Mots-clés : , ,

Ce sujet a 60 réponses, 6 participants et a été mis à jour par  bzo, il y a 9 mois et 3 semaines.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 61)
  • Auteur
    Messages
  • #22956

    bzo
    Participant

    (AKA La traversé en solitaire de l’océan du plaisir sur un masseur prostatique)

    Si cela ne dérange personne, je vais tenir un petit journal de bord ici, où je vais consigner impressions diverses liées à ma pratique coupable, progrès et détails techniques, je vais essayer d’être aussi précis que possible pour que ces quelques lignes puissent peut-être être utiles à d’autres. Tout le monde est bien sûr libre d’intervenir

    Comme je l’ai déjà précisé en d’autres messages sur ce forum, j’ai au moins une séance quotidienne depuis des mois,
    cependant j’ai réduit la longueur de celles-ci, une moyenne de 45mn désormais depuis quelques semaines , cela me suffit amplement, mes sessions étant très intenses, dès la première pression sur la prostate, je gémis et je suis au bord de l’orgasme, elles sont aussi assez épuisantes.

    Aujourd’hui, j’ai franchement eu l’impression pour la première fois d’avoir atteint une sorte de maturité dans ma progression, ces dernières semaines, c’était une sorte de course à l’orgasme, une cavalcade frénétique où je les multipliais les uns après les autres
    mais finalement je me suis rendu compte aujourd’hui qu’il y a aussi du plaisir à prendre entre deux orgasmes, ralentir, varier les angles d’attaque de la pression sur la prostate, de lents va et vient latéraux, changer de postures, se mettre sur les coudes, ce qui donnent un excellent angle de pression sur la prostate, s’asseoir en se penchant légèrement en arrière en prenant appui sur les bras, monter et descendre lentement en bougeant aussi latéralement,lever une jambe , puis l’autre, la pression et l’angle changent automatiquement, argh, tout cela démultiplie le plaisir et le varie subtilement, tout en préparant un orgasme de bien meilleure qualité.
    Ainsi le dernier que j’ai eu aujourd’hui, a bien duré 2mn, je n’avais plus qu’à appuyer avec une force moyenne sur la prostate,me tordant de plaisir et frémissant, cela qui faisait bouger le masseur assez aléatoirement, je n’avais plus qu’à maintenir la pression, j’étais parti dans la stratosphère.

    Au lieu d’avoir 10 à 15 orgasmes sur une séance, aujourd’hui j’en ai eu 4 ou 5 mais bien plus long et plus jouissif.
    L’alternance de lentes caresses latérales sur la prostate accomplies par des mouvements de hanche et puis des pressions à angle plus ou moins droit assez fort tout en restant plutôt immobile puis en prenant le temps de se relâcher quelques instants après la pression, est une combinaison assez diabolique qui me permet une progression du plaisir vers l’orgasme avec une régularité et une efficacité que j’espérai depuis longtemps.

    Une recette en quelque sorte, je me suis trouvé une recette
    que je déguste avec gourmandise pour l’instant

    #22958

    bzo
    Participant

    yeux fermés ou yeux ouverts? La question reste ouverte chez moi.
    En tout cas j’ai pu constater une nette différence entre le plaisir éprouvé quand on mène sa séance yeux ouverts
    ou au contraire, yeux fermés.

    Yeux fermés, on est dans un monde intérieur dans le noir, c’est plus feutré, plus rentré, on doit faire plus attention, c’est nettement plus favorable pour l’orgasme, j’ai pu constater.

    Yeux ouverts, le plaisir sort, semble jaillir comme une source vers l’extérieur, est plus fort dans les préliminaires,
    par contre, j’ai trouvé que les orgasmes étaient plus estompés ou plutôt, il n’y avait pas une nette différence entre « l’entrée en orgasme » , une montée en intensité moins marquée.

