Mots-clés : ,

26 sujets de 1 à 26 (sur un total de 26)
  • Auteur
    Articles
  • #26318
    Kirk_
    Participant

    Salut,

    J’ai l’aneros helix depuis quelques temps, j’ai dû faire une dizaine de sessions depuis et je n’ai absolument rien ressenti.

    Je précise que j’ai lu le fameux traité 2-3 fois, je pense appliquer tout ce qu’il faut, tous les conseils, mais vraiment rien, 0 sensation. Alors je sais que ça prend du temps, mais je me pose quand même des questions, je pensais ne pas avoir de prostate à un moment donné, ce qui me fait penser que je suis normalement constitué c’est que lors de jeux plus traditionnels je sens quand même les contractions venant de la prostate, typiquement lors d’une masturbation on les sent il me semble.

    Donc normalement je ne devrais pas avoir de problème avec l’aneros mais pourtant j’ai l’impression qu’il flotte dans le vide et qu’il n’atteint à aucun moment la prostate quoi, je ne ressens pas ce besoin d’uriner qui est typique lorsque l’aneros touche la prostate, et j’ai beau contracter il ne se passe rien, et pourtant je fais des sessions qui durent facilement 1h, et j’en ai fait facile une dizaine depuis que je l’ai.

    Est-ce que j’aurais loupé des trucs ? La seule piste que j’ai, c’est que quand je suis dans une session j’ai du mal à avoir un état d’excitation vraiment important, que ce soit avant ou après, je fonctionne beaucoup plus avec la stimulation visuelle hélas, et du coup je suis dans un état normal, et il me semble que quand on est excité la prostate se gonfle, et à ce moment l’aneros pourrait remplir son travail plus facilement, peut-être que ça vient de là.

    Merci bien

    #26335
    eveilletajoie
    Participant

    Salut Kirk,
    Est-ce que la stimulation de tes tétons, avec ou sans aneros, te procure des sensations un peu diffuses dans le bas du ventre ?
    Quelle lubrification utilises-tu? A quoi ressemblent tes sessions? Comment est-ce que tu te détends ? Et comment est-ce que tu t’excites?
    Le traité donne plein de bonnes bases, mais il y a aussi une part d’intuitif sur ce qui te plaît ou non.
    Pour les réactions type envie d’uriner ou émission de liquide séminal, personnellement je n’ai pas ce type de réactions et ça ne m’empêche pas d’avoir des orgasmes quand ça marche.
    Ton état d’esprit et ta fatigue peuvent aussi jouer, je t’invite à lire les témoignages d’autres membres du forum, chacun présente ses recettes et son cheminement, je pense que tu peux y trouver des pistes pour toi.
    Bon courage, persévère sans te forcer, et surtout écoute ton corps et ses envies et non-envies.

    #26339
    Ch313
    Participant

    Salut Kirk,
    Je t’invite à rejoindre le fil de Filou: Comment activer ma prostate qui fait la grève.
    L absence de résultat nous dure depuis longtemps. Des tas d’autres messages en font aussi mention
    Bon cheminement

    #26356
    Andraneros
    Participant

    Bienvenue sur le forum @kirk_. Vous faites partie de la majorité des débutants qui sont perturbés parce qu’ils ne sentent pas de réactions de la part de leur prostate. Cette absence de sensations ne les empêche pas de découvrir un peu plus tard le plaisir prostatique. Une dizaine de sessions représentent pour beaucoup une expérience très limitée, même si d’autres mieux disposés à connaître cette forme de jouissance découvrent l’orgasme prostatique dès les toutes premières sessions. Patience, patience, patience.

    Vous avez bien lu le traité mais dans votre premier message vous ne parlez pas des contractions volontaires qui devraient vous aider à bien percevoir la présence du masseur, même si vous ne recevez pas de signaux de votre prostate. Vous ne précisez pas non plus comment ni à quel point vous parvenez à vous détendre, ce qui est un élément important pour découvrir des sensations nouvelles souvent très faibles.

    IL est aussi important que engagiez vos sessions sans aucune attente ; vous l’avez certainement déjà lu mais on ne fait jamais assez attention à ce point.

    Je vous encourage à persévérer ; le jeu en vaut la chandelle. Bon cheminement @kirk_.

    #26373
    Jieffe
    Participant

    Bonjour Kirk,

    Je t’invite à lire les autres sujets. Non seulement tu risques apprendre des choses, mais cela te permettra de t’apercevoir que tu ‘es pas seul…. 🙂
    Patience et persévérance semblent être les moindres qualités pour espérer mériter ce cadeau.

    #26497
    Kirk_
    Participant

    Salut,

    Merci pour les réponses, j’ai réessayé quelques fois depuis, et il y a du nouveau !

    Je pense avoir eu les premières contractions involontaires, mais je sais pas si c’est vraiment ça, alors je vous situe les choses.

    Je sais pas vraiment si j’agis de la bonne manière, mais du coup après avoir mis l’aneros je fais comme convenu une dizaine de minutes de respiration abdominale axé sur la relaxation.

