20 sujets de 61 à 80 (sur un total de 124)
  • Auteur
    Articles
  • #37862
    bzobzo
    Participant

    passé de tellement bons moments au lit,
    avec ma nouvelle façon de pratiquer qui se dessine,
    je prend mes aises, je m’installe dedans,
    mon corps commencent à trouver des nouveaux automatismes,
    commence à bien adapter les mouvements, les gestes,
    l’immobilité plus présente, tout cela commence à bien s’enchaîner

    car forcément il y a un chambardement en cours,
    les ondes prostatiques en tellement plus grande quantité,
    exigent d’autres mouvements, d’autres gestes, d’autres rythmes,
    plus de moments d’immobilité ou avec avec peu d’action apparente,
    oh cela n’a encore rien à voir avec le fameux « do nothing »
    mais comparer à avant, c’est beaucoup plus minimaliste déjà

    en tout cas, avec cette séance d’une bonne demie heure au lit,
    j’ai eu des preuves tangibles que ma pratique va prendre un sérieux tournant,
    vers beaucoup plus de prostatique à nouveau,
    j’ai connu quelques moments absolument uniques, comme j’en ai encore jamais connus,
    assis, m’appuyant sur les bras derrière,
    ce fut un tel flux d’ondes qui montait en moi tout de suite depuis mon bassin,
    c’était confondant de finesse, de nuances subtiles et changeantes, tout en étant très très puissant,
    cela avait la puissance d’un geyser tranquille, harmonieux et sensuel, vers le haut
    la contraction provoquait d’abord la sensation de pénétration dans le bassin
    mais elle se prolongeait immédiatement vers le haut, monter irrésistiblement en moi,
    un flux persistant s’établissait ainsi, soutenu par les contractions,
    comme une fontaine publique depuis mon bassin,
    je dois dire que j’ai rarement connu des moments aussi délicieux,
    c’était tellement ineffable ce flux,
    mon mode yin s’est épanoui comme rarement, en quelques instants,
    dans ma chair battait un papillon immense aux ailes déployées, chamarrées, luisantes

    j’ai bien senti aussi les prémices d’orgasmes prostatiques en moi ainsi,
    il me faut juste gagner en persistance,
    les ondes prostatiques requièrent plus de temps pour bien éclore en tempête, pour bien faire décoller

    mais en tout cas, ces moments assis, ont été uniques,
    la pertinence de ma marche présente m’a été démontrée à 100%

    #37868
    bzobzo
    Participant

    je suis le plus heureux des hommes pour l’instant,
    c’est tellement bon d’avoir quelque chose d’aussi intense, d’aussi riche,
    qui permet de s’envoyer en l’air d’une façon aussi totale, à sa portée constamment,
    aussi disponible, à tout instant, pour quelques instants ou pour de plus longues période,
    assis aux toilettes, au lit, en train de pendre mon linge, cuisant ma viande, les patates,
    devant mon ordinateur, etc
    enfin partout, partout, partout, à tout heure

    cela vous change un homme cela, un plaisir comme cela, à sa disposition,
    pas juste un plaisir mais une aventure, une exploration de soi-même,
    certains ont besoin d’aller jusqu’à dans la jungle ou en haut des montagnes
    pour trouver le grand frisson,
    moi je l’ai là dans ma chair,
    et des territoires inconnus , sans cesse à explorer
    et puis cette complicité avec mon corps, cette sensation d’être à l’unisson avec lui

    pour en revenir au temps présent, je suis heureux donc
    car en un temps record, je suis en train de réussir à faire faire un sérieux virage à ma pratique,
    désormais redevenue essentiellement prostatique
    mais malgré cela, les ondes des génitaux sont là aussi
    et les deux dialoguent merveilleusement, s’allient splendidement,
    j’espérais avec cette découverte, il y a quelque temps, le meilleur des deux mondes,
    désormais il est vraiment à ma portée, je commence à y goûter

