Mots-clés : ,

Ce sujet a 60 réponses, 6 participants et a été mis à jour par bzo bzo, il y a 2 ans et 3 mois.

20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 61)
  • Auteur
    Messages
  • #23267
    bzo
    bzo
    Participant

    merci

    je prends mon mal en patience,
    j’attends un autre complément alimentaire des Etats-Unis
    qui , je l’espère, sera tout aussi efficace pour mon genou, voir plus
    mais sans les effets négatifs sur ma libido

    et en attendant, je suis en mode sourdine,
    j’y pense comme à un paradis perdu à mes séances d’il y a pas si longtemps
    où il me fallait moins d’une minute en général pour avoir mon premier orgasme
    et puis après des séquences de plus en plus intenses, débridées et en roue libre

    mais ce foutu genou est dans un sale état, je dois en passer par là, je crois,
    si je veux retrouver un peu d’autonomie et enrayer l’inflammation constante du genou

    #23316
    bzo
    bzo
    Participant

    mon genou va très bien , merci, je refais un peu de sport et de yoga
    et cerise sur le gâteau, j’ai une courte mais délicieuse séance aujourd’hui

    château de cartes, vous avez dit château de cartes?
    je ne sais pas pour vous mais je nage en pleine confusion certains jours sur certains sujets,
    ainsi sur la foi de quelques témoignages sur un forum attribuant des propriétés malencontreuses sur la libido
    à un complément alimentaire que je prends pour mon genou,
    j’avais mis sur son compte une nouvelle éclipse totale de sensations et de plaisir prostatique,
    je l’avais accepté comme une fatalité nécessaire.

    Mais là aujourd’hui, tout cela a été splendidement démentit, le voile funeste s’est déchiré
    et je l’ai balancé à la poubelle rageusement,
    tout parcheminé par cette traversée du désert, j’ai eu l’infiniment heureuse surprise ce soir
    de sentir le nectar à nouveau couler dans mon gosier

    j’ai cru que j’allais défaillir quand j’ai commencé à sentir du plaisir à nouveau,
    il m’a fallu à nouveau briser la glace, même système que la dernière fois,
    m’en tenir aux techniques éprouvées acquises au cours des mois, ne pas me disperser,
    ne pas m’affoler de l’absence de plaisir
    et continuer ma séance comme si tout fonctionnait à 100% avec des sensations bien présentes.

    Bon dieu que c’était bon le premier orgasme!
    Je tremblais comme une feuille et j’étais au bord des larmes
    tellement j’étais heureux d’avoir joui à nouveau.
    J’avais oublié à quel point cela pouvait être divin, délicieux.
    Après les sensations sont devenues de plus en plus constantes et de plus en plus fortes.

    Je suppose que ce genre d’orages devait fatalement venir un jour ou l’autre dans mon parcours
    qui grosso modo jusqu’ici s’était passé assez idéalement.

    Allons bon de retour sur les rails, fonçons!

    allez bonsoir

    #23321
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Je suis heureux que ayez trouvé une solution pour réduire les douleurs qui vous bloquaient. Ne foncez peut-être pas trop vite dans un premier temps. Si le remède est efficace dans la durée vous aurez le temps de foncer plus tard.

    Bon cheminement @bzo.

    #23331
    bzo
    bzo
    Participant

    ah mes amis, je sors de ma séance,
    tout est oublié, tout est pardonné, ma prostate et moi, on est réconcilié

    dans ces moments d’intense excitation prostatique,
    tout le fondement n’est plus qu’un fourreau de chair palpitant, enivré de plaisir,
    aux millions de terminaisons nerveuses réveillées et sur-sollicitées,
    cette vulve que la prostate fait naître dans la chair
    qui fait que je me tords sur mon lit comme une femme en chaleur laissant libre cours à son corps,
    que Carabosse, ma petite fée du logis avec sa brosse à reluire en silicone noir,
    astiquait, fouillait, titillait dans ses moindres recoins ce soir,
    tout à la fois cajoleuse, douce et si délicieusement brutale

    divine pénétration, vague après vague, le mystère de la résurrection de la chair,
    le miracle de la prostate crucifiée sur le masseur faisant monter au septième ciel,
    l’orgasme écartant les eaux de la Mer Morte pour laisser passer les peuples élus dans la chair

    les positions assis ou semi-assises, sont difficiles à tenir longtemps
    car elles nécessitent d’être plus ou moins penché en arrière
    pour déplacer une grande partie du poids du corps sur les bras,
    de façon à libérer un peu d’espace en-dessous des fesses
    qui permette de continuer à mouvoir le masseur, que celui-ci ne se bloque contre le lit
    mais ces positions sont extrêmement gratifiantes,
    les angles de pression sur la prostate qu’on obtient, sont tout simplement divins,
    on se sent comme écartelé par un dard qui fouille nos entrailles suprêmement

    et si en plus vous levez les deux jambes,
    en appui donc juste sur l’arrière des fesses et sur les bras dans le lit,
    cela devient encore plus difficile mais là cela devient carrément de la jouissance non-stop,
    c’est bien simple quand je me mets dans ces positions quand je suis déjà suffisamment échauffé,
    c’est quasiment un orgasme assuré autant de temps
    que je suis capable de resté dans ces positions hautement instables et éreintantes,
    d’autant plus que la plupart du temps le corps est pris de soubresauts et de contractions involontaires rapidement,
    ce qui augmente bien sûr la jouissance mais rend l’exercice encore plus difficile

    je fais de la gymnastique tous les jours spécialement pour renforcer mes bras,
    j’espère dans quelques mois cueillir les fruits de ce travail de longue haleine,
    à savoir pouvoir rester de longues minutes dans ces positions
    qui sont les plus extraordinaires que je connaisse

    allez bonsoir

    #23337
    bzo
    bzo
    Participant

    une fois n’est pas coutume, je vais écrire un message avant ma séance quotidienne, au lieu de l’écrire après

    le doute, l’incertitude peuvent être destructeurs dans notre pratique.
    je l’ai vécu dans ma chair ces dernières semaines,
    deux fois en un assez court laps de temps, j’ai connu une sorte d’éclipse totale de sensations.

