20 sujets de 101 à 120 (sur un total de 124)
  • Auteur
    Articles
  • #38320
    bzobzo
    Participant

    je suis donc occupé sur deux fronts pour l’instant,
    d’une part, terminer de mettre en place la version 2.0 de ma pratique en mode yin, aneroless,
    où je mixe avec égal bonheur désormais, ondes prostatiques, anales et génitales
    et puis une pratique purement prostatique
    que j’essaie de redécouvrir, de remettre sur les rails
    après l’avoir mise en sommeil pendant plus d’un an

    résumons-nous,
    la version 2.0, cela commence vraiment à bien rouler,
    les changements par rapport à la 1.0:
    -injection à volonté d’ondes prostatiques
    -parfaite cohabitation, parfait amalgame, des ondes prostatiques, anales et génitales
    -une utilisation plus parcimonieuse des mains,
    celles-ci gardant leur rôle de parcourir le corps tout en caresses, frottements et pressions diverses,
    voir de temps à autre, pincements et torsions de chair
    mais sont désormais plus utilisées comme des prolongations mobiles du corps
    aidant à augmenter la perception d’unité de celui-ci
    en s’immobilisant de-ci, de-là, posés sur la peau, attirant les ondes, redirigeant les ondes
    parfaisant la sensation de bloc uni
    mais retrouvant donc régulièrement leur mobilité
    pour apporter constamment des variantes à la géographie intérieure perçue,
    le corps semble comme un immense hangar résonnant dont la superficie change régulièrement
    grâce aux bras et les mains se déplaçant pour aller se poser plus loin
    mais aussi, bien sûr, le reste bougeant aussi, les jambes, le tronc, la tête,
    les ondes s’y déplaçant comme des boules de billard folles, fiévreusement s’élançant,
    ricochant quelques instants dans toutes les directions
    -les cycles de vagues provoquées par les contractions, c’est-à-dire, des ondes prostatiques
    sont laissés désormais se mener à leur terme,
    j’ai un peu tâtonné avec cela mais maintenant que le corps a bien pris cela en main, gère cela tout seul,
    ce sont bien uniquement les vagues générées par les contractions,
    celles qui ont donc, une puissance toute particulière, dont on peut extraire les nuances jusqu’au bout
    en les laissant aller jusqu’à leur terme
    je les prolonge aussi avec un peu de calme silencieux qui semble venir tout naturellement dans leur sillage,
    cela a une influence profonde sur le rythme de l’action,
    sur la synchronisation aussi entre les différents acteurs de mon plaisir,
    d’une façon générale, j’ai gagné énormément en précision, en finesse,
    l’écoute semble se restaurer grâce à ces moments de calme entre deux tempêtes dans ma chair,
    une fraction de seconde de mise en suspens où la chair extatique semble encore résonner d’un écho mystérieux
    ce n’est pas que tout s’arrête, la vie semble encore comme vibrer dans les profondeurs de ma chair,
    la tension sexuelle semble tranquillement prête à reprendre son élan,
    la fête sauvage semble comme ponctuée de petits moments de recueillement païen,
    on bouge plus juste, on perçoit avec plus de précision,
    la synchronisation et le dialogue entre les différents acteurs aussi gagnent en fluidité,
    tout s’enchaîne avec moins d’effort, comme sur des roulettes,
    ces moments de suspension un instant de l’action qui suivent chaque puissante contraction,
    c’est comme la ponctuation dans les phrases d’un livre,
    cela dicte le rythme, cela fait ressortir le chant de mots

    et puis il y a ma tentative donc de retrouver une pratique prostatique,
    surtout aneroless pour l’instant,
    c’est là que je me sens le mieux, il n’y a rien à faire,
    cela va bien, très bien, je fais des grands progrès, je suis très content

    je commence vraiment à bien gérer les contacts accidentels de mes cuisses et de mes parties,
    étonnant à quel point le corps peut s’adapter à la demande,
    autant le moindre effleurement, le moindre frottement,
    continuent plus que jamais de créer des vagues de volupté dans ma pratique préférée,
    autant ici, en pur prostatique, avec les cuisses écartées,
    j’ai déjà réussi à habituer mon corps à ne plus faire attention à d’éventuels contacts non voulus,
    ils sont désamorcés instantanément, pétards mouillés,
    alors qu’avec mon autre pratique,
    c’est à chaque fois une petite explosion tout en douceur
    de soie voluptueuse s’élançant en ondulant dans ma chair

    ça, ça m’a bien fait avancer, je bouge plus à l’aise avec mon bassin,
    je peux bien me concentrer sur les contractions et leurs effets,
    je me suis rendu compte que je retrouve en fait, ma pratique prostatique aneroless des débuts,
    il y a une bonne année peut-être, quand j’ai décidé d’arrêter le masseur
    et de me consacrer uniquement à essayer de développer une pratique sans,
    j’avais quelques résultats très intéressants déjà
    mais après quelques semaines, j’ai découvert l’intérêt immense des ondes génitales,
    de mêler ces ondes de plus en plus abondamment à mes expérimentations,
    jusqu’à abandonner complètement le pur prostatique
    pour développer ce qui est devenu depuis ma pratique principale depuis
    et qui est en train de passer à sa version 2.0

    eh bien, des tas de souvenirs remontent en moi maintenant
    de cette période de mes débuts en aneroless
    où j’avais quand même déjà eu pas mal d’orgasmes,
    j’ai l’impression de reprendre là, d’avoir mis cela en pause,
    même plus, ça a été enterré en fait
    mais là désormais c’est exhumé et dépoussiéré,
    cela redevient actif, je recommence à progresser,
    de plus en plus de choses se passent dans mon bassin,
    cela va devenir de plus en plus intéressant

