Ce sujet a 98 réponses, 12 participants et a été mis à jour par Andraneros Andraneros, il y a 5 ans.

19 sujets de 81 à 99 (sur un total de 99)
  • Auteur
    Messages
  • #11100
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Nous ne sommes pas nouveaux dans la mesure où l’expérience que nous vivons renoue en fait avec l’expérience de la jouissance sexuelle connue depuis très longtemps dans certaines pratiques et conceptions philosophiques orientales.
    Ce qui est nouveau c’est l’affirmation de la légitimité dans notre société de la quête de cette jouissance après des siècles de répression morale d’une sexualité naturelle. Ce qui est nouveau ce sont les moyens utilisés pour accéder à l’extase indépendamment de son orientation sexuelle.
    Les discours réducteurs de la sexualité sont les vestiges de cette répression, comme les discours créationnistes sont les vestiges des efforts des églises pour nier la réalité scientifique quand elle diffère du dogme religieux.
    Je pense que collectivement nous ne sommes « que dans le secret dévoilé » mais qu’individuellement nous sommes tous « dans l’inédit ».

    #11104
    Hyménée
    Hyménée
    Participant

    Oui 🙂

    Pour ma part, pendant des années, ma souffrance a été double : l’isolement dans ma quête, et l’incertitude de ma quête : je ne savais pas ce que je cherchais. Mais pourtant, quelque chose d’extrêmement fort m’appelait. Quelque chose qui ne pouvait être éludé. J’étais déterminé (dans tous les sens du terme) à y aller, contrairement à ceux qui m’entouraient et qui restaient « là », tout en parlant de « là-bas ».

    Aujourd’hui, je cherche encore ma Muse, l’Inspiratrice, et je ne sais si elle est à l’intérieur de moi ou à l’extérieur, si elle est chimère ou réelle. Ou les deux ? Conjonction

    Je ne sais pas, mais je reste ouvert, chaque instant, depuis vingt ans, prêt à l’accueillir à jamais. Je t’attends.

    Et curieusement, tout comme j’ai reconnu immédiatement le super O’ en le vivant (« je le savais ! » ai-je jubilé, « Je t’ai enfin retrouvé ! »), je reconnaitrai ma Muse dans l’instant. Foudroyé

    « Tu es là ! »

    Je vous embrasse

    #13425
    Avatar
    Theghosssst
    Participant

    Je reviens après de nombreuses semaines d’absence. Je n’avais pas de longs moments à moi, seul, pour continuer mon expérience. Mais hier soir, j’ai enfin pu me consacrer à une nouvelle session Helix. Cet été, j’ai découvert la charmante voix qui se dégage du CD HypnAerosession que j’ai utilisé hier soir. Mes 30 premières minutes (ou plus ou moins, je ne sais plus) m’ont littéralement basculé dans un état de détente agréable. Les 30 minutes suivantes (ou plus ou moins, je ne sais plus) ne m’ont rien apporté de plus. J’étais très déçu. J’ai vraiment passé de longues secondes à sentir mon corps – je fais régulièrement de la sophrologie -, à sentir la moindre étincelle, la moindre vibration au sein de mon ventre, des alentours de mon Aneros, mais rien de rien. J’ai quand même compris une chose qui je pense freine ma découverte: je n’arrive pratiquement pas à contracter doucement mon sphincter. Aussitôt mon corps a le réflexe de serrer fort. Je sais qu’avec le Vice, les vibrations ont déclenché une fois un phénomène plutôt brutal de fortes contractions que je ne maitrisais pas et cela quelques minutes après son insertion. L’insertion d’un plug assez long non vibrant m’a paru plaisant le printemps dernier lors d’un essai. En voiture, lors de mes exercices de contractions du périnée / sphincter, j’aime sentir cette « petit chose bizarre » dans mon ventre qui se diffuse très rapidement dans mon corps, comme un plaisir douloureux. Alors je ne comprends pas pourquoi je ne ressens rien avec un Hélix. Est-il possible que l’Helix ne me convienne pas morphologiquement ?
    A suivre …
    Merci pour vos réponses, merci pour ces forums si riches en informations et en expériences.

