Mots-clés : ,

20 sujets de 281 à 300 (sur un total de 341)
  • Auteur
    Articles
  • #26767
    bzobzo
    Participant

    voilà, ma prostate est gonflée à bloc après 3 jours
    sans autre activité qu’un peu de contractions et de caresses ici et là

    j’adore ces micro-séances aneroless qui durent souvent moins d’une minute,
    jamais plus de quelques,
    quelques caresses langoureuses et quelques contractions,
    rien à voir avec le déchaînement d’orgasmes d’une séance avec masseur bien sûr
    mais tout de même des sensations bien agréables à vivre
    et dans n’importe quelle situation, à n’importe quel moment

    c’est surtout cela, la possibilité d’avoir du plaisir prostatique,
    n’importe quand, n’importe où, instantanément,
    même si actuellement c’est avant tout chez moi que je me permets ces petits moments,
    des petites bouchées, des amuse-gueule de plaisir prostatique,
    c’est vif, ce sont des moments lumineux, c’est délicieux à consommer sur le pouce

    ces micro-séances sont intégrées à mon quotidien quand je suis à la maison,
    tout d’un coup j’ai une petite envie, je m’arrête de faire ce que je fais,
    je cambre un peu les reins, j’écarte et tends un peu les fesses,
    je me mets à me caresses langoureusement
    et puis lentement j’applique quelques contractions,
    en quelques instants je gémis, je suis parcouru de vibrations de plaisir

    cette capacité que j’ai désormais à avoir quasi instantanément du plaisir prostatique,
    c’est une manne, un bain de jouvence, une corne d’abondance,
    la caverne d’Ali baba à portée de main,
    à portée de muscles

    pour en revenir au thème initial ce ce message,
    donc ce matin au lit avant de me lever , je me suis offert quelques petites micro-séances
    et j’ai senti que ma prostate était gonflée à bloc,
    que les batteries étaient débordantes d’énergie,
    ce soir il va y avoir fiesta avec tir de feu d’artifices, orchestre de mariachis,
    on va danser sous le volcan en éruption

    #26777
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour bzo,

    Je trouve enfin un moment pour écrire un peu par ici.

    moi devant mon ordi dans ma bulle,
    je me suis offert un peu de plaisir prostatique en tout discrétion,

    Tu te rends compte de la puissance de cette pratique. Pouvoir vivre un plaisir intense dans presque n’importe quelle situation, sans accessoire aucun, sans être obligé d’être dans une position particulière, sans aucun artifice… C’est énorme.
    Je m’y suis un peu essayé également au boulot, mais je suis seul dans mon bureau, c’est tout de même plus facile. Je me souviens d’une fois, j’ai stoppé le processus, j’avais peur qu’il prenne trop d’ampleur, et je ne suis pas aussi avancé que toi, imagines.
    Je n’ai pas refait de séance depuis les dernières décrites sur mon journal, mais il y a eu des soirs cette semaine, comme je l’ai décrit, pendant lesquels je ressentais naturellement du plaisir, pas un plaisir immense, mais du plaisir, et ce sans rien chercher. Alors mes muscles, PC je diras, se contractaient tout seul et venaient masser ma prostate délicieusement. Ça a été même assez intense, Mercredi soir.

    ce soir il va y avoir fiesta avec tir de feu d’artifices, orchestre de mariachis,
    on va danser sous le volcan en éruption

    Excellente soirée alors :).
    Je pense que je vais essayer de venir te rejoindre dans les nimbes du plaisir, quelques strates au dessous 🙂

    #26793
    bzobzo
    Participant

    ce soir, 45mn,
    essentiellement des positions sur le ventre ou un peu sur le flanc
    à égrener les mille et une façons de se faire prendre par derrière

    vous vous imaginez coups de boutoir?
    c’est vrai que j’aime venir presser fort la prostate, même très fort,
    c’est vrai que mon g-rider il a une grosse tête insistante, fouineuse, têtue
    mais c’est lent, très lent même, c’est précis, c’est systématique, c’est méticuleux,
    c’est feutré, c’est sinueux, c’est frottant, c’est insinuant, c’est caressant,
    c’est la chair qui fond en miel sur le passage du masseur,
    c’est la prostate comme du beurre qui se laisse traverser rêveusement

    coup de boutoir, oui mais directement derrière
    en vibrations de plaisir après dans tout le bassin
    cela remonte comme une fusée, le premier étage est largué à toute vitesse puis le second,
    et cela explose déjà dans la poitrine, le tronc, la tête
    et se disperse comme un parachute de lumière chaude, d’or fondant, derrière mes yeux,
    dans mes gémissements, dans mes râles

    après le plop du masseur extirpé de son antre,
    je me suis encore fouillé un peu avec les doigts, assez frénétiquement
    puis suis resté de longues minutes, immobile , repu,
    flottant entre deux eaux, léger, léger, léger

    quelle plus agréable sensation que d’être au milieu de cette chair qui vient de tant jouir,
    animalité heureuse,
    âme alitée heureuse