    Les conséquences de ces constatations font que je vais expérimenter dans les prochains jours des séances où je vais alterner les deux, yeux ouverts entre les orgasmes et quand je sens ceux-ci se rapprocher, quand je sens qu’il y en a un qui arrive, fermer les yeux et déguster la jouissance comme un vieux vin se déversant dans mon palais les yeux fermés

    #22961
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Pour nos amis qui ne sont pas familiers des acronymes anglophones « AKA » ou « Also Known As » signifie en français « autrement dit » ou, s’il s’agit d’une personne, « aussi connu sous le nom de ».

    Tu es le bienvenu @bzo. Je pense que ton expérience, nourrie par l’intensité de tes orgasmes, par la maîtrise de tes sessions malgré leur fréquence et par ta capacité à analyser ce que tu fais et ce que tu ressens sera une belle source d’informations et de motivation pour tes lecteurs.

    Bon cheminement @bzo.

    #22962

    bzo
    Participant

    aujourd’hui séance d’une heure, je suis passé à la pratique quant à alterner moments yeux fermés, moments yeux ouverts,
    j’expérimente, j’expérimente, libidineux alchimiste dans mon grand lit.

    Au début c’était assez laborieux, on a l’esprit constamment pollué par des pensées du genre:  » maintenant je les ouvre ou je les garde fermés? », clairement il faut s’y habituer, avec de la pratique cela va devenir sans doute plus ou moins automatique comme les gestes dans un sport ou bien dans le yoga, cela deviendra quasi inné, au bord de la conscience, presque naturel.

    Mais je crois que cela vaut vraiment la peine car c’est un réel plus à la séance, en ce sens que varier les angles de pression sur la prostate, alterner les types de mouvements, latéraux, à angle droit, plus vite, moins vite, plus de pression, moins de pression, changer de postures, etc, tout cela varie délicieusement la séance mais d’après ce que j’ai pu constater jusqu’à présent, en ouvrant et fermant alternativement les yeux, c’est tout autre chose, on altère là le spectre-même du plaisir.

    Dans le dernier quart d’heure de ma séance, j’alternais assez bien les moments yeux ouverts puis yeux fermés sans plus trop y penser et les résultats ont été particulièrement spectaculaires durant deux orgasmes que j’ai eus, chacun a duré largement plus d’une minute et chaque fois que j’ouvrais ou refermais les paupières, c’était comme si j’avais brusquement appuyé à fond sur l’accélérateur, une griserie toute particulière venait décupler la puissance de la jouissance, les sensations aussi avaient complètement changé de registre en un instant, je n’avais jamais eu cela avant.

    #22981

    bzo
    Participant

    je signale encore ces superbes alèses imperméables de lit en vente sur Amazon,
    60% ou 70% de réduction sur le prix d’origine, toutes les tailles standards disponibles,
    en quelques instants on peut en fixer un sur le lit avec ses élastiques à chaque coin,
    ils me sont devenus un accessoire indispensable, ils font de mon grand lit tout entier mon terrain de jeu
    aucune tâche, aucune salissure dessous, je peux bouger autant que je veux, triple salto en arrière, faire des pointes sur mon masseur en sautillant comme un danseur classique, etc.

    Aujourd’hui deux séances , une première d’une demie heure
    puis je me suis levé, suis allé aux toilettes, me suis lavé, vaqué un peu sur internet et puis j’ai repris,
    une plus longue séance d’une heure.

    J’ai définitivement adopté l’alternance moments yeux ouverts, moments yeux fermés, le gain en intensité est spectaculaire, pas seulement cela, le territoire s’est élargit, j’y reviendrai quand j’aurai trouvé les mots adéquats.
    L’alternance de fermeture et ouverture des paupières est assez rapide, je sens qu’il y a moyen de trouver une synchronisation, je la cherche, je tâtonne,
    ce serait du côté du plaisir ressenti, de son intensité, des variations de celle-ci, je ponctue ces variations en fermant et en ouvrant les paupières, en quelques instants, la nature-même du plaisir ressenti change imperceptiblement, ce qui accroît aussi automatiquement son intensité, bref c’est un délicieux cercle infernal dans lequel j’adore être empêtré.