    #13430
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bonsoir @theghosssst,

    Je suis heureux de votre fidélité à notre forum. Je retiens de votre exposé plusieurs points qui pourraient être un frein à vos progrès :
    -1) le manque de régulatité de vos sessions,
    -2) le manque de sensations initiées par la présence de votre masseur,
    -3) la difficulté à effectuer des contractions anales « légères »,
    -4) le doute enfin qui influe négativement sur votre état d’esprit quand vous pouvez engager une session.

    -1) Le cheminement vers le Super O’ est pour une majorité d’entre nous un (long) apprentissage. Comme il s’agit d’un apprentissage neuromusculaire la fréquence des sessions et leur régularité me semble très importante pour commencer. Je comprends que vous n’avez pas pu bénéficier d’un vrai rythme d »apprentissage, à mon avis nécessaire pour programmer votre cerveau et votre corps à accepter une jouissance orgasmique différente de celle qu’ils connaissent depuis votre naissance. C’est à mon avis un point à travailler dans la mesure du possible. é à 3 fois par semaine me semble un bon rythme. Vous pouvez éventuellement vous inventer un temps de méditation sophrologique pendant lequel vous refuserez d’être dérangé comme pour toute méditation.

    -2) Lorsque vous faites des exercices de contractions vous nous dites « En voiture, lors de mes exercices de contractions du périnée / sphincter, j’aime sentir cette « petit chose bizarre » dans mon ventre qui se diffuse très rapidement dans mon corps ». Si vous ne ressentez rien avec l’Helix, cela peut être dû à une attente de sensations trop forte qui vous empêche de reconnaître les micro-stimuli produits par votre masseur. Pouvez-vous essayer avec plus de concentration de retrouver les sensations que vous connaissez en voiture ?

    -3) Vous nous dites « Je sais qu’avec le Vice, les vibrations ont déclenché une fois un phénomène plutôt brutal de fortes contractions que je ne maîtrisais pas ». Peut-on imaginer que consciemment ou non vous ayez peur de cette perte de contrôle et que cela vous conduise à ne faire que des contractions suffisamment « volontaires » pour être sûr de les contrôler dont le seul effet est de tuer toutes les sensations subtiles qui caractérisent le travail de l’Helix ? La réponse semblerait dans ce cas à travailler sur le « lâcher prise ».

    -4) Si vous ressentez un doute, je suis persuadé que votre excitation en souffre. Pour recevoir le plaisir suprême que le massage prostatique peut apporter il faut être disponible sur le plan physique et sur le plan émotionnel. Il faut le désirer de tout son corps et de tout son esprit. C’est pourquoi il faut être détendu, ouvert et confiant ce que le doute ne permet pas.

    En comparaison avec un pur débutant vous avez beaucoup d’éléments qui bien qu’encore en désordre devraient vous permettre de reprendre votre progression, l’expérience de la relaxation, l’expérience des vagues de plaisir (au moins avec le Vice), la pratique des exercices de Kegel. Il est fréquent dans le cheminement vers le Super O’ que les pratiquants aient provisoirement l’impression de stagner voire de régresser par rapport à leurs expériences précédentes. Cela n’empêche pas ceux qui persévèrent d’atteindre des niveaux de jouissance qu’ils ne soupçonnaient pas.

    Bon cheminement @theghosssst

    #13431
    Avatar
    Theghosssst
    Participant

    Andraneros, je vous remercie pour votre analyse et pour votre aide.
    je pense effectivement que vous avez bien cadré mon fonctionnement.
    Oui, j’ai du mal à accepter que mon corps puisse prendre le contrôle. J’ai du mal à comprendre comment le Helix peut, par mécanisme statique ou presque, engendrer un plaisir naissant. Je suis très pratique et je comprends beaucoup plus facilement qu’en voiture, comme avec un Vice, les vibrations entrainent de délicieuses sensations.
    Je vais tenter de rapprocher mes sessions et surtout de transformer ses expériences « nouveau plaisir » en sophrologie sans rien attendre de plus qu’une détente maximale, tout en guettant la moindre nouvelle sensation. La lecture des divers sujets des forums m’ont apporté le mode d’emploi pour la réussite; Manque juste que la mèche s’allume, manque juste la toute première infime sensation pour que j’avance et la partie sera gagnée.
    Je suis persuadé aussi que le manque d’excitation est un facteur négatif. Mais il est assez laborieux de concilier détente et excitation.
    Je ne manquerai pas de vous écrire la suite de mes aventures.
    Merci

    #13432
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    @theghosssst vous nous dites « il est assez laborieux de concilier détente et excitation ». Vous n’êtes pas le seul et j’ai connu la même difficulté. Je vous propose en toute modestie ce qui m’a permis de la surmonter.