    #26806
    bzobzo
    Participant

    aujourd’hui au boulot j’ai été plus loin,
    je me suis offert toute une série de micro-séances,
    enfin le terme micro-séance est sans doute excessif,
    disons que je me suis offert quelques contractions
    avec une main discrètement caressant
    ou plutôt pressant en se déplaçant lentement mon flanc, ma poitrine à travers la chemise
    ou la cuisse à travers le pantalon

    et cela fonctionnait, je sentais les ondes plaisantes se diffuser dans mon bassin,
    un peu monter dans mon corps grâce à la main
    paumes, doigts au contact de la chair, même à travers le tissu
    qui attirent et attisent les vibrations émises par la prostate,
    une fois qu’on est parvenu à bien établir une complicité, une coordination
    entre ces différents musiciens du « big band prostate orchestra »

    je ne’insisterai jamais assez à quel point la main est importante dans le massage prostatique,
    il éveille le corps, le fait participer pleinement au plaisir prostatique
    en fait un acteur à part entière,
    aussi bien en tant que réceptacle du plaisir, prolongeant le rayonnement de la prostate partout
    et pas seulement au bassin
    mais aussi en tant que générateur du plaisir, prenant le relais de la prostate ,
    une extension active de celle-ci

    pour en revenir au bureau,
    il fallait bien sûr ne pas se laisser déborder par le plaisir,
    quand je sentais que cela devenait trop intense,
    que je risquai de gémir ou que le plaisir commençait à se refléter sur mon visage
    et que ma voisine risquait de se rendre compte qu’il se passait quelque chose là,
    je m’interrompais un peu

    des petits breaks, où au lieu de rêvasser ou de traîner sur internet,
    au lieu je m’offrais un peu de plaisir prostatique

    je n’en suis qu’à mes débuts, je vais être de plus en plus habile à ce jeu-là
    et m’en permettre de plus en plus

    à quand mon premier orgasme au bureau?

    ha, ha sans doute jamais tout de même
    mais sait-on jamais…

    #26809
    bzobzo
    Participant

    ce soir
    j’ai continué d’explorer les riches variations des positions par derrière,
    sur le ventre donc ou à peu près

    après mon orgasme au premier contact avec le masseur,
    cela faisait quelques jours que je ne l’avais plus eu, celui-là, curieusement,
    une bonne minute de frémissements heureux, la tête comme emplie de champagne,
    me suis retourné sur le ventre, écarté une jambe, replié un peu l’autre pour soulever les fesses
    puis suis venu presser bien fort la prostate

    le pur plaisir animal de se sentir possédé,
    de sentir comme un gigantesque pylône à haute tension dans le ventre, prolongeant le masseur
    et à chaque nouvelle pression de celui-ci,
    des décharges qui partent de tous les côtés,
    c’est Noel

    la main serre voluptueusement le sein, celui-ci palpite, frémit,
    ils communient totalement avec le masseur se pressant dans sa niche,
    ils ne forment plus qu’un, comme un arc de tension sexuelle s’est formé, les unifiant
    je suis resté ainsi beaucoup figé ce soir dans des postures de jouissance,
    bougeant peu, goûtant beaucoup
    et quand la main se remettait à glisser sur la peau,
    accompagné plus bas pour un mouvement délicat du masseur
    pour ponctuer les frémissements déjà qui naissaient sur le passage des doigts,
    je bougeais juste quelques instants avant de me figer à nouveau
    pour pouvoir sentir pleinement la nouvelle figure de style
    que la jouissance formait en moi

    vivre intensément, minutes glorieuses

    #26815
    bzobzo
    Participant

    ah mes amis, ah mes amis,
    quelle séance encore ce soir!
    je me suis radieux, heureux, détendu suprêmement
    d’avoir éprouvé tant de plaisir

    au stade où j’en suis arrivé, qui sans me vanter, est très très avancé,
    ce qui m’étonne encore le plus,
    c’est à quel point j’apprends des choses nouvelles chaque jour maintenant,
    à quel point j’éprouve des nouvelles sensations chaque jour
    à quel point en fait il m’est devenu facile d’apprendre chaque jour,
    à quel point mes séances sont différentes et se renouvellent chaque soir

    aujourd’hui j’ai connu des degrés d’intensité que je n’avais pas encore vécus,
    il y a un moment où j’ai eu comme un déclic
    et à partir de là c’est devenu faramineux à chaque instant,
    j’étais parvenu à un tel degré de relâchement, de spontaneité et d’écoute,
    le résultat était monstrueux

    pour être dans un relâchement absolu, il y a juste un petit secret derrière, en fait,
    il faut en fait s’en foutre comme de l’an 40 d’être relâché,
    de ne pas y penser un instant, n’y accorder aucune pensée
    et vous serez toujours aussi relâché qu’il le faut,
    toujours aussi complètement relâché que la situation le nécessite

    débutants, n’accordez plus un kopeck d’attention à votre relâchement
    et vous serez toujours aussi relâché que nécessaire, ni plus, ni moins