    #38321
    bzobzo
    Participant

    hé hé, cela commence à fonctionner du tonnerre,
    c’est comme si depuis que je m’essaie en prostatique uniquement,
    mes contractions étaient comme un instrument de musique désaccordé
    mais là je commence à parvenir à les accorder

    tout doucement, c’est encore fragile,
    je sens la contraction monter en moi, la musique se génère
    mais cela se désaccorde encore pour un oui ou pour un non

    je gémis, mon bassin de plus en plus envahi d’ondes prostatiques
    je sens aussi quelque part dans les profondeurs de ma viande
    comme un orgasme couvé,
    la coquille, par moments, semble prête à se fêler,
    mais c’est sans doute encore trop tôt

    non ce n’est pas trop tôt,
    entre cette phrase et celle juste dans le paragraphe au-dessus, la dernière,
    un quart d’heure s’est écoulé,
    juste le temps d’avoir mon premier orgasme prostatique,
    comme c’était bon,
    c’est étonnant comme c’est différent,
    enfin j’écris une bêtise là, non ce n’est pas étonnant du tout, bien sûr,
    c’est même pour cela que j’ai relevé ce défi,
    pour avoir une pratique alternative avec des sensations et des orgasmes tout à fait différents,
    oh cela va être splendide, je sens cela!

    #38325
    bzobzo
    Participant

    dors pas beaucoup, moi,
    des choses tellement excitantes sont en train de m’arriver,
    avec cette pratique purement prostatique qui semble sérieusement démarrer

    il y a une sorte d’accord à trouver entre différents éléments en nous
    pour que cela fonctionne
    une fois qu’on y arrive, les sensations apparaissent
    au plus on y arrive, au plus elles s’intensifient, s’enrichissent
    je sens bien cela dans cette pratique qui redémarre en moi
    où je dois en même temps, repartir de zéro mais pas tout fait quand même
    puisque j’ai déjà une autre pratique très avancée, tellement consistante,
    toutes ces façons d’aller chercher le plaisir en nous, ayant tout de même pas mal de points communs
    et puis aussi, qu’il y a quelques années,
    j’ai eu déjà une pratique prostatique très avancée, avec enchaînement d’orgasmes, super O, etc

    pour l’instant, avec mes lentes contractions en aneroless, cuisses écartées,
    pour aller ne chercher que des ondes prostatiques,
    maintenant la pression plus ou moins fortement, plus ou moins longuement,
    faisant fluctuer légèrement et souvent celle-ci, jouant avec elle
    comme on joue avec la peau tendue d’un tambour dans les profondeurs de son bassin,
    tapotant dessus, pressant dessus,
    l’effleurant, la faisant frémir, vibrer, de plus en plus

    par moments, c’est comme si je touillais dans le noyau de la terre
    tellement cela devient dense,
    le feu semble naître là-dedans, en bouillonnant et en tournant lentement sans arrêt,
    une sève enflammée ineffablement douce, semble de plus en plus remonter en moi,
    je la sens gagner du terrain lentement,
    irriguant tout mon être d’une sauvage splendeur,
    d’une splendide sauvagerie de vivre dans l’instant

    ma chair se dérègle si facilement, si follement, sous l’intensité du plaisir,
    exaltants moments de vivre, d’être,
    d’être là vibrant dans l’instant, splendidement vibrant

    #38364
    bzobzo
    Participant

    rien de tel pour vous réveiller de bonne humeur,
    qu’emplir votre chair de frissons et votre bouche de gémissements bien gras, bien indécents,
    pendant un bon quart d’heure

    vous vous levez et vous vous sentez vivant, vibrant, le monde est à vous,
    le monde a levé sa jupe un instant
    et a partagé avec vous quelques uns de ses petits secrets intimes,
    de ceux qu’il fait tellement bon vivre,
    de ceux qui font qu’il fait tellement bon vivre ici-bas,
    par moments en tout cas

    j’utilise désormais des ondes prostatiques dans ma pratique principale aussi,
    enfin je veux dire des moments prostatiques en aparté
    dans cette pratique où l’usage normalement est de les mêler aux ondes génitales surtout
    et aux ondes anales aussi régulièrement

    ces moments deviennent des moments purement prostatiques,
    pas seulement parce que j’injecte alors uniquement des ondes prostatiques
    mais parce je fais les contractions différemment,
    j’utilise celles que j’ai mis au point,
    enfin plutôt que j’ai repérées, être les plus efficaces par rapport à ma prostate,
    dans ma nouvelle pratique « exclusivement prostatique » que je suis en train d’élaborer,
    ce sont des contractions qui partent plutôt du périnée,
    n’utilisent que les muscles de cette zone,
    moins de puissance mais plus de précision pour le travail sur la prostate
    et qui occasionnent des angles de pression tout à fait délicieux dessus,
    mes contractions régulières partent plutôt de la zone de l’anus la plupart du temps

    c’est assez diabolique à quel point, ces contractions m’emplissent de vibrations le bassin,
    je ne les réussis pas à chaque fois,
    pour les faire j’ai l’impression parfois de devoir viser
    et que parfois je rate mon tir, il ne touche pas la cible,
    c’est surtout je crois une question de positionnement du bassin,
    qui permet de bien mettre en route les muscles qu’il faut,
    il doit un peu relevé, il me semble, par rapport au lit, les fesses un peu dégagées,
    la contraction aussi doit être relativement rapide
    pour maintenir une certaine synergie, ainsi garder sa précision

    prêt à aller manger puis sortie chez un bouquiniste fameux de Bruxelles , Pêle-Mêle,
    après retour
    et puis alternance de moments d’orgie, de lecture et de films, de séries,
    un programme comme je les aime