    Cela s’est fait quand j’ai réussi à commencer mes sessions non pas avec un désir d’orgasme éjaculatoire (excitation naturelle orientée sur l’action) mais avec le désir de la caresse de mon masseur prostatioque, l’envie de plus en plus forte de recevoir mon plaisir (excitation compatible avec la détente). C’est pourquoi il est important de se concentrer sur les sensations nouvelles aussi faibles et subtiles soient-elles. Ce sont elles qui m’ont permis de basculer mes attentes et donc de basculer l’objet de mon excitation.

    #13433
    Avatar
    Garrett
    Participant

    « Cela s’est fait quand j’ai réussi à commencer mes sessions non pas avec un désir d’orgasme éjaculatoire « …
    J’attends depuis longtemps cette information. Toutes mes sessions sont focalisé sur un fantasme de pénétration et donc d’orgasme ejaculatoire, et n’aboutissent pas a l’orgasme prostatique. Merci une fois de plus a andraneros.

    #13468
    Avatar
    Theghosssst
    Participant

    « avec le désir de la caresse de mon masseur prostatique »; très bon conseil Andraneros. Ce sont ces petits conseils, ces chemins différents qui vont m’aider.
    Une question m’a traversé l’esprit ce matin lors de mes exercices de Kegel en voiture: Suite aux tests du NobEssence Romp et du NJoy Pure Plug (merci NXPL pour vos tests), je les ai acheté. Est-ce une bonne idée de les avoir en moi de temps en temps, pour aller au boulot par exemple, faisant mes contractions quotidiennes, afin que mon « apprentissage neuromusculaire » soit plus rapide ?

    #13472
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    @theghosssst la bonne idée est ce qui contribue à augmenter votre désir de plaisir et votre jouissance sans mettre ni votre santé ni votre vie familiale et sociale en danger.

    Si vous ressentez le besoin de varier votre expérience sensorielle faites le en ayant toutefois bien en tête quel est votre objectif principal. Tous ces jouets de plaisir ne s’utilisent pas de la même manière et ne développent donc pas les mêmes réflexes de jouissance même si les sensations générées par les uns peuvent vous aider à approfondir celles qui sont générées par les autres. Expérimentez et surtout revenez apporter votre témoignage pour aider nos amis qui se demandent eux aussi s’ils doivent approfondir l’expérience qu’ils tirent d’un masseur ou au contraire multiplier les expériences différentes pour accélérer leurs progression vers le Super O’.

    #13632
    Avatar
    Garrett
    Participant

    J’aimerai partager ma dernière expérience nocturne, qui fut merveilleuse (enfin). J’ai vécus d’intenses vagues de plaisir qui m’ont maintenues éveillé une bonne moitié de la nuit. Cette fois, j’ai pu appréhender vraiment ce qu’était le relâchement corporel et plus précisément celui de l’anus. Pourquoi et comment, c’est ce que je veux dit ici.

    Deux jours avant, en lisant le reddit aneros, une personne raconte que pendant sa session, elle s’est mise à poser un doigt sur l’aneros en position, afin d’exercer une pression pour simuler un va et vient, autrement dit une pénétration.

    Cela m’intriga, et j’eus envie d’essayer moi même. Donc j’ai en fait commencer une session avec l’objectif de me pénétrer gaiement avec l’aneros, en l’utilisant finalement plus comme un dildo. En dehors de l’excitation nouvelle, je ressentais petit à petit de nouvelles choses, qui sont fondamentales pour moi aujourd’hui dans mon avancement de la recherche d’orgasme prostatique.