    Aussi aujourd’hui deux orgasmes d’une genre nouveau, accompagné pendant de longues secondes, une trentaine pour le premier et une bonne minute pour le second de contractions involontaires, première fois que j’en avais autant et aussi fort, c’était impressionnant, le plus difficile encore au début c’est de bien se laisser aller pour leur laisser libre cours, c’est un peu comme un tam-tam sauvage des muscles, une façon supplémentaire qu’ils ont d’exprimer leur satisfaction, déjà que j’étais en plein orgasme, le premier moment de surprise passé, j’ai accueilli comme il se fallait cette manifestation intempestive de mon corps, toutes mes cellules déjà ivres de plaisir, se sont mis à tressauter à l’unisson, c’est ravageant, disloquant, explosif, heureusement tout se remet en place

    bien que cela ne me déplairait pas de resté figé ainsi en plein orgasme pour l’éternité, disloqué, explosé, dispersé,
    c’est peut-être ce qui nous attend au paradis

    #22982

    Rodward
    Participant

    Bonjour !

    Merci pour ton partage d’expérience @bzo , tes descriptions d’orgasmes donnent envie d’être à ta place ! ^^

    Je me suis également posé la question quand aux rapport des yeux fermés et ouvert, et il est vrai que j’alterne aussi, je m’explique :

    J’essaie de garder les yeux fermés au début pour ressentir les sensations de départ, me concentrer et me relâcher.

    Puis parfois j’ouvre les yeux, par simple curiosité, ou le plus souvent car j’ai l’impression que les sensations stagnent un peu, et que celles-ci peuvent se « débloquer » progressivement. Puis je referme les yeux lorsque je sens que le plaisir commence à être présent, pour pouvoir bien m’y focaliser et me relâcher d’avantage.

    J’ai l’impression que lorsqu’on a les yeux ouverts, pour ma part, le plaisir est plus intense, mais moins ressenti, tandis que yeux fermés, le plaisir est plus centré, focalisé, mais moins présent.

    Ceci ne reste que mon expérience personnelle et peut bien entendu être différente pour chacun 🙂

    #22983

    bzo
    Participant

    @rodward, je suis content de lire que je ne suis pas le seul à percevoir des différences sur les moments yeux fermés et yeux ouverts durant ses séances, à se poser des questions sur ce sujet

    Quelques mots sur la lubrification.
    Tout le monde sait l’importance de bien se lubrifier, pour l’avoir ignoré quelques jours, j’ai eu une hémorroïde rapidement.
    La méthode habituellement préconisée est celle de l’injection avec une seringue à lubrifiant,
    je l’avais d’abord adoptée mais des problèmes gastriques sont apparus, gaz, crampes, selles liquides et malgré que je sois passé rapidement à des lubrifiants sains, sans glycérine et autres.
    Ce que je fais désormais, je retire deux fois après un quart d’heure le masseur et je le ré-enduit à nouveau de lubrifiant,
    deux fois suffisent, après ce n’est plus nécessaire que toutes les demies heures d’après mon expérience, bien que j’ai rarement des séances aussi longues.
    Le lubrifiant dont je suis entièrement satisfait et qui s’achète dans un magasin d’accessoires sexuels en ligne français à un prix défiant toute concurrence est le Swede Aqua Confort

    #22985

    bzo
    Participant

    écrit à chaud au sortie d’une petite séance d’une demie heure bien compacte et bien dense
    qui me confirme dans une nouvelle façon que j’ai depuis hier de bouger le masseur.
    Encore plus d’intensité à la clef, toujours plus loin, toujours plus haut.
    Il y a les requins de la finance insatiables après l’argent et le pouvoir qu’il confère,
    moi je suis un requin du massage prostatique, insatiable au plaisir qu’il procure, accroc aux orgasmes à répétition qu’il engendre si on le cajole comme il faut.
    Il y a la fameuse citation d’Einstein, « Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. »
    On pourrait rajouter en guise de boutade qu’il y a aussi la jouissance humaine qui semble ne pas avoir de limites.