    La première a été déclenchée sans doute par 5,6 jours d’arrêt de massage prostatique,
    je m’y étais astreint par curiosité pour vérifier si quand je reprendrai,
    mes sensations et mon plaisir seraient décuplés, cela a été tout le contraire,
    j’ai perdu mes repères en un temps record, je me suis affolé, je me suis bloqué
    et tout s’est envolé en fumée malgré mes centaines d’orgasmes au fil des mois depuis le début de l’année
    et donc une pratique quotidienne avec un succès certain, une technique bien au point
    et malgré tout cela, je me suis retrouvé gros Jean comme devant.

    La seconde fois, par un concours de circonstances,
    ayant commencé à prendre un complément alimentaire qui fait beaucoup de bien à mon genou mal au point
    mais qui a une assez mauvaise réputation sur certains forums concernant ses effets négatifs sur la libido,
    je m’en suis cru victime mais ce n’était qu’une répétition du même processus décrit plus haut en fait.

    La nature même du plaisir prostatique est éminemment volatile, fragile
    malgré la force extraordinaire des orgasmes qu’on peut éprouver, leur durée aussi, parfois de plusieurs minutes, leur enchaînement extraordinaire certaines fois, l’un après l’autre pendant de longues périodes, ce plaisir très similaire à tous les points de vue au plaisir féminin, sans doute du fait qu’il est tellement enfoui en nous, tellement difficile à éveiller, tellement étranger finalement à ce que nous sommes, un autre nous,
    il est voué à rester un colosse au pied d’argile qu’un souffle néfaste, vicieux peut renverser.

    J’ai réussi à activer en moi un mécanisme d’auto-destruction diaboliquement efficace.
    Il suffit que je pense « est-ce que j’éprouve vraiment du plaisir? », cette pensée est accompagnée pour l’instant en moi
    par une capacité inhibitrice d’une redoutable efficacité, j’ai été désemparé et sans réponse durant un certain nombre de jours avant de comprendre ce qui m’arrivait exactement et de refaire surface, de me débloquer et aujourd’hui , je crois, avoir trouvé définitivement la parade.

    Rien de bien extraordinaire, je l’ai déjà évoqué plus haut, je ne prétends pas avoir mis au point une panacée universelle qui fonctionnera pour tous ceux qui souffrent de perte de sensations, d’incapacité à jouir
    malgré des mois, voire des années de pratique.

    Je réalise en fait, que ma recette nécessite d’avoir eu avant une longue période de succès dans la pratique prostatique comme je l’ai eue, d’avoir aussi une technique bien huilée sur laquelle s’appuyer.
    Hier, avant-hier, durant mes séances, j’ai régulièrement encore eu de ces « passages à vide », j’ai appris désormais à les identifier et sait désormais comment réagir, à savoir en fait, ne pas réagir, faire comme si de rien n’était, continuer à appliquer ma technique bien rodée, ne pas m’affoler et essayer toutes sortes de choses inhabituelles qui n’auront d’autre effet que de m’éloigner encore plus du plaisir prostatique qui prend un malin plaisir à jouer à cache-cache avec moi.

    La nature élusive du plaisir prostatique, son mystère qui ne sera jamais vraiment percé,
    pourquoi la prostate peut-elle tout cela? Nous forcera constamment à remettre en question l’acquis.
    Cela fait partie du jeu, de l’aventure , cette part miraculeuse, caverne d’Ali Baba emplie de plaisirs
    qui en principe étaient étrangers à notre nature masculine s’offre à nous, à nos sens émerveillés,
    on croit le chemin acquis, on s’y habitue, on le prend les yeux fermés, sifflotant, les mains dans les poches durant des mois puis un jour, apparemment sans raison,
    on est comme perdu dans le labyrinthe cherchant désespérément son chemin

    #23338
    bzo
    bzo
    Participant

    je suis tombé du lit, ce qui chez moi, est toujours un très bon signe.

    A force de gigoter et de me tordre dans tous les sens, propulsé par mon hélice de masseur
    la tête et une partie du corps ont finit par dépasser de plus en plus du lit,
    au fur et à mesure que je glissais inexorablement,
    la pensée qu’il faudrait que je réagisse, ré-émergeait régulièrement
    mais était aussitôt emporté à nouveau par la furie des flots,
    en ces moments-là, le plaisir était un capitaine fou à la barre
    et il aurait pu y avoir tous les rochers du monde à quelques encablures de la proue, il n’en avait cure…

    séance de plus ou moins 45mn. Les 30 premières se sont déroulées les yeux fermés,
    j’ai redécouvert les plaisirs subtils de pratiquer ainsi,
    certes les sensations sont moins vives mais aussi beaucoup plus subtiles et variées
    et surtout il y a un vrai crescendo, une montée en puissance du plaisir, se concluant par le point d’orgue de l’orgasme.