    les orgasmes prostatiques se rapprochent, je le sens,
    je suis plus statique mais en même temps, le mode liane lascive est toujours là,
    plus efficace que jamais, désormais que je l’alterne avec des moments plus immobiles
    où je travaille les ondes prostatiques plutôt
    mais les amalgames entre les deux types d’ondes apportent une telle richesse complémentaire,
    je suis ébloui quand je perçois toutes les nouvelles possibilités et perspectives qui s’ouvrent à moi,
    finalement après plus d’un an de pratique essentiellement aneroless,
    c’est maintenant seulement que je vais pouvoir commencer à goûter à du plaisir massivement prostatique,
    ce que j’avais développé, c’était avant tout grâce aux génitaux,
    même si la prostate collaborait aussi intensément
    mais là ça va être différent, la prostate redevient le principal moteur
    je suis très excité de voir en mode yin la forme ce que ces orgasmes prostatiques vont prendre

    #37890
    bzobzo
    Participant

    ce matin, une fois n’est pas coutume, je me suis réveillé avant mon réveil,
    plutôt que d’essayer de me rendormir encore pour une petite heure,
    je me suis payé un peu de bon temps dans la semi-obscurité

    d’abord, j’ai remis un peu au point les choses en moi,
    me suis fait rappeler par mon corps un des principes de base de ma pratique,
    sans doute un peu trop obnubilé par mon envie d’orgasmes prostatiques comme au bon vieux temps,
    j’avais un peu perdu de vue que c’est aux ondes prostatiques de se plier, de s’adapter, au mode yin
    et non l’inverse,
    ainsi l’église a été remise au milieu du village,
    j’ai pu reprendre ma progression en avant
    et ô boy, comme j’ai passé de moments mémorables, divins, quel enchantement dans ma chair
    ce matin, en bougeant moins, comme je le fais depuis quelques jours,
    n’étant plus constamment en mode liane lascive, me tordant délicieusement,
    l’énergie semblait se concentrer à un point tel,
    qu’au bout d’un moment, j’ai commencé à avoir mes premiers orgasmes prostatiques

    ils se sont installés différemment que dans mon souvenir,
    avec moins de fracas, moins explosifs qu’en mode yang
    mais néanmoins j’étais bien au centre d’un astre qui explose,
    il n’arrêtait plus en fait, à chaque contraction , chaque mise sous tension, cela repartait de plus belle,
    la densité d’un soleil qui explose tout autour de moi
    et une infinité d’atomes qui semblaient voyager dans tous les sens,
    il n’y avait plus de chair, plus de moi, plus de monde, plus rien,
    juste cette densité incroyable formée par des trilliards et des trilliards
    de petites particules serrées, serrées et virevoltant follement dans toutes les directions

    mon réveil m’a tiré de là, comme on saisit quelqu’un par les cheveux
    et on se met à le traîner de toutes ses forces contre sa volonté

    #37891
    bzobzo
    Participant

    l’interaction entre les deux types d’ondes, génitales et prostatiques
    devient de plus en plus incroyable,
    générant tellement de nouvelles nuances, de nouveaux coloris, sans cesse,
    c’est comme si j’injectais tour à tour de puissants jets, tantôt de l’un, tantôt de l’autre,
    il y a un moment, des sensations uniquement génitales ou prostatiques,
    puis comme le jet suivant de l’autre type arrive,
    il y a un amalgame entre les deux qui se fait
    et là, alors plein de trucs sortent du chapeau du magicien dans ma chair,
    quand les deux types d’ondes, désormais à jets puissants, précis, se mélangent,
    cela donne toutes sortes d’alliages momentanés tellement délicieux à vivre

    ah oui, je voulais des orgasmes prostatiques,
    eh bien maintenant j’en ai, oh pas vraiment la même chose
    que ceux que j’avais dans le temps, en mode yang,
    néanmoins ils sont là, de plus en plus puissants, de plus en plus submergeant