    Ensuite je commence les contractions de cette façon, je contracte tout en inspirant (mais je sais pas si il faut inspirer ou expirer, par exemple les exercices de Kegel disent de contracter le périnée en expirant), et je retiens mon souffle ainsi que la contraction quelques secondes avant de relâcher pour ensuite recommencer.

    Et il se trouve qu’à peine après avoir contracté 2-3 fois c’était difficile de maintenir une contraction stable, ça tremblait sans que je puisse faire quelque chose, donc je sais pas si c’est ce que vous appelez les contractions involontaires. Parce que quand je relâche tout les contractions s’arrêtent, pour que ça tremble il faut que je contracte en même temps si je relâche ça s’arrête, pour moi les contractions involontaires c’est le truc qui arrive même au repos sans qu’on puisse rien y faire, peut-être que je me trompe.

    En tout cas elles viennent quasiment aussitôt après le début des contractions, mais par contre même 30min après j’en reste à ce stade, donc je ne sais pas ce qu’il faut faire.

    Donc j’ai avancé légèrement par rapport à avant où je ressentais rien, mais je suis bloqué et je ne sais pas si il faut faire quelque chose de particulier pour que ça aille encore plus loin.

    #26502
    Andraneros
    Participant

    Vous nous dites @kirk_ :

     je contracte tout en inspirant (mais je sais pas si il faut inspirer ou expirer, par exemple les exercices de Kegel disent de contracter le périnée en expirant), 

    A ce moment de votre cheminement vous devez associer diverses actions qui ne sont ni spontanées ni naturelles. C’est une vraie difficulté. La volonté des respecter formellement telle ou telle pratique peut vous conduire à bloquer la mise en œuvre des autres actions nécessaires à l’apparition du plaisir. Dans cette situation vous ne risquez rien à faire ce qui est le plus naturel et facilite le déroulement de votre session.

    N’oubliez pas qu’une des méthodes souvent mise en avant pour la découverte du plaisir prostatique est celle dite « laisser faire » (« do nothing » en anglais). Elle montre que ce qui est le plus important est de se détendre et de se concentrer sur les sensations crées par la présence du masseur. Quand une action particulière semble vous bloquer, revenez à l’essentiel ; vous pourrez la reprendre avec de bien meilleurs effets un peu plus tard.

    Les contractions involontaires sont celles que vous ne déclenchez pas directement volontairement. Elles peuvent être associées avec une autre action que vous faites volontairement. Un tremblement de fatigue est involontaire, même s’il est la conséquence d’une contraction musculaire volontaire.

    Donc j’ai avancé légèrement par rapport à avant où je ressentais rien,

    C’est important.

    mais je suis bloqué et je ne sais pas si il faut faire quelque chose de particulier pour que ça aille encore plus loin.

    Si vous demandez « quelle action engager pour mieux ressentir la présence du masseur ? » je vous réponds pensez d’abord à vous relâcher, à vous mettre à l’écoute de votre corps sans rien attendre pendant la session. Tout ce que vous ferez pour faire monter le plaisir ne peut se faire efficacement que sur cette base.

    Bon cheminement @kirk_.

    #26506
    Kirk_
    Participant

    Ma principale difficulté également c’est justement de rien attendre.

    Puisque paradoxalement être dans un état d’excitation est important mais contribue aussi à vouloir forcer les choses puisqu’on veut vraiment connaître ce que ça fait, et du coup le problème réside dans la balance entre les deux.

    Pour ma part je sais qu’à chaque séance je me dis que j’aimerais bien aller plus loin que la séance précédente, mais d’un autre côté avec le temps j’ai compris que ça n’arriverait pas aussi vite, j’en suis à environ 12-15 sessions, et je prends mon mal en patience, même si à chaque début de session j’ai l’espoir d’aller plus loin.

    #26523
    Kirk_
    Participant

    Enfin je voulais dire que mon souci c’est que j’arrive pas à ne rien attendre, j’attends toujours quelque chose de ma séance et je sais pas comment me mettre dans un état d’esprit différent.

    #26526
    Ch313
    Participant

    Salut Kirk,
    Ce fut aussi mon soucis. Le premier épisode de la rencontre avec l’Aneros fut un échec total. J’ai lu et relu -trop- le Traité d’Aneros. J’ai essayé d’appliquer ses préceptes. Les respirations, les contractions volontaires, je guettais le moindre fourmillement, le moindre picotement. Mais pas de retour. J’ai augmenté le rythme, trois fois par jour, avec parfois l’abandon du processus pendant plusieurs jours comme préconisé. Rien, toujours rien.
    Je me cite :
    Et j’ai commencé les exercices. Sans grands succès, tout au plus des éjaculations plus importantes ou incontrôlées. C’était il y a presque un an et demi. Cet épisode a duré plus de six mois.
    En lisant les messages sur NXPL concernant le plaisir prostatique, j’ai trouvé l’option du
    ‘laisser faire’ intéressante. Je me suis donc lancé dans cette voie. J’ai mis à l’écart le traité et ses exercices.
    J’ai aussi trouvé des indications sur l’aide que pouvait apporter l’écoute de sons binauraux.
    Cela m’a apporté une jouissance plus profonde, un plaisir éjaculatoire plus intense.
    Mais ma prostate n’est jours pas là !
    Mes plaisirs étant plus intenses, je persévère : il faut que j’en profite.
    Et un matin le monde bascule.