    Ces derniers temps j’ai peut-être abusé des séances yeux ouverts,
    si j’osais une comparaison équestre pour les différencier,
    yeux ouverts, c’est une chevauchée sauvage, un galop effréné sans selle où l’on fait corps avec sa monture
    cependant les sensations sont assez monocordes, puissantes mais peu différenciées.
    Dès la première pression sur la prostate je suis près de l’orgasme et ne m’en éloigne finalement peu,
    c’est constamment orgasmique en quelque sorte, j’en ai peut-être trop abusé, cela explique peut-être aussi en partie mes deux crises-pannes de ces dernières semaines.

    Yeux fermés, c’est une ballade plus raffinée, tantôt au petit trot,
    tantôt on accélère, jusqu’à être au galop finalement,
    la selle est en place, les sensations sont moins agressives, moins envahissantes, il y a une complicité tranquille mais néanmoins réelle avec la monture. Mille nuances, une palette aux couleurs variées, il faut être plus patient pour les ressentir.
    Et surtout il y a cette montée en puissance du plaisir, je me rends compte que cela m’avait réellement manqué.

    Le dernier quart d’heure a été le plus intéressant. Pris d’une soudaine inspiration, j’ai recommencé à alterner les moments yeux ouverts et les moments yeux fermés,
    et là j’ai compris que c’était la bonne voie, qu’il y avait moyen ainsi d’unir les deux types de sensations.
    Partir dans un galop yeux ouverts et à des moments stratégiques les refermer pour leur injecter de la nuance, de la variété, freiner un peu pour repartir de plus belle.
    Ou bien rester les yeux fermés, mettre en place le délicieux crescendo aux mille nuances puis ouvrir les yeux régulièrement pour instiller des moment de fureur, de sauvagerie, instiller la puissance du galop et booster la montée en puissance comme on appuierait soudainement à fond la pédale de gaz d’un bolide.

    Le territoire s’agrandit exponentiellement, ce n’est pas un simple ajout , ce sont des potentialités énormes de plaisir à explorer, j’en suis excité à l’avance, l’été va être chaud, très chaud.

    Allez bonsoir

    #23340
    bzo
    bzo
    Participant

    courte séance d’un vingtaine de minutes encore hier dans la nuit mais elle a été extraordinaire à bien des égards

    l’alternance régulière, plus ou moins rapide des moments yeux fermés, yeux ouverts
    a complètement fusionné les deux types de sensations que je décris longuement dans le message précédent
    pour former quelque chose de nouveau, de très excitant, aux potentialités inouïes

    le galop intense aux sensations très vives yeux ouverts, la palette plus variée , plus nuancée et plus raffinée
    des sensations yeux fermés, le crescendo , la montée en puissance du plaisir aussi,
    tout était là dans un même flux de sensations, certes encore un peu chaotique et mal maîtrisé,
    le moteur a eu quelques ratés

    à mon grand étonnement et éblouissement,
    je me suis senti comme Christophe Colomb mettant les pieds sur un nouveau continent
    car ce ne sont pas juste deux types de sensations qui s’ajoutent les uns aux autres,
    leur fusion a quelque chose d’exponentiel, un débridage de la moto soudainement,
    une mise à ma disposition d’une puissance et de sensations insoupçonnées

    #23400
    NewGone
    NewGone
    Participant

    Bonjour à tous !

    Tout nouvellement inscrit, j’avais lu quelques discussions ici et me suis dit que je devais participer aux échanges de notre « petite » communauté !

    Les messages de BZO m’ont un peu « ouvertles yeux » (ben oui, je ne pouvais pas la rater, celle-là!), sur ce coté subtil des perceptions « yeux ouverts, yeux fermés ».

    J’ai testé, effectivement cela change les perceptions… Je suis très sensible aux aspects fusionnels, elargissement de conscience, perceptions augmentées, etc…Non pas que je sois un nouveau « new age » attiré par de nouvelles philosophies, mais je relies aussi ma démarche personnelle de recherche de plaisirs (ne soyonspas hypocrite 😉 ) à un bien-être oersonnel et une merilleure vision du monde et de l’existence.
    Ce coté dual, justement (concentration sur les sensations du corps, interiorisation) et ouverture des yeux, perception de l’environnement, un certain « retour au réel exterieur » est tout à fait interessant dans le cheminement du plaisir personnel ressenti ces dernière séances. Dans une démarche globale de perceptions (personnelles et universelles), çame semble un très bon moyen de progresser et d’augmenter sensiblement le plaisir attendu.
    Jenesais si c’est grâce à celà ou autre, mais j’ai vécu ces derniers jours des orgasmes anérosiens assez… oufff!! prometteurs !!!! 😉
    (Pour me présenter un peu – excusez du retard! – j’ai 5 ans d’experience du Progasm, avec une « pause » de 3 ans due à un contexte de vie particulier…. mais jeme rattrape ! 😉

    Merci en tout cas à BZO pour ses messages, un exemple de plus qu’il faut partager ses experiences personnelles !

    Bonnes vagues à tous !