    comme ma pratique a pris un nouvel essor, en quelques jours à peine,
    maintenant que dans ma pratique aneroless, je peux y injecter autant d’ondes prostatiques que je veux,
    c’était déjà le cas avec les ondes génitales,
    cela donne tellement de possibilités à chaque instant

    c’est nouveau pour moi de fonctionner plutôt de manière nettement plus minimaliste,
    j’ai l’impression de stocker des énergies, de les compresser au maximum
    et puis soudain de les libérer,
    cela part de tous les côtés,
    cela rebondit dans toutes les directions comme des boules de billard folles

    plus que jamais je peux faire cela de plus en plus n’importe où
    en bougeant à peine par moments ou imperceptiblement,
    juste un petit mouvement de balancement langoureux du bassin
    que personne ne peut remarquer, ajoutée à une contraction du périnée
    et déjà il y a le feu partout en moi,
    comme c’est bon tout çà, divinement bon tout çà

    #37893
    bzobzo
    Participant

    une chose que les débutants
    qui en sont au stade encore où ils ont toutes les peines du monde,
    à obtenir la moindre réaction de leur corps,
    auront du mal à entendre,
    c’est que celui-ci, ne demande que cela,
    ne demande qu’à être entraîné hors des sentiers battus, sur des pentes de folie douce,
    car son miel favori n’existe pour un instant que dans les dérèglements les plus intimes provoqués

    au fond, si pour survivre au quotidien,
    notre corps a besoin d’être nourri, hydraté, reposé, soigné, entretenu, de mille manières,
    dans l’absolu, la seule vraie nourriture qui compte pour elle,
    aussi éphémère, aussi fugace, aussi volatile, aussi immatérielle, soit-elle,
    c’est celle qui provient de cette source dans nos profondeurs
    où l’on peut puiser de bien des manières

    y puiser sexuellement, est sans doute une des plus immédiatement à notre portée,
    même si le chemin là aussi, sera long et ardu,
    et plus particulièrement pour certains
    mais hé, rien n’est donné ici bas,
    dans la très grande majorité des cas, tout doit se mériter, tout a un prix

    sortir hors des sentiers battus, notre corps n’attend que cela, donc
    car le plaisir pré-formaté, pré-programmé qui nous est proposé comme option de base,
    n’occupe qu’un tout petit territoire, qu’une toute petite partie du continent en nous

    une des clefs pour y arriver, je l’ai déjà évoqué maintes fois,
    c’est de parvenir à restreindre ses pensées, son intellect
    qui la plupart du temps, sont aux commandes de la machinerie,
    enfin plus ou moins, qui essaient en tout cas, tant bien que mal
    et de parvenir à penser-agir avec son corps, parvenir à vivre l’instant avec lui,
    plongé dans l’action avec celui-ci, vivre une totale complicité avec,
    c’est la manière la plus efficace pour explorer les territoires lointains qu’il y a au fond de nous

    j’ai utilisé le mot restreindre , restreindre ses pensées, son intellect,
    c’est les laisser s’éteindre momentanément le plus possible,
    il ne s’agit pas de forcer, n’essayez jamais de forcer
    mais il s’agit de se laisser envahir, de s’ouvrir, le plus possible,
    d’essayer d’écouter son instinct, d’écouter son corps, faire confiance à celui-ci,
    de façon à ce que toutes les forces qui sont éveillées en nous,
    viennent d’elles-même balayer tout ce qui peut parasiter la communication,
    tout ce qui peut polluer le flux

