Mots-clés : ,

20 sujets de 21 à 40 (sur un total de 341)
  • Auteur
    Articles
  • #24537
    JieffeJieffe
    Participant

    Il me semble que tu pourrais trouver matière à tes réflexions (féminin/ masculin) ici: https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/lucky-son-experience-sa-basilique-du-xiieme-son-petit-joyau et ici: https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/le-pur-plaisir-de-se-suffire-sexuellement-a-soi-meme
    de mémoire, mais également sur les sujets de caresses… etc. Nous avions eu des discussions très intéressantes à mon sens avec Lucky et Hyménée sur ces sujets là.

    #24544
    bzobzo
    Participant

    hello Jieffe, merci pour les liens, je vais plonger là-dedans ce soir-même

    ceux qui découvrent la féminisation de plus en plus marquée de notre corps
    le temps de la séance sous l’influence grandissante de la prostate
    j’admets que cela peut être déstabilisant et même inquiétant quand on en prend conscience,
    que certains peuvent être emmenés même à se poser des questions sur leur identité sexuelle,
    vais-je être de plus en plus attiré par des hommes, etc?
    Et ne pas oser s’engager dans cette voie, se freiner, se restreindre

    Mais ce que l’on vit durant le massage prostatique, pour moi, c’est d’un tout autre ordre,
    c’est l’occasion une fois une fois qu’on a accepté pleinement cet aspect de la pratique,
    que toutes les barrières et toutes les inhibitions sont levées,
    de vivre une aventure rare, une aventure unique, plus proche de pratiques tantriques que d’autres choses,
    d’explorer des zones mystérieuses et lointaines aux confins de nous-même,
    où sont enfoui toute la puissance et toute la formidable richesse du plaisir féminin,
    comme un trésor immémorial, oublié,
    à exhumer ponctuellement pour vivre des moments exceptionnels dans l’instant,
    des moments de communion avec notre nature profonde

    #24546
    bzobzo
    Participant

    je n’avais pourtant vraiment pas à me plaindre jusqu’à il y a quelques jours depuis mes débuts,
    j’ai connu pas mal de super O, certains de plusieurs minutes,
    des séances mémorables où les orgasmes s’enchaînaient pendant une demie heure, une heure,
    parfois jusqu’à épuisement et je m’endormais tel quel,
    mais aujourd’hui je me rends compte
    que tout cela, c’était comme si je n’avais roulé jusqu’ici qu’en première,en deuxième ou en troisième
    et là tout d’un coup j’ai découvert qu’on pouvait en quatrième et en cinquième

    colossal

    je sais maintenant à quel point les mains sont un élément essentiel au plaisir prostatique,
    pour que le corps en soit un acteur à part entière et non pas seulement un support et un réceptacle.
    Il y a 2,3 jours il y a eu ce déclic, j’ai commencé à me caresser,
    oh je me rends compte maintenant que je le faisais trop frénétiquement, trop systématiquement,
    depuis j’ai appris à laisser errer mes doigts plus lentement,
    en unisson aux mouvements du masseur contre ma prostate, de mes hanches qui ondulent,

    mes nombreux changements de position, mes membres, mes mains, le masseur,
    tous s’essaient de s’écouter, se questionnent, se répondent,
    l’un marque le tempo pendant quelques temps, puis l’autre,
    l’un fait un solo tandis que les autres s’arrêtent quelques instants,
    tout mon corps semble être devenu une chambre de résonance de ma prostate,
    c’est comme si les doigts sur ma poitrine, se déplaçait directement dessus
    tandis que le masseur vient se presser d’un autre côté
    et que mon bassin se frotte contre elle au rythme de son chaloupement lascif,
    le plaisir avant se concentrait dans mon bassin puis irradiait au fur et à mesure de plus en plus fort,
    là maintenant je le ressens directement partout dans tout mon corps
    comme si ma prostate était un peu partout
    en plus que d’être toujours intensément vissé au milieu de mon bassin
    comme un sexe humide et entrouvert

    #24548
    bzobzo
    Participant

    les mains éveillent le corps,
    le font pulser à l’unisson avec la prostate

    #24550
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour bzo,

    j’admets que cela peut être déstabilisant et même inquiétant quand on en prend conscience,
    que certains peuvent être emmenés même à se poser des questions sur leur identité sexuelle,
    vais-je être de plus en plus attiré par des hommes, etc?