    #38377
    bzobzo
    Participant

    back de ma promenade! à poil vite! je vais m’en mettre plein le baba,
    m’envoyer en l’air dans mon coin sans modération pour terminer le week-end en beauté,
    un mix à profusion de culture et de cul,
    mes deux ingrédients préférés pour une bonne journée à la maison

    d’abord causons livres, si vous le voulez bien,
    ce bouquiniste du centre de Bruxelles, Pêle-Mêle,
    tout ce qui s’imprime, tout ce qui a été imprimé, est susceptible d’être déniché chez eux,
    des éditions rares, des éditions de bibliophiles,
    une kyrielle de magazines depuis le début du 20ème siècle à nos jours,
    toute la moultitude océanique de livres divers et variés,
    des livres d’art, sur les sports, la culture des plantes vertes exotiques en pots,
    des bestsellers, des romans à l’eau de rose, des navets sans intérêts,
    de la philosophie, des romans de gare,
    jusqu’aux éditions à tout petit tirage de poésie à compte d’auteur,
    etc, etc

    pour l’instant par exemple, ils ont une édition rare de Hamlet de Shakespeare,
    l’édition Folio sortie pour le 400ième anniversaire de sa naissance,
    une splendeur, je l’ai eu entre les mains, je l’ai feuilletée,
    elle était à 120 euros, en parfait état, à peine le dixième de son prix neuf,
    ils ont aussi l’Ulysse de Joyce dans une édition magnifique à tirage limité, de chez Folio aussi,
    quelques autres Folio rares, des éditions pour bibliophiles
    mais je n’ai pas d’argent pour cela pour l’instant

    cependant je me suis dégoté une magnifique édition des Ragionamenti d’Arétin,
    un des chefs d’oeuvre de la littérature érotique de la Renaissance italienne,
    sur papier velin pur chiffon fait à la main,
    un papier splendide, tellement doux, tellement sensuel, au toucher, comme une peau délicate sous les doigts
    édition des années 50 mais encore en parfait état,
    ce type de papier peut durer jusqu’à la fin des temps à condition qu’on en prenne un peu soin,
    avec des illustrations couleur aussi, des aquarelles magnifiques aux couleurs chatoyantes,
    je l’ai eu à 20 euros, sur Internet en si bon état, cela se négocie aux alentours de 200 à 300 euros

    ça, c’est le miracle Pêle-Mêle,
    où il y a un tel flux de livres rentrant et sortant constamment,
    qu’on peut y aller tous les jours, on trouvera toujours des nouveautés dans les rayons
    souvent à des prix dérisoires

    je vais essayer de décrire avec plus de précision les contractions
    de ma nouvelle pratique aneroless, ondes prostatiques seulement,
    essayer de rester au plus près de l’anatomie, essayer de décrire avec précision le jeu des muscles en mouvement,
    comme certains par ici savent si bien le faire, je vais m’y essayer aussi un peu

    la position du bassin, contrairement à ce que j’affirme juste au-dessus, n’a aucune importance,
    tout est dans un mouvement précis initié depuis un point un peu plus haut que l’anus,
    en engageant le moins possible celui-ci,
    contrairement aux contractions qui démarrent avec mise en tension de l’anus
    qui semblent engendrer chez moi un mouvement pénétrant, perpendiculairement vers l’intérieur donc,
    ces contractions plus légères, plus fines
    quand elles sont réussies, semblent courir un peu parallèlement à la surface de la zone du périnée,
    partant d’un peu plus haut que l’anus donc, en se dirigeant vers le sexe,
    plus en précision, en finesse, donc, moins de puissance,
    exigeant comme je l’ai écris déjà une certaine vitesse, un certain élan, pour garder la synergie
    pour pouvoir être exécutée correctement

    je parviens quand elle est réussie,
    à garder sous tension le périnée de longues secondes, si l’envie de le faire est là,
    générant ainsi un maximum d’ondes prostatiques comme un faisceau puissant montant constamment
    mais ne parvenant néanmoins pas à garder la pression aussi longtemps
    qu’avec les contractions anales qui ont bien plus de puissance,
    on a aussi avec comme une meilleure prise, un meilleur appui

    alors qu’avec la contraction qui se focalise surtout sur le périnée
    la pression est moins facilement maintenue, on semble avoir moins d’appui
    elle sera plus fugitive, pas plus d’une bonne quinzaine de secondes à pleine puissance, disons

    néanmoins l’effet est très puissant, les nuances délicieuses
    et je peux entamer une répétition à rythme régulier,
    pas question de précipiter, ces contractions sont plus délicates à effectuer
    en accélérant, on finit par s’emmêler les pinceaux inéluctablement

    #38388
    bzobzo
    Participant

    pratiquer, pratiquer et encore pratiquer
    est la chose la plus efficace que vous pouvez faire pour accomplir des progrès,
    oh bien sûr, il peut y avoir des blocages rédhibitoires
    qui font que vous faites du sur-place des semaines, des mois, voire des années durant
    mais je n’évoque pas ici ces cas extrêmes,
    plutôt la grande majorité des plus ou moins novices
    qui s’escriment au fil des jours, au fil des nuits
    pour essayer de goûter au Graal prostatique,
    une première fois et après, toujours plus et toujours plus souvent

    pratiquer donc est la chose la plus efficace que vous pouvez faire pour accomplir des progrès,
    le reste est foncièrement indépendant de votre volonté, de votre intelligence, de votre puissance sexuelle,
    vous tout ce que vous pouvez essayer de faire,
    c’est de laisser votre corps exprimer toujours plus le savoir enfoui au fond de lui,
    c’est de vous mettre tout entièrement à son service pour cela

    il y a donc les progrès que vous faites et les progrès que votre corps va faire sans vous,
    les deux se confondent, bien sûr, jusqu’à un certain point
    mais il est important à partir d’un certain stade de bien saisir la différence,
    de comprendre que votre part du job, c’est désormais de le laisser faire autant que possible,
    de dégager, dégager la piste, autant que possible

    il y a un mécanisme de mûrissement intime dans votre chair
    foncièrement indépendant de votre intelligence
    qui ne s’enclenche que si vous acceptez cela,
    que si vous acquérez cette humilité de vous effacer totalement,
    que si vous apprenez à être toujours plus juste là dans l’instant sans rien attendre,
    accueillant avec gratitude, avec ferveur,
    tout ce qui daignera franchir quelque part le seuil invisible en vous
    pour se répandre dans votre chair

    #38389
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Tu écris @bzo :

    pratiquer, pratiquer et encore pratiquer est la chose la plus efficace que vous pouvez faire pour accomplir des progrès,

    J’approuve.
    Je pense, en effet, que si un homme fait l’effort de respecter une telle discipline, le seul obstacle qu’il doit vaincre pour vivre « les meilleurs orgasmes de sa vie », comme le dit @Caktil, est le manque de confiance en son potentiel orgasmique.