    En effet, mon corps s’offrant à cette pénétration, je me sentais fondre, et surtout je sentais que pour améliorer la facilité du va et vient, je devais relâcher mon anus (Évidemment). Plus je relâchais, plus l’anéros était facile à faire entrer et sortir rapidement, et plus je sentais s’opérer dans mon bas ventre des changements, de mouvements musculaires, qui m’invitait au relâchement de cette partie du corps et de l’anus.

    Et c’était franchement bon, je me suis même dit que j’étais bien partit pour un milking de prostate, mais passons. Mentalement aussi j’étais relâché, et je m’offrai littéralement à l’aneros. Soumis pourrait on dire. Comme une femme dans l’acte sexuel, écartant les jambes et se laissant pénétrer. Je dis ça car après analyse je me sentais petit à petit ressentir du plaisir du fait de cette soumission, passivité extrême du corps.

    L’anus avait finit par prendre le contrôle du plaisir, et c’est à ce moment que je l’ai bien compris et sentis. D’ailleurs mon sexe avait perdu de son intérêt par la même occasion.

    Bref je conclus pour dire qu’après ça, ma sensibilité concernant mon relâchement d’anus, fut grandement approfondi et enrichi. Ma première session après cela fut merveilleuse, dingue.

    Voila, je vous laisse avec ce retour qui je l’espère pourra ouvrir encore un peu plus vos horizons d’expérimentation avec l’aneros.

    #13652
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    @emeric,

    Cette expérience montre que vous venez de franchir une étape importante dans votre cheminement.

    En effet, mon corps s’offrant à cette pénétration, je me sentais fondre…Plus je relâchais, plus l’anéros était facile à faire entrer et sortir rapidement, et plus je sentais s’opérer dans mon bas ventre des changements, de mouvements musculaires, qui m’invitait au relâchement de cette partie du corps et de l’anus

    Mentalement aussi j’étais relâché, et je m’offrai littéralement à l’aneros. Soumis pourrait on dire

    Votre témoignage nous confirme que chaque expérience peut être riche si nous sommes à l’écoute de notre corps et attentifs aux sensations qu’elle fait naître. Il montre aussi à quel point le « lâcher prise » nous ouvre l’accès à la jouissance.

    L’anus avait finit par prendre le contrôle du plaisir, et c’est à ce moment que je l’ai bien compris et sentis. D’ailleurs mon sexe avait perdu de son intérêt par la même occasion.

    Vous semblez avoir franchi une étape décisive de votre apprentissage. Votre cerveau vient d’ouvrir cette autre voie du plaisir. Vous n’avez plus qu’à reconnaître ces sensations à l’occasion de vos sessions pour la parcourir et atteindre les sommets des orgasmes prostatiques.

    Bon cheminement @emeric.

    #13725
    Avatar
    Theghosssst
    Participant

    Je reviens vers vous pour ma toute nouvelle session Aneros.
    Étant seul la nuit dernière, j’en ai profité pour entamer une nouvelle expérience. Hier soir, je me suis donc couché avec mon Aneros en moi. Cette fois-ci, j’ai changé de lubrifiant. Le sommeil n’a pas été aussi profond que d’habitude. Je me suis réveillé dans la nuit car Je ne suis pas habitué à sentir un objet en moi. Lors de ce réveil nocturne, étant calme et sans aucunes attentes de la part de mon Aneros, j’ai commencé lentement les contractions. Je me suis appliqué à sentir toute nouvelle infime sensation dans mon ventre ou aux alentours. Je ne voyais pas l’heure mais je pense avoir pratiqué cela pendant au moins 30 minutes. Toujours avec plus ou moins de concentration sur le moindre petit frisson. J’ai constaté deux nouveaux points intéressants:
    -j’ai senti le mouvement de l’Aneros à chaque contraction. Je le sentais glisser en moi. Je le sentais entrer et sortir.
    -La difficulté à ressentir toute nouvelle vibration en moi vient de cet appui de la barre de l’Anéros sur mon périnée que je sentais pendant chaque longue contraction. Un peu comme tenter d’entendre le chant discret d’un oiseau au milieu d’une forêt où un homme équipé d’une tronçonneuse taille des arbres.
    Bien sur, ma question aujourd’hui en découle; comment localisez-vous le plaisir infime de votre intérieur, le plaisir de la prostate malgré le touché constant de la butée périnéale ?
    J’ai retiré l’Anéros avant de me rendormir.
    Quoi qu’il en soit, je ne suis pas déçu par cette nouvelle expérience nocturne. Je suis surtout un peu frustré à chaque fois en lisant certains récits d’hommes qui découvrent les contractions involontaires dès les premières séances… je ne connais toujours pas cette phase là. 🙁
    Le levé du matin était difficile … sourire