    comment être entièrement à l’écoute de soi, totalement spontané?
    là aussi, il suffit de ne pas s’écouter du tout, nada, rien, basta
    vos pensées, vous pouvez les oublier, n’y apporter plus aucune importance,
    de quelque ordre qu’elles soient,
    n’essayez pas de les supprimer, d’en changer le cours ou de les écouter,
    rien de tout cela, laissez-les juste flotter dans votre esprit,
    elles s’en iront toutes seules
    quand elles se rendront compte que vous ne leur accordez aucune importance
    et contentez-vous de continuer de laisser votre corps faire ce qu’il veut,
    vous avez les yeux ouverts? parfait! ils sont fermés?parfait!
    vous ne bougez plus?parfait! vous vous débattez comme un forcené?parfait!
    vous tambourinez sur votre prostate comme un bélier? parfait!
    vous la chatouillez comme avec une plume?parfait!
    laissez tout venir, laissez tout faire, oser tout, ne vous retenez pas,
    ne pensez pas à ce que vous allez faire, faites simplement, faites, faites sans réfléchir!
    faites ce que votre instinct et vos pulsions vont vous inciter à faire

    qu’est-ce qu’il veut faire votre corps?
    il veut éprouver du plaisir, autant de plaisir que possible!
    et pour en obtenir, vous devez le laisser faire ce qu’il veut,
    il sait mieux que quiconque, vous y compris, ce qu’il faut faire pour en obtenir,
    n’essayez pas d’être plus malin que lui, c’est peine perdue,
    plus tard vous vous rendrez compte un jour tout le temps que vous avez perdu
    à essayer de diriger la séance à sa place,
    apprenez simplement à le laisser faire ce qu’il veut,
    cela veut dire qu’il faut tout le laisser faire
    vous , vous devez simplement être prêt à accepter de le suivre
    partout où il va vous entraîner, à tout oser,
    tous les gestes, tous les mouvements, toutes les audaces

    vous me voyez déjà venir si vous m’avez suivi un peu dans mon journal ou ailleurs,
    car là où votre corps va vous entraîner, bien sûr,
    c’est vers le féminin, le plaisir prostatique est féminin
    dès lors la meilleure façon d’aller cueillir ce plaisir,
    c’est de laisser le féminin monter en vous et prendre les rennes,
    bon je ne vais pas continuer sur ce thème, je l’ai déjà suffisamment développé

    rassurez-vous, cela m’a pris des mois,
    il y a des chaînes et des rigidités de la masculinité à briser
    pour acquérir toute la souplesse, la fluidité, la langueur, l’impudeur, la lascivité, qu’il faut
    pour bouger comme la féminité au fond de vous, va vous commander de le faire

    à la fin de ma séance,après avoir sorti le masseur,
    je me suis encore fouillé 5 bonnes minutes avec les doigts
    tantôt frénétiquement, tantôt langoureusement, lentement,
    je continuai à gémir et à jouir, même sans le masseur,
    c’était mi-prostatique, mi-anal

    après, sentant ma vessie bien pleine
    et pris d’une soudaine inspiration, je me suis remis à bouger lascivement
    et me caresser passionnément
    puis j’ai laissé l’urine chaude monter, elle a accouru pour participer à la fête,
    j’ai recommencé à jouir furieusement,
    quel type d’orgasme, je ne sais pas très bien
    mais c’était puissant et cela a bien duré 10 mn

    bon en fait je sais quel type d’orgasmes c’étaient,
    ma prostate encore en état d’excitation maximale
    et avec les mouvements de mon corps et les caresses,
    le féminin a immédiatement repris les commandes,
    le liquide jaune qui coulait sur mon ventre, mon entre-jambe, mes cuisses, ma poitrine,
    parfois montant avec un jet plus puissant jusqu’à mon visage,
    était ressenti comme une éjaculation qui n’en finissait pas,
    je râlais et je gémissais sans discontinuité ,
    des moments incroyables

    #26817
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour bzo,

    C’est très très intéressant ce que tu écris. Cela me rappelle beaucoup la méditation, dans laquelle on observe nos pensées et ce qui peut se passer dans notre corps sans jugement, sans les combattre ni les favoriser, juste les observer. Ce que je comprends lorsque tu écris:

    laissez-les juste flotter dans votre esprit

    Je vais essayer c’est certain.
    C’est d’autant plus intéressant que si je me rappelle bien, tu as fait du Yoga, que je connais mal, mais qui me semble être une forme de méditation dans le sens où on se concentre sur une partie de son corps. C’est peut-être en partie pour cette raison que tu as si vite et autant progressé.
    En tout cas, je trouve ça génial. Merci encore pour ce partage.

    #26831
    bzobzo
    Participant

    @Jieffe

    si j’ai réussi à passer un nouveau seuil hier soir,
    l’intensité semblant encore être monté d’un cran,
    si j’ai pu après écrire quelque chose comme cela:

    j’étais parvenu à un tel degré de relâchement, de spontanéité et d’écoute

    c’est que véritablement, j’ai senti le déclic en moi,
    que je suis parvenu à faire une nette séparation
    entre, disons, un moi pensant, un moi agissant et un moi percevant, ressentant.