    #23409
    bzo
    bzo
    Participant

    cela fait plaisir de lire que quelqu’un là-bas dans le vaste monde du réel
    vit des expériences similaires,
    bienvenu sur le forum

    le concept de « yeux ouverts, yeux fermés », deux types de sensations, n’est qu’un élément parmi d’autres
    qui contribuent au plaisir prostatique
    mais c’est une corde de plus à notre arc clairement,
    je suis actuellement dans l’expérimentation de la meilleure façon de l’intégrer dans ma pratique,
    de la rendre sans effort

    mais les possibilités sont très intéressantes et vastes:
    fusionner les deux types de sensations en un flux de sensations,
    ce qui est ressenti, je l’ai vécu, quand c’est réussi,
    comme d’entièrement nouvelles sensations, avec une intensité toute nouvelle aussi,
    étonnant, assez extraordinaire en fait,
    ou alors tantôt de favoriser l’une en injectant à intervalles plus ou moins réguliers de l’autre,
    selon notre envie du moment,
    on peut avoir une bonne séquence yeux fermés où on n’a plus du tout envie
    de les ouvrir assez longuement et vice et versa, etc

    pas évident, je trouve, car il s’agit de faire passer les commandes
    d’ouvrir ou de fermer les yeux de l’esprit vers le corps,
    du niveau conscient vers plus bas, trouver des automatismes en quelque sorte,
    j’espère que je m’exprime d’une façon suffisamment claire,
    de façon à ce que notre concentration ne soit pas perturbée
    et que nous puissions rester entièrement concentrer sur le plaisir,
    que notre cerveau ne reste qu’un réceptacle pour les sensations
    sans aucune pensée parasite

    trouver des automatismes donc, une intégration, j’y travaille,
    peut=être simplement le temps suffira, s’habituer à cette action d’ouvrir et de refermer les yeux
    en fonction de ce qu’on éprouve ou de ce qu’on a envie d’éprouver

    #23414
    bzo
    bzo
    Participant

    alors un petit rapport sur mes récentes expérimentations avec ce concept
    de « yeux ouverts, yeux fermés, deux types de sensations, ne plus en former qu’un seul type en alternant ouverture et fermeture des paupières »

    hier, deux séances assez décevantes, la première, je forçais les alternances à intervalles assez rapides,
    trop rapides, ils ont eu avant tout comme effet de couper mes élans, de parasiter mes sensations,
    trop c’est trop, est la leçon que j’en ai tirée.

    La second séance, un peu échaudé, j’ai au contraire été trop timoré, alternant peu, trop peu
    mais habité en même temps par l’envie tenace d’alterner plus souvent, sentiment d’impuissance et de frustration,
    la séance a donc aussi été gâchée

    et puis il y a eu la séance d’aujourd’hui, j’en sors, cette fois-ci aura été la bonne,
    j’ai compris de quelle façon il fallait opérer
    et cette session d’un peu plus d’un heure et quart aura été délicieuse,
    sans doute à bien des égards la meilleure que j’ai eue jusqu’ici par la richesse des sensations,
    leur puissance et leur variété renouvelées

    mes théories se sont vérifiées totalement, on peut fusionner les deux types de sensations
    et cela donne quelque chose de neuf d’une richesse et d’une intensité surprenantes

    alors comment je m’y suis pris?
    Je vais essayer d’expliquer tout cela.
    Cependant un avertissement avant, c’est une pratique pour utilisateur avancé,
    ou du moins qui ont atteint un certain stade que je vais essayer de décrire le plus précisément possible.

    Nommons d’abord les acteurs principaux participant à cette fête secrète, à ce jeu délicieux.
    La chair, cette bidoche imbibée de sang, de pulsions, de peur et de désir, le masseur , la prostate et le cerveau.
    Mon propos concerne principalement ici le dernier cité, si votre cerveau quand vous êtes en pleine action,
    n’est plus qu’un réceptacle genre éponge où viennent se déverser
    toutes les sensations de plaisir montant de votre corps , que les pensées n’y sont plus que des éclairs brefs et rabougris, immédiatement happés et noyés par les flots, alors vous êtes prêts à éventuellement tester ce que je vais décrire si le cœur vous en dit.

    L’astuce en fait, c’est de laisser traîner l’idée d’ouvrir et de fermer les paupières, à la surface des eaux,
    un bouchon qui va et vient, qui disparaît un peu et puis qui ré-apparaît,
    petit éclair bref et rabougri mais insistant, tenace, revenant,
    une pensée qui bouchonne à la surface des eaux mais qui n’entraîne aucun action physique,
    cela n’a pratiquement aucune influence sur la perception des sensations,
    à peu près autant d’effet qu’un moucheron sur le dos d’un pachyderme.
    Mais au bout d’un moment, ce bouchon qui traîne à la surface des eaux,
    le corps va le prendre comme une balle au bond ,
    vous voilà sans même que vous ayez enclenché l’action consciemment, pratiquant l’alternance désirée!
    Mais vous pouvez aussi de vous-même de temps à autre enclencher l’alternance, je l’ai fait plusieurs fois, je n’ai pas attendu que le corps le fasse, j’ai simplement senti que c’était un particulièrement bon moment pour le faire, pour provoquer une sorte de virage en quelque sorte, provoquer une chaîne de réactions. Cela vient tout naturellement, on sent que c’est un bon moment pour le faire.

    Testé aujourd’hui, cela a marché splendidement, j’ai hâte de recommencer.

    Allez bonsoir

    #23438
    bzo
    bzo
    Participant

    eu un nouveau type d’orgasme aujourd’hui,
    court, une quinzaine de secondes, une sorte de spasme d’une violence incroyable,
    j’étais terrassé, incapable de bouger, incapable de respirer même,
    tellement ce coup de poing de plaisir a bloqué tout sur son passage

    nouvelles sensations, nouvelles façons de bouger, nouveaux rythmes…
    la révolution « alternance yeux ouverts, yeux fermés » est en marche…

    je me rends compte cependant que je peux retrouver mes anciennes sensations assez facilement,
    il me suffit de rester un peu plus longtemps yeux ouverts ou yeux fermés
    et je retrouve ce qui a été mon plaisir pendant des mois quand je restai toute la séance,
    soit yeux fermés, soit yeux ouverts selon la période