    quand nous agissons en conjonction avec notre corps,
    quand nous parvenons à nous fusionner à celui-ci,
    à être avec celui-ci pleinement dans l’instant,
    vivant les gestes, vivant les mouvements, vivant le sang, vivant les organes,
    vivant les sensations au plus près, vivant au plus près,
    notre tête semble faire partie d’un ensemble, ne plus être séparée de tout le reste
    apportant ses moyens, collaborant pleinement, humblement, recevant, donnant,
    agissant en parfaite coordination avec tout le reste,
    faisant partie de celui-ci, non plus comme poste de commande
    mais comme un relais puissant

    ne plus être poste de commande
    mais relais puissant au service de tout le reste
    sillonné de mille messages, mille stimulations, de toutes parts,
    comme un flux, entrant, sortant,
    vivre tout le reste comme si on y était,
    être son pied, être son bassin, être ses seins, être ses jambes, être son torse,
    être ses cheveux, être ses ongles, être son sexe, être son anus, être sa prostate

    #37906
    bzobzo
    Participant

    je continue mon apprentissage,
    j’arrive désormais à m’installer tranquillement pendant de longues minutes dans un orgasme prostatique,
    comme on s’installe dans un nid
    mais un nid qui serait dans la bouche d’un volcan en activité

    une fois le flux d’ondes prostatiques bien établi dans ma chair,
    il s’agit en quelque sorte de le décorer massivement sans cesse d’ondes génitales
    sans l’interrompre, sans en perdre le fil
    mais lui rajouter toutes sortes de nuances, de colorations
    et puis aussi délaisser régulièrement quelques instants le flux prostatique,
    passer en full mode liane lascive, goûter un instant aux vagues de volupté dans ma chair
    comme on laisserait tomber une assiette
    puis qu’on rattraperait avant qu’elle n’ait touché terre

    pour l’instant encore, cela me donne régulièrement l’impression d’un exercice d’équilibriste,
    un peu comme une stéréo d’ondes prostatiques et d’ondes génitales, à régler
    tout en créant et écoutant la musique

    #37907
    bzobzo
    Participant

    je parviens désormais tellement à exploiter chaque geste,
    chaque mouvement, chaque position, chaque immobilité
    depuis que j’injecte dans ma chair des doses massives d’ondes prostatiques,
    elles semblent tout ralentir, tout densifier, désormais,
    le moindre micro-mouvement, la peau d’une couille qui se rétracte,
    l’effleurement d’un doigt sur la peau,
    me font s’envoler comme une fusée,
    je n’arrête pas de jouir
    et les nuances changent constamment du tout au tout

    j’ai l’impression de me presser à chaque instant
    comme un citron jusqu’à la dernière goutte,
    il s’agit juste de ne pas trop bouger à la fois, pas trop de choses à la fois,
    pour que cela ne se dilue pas,
    garder tout bien concentré, tournoyant lentement,
    le volcan ne doit pas entrer en éruption,
    juste rester à bouillonner sur place, à digérer de la terre en fusion, à danser sur place

    ainsi je suis bien ancré entre mes deux ailes géantes battant tranquillement
    comme une marmite d’explosifs transportée
    comme c’est à fois tellement calme et tellement explosif, tout cela,
    tellement doux et tellement brutal,
    quel carrousel dans ma chair, mes amis
    je n’ai jamais vécu des moments pareils, c’est glorieux

    #37917
    bzobzo
    Participant

    pour ce que je recherche, pour ce que j’espère achever,
    un plaisir aneroless en mode yin, penchant nettement du côté de la prostate
    et de ce qu’elle peut délivrer dans les moments les plus paroxystiques,
    tout en goûtant pleinement aussi aux vagues de volupté
    que l’on peut obtenir avec les ondes génitales,
    essayant de déguster toute la richesse, sans cesse changeante, de leurs nuances soyeuses,
    m’imbibant jusqu’au plus profond de l’âme
    de la sensation d’épanouissement et de plénitude dans l’instant
    qu’elles peuvent générer dans la chair

    pour ce faire, il m’apparaît avec de plus en plus d’évidence
    qu’une balance délicate est à obtenir dans le bassin en action à tout instant,
    en adaptant constamment le dosage des deux types d’ondes

