Mots-clés : ,

20 sujets de 221 à 240 (sur un total de 341)
  • Auteur
    Articles
  • #26510
    bzobzo
    Participant

    Ça me semble être une belle expérience. Dirais tu que cet amour que tu ressens se prolonge dans ta vie de tout les jours, tout au moins un peu? Penses tu que ça ait changé un peu ta façon de voir les choses dans ta vie quotidienne?

    difficile à répondre, avant-hier, le lendemain de la dernière séance décrite,
    je me suis promené toute la journée avec un petit sourire au coin des lèvres, j’étais heureux ,
    comme quelqu’un qui avait fait merveilleusement l’amour la nuit précédente,
    je me sentais léger, j’avais encore quelque part au fond de moi toute cette jouissance
    et quand quelqu’un me regardait de travers dans la rue, (il n’y a pas qu’à Paris que vous avez cela),
    je lui souriais , je me sentais invincible avec mon secret explosif, générateur de tant de plaisir au fond de moi

    plus généralement, oui je sens que cela a de l’effet sur mon comportement, sur mon être,
    je me sens mieux, plus équilibré, plus assouvi, plus épanoui sexuellement, bien qu’ayant aucune autre activité sexuelle que le massage prostatique
    mais ce n’est réellement ressenti ainsi que depuis quelques jours, depuis que j’ai passé ce cap qui semble décisif,
    où mes séances ont acquis une densité extraordinaire,
    j’ai l’impression d’être à 100% désormais de mes possibilités prostatiques

    il y a une stabilité remarquable durant mes séances, ce que j’apprécie aussi énormément
    car il y a encore pas longtemps, elles étaient en dent de scie,
    voire même d’un jour à l’autre je n’éprouvais plus rien,
    alors que là c’est devenu stable du début à la fin, je sens que l’intensité est maximale, les sensations aussi,
    j’ai vraiment l’impression de me coucher pour faire l’amour,
    j’oublie complètement que je suis seul, acte sexuel mais vécu comme femme

    ah aussi,
    même au boulot, les gens me disent que ces derniers jours, je suis particulièrement de bonne humeur
    et de temps à autre, je pense au soir et je suis tout excité à l’idée de la séance qui m’attend
    et me demande où elle va m’entraîner, dans quels territoires inconnus

    #26511
    bzobzo
    Participant

    En trente secondes je suis déjà sujet à des spasmes. Il a suffit que j’interrompe mes pensées, je « rentre » en moi. Je peux partir dans mon voyage intérieur.
    Là, il faut que je relie cette faculté à mon passé.
    Il y a quelques années j’ai pratiqué l’Eutonie. Et je pense que c’est cette pratique qui me permet de décoller aussi facilement.

    étonnant, impressionnant, moi qui croyait que la prostate était la seule porte vers le royaume féminin
    et tu ne fais aucun mouvement du bassin, des fesses, aucun muscle de cette zone?

    car si oui, cela suggérerait tout de même que tu mets la prostate en action,
    je le sais par expérience, maintenant que ma prostate est 100% en éveil,
    il me suffit vraiment pas de grand chose pour l’actionner,
    une simple contraction des fesses, et hop je sens déjà des ondes de plaisir se former autour de ma prostate
    et je peux mettre en route toute la machinerie et commencer à me caresser et à bouger comme une femme

    se laisser envahir par le féminin, lui laisser prendre complètement les commandes,
    sentir son corps même devenir féminin, sentir son sexe humide entre les jambes,
    bouger par elle, ressentir par elle, jouir par elle, gémir et râler par elle,
    tout ça me parle particulièrement, je fais cela tous les soirs,
    une aventure extraordinaire, changement complet d’identité sexuelle durant la séance
    mais encore une fois, moi il me faut la prostate, avec un masseur ou avec les contractions uniquement

    sans elle, je tourne à vide et je me sens ridicule d’essayer d’imiter une femme
    alors qu’avec elle, c’est quelque chose qui monte de mes profondeurs qui prend les commandes
    et qui met tout en action de cette façon

    #26520
    bzobzo
    Participant

    Depuis mon cheminement m’ayant ouvert les sensations autogènes je vais dans un club gay. Avant je n’aurais jamais osé. Si je peux m’aimer moi avec moi, en moi, pourquoi cela ne pourrait-il pas m’arriver avec un autre bien réel ? Aucune hésitation.

    je tenais aussi à rajouter que je trouve remarquable cette aisance ,
    ce total manque d’inhibition avec lesquels tu as osé accomplir ce pas.