    Je me suis laissé dans une ‘inspection ‘ de moi-même.
    J’ai retrouvé une ‘technique ‘ que j’avais utilisé autrefois : l’Eutonie.
    Ça été ma voie, un déclencheur fulgurant dans un abandon de moi-même au laisser faire.
    Mais à ce jour je ne suis toujours pas connecté à ma prostate.
    Même si mon parcours est intense, tortueux, je suis encore en recherche de la bonne connexion.
    Tout ce que je viens de vivre ouvre un portail géant d’espoir.
    Maintenant j’ai foi en moi !

    Comme dit Andraneros, chaque étape ne préjuge en rien du déroulement de la suivante.
    Si tu veux suivre mon parcours (ou celui d’un autre) plus facilement, consultes la rubrique ´mes réponses’ de mon profil.
    Je souhaite que tu trouves TA voie et qu’alors ton chemin te mène à la félicité.

    #26529
    Andraneros
    Participant

    Je reviens sur le parcours dont témoigne @ch313.

    En cherchant sur internet des jouets, j’ai trouvé l’Anéros…
    Et j’ai commencé les exercices. Sans grands succès, tout au plus des éjaculations plus importantes ou incontrôlées. C’était il y a presque un an et demi.
    En lisant les messages sur NXPL concernant le plaisir prostatique, j’ai trouvé l’option du
    ‘laisser faire’ intéressante. Je me suis donc lancé dans cette voie. J’ai mis à l’écart le traité et ses exercices.
    J’ai aussi trouvé des indications sur l’aide que pouvait apporter l’écoute de sons binauraux.
    Cela m’a apporté une jouissance plus profonde, un plaisir éjaculatoire plus intense.
    Mais ma prostate n’est jours pas là !
    Mes plaisirs étant plus intenses, je persévère : il faut que j’en profite.


    @kirk_
    vous pouvez y trouver des éléments communs avec votre début de parcours qui devraient vous rassurer sur la suite. Mais j’ai peur que la phrase suivante ne vous plonge à nouveau dans le doute :

    Et un matin le monde bascule…

    En ce moment c’est précisément ce que vous attendez et qui, sauf exception, ne se produira probablement pas. En général la progression vers l’orgasme prostatique est faite d’une succession de petits progrès dont l’accumulation finit par faire « basculer le monde ». Chacun est différent et cette accumulation peut prendre plus ou moins de temps. Il est possible qu’en ce qui vous concerne elle soit beaucoup plus rapide que ce que laissent penser vos premières impressions.

    En ce moment @kirk- vous avez très peu de sensations pendant vos sessions comme cela semble avoir été le cas pour @ch313. Cette situation crée une frustration d’autant plus naturelle que vous êtes impatient. Ce couple, impatience et frustration, semble être le premier obstacle à franchir. Pour cela @ch313 vous donne deux pistes qui lui ont été utiles :
    1) Les sons binauraux souvent cités pour l’aide qu’ils apportent aux anéronautes qui ont du mal à se mettre dans de bonnes dispositions pour bénéficier des effets du masseur. Si vous trouvez des fichiers auxquels vous êtes sensible (attention toujours les écouter en stéréophonie avec les deux écouteurs bien équilibrés) ils vous permettent de plonger dans la relaxation, le relâchement musculaire de façon passive. Ils vous aident à vous concentrer.
    2) L’Eutonie, Méthode de prise de conscience du corps selon la fiche Wikipédia, qui est une technique qui « apprend à se relaxer mentalement et physiquement, à bouger avec économie et efficacitéX et à se libérer d’habitudes néfastes, de tensions ou de douleurs inscrites depuis plus ou moins longtemps dans son corps ». Je laisse à @ch313 le soin de préciser en quoi sa pratique de l’eutonie l’a aidé à améliorer la qualité de ses sessions.

    Nous retrouvons ces deux formes de soutien souvent citées comme facilitateurs de progrès dans les forums spécialisés, dont le nôtre.

    Vous avez aussi noté @kirk_ que @ch313 s’est d’abord appuyé sur le traité d’Anéeos pour s’en écarter quand il a senti que le respect trop formel de la méthode proposée ne lui convenait plus. Le « laisser faire » (« do nothing ») est l’application ultime de deux principes, le relâchement musculaire et l’absence d’attente.

    En conclusion provisoire je vous encourage à découvrir une méthode de relaxation qui vous convienne, à la pratiquer peut-être pendant vos sessions, mais surtout en dehors, pour ne pas polluer cet entraînement par ce que vous ressentez pendant vos sessions. Quand vous pourrez l’utiliser pendant vos sessions, cette pratique vous permettra de les relancer et de constater vous aussi un jour que »le monde bascule ».