    Le premier donc, le moi pensant, ne venant plus du tout parasiter par moments, le moi agissant.
    Celui-ci, je le décrirai ainsi:
    un moi agissant ne servant plus que d’intermédiaire, de complice totalement dévoué et consentant
    au féminin que j’ai laissé monter,
    le moi agissant se soumettant le plus scrupuleusement possible
    aux incitations, aux injonctions de ce féminin
    pour que ce corps agisse, réagisse, ressente, éprouve du plaisir le plus possible
    comme si c’était elle qui le mouvait, elle qui vivait dedans
    et non pas moi, homme

    le moi pensant, c’est mon esprit, on ne peut pas lui demander d’arrêter de penser,
    d’avoir des idées et de vouloir intervenir et interagir avec le moi agissant,
    c’est ce qu’il fait toute la journée dans ma vie au quotidien
    mais là au lit durant ma séance,
    il s’agit le plus possible de ne pas en tenir compte,
    idéalement il faudrait pouvoir l’éteindre complètement durant la séance,
    ne resteraient plus que le moi agissant aux ordres du féminin
    et un moi percevant, réceptacle à sensations et au plaisir prostatique

    mais ce n’est pas possible d’éteindre ce moi pensant, dès lors il faut faire avec
    et c’est ce que je suis parvenu à faire complètement hier soir,
    il faut faire comme s’il n’était pas là, laisser les pensées aller et venir,
    ne pas s’en préoccuper, de quelque ordre qu’elles soient
    de façon à ce que le moi agissant ne soit pas détourné de sa mission,
    à savoir servir le plus fidèlement possible le féminin durant la séance

    ce moi pensant entre en concurrence alors uniquement avec le moi percevant, ressentant,
    mais dès lors que le moi agissant, peut accomplir pleinement sa mission,
    les sensations sont fortes, le plaisir d’une intensité ahurissante,
    dès lors le moi percevant reprend facilement constamment le dessus sur le moi pensant,
    il n’y a pas à intervenir là, cela se fait tout seul,
    même si le moi pesant revient constamment à la charge
    mais c’est normal

    donc il suffit juste d’empêcher ce moi pensant d’interférer avec le moi agissant
    et le reste se fait tout seul, une balance subtile s’établit,
    dès lors la sensation de connexion et de communion avec le féminin est totale,
    le plaisir prostatique qui monte, a une acuité sidérante,
    l’impression de ressentir dans un corps de femme, magique

    je ne sais pas si c’est plus clair,
    si c’est suffisamment compréhensible,
    ces notions de moi pensant, moi agissant, moi percevant,
    je ne suis pas sûr qu’elles soient vraiment pertinentes,
    elles reflètent juste ce que je perçois durant ma séance

    #26837
    bzobzo
    Participant

    ce soir j’étais vraiment très fatigué et la tête plein de soucis,
    cependant je voulais me prouver que ma pratique était devenue suffisamment consistante
    pour surpasser tous ces obstacles,
    que comme toute activité riche, passionnante, prenante où on peut s’investir corps et âme,
    elle a le pouvoir de nous libérer de nos tracas, de notre fardeau quotidien,
    de tout ce qui nous alourdit l’âme et le corps, de nous épanouir envers et contre tout

    et bien m’en a pris
    car quand après je me sentais tout léger, heureux, calme, en pleine forme,
    la tête et le corps pleins d’émotions et de sensations fortes

    je voulais aussi voir si ce que j’avais vécu hier,
    cette histoire de moi pensant versus moi agissant, n’était pas quelque chose
    qui était sorti de mon imagination débordante
    mais quelque chose que je pouvais reproduire et vérifier
    et là aussi, j’ai été conforté

    la vérité est que notre intellect par moments,
    n’arrête pas de nous envoyer toutes sortes de suggestions, d’idées,
    « tiens, tu devrais faire ceci, tu devrais faire cela, bouger comme ci, bouger comme cela »,
    « tiens pourquoi pas te mettre comme ceci, pourquoi pas te mettre comme cela »,
    il faut apprendre à reconnaître toutes ces émanations de ce que j’appelle le moi pensant
    et ne pas y faire attention, ils nous détournent de notre désir,
    il faut apprendre à écouter son plaisir, son instinct et ses pulsions,
    quitte au début à bouger maladroitement, n’importe comment

    essayez, ne réfléchissez plus à ce que vous allez faire,
    agissez, bougez, caressez-vous, griffez-vous, faites bouger le masseur sans réfléchir,
    si vous ne parvenez pas encore à suivre votre désir, votre plaisir,
    faites-le n’importe comment mais surtout ne réfléchissez pas à ce que vous allez faire!

    Vous allez être étonné comme rapidement vous obtiendrez des résultats,
    bien sûr vous allez de plus en plus être confronté à la féminité du plaisir prostatique,
    et tout ce que cette féminité va suggérer à votre corps de faire
    pour accroître vos sensations, votre jouissance,
    ce sera à vous de faire sauter les verrous et d’accepter de jouer le jeu,
    de lui laisser de plus en plus prendre les commandes
    si vous voulez aller plus loin

    il n’y a pas de limites au plaisir possible, à son intensité, à sa variété, à sa richesse,
    à vous de vous libérer
    et de mériter votre jouissance et jusqu’où vous désirez qu’elle vous entraîne

    #26839
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour bzo,

    Ça me parle grandement ce que tu écris. J’ai trouvé cette page qui t’éclairera peut-être.
    Je n’ai pas le temps maintenant, mais je reviendrais sur ce que tu écris.