    il y a une émulation réciproque dans leur interaction
    qui résulte en une augmentation rapide et puissante de la tension sexuelle
    qui exige d’être à l’écoute plus que jamais des réactions du corps
    pour que le flux d’ondes prostatiques ne soit jamais interrompu trop longtemps
    mais néanmoins très régulièrement
    pour qu’une alternance efficace des ondes puisse avoir lieu

    on arrête quelques instants la génération d’ondes prostatiques
    délai qu’on doit bien apprendre à estimer, de plus en plus spontanément,
    pour aller frotter, presser, cajoler, les bijoux de famille, avec les genoux,
    avant de reprendre déjà la production d’ondes prostatiques dans le bassin

    un phénomène que j’ai pu constater qui en même temps brouille les cartes
    mais contribue magnifiquement à l’augmentation de la tension sexuelle
    c’est qu’à partir d’un moment donné,
    l’alternance régulière, rythmique, des ondes d’une sorte puis de l’autre, comme en vagues,
    provoque leur renforcement mutuel, toujours plus,
    elles semblent toujours plus se mélanger, se dissoudre dans l’une dans l’autre
    mais néanmoins, il ne faut jamais oublier d’accorder toujours malgré tout
    la prépondérance aux ondes prostatiques,
    en renforçant automatiquement leur injection, après une séquence orientée ondes génitales
    si on ne veut rester tout de même du côté de la prostate pour atteindre les buts recherchés

    le flux prostatique dans le contexte d’un mélange de différents types d’ondes,
    dans le courant de la séance, des ondes anales venant parfois aussi se mêler à l’action,
    doit pouvoir réagir comme un roseau qui penche, qui penche, parfois très fort
    mais jamais ne se rompt, toujours se redresse

    #37922
    bzobzo
    Participant

    j’écrivais au-dessus que j’essayais de maintenir la balance du côté du prostatique
    mais ce n’est plus le cas déjà, je laisse le désir gérer cela,
    c’était présomptueux de ma part de vouloir le faire

    oh j’ai contribué à ma petite révolution de palais,
    désormais les ondes prostatiques sont là massivement dans ma pratique,
    j’ai expérimenté, j’ai mis au point la technique, toutes sortes de nouvelles contractions,
    plein, plein d’ondes prostatiques désormais

    mais je ne cherche plus à les privilégier, ainsi c’est bien mieux,
    ce qu’il y a dans ma chair, cette corne d’abondance sexuelle, à ma disposition,
    il faut être malin et juste laisser faire les choses,
    ne pas essayer d’imposer quoique ce soit,
    aller avec le courant

    #37932
    bzobzo
    Participant

    je dois accepter que ces orgasmes prostatique que j’ai vécu par le passé
    et dont la lecture de messages par ici, a éveillé en moi la mélancolie,
    sont définitivement derrière moi
    et peu probable que j’arriverai jamais à les revivre, en tout cas sous la même forme

    j’ai pris une autre voie radicalement, je vis ce corps durant les séances sur un autre versant,
    un versant plus secret, plus tabou mais que notre chair a en elle,
    ce mode yin que je suis parvenu à éveiller progressivement

    cependant désormais je parviens à injecter des doses massives d’ondes prostatiques à volonté,
    j’ai déjà vécu des sortes d’orgasmes grâce à elles
    mais ils ne sont pas accompagnés de la même explosivité, c’est très différent en fait,
    ce sont des sortes de bulles à la densité incroyable qui semblent croître autour de moi
    qui rayonnent comme des soleils,
    dardant de plus en plus dans toutes les directions les énergies montant en moi
    cependant la gestation de cet épisode n’est pas finie,
    il y a encore des choses en route,
    mais peu probable, encore une fois, qu’elles auront la forme de ces orgasmes que j’ai connus