    Nous en avons de beaux exemples sur ce forum.

    Bon cheminement à tous.

    #38395
    bzobzo
    Participant

    ma pratique prostatique en aneroless est à présent bien sur les rails,
    je suis en passe de gagner mon défi, ça a été moins difficile que prévu

    le plaisir n’est pas encore aussi intense que de l’autre côté, avec ma pratique bien établie
    mais il est déjà tellement intense et puis surtout tellement différent,
    rien que des ondes prostatiques,
    des ondes prostatiques, en veux-tu, en voilà,
    des ondes prostatiques à gogo

    bon, honnêtement, ça n’a pas grand chose à voir avec le plaisir prostatique de mes souvenirs
    mais je le savais en fait bien à l’avance quelque part,
    le mode yin s’est tellement emparé de moi depuis,
    c’est par son prisme que j’éprouve tout,
    c’est ainsi que je vis mon plaisir dans ce corps,
    sur son autre versant, au-delà des limites de mon identité sexuelle

    néanmoins, je ne suis pas déçu un instant,
    ce ne sont pas tant les orgasmes prostatiques et les super O qui me manquaient , je crois,
    juste d’être traversé, habité, rien que par des ondes prostatiques,
    enfin pour l’instant, je suis totalement ravi ainsi

    la complicité avec mon corps est devenue telle,
    c’est absolument extraordinaire,
    je bouge langoureusement, c’est comme si je lui envoyais un message,
    « transforme-moi cela en sensation voluptueuse »

    on a établi un dialogue tout en gestes, en mouvements,
    en mise en tension des muscles, en relâchements, en lâcher prise, en détente,
    si je fais un geste d’une certaine manière,
    mon corps sait immédiatement ce que je veux dire par là, quelle genre de choses je veux ressentir
    et aussitôt il me renvoie sa réponse sous forme de sensations,
    j’ai élaboré peu à peu un langage pour dialoguer avec lui,
    lui faire comprendre en détails ce que je voulais à chaque instant,
    reconstituer toutes les sensations d’un acte sexuel, vécu des deux côtés à la fois

    on peut tout transformer en plaisir,
    modeler celui-ci à l’image qu’on veut, de toutes ses forces au fond de soi,
    à partir du moment où l’on a la complicité totale de son corps,
    on doit apprendre à lui parler,
    à se faire comprendre de lui,
    une fois que ce dialogue est établie, que la conversation devient fluide,
    alors tout est permis dans notre chair,
    toutes les limites peuvent être franchies aisément

    #38397
    bzobzo
    Participant

    techniquement, pas grande différence
    entre ma pratique nouvelle en mode yin aneroless , uniquement ondes prostatiques
    et puis l’autre, ma pratique principale, celle qui est la mienne depuis des mois
    sinon, bien sûr que j’ai les cuisses constamment écartées

    ce qui s’est passé, comme je l’avais prévu, c’est une période de rewiring
    mais ça a été plus rapide que je l’espérais,
    tout était là dès le premier moment
    mais je n’y réagissais pas comme sensations de plaisir
    puis ça s’est connecté, ça a démarré peu à peu en quelques jours,
    le processus est en route, cela s’intensifie à chaque séance un peu plus
    mais c’est déjà tellement délicieux

    la seule véritable nouveauté, on pourrait dire
    et cela aussi, c’est passé en un temps record
    et témoigne de l’admirable adaptabilité du corps,
    c’est que je lui ai appris à ne pas réagir aux multiples petits contacts
    qui peuvent arriver entre mes cuisses et mes couilles, mon sexe

    alors que dans mon autre pratique, ces con tacts sont recherchés, voulus
    et provoquent de délicieuses vagues de volupté constamment,
    m’emplissent d’un ineffable nectar, chaud, frémissant, soyeux,
    dans ma nouvelle pratique, ils ne me font plus rien,
    une sensation juste de pétards mouillés,
    je sens le contact et directement quelque chose se désamorce

    c’est grâce à la complicité tellement puissante avec mon corps
    qu’on a pu régler cela en si peu de temps, si aisément

    me voilà lancé donc, en prostatique pure aussi donc,
    cela reste en mode yin,
    j’ai écrit il y a quelque temps que je tenterai aussi le challenge de repasser en mode yang,
    je vais peut-être m’y mettre un de ces jours
    mais pour l’instant, j’ai encore du pain sur la planche pour faire progresser ma nouvelle pratique,
    la pousser un peu dans ses retranchements pour voir ce que cela donne,
    s’il y a des super O en réserve en moi, en mode yin aussi,
    des périodes d’orgasmes qui s’enchaînent à la queue leu leu, comme en mode yang