    #26840
    bzobzo
    Participant

    j’ai jeté un coup d’oeil à ton lien

    reptilien siège de l’instinct de survie, le limbique siège des émotions et le néocortex siège de la logique.

    étonnant, c’est en effet cela, j
    e vais lire plus attentivement ce qu’ils écrivent ce week-end,
    cela semble bien correspondre à ce que j’ai ressenti avec beaucoup d’acuité
    durant ma séance avec mes « trois moi ».

    cela m’intéresse beaucoup, je vais étudier cela,
    cela pourrait m’aider à mettre des mots et à comprendre
    ce que j’ai percu durant ma séance

    il faut se laisser conduire par son cerveau reptilien,
    cela sonne pas mal,
    je vais chauffer google ce week-end de Paques,
    cela m’intéresse fortement ton histoire

    #26843
    JieffeJieffe
    Participant

    oui, c’est intéressant, et on y apprend entre autres, sans rien te dévoiler, que c’est ce cerveau reptilien, que tu as appelé ton moi agissant, qui gère la sexualité. Etonnant n’est il pas???

    « tiens, tu devrais faire ceci, tu devrais faire cela, bouger comme ci, bouger comme cela »,
    « tiens pourquoi pas te mettre comme ceci, pourquoi pas te mettre comme cela »,

    Souvent, et c’est ce que tu écris, lorsque je suis ses pensées, le plaisir s’en va. Cela détourne mon attention des sensations, nécessaire en particulier aux débutants.
    Mais attention, parce que nous allons perdre du monde, il ne faut pas perdre de vue que

    il faut apprendre à reconnaître toutes ces émanations de ce que j’appelle le moi pensant

    et que

    il faut apprendre à écouter son plaisir, son instinct et ses pulsions,

    Et oui, il faut bien faire la distinction entre les pensées et les désirs, parce que sinon, plus personne ne va oser bouger. Il faut que les mouvements, caresses…etc soient instinctifs, et non réfléchis ni commandés par l’esprit de raison.
    Tu l’écris, mais c’est très important de le souligner à mon sens.
    Je pense que ma séance d’hier soir illustre assez bien ce que tu écris, à mon petit niveau bien sûr. Pour résumer, j’ai commencé en me posant plein de question alors que mon objectif était de suivre les conseils que tu décris dans ton message. Et ce n’est que lorsque j’ai abandonné, parce que je ne ressentais finalement pas grand chose, que tout est arrivé. Je me suis simplement orienté sur une séance relaxation/ bien être, avec le masseur que j’avais inséré, en pratiquant tout de même quelques contractions très légères. Mais à ce moment là je n’attendais plus grand chose de la séance.
    Je suis bien conscient que je n’en suis pas où tu en es, mais je pense que c’est un début.
    En tout cas, je vais explorer cette piste, elle me plait!!! 🙂

    #26847
    bzobzo
    Participant

    merci encore pour ce article concernant le cerveau reptilien,
    je ne connaissais pas du tout,
    c’est tout à fait étonnant que durant mes séances,
    j’ai plus ou moins »redécouvert » ces trois cerveaux
    en leur donnant les noms de moi agissant, moi ressentant, moi pensant.
    tout à fait passionnant et cela me conforte fortement dans mes expérimentations, mes découvertes

    j’ai déjà un peu étudié tout cela au boulot
    mais durant ce week-end pascal, je vais approfondir le sujet,
    tu penses bien que cela m’intéresse au plus haut point

    donc en synthétisant et reformulant,
    il faut privilégier le cerveau reptilien durant la séance pour nous mener,
    il faut aussi reprogrammer celui-ci pour se mettre au service entièrement du féminin en nous,
    je vois et je ressens ce féminin comme une espèce
    de mystérieuse, de providentielle nappe phréatique au fond de nous,
    elle est là pour nous permettre de croître, de mûrir, de nous épanouir
    et aussi pour accéder à un plaisir infini

    le cerveau pensant va sans cesse vouloir interférer avec ce que l’on fait,
    c’est son job mais ici, il faudrait pouvoir l’éteindre,
    comme cela n’est pas possible,
    il faut apprendre à ne pas faire attention à tout son verbiage,
    pas essayer de refouler ses pensées car c’est lui accorder de l’attention
    et le lien avec le cerveau reptilien est immédiatement rompu,
    non juste laisser les pensées aller et venir comme si de rien n’était
    et ne leur payer aucune attention,, ne les prendre en compte en aucune façon,
    même si parfois c’est tentant de les suivre,
    forcément on est des êtres pensants
    et il est normal de vouloir suivre les directives de notre intellect
    mais justement durant la séance, il faut apprendre à faire tout le contraire

    Et oui, il faut bien faire la distinction entre les pensées et les désirs, parce que sinon, plus personne ne va oser bouger. Il faut que les mouvements, caresses…etc soient instinctifs, et non réfléchis ni commandés par l’esprit de raison.

