20 sujets de 81 à 100 (sur un total de 385)
  • Auteur
    Articles
  • #40578
    bzo
    Participant

    saut de page 4

    #40579
    bzo
    Participant

    me suis levé plus tard, comme la plupart des mercredis, jour de congé pour moi,
    j’adore couper la semaine ainsi, mon mini week-end à moi pour décompresser, me promener, aller chez mes bouquinistes
    et puis et puis, bien sûr, lever de douces tempêtes en moi

    oh ma chair, ce matin encore, j’ai immédiatement perçu qu’on avait augmenté le potentiomètre d’un cran,
    mon sexe et mes couilles, bien au chaud dans leur nid entre mes cuisses,
    ronronnaient de plus belle,
    je ne bougeais pas, je restais ainsi, cela se diffusait lentement à travers mes cuisses
    et mon bassin, tout lentement,
    des ondes qui nageaient, qui répandaient le bonheur à travers mon être

    j’ai désormais constamment comme un foyer d’infection délicieux dans mon bas-ventre,
    comme un supermarché surpeuplé, cela grouille tout en bas,
    cela n’arrête pas et puis dès que j’y ajoute un petit mouvement ou deux,
    c’est comme si on tirait un feu d’artifice dans mon corps,
    je pars en roue libre, le bonheur est dans les prés, je suis le plus heureux des hommes

    des hommes?
    je commence à me poser la question, moi aussi,
    pourquoi j’écris cela?
    parce qu’après avoir lu un article dans le New York Times sur une personne transgenre au Bengladesh,
    j’en ai consulté d’autres dans leurs archives,
    je me suis rendu compte que je lisais ces articles avec une avidité toute particulière,
    qu’ils me bouleversaient de fond en comble,
    cela a fait tilt chez moi soudainement, comment cela se fait que cela me parle tellement?
    pourtant je n’ai jamais vraiment senti au niveau conscient une quelconque manifestation
    de femme égaré dans un corps d’homme, appelons-le comme cela,
    encore là maintenant à l’heure où j’écris ce texte, je me sens bien dans mon corps d’homme en tant qu’homme,
    enfin c’est vrai tout de même que j’ai des idées très très, mais alors très très, féministes,
    que je suis persuadé que la femme nous est bien supérieure,
    qu’un jour, nous vivrons dans un matriarcat,
    que j’ai une sensibilité très très développée, etc
    mais jamais à aucun moment, une envie profonde d’être une femme, sinon pendant mes séances,
    alors là , bien sûr, mes textes en témoignent, je vis mon plaisir à 100% en mode yin

    mais là ce matin, cela m’a fortement troublé,
    la passion que j’éprouvais à lire ces reportages sur des personnes transgenres,
    à quel point je me sentais concerné, à quel point ils m’émouvaient,
    ce peut-il que quelque part au fond de moi-même, enterré sous des couches?
    curieux, intrigant, en tout cas

    #40584
    bzo
    Participant

    hum, étonnant que je me sois cru obligé d’écrire cela ce matin
    mais c’est une constatation qui ne date pas de ce matin chez moi,
    je suis tout particulièrement intéressé et ému par les témoignages de transgenres

    c’est un difficile mais magnifique combat d’affirmation de soi, de son identité,
    ceci étant dit, j’ai été très excessif en me posant la question
    si cela pourrait être le signe que moi-même, quelque part

    bien sûr que non, c’est juste qu’avec la pratique que j’ai développée,
    ce mode yin, ce plaisir vécu au féminin, cette habitude que j’ai prise durant l’action
    de ne plus faire attention aux frontières de mon identité sexuelle,
    eh bien, je crois que cela établit une sorte de proximité, de complicité, de lien, avec les personnes transgenres,
    je me sens proche quelque part d’eux, je suis ému par ce qu’ils ou elles, vivent
    et je le comprends profondément

    #40589
    bzo
    Participant

    au fond, une seule chose compte vraiment,
    c’est savoir libérer les énergies qu’il y a au fond de soi,
    le reste, ce ne sont que des variantes, d’un individu à l’autre

    qu’importe comment vous y arrivez à ça, l’important, c’est d’y arriver,
    là, tout de vient possible, la magie peut naître, la magie peut envahir votre chair

    elle sera protéiforme, se manifestera de façon tellement différente, d’un personne à l’autre,
    la montagne a tellement de versants