    #38410
    bzobzo
    Participant

    hier soir,
    mon plaisir est resté un fleuve tranquille jusqu’au bout de la séance

    je veux dire qu’avant,
    sauf quelques périodes exceptionnelles où je ralentissais expressément,
    j’ai relaté par ici ces expériences, encore il y a pas longtemps,
    cela s’accélérait progressivement,
    cela s’accélérait progressivement au fur et à mesure que la tension sexuelle augmentait,
    jusqu’à devenir frénétique, un élan frénétique quand j’étais dans des moments de jouissance,
    et comme chez moi, ils s’installent en fait assez rapidement, ne me quittent plus,
    je reste ainsi à jouir pendant des pans entiers de la séance
    comme un cheval lancé au galop

    donc dans ces moments jusqu’ici,
    j’avais toujours un rythme de plus en plus vif, porté par mon désir en roue libre
    mais hier soir, je suis resté bien à l’écoute, bien à l’écoute de la vastitude,
    de toutes les nuances, de toutes les vagues de plus en plus fortes,
    je me suis forcé à bien tout suivre, plus de cavalcades, plus de rush,
    juste un fleuve tranquille qui semblait monter en puissance
    tout en restant à la même vitesse, au même rythme tranquille mais de plus en plus puissant

    ce fut une splendide expérience
    car les nuances étaient tellement de plus en plus perceptibles,
    de plus en plus variées, de plus en plus fines, de plus en plus riches,
    ce fut comme un carrousel dans ma chair qui semblait augmenter de taille,
    gonfler divinement, prendre de plus en plus d’ampleur, un océan de plus en plus en érection liquide
    splendide maelstrom m’imbibant de plus en plus irrésistiblement
    mais je résistais donc à la tentation d’accélérer,
    on devient de plus en plus perceptif ainsi, entraîné ainsi,
    comme un buvard qui s’agrandit et qui est de plus en plus ivre d’être imbibé

    ma perception d’un océan donc, d’une immensité liquide de plus en plus,
    percevoir de plus en plus son eau, le grain de son eau,
    ses qualité d’humidité dans ma chair, ses qualité d’éblouir dans ma chair,
    ses qualités de frottement, d’effleurement, dans ma chair,
    ses qualité de soie ondulante dans ma chair

    de plus en plus immergé dedans donc, fondu dedans, de plus en plus emporté
    mais toujours ce rythme lent, ineffablement sensuel, tellement précis, tellement nuancé,
    chaque détail semblait ressortir de façon tellement confondante,
    le moindre micro-mouvement, le moindre geste, de ma part,
    la musique et la danse se relançaient de plus belle,
    avec des notes différentes, des pas différents, un élan différent

    bref, expérience très concluante,
    la tentation de l’accélération pour répondre à une forte augmentation de la tension sexuelle
    n’existe plus pour l’instant,
    je suis comme rivé vers l’intérieur, concentré sur l’ensemble de ma chair,
    ce tissu en moi pour l’instant vivant dans l’invisible son autre vie,
    vivant sa belle vie, sa belle vie d’énergie dansante,
    vivant sa vie de flamme incandescente carburant aux énergies des abysses

    je laisse mon écoute s’agrandir, la surface de l’océan augmenter et encore augmenter,
    tout mon être bouge rythmiquement les vagues montent, descendent, de toutes parts
    quelle danse suave partout en moi, comme mon âme est frottée divinement,
    tout mon être danse, cela bouge partout, cela effleure partout,
    chaque cellule semble imbibée massivement,
    perçue séparément mais toutes ensemble, dans le même rythme,
    sensation d’unité, sensation de cohésion en même temps que sensation de fragmentation totale
    d’anarchie sublime, d’harmonie sauvage,
    perception d’une infinité de détails, de détails infinitésimaux,
    formant comme une toile tissée, unie,
    sensation d’une infinité de petites unités autonomes mais liées, reliées,
    chacune comme une cellule indépendante
    avec un mouvement ineffable de caresse de soie ondulante,
    porteuse d’une nuance différente qui va s’unir aux autres

    #38523
    bzobzo
    Participant

    à chaque instant,
    il faudrait pouvoir se mettre dans un état de réceptivité optimale,
    tant que vous réfléchirez en même temps que vous pratiquez (principal obstacle),
    tant que vous vous n’ouvrez pas en vous, ne vous relâchez pas en vous,
    ne faites pas sauter tous vos mécanismes de défense, ne laissez pas vos instincts prendre le dessus,
    quelque que soit votre manière de faire,
    vous vous coupez plus ou moins de ce qui peut monter, de ce qui peut être perçu

    c’est un mécanisme intérieur, qui fait intervenir bien plus que les muscles, le physique,
    c’est tout notre être dans son ensemble qui est sollicité ici
    pour s’ouvrir, se relâcher, se laisser entraîner,
    laisser les énergies dans nos profondeurs monter et nous envahir

    essayer du moins, essayer de faire ce premier pas, il est tellement vital,
    beaucoup le font sans doute sans même s’en rendre compte,
    mais même si on ne sait pas comment, il faut au moins tenter même gauchement,
    tenter de se lâcher, tenter de se laisser entraîner, tenter de libérer les forces obscures en nous,
    certains ont cela en eux d’instinct, mais pour la plupart, c’est en tâtonnant qu’on y parvient,
    qu’on fait ce pas fondamental grâce auquel
    le plaisir autrement que par les voies pré-tracées, s’éveille en nous,
    finit par se ruer de toutes parts en nous

    j’insiste sur le fait que dans sa tête, tenter cela, même très maladroitement,
    est un premier pas absolument à faire, notre volonté doit intervenir là avec insistance,
    il est question ici de faire preuve d’humilité,
    d’accepter qu’avec notre intelligence,
    on ne peut pas tout dans certaines domaines, qu’on ne peut pas parvenir à certains états,
    le miracle ne se déclenchera dans notre chair que si l’on y met du sien, beaucoup de sien,
    il faut s’investir corps et âme dans ce que l’ont fait dans ces moments,
    pas rester juste détaché et attendre une intervention deus ex machina

    reconnaître, accepter que notre corps est un territoire inconnu,
    qu’on ne peut explorer qu’avec sa intime collaboration, sa totale complicité,
    qu’en acceptant de laisser les commandes de l’action à des forces en nous
    qui dépendent pas de notre intelligence, de notre direction directe des opérations

    cela n’arrivera pas soudainement tout cuit dans notre assiette comme par magie
    parce qu’on aura attendu suffisamment longtemps dans la cellule des minutes,
    le temps en soi ne résout pas l’équation sauvage du plaisir dans notre chair
    certains en ne faisant jamais ce pas
    et insistant malgré la balourdise éventuelle des premières tentatives,
    en n’en prenant pas la peine se disant, « à quoi bon »,
    resteront ainsi des années sans vraiment progresser

    c’est en fait souvent, juste de l’orgueil mal placé, très mal placé,
    pendant au moins le temps de la séance, ne pas accepter de quitter le siège du pilotage,
    on voudrait en même temps rester maître à bord
    et connaître tous les déferlements ultimes de l’ivresse en roue libre