    mais ce qui m’intéresse avant tout bien sûr, ce sont ces nouvelles sensations
    issues de cette alternance.
    Je suis en cours d’expérimentation et d’analyse de tout cela,
    je livrerais au fur et à mesure des jours mes conclusions, mes trouvailles

    en fait ce qui change yeux ouverts et yeux fermés,
    c’est notre concentration, notre perception.
    Yeux fermés, le corps n’est plus là, on semble en contact direct avec la prostate,
    on perçoit toutes les nuances des pressions du masseur dessus,
    toutes les fluctuations du plaisir, les milles et un subtils changements,
    c’est un monde très feutré où la violence ne fait irruption que dans les moments les plus aiguës des orgasmes.
    Yeux ouverts, le corps et le monde extérieur se connecte à notre cerveau
    et notre perception des sensations montant de la prostate s’en trouve immédiatement grandement modifiée,
    elles semblent accomplir un chemin plus long pour nous arriver
    mais paradoxalement semblent gagner en vivacité, en violence tout en perdant en diversité,
    notre corps sent avant nous, le parcours suivi peut-être est une espèce de toboggan,
    ce qui expliquerait le changement

    j’observe très attentivement actuellement ce phénomène,
    bien le comprendre, c’est mettre toutes les chances de son côté pour des extases encore plus accomplies

    le fait est qu’avec une alternance régulière, le « switch » entre les deux types de perception des sensations
    n’est pas instantané, d’où cette fusion qui entraîne la naissance de nouvelles sensations
    infusant de la variété , des couleurs inédites dans les sensations plus directs, plus crues, plus violentes, yeux ouverts
    et vice et versa, plus de violence, plus d’ardeur dans les sensations yeux fermés

    mais surtout ce crescendo, cette lente monté en puissance du plaisir reste toujours là,
    aussi bien yeux ouverts maintenant que yeux fermés grâce à une alternance régulière,
    avec une explosivité accrue des orgasmes

    c’est un monde nouveau à bien des égards qui se présente à moi
    et je l’explore avec gourmandise et avidité
    tout en me réservant la possibilité de garder les yeux ouverts ou fermés plus longtemps
    pour retourner vers des plaisirs plus familiers, plus balisés

    allez bonsoir
    bzo 2.0

    #23446
    bzo
    bzo
    Participant

    délicieuse série d’orgasmes 2.0 aujourd’hui

    par contre je ne parviens pas encore à en avoir qui durent plusieurs minutes comme avant,
    moins d’une minute pour l’instant

    mais cela progresse, hier ce n’était que 30 secondes tout au plus,
    et puis aujourd’hui je suis parvenu à en enchaîner toute une série,
    alors que hier ils étaient beaucoup plus espacés

    l’assimilation des nouvelles sensations dues à l’alternance yeux ouverts, yeux fermés, est en bonne voie

    la chose qui semble en tout cas , ne pas changer,
    c’est que je tremble toujours comme une feuille et suis pris de soubresauts quand je jouis,
    manquent encore aussi les contractions involontaires
    et puis le moment béni où je pars en roue libre et n’ai plus tout ma tête,
    faudra attendre sans doute le retour des orgasmes de plusieurs minutes pour cela

    nouveauté, ces orgasmes coups de poing de plaisir
    qui ne durent que quelques secondes mais d’une intensité assez phénoménale,
    j’en ai encore eu deux aujourd’hui
    bien que pas tout à fait aussi intense que celui de hier où j’avais eu même le souffle coupé,
    je n’arrivais plus à respirer pendant une bonne dizaine de secondes
    tellement tout mon corps était paralysé par l’intensité du plaisir

    allez bonsoir

    #23454
    bzo
    bzo
    Participant

    bonne progression aujourd’hui aussi

    étonnant comme presque tous les faits et gestes de ma pratique
    sont désormais sous le contrôle de mon corps
    et le vide se fait dans mon cerveau pour y laisser la place aux sensations qui montent

    jusqu’il y a quelques jours…

    entre temps il y a eu l’alternance, la fameuse alternance « yeux ouverts, yeux fermés »
    que je rabâche à longueur de messages pour l’instant,
    comme je l’ai expliqué plus haut, j’ai appliqué une certaine technique pour commencer à l’intégrer,
    elle devient plus facile à pratiquer jour après jour, c’est très encourageant
    et puis les sensations nouvelles sont là, qui se renforcent, je découvre les extra-territoires gagnés

    mon corps intègre de plus en plus cette pratique,
    même si c’est encore principalement ma conscience qui commande l’ouverture et la fermeture des paupières
    mais de moins en moins, aujourd’hui, dans la dernière partie de ma séance,
    je n’avais presque plus à intervenir, l’alternance se faisait toute seule, sans effort, étonnant

    séance plutôt courte mais plein de sensations fortes et plein d’orgasmes délicieux

    je voulais réserver un peu de temps pour une deuxième séance d’A-less,
    sans masseur donc, immédiatement dans la foulée.
    D’abord j’ai essayé d’appliquer les mêmes techniques
    que celles qui ont fait leurs preuves chez moi avec Carabosse, ma petite fée en silicone noire
    dont la grosse tête aime tant à se frotter contre ma prostate,
    c’est-à-dire une pratique très dynamique, constamment en mouvement, beaucoup de changements de posture,
    de perpétuelles variations des angles de pression, un corps à corps passionné,
    une lutte amoureuse entre le masculin et le féminin en moi, quoi!
    Mais je me suis vite rendu compte que ce n’était vraiment pas la bonne manière

    il faut au contraire rester bien inerte, se détendre le plus possible, étendu de son long,
    enfin pour l’instant j’ai adopté cette position, pour pouvoir bien sentir les contractions.
    L’alternance ici ne semble pas pertinente non plus,
    il me semble que c’est plus intéressant de pratiquer ce type de massage prostatique les yeux fermés
    où on est en contact direct avec nos sensations dans l’univers feutré intérieur
    et on perçoit ainsi mieux les infimes variations, les changements de pression.
    Mais on verra plus tard quand j’aurai plus de pratique si une alternance peut être intéressante ici aussi.