    #13727
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bonjour @theghosssst,

    Je veux d’abord dire que votre question montre que vous progressez. J’en suis très heureux.

    Cherchez maintenant à reproduire cette nouvelle sensation lors de vos prochaines séances. Puis, lorsque cette sensation sera devenue normale, essayez de porter votre attention vers la caresse du masseur sur votre prostate plus que sur son déplacement.

    Vous ne précisez pas quel Aneros vous avez inséré. Je suppose qu’il s’agissait de votre Helix. Tant que l’appui de l’Aneros sur votre périnée est gênant, vous pouvez l’adoucir en couvrant la tête du levier périnéal ou en plaçant un tampon entre la peau et le levier (micro pansement). Vous pouvez opter pour la version Helix Syn dont

    la butée périnéale est un peu trop molle à mon goût et ne stimule pas assez

    selon le test NXPL.
    Chacun est différent car je ne connais pas ce problème. En fait au début je ne sentais même pas la pression sur le périnée.

    Ce qui est formidable

    je ne suis pas déçu par cette nouvelle expérience nocturne

    Continuez votre exploration, laissez votre corps vous donner ces plaisirs nouveaux.

    Ce qui est un peu dommage

    Je suis surtout un peu frustré à chaque fois en lisant certains récits d’hommes qui découvrent les contractions involontaires dès les premières séances

    Soyez heureux pour eux, soyez heureux de recevoir un exemple de ce qui vous attend quand vous serez prêt, mais ne soyez surtout pas frustré. Faites votre cheminement en capitalisant sur vos progrès qui sont réels. Vous devez profitez de vos acquis et non regretter ce que vous finirez par acquérir.

    Bon cheminement @theghosssst.

    #14052
    Avatar
    Theghosssst
    Participant

    Ces quelques jours de congés vont me permettre de continuer mon aventure vers la découverte de nouveaux plaisirs.
    J’ai décidé de consacrer une bonne partie de la journée à l’Aneros et ses pouvoirs. Pour augmenter mes chances de découverte, et avancer dans le domaine de l’hygiène anale, j’ai démarré ma matinée par un suppositoire de Glycérine, très efficace, puis un lavage à la poire en fin de matinée.

    Petite préparation calme en début d’après-midi et détente de 20 minutes, Aneros inséré, sous l’écoute d’une séance de sophrologie et de visualisation. Pendant cette première partie, j’étais souvent attentionné à la moindre étincelle. Le plus dur était de rediriger mon esprit et mon corps vers la sophrologie, laissant ainsi « de côté » l’Aneros.
    Pour la deuxième partie, j’ai regardé quelques séquences vidéos d’hommes jouissants sous les contractions engendrées par leur Aneros. Je contractais doucement mon rectum comme je pouvais, le mouvement de l’Aneros entrainant souvent une contraction plus forte, non maitrisée. La suite, est beaucoup moins simple à écrire. Quelque chose se manifestait autour de l’Aneros. Je ne sais pas si c’était ma prostate ou mon anus ou mon périné. Je n’ai pas tenté de comprendre, ou de savoir exactement d’où cela provenait. Juste une bulle de bien-être, localisée au bas du ventre, qui a déclenché à plusieurs reprises des contractions involontaires violentes de tout mon corps. Je me repositionnais sur le côté en chien de fusil et quelques secondes plus tard, les contractions revenaient subitement, secouant mon corps dans tout les sens, ma tête enfouie sous l’oreiller et mes mains serrant les draps… Ces contractions duraient 5 ou 10 ou 15 secondes… je ne sais plus. Je me rappelle avoir gémi, ri, crié, juré… Il m’a semblé, à deux ou trois reprise, ressentir quelque chose qui montait en moi mais je ne pourrais absolument pas en décrire les effets.
    J’ai arrêté après 45 minutes, bien épuisé, surpris et un peu frustré, car quoi qu’on se dise, au fond de soi, c est bien l’orgasme que l’on attend … 😉
    Sans trop comprendre ce qui s’est passé en moi, je suis heureux de cette après-midi hors du commun.