    #38527
    bzobzo
    Participant

    matinée de plaisir pour moi ce dimanche,
    après la journée et la nuit caniculaires d’hier,
    la météo nous avait prévu plus ou moins la même programme pour aujourd’hui,
    cependant un orage a éclaté
    et après toute une période d’éclairs menaçants se rapprochant de plus en plus,
    cela a commencé à tomber, d’abord de grosses gouttes bien lourdes, espacées
    puis cela s’est accéléré
    et enfin maintenant cela tombe dru depuis une bonne demie heure,
    un petit vent aussi s’en est mêlé, les températures se sont bien rafraîchies momentanément

    donc fenêtres grandes ouvertes pour bénéficier au maximum
    de cette période de clémence météorologique au sein de la canicule de plusieurs jours prédite,
    je pratique beaucoup, je m’enivre à volonté, c’est open bar sexuel ce matin,
    comme c’est bon cette chair qui semble insatiable,
    qui en veut toujours plus, qui en a jamais assez,
    elle me ressemble, forcément, hé hé,
    moi aussi dans ma tête, je passerai bien une bonne partie de mes journées et de mes nuits à cela

    vivement le retraite, mon temps sera divisé entre mes livres, mes séries, la musique
    aller au théatre, des expositions, me gambader, flâner
    et puis pratiquer, pratiquer,
    profiter de cette chair et de ces mannes cachées tant que je suis encore ici-bas

    le plaisir en mode yin, enfin ce que j’appelle mode yin,
    c’est-à-dire vivre un plaisir au féminin dans un corps d’homme,
    enfin plutôt une sorte de plaisir androgyne, même si essentiellement féminin
    car finalement les sensations du porteur du pénis,
    dans l’absolu, sont peu de choses face à l’océan de la volupté et de la jouissance féminine
    mais pour que l’expérience qu’on vit, soit complète,
    qu’on soit capable de bien décoller, de bien s’envoler,
    le masculin doit être éveillé, doit participer, doit être perçu constamment

    vécu dans un seul corps, tout cela entremêlé joyeusement,
    les sensations au masculin, elles existent donc bien à chaque instant dans l’action chez moi
    mais sont plutôt comme une sorte de détonateur, d’étincelle de bougie, pour être plus précis
    nécessaire constamment pour que le moteur à explosion continue de tourner,
    continue de me faire vivre la griserie d’avancer sur ce chemin si particulier sur lequel je me suis engagé

    je vis donc entremêlé dans ma chair, le plaisir masculin et le plaisir féminin,
    pour reprendre une image que j’ai utilisée un peu au-dessus,
    il y a l’océan de la volupté et de la jouissance féminine en moi
    et là dessus flotte une colonne en bois,
    elle revient toujours, elle dérive un peu, s’éloigne, revient, repart,
    cette colonne en bois, c’est le plaisir au masculin,
    flottant sur cette immensité liquide tellement emplie d’une harmonie sauvage, mystérieuse
    dont aucune vague n’est pareille, a ces propres nuances, ces propres colorations de sensation

    cette colonne donc pour l’instant, elle a été désenclavée de son socle,
    cependant je perçois qu’elle est là en moi, flottant quelque part à la dérive,
    elle revient, elle repart, je sens malgré tout constamment sa présence en moi,
    même si elle n’est plus figée, fixe, érigée en un endroit précis, pointant

    #38528
    bzobzo
    Participant

    c’est injuste
    mais au plus votre pratique est de qualité, au plus elle est avancée,
    au plus vous êtes susceptible de faire des progrès,
    au plus ils paraissent couler de source

    c’est parce qu’arriver à un certain niveau,
    plus de choses se passent à chaque instant
    et donc au plus il y a de choses qui se passent à chaque instant,
    au plus vous êtes susceptible de vous améliorer, de découvrir des nouveautés intéressantes

    alors que si vous êtes débutant,
    eh bien il faut être réaliste, pas grand chose ne se passe,
    vous restez parfois des heures et puis vous avez juste une petite vague de plaisir de temps en temps,
    vous en êtes très content et à raison, vous considérez votre séance réussie
    parce que quelque chose s’est éveillé dans votre chair,
    quelque chose s’éveille de plus en plus dans votre chair,
    quelque chose, qu’il y a encore pas longtemps,
    vous ne croyiez pas possible malgré tout ce que vous avez lu,
    c’est un début, un jalon important,
    vous savez désormais que cela existe bien parce que vous l’avez vécu aussi,
    cela est arrivé aussi dans votre corps à vous,
    ce n’est pas juste un vaste canular monté par internet depuis les quatre coins du monde
    par une bande de facétieux qui se sont donnés le mot

    à ce titre donc, c’est important,
    cependant il faut avoir conscience qu’au début, sauf exceptions,
    on est plutôt du genre tortue pour ce qui est des progrès
    mais il faut bien se dire que cela va s’accélérer,
    le dicton populaire dit qu’on ne prête qu’aux riches,
    idem, les progrès dans nos pratiques,
    viennent plus facilement à ceux qui en ont déjà beaucoup derrière eux

    cependant on peut remplacer la qualité par la quantité,
    je veux dire que vous n’êtes pas encore capable de la qualité,
    vous n’êtes pas constant, vous n’êtes pas encore capable de l’intensité à chaque instant,
    eh bien vous pouvez faire appel à votre chance en la remplaçant par la quantité,
    pratiquer, pratiquer, pratiquer pendant des heures,
    si vous êtes capable de rester bien motivé, bien patient,
    ainsi vous allez aller au-devant des progrès, vous allez les forcer,
    vous allez les forcer à vous prendre en compte