    Cette nouvelle approche que j’utilise depuis hier est la suivante, je vais essayer de décrire tout cela de façon imagée:
    à angle à peu près droit, j’appuie le masseur sur la prostate plus ou moins fort
    et puis je bouge, je bouge latéralement les hanches, je serre les fesses, je me tortille un peu
    mais toujours je garde le masseur appuyé contre la prostate, je change constamment de position, je suis toujours en mouvement, la difficulté est de garder le masseur bien appuyé sur la prostate, je me mets sur les coudes, j’appuie plus fort, du fait du changement de position, l’angle d’appui du masseur change, je m’assieds m’appuyant sur les bras un peu en arrière du corps et toujours le masseur comme une tête chercheuse collé contre ma prostate, s’il se détache, j’essaie de le recoller mais sans me hâter, au contraire, je ponctue par des petits temps morts où je me concentre sur ma respiration un instant, avant de ré-appuyer en changeant la pression à chaque fois, je ferme les yeux, je goûte à l’intérieur les sensations, assis bien droit sur le masseur, j’ai l’impression d’être écartelé par celui-ci, tout mon fondement se met à trembler, sortes de contractions involontaires, c’est délicieux, cela ne dure que quelques secondes, dommage. Je me recouche, j’ouvre les yeux, le plaisir semble maintenant se répandre vers l’extérieur par les yeux, plus être vécu directement dans la chair aussi, je ré-appuie plus fort le masseur contre la prostate, je serre un peu les fesses en élevant légèrement la droite, ce qui provoque un petit glissement du masseur sur la prostate tout en changeant la pression, etc, etc

    C’est quoi l’intensité d’un orgasme prostatique?
    Ma réponse à cette question se forme peu à peu, des bribes de réponses du moins,
    l’intensité d’un orgasme prostatique dépend de la longueur de celui-ci, au plus votre orgasme s’étire, au plus il va devenir intense.
    La première leçon que j’en ai tiré, c’est que dans ces moments-là, il faut essayer de rester le plus détendu possible,
    ménager sa monture en quelque sorte pour ne pas l’essouffler trop tôt, des actions déclenchées directement par notre conscience sur la pointe des pieds pour l’instant et laisser le plus possible faire le corps,
    idéalement il faudrait ne plus rien avoir à faire et que tout s’enchaîne malgré nous, idéalement

    #22986
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Ce sujet des yeux fermés ou ouverts pendant une session de massage prostatique, évoqué par @bzo, fait réagir @rodward qui nous dit :

    Je me suis également posé la question quant au rapport des yeux fermés et ouverts,

    En lisant ces interventions je prends conscience qu’au contraire de @bzo et @rodward je ne me suis jamais posé la question. Mes difficultés de relaxation, concentration et lâcher prise étaient telles que presque toutes mes sessions avaient lieu la nuit, dans le noir et les yeux clos bien sûr. Lorsque mes orgasmes sont devenus plus réguliers et que je me suis lancé dans des sessions diurnes j’ai gardé l’habitude de fermer les yeux.

    Je serais très intéressé de lire d’autres retours d’expérience sur ce point particulier très peu abordé. Bon cheminement à tous.