    En ce qui me concerne, je n’ai aucune crainte à ce sujet. Même si je devais avoir une expérience bi, ça ne me poserait pas de problème. J’aime les femmes, leur corps, leur jouissance. Je suis intimement persuadé, et c’est un peu aussi l’esprit de ce site, qu’il faut arrêter avec les compartimentages homo, hetero, bi…etc. Le but étant de se faire plaisir, peu importe la manière du moment que tout le monde est consentant. En vertu de quoi devrions nous nous limiter à une pratique particulière? Le sexe est un des rares plaisirs dont nous pouvons abuser sans risques, en comparaison à l’alcool, la nourriture, le tabac…. Reste la question du sida, mais elle n’est pas liée à l’abondance de la pratique. Et cet abus est possible en tant qu’hétéro, homo, bi ou tout ce que l’on veut.
    Si l’on devient plus attiré par les hommes, faisons l’amour avec des hommes…
    Pour revenir au sujet de la féminité, ou plutôt de l’orgasme féminin, il m’a toujours fasciné. Je suis hypnotisé lorsque je vois une femme jouir. J’en suis même jaloux. Souvent, la femme est plus passive que l’homme, couchée sur le dos, offerte, elle reçoit et semble complètement s’abandonner à son plaisir. Son corps entier devient un organe de plaisir, c’est ce que tu sembles ressentir aujourd’hui, et c’est formidable. J’aime cette image, cette puissance dont elle semble submergée. C’est ce vers quoi je tends, ce qui me motive, ce que j’ai envie de vivre.
    Je pense que nous avons à apprendre, nous autres hommes, à faire de notre corps un organe sexuel duquel peut se dégager une formidable énergie de plaisir. Lorsque nous faisons l’amour de façon classique, nous sommes focalisés sur notre queue, tout notre esprit est là, dans quelques centimètres de chair. Nous ne sommes pas programmés pour ressentir du plaisir ailleurs qu’à cet endroit là, et c’est très dommage, parce que c’est possible, et grandement plus satisfaisant.
    De la même façon, et pour parler de mon expérience qui je pense est la même que la votre, lorsque je fais l’amour, il me faut avouer que je ne ressens pas de plaisir particulier jusqu’au moment de l’éjaculation. Alors le plaisir monte très rapidement et explose, et c’est fini. Je n’ai pas l’impression qu’il en soit de même pour nos congénères féminines. Il semblerait qu’elles éprouvent du plaisir de façon plus ou moins intense dès la pénétration (à quelque chose près) jusqu’à la jouissance finale. Et bien c’est ce que j’ai pu entrevoir avec l’utilisation de l’Aneros. Je ne connais pas encore les orgasmes, les super O’ etc, mais ce que j’ai pu ressentir pour le moment est engageant. Un petit moment après l’insertion, je ressens déjà des sensations agréables, qui ne me portent pas au 7ème ciel, mais qui sont très agréables. Bien plus satisfaisantes que le frottement de mon pénis dans un vagin (je ne parle pas de la jouissance qui suit, mais juste les premiers va et vients avant l’éjaculation). Les vagues de plaisir que j’ai pu ressentir ensuite (je n’ai fait qu’une séance après deux ou trois premiers essais il y a deux ans, je suis donc un grand débutant) n’étaient pas vraiment localisées au niveau de ma prostate, même si je pouvais deviner qu’elles provenaient de là, mais s’étendaient sur une grande partie de mon corps, et j’ai senti naturellement le désir de me caresser. Je me suis même surpris à me caresser les seins comme les femmes peuvent le faire lorsqu’elles éprouvent du plaisir.
    Pour résumer, oui, je pense que l’homme est une femme qui s’ignore, et qu’il est de son intérêt de la découvrir.
    Bon cheminement bzo.