    #14055
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Je me réjouis @theghosssst que vous continuiez votre apprentissage avec constance et méthode. Je me réjouis encore plus de lire que vos sessions vous apportent un plaisir de plus en plus intense.

    Selon mon expérience, aussi utile qu’il puisse être le suppositoire de glycérine ne me paraît pas nécessaire. Si vos selles sont régulières un lavement à la poire et à l’eau tiède est suffisant pour garantir une session confortable.

    La suite est beaucoup moins simple à écrire.

    Voilà un signe qui montre que vous faites la découverte d’une intensité de jouissance que votre organisme n’a pas encore vécue. Vous semblez être à la porte du Super 0′. Vous nous décrivez les symptômes qui accompagnent l’orgasme prostatique. Vous avez fait un sacré chemin depuis 6 mois. C’est magnifique.

    Il vous faut maintenant vous habituer à une telle intensité de jouissance, accepter toujours plus de « perdre les pédales » et vous efforcer peu à peu, lorsque vous sentez ce plaisir monter et vous envahir, de vous enfoncer encore plus dans la détente et dans l’abandon sans aucune autre pensée que le désir de cette énergie orgasmique. Cette forme d’effort peut prendre un peu de temps mais c’est une clé dont vous avez besoin pour ouvrir la porte de l’extase.

    Au début de votre cheminement vos séances n’étaient pas très régulières en raison de vos contraintes de vie. Le sont-elles plus maintenant ? Vous ne nous dites pas avec quel modèle vous faites vos sessions. Vos progrès vers l’orgasme prostatique sont-ils partagés par votre femme ? Vos réponses intéresseront certainement tous nos amis qui progressent lentement et éventuellement solitairement vers le Super O’.

    Enfin continuez à vivre votre fantastique expérience comme vous nous le dites dans votre dernier paragraphe. Soyez heureux de toutes ces sensations nouvelles qui vous noient dans le plaisir. Vous sentez que vous avez encore du chemin à faire. Je suis persuadé que vous le ferez.

    A très bientôt. Bon cheminement @theghosssst.