    #22989

    bzo
    Participant

    courte séance ce soir, j’ai commencé trop tard, je dois aller travailler demain,
    une vingtaine de minutes mais bien plaisante, j’ai eu un premier orgasme très rapidement, moins de trente secondes, ce qui même pour moi est particulièrement rapide, d’habitude il me faut au moins deux, trois minutes tout de même.
    Courte séance mais bien intense, sans temps mort, 5,6 orgasmes, le meilleur, vers la fin, presque complètement assis, yeux ouverts, avec quelques contractions involontaires qui ont pimenté la jouissance.

    je relis ce que j’ai écrit les jours passés, t je me rends compte qu’il est parfois difficile de rester objectif, de coller au plus près du sujet sans lyrisme excessif, de ne pas se laisser emporter par son enthousiasme, surtout que la plupart de mes messages , je les écris à chaud immédiatement après une séance

    @andraneros concernant ce sujet qui t’intéresse , yeux ouverts, yeux fermés, il y a une différence nettement,
    en essayant d’être le plus précis possible, je dirai que yeux fermés, le plaisir est évidemment beaucoup plus intériorisé, on sent beaucoup plus les différences variations, il y a plus de sensations subtiles, on sent aussi beaucoup plus arriver l’orgasme, c’est l’aspect que j’aime le plus dans mes moments paupières fermées, on sent la vague arriver de loin, vous soulever et vous emporter.
    Yeux ouvert le plaisir est plus charnel, plus violent, plus extériorisé, avec de plus fortes variations, je vais bouger aussi beaucoup plus, les sensations sont plus fortes mais moins subtiles, moins diversifiées, par contre je sens moins l’orgasme arriver, il m’est arrivé plusieurs fois de me rendre compte que j’étais en train de jouir qu’après quelques secondes tant déjà le plaisir était puissant avant.
    Est-ce que j’aime plus l’un que l’autre? C’est différent, je suis encore en apprentissage par rapport à cet aspect.
    J’alterne moins souvent désormais, reste de longues minutes yeux ouverts ou yeux fermés pour me laisser m’installer dans les spécificités du plaisir que l’un ou que l’autre procure, je sens en tout cas tout un tas de possibilités, de sensations et de subtilités nouvelles que cette alternance laisse entrevoir une fois que ce sera bien maîtrisé

    #22993

    bzo
    Participant

    détail technique pour les gens qui éventuellement après m’avoir lu, s’essaieraient à des postures assises,
    on n’est pas complètement assis sur le masseur bien sûr, celui-ci serait écrasé et on ne pourrait pas le bouger.
    Les bras sont tendus plus ou moins en arrière du corps, le poids du corps repose en grande partie sur les mains pour avoir une position légèrement surélevé pour qu’on puisse donc effectuer toutes les manœuvres nécessaires avec le masseur.
    C’est assez fatiguant, très fatiguant même en fait ces positions assises mais excitantes en diable,
    on a des angles très intéressants de pression sur la prostate, celle-ci semble plus offerte, plus exposée, si en plus on soulève une jambe, voire les deux (encore plus fatiguant), ouah la la, on grimpe vite au plafond.

    Séance d’une petite demie heure aujourd’hui, après chaque long orgasme, ceux de plusieurs minutes, j’aime rester une minute ou deux à regarder le plafond sans rien faire. Le corps est tellement détendu après ces longs orgasmes, on se sent léger, épanoui, on flotte presque, la chair nous remercie quelque part sourdement et nous même on la remercie en retour de ce qu’elle nous a fait partager.

    Je vais évoquer maintenant pour la première et la dernière fois aussi sans doute le fameux super ‘O’. Quoi de plus surfait que ce concept, vous débarquez sur tout forum consacré aux plaisirs de la prostate, partout dans tous les recoins, vous allez entendre chuchoter sur le fameux super ‘O’, super ‘O’ par-ci, super ‘O’ par là. Ce serait le graal, la Mecque, le Walhalla, le but ultime,

    les prostatinologues dissertent à longueur de message dessus mais combien de gens se gâchent leur séance en espérant à tout bout de champ au fond d’eux enfin sentir le fameux super ‘O’ les soulever comme un fétu de paille un jour de bourrasque. Mais cela ne va que freiner leur évolution, éveiller des frustrations. Car le fait est que le super orgasme, il n’existe pas, il y a des orgasmes plus ou moins forts un point c’est tout.