    il y a quelques jours quand j’ai intensément expérimenté dans toutes les directions,
    j’ai eu le temps au passage d’esquisser une façon de pratiquer aneroless en mode yang,
    probablement en persévérant,
    je pourrais retrouver des sensations assez proches d’un massage prostatique plus classique
    comme ceux dans mon souvenir
    mais pour l’instant, cela me semble totalement au-dessus de mes forces,
    les deux, trois fois que j’ai essayé,
    je n’ai pas résisté bien longtemps avant de me remettre en mode yin,
    accepter le vide dans mon bassin durant la pratique plus de quelques minutes, je n’y arrive pas,
    j’ai l’impression de suffoquer comme un poisson jeté sur le rivage,
    en mode yin, ma chair est tellement facilement, tellement instantanément, envahie
    alors qu’avec le mode yang, il faut être patient et attendre, attendre que cela se mette en route,
    bon, une fois que ça l’est, ça déménage, ça déménage même sacrément,
    avec cette idée en tête obstinément, peut-être y arriverais-je peu à peu si je m’y mets

    c’est tellement bon d’avoir son corps envahi par cette volupté généré par les génitaux

    #37938
    bzobzo
    Participant

    depuis hier soir tard dans la nuit,
    je suis en train d’expérimenter sans les mains, sans les bras
    ou plutôt ceux-ci faisant partie du corps,
    faisant partie, étendant le territoire de celui-ci

    vaut la peine de tester pour l’instant j’ai jugé,
    laissant ceux-ci inertes, comme s’ils n’existaient pas , séparés du corps,
    je semble augmenter la capacité aux vibrations de circuler de façon très intéressante

    le corps comme entité répondant au travail dans le bassin,
    le corps comme entité résonnant, change radicalement ainsi,
    peut-être est-ce juste une option, une attitude momentanée selon les moments,
    puis les mains, les bras, reprennent une participation plus active,
    à voir, j’expérimente

    #37939
    bzobzo
    Participant

    ce que je perçois bien ainsi,
    c’est à quel point le plaisir prostatique,
    c’est une mise en circulation des énergies, transitant par la prostate,
    dans tout le corps

    alors que le plaisir avec les ondes génitales en mode yin,
    il y a tout un travail tout en frictions, effleurements, mouvements et gestes de toutes sortes
    pour transformer ces ondes et les déguster

    #37944
    bzobzo
    Participant

    c’est vraiment intéressant
    car c’est la première fois que j’expérimente de garder les bras et les mains nettement plus statiques
    depuis que je peux injecter à volonté aussi des ondes prostatiques, comme pour les ondes génitales
    et je perçois avec tellement d’acuité ainsi,
    leur façon différente de fonctionner, de se déplacer, en moi

    les prostatiques, semblent être des pures énergies des profondeurs,
    grâce aux contractions remontant à travers la prostate, sortant d’elle
    puis semblant circuler à toute vitesse dans le corps,
    poursuivant sur leur lancée, plus ou moins bien, plus ou moins longtemps,
    plutôt grâce à des capacités mentales, une fois que la contraction les a catapultée,
    capacité de se lâcher, capacité de s’ouvrir, capacité de s’abandonner, capacité de s’offrir

    alors que les ondes génitales, elles semblent imbiber comme une éponge les bijoux de famille
    mais de là, il faut les extraire en frottant, pressant, effleurant, cajolant,
    le sexe, les couilles, avec les cuisses
    et ainsi, ces ondes se transforment en sensations qui se diffusent comme du liquide dense dans de l’eau

    les mains, les bras, je les garde à nouveau statiques donc,
    je prends conscience que leur positionnement par rapport au corps,
    affine la posture, la complète en l’enrichissant,
    lui faisant acquérir de la richesse dans la perception du mode yin,
    dans la perception aussi, des ondes qui circulent en moi, en mode yin