    J’ai réussi à obtenir quelques sensations intéressantes, même réussi à m’arracher quelques gémissements,
    je sens déjà que cela va être quelque chose de totalement différent,
    des portes se sont entrouvertes quelques instants ici et là durant ce quart d’heure d’A-Less
    et j’ai pu entrevoir, ou plutôt, entre-sentir, ce à quoi je peux m’attendre si je persévère

    bon il va falloir trouver l’humilité pour accepter que dans cette pratique je ne suis qu’un débutant balbutiant,
    ce n’est pas évident quand de l’autre côté il me suffit parfois déjà
    d’une première pression sur la prostate avec le masseur pour avoir un orgasme,
    avec tout ce que j’ai déjà vécu au cours des mois passés nuit après nuit,
    les tempêtes de plaisir que je suis parvenu à faire naître en moi,
    je me sens quand tout va bien comme un magicien tout puissant au milieu de son royaume,
    il n’est pas facile d’accepter après de pareilles sensations
    d’être de nouveau un débutant qui doit s’armer de patience

    suite au prochain épisode

    allez bonsoir
    bzo 2.0

    #23460
    bzo
    bzo
    Participant

    belle séance ce soir

    20 minutes comme à l’habitude, tout en mouvements et en virevoltes
    mais je commence à sentir les limites de ces excès de changements de postures,
    de toutes ces acrobaties malgré qu’il y a toujours beaucoup de plaisir et des beaux orgasmes à la clef

    Après j’ai enlevé le masseur et je me suis à nouveau essayé à l’exercice du A-Less pendant une bonne demie heure.
    Quelques bonnes sensations, même un plaisir certain par moments
    mais essentiellement pour l’instant je fais connaissance, je tâtonne,
    je crois que je commence à faire quelques progrès, j’apprécie beaucoup en tout cas le calme et la détente
    que je sens nécessaires pour cette exercice, cela me change de la tempête amoureuse
    que sont en général mes séances
    et je prends beaucoup de plaisir à exercer mes muscles sans le masseur,
    il faut s’y habituer à les bouger sans la hampe en silicone
    mais c’est très agréable en fait, on les sent mieux,
    manque plus que la réponse du plaisir prostatique mais cela va venir, je suis prêt à être patient
    car je sens que le jeu en vaut la chandelle

    Cela va être quelque chose de complètement différent, le potentiel est énorme
    et cela va me procurer une délicieuse alternance, je me vois bien avoir des séances mixtes, tantôt avec, tantôt sans.

    C’est ce que je fais déjà en fait depuis hier
    mais pour l’instant les moments sans masseur,ce sont justes des moments d’apprentissage, de découverte

    Après une bonne demie heure, j’ai remis le masseur pour encore une quarantaine de minutes
    mais pour quelque chose de complètement différent, je me suis inspiré des progrès
    que j’ai fais quelques minutes avant sans le masseur et au lieu de reprendre de la façon très agitée et constamment en mouvement qui est la mienne habituellement, j’ai au contraire reproduit plus ou moins ce que j’ai fais, adaptant juste un peu tout de même, à savoir des postures beaucoup plus calmes, tenues plus longuement, avec des pressions longues, insistantes sur la prostate , bougeant un peu de temps à autre pour provoquer des petits frottements supplémentaires
    ou alors quelques mouvements circulaires, lascifs, alanguis alternant avec les pressions immobiles,
    beaucoup de bonnes sensations à la clef, je vais continuer dans cette voie dans les jours à venir

    enfin après 90 minutes grosso modo, comme il a fait très chaud aujourd’hui à Bruxelles
    et que j’avais beaucoup bu d’eau et de limonade en début de soirée, j’ai enlevé le masseur
    me suis allongé, me suis bien détendu et puis j’ai lâché les vannes , les chaudes gouttelettes ont monté pendant 5 bonnes minutes, titillant délicieusement ma peau sur leur passage, dévalant joyeusement sur mon bas-ventre, mon ventre, jusqu’à mon visage de temps à autre quand j’appuyais soudainement plus fort

    je me rappelle quand j’avais 15 ans, mes parents m’avaient envoyé dans une école catholique pour essayer de me faire retrouver le droit chemin des études et un peu de discipline.
    Mais cela a été une catastrophe et 6 mois après je me suis fait expulser,
    je me souviens encore du prêtre qui était notre mentor, notre responsable, « vous allez mal finir si vous continuez comme cela! » m’avait-il asséner avant que je parte.

    Eh bien o combien il avait raison le bougre! Me voilà à 50 ans passés, nuit après nuit à m’enfoncer un masseur prostatique dans le fondement
    et même à m’uriner dessus lentement et consciencieusement de temps en temps…

    allez bonsoir

    #23543
    bzo
    bzo
    Participant

    encore moins d’activité que d’habitude sur le forum,
    plus ou moins tout le monde doit être en vacances.
    Les libertins se serrent les uns contre les autres sous d’autres cieux,
    les sado-maso se fouettent et s’attachent sur d’autres rivages,
    les fistfuckeurs se fistfuckent sur des plages exotiques,
    les amateurs de golden shower font trempette sous d’autres latitudes

    moi je reste, je ne prends jamais de vacances, je prends congé tous les mercredis une bonne partie de l’année.
    J’ai l’impression d’avoir deux week-end par semaine! Le plus dur après quand on y est habitué,
    c’est quand il faut retravailler cinq jours complets, la semaine semble interminable..