    Au début vous avez des petits orgasmes de quelques secondes, puis ils vont devenir de plus en plus long, au début vous allez les ressentir uniquement dans la zone du bassin, après peu à peu ils vont se répandre dans tout le corps, vous allez commencer à ressentir des tremblements et des contractions involontaires, ceux-ci aussi vont se répandre peu à peu dans tout le corps. Après? Je ne sais pas, j’en suis plus ou moins là, des orgasmes de 5mn pour les plus longs, ressentis dans tout le corps et puis beaucoup de tremblements, ainsi que des contractions plus ou moins fortes et plus ou moins longuement.

    Mais il n’y a pas un moment, une frontière à partir de laquelle votre orgasme devient un super orgasme, pour moi,c’est juste votre petit orgasme du début qui s’est étoffé, enrichi, paré des milles et un atours de la jouissance qui n’a aucune limite, par conséquent votre petit orgasme du début, il va devenir un géant ‘O’ à force de travail.

    Je crois que cela tient avant tout d’un fantasme, le plaisir sexuel avec le pénis, il aboutit à l’apothéose de l’orgasme éjaculatoire, au cours d’une séance prostatique, on est enclin à fantasmer le même genre de cycle où le super ‘O’ tiendrait lieu d’orgasme éjaculatoire. Je crois qu’il faut se débarrasser de ce genre d’attente pour pouvoir progresser, je parle d’expérience, comme tout le monde j’ai eu une période comme cela où j’attendais le messie mais pour moi désormais c’est fini.

    Allez bonsoir

    #22998

    bzo
    Participant

    j’aime écrire, j’aime lire, j’aime le sexe, j’aime les jeux avec ma prostate.
    La nuit j’adore dormir et rêver mais j’aime encore plus pratiquer les activités précédemment énumérées.
    Donc me voici, rédigeant mes petits billets à propos de mes activités au lit,
    ses hauts et ses bas, ses mille et un gémissements et les mille et une façons de les obtenir.

    On a eu la canicule aujourd’hui à Bruxelles
    et la chaleur est toujours étouffante vers minuit dans mon studio du centre de la ville,
    je n’ai pas anticipé la situation, sorti les deux ventilateurs du placard,
    dès lors, m’étant mis au lit avec gourmandise pour ma séance quotidienne, je me suis retrouvé vite en nage,
    étant donné que je bouge beaucoup, que je dépense beaucoup d’énergie, sans cesse en mouvement,
    j’ai préféré arrêter après un bon quart d’heure et quelques petits orgasmes tout de même(2,3 de moins d’une minute chaque), je n’arrivais vraiment pas à faire décoller la fusée, l’impression que la chaleur m’alourdissait, anéantissait tous mes efforts.
    En principe orage cette nuit et demain des températures nettement plus propices à mes jeux nocturnes.

    Un de ces jours il faudra que j’écrive l’éloge du Nexus G-Rider qui est devenu l’unique masseur auquel je donne accès à mon fondement pour aller taquiner ma prostate.

    Allez bonsoir

    #22999
    aneveil
    aneveil
    Participant

    Bonjour @bzo,

    Petite question au sujet du du Nexus G-Rider : Tu l’utilises avec ou sans mode vibrant, ou bien les deux ?
    Je regarde du côté des masseurs vibrants, car l’Aneros MGX ne me fait pas monter très haut
    et que les délicieux A-less qui venaient spontanément à une époque se sont malheureusement volatilisés
    après une pause de 2 mois..
    J’ai eu de très bonnes sensations avec un simple vibro très basique (pas prévu pour l’anal), c’est pour cela que j’aimerai
    essayer un masseur vibrant, mais je ne sais pas lequel choisir…
    Autre question : quelle diamètre maxi fait le Nexus G-Rider ? (j’ai peur qu’il soit un peu dur à insérer pour moi…)

    #23000

    bzo
    Participant

    @aneveil
    Alors le G-Rider est sans conteste mon masseur le plus imposant et le plus difficile à insérer de par ses mensurations, la longueur réellement insérable est de 10,5 cm, la circonférence maximum est de 11cm.
    Si tu peux insérer sans problème le Progasm, tu n’auras pas de difficulté avec mais si déjà celui-là est problématique,
    alors avec le G-Rider tu auras encore plus dur.