    Bon cheminement @kirk_.

    #26532
    Jieffe
    Participant

    Bonjour Kirk,

    Je ne suis qu’un débutant, mais je me permets d’apporter ma pierre à l’édifice.
    Tes écrits renvoient une grande impatience qui va à l’encontre de ce que cherches. Je pense que tu devrais envisager tes séances plus comme un moment à toi, un moment pendant lequel tu te relaxes, tu observes ton corps, tes sensations…etc, mais pas un moment que tu consacres à un but ultime. Arrivera que pourra, mais quoi qu’il arrive (ou qu’il n’arrive pas) cette séance sera bénéfique. Tu te seras connecté à ton corps, tu te seras bien relaxé, tu auras pris du temps pour toi. Tu auras arrêté la course de ton quotidien.
    Deuxième suggestion, comme le disent CH313 et Andraneros, oublie un peu le traité à la lettre (10 mn de relaxation chrono, respiration comme ceci, comme cela…). IL doit être un guide pour débuter, mais tu dois faire confiance aussi à ton corps, à ton esprit et à tes ressentis.
    Je ne comprends pas pourquoi est ce que tu retiens ta respiration? Il ne me semble pas que ce soit écrit dans le traite, et ça me semble aller à l’encontre d’une profonde relaxation.
    Ensuite, attention à ce terme de relaxation. Mon parcours aujourd’hui m’emmène à penser que la relaxation de l’esprit est plus importante que celle du corps. Quand ton esprit est complètement détendu, ton corps suit. Le contraire n’est pas vrai. Chez moi en tout cas.
    Je pense qu’il faut véritablement que tu luttes contre cette impatience.
    Le plaisir prostatique semble infini, mais il se mérite.
    Je t’invite à relire (dans le traité il me semble) cette histoire du chasseur qui veut à tout prix cet animal mythique. La recherche du plaisir prostatique semble y ressembler.

    #26846
    Kirk_
    Participant

    Bonjour,

    Je reviens vers vous car j’ai une question d’ordre anatomique concernant la prostate.

    Je n’ai pas vraiment avancé depuis mais j’ai l’impression que l’excitation a une incidence directe anatomique sur la prostate, j’ai remarqué à plusieurs reprises qu’en début de session où l’excitation n’est pas forcément très présente je ne ressens absolument rien même avec des contractions, mais si j’essaye de me créer des images dans la tête, de créer une tension et une excitation alors je commence à ressentir des choses alors que je garde exactement les mêmes contractions.

    La prostate gonfle réellement pendant l’excitation ? Pour moi c’est le seul moyen d’avoir des sensations en tout cas, sans excitation je ne ressens rien, c’est assez frustrant.

    #26850
    Andraneros
    Participant

    Si le gonflement de la prostate était suffisant pour conduire à l’orgasme, tous les hommes qui connaissent une hypertrophie de leur prostate pourraient vivre des super O’s à volonté. Ce n’est pas du tout le cas. Ils ont besoin de faire le même apprentissage que ceux qui ont une prostate de taille normale.

    Vous avez raison de mettre en avant l’importance de l’excitation. Ce mot revient souvent dans le chapitre « Session avec un Aneros » du traité d’Aneros. La prostate peut gonfler sous l’effet du massage et de l’excitation, comme votre pénis se gonfle aussi bien sous l’effet des caresses que de l’excitation.

    A mon avis @kirk plus qu’une question d’anatomie c’est une question d’état d’esprit. L’excitation concentre votre pensée sur un seul objet, votre plaisir. Sous l’effet de cette tension,votre esprit ouvre les connections appropriées qui font remonter les messages issus du massage au cerveau. C’est votre excitation qui traduit ces messages en signaux de plaisir. Peu à peu votre cerveau découvre ces sensations nouvelles, les reconnaît, accepte leur intensification et ouvre une nouvelle voie du plaisir.

    Bon cheminement @kirk_.

    #33564
    Kirk_
    Participant

    Salut,

    Mise à jour 1 an après !

    Bon j’ai arrêté de poster car j’ai fait une longue pause, mon dernier message datait de mars 2018 et j’ai repris uniquement il y a 2 mois environ.

    Je pense avoir progressé car quand je me relis je disais n’avoir aucune ou quasiment aucune sensation alors que maintenant 5min après le début des contractions volontaires je ressens déjà des chatouillis au niveau de la prostate.

    Toutefois je n’arrive pas à générer de contractions involontaires, les sensations sont plutôt agréables mais ça s’arrête là…

    A noter également que je vais souvent aux toilettes pendant la session, je ne sais pas si c’est bon signe car ça voudrait dire que l’aneros appuye bien sur la vessie mais je suis allé 4 fois aux toilettes sur une session de 1h30 alors que j’y étais allé juste avant, c’est assez embêtant.