    Courte séance ce soir, ces derniers temps j’aime des séances bien compactes, rarement plus d’une demie heure
    mais bien intenses avec quelques beaux orgasmes à la clef
    mais je suis tout de même en mode mineur actuellement, pas une faim dévorante de plaisir prostatique pour l’instant

    je me suis un peu relis, qu’est-ce que je peux écrire comme bêtises, c’est assez consternant par moments
    mais bon c’est de bonne foi, rien de prémédité à écrire n’importe quoi pour égarer le lecteur,
    c’est juste l’enthousiasme du moment qui me fait complètement délirer, surtout que j’écris la plupart de mes messages
    dans la foulée de mes séances juste après avoir terminé de ranger mon matériel, de nettoyer mes outils.

    Aussi je me rends compte que le plaisir tend à me rendre lyrique,
    j’en rajoute à gauche et à droite, j’enjolive, je suis un peu dépassé par mes images, mon lyrisme
    mais là aussi, aucune volonté maligne de tromper qui que ce soit, juste l’enthousiasme du moment

    bon ceci dit, j’ai sacrément pris mon pied ces derniers mois
    et je serai toujours éternellement reconnaissant à ceux qui m’ont fait découvrir ce type de plaisir,
    je pense essentiellement à l’initiateur de ce blog et son fameux traité,
    même si je diverge très sérieusement quant aux façons d’atteindre au plaisir prostatique,
    j’applique des méthodes nettement plus dynamiques, plus en mouvement, énormément de variations,
    enfin ceux qui passent par ici de temps à autre, l’ont certainement déjà compris,
    une lutte amoureuse entre notre part féminine et notre part masculine,
    est l’expression qui me parait la plus appropriée pour caractériser la façon dont je vois notre pratique,
    on se fait l’amour avec tout cela implique comme engagement, comme sueur,
    un monde riche de mille positions, mille mouvements différents pour toujours se renouveler,
    grimper toujours plus haut au plafond et ne pas lasser notre prostate

    le massage prostatique est fondamentalement différent de toutes les pratiques masturbatoires
    à tellement d’égards, elle a vraiment une place à part, je crois,
    autant celles-ci ne sont que des palliatifs, autant le plaisir prostatique apporte un réel épanouissement
    et peut être aussi un vrai complément enrichissant la vie d’un couple,
    changeant complètement la perspective que l’homme peut avoir sur son plaisir et sur celui de son partenaire

    le massage prostatique est tellement riche, tellement puissant, semble tellement sans limite,
    qu’il peut apporter une sensation d’autosuffisance, c’est sans doute un réel danger

    #23572
    bzo
    bzo
    Participant

    quelle délicieuse séance ce soir, j’en suis encore tout chose,
    j’étais en mode mineur ces derniers jours
    mais là je suis repassé en mode majeur!

    j’ai vite compris que ce serait la cinquième de Beethoven qui sera exécutée ce soir
    dès les premiers coups de pom pom pom pom contre ma prostate, le destin de mon plaisir était scellé,
    l’orchestre philharmonique de Berlin était là, au grand complet, tous nus et fous furieux, pas un violon, pas une contrebasse, pas un triangle qui manquaient à l’appel de mes sens, tous là jouant parfaitement synchrone.

    J’ai pris le temps tout de même de m’observer discrètement, subrepticement, j’avais trop envie de bien visualiser, de ressentir ce que j’ai qualifié plus haut de « lutte amoureuse entre notre part féminine et notre part masculine »,
    et là oh combien a été mon étonnement de me rendre compte qu’une fois j’étais bien excité, bien lancé,
    la part masculine semblait complètement disparaître, ne plus être personnifié que par ce bout de silicone noir enfoncé dans mon fondement.
    Tout mon corps semblait désormais habité par une femme, une femme en chaleur et sans aucune retenue,
    le moindre de mes mouvements, la façon dont je bougeais les hanches, la façon dont j’écartais les jambes, la façon dont je gémissais, tout, absolument tout semblait indiquer que ce corps était habité pour l’instant par une femme

    Alors où est cette lutte amoureuse entre une part masculine et une part féminine,
    si celle-ci occupe toute la place durant la séance?
    Le fait est que pour que cette lutte amoureuse puisse avoir lieu, on doit parvenir à s’effacer totalement,
    vider son cerveau, celui ne doit plus être qu’un réceptacle où viendra se déverser le plaisir
    et laisser notre corps, la part réellement masculine en nous, ce corps d’homme,
    festoyer avec cette part mystérieuse qu’il a le pouvoir de faire naître éphémèrement,
    notre corps se dédouble donc et se fait l’amour,
    et nous , nous, on peut être aux premières loges pour goûter le spectacle, restons aussi silencieux que possible
    pour ne pas déranger les acteurs en présence et dégustons chaque décibel de ce divin festoiement de la chair

    #23622
    bzo
    bzo
    Participant

    cela faisait un certain temps, 12 jours très exactement si j’en crois le dateur du fil de la discussion,
    enfin discussion n’est pas le mot exact, plutôt du monologue de mes délires prostatiques

    Je n’avais plus rien à écrire tout simplement parce que je n’ai plus eu de séance depuis,
    , j’étais saturé, il fallait que quelque chose change quelque part et cela s’est passé.
    J’ai repris aujourd’hui, une séance courte mais très satisfaisante.