    Personnellement j’ai eu quelques expériences bisexuelles par le passé
    mais c’était il y a longtemps
    et si je continue de temps à autre à être traversé de fantasmes
    du genre, sucer un sexe d’homme ou en prendre un dans le fondement,
    je me vois mal entrer dans un club gay et m’y adonner aux jeux sexuels comme cela

    ceci dit, c’est sans doute aussi parce que c’est pas cela que je recherche,
    pas ce type de rencontre et pas dans ce genre de lieu,
    je me vois plutôt avoir à nouveau des rencontres bisexuelles
    avec des gens avec lesquels j’aurai sympathisé avant
    puis on va chez l’un ou chez l’autre
    et on fait une petite partouze bisexuelle

    #26521
    bzobzo
    Participant

    quelle séance encore ce soir,
    tant d’intensité à chaque instant,
    au final j’en sors avec l’impression d’avoir joui de la première à la dernière seconde,
    tant chaque sensation était si vivement ressentie, si contrastée

    je ne répéterai jamais assez le rôle primordial des mains,
    elles voyagent sur tout le corps,
    en l’éveillant, en font une caisse de résonance de la prostate,
    ainsi le plaisir prostatique peut être ressenti partout,
    attiré par les mains qui se baladent

    ongles patineurs sur peau, doigts petites tenailles d’amour,
    mes mains, chères canailles, si cajoleuses, si ensorceleuses,
    vous aimez strier aussi, oh comme vous aimez strier,
    vous êtes les complices fidèles de ma tubercule d’amour dans les profondeurs
    contre laquelle vient se frotter Carabosse, ma petite fée en silicone
    « Sésame, ouvre-toi! » et Sésame s’ouvra

    Sésame et Carabosse, quel beau couple,
    il était une fois Sésame une prostate qui se morfondait, oubliée dans son coin,
    un jour vint Carabosse, força le passage à coups de lubrifiant jusqu’à elle
    et depuis ils ne se quittent plus, s’aiment d’amour tendre,
    ils aiment à se presser et à se frotter l’un contre l’autre de longs moments

    un bel super O vers la fin,
    une petite minute où je me suis senti comme une de ces méduses translucides
    plein de lumière multicolore flottant entre deux eaux,
    mon corps très vite a été secoué de spasmes et de tremblements

    ce genre de manifestions durant les orgasmes ne m’ont jamais dérangé,
    tout du contraire, je les accueille avec gourmandise
    car elles ont la capacité d’altérer les sensations, de les varier, de les démultiplier,
    pour reprendre une image que j’ai utilisée par le passé,
    c’est comme s’il y avait un tam-tam sauvage dans tout notre chair,
    toutes les cellules se mettent à danser au rythme de ces convulsions
    et le plaisir devient totalement erratique, comme dévié constamment de sa course,
    des boules de billard folles rebondissant dans toutes les directions

    se lâcher, complètement se lâcher,
    là est la tache la plus difficile et la plus longue qui vous attend,
    se lâcher, c’est ne plus réfléchir,
    c’est être uniquement mu par ses pulsions et par son instinct
    et puis c’est oser sans plus aucun tabou, sans aucune limite, tous les gestes, tous les mouvements
    mais en même temps il faut acquérir la technique,
    de la fluidité dans l’action, des automatismes,
    dur la vie d’artiste, dur, dur la vie d’artiste