    la différence en fait est assez facile à faire, tout ce qui est clairement formulé,
    « tiens, je devrais me mettre comme cela ou comme ceci »
    ou encore « je devrais essayer de bouger le masseur comme ceci ou comme cela »,
    eh bien c’est notre moi pensant

    le cerveau reptilien, c’est instinctif, c’est de la pulsion,
    c’est non réfléchi, en aucune façon c’est réfléchi,
    cela peut sembler déconcertant au début
    mais c’est juste une question d’apprendre à écouter son désir, son plaisir
    et plus précisément son désir et son plaisir féminin

    c’est pour cela que j’ai écris au-dessus,
    qu’à présent au stade où j’en suis arrivé
    et au vu de ce que je vis désormais durant mes séances
    et mes découvertes par rapport au rôle du cerveau reptilien
    et la façon dont je m’en sers exclusivement pour conduire mes séances,
    je conseillerai aux débutants plutôt de bouger et de se caresser n’importe comment,
    de manipuler le masseur maladroitement, sans préméditation
    plutôt que de réfléchir leurs gestes, leurs caresses, les déplacements du masseur

    leur instinct, leurs pulsions vont vite venir à leur rescousse, à leur rencontre
    parce que la place sera là, prête pour eux, pour qu’ils prennent les choses en main,
    tandis que s’ils réfléchissent leurs actions,
    ben ils n’y aura quasiment aucune place pour créer le lien avec le cerveau reptilien,
    à laisser celui-ci prendre la direction des opérations

    #26851
    bzobzo
    Participant

    je voulais encore ajouter par rapport à cette spontanéité que je prône,
    de faire tous les gestes, les mouvements, les caresses sans réfléchir,
    se laisser guider par son instinct, par son cerveau reptilien

    tout cela peut paraître compliqué, quoi faire, comment faire? Je suis perdu,
    et pourtant cela ne l’est pas, c’est tout le contraire en fait,
    c’est tellement plus simple

    je vais prendre la comparaison de l’amour à deux,
    au début quand vous débutez, vous êtes maladroit, vous ne savez pas comment caresser votre compagne,
    quelles gestes faire, comment pratiquer, quelles postures prendre
    mais avec un peu de pratique, tout devient naturel, fluide, spontané
    et vous ne pensez plus aux gestes que vous faites, à la façon d’utiliser votre pénis,
    comment lécher, quoi embrasser,
    vous suivez votre désir, votre plaisir, vos instincts, vos pulsions
    avec un minimum de technique acquis
    et qui s’améliore et se diversifie en pratiquant

    eh bien c’est la façon dont je pratique, exactement cela, exactement la même chose,
    il faut pratiquer de la même façon,
    des différences fondamentales bien sûr,
    c’est vous allez être en même temps la femme et l’homme dans cette histoire

    donc, soyez maladroit, empressé, volontaire, embarrassé,
    pas de problème vous en êtes à vos débuts
    mais essayez de faire l’amour, de vous faire l’amour,
    bougez, soyez passionné, faites travailler votre imagination
    et ne restez surtout pas couché comme un piquet à réfléchir quel geste faire,
    comment déplacer le masseur, etc

    n’essayez pas d’analyser durant, réservez tout cela pour après,
    faites un bilan post-séance, disséquer tant que vous voulez,
    cela vous servira peut-être ou pas…
    mais pendant il faut y aller avec tout votre cœur, toute votre fougue,
    toute votre âme,
    sans rien retenir et tout oser
    et puis peu à peu vous allez apprendre à écouter votre plaisir, votre instinct,
    à laisser le cerveau reptilien manoeuvrer
    et à faire monter le plaisir féminin

    #26852
    bzobzo
    Participant

    @Jieffe

    pour toi, j’ai fait particulièrement attention ce soir,
    enfin en tout cas dans la première partie de ma séance,
    comment distinguer, comment faire la différence
    entre les signaux, les indications de notre cerveau reptilien
    et puis ceux de notre moi pensant, de notre intellect,
    ceux du néo-cortex comme ils l’appelent dans ton article

    ben en fait, c’est tout simple,
    tout ce qui vient dans notre tête comme indications,suggestions,
    fais ceci, fais cela, je dis bien absolument tout,
    cela vient de notre moi pensant et sont donc à négliger, à ne pas suivre

    le fait est que le cerveau reptilien n’envoie aucune indication, jamais,
    il se loge tout entièrement dans notre spontanéité,
    dans nos gestes, nos mouvements, nos caresses, notre maniement du masseur,
    sans réfléchir, sans aucune préméditation

    alors @Jieffe, jette-toi à l’eau,
    le moment est parfait, tu commences à éprouver de sérieux orgasmes, tu es bien lancé désormais,
    il est temps de te jeter dans l’eau profonde
    là où il y a les sensations fortes et les abysses,
    là où l’océan est soudainement à notre portée

    comme je l’écris plus haut, ne craint pas d’être maladroit, de te sentir un peu ridicule
    à vouloir essayer d’imiter les gestes de l’amour tout seul,
    tu seras récompensé

    la fluidité de l’action viendra avec l’instinct se renforcant
    qui s’exprimera de plus en plus dans tes mouvements, tes gestes, tes caresses
    et ton maniement du masseur,
    tu improvisant de plus en plus expertement

    des extases animales par moments,
    je me sentais comme écartelé sur l’autel du plaisir par mon masseur,
    c’était délicieusement bestial,
    toujours les positions par derrière la plupart du temps,
    c’est fou comme cela me plait pour l’instant,
    à chaque lente pression comme un bélier enragé qui viendrait pousser avec entêtement de toutes ses forces,
    c’est comme si un gong se mettait à vibrer en moi, c’est d’une intensité à vous couper le souffle,
    assez primaire mais irrésistible