    #38530
    bzobzo
    Participant

    ma pratique 2.0 à présent a tellement splendidement décollé,
    comment rendre compte encore avec des mots,
    de la qualité et de la richesse de ce que je vis à chaque instant?

    c’est sexuel bien sûr, charnel, animal, torride, bien sûr
    mais c’est en même temps, c’est tellement autre chose aussi, tellement beaucoup d’autres choses aussi,
    un tel degré de complicité avec mon corps, un tel degré de libération des énergies en moi,
    un tel degré d’abolissement de mon identité sexuelle et d’acquisition le temps de l’action d’une autre
    composée en même temps de féminin et de masculin,
    une telle sensation de communion avec moi-même à chaque instant,
    une telle sensation par moments de vertige et d’inconnu, de dialogue avec mes abysses,
    une telle sensation de bien-être, d’épanouissement, d’accomplissement, dans ma chair

    il était important pour moi,
    de ne pas juste d’avoir un plaisir avec de multiples orgasmes, aussi puissant soit-il
    mais une manière de pratiquer qui engage tout l’être, qui le remette de fond en comble en question,
    où les sensations semblent « naturelles »,
    je veux dire par là que vous vous caressez une certaine partie du corps
    et c’est de là que le plaisir va s’éveiller, que le plaisir va se répandre,
    que cela peut venir de tous les côtés car tout le corps participe constamment,
    pas juste des génitaux ou de la prostate
    et puis qu’après cela va se répandre au fur et à mesure que vous êtes de plus en plus excité

    comme quand deux personnes commencent à se caresser, à se presser l’un contre l’autre,
    commencent à faire dialoguer leur corps,
    j’ai voulu m’inventer une langue sexuelle pour dialoguer avec moi-même,
    pour que mon corps tout seul, puisse aussi pleinement, totalement, s’exprimer,
    une manière de pratiquer en solitaire où j’ai fait tomber tous les tabous ,
    où la partie masculine de mon être dialogue avec la partie féminine
    et qu’à chaque instant, j’ai la sensation irrésistible de me faire l’amour,
    une manière totalement intuitive, plus besoin de réfléchir la plupart du temps,
    juste laisser le désir s’exprimer, juste laisser le corps s’emporter,
    juste laisser les sens s’enflammer

    #38542
    bzobzo
    Participant

    de temps à autre, des pensées viennent polluer notre plaisir,
    durant l’action, elles sont comme des nuages qui nous coupent des rayons du soleil,
    la place devrait être libre l’essentiel du temps, il ne faut pas les laisser s’installer,
    s’arranger pour qu’elles passent leur chemin le plus vite possible
    pour que nous puissions goûter d’une manière optimale
    à tout ce qui s’éveille en nous, à tout ce qui rayonne en nous

    car notre tête ne devrait servir que de relais au réseau d’ondes que forme le corps durant la séance,
    bien sûr aussi de temps à autre, nos capacités intellectuelles peuvent être utiles,
    tout n’est pas une action spontanée menée par le désir, par l’instinct
    mais c’est une très mauvaise idée de laisser notre intellect reprendre les manettes,
    le corps peut se servir de certaines de nos idées pour orienter l’action
    mais c’est toujours de façon indirecte,
    une pensée passe comme un éclair qui semble comme une suggestion à suivre
    sur la façon dont les choses devraient se passer,
    si cette suggestion est pertinente, le corps va s’en emparer au bout d’un moment
    sans même qu’on s’en rende compte,
    sinon la pensée s’évaporera sans conséquence aucune

    les pensées devraient donc passer comme des éclairs dans le feu de l’action
    et n’avoir jamais aucune conséquence immédiate sur les ébats,
    toute pensée qui s’installe, qu’on laisse s’installer
    va agir comme un voile de plus en plus épais par rapport à nos sensations,
    nous les rendre opaques de plus en plus,
    jusqu’à nous couper complètement de ce qui se passe en nous,
    trancher plus ou moins longtemps ce lien par rapport à ce qui se passe dans notre chair
    que constituent les sensations éveillées en nous

    lien ou élan,
    elles constituent aussi un élan, un flux,
    au plus on laisse ce flux tranquille, au plus il va monter en puissance,
    au plus on va pouvoir se baigner dedans, s’en imbiber,
    percevoir les ondes superbes des énergies qui sont montées en nous

    #38543
    bzobzo
    Participant

    j’aime écrire,
    je profite de mon intense sexuelle en solitaire, de ses progressions, de ses questionnements,
    pour en faire un exercice d’écriture aussi,
    l’excuse, c’est d’éventuellement aider d’autres dans leur cheminement
    mais la véritable raison est juste que j’aime écrire,
    j’aime construire des phrases, j’aime choisir des mots,
    les faire jouer ensemble, les faire résonner ensemble dans ma tête

    on pourrait imaginer en me lisant que je ne fais que cela
    mais ce n’est pas vrai,
    en moyenne, à tout casser, je pratique 45 minutes maximum,
    difficile à évaluer car je n’ai pas juste une pratique au lit,
    à tout moment, en tout endroit, je suis susceptible de me donner du plaisir
    tellement ma pratique est intégrée à mon quotidien,
    tellement elle ne nécessite rien d’autre que juste ma chair et mon désir,
    que juste ma chair et mon désir dedans, s’enflammant, m’enflammant

    la plupart des jours, c’est même juste maximum une trentaine de minutes,
    en fractionné, quelques minutes, voire quelques secondes par-ci, par-là,
    une petite séance au lit de 5 minutes, 10, 15, tout au plus
    puis d’autres jours, si je suis en congé et que l’envie est là,
    cela pourra monter à plusieurs heures sur une journée,
    avec parfois des séances sans interruption aussi au long cours,
    c’est variable, je me laisse guider par mon désir