    #26522
    AvatarCh313
    Participant

    De la féminité
    Pour Bzo, Jieffe et d’autres peut-être, je vais vous conter une aventure.
    C’était il y a quarante ans. J’ai eu une relation extra conjugale qui a duré plusieurs années. Elle n’était pas cachée, connue de tous, même de ma femme. Très régulière, au minimum hebdomadaire avec des week-ends (longs WE parfois).
    C’était la plus belle aventure sensuelle, sexuelle que j’aie connue.
    C’est la seule que j’ai senti jouir en moi -Ho le lapsus !-
    Une jouissance extrême, son corps qui se soulève, qui nous soulève, pendant que son vagin me serre si fort que je ne peux plus que jouir, me répandre comme une orange pressée. Fabuleuse communion !
    Mai -oui il y a un mais- la dame est lesbienne !!!
    Lesbienne avérée : elle avait une relation avec une collègue de bureau. Bonjour l’ambiance.
    Lesbienne au bout de ses sens. Elle a même fait l’amour a ma femme, devant moi, c’était un super moment. C’est la seule fois où j’ai vu ma femme fontaine.
    Mais pourquoi cette relation a-t-elle pu durer aussi longtemps ?
    Je le sais maintenant. C’est simple ! Je pense que j’étais simplement le mec qui avait toute la féminité qui pouvait la rassurer.

    Je me dis aussi que cette longue relation est un facteur important dans la facilité de mon basculement récent. Comme si j’étais en pays connu. Que je pouvais y aller à fond sans retenue.
    Je m’aime en femme. Je me retrouve en elle sans besoin d’excitation physique, je ne fais aucun mouvement. Je plonge en moi simplement. En quelques secondes mon pubis fourmille. Je lui parle elle me comble.
    Le voyage peut durer plusieurs heures. Je ne sais pas où il me conduit.
    Avant les expériences physiques de ce début de semaine, j’ai déjà exploré mon univers.
    Il suffit que j’y pense ou que j’appelle mon autre « HC caresse moi »
    C’est parti. Je suis en direct.
    Passe tes mains sur mes seins. Ta langue sur mes lèvres, aspire mon clitoris. Mon bassin roule d’avant en arrière, je frotte ma vulve à ta bouche, ta langue tourne à l’entrée de mon vagin. Je mouille de partout. Viens en moi ! Ton gland s’insinue. Je le veux dans ma bouche aussi.
    Tu es deux. C’est bon. Je peux me caresser les seins. Mon bassin tressaute, mon vagin t’aspire. Je vous ai tous les deux en moi. Je te suce et ta verge va et vient dans mon vagin. Je déjante, encore plus fort.
    Je me remplis de vous. Mais j’ejacule ! Je suis dans ma propre bouche. Je suis en même temps elle et lui plus lui. Tous les trois à la fois. C’est mon diaphragme qui tressaute. Reviens, en moi, encore ça coule à flots, une vraie fontaine. Je suis en train de ruiner le fauteuil.
    Ça roule dans mon bas ventre.
    STOP.
    Alors ? C’est mon vagin ? Ou ma prostate ?
    À cet instant je ne sais pas. Il doit manquer une connexion.
    Je n’ai pas utilisé de stimulus physique, je n’ai pas eu besoin de me caresser. Je N’ai pas eu d’érection.
    Mais quelle puissance de sensations. Je viens de baiser avec vous.

    #26527
    bzobzo
    Participant

    c’est donc uniquement par le mental.
    Impressionnant

    Mais tout à fait concevable, quand je vois à présent chez moi à quel point il me faut peu de chose,
    quelques légères contractions, quelques caresses et au bout d’un minute ou deux, je suis déjà au bord de l’orgasme

    mais bon, il me faut toujours ces détonateurs physiques, aussi légers soient-ils
    mais au rythme où je progresse, cela va peut-être changer et aller dans ta direction, qui sait

    je te sens un peu frustré cependant de ne pas pouvoir faire participer à l’action ta prostate,
    je crois au contraire, qu’elle est pleinement en action chez toi
    mais que tu parviens à l’éveiller par des moyens tout à fait originaux, uniquement par le mental,
    sans aucune interaction physique

    je reste persuadé que si tu as accès aussi au plaisir féminin, au vaste royaume féminin,
    tu passes aussi par la prostate

    j’imagine que tu aimerais aussi pouvoir arriver à la titiller, à la mettre en action
    en exerçant dessus des pressions, des frottements avec des contractions ou avec un masseur,
    là tu va devoir faire tout le parcours classique du débutant,
    même si sans doute une fois que tu auras amorcé la pompe, tes progrès devraient être foudroyants

    #26528
    AvatarCh313
    Participant

    Petite pensée du jour
    Mon ciel s’est ouvert sur une multitude d’étoiles : cosmique vous avez dit.
    C’est bien ça. Chacune est la projection d’une parcelle de mon univers sexuel.
    J’en ai décrit les grands blocs, les constellations que j’ai découvertes et qui deviennent les jalons de mes délires, les repères qui m’appellent à aller plus loin, à repartir vers d’autres galaxies.
    Bonne journée