    la position du corps, sa posture dans l’espace, est tellement importante pour le mode yin,
    j’en prends pleinement conscience aussi,
    à chaque fois que je change de position
    et que je immobilise plus ou moins pour la circulation des ondes prostatiques,
    le yin en moi se réajuste par rapport à cette nouvelle position dans l’espace,
    plus ou moins rapidement, avec une délicieuse progressivité
    si tout va bien, si je lui laisse bien le temps, les deux s’ajustant l’un par rapport à l’autre,
    le yin va reprendre possession de mon corps, se mouler dedans, comme dans un gant
    tout en changeant imperceptiblement la forme de celui-ci, surtout ma perception de celui-ci,
    le corps va refléter de plus en plus le yin qui lui colle de plus en plus désormais par dedans

    les courbes intérieures, les rondeurs, se dessinent un peu vers l’extérieur
    mais ce sont dans mes sens, dans ma perception surtout, qu’elles sont entièrement là,
    des arabesques dansantes, le mode liane lascive,
    en même temps un corps intérieur et mon corps réel qui semblent fusionner à mi-chemin,
    plusieurs strates de corps pour quelques instants,
    comme un terreau riche, mouvant, comme en perpétuel réformation,
    dans lequel naissent et meurent les sensations

    je m’offre à la pénétration des ondes, je m’offre, j’ai une petite fente chaude par en-dessous
    je me laisse aller, je me laisse empaler par elles, je m’ouvre, je les enveloppe dans ma chair
    elles remontent en moi, en même temps avec puissance et avec douceur,
    bientôt elles semblent former un arbre en moi,
    elles montent et en même temps se déploient dans toutes les directions,
    formant une frondaison bruissante, joyeuse, un instant,
    vertige de la lumière, vertige du ciel, vertige des oiseaux,
    vertige d’être,
    vertige d’être dans de la chair,
    vertige d’être dans de la chair en fête

    #37964
    bzobzo
    Participant

    #37965
    bzobzo
    Participant

    deux, trois choses comptent au fond réellement dans cette histoire, pour moi

    -d’abord, avec de plus en plus accès aux énergies en nous,
    parvenir à les libérer et à les faire monter

    -ces énergies, peuvent être vécues de trente six mille manières,
    certaines sexuelles, d’autres pas, des tas de voies,
    sexuellement, rien que dans le bassin déjà,
    des ondes prostatiques, anales, génitales, un peu emmêlées, beaucoup emmêlées, pas du tout,
    le tout c’est de bien maîtriser au moins d’un de ces types,
    de pouvoir jouer avec de plus en plus de consistance,
    ainsi ces énergies que nous faisons monter, sont transformées, deviennent consommables, dégustables,
    perçues dans notre chair en sensations de volupté, de jouissance, nous font vivre des orgasmes

    -et puis un dernier facteur tellement tellement important,
    c’est à quel point, nous parvenons à être là dans l’instant,
    à être dans l’instant présent, présent dans notre chair, à notre chair,
    à quel point nous parvenons à vivre en osmose avec notre corps,
    la recette n’est vraiment pas compliquée, je l’ai déjà maintes fois répétée,
    il faut parvenir le plus possible et le plus longtemps possible
    à éteindre notre moi pensant, notre intellect

    ce que nous avons dans notre tête, notre puissance réelle, à nous autres, humains,
    ce qui à fait que nous sommes devenus, en tout cas momentanément, les maîtres absolus de cette planète,
    ce avec quoi nous avons bâti des civilisations et des civilisations qui recouvrent tout,
    ici dans ce jeu sexuel, au moins il est présent, au plus on parvient à se connecter à son corps,
    au plus on parvient à être en osmose avec lui,
    au plus on parvient à vivre l’instant présent avec lui