    #24551
    bzobzo
    Participant

    « l’homme est une femme qui s’ignore »,
    je suis assez d’accord avec toi, cela devient de plus en plus évident pour moi
    au fur et à mesure que j’évolue dans ma pratique

    et le plaisir, oui désormais je le ressens dès l’insertion du masseur dans tout mon corps,
    de la tête aux pieds, plus seulement au cours des orgasmes et des super O,
    c’est comme une propagation, une diffusion instantanée des sensations à l’entièreté du corps
    dès que les mains entrent en action en coordination avec les contractions du masseur.
    Mieux, c’est d’une intensité maximale quasi immédiatement,
    alors qu’avant (il y a quelques jours à peine) il me fallait une demie à trois quart d’heure de préliminaires
    pour arriver à la même intensité

    cette féminisation du corps durant la séance, j’en ai pris conscience peu à peu,
    elle m’a étonné d’abord, on est timide dans un premier temps
    face à quelque chose de si puissamment nouveau et en apparence étranger à notre nature
    et c’est normal
    mais depuis je ne cesse d’être émerveillé et fasciné jour après jour,
    c’est tellement mystérieux que nous ayons cela en nous,
    j’explore cette voie avec gourmandise, curiosité et totale confiance
    car en plus de l’extraordinaire plaisir ressenti au cours de la séance,
    après, c’est un bien-être olympien, une sensation d’équilibre et d’apaisement profonds
    qui m’habitent,
    une impression aussi d’avoir vécu une aventure hors du commun,
    une exploration au goût d’illimité

    #24552
    bzobzo
    Participant

    mes mains, les contractions volontaires avec le masseur,
    c’est tout ce qu’il y a de mâle en moi pour l’instant,
    tout le reste n’est plus que chair ouverte sur l’océan

    je me suis éloigné de tout, les berges sont loin,
    une soie en furie sous mon visage,
    un tam-tam soyeux dans mes veines,
    les yeux ouverts, les yeux grand ouverts
    mais ne voyant plus rien d’autre que les éclairs qui montent

    #24557
    bzobzo
    Participant

    pff hier soir pendant près d’une heure, j’ai composé un long texte
    mais après avoir cliqué sur « envoyer », m’étant pas rendu compte que je n’étais plus connecté avec mon pseudo,
    tout a été perdu, je fulminais

    la fenêtre « répondre à » devrait être désactivé ou au moins le bouton « envoyer »
    quand on n’est plus connecté, cela éviterait ce genre de mésaventure

    #24558
    AndranerosAndraneros
    Maître des clés

    Le fichier que vous recevez à la suite de la requête émise par votre navigateur et qu’il affiche comme une page du site n’est pas une application active capable de prendre le contrôle de votre connection et de vous informer de son état. Pour cela il faudrait que NXPL fonctionne à la manière d’un logiciel de communication ce qu’il n’est pas.

    C’est pourquoi, après avoir vécu les mêmes désagréments, quand j’écris un texte qui dépasse trois lignes, j’utilise toujours un éditeur de texte qui conserve le contenu de mon message après que je l’ai recopié dans la fenêtre « répondre » de NXPL.

    Bon cheminement @bzo.

    #24564
    bzobzo
    Participant

    plus haut,j’écrivais des choses du genre :

    mes mains, les contractions volontaires avec le masseur,
    c’est tout ce qu’il y a de mâle en moi

    force est de constater que cela devait être sans doute encore quelque stupide fierté machiste
    qui s’exprimait en moi, qui me faisait croire que c’était le mâle en moi
    qui bougeait mes mains et le masseur pour me procurer le plaisir,
    alors qu’en fait aujourd’hui je me suis bien rendu compte qu’il n’en était rien,
    que durant la séance il n’y avait plus une once de mâle en