    #26533
    JieffeJieffe
    Participant

    je me suis promené toute la journée avec un petit sourire au coin des lèvres, j’étais heureux ,

    Je ne sais pas pourquoi, mais je suis certain depuis que j’ai découvert le plaisir prostatique qu’il peut nous mener à un état de bien-être et peut-être de béatitude.
    Bon, je comprends bien à la suite de ton récit que ça n’arrive pas de suite, mais ça arrive!

    même au boulot, les gens me disent que ces derniers jours, je suis particulièrement de bonne humeur
    et de temps à autre, je pense au soir et je suis tout excité à l’idée de la séance qui m’attend
    et me demande où elle va m’entraîner, dans quels territoires inconnus

    J’ai hâte de connaître ça, même si j’ai compris que le chemin va être long.

    (il n’y a pas qu’à Paris que vous avez cela)

    Je ne suis pas Parisien!!! :p

    voire même d’un jour à l’autre je n’éprouvais plus rien,

    C’est vraiment important pour nous, enfin au moins pour moi, de lire ça.

    étonnant, impressionnant, moi qui croyait que la prostate était la seule porte vers le royaume féminin

    Je pense sincèrement que tout ce que vit CH313 est déclenché par sa prostate, mais qu’il ne l’identifie pas comme tel. Je me trompe peut-être, mais si je fais l’analogie avec ce que j’ai vécu, je ne pourrais pas dire avec certitude que les vagues de plaisir que j’ai connu venaient de ma prostate tant le plaisir était diffus, mais la source était bien située dans ma zone périnéale, et Lulu me farfouillait le fondement. J’avoue ne pas m’être vraiment posé la question. Quand c’est arrivé, j’ai juste profité, sans chercher l’origine à vrai dire. Enfin bref, c’est ce que je pense, mais je ne peux bien évidemment rien affirmer.

    se lâcher, complètement se lâcher,
    là est la tache la plus difficile et la plus longue qui vous attend,
    se lâcher, c’est ne plus réfléchir,

    C’est ce que je vais m’employer à faire lors de mes prochaines séances.

    Je le sais maintenant. C’est simple ! Je pense que j’étais simplement le mec qui avait toute la féminité qui pouvait la rassurer.

    Et, c’est bien vu.

    Alors ? C’est mon vagin ? Ou ma prostate ?

    Aucune idée, mais est ce important? J’aurais tendance à penser que l’important est le plaisir que tu ressens, le reste….

    c’est donc uniquement par le mental.
    Impressionnant

    et bien je vais vous conter une petite aventure qui m’est arrivé il y a quelques heures.
    Seul dans mon bureau après plusieurs heures de boulot frénétique (je n ‘exagère pas), je ressens le besoin de faire une pause. Je m’installe sur ma chaise confortablement et commence une relaxation profonde, proche du sommeil, mais conscient (un genre d’auto-hypnose). Technique que j’ai découvert il y a peu et que je pratique encore rarement, mais diablement efficace quand elle fonctionne. On repart tout neuf après quelques minutes.
    Me reviennent en mémoire vos récits alors que je n’avais pas achevé la procédure, et me voila m’imaginer femme (enfin, j’étais le spectateur de la femme que j’étais) à qui on faisait l’amour…. J’ai commencé à ressentir du plaisir dans mon bas ventre. J’ai pris la décision de modifier quelque peu la fin de la dite procédure pour m’orienter vers une séance A less.
    Et bien j’ai passé un bon moment 🙂
    D’abord j’ai observé ce qu’il se passait, ce venait, ça repartait. Ça n’a pas été bien haut, mais je me suis tout de même arraché quelques gémissements. Après cette période d’observation, sans mouvement aucun, j’ai commencé quelques légères contractions des muscles PC. Le plaisir s’est entretenu, mais n’a pas crû. Lorsque j’ai mis fin à la séance, je me suis levé me chercher un café, j’étais tout chose, et cet état à perduré un bon moment après.
    La force du mental??? Peut-être, je ne sais pas, mais c’est bien agréable.

