plus de nuances,
    tendant à se diffuser, à se disperser sur de plus vastes zones, plus rapidement

    en jouant des deux types d’ondes, on obtient de très intéressants effets propres à chacune
    mais aussi de fusion, en jouant sur les proportions, les intensités, de chaque sorte,
    elles semblent s’amalgamer de façons tellement différentes suivant les moments,
    offrant une palette tellement vaste de nuances, de coloration des sensations

    mais je n’en suis qu’au début de mes découvertes,
    je vais voir dans les jours à venir,
    ce que ces ondes prostatiques ainsi, peuvent m’apporter

30 sujets de 31 à 60 (sur un total de 124)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.