    #40591
    bzo
    Participant

    si on pratique exclusivement ou du moins, très régulièrement, aneroless,
    les muscles autour de l’anus et ceux du périnée,
    finissent pas devenir tellement effectifs et puissants

    je peux maintenir une contraction aussi longtemps que j’en ai envie,
    avec autant de pression que je veux

    je peux effectuer une très grande variété de contractions,
    je peux leur conférer une précision chirurgicale

    une fois qu’on a une maîtrise de ces muscles,
    c’est comme si on manipulait un masseur de chair
    mais à la forme et la taille sans cesse changeantes, s’adaptant à notre désir

    #40606
    bzo
    Participant

    c’est étonnant à quel point, le lendemain matin, au réveil,
    chaque nouvelle journée que je suis resté, sans avoir éjaculé,
    je perçois désormais avec une puissance distincte, en moi, l’augmentation de mon potentiel énergétique

    quand j’avais pratiqué le massage prostatique exclusivement, dans mes premières années,
    j’étais pourtant resté déjà pendant plus d’un an, ainsi,
    je sentais, bien sûr, l’augmentation de mes capacités à jouir, à orgasmer,
    à éprouver des sensations plus fortes et plus riches,
    je me souviens bien,
    mais rien de comparable à ce qui se passe maintenant

    à chaque matin que je me lève désormais, au premier effleurement de mes cuisses sur mes génitaux,
    à la première contraction, au premier mouvement lascif dans mes hanches,
    c’est une information, en fait qui monte de partout en moi, au premier signe d’activité intime,
    je sens que le potentiomètre a été augmenté d’un cran,
    je le perçois distinctement, c’est tellement réjouissant,
    me laissant entrevoir en un éclair, toutes sortes de promesses d’ivresse encore accrue

    la différence est que désormais mes énergies peuvent monter tellement tellement librement, sans aucune restriction,
    l’optimisation aussi de leur utilisation, de leur transformation, en sensations, est telle,
    que la légère automatique augmentation quotidienne de la puissance du flux grâce à l’abstinence,
    est immédiatement perçue à tous les niveaux de la chaîne, en moi, avec une clarté confondante

    #40618
    bzo
    Participant

    une question qui revient régulièrement chez les débutants, c’est,
    où faut-il se concentrer, sur la prostate? sur un point en particulier?
    sur les tétons, si on se les cajolent, par exemple?

    depuis la perspective de mon expérience, je puis affirmer sans hésitation
    qu’il faut se concentrer sur rien, mais vraiment sur rien du tout,
    ne fixer aucun point en particulier, le regard dans le vide,
    le vide aussi dans sa tête, autant que possible, très important, bien sûr, cela,
    ainsi, on est en état de réceptivité maximale, on est ouvert, on est béant, on est à l’écoute,
    prêt à s’imprégner comme une éponge, à chaque instant, de ce qui montera en nous

    #40619
    bzo
    Participant

    je me sens comme une grenade dégoupillée
    qui peut exploser à tout moment
    sauf que chez moi, rien de brutal, rien de déchirant,
    c’est tout en déflagration de volupté,
    tout en tentacules de soie chaude
    qui se répandent en ondulant et s’infiltrant partout

    la chair, dans un autre monde, n’est que plaisir,
    à la recherche de l’aiguille dans la botte de foin,
    à la recherche du chas dans la botte de foin,
    à la recherche de l’ineffable toboggan dans la botte de foin

    #40620
    bzo
    Participant

    les ondes prostatiques se marient tellement divinement avec les caresses

    je suis au milieu de la pièce, nu, les yeux fermés,
    mes paumes sur mes seins, je les frotte lentement, je les presse,
    mes hanches bougent un peu, tout lentement,
    tandis que je fais monter tranquillement des petites contractions,
    les ondes prostatiques sont si cristallines pour l’instant,
    elles semblent danser avec les feux de paille que mes doigts allument sous la peau de mes seins

    quel mix réussi, lentement, très lentement, mes mains semblent se coordonner avec ma prostate, à distance,
    quel jeu sensuel, aérien, dans ma chair,
    je bouge lentement sur place, mes gémissements se lancent à la ronde,
    comme c’est suave, comme c’est léger, tout ça,
    je ne fais pas du tout intervenir d’ondes génitales pour l’instant,
    juste envie de ma prostate et de mes mains,
    oh et de mes hanches, bien sûr, qu’elles ondulent lentement