    #26535
    bzobzo
    Participant

    hé hé la semaine est finie, s’annonce le week-end

    au programme des raies-jouissances,
    quelques orgasmes millésimés que je vais aller chercher à la cave

    des châteaux Sans-Masseur, AOP au bouquet fin, délicat, légèrement fruité, quelques notes de sous-bois

    ainsi que des châteaux Fée-Carabosse, des grand crus robustes au terroir très prononcé en silicone,
    longueur incomparable dans le fondement, se déguste avec un bon lubrifiant

    avanti, ça va chauffer

    #26540
    bzobzo
    Participant

    je me fais l’amour, elle se masturbe,
    question de perspective

    j’aimerai tant pouvoir partager avec vous tout ce bonheur qui m’arrive,
    cette ineffable félicité qui envahit ma chair,
    tant de ciel en nous

    pas de limite, ça me va,
    cela me va comme un gant

    persévérez, vous là-dehors qui êtes à la peine,
    qui n’obtenez pas encore les résultats escomptés, je n’ai qu’un mot pour vous:
    PERSEVEREZ!
    croyez-moi, le jeu en vaut vraiment la chandelle,
    la récompense est bien au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer,
    le paradis est quelque part enfoui dans notre chair

    #26541
    AvatarCh313
    Participant

    Alors ? C’est mon vagin ? Ou ma prostate ?
    Oui je me suis posé la question la première fois. Ce qui a orienté mon cheminement, c’est que la sensation était externe et ne répondait pas à une attente interne. Mon vécu avec une lesbienne m’ a peut-être aussi inconsciemment influencé. Mais j’ai pas réfléchi. L’angoisse m’a envahi tout d’un coup : étais-je un trans qui s’ignore ? Mais m’abandonner à ma féminité me calmait, me réconfortait même. Passage fabuleux et pourtant si délicat. Les étapes se sont enchaînées d’elles-mêmes, je suis bien.
    J’ai vu mon ostéopathe (juste avant mes expériences en club). Il m’a ‘traité’ ma vessie. En effet, il faut qu’elle se reconfigure que son fonctionnement redevienne efficace.
    Avant il restait jusqu’à un demi litre d’urine dans ma vessie. Maintenant ce vide est à prendre et je le ressens.
    La sensation que quelque chose se passe ne me quitte pas. Pour l’instant je contrôle au maximum car dès que je me relâche les sensations s’amplifient, remontent jusqu’au diaphragme. Les spasmes ne sont pas loin. Ma prostate a toute la place. . .
    Dilemme sur la suite que je vais donner à cet état. Vais-je laisser libre court à mes sensations ou vais-je ressortir l’Aneros du fond du tiroir ? Je ne sais comment m’y prendre, je doute, j’angoisse même.
    Continuer à me laisser faire, rien que d’y penser c’est déjà un déferlement de frissons. Et je sens que ma féminité me submerge. Je suis dans ma zone de confort.
    Ou vais-je provoquer autre chose avec le masseur. Là c’est l’inconnu, j’ai peur. Les conditions environnementales ne me semblent pas propices. Je suis en train de m’inventer des barrières. Je me crispe. Ici et maintenant, je suis en direct
    Ma respiration devient désordonnée, des petits spasmes.
    Mon bassin roule engendrant des vagues de chaleur
    J’halète. De grandes contractions de mon ventre. Mes mains tremblent je n’arrive plus à écrire il faut que je les dissocie.
    La bouche grande ouverte je prends de grande inspirations, j’expire par saccades mes bras appuient très fort sur le fauteuil, ls tétanisent. Je me force à de longues expirations pour me décontracter et l’écrire
    Une vague de chaleur intense sous les côtes. Mon bassin n’arrête plus de rouler, des contractions par saccades lancent comme de grands coups de boutoirs dans mon périnée. Mes épaules tremblent. Je suis au fond de ma gorge je râle je vais crier les larmes coulent. Les grandes poussées reprennent avec les râles. De grosses larmes, je suis toute dans mon esprit. Dans une détente cosmique alors que mon corps explose
    Je m’allonge dans le temps de la félicité. C’est l’. ‘Out of body’
    Instant fabuleux. Je suis avatar à l’exploration de mon corps. Voyage transendal ? Mon dos est brûlant des épaules jusqu’aux fesses et ça descend dans les cuisses. Quel pouvoir de contrôle, mon esprit est là il me permet d’écrire, mon corps est là aussi comme à côté mais j’y suis dedans. J’ai l’impression d’être dans l’éther, je flotte, une onde fluidique envahit mes jambes. Mes pieds flottent. (Tiens je fais de l’Eutonie !)
    Mon bassin est calme, reposée. Une chaleur coule sur mon périnée. Je peux l’accompagner j’en jouis. Du rectum au pubis c’est fournaise, je repart, je décolle. Je me cabre mon ventre va atteindre le ciel. J’arrête pas de gémir. Une tempête dans mon ventre. Ma vulve se contracte, mes lèvres aspirent. Ha Oui Viens Je suis prête. Je te veux. J’halète je tremble de partout. Un quart d’heure que je n’ai pas écrit.
    Mon vagin fait l’amour à ma prostate !!!
    Plus de deux heures que ça dure. Comment je vais m’arrêter ?
    L’angoisse comment je vais vivre la suite ?
    Il faut que je m’arrête, ma compagne va se réveiller, je reprend le contrôle de mon corps. Que je fasse l’unité.
    Comment je vais vivre ça aujourd’hui.
    C’est en direct de mon accouchement