    Je l’utilise sans vibrateur, si tu aimes le Progasm, alors tu va adorer le G-Rider.
    Plus facile à bouger, plus précis, malgré sa masse et ses deux butées assez larges et pas totalement rigides.
    Sa tête en forme de tête d’alien (les amateurs de science-fiction saisiront tout de suite…)
    est diabolique d’efficacité

    Son silicone est de moindre qualité que celui du Aneros Vice cependant
    mais alors son vibrateur est une absolue catastrophe, sans doute le plus mauvais vibrateur de tous les temps,
    dans les modèles d’un certain niveau de prix en tout cas.
    Non étanche, il faut donc faire très attention à l’eau. Déclenchement aléatoire, le petit bout de plastique qui lui sert de poussoir, va se détacher très rapidement, déjà avec il faut appuyer plusieurs fois pour le mettre en route ou pour changer de mode de vibration mais sans, cela tient de l’exploit, il faut insérer son ongle au bon endroit, bref pas très pratique quand on est en plein action.

    Mais de toutes les façons, quand bien même tu parviendrais à le préserver de l’humidité, quand bien même le poussoir qui se détache, ne te dérangerait pas trop, il tombera en panne malgré tout, assez rapidement.
    Donc si tu voudrais l’acheter pour son vibrateur, passe ton chemin, c’est une catastrophe absolue, indigne pour un masseur de ce prix.

    Par contre si tu peux insérer sans problème le Progasm et que tu es prêt à l’utiliser sans le vibrateur (j’y place une pile juste pour la rigidité de la hampe), alors c’est un must absolu, je ne peux pas m’en passer, j’en ai déjà deux
    et je guette sur Amazon Allemagne quand il y aura une démarque sérieuse dessus pour m’en acheter tout un stock
    car je ne connais actuellement rien sur le marché qui approche de près ou de loin ce que ce masseur me procure comme sensations.

    Si tu veux absolument un vibrateur, pourquoi ne pas prendre tout simplement l’Aneros Vice, c’est le meilleur dans sa catégorie, incontestablement

    #23003

    bzo
    Participant

    @andraneros merci d’avoir rectifié, je confirme 11cm de circonférence et un tout petit peu plus de 4cm de diamètre (41 mm)
    mais sa tête est plutôt de forme oblongue qu’arrondie

    c’est un redoutable bélier mais capable d’une douceur infinie

    #23005

    bzo
    Participant

    petit séance aujourd’hui, fatigué, deux beaux orgasmes tout de même,
    j’ai bien senti l’arc du plaisir se tendre lentement en moi,
    j’ai senti à quel point il est important de rester relâché pour accomplir au mieux cette action,
    d’alterner des moments plus frénétiques où on laisse parler son instinct
    et des moments plus contrôlés de suave lenteur

    mais la flèche elle, part toute seule, les doigts qui la tiennent, ne nous appartiennent pas.
    en attendant le moment où tout va devenir vibrations et tremblements, fendant l’air,
    j’accomplis les gestes du rituel enfoui dans la chair des hommes

    allez bonsoir

    #23006
    aneveil
    aneveil
    Participant

    Merci @bzo pour ta réponse !
    En effet peu de temps après avoir posté j’ai vu que son diamètre flirtait avec les 4cm
    ce qui ne sera pas possible pour moi, idem pour le Vice et le Duke qui me semblent aussi trop énormes, dommage car ces deux derniers ont une excellente réputation.
    J’ai fait des essais avec mon Aneros MGx en positionnant le vibro dans la boucle de l’Aneros
    cela procure de très bonnes sensations et réveille ma prostate sans pour autant m’emmener vers l’orgasme.
    Idem avec le Bootie S en m’asseyant sur le vibro…
    Mais je sais que le problème est psychologique et que certains états émotionnels sont très limitants,
    sur ce terrain j’avance (seul et avec une sexologue) mais le travail est plus long que je ne pensais…

    #23016

    bzo
    Participant

    plus haut j’ai écrit qu’il fallait rester relâché…
    cela revient souvent sous la plume de ceux qui écrivent sur les ébats avec leur prostate
    mais qu’est-ce que cela veut dire exactement?