    Voici ce que je fais sur une séance type pour voir si j’adopte la bonne technique :

    – Phase de relaxation d’une dizaine de minutes
    – Début des contractions volontaires, j’inspire puis je contracte 10-15 sec et je relâche tout, et ainsi de suite
    – Les sensations arrivent assez vite, dès 5min je ressens des chatouillis au niveau de la prostate, c’est plutôt agréable, mais je n’arrive pas à dépasser le stade de l’agréable et n’arrive pas à générer ces contractions involontaires.
    Pire encore souvent les sensations sont bonnes tout de suite dès le début mais s’estompent et sont moins bonnes après 10-15min, normalement ça devrait être progressif, moi ça fonctionne assez différemment.

    Voilà si des gens ont des pistes 😀

    Salut

    #33574
    Kirk_
    Participant

    Bonjour,

    Je reviens un an après, j’ai fait une longue pause depuis mon dernier message en mars 2018, j’ai repris il y a environ 2 mois et j’ai fait des progrès intéressants.

    Je disais à l’époque ne rien ressentir ou quasiment rien, et depuis peu je ressens des fourmillements et chatouillis au niveau de la prostate 5min après le début des contractions volontaires.

    Toutefois j’ai de nouveaux problèmes qui se posent :

    – Je ne sais si il faut interpréter ça comme une bonne nouvelle mais pendant ma dernière session je suis allé 3 fois aux toilettes me vider la vessie, je savais que l’aneros pouvait donner cette envie, pour moi c’est flagrant. Point positif c’est qu’il est placé au bon endroit j’imagine car avant je ne ressentais pas ça mais ça reste assez embêtant.
    – Autre souci majeur, c’est que je n’arrive pas à générer de contractions involontaires….

    En gros ma séance type c’est :

    – 10min de relaxation
    – Début de la séance, j’inspire puis je contracte 10-15 secondes puis je relâche tout
    – Des fourmillements et chatouillis 5min après le début des contractions, plutôt agréables, mais ça s’arrête là. Pourtant je ne force pas je fais des petites contractions, ça vient assez vite mais ça bloque là.

    Même pire souvent le plaisir est plus important en début de séance et finit par s’estomper après, normalement ça devrait être le contraire…

    Des pistes pour m’aider à avancer ?

    Merci 😀

    #33575
    Kirk_
    Participant

    A noter que je fais de longues sessions d’1h30 généralement, j’essaye d’appliquer tout correctement, la respiration, je ne fais pas de grosses contraction etc…

    La seule chose que je n’arrive pas vraiment à gérer c’est le fait de ne rien attendre de mes séances.

    En effet dès que j’arrive à avoir de bonnes sensations je me dis toujours “c’est peut-être la bonne” et peut-être que ça me bloque mais je n’arrive pas à passer outre, pourtant j’ai fait en tout une 30aine de sessions…

    Et autre chose dont je suis content, j’arrive également depuis très peu de temps à ressentir des sensations sans aneros, juste en contractant le périnée, ça n’arrive pas tout le temps, il faut un contexte érotisant mais j’y arrive.

    C’est pour ça que ça m’énerve, je pense avoir pas mal progressé mais je stagne et n’arrive pas à aller plus loin que les simples sensations agréables, aucune contraction involontaire ni orgasme en vue capitaine.

    #33576
    bzo
    Participant

    patience, patience,
    il faut persévérer, s’entêter, tu finiras par trouver ta voie

    on pourrait te donner des tas de conseils genre, essaie de te concentrer sur ton corps,
    l’écouter, le laisser faire, te lâcher,
    ce sont des bons conseils, c’est ce qu’il faut faire
    mais sans doute tu n’as pas encore les moyens de les appliquer,
    ils ne veulent rien dire encore pour toi

    alors juste persévère
    et cela finira par arriver, tu sais ce qu’il faudrait faire, ne rien attendre,
    essayer juste de goûter l’instant, le plaisir dans l’instant,
    il faut qu’arrive le moment où cela finisse par faire sens à toi dans ton corps,
    dans l’intimité de ton corps plongé dans l’action

    continue donc, essaie avant tout de goûter l’instant sans faire attention au reste,
    tu essaie trop d’appliquer les consignes du Manuel,
    il faudrait le lire attentivement et puis l’oublier,
    ne pas essayer d’appliquer à la lettre les consignes,
    tu dois créer de toutes pièces tes propres consignes, parfois totalement en contradiction avec ce que tu as lu
    mais elles doivent naître dans ta chair, dans ton intimité,
    ce sont les seules que tu dois suivre

    l’apprentissage le plus important, c’est d’apprendre à s’écouter

    bon courage

    #33586
    Kirk_
    Participant

    Pour persévérer ça je persévère, j’ai dû faire en tout entre 30 et 40 séances, et ça doit faire uniquement depuis 4-5 séances que je ressens des choses, avant c’était le néant.

    Mais j’aimerais bien savoir si d’autres ont expérimenté aussi certains des effets que j’ai constaté chez moi.

    Entre autres le fait d’avoir de bonnes sensations et ensuite qui s’estompent comment si le soufflé était retombé et que le train était passé, c’est assez frustrant.

    Peut-être que je contracte trop et que j’anesthésie sans vouloir la prostate et les sensations associées.