    mais le meilleur était encore à venir

    le masseur sorti, j’ai continué aneroless,
    en effet depuis hier il m’avait enfin semble trouver, à force de micro-séances
    une manière de faire des contractions qui n’étaient juste une tentative grossière d’imiter un masseur
    qui certes m’apportaient quelques sensations fortes
    mais je sentais bien , que j’atteignais vite les limites du système,
    surtout que c’était extrêmement fatiguant et je ne pouvais pas continuer de plus de quelques minutes

    hier j’ai enfin trouvé une façon spécifique et consistance de faire des contractions sans masseur,
    je vais essayer de décrire le mouvement,
    cela part des fesses, je tends les fesses, une sorte de mouvement de tractions
    qui fait se soulever le plancher pelvien, mouvement renforcé et conduit par les muscles autour de l’anus, le périnée

    résultat, un mouvement qui peut se reproduire sur de beaucoup plus longs délais
    puisque là j’ai eu une séance de près d’une heure,
    il a été intégré instantanément dans le reste de mon système,
    à savoir laisser le féminin et mon cerveau reptilien mener le bal,
    ce mouvement puissant, faisait vibrer la prostate, la massant dans tous les sens,
    je le sentais bien au plaisir ressenti
    et procurant aussi une très puissante sensation de pénétration

    pour la première fois j’ai eu un très gros orgasme sans masseur,
    une trentaine de secondes, je mordais les draps pour ne pas hurler trop fort
    et des larmes me montaient aux yeux tellement la jouissance était forte

    si j’avais déjà entrevu les potentialités du aneroless,
    là pur la première fois je l’ai vécu
    et je dois admettre que oui c’est probablement encore plus puissant
    que le massage prostatique avec masseur

    ne fusse que le fait qu’on est entièrement libre de ses mouvements,
    que la féminité aux commandes chez moi
    est libre de bouger comme elle, c’est assez incroable et tout à fait nouveau
    parce qu’avec le masseur , on est quand même limité dans ses mouvements,
    le masseur impose certaines limitations, on peut pas bouger comme on veut,
    par exemple si je décolle mon cul du lit, les mouvements du masseur deviennent de moins en mois efficace

    alors que là, aneroless, je pouvais vraiment me mettre comme je voulais,
    décoller complètement mon cul, les reins cambrés, une main serrant une fesse
    et l’autre pressant un sein,
    la tête enfoncé dans l’oreiller,
    je pouvais appliquer une lente contraction qui me faisait jouir divinement

    bref je viens enfin de faire une percée significative dans l’aneroless aussi,

    je vais alterner mes séances,
    j’en suis pas encore à vouloir abandonner mon masseur, loin de là,
    d’ailleurs cela m’étonnerait que cela arrive jamais,
    d’abord je suis encore loin des super O que j’arrive à avoir avec,
    des états de transe extatique ou animale qui perdurent de longues minutes
    et puis le masseur en lui-même, ce sont des tas de bonnes sensations assez uniques
    que sa présence physique, son contact avec la prostate,
    ses frottements dans le fondement, le va et vient de son silicone duveteux, ses cognements, apportent

    #26856
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour bzo, et merci pour l’attention particulière que tu me montres. J’apprécie.

    Tu définis ici

    la différence en fait est assez facile à faire, tout ce qui est clairement formulé,
    « tiens, je devrais me mettre comme cela ou comme ceci »
    ou encore « je devrais essayer de bouger le masseur comme ceci ou comme cela »,
    eh bien c’est notre moi pensant

    de façon assez claire à mon sens la différence entre les deux que tu redéfinis ici:

    tout ce qui vient dans notre tête comme indications,suggestions,
    fais ceci, fais cela, je dis bien absolument tout,
    cela vient de notre moi pensant et sont donc à négliger, à ne pas suivre