    #26542
    AvatarCh313
    Participant

    Grande crise de larmes en me relisant

    #26543
    bzobzo
    Participant

    Ou vais-je provoquer autre chose avec le masseur. Là c’est l’inconnu, j’ai peur.

    euh si tu m’as bien lu, tu aurais pu constater que le masseur m’entraîne exactement mais alors très exactement dans les mêmes zones,pour reprendre tes termes:

    Et je sens que ma féminité me submerge.

    et donc si tu commences à utiliser un masseur, il n’y a pas de raison que ce sois différent pour toi.

    Cependant oui, je crois qu’il y aura des différences par rapport à ce que tu as comme résultats pour l’instant,
    une amorce rien qu’avec le mental,
    ce sera plus charnel, des sensations plus ancrées dans la chair car déclenchées par des contacts physiques, par des pressions et des effleurements de la prostate, par des caresses et des mouvements du corps,

    mais le féminin viendra aussi te submerger, je peux te le certifier,
    ô combien il viendra te submerger, relis-moi, ce que j’ai écris ces dernières pages,
    je vis la même aventure, la même expérience extraordinaire

    cependant il y aura une période d’apprentissage mais je crois que si tu t’y mets sérieusement, tu devrais faire des progrès foudroyants car tu as des dispositions, des dispositions énormes même,
    tout la partie « découverte, acceptation du féminin, ouvrir les vannes en grand, se lâcher complètement, se laisser entraîner par elle sans aucun tabou, sans aucune limite », tu as déjà tout cela en toi à 100%

    c’est juste une question de trouver le bon masseur, d’apprendre à le manipuler, les caresses aussi,
    ce que j’appelle « affranchir les mains », comme décris plus haut,
    faire participer le corps d’une manière différente de ce que tu fais actuellement, le solliciter avec les mains, les mouvements, éveiller la prostate et tout le corps avec le masseur,
    tout cela nécessite un apprentissage même pour toi

    #26544
    bzobzo
    Participant

    Mon bassin n’arrête plus de rouler, des contractions par saccades lancent comme de grands coups de boutoirs dans mon périnée.

    ça c’est clairement la preuve pour moi que chez toi aussi, la prostate est en action et c’est par elle que tu as accès au royaume féminin

    cependant au vu de ce que tu parviens déjà à obtenir comme résultats, en amorçant rien qu’avec le mental,
    tu risques peut-être d’avoir du mal à garder toute la patience que nécessitera la période d’apprentissage avec masseur

    #26545
    bzobzo
    Participant

    ah je suis content, le prix d’un g-rider rouge est passé en-dessous de la barre des 40 euros (livraison comprise),
    du coup j’ai immédiatement cliqué.