    #33591
    bzo
    Participant

    Entre autres le fait d’avoir de bonnes sensations et ensuite qui s’estompent comment si le soufflé était retombé et que le train était passé, c’est assez frustrant.

    bien sûr, tout le monde a eu cela, la consistance arrivera

    Peut-être que je contracte trop

    certains vont te répondre qu’il faut faire uniquement de légères contractions,
    personnellement j’alterne suivant mon envie, parfois légères, parfois façon bûcheron y allant comme une brute,
    anesthésier sa prostate? bah, je ne crois pas,
    la clef du succès pour moi, c’est de varier, diversifier les effets, pas tout le temps la même chose, donc il faut varier la puissance aussi

    un masseur avec vibrations, cela pourrait avoir cet effet par contre, anesthésier

    #33615
    Arousal
    Participant

    Personnellement, très longtemps je n’ai senti aucune “contraction involontaire” alors que les orgasmes étaient bien là. Mon conseil : ne te focalise pas là-dessus 🙂
    Mets le masseur en place, détends-toi et laisse venir sans essayer de “faire quelque chose” pour que ça vienne, pour voir.

    #33618
    Andraneros
    Participant

    @kirk_ je vous disais il y a un peu plus d’un an :

    N’oubliez pas qu’une des méthodes souvent mise en avant pour la découverte du plaisir prostatique est celle dite « laisser faire » (« do nothing » en anglais). Elle montre que ce qui est le plus important est de se détendre et de se concentrer sur les sensations crées par la présence du masseur. Quand une action particulière semble vous bloquer, revenez à l’essentiel ; vous pourrez la reprendre avec de bien meilleurs effets un peu plus tard.

    Les contractions involontaires sont celles que vous ne déclenchez pas directement volontairement. Elles peuvent être associées avec une autre action que vous faites volontairement. Un tremblement de fatigue est involontaire, même s’il est la conséquence d’une contraction musculaire volontaire.


    @arousal
    vous donne un très bon conseil. Si un des éléments habituellement conseillés pour lancer vos sessions de massage prostatique vous pose un problème d’éxécution au point de vous bloquer n’hésitez pas à le mettre de côté, au moins provisoirement, pour vous libérer et vous remettre en situation de vivre vos sessions de façon plus spontanée, plus naturelle et vraisemblablement plus productive en terme de plaisir.

    Bon cheminement @kirk_.

    #34140
    Kirk_
    Participant

    Bonjour !

    Du nouveau, du gros gros nouveau même.

    Bon évidemment j’ai continué, je persévère depuis maintenant 2 ans et demi vers la voie de l’orgasme prostatique.

    Récemment j’ai lu ce sujet https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/cinq-ans-derotisation-avec-laneros-mais-sans-plaisir-fort

    Il m’a donné l’idée soudaine de changer de masseur, je me suis dit que si ça se trouve ça pourrait peut-être changer ma façon de faire les choses, avoir des sensations sous un autre angle.

    Etant joueur j’ai opté pour le Progasm de chez Aneros version Ice, qui glisse mieux que la version classique qui caractérise notamment le modèle Helix avec une surface moins rugueuse que ce dernier.

    J’ai fait ma première session il y a une heure, et je crois qu’elle a changé ma façon d’aborder les choses et pour le meilleur.

    Je ne sais pas si cela vient d’une maturation et du fruit de mes échecs passés, mais j’ai essayé de ne rien attendre cette session, de laisser mon imaginaire faire les choses plutôt qu’utiliser un support comme des images/vidéos, j’ai essayé de me relaxer du plus possible et j’ai mieux lubrifié que d’habitude.

    Résultat, au début rien, et 15min plus tard j’ai senti mon corps commencer frissonner au niveau des jambes et avec une sensation agréable mais quand même localisée au niveau de la prostate.
    J’ai continué de respirer, en me disant que c’était juste un entraînement, ça a fini par s’arrêter, j’ai continué et puis 15min plus tard encore le même scénario, et puis encore une troisième fois un peu plus tard dans la session.

    Seul bémol que je n’arrive pas à comprendre, je n’ai eu aucune contraction involontaire pourtant il y avait clairement quelque chose que je n’avais pas expérimenté par le passé et c’était plutôt agréable.

    Je ne sais pas si c’était donc plusieurs mini O qui se sont enchaînés mais je pense que j’ai bien avancé aujourd’hui, je sais pas si cela vient de mon changement de mentalité ou du changement de masseur avec le Prograsm mais je me dis que je suis peut-être plus si loin de l’orgasme prostatique.

    #34143
    Andraneros
    Participant

    Bonjour @kirk_.
    Vous nous disiez il y a 2 mois :

    j’ai repris uniquement il y a 2 mois environ.
    Je pense avoir progressé car quand je me relis je disais n’avoir aucune ou quasiment aucune sensation alors que maintenant 5min après le début des contractions volontaires je ressens déjà des chatouillis au niveau de la prostate.

    Vous nous dites maintenant :

    Du nouveau, du gros gros nouveau même.