    ô ma coque, danse sur la mer,
    mes voiles sont légères et gonflées de volupté,
    je m’abandonne, comme je m’abandonne, au frisson du vent

    #40621
    bzo
    Participant

    des couples se sont formés durant les bals hier,
    ils ont tellement bien dansés ensemble, je vais les garder ainsi pour un petit temps,
    voir ce qu’ils peuvent continuer de produire ensemble

    mains actives, mains frottantes, mains caressantes
    avec prostate, uniquement

    ondes génitales avec prostate en support, sans les mains

    ondes anales avec ondes génitales et prostate en support

    chaque couple à son tour sur la piste de danse, selon l’envie
    ou alors par séquence plus longue, voire un seul par séance ou micro-séance,
    à déterminer encore ce qui est le plus efficace, le plus intéressant,
    comment la dynamique est la meilleure, les résultats plus riches

    #40627
    bzo
    Participant

    tout mon corps est devenu aussi sensible qu’une plaie ouverte
    mais dans le sens contraire de la douleur, du déplaisir, de l’inconfort

    #40628
    bzo
    Participant

    je ne sais pas si cela fait le même effet chez tous les hommes
    mais chez moi quand j’ai mes cuisses pressées contre mes génitaux
    et que je bouge le tout un peu, d’un mouvement des hanches,
    j’ai envie de crier , tellement c’est bon,
    tellement je suis envahi d’une ineffable volupté

    et puis si directement dans la foulée,
    j’enchaîne avec une contraction (ce que j’ai tendance à faire assez systématiquement),
    alors là, alors là, je pars en roue libre,
    quelque chose décolle en moi, l’instant devient incandescent

    #40629
    bzo
    Participant

    comme j’adore m’enfoncer un doigt ou deux, derrière, dans mon petit trou trou

    l’effet est juste ineffable, irrésistible,
    pendant quelques instants, mon anus devient l’endroit le plus chaud de la terre,
    à côté, le noyau de la terre est juste un glaçon

    un dildo, un masseur, un plug, ne me font pas cet effet,
    le doigt d’un ou d’une autre ou un pénis, je ne sais pas

    tout semble s’éveiller, entrer soudainement en fusion,
    la chair devient tellement réactive, jusqu’au plus profond de mes fibres,
    ce petit bout mobile qui fait intrusion en moi, une part extérieure de moi-même, oblongue,
    semble assimilé instantanément, au fur et à mesure de la glissade,
    devenir une part souterraine, intérieure de moi-même, il n’existe plus comme doigt,
    il a été instantanément transformé en un organe interne
    qui bouge en moi d’un mouvement feutré, lent, comme autonome, indépendant,
    qui a toutes sortes de propriété bien spéciales
    qui fait tout fondre en plaisir sur son passage

    c’est un sceptre qui est apparu, il prolonge le geste du monarque,
    il signifie sa volonté, son ordre qu’on ne discute pas,
    je m’y plie de tout mon être,
    je suis, pour l’instant, entièrement soumis à ce nouvel organe qui est apparu en moi,
    à son mouvement, à sa glissade,
    il n’y a rien d’autre qui existe que cette brûlure délicieuse qui progresse
    qui fait de tout mon intérieur comme une torche s’élevant vers le ciel

    #40633
    bzo
    Participant

    les hommes ne savent pas se caresser

    une femme, épanouie dans sa sexualité, sait faire cela,
    sait éveiller tout son corps au plaisir des sens
    et pas seulement se cantonner à la zone du bassin et des seins

    le plaisir des hommes restent désespérément circonscrit à leurs génitaux,
    éventuellement à leur anus et dans quelques cas, à leur prostate,
    alors que tout leur corps ne demande qu’à participer,
    alors tout leur corps ne demande qu’à devenir acteur à part entière

    #40634
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Je réagis à ton dernier message @bzo :

    les hommes ne savent pas se caresser

    Je suis bien d’accord avec ton affirmation @bzo. J’ai fait partie de ces hommes. Mais je serai plus nuancé sur la suite de ton message

    le plaisir des hommes reste désespérément circonscrit à (… ) et dans quelques cas, à leur prostate, alors que tout leur corps ne demande qu’à participer,

    Le cheminement qui conduit à vivre des orgasmes prostatiques peut aussi conduire à découvrir que tout son corps est potentiellement orgasmique. C’est ce qu j’ai découvert et continue à développer seul et avec ma femme. Certes je n’ai pas (encore ?) un accès direct à un état orgasmique sans passer par l’intermédiaire de ma prostate mais le résultat est bien là. C’est l’état que je décris quand je dis que « je deviens mon orgasme ».