    être là dans l’instant présent, avec une dynamo dans notre bassin, éructant des torrents d’ondes,
    un corps avec toute sa chair, son sang, ses os, ses organes, ses membres,
    bougeant, travaillant, à vivre ces ondes,
    à en extirper jusqu’à la dernière once d’ivresse, d’extase, de jouissance, de volupté,
    être là dans l’instant présent, fusionné à son corps,
    vivant chaque seconde avec lui en intense communion,
    formant comme une boule de feu doux, soyeux, de tout son être,
    avec le monde aussi, avec tout

    juste là dans l’instant, une boule de feu doux et soyeux
    formé de tout son être, formé du monde entier
    qui grossit et qui grossit puis qui éclate
    puis qui se remet à grossir encore plus et à éclater encore plus

    incandescence de vivre, incandescence d’aimer,incandescence d’être,
    incandescence d’être là dans l’instant,
    incandescence de jouir de tout son être

    #37971
    bzobzo
    Participant

    aujourd’hui j’étais en télé-travail
    mais différence notable par rapport à ces dernières semaines,
    première fois que j’étais tout seul chez moi,
    cela fait bizarre

    du coup, je suis resté tout nu,
    cela aurait été gênant, très très gênant si accidentellement durant une de nos réunions virtuelles,
    j’avais allumé par accident la webcam au lieu de juste le son
    mais je ne le ferais plus de rester tout nu,
    c’est bien agréable mais j’étais trop sollicité à tout bout de champ par mon corps,
    rien ne s’opposait à ce que je m’offre des moments de plaisir
    et ils ont été bien plus nombreux que les moments, plongé dans le code,
    je dois garder un minimum de discipline et d’éthique professionnelle
    par rapport aux gens qui me paient

    donc la prochaine fois, ce sera slip et t-shirt, ainsi je suis déjà nettement calmé,
    il n’y a plus les contacts entre mes cuisses et mes bijoux de famille
    ou bien le simple fait de me sentir nu, ma chair toute à ma disposition,
    je me sens tout de suite tout chose

    #38025
    bzobzo
    Participant

    pratiquer, c’est progresser

    pas avoir peur de régresser,
    plutôt craindre comme la peste l’immobilité

    #38037
    bzobzo
    Participant

    aujourd’hui , autre jour de télétravail, commencé à poil,
    j’ai tellement l’habitude quand je suis seul chez moi, d’être dans la tenue d’Adam
    mais après une bonne demie heure,
    je me suis rendu compte que je ne boulottais pas vraiment,
    que je n’arrêtais pas de répondre aux appels de mon corps

    je me suis souvenu de ma résolution de l’autre jour
    et mis un short,
    cela a coupé net l’effet excitation permanente
    bien que de temps à autre, je m’offrais tout de même quelques instants de bon temps
    car en fait, même habillé, je peux pratiquer aneroless,
    cependant les ondes ne se propagent pas de la même façon,
    le tissu du short est stratégiquement parfaitement placé
    pour tempérer mon excitation, l’empêcher de se diffuser à pleine puissance

    ainsi, j’ai pu nettement plus me concentrer sur mon travail

    #38043
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    jour de télétravail, commencé à poil,
    j’ai tellement l’habitude quand je suis seul chez moi, d’être dans la tenue d’Adam
    mais après une bonne demie heure,
    je me suis rendu compte que je ne boulottais pas vraiment,
    que je n’arrêtais pas de répondre aux appels de mon corps

    Je commence à comprendre pourquoi il y a maintenant tant de bugs et de failles de sécurité dans les applications… Ça codait bien plus sérieusement dans ma jeunesse, avant internet et le télétravail !

    #38044
    bzobzo
    Participant

    Je commence à comprendre pourquoi il y a maintenant tant de bugs et de failles de sécurité dans les applications… Ça codait bien plus sérieusement dans ma jeunesse, avant internet et le télétravail !

    hé hé, j’ai perdu le feu sacré aussi entre temps
    ou plutôt il est descendu plus bas…

20 sujets de 61 à 80 (sur un total de 124)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.