    C’est formidable. Attention ce qui est formidable c’est bien la perception des progrès que vous faites. A partir du moment où vous êtes persuadé de progresser tout votre état d’esprit change. Vous êtes naturellement excité à l’idée de faire une session, éventuellement encore plus quand vous y êtes. Vous devenez confiant dans votre cheminement et naturellement plus patient. Vous pouvez vous concentrer beaucoup plus facilement sur vos sensations. Tant que vous gardez cet état d’esprit vous êtes dans un cercle vertueux.

    Votre changement de masseur illustre bien cette nouvelle étape :

    J’ai fait ma première session il y a une heure, et je crois qu’elle a changé ma façon d’aborder les choses et pour le meilleur.

    Mais attention vous nous aviez dit précédemment :

    Ma principale difficulté également c’est justement de rien attendre.

    Cette difficulté est toujours présente et vous devez être attentif à ne rien attendre de vos prochaines sessions comme vous venez de le faire :

    j’ai essayé de ne rien attendre cette session, de laisser mon imaginaire faire les choses plutôt qu’utiliser un support comme des images/vidéos, j’ai essayé de me relaxer du plus possible et j’ai mieux lubrifié que d’habitude.

    Vous avez su saisir l’occasion d’intérioriser votre attention et d’en tirer tout le bénéfice. C’est un point important à conserver et à développer.

    Seul bémol que je n’arrive pas à comprendre, je n’ai eu aucune contraction involontaire pourtant il y avait clairement quelque chose que je n’avais pas expérimenté par le passé et c’était plutôt agréable.

    Il n’y a pas à « comprendre », il y a à « vivre l’instant » tel qu’il est et non tel que vous pensez qu’il devrait être. Vous dites « c’était plutôt agréable », donc c’était du plaisir, donc vous êtes en bon chemin. Tout le monde ne vit pas des cascades d’orgasmes violemment explosifs à chaque session. Vous venez de vivre avec votre nouveau masseur vos premières grosses vagues de plaisir. Ce moment marque une avancée décisive dans votre progression vers des orgasmes plus intenses. Patience et confiance @kirk !

    Je ne sais pas si c’était donc plusieurs mini O qui se sont enchaînés

    le « Wiki » aneros dit :

    There is a spectrum of intensity and effects in non-ejaculatory multiple orgasm.

    Traduction :
    L’orgasme multiple non éjaculatoire présente un spectre d’intensité et d’effets.
    Fin de traduction
    Les pratiquants qui progressent lentement constatent en général l’apparition de sensations de plaisir (« P-waves », vagues de plaisir) plus ou moins reconnues comme telles au tout début, puis nettement reconnues comme telles sans être ressenties comme des orgasmes dans la mesure où elles n’explosent pas mais se développent selon une courbe qui monte, qui plafonne et qui redescend, dans la mesure où elles durent plus longtemps qu’une contraction orgasmique mais n’apportent aucun sentiment de libération. La bascule se fait quand le pratiquant comprend que ce sont ses nouveaux orgasmes et en les vivant comme tels ouvre la voie à l’amplification de toutes les sensations et à l’expérience d’un plaisir beaucoup plus intense et définitivement orgasmique.

    Il faut être conscient que derrière les mots « vagues de plaisir », « mini o’s », « dry O’s » et « super o’s » il n’y a aucun seuil, aucun fractionnement du plaisir vécu. Au contraire il y a une progression continue à la fois
    • dans l’intensité de la jouissance et
    • dans la perception de cette intensité.

    je pense que j’ai bien avancé aujourd’hui,

    Je suis tout à fait d’accord et c’est la récompense de votre constance dans la pratique, même si vous avez dû l’interrompre quelques mois.

    je sais pas si cela vient de mon changement de mentalité ou du changement de masseur avec le Prograsm mais je me dis que je suis peut-être plus si loin de l’orgasme prostatique.

    L’expérience que vous vivez comme nous tous dans ce domaine est multifactorielle. Comme pour le réglage fin d’une mécanique ultra-performante, chaque changement modifie le résultat final et en même temps modifie l’efficacité des autres constituants. Tous les changements que vous avez faits contribuent à votre progression. Si vous avez l’esprit expérimental vous constaterez vraisemblablement que vous conserverez tout ou partie de vos progrès en reprenant votre masseur précédent parce que votre dernière expérience a contribué à modifier la manière dont vous vivez vos sessions.

    Continuez @kirk_, vous n’êtes en effet plus très loin de l’orgasme prostatique. Bon cheminement.

    #34823
    Kirk_
    Participant

    Salut salut,

    Bon un peu de nouveau.

    Alors la dernière fois je décrivais après l’achat du Progasm Ice d’agréables sensations qui se diffusent un peu dans le corps, je ne savais pas mettre de nom sur ce que c’était, ça tombe bien ça n’est plus jamais arrivé depuis.
    Je pense que la nouveauté du Progasm m’a rendu dans un état d’excitation qui m’a permis d’expérimenter ces sensations et je n’ai pas réussi à les obtenir de nouveau par la suite, peu importe.