    J’en n’avais pas encore de rouge, déjà 4 noirs, un violet, trois roses,
    hé hé, venez à moi , mes agneaux,
    on va s’envoyer au septième ciel ensemble, vous allez voir du pays

    je veux être sûr d’en avoir assez jusqu’à la fin de ma vie,
    il arrive en bout de course commercialement,on le trouve de moins en moins sur le net,
    alors je les accumule,
    pas sûr que je trouve jamais un autre masseur qui me fasse,
    même le quart du dixième d’effets que celui-ci me fait

    bien que Nexus a sorti un g-rider Plus, je ne vois pas grande différence,
    peut-être le vibrateur, mais ça je m’en fous, je ne l’utilise jamais

    #26547
    bzobzo
    Participant

    c’est curieux mais dans mon lit, si je m’essaie aux contractions sans masseur,
    je n’obtiens aucun résultat mais alors aucun

    les situations les plus favorables actuellement sont,
    soit sous ma douche, très excitant bien sûr, nu, avec l’eau ruisselante,
    je ferme les yeux, je me laisse envahir par le féminin,
    je commence des lentes contractions, je cabre les reins,
    j’ai l’impression de faire l’amour sous la douche, c’est très sensuel d’être ainsi nu sous l’eau,
    il me faut pas grand chose pour être immédiatement très excité dans cette situation

    ou alors assis devant mon ordinateur, là aussi je ferme les yeux,
    je rabats la tête en arrière, me laisse aller, me laisse envahir par le féminin,
    lentes caresses, les flancs, la poitrine, les bras
    et puis les contractions, les gémissements arrivent vite,
    suis aussi rapidement dans un état d’excitation avancée

    mais alors dans mon lit, que dalle, pour l’instant, je n’arrive à aucun résultat,
    peut-être faudrait-il que j’essaie des postures assises,
    je ferai cela ce week-end

    #26548
    AvatarCh313
    Participant

    Je te lis bien. Mais je suis encore en transe.
    Je sens mes cuisses comme si elles avaient doublé de volume.
    Les élancements dans mon pubis n’arrêtent pas. Mes mains tremblent.
    Je vis la jouissance de mon accouchement. Sûr que je vais la chérir.

    Il y a quarante ans j’ai opté pour la contraception par vasectomie. Avec une intime satisfaction je crois que je chérissais déjà la femme que je suis. Ce n’était pas un hasard.
    Je suis encore en larmes.
    Oui je vais passer aux sollicitations physiques. Je sais quels pouvoirs ils ont. Et pour être totalement avec toi, je vais te raconter une anecdote.
    Je suis au boulot. C’est lundi matin, je croise une collègue dans le couloir.
    Je me rappelle son air surprise, elle a pas dit bonjour mais s’est esclaffée :
    Qu’est-ce qui t’es Arrivé! Alors je lui ai raconté mon week-end. Elle était incrédule. Alors je suis ‘passé à la pratique’ J’ai pris sa main dans mes mains, j’ai caressé ses doigts, « whoua » Qu’elle s’est exclamé . . .
    Je sentais que je pouvais l’emmener en transe. STOP. On est dans le couloir, au regard de tous. Mais je me souviens de son regard heureux. Et ses sourires plus tard.
    J’avais passé un week-end de stage de massage californien.
    J’en retiens que oui mon être transparaît et que l’autre le vois.
    Que oui la sollicitation physique (en l’occurgence un massage) peut déclencher une foule de choses. Que j’ai ce pouvoir. Alors je te rejoins dans ton expérience et d’une façon je la partage. Mais je n’ai pas ton lyrisme pour me raconter. Mais j’aime à te lire cher bzo.
    Mes cuisses tremblent encore. Mais ne serait-t-on pas en train de faire l’amour à travers ce fil? Ou je délire !!!
    Ma main tremble pour écrire.
    . . .

    #26550
    AvatarCh313
    Participant

    Bzo, j’a interrompu pour te lire. . .

    #26554
    bzobzo
    Participant

    Bzo, j’a interrompu pour te lire. . .

    je suis honoré, cher @Ch313

    moi pour m’interrompre durant ma séance, il me faut au moins l’alarme incendie de l’immeuble,
    à part cela je suis coupé du monde

    je chevauche, je chevauche Carabosse,
    ma petite tubercule d’amour, Sésame, nous a ouvert le passage,
    le ciel est immense de l’autre côté
    et la chair nous porte directement vers elle

    #26555
    bzobzo
    Participant

    et la chair nous porte directement vers lui

20 sujets de 221 à 240 (sur un total de 341)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.