    J’ai foncé dès que j’ai découvert le massage prostatique, quelle aubaine je me suis dit,
    et j’ai acquis à toute vitesse certaines idées bien arrêtées que je me dois de remettre en question,
    je vais essayer de tout expliquer dans les jours à venir
    car je crois que d’autres pourront bénéficier de mes erreurs, de mes excès.

    allez bonsoir

    #23623
    Peri
    Peri
    Participant

    Bonjour Bzo,

    Je tiens à vous dire que je suis avec grand interêt vos messages. Ils m’accompagnent dans mon cheminement, me font espérer des hauteurs de plaisir vertigineux.

    Alors avec une certaine hâte, je vous souhaite une bonne continuation.

    #23624
    bzo
    bzo
    Participant

    @peri, c’est gentil ce que vous écrivez, vous y arriverez très certainement aussi,
    c’est une question d’investissement de soi-même dans la pratique
    et si je peux contribuer par mes messages à vous faciliter le périple,
    cela me fait grand plaisir

    C’est une sorte de journal que je tiens ici, je relate, je relate
    mais parfois aussi je m’égare…
    J’assume. J’explore
    et donc parfois je prends des chemins de traverse qui mènent nulle part.

    Ainsi cet épisode des « moments yeux fermés, moments yeux ouverts »,
    je crois que je me suis assez fourvoyé avec cela.

    Si je devais faire le point, où j’en suis arrivé, décrire en quelques mots,
    je dirai qu’à présent, j’essaie le plus possible de ne plus être qu’un spectateur
    le plus passif et le plus attentif possible,
    un spectateur de mon propre corps en train de se faire l’amour.
    Donc il est avant tout question de me laisser aller, de m’oublier complètement,
    de chasser toute pensée de mon esprit et de laisser mon corps faire ce qu’il veut,
    ma technique est bien au point, cela roule tout seul de ce côté-là.

    Sensation étonnante, omniprésente d’être une femme en chaleur se donnant du plaisir,
    c’est le corps animal qui règne, qui festoie

    Mais je me dois avant tout de confesser une terrible erreur que je perpétue depuis des mois
    et je m’en voudrais d’entraîner d’autres personnes éventuellement sur cette voie

    de quoi s’agit-il?
    Je ne m’en cache pas, cela fait des années que je ne fais plus l’amour
    quand j’ai découvert au début de l’année le massage prostatique,
    enthousiaste, tête brûlée,
    j’ai foncé dans ce tourbillon de plaisir inouï, jusque là inconnu, qui s’est offert assez rapidement à moi,
    assez rapidement aussi j’ai arrêté la masturbation,
    persuadé que j’étais que le renforcement de mes sensations était lié à cet arrêt,
    eh bien j’avais tout faux, c’est du grand n’importe quoi en fait.

    La vérité est que mon plaisir, mes orgasmes se renforçaient
    parce que le « rewiring » est devenu de plus en plus effectif, ma technique aussi,
    et sans doute aussi parce que je suis assez doué, qu’il m’est assez facile de faire parler la poudre
    mais la qualité du plaisir prostatique n’est en aucune manière liée à l’absence de masturbation

    pire, je suis persuadé à présent que ces dernières semaines si j’ai connu des pannes « prostatiques »,
    qui se manifestaient par une impression d’éloignement de plus en plus grande de mes sensations,
    je les sentais plus fortes que jamais mais de plus en plus dans le lointain, de plus en plus loin de moi

    or hier j’ai ressorti mon masseur de sa boîte mais sans grande illusion
    car je me disais, ayant cédé à la masturbation ces derniers jours,
    les sensations avec le masseur seraient tiédasses.
    Eh bien j’ai été bien étonné, c’était tout le contraire,
    cette sensation d’éloignement de mes sensations avait complètement disparue!
    Je me sentais à nouveau complètement en phase avec mes sensations, plus aucune distance

    et j’ai connu hier et aujourd’hui des séances tout à fait délicieuses,
    je vais analyser et décrire tout cela calmement
    et ce qu’il y a de nouveau car il y a beaucoup de nouveau

    allez bonsoir

    #23636
    bzo
    bzo
    Participant

    délicieuse séance ce soir,
    courte mais très intense, juste comme je les aime pour l’instant,
    pas plus d’une demie heure.

    ne pas se masturber de temps à autre
    si on n’a pas une compagne ou un compagnon pour faire l’amour,
    n’est vraiment pas une bonne chose,
    je comprends maintenant que cela a détraqué momentanément pas mal de choses.
    Mes sensations semblaient de plus en plus s’éloigner de moi
    et par conséquent pour parvenir encore à les ressentir ,
    j’y allais de plus en plus fort.

    Désormais depuis trois jours, la frénésie s’est éloignée de moi,
    mes gestes sont redevenus beaucoup plus doux
    et je me sens complètement en phase avec mes sens, avec ce qui montent comme sensations.
    Les orgasmes sont là, s’enchaînent à un bon rythme avec une qualité toute renouvelée

    C’est une vraie renaissance et je suis un homme heureux.
    J’ai eu ma meilleur séance depuis mes commencements ce soir,
    en tout cas dans la catégorie des moins de 45mn.

    Pour l’instant, chaque séance je la termine en me versant généreusement du lubrifiant sur le sexe et le bas-ventre
    et puis en me massant toute la région tout en gardant le masseur dans le fondement
    et essayant encore de le bouger un peu, la jouissance avec éjaculation vient rapidement et est très intense.

    allez bonsoir

20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 61)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.