    #14056
    Avatar
    Theghosssst
    Participant

    Merci Andraneros. Vos réponses et votre expérience nous apportent aussi beaucoup pour avancer, grâce à ce fabuleux site – Eh oui, je ne le dirai jamais assez 🙂
    Pour l’instant, je suis incapable de donner le moindre détail sur ces nouvelles sensations. Ce n’est pas le « plaisir » tel que je le connaissais, mais ce n’est pas désagréable du tout. De plus, j’ai compris quelque chose ce matin en repensant à mon après midi d’hier: Les femmes disent quelques fois « Je n’ai pas jouis mais cela ne me dérange pas car les moments de plaisir étaient intenses ». Nous, les hommes, avons quelques difficultés à comprendre cela car, pour nous, l’excitation et le plaisir ne peuvent se terminer que pas l’orgasme final. Mais les règles changent aujourd’hui. Je dois sentir le plaisir, profiter de ce plaisir sans en attendre un orgasme. Ce n’est pas une chose que mon cerveau a appris. J’ai l’impression d’avoir 15 ans et de découvrir le plaisir du sexe.
    Mes séances ne sont et ne seront probablement pas régulières. J’ai aussi compris hier qu’il faut du calme, du temps, de la sérénité pour commencer un session. Il ne faut pas planifier: « Tiens, je suis 1 heure seul, allons-y … ». Non, cela ne marche pas comme cela, du moins pour les premières expériences de découverte.
    De plus, j’ose le dire, je n’ai pas été très silencieux et discret… Ces sensations si bizarres m’ont arrachés de sacrés gémissements et cris. Donc « Je vais faire 1 heure de sophrologie et je reviens » avec la famille à la maison … non ! 🙂
    J’utilise depuis le début le Helix sur les conseils de ce site. Hier après midi, j’ai tenté, pour un final en apothéose, le Billy de Lelo, qui m’a amené à d’autres sensations.
    Dès le début, ma femme était au courant de mes nouvelles expériences. Elle a d’ailleurs été témoin et participante dans une de mes sessions avec un Aneros vice.
    Je dois dire sincèrement que je doutais de la possibilité que chaque homme puisse avoir un autre plaisir que le plaisir masturbatoire. Mais depuis hier après midi, je suis persuadé l’on peut tous réussir. Je suis de nature très nerveux et très impatient mais je prouve, par mes écrits, que j’avance positivement. Donc, pour tous ceux qui doutent, ou qui sont impatients comme moi, sachez que tôt ou tard quelque chose va se passer.
    Je n’ai pas spécialement suivi le traité à la lettre et je pense aussi que la détente, l’excitation et les contractions doivent être pratiqués en fonction des sensations… Au premier « déclenchement », le mode d’emploi s’est envolé, la machine s’est emballé… Puis le but était de reproduire ce phénomène… Un règle importante: il vaut mieux ne rien faire et attendre le moment propice où l’on est seul, le moment où le temps ne sera pas compté pour démarrer une session. J’étais extrêmement déçu à chaque fois lorsque ma session de 45 minutes ne donnait rien – oui, mais je regardais l’heure toute les 10 minutes pour pouvoir stopper à temps et tout ranger sans être déranger.
    A bientôt

    #14101
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    @theghosssst, vous découvrez en quoi cet apprentissage peut être merveilleux et bouleversant, en quoi il est profondément personnel et unique, en quoi il s’agit d’une véritable exploration. La porte du paradis prostatique vous est déjà a demi ouverte. Continuez votre cheminement personnel et revenez nous dire ce que vous trouvez derrière cette porte.

    Bon cheminement @theghosssst.

    #14122
    Avatar
    Theghosssst
    Participant

    Je viens de relire le traité. La partie primordiale qui me concerne aujourd’hui est la gestion des fameuses contractions volontaires ouvrant la porte vers les contractions involontaires. Ceci m’amène à une réflexion intéressante: Comment ai-je pu me sentir envahi plusieurs fois par des contractions involontaires assez violentes sans pour autant être passé par la phase des contractions involontaires infimes et sans avoir ressenti quoi que ce soit d’agréable au niveau de ma prostate ? Car, pour l’instant, je suis incapable de sentir la moindre onde de plaisir définissable venant de la prostate.
    A bientôt.

    #14140
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Votre question @theghosssst en contient en fait 2 qui tournent l’une autour de l’autre.

    La première concerne votre expérience de « contractions involontaires assez violentes ». Elles peuvent être une réaction de votre organisme à la présence du masseur là où jusqu’au début de votre cheminement il n’y avait rien. Ces contractions font partie de votre vécu mais ne s’inscrivent pas dans le processus d’apprentissage. Elles devraient disparaître au fur et à mesure de votre accoutumance à la présence du masseur.

    La seconde concerne la localisation d’une source de plaisir sur la prostate. J’ai été longtemps à ressentir mes vagues de plaisir en provenance du bas-ventre sans parvenir à localiser tel ou tel organe comme source de cette jouissance. Ce n’est que peu à peu, éventuellement par le biais d’expériences parallèles (Progasm ou Tempo eu lieu de l’Helix, découvertes de sensations sans Aneros « aneros-less »), que j’ai appris à reconnaître pour ce qu’elles étaient des sensations précédemment noyées dans un « bruit de fond » sensoriel.

    C’est cette étape intermédiaire qui m’a permis d’améliorer ma focalisation, ma concentration sur ce qui m’échappait. Chacun est différent et doit découvrir son propre cheminement vers cette forme de jouissance infinie. J’espère que ce témoignage vous aidera à franchir cette étape de votre cheminement.

19 sujets de 81 à 99 (sur un total de 99)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.