    le fait est que le cerveau reptilien n’envoie aucune indication, jamais,

    J’ai repris l’article, et si je comprends bien, voici comment cela se passe. Toutes les informations qui nous arrivent sont avant tout traitées par notre cerveau reptilien, siège des réflexes, de la gestion de l’urgence et des dangers. S’il n’y a pas d’urgences, cette information est transmise au cerveau limbique, siège des émotions. Il compare cette information avec ce qu’il a connu dans le passé et détermine si elle est agréable ou désagréable, puis la transmets au cerveau neocortex qui l’analyse.
    Les informations peuvent être bloquées à un étage ou à un autre, mais elles suivent obligatoirement ce chemin dans cet ordre
    Tout cela est bien entendu très schématique et simplifié, je ne suis pas neurologue.
    Il faudrait alors pouvoir bloquer les actions au premier niveau, mais comment s’y prendre? Certainement comme tu le dis. C’est une piste que je vais m’empresser d’explorer, mais ça ne va pas être facile. Nous mettons des années à mettre en sourdine notre cerveau reptilien pour laisser la place à des actions réfléchies (donc dernier étage du traitement de l’information) et aujourd’hui il faudrait revenir en arrière… Pas simple.
    Mais je vais m’y attacher sérieusement, c’est certain, parce que je suis tout à fait d’accord avec ce que tu écris dans tes derniers messages. Le sexe doit rester instinctif, en grande partie en tout cas. Et d’ailleurs, dans l’article que je t’ai transmis, il est écrit que c’est le cerveau reptilien qui gère la sexualité. Je vais suivre tes pistes pour tenter d’y parvenir.
    En fait, il existe trois types de personnalité, et nous en connaissons tous. Les reptiliens, qui laissent plus de place à leur cerveau reptilien, les limbiques qui sont plus dans les émotions et les ressentis, et les cérébraux qui sont plus dans l’analyse et la réflexion. Malheureusement pour nous, je pense que la grande majorité d’entre nous fait partie de la dernière catégorie, et c’est ce qui nous a emmené sur ce site et à faire ces découvertes. Quoi qu’il en soit, je me définis clairement dans cette catégorie. Il nous faut alors apprendre à mettre cette partie de notre cerveau en sourdine pour laisser la place à notre cerveau animal.
    C’est très certainement ce que veut dire le traité d’aneros en parlant de faire le vide dans sa tête, mais faire le vide et ne penser à rien est impossible. En revanche, ce que tu dis, ne pas y prêter attention et surtout ne pas les combattre est la meilleure façon. Enfin à mon sens.
    Bref, merci encore bzo pour toutes ces indications. Je peux t’assurer que je vais dès aujourd’hui orienté ma pratique dans cette direction, et très certainement essayé au quotidien de laisser un peu plus de place à mon cerveau crocodile pour l’entrainer à s’exprimer.
    Cette voie me plaît bien 🙂

    #26857
    bzobzo
    Participant

    Il faudrait alors pouvoir bloquer les actions au premier niveau, mais comment s’y prendre? Certainement comme tu le dis. C’est une piste que je vais m’empresser d’explorer, mais ça ne va pas être facile.

    c’est beaucoup plus facile que tu le crois,
    simplement ne réfléchis pas, n’écoute les consignes et les signaux,
    agis, bouge, caresse-toi spontanément, laisse-toi aller, lâche-tout, sans préméditer tes actions
    l’instinct, ton cerveau reptilien et le féminin te guideront peu à peu

    #26859
    bzobzo
    Participant

    j’ai été trop loin, je me rends compte, je m’en excuse @Jieffe

    je ne veux pas imposer mes vues et ma façon de faire sur toi,
    prends ton temps d’explorer ta sexualité prostatique maintenant bien en route,
    prends ce qui t’intéresse dans mes divagations
    et ne tiens pas compte que dans un excès d’enthousiasme,
    je suis peut-être un peu trop affirmatif et envahissant

    #26862
    JieffeJieffe
    Participant

    Pas de problème bzo, je ne l’ai pas pris comme un ordre.
    Et j’aime de toute façon cet enthousiasme que tu montres, libre à moi ensuite d’appliquer ou non.
    Et c’est une piste qui me plait vraiment, que je vais suivre. J’ai commencé d’ailleurs hier soir, je vais la décrire dans mon journal.

    #26868
    bzobzo
    Participant

    j’y parviens de mieux en mieux aneroless

    là je réussis encore à affiner mes contractions,
    je crois que j’ai saisi la manière qui me convient,
    je parviens à avoir des effets délicieux, puissants, sans effort
    et peut les répétant à l’envi

    associer à des caresses, le plaisir est immédiat,
    j’agrippe mes seins, les presse, les malaxe, cambre les reins,
    laisse aller la tête vers l’arrière en fermant les yeux
    et entame une contraction au creux de mes reins
    que je fais remonter lentement jusqu’à ma prostate,
    je la maintiens jusqu’à commencer à sentir vibrer celle-ci,
    elles se répandent rapidement à tout mon corps,
    je gémis de plus en plus fort, mon bassin se met à bouger rythmiquement
    comme si une houle allait et venait entre mes flancs

    la sensation du féminin aux commandes, aneroless,
    est encore plus forte qu’avec masseur, c’est incroyable,
    c’est du que les mouvements sont totalement libres,
    aucune des contraintes du au masseur,
    comme je l’ai écrit un peu plus haut,
    on est quand même limité dans ses mouvements et dans ses postures
    à cause du masseur, pour que celui-ci reste efficace dans ses mouvements,
    alors qu’aneroless, on peut vraiment bouger comme on veut,
    le féminin peut s’exprimer encore plus pleinement et fortement

    la séance de toute à l’heure, je vais commencer vers minuit, ce sera ma séance de minuit,
    ce sera fity-fifty, moitié avec masseur, moitié sans
    avec un peu de chipotage avec les doigts entre,
    j’aime cela aussi désormais, j’en fais toujours quelques minutes en fin de séance
    ou comme la dernière fois en interlude entre la première partie avec masseur et la seconde, aneroless

    quand j’ai plein de lubrifiant dans le fondement et que je suis bien excité,
    j’ai remarqué qu’il y avait moyen d’aller chercher la prostate avec les doigts aussi
    et que j’arrivais à des sensations tout à fait intéressantes, différentes

20 sujets de 281 à 300 (sur un total de 341)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.