    J’ai l’impression que @Whynot est lui aussi bien engagé dans cette voie, de même que @MikYo. Je laisse le soin à @modeyin de dire s’il se reconnaît plutôt proche de ton état ou du mien.

    Quand tu écris

    une femme, épanouie dans sa sexualité, sait faire cela,

    je comprends qu’une partie seulement des femmes y parvient aussi même si les femmes en général ont une expérience de leur sexualité qui leur facilite l’accès à cette sensibilité à une stimulation étendue.. Et je serais tenté de te paraphraser en disant qu’un homme « épanoui dans sa sexualité » sait aussi faire cela, en donnant à cette expression un sens beaucoup plus restreint que celui qu’il a dans la langue commune.

    Merci de nous aider à vivre notre sexualité au delà des limites à l’intérieur desquelles nous nous tenons. Je regrette de ne pas toujours avoir le temps de réfléchir pour réagir à tes messages à la fois si évidents pour toi et sans doute si extraordinaires, au sens premier du terme, pour la majorité de tes lecteurs. Bon cheminement @bzo.

    #40635
    bzo
    Participant

    hello @andraneros

    cette vraie que cette phrase ainsi:

    e plaisir des hommes reste désespérément circonscrit à (… ) et dans quelques cas, à leur prostate, alors que tout leur corps ne demande qu’à participer,

    ne reflète pas tout à fait ce que j’ai voulu dire,
    le sens y est plus, cela correspond plus, si on lie cela à ma dernière phrase:

    alors tout leur corps ne demande qu’à devenir acteur à part entière

    c’est déjà un bien beau stade que de parvenir à étendre son orgasme prostatique à tout le corps,
    sans doute même c’est une des étapes les plus essentielles
    mais cela reste fondamentalement un orgasme prostatique XXL où le corps est encore surtout réceptacle,
    il n’est pas acteur actif tel que je l’entends,
    c’est-à-dire, générant aussi un peu partout, localement, des ondes

    le corps participe vraiment activement à mes yeux
    s’il peut aussi peut générer du plaisir, des sensations, avec ses nuances bien à lui,
    ses nuances régionales, en quelque sorte,
    pas juste être un réceptacle amplifiant lors de l’orgasme prostatique,
    si notre corps est l’Hexagone,
    il y a aussi, une Bretagne, une Auvergne, une Corse, de sensations, en lui,
    chacune, avec ses couleurs locales, son dialecte de plaisir propre
    qu’on ne peut découvrir qu’en faisant participer toutes les parties du corps plus activement

    la bouche, par exemple, c’est tellement excitant de se caresser la bouche,
    on va pas y passer des heures mais elle vaut vraiment le détour très régulièrement
    pour générer quelques nuances bien à elle qui viennent délicieusement varier, pimenter
    et puis les cuisses, se caresser lentement les cuisses avec tous ces poils,
    remonter la main vers les hanches, redescendre en se rapprochant un peu des génitaux,
    rien qu’avec ce parcours, on peut créer une variété inouïe de nuances
    qu’on ne connaîtra jamais autrement

    une première importante étape pour un homme,
    c’est quand il parvient à faire dialoguer ses seins, ou juste ses tétons avec sa prostate
    mais on peut aller encore plus loin, bien plus loin
    et faire participer donc les cuisses, la bouche, les reins, enfin tout quoi,
    plus activement, grâce à des mouvements divers
    et puis surtout grâce aux mains qui éveillent la peau, qui éveillent les membres, qui éveillent tout le corps

    je ne parle pas ici d’orgasme,
    juste de sensations riches, diverses, variées, qui changent constamment, qui peuvent monter de toutes parts

    #40636
    bzo
    Participant

    mais c’est vrai que quand je relis mon texte qui a provoqué ton commentaire,
    il n’est vraiment assez précis, je n’ai pas bien développé l’idée qui était derrière