    En fait, cela peut engendrer de la confusion,
    car enfin le plaisir, c’est des tensions qui se font et se défont
    et puis l’orgasme, c’est un pur-sang qui se cabre, c’est la tectonique des plaques,
    des continents brusquement qui se mettent en route, qui s’entrechoquent comme des auto-tamponneuses
    et nous, au milieu de tout cela il faudrait qu’on reste détendu?
    la vérité c’est qu’on est souvent cambré à la limite de la rupture,
    pressé comme un citron dans un presse-jus sur lequel on appuie de toutes ses forces.

    Je dirai plutôt qu’il faut se laisser aller à ce qui se passe,
    il y a une tempête sous le capot, il faut faire comme si de rien n’était
    et se laisser entraîner par ce grand tourbillon sans arrière-pensée
    accueillir les tensions du plaisir, de la jouissance sans se raidir car ce grand capharnaüm qui s’éveille,
    c’est aussi un château de cartes prêt à s’écrouler
    (mais prêt aussi à repartir au quart de tour, une fois qu’on a l’expérience)
    au début on ne pourra pas s’empêcher car la surprise est trop grande à tout bout de champ,
    quand on ressent ses premières contractions involontaires par exemple, tout est sujet à surprise au début
    mais c’est de bonne guerre, ce sont des étapes nécessaires

    allez bonsoir

    #23038

    bzo
    Participant

    mes séances d’aujourd’hui, deux courtes , une d’une demie heure puis une d’un quart d’heure,
    se sont toutes déroulées soit couché partiellement, sur les coudes le haut du corps relevé, soit plus ou moins assis avec les bras en arrière pour porter le poids du corps en partie.
    C’est stupéfiant à quel point dans ces positions les angles de pression sur la prostate m’arrachent des sensations plus fortes, c’est bien simple , en moins d’une minute j’avais mon premier orgasme, trente secondes après les premières contractions involontaires et celles-ci m’ont accompagnés constamment jusqu’à la fin,
    par moments avec une puissance, j’avais l’impression d’être dans la gueule d’une mitraillette,
    tout crépitait, tout tressautait, tout tremblait autour de moi, en moi. Je n’avais pas encore eu d’orgasme aussi fort

    le revers , c’est je ne pouvais pas rester bien longtemps, 1 minute , 1 minute et demie tout au plus
    dès que l’orgasme arrivait car dans ces positions avec les contractions involontaires,
    c’est une véritable danse de saint-guy que j’effectuais dans mon lit,
    comme une marionnette possédée, désarticulée, je bougeais dans tous les sens au gré de mes contractions
    et mes bras fatiguaient rapidement, je devais me recoucher, m’arrêter une minute ou deux avant de reprendre

    bon, j’ai pris une résolution, je vais faire de la musculation des bras,
    la perspective de pouvoir rester de longues minutes à orgasmer ainsi,
    je suis prêt à tous les sacrifices

    allez bonsoir

    #23039

    bzo
    Participant

    ce matin en me levant je me suis dit, « tiens, si je commençais ma journée par quelques orgasmes »,
    rien de tel pour vous mettre de bonne humeur, aussi tôt formulé, aussi tôt en action
    mais ma prostate semblait avoir d’autres idées sur la question, j’arrêtai un peu dépité après un quart d’heure,
    Ce n’est pas la première fois, en fait je n’ai jamais eu de séance réussie au réveil,
    j’ai déjà essayé trois, quatre fois mais chaque fois pareil.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 61)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.