    Alors pourquoi je viens mettre à jour ma situation après 3 mois, tout simplement car je pense quand même avoir franchi un petit pas de plus.

    Pour résumer, au tout début je ne ressentais rien, il a fallu attendre près d’un an pour avoir des petits fourmillements au niveau de la prostate et pour qu’elle donne signe de vie.
    Ensuite j’ai avancé un peu et j’arrivais à obtenir ces sensations après 20-25min de contractions volontaires.
    Puis par la suite j’ai réussi à obtenir ces sensations directement après la phase de détente.

    Le truc c’est qu’à chaque fois ces sensations étaient plutôt sympas mais finissaient par s’estomper et impossible par la suite de les retrouver dans la même session, je finissais donc par arrêter les sessions après 20-30min.

    Or depuis 2 séances très exactement j’ai eu une nouvelle forme d’avancée puisque non seulement les sensations arrivent pendant la phase de relaxation ce qui n’était pas le cas avant, elles continuent évidemment au moment des contractions volontaires MAIS la grosse différence c’est que cette fois les sensations persistent tout le long de la session.

    Là où avant elles restaient peut-être 2-3min puis s’estompaient définitivement pour le reste de la session, aujourd’hui elles restent tout le long jusqu’à l’arrêt de la session qui ne se fait pas car je ne ressens plus rien mais car j’en ai tout simplement marre, ce qui du coup est assez intéressant car partant de là je vais peut-être pouvoir faire avancer la machine et pourquoi pas envisager des contractions involontaires et d’autres trucs tout aussi sympas.

    A noter toutefois que quand je parle de sensations lors de mes séances, il ne s’agit que de l’impression de chatouillis et de fourmillement au niveau de la prostate, donc en aucun cas je ne ressens des choses extraordinaires, pas de vagues de plaisir, pas de choses vraiment géniales.
    Seulement une tension continue du début à la fin de la session, et des chatouillis/fourmillements au niveau de la prostate, qui restent toutefois plutôt agréables sans être transcendants.

    Ca reste toujours une petite victoire car ça me donne l’impression de commencer à apprivoiser cette prostate.

    Il faut aussi dire que je m’investis, entre méditation, exercices de Kegel, relaxation, abstinence volontaire pour créer une excitation plus intense etc…

    En revanche je ne suis toujours pas capable de ne rien attendre de mes séances, ça je pense que ça sera mon plus gros frein, j’ai toujours une attente quand je commence, cela dit je ne force en rien les contractions, tout se fait de la manière la plus légère, en respirant bien, en étant décontracté, mais toujours dans une attente.

    Je reviendrai pour la prochaine étape 😀

    #34825
    Andraneros
    Participant

    Bonjour @kirk_.
    Tu nous dis :

    Le truc c’est qu’à chaque fois ces sensations étaient plutôt sympas mais finissaient par s’estomper et impossible par la suite de les retrouver dans la même session, je finissais donc par arrêter les sessions après 20-30min. (… )
    les sensations arrivent pendant la phase de relaxation ce qui n’était pas le cas avant, elles continuent évidemment au moment des contractions volontaires MAIS la grosse différence c’est que cette fois les sensations persistent tout le long de la session.

    C’est un bel exemple de progrès en apparence insignifiant mais en réalité caractéristique d’une réelle avancée. La manière dont tu perçois, dans un premier temps, ces nouvelles sensations est moins importante que le fait de les percevoir. En effet elles te permettent de prendre conscience de la présence de ta prostate et de sa sensibilité à la stimulation. Tout ce dont nous parlons sur ce forum peut paraître abstrait, théorique voire ésotérique aux lecteurs qui découvrent, éventuellement avec incrédulité, qu’une autre expérience orgasmique que celle qu’ils connaissent existe et procure une jouissance bien plus profonde. Tu commences à vivre dans ta chair cette nouvelle expérience.

    Chaque fois que vis cette expérience, sois heureux, souris en te disant que tu vis les prémices de tes futurs orgasmes. Cet attitude nourrira ton reconditionnement (« rewiring »).

    Tu ajoutes :

    je vais peut-être pouvoir faire avancer la machine et pourquoi pas envisager des contractions involontaires et d’autres trucs tout aussi sympas.

    Tout dépend de ce que tu entends par « envisager ». S’il agit d’attendre, alors non ; s’il s’agit de renforcer ta confiance sur la suite de ta progression, alors oui, bien sûr !

    Tu termines en écrivant :

    j’ai toujours une attente quand je commence, cela dit je ne force en rien les contractions, tout se fait de la manière la plus légère, en respirant bien, en étant décontracté, mais toujours dans une attente.

    Si ton attente est l’espoir de progresser pour découvrir peu à peu comment vont évoluer tes sensations sans chercher à les forcer, si cette attente est le fruit de ton excitation, si cette attente ne te conduit pas à la frustration quand tu ne perçois rien de nouveau, c’est une bonne attente.

    Bon cheminement @kirk_.

26 sujets de 1 à 26 (sur un total de 26)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.