    #40637
    bzo
    Participant

    ceci étant dit,
    apprendre à se caresser pour un homme,
    est sans doute beaucoup plus difficile que pour une femme

    pourquoi?
    parce qu’un homme quand il s’y met sérieusement,
    doit accepter de dialoguer plus directement avec le féminin en lui,
    je ne parle pas de plaisir en mode yin forcément,
    de quelque chose d’aussi extrême que ma pratique,
    non, pas besoin d’aller aussi loin,
    moi j’ai voulu goûter au féminin dans ma chair parce qu’il me manquait cruellement dans ma vie
    et que je le sentais au fond de moi, j’ai voulu le vivre au moins de l’intérieur

    cependant cajoler sa peau, enflammer sa peau, laisser courir ses doigts sur ses membres, son tronc, ses hanches,
    n’est pas une action directement en ligne avec nos habitudes sexuelles,
    la conception qu’on a de la masculinité en général
    et on en a pas du tout l’habitude,
    nos compagnes, nos compagnons nous caressent, là c’est autre chose

    il faut se forcer au début, briser des barrières, oser, persister,
    persister jusqu’à ce que du rewiring se fasse, là aussi

    il faut apprendre à aimer son corps, pas juste mentalement,
    invoquer notre gratitude et notre respect dans notre tête,
    mais le prouver avec des actions, cajoler ce corps,
    lui témoigner de la révérence, des preuves de notre tendresse envers lui,
    de notre gratitude aux moments ardents qu’il nous fait vivre durant l’action,
    il ne suffit pas de se dire dans sa tête, “ah comme je t’aime, mon corps, merci, merci, mille fois, merci!”,
    il faut témoigner de cela physiquement, avec des gestes, des actes,
    c’est un corps, de la chair, à près tout, ce qu’il y a dans notre tête comme pensées,
    il ne le voit pas, il ne le sent pas

    #40638
    bzo
    Participant

    cela semble fonctionner par binômes, un peu à tous les niveaux, en moi

    une sensation d’harmonie, d’harmonie sauvage, me vient, durant l’action,
    quand je sens comme des couples évoluer, sur la piste de danse,
    tour à tour ou tous ensemble,
    mes génitaux avec mes cuisses,
    ma prostate avec les contractions (ou le masseur, éventuellement)
    et puis le reste du corps, avec les mains, les caresses

    tout cela danse, danse par paires
    et puis à un autre niveau, un niveau plus général,
    comme sur une autre piste de danse qui comporte les autres,
    il y a le yin qui danse avec le yang

    ainsi donc, chaque acteur en nous, doit trouver son partenaire
    pour pouvoir pleinement s’exprimer, pleinement participer,
    une fois l’appariage effectué, l’efficacité grandit splendidement

    #40639
    bzo
    Participant

    le travail des mains, aura finalement été, l’apprentissage le plus difficile, chez moi,
    la pièce du puzzle qui aura pris le plus de temps à se mettre en place
    c’est sans doute ce qui est le moins évident
    car le plus varié, le plus subtil, le plus ingrat aussi, à bien des égards,
    dans ce grand mécanisme que constitue ma pratique

    le rôle des mains est double, d’une part avec les caresses,
    les allers et venues, un peu partout sur le corps
    mais aussi un autre rôle, plus statique vis à vis celui-ci mais tout aussi important
    et c’est finalement l’alternance constante de ces deux façons de participer au grand jeu,
    qu’il est difficile d’établir et de mettre en place

    d’une part, les caresses, les pressions, les frottages
    et même de temps à autre, des pincements, des torsions, de chair,
    c’est un des types de rôles des mains et des bras,
    comme expliqué plus haut, cela éveille tout le reste du corps,
    nous permettant de vivre un carrousel de nuances “locales”, des colorations variées à l’infini,
    une tapisserie de détails divers

    mais l’autre rôle des bras avec les mains, est en fait tout aussi important,
    là ils restent à peu près statiques, immobilisés quelque part sur le torse, les seins ou ailleurs,
    ils se fondent au circuit général,
    à l’immense réseau que constitue notre corps pour la circulation des ondes provenant du bassin,
    ondes génitales, prostatiques et anales

    en se collant quelques instants au continent,
    les bras avec les mains font évoluer ce circuit, le changent
    en y ajoutant du parcours en plus en différents endroits,
    c’est un peu comme si la géographie du réseau changeait ainsi constamment de forme
    et l’on sent alors le flux bouger, changer en sa structure,
    comme un fleuve gigantesque dont la forme du lit changerait un peu, évoluant finement

20 sujets de 81 à 100 (sur un total de 385)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.