    #38544
    bzobzo
    Participant

    je vais beaucoup écrire aujourd’hui, je vous préviens,
    vous, mes milliers de lecteurs, vous allez avoir du travail aussi aujourd’hui

    que s’est-il passé?
    à cause de la chaleur je me suis réveillé tôt,
    jour de congé aujourd’hui, comme la plupart des mercredis
    et au lit je me suis exercé, j’ai bien travaillé, bien mis des tas de choses au point,
    merveilleusement progressé en fait

    oui, c’est vraiment injuste comme je l’écrivais, il y a quelques jours,
    à quel point on peut progresser de plus en plus facilement
    au fur et à mesure qu’on est de plus en plus avancé,
    alors qu’on début, c’est tellement dur, d’obtenir le moindre petit progrès
    mais c’est comme cela, je ne vais certainement pas m’en plaindre,
    c’est une chose à accepter, c’est une des récompenses aussi quand vous arrivez à un certain niveau,
    c’est que vous progressez bien plus vite, plus facilement, qu’à vos débuts,
    pas forcément tous les jours, bien sûr
    mais d’une manière générale, c’est beaucoup plus facile d’avancer,
    on est plus patient aussi car on a sa dose quotidienne de plaisir assurée

    mais peut-être aussi,
    cela demande de garder un certain état d’esprit d’ouverture, d’expérimentation et de curiosité,
    il ne faudrait jamais l’abandonner,
    on court vraiment le risque de l’usure, de l’acquisition d’habitudes, de routines
    et par conséquent d’un vieillissement, en quelque sorte, de notre pratique,
    les sensations s’émoussent, ne nous apportent plus les mêmes satisfactions,
    les orgasmes aussi semblent perdre en puissance,
    etc, vous voyez le tableau,
    donc il faut toujours garder un état d’esprit d’explorateur émerveillé,
    curieux de pousser toujours plus en avant,
    excité comme un enfant, lâché tout seul dans un magasin de bonbons

    #38545
    bzobzo
    Participant

    j’évoque régulièrement ma complicité avec mon corps,
    sans doute certaines personnes qui me lisent
    (mais en y’a-t-il seulement un autre à part @andraneros quand il n’est pas en vacances?)
    sont-ils perplexe, se demandent-ils ce que je veux dire par là

    j’y ai réfléchi aussi un peu ce matin, entre deux moments de plaisir, d’emportement par le désir,
    ce que je qualifie de complicité avec mon corps,
    on pourrait dire que c’est le rewiring
    mais le rewiring poussé à un stade très avancé

    au jour d’aujourd’hui, je peux effectuer n’importe quel geste, n’importe quel mouvement,
    si je l’effectue avec une intention sexuelle,
    qu’est-ce que c’est qu’une intention sexuelle?
    un geste, un mouvement, donc effectué avec l’intention d’obtenir du plaisir,
    qui met en route en nous des tas de mécanismes,
    j’écrivais donc, si j’effectuais n’importe quel geste, n’importe quel mouvement
    avec l’intention d’obtenir du plaisir avec,
    eh bien je l’ai, il se déclenche

    ça, j’appelle la complicité avec mon corps, je l’obtiens grâce à la complicité avec mon corps
    mais on pourrait aussi qualifier ce phénomène de rewiring, je crois,
    on s’habitue à interpréter des tensions et des relâchements musculaires,
    le moindre effleurement, le moindre frottement, la moindre pression
    comme sensations de plaisir riches et variées,
    on obtient une palette infinie, en fait ainsi, les combinaisons n ‘ont aucune limite,
    on bouge ceci, cela puis on bouge ceci ou cela en même temps aussi,
    on obtient ainsi un kaléidoscope sans cesse changeant dans sa chair

    qu’habitue-t-on ainsi? son corps, son cerveau?
    les deux, je crois, on habitue surtout son cerveau à être un relais du corps,
    à ne plus fonctionner juste comme une machine à penser, à réfléchir,
    comme un écureuil qui tourne dans sa cage
    mais à s’ouvrir au reste du corps et recevoir des milliers de messages à chaque instant qui vont monter,
    le cerveau et le corps vont collaborer intimement,
    une complicité va s’établir
    pour que nos séances se transforment en une fête sans pareille

    le rewiring, c’est donc le cerveau et le corps,
    le cerveau apprend à faire partie du corps, ne faire plus qu’un avec lui,
    apprend à ne plus être qu’une partie du corps parmi d’autres,
    apprend à vivre avec lui, à se lâcher à l’unissons avec lui, à se laisser emporter avec lui,
    le cerveau devient corps et le corps devient cerveau,
    ils ne forment plus qu’un,
    c’est cela le rewiring quand on le pousse bien loin, il me semble

    il n’est jamais vraiment terminé, le rewiring,
    c’est un work in progress, il est toujours à parfaire,
    à être rendu plus fin, plus précis, plus puissant

    #38546
    bzobzo
    Participant

    chiant ce bug quand on arrive en quelque sorte en bas d’un page,
    elle ne s’affiche plus, c’est décalé,on retrouve son nouveau texte à la page précédente
    alors que la pagination indique une nouvelle page
    mais qui est vide,
    il faut toujours deux, trois textes avant que le bug disparaisse
    sinon on clique sur la dernière, page 18 par exemple
    mais celle-ci est vide,
    le texte se trouve en fait toujours à la page précédente

    j’écris d’ailleurs ce texte-ci pour essayer de faire disparaître le bug

    #38547
    bzobzo
    Participant

    toujours pas, toujours là, je vais rajouter des nouveaux textes pour jusqu’à ce que le décalage disparaisse,
    fait vraiment chier ce truc

20 sujets de 101 à 120 (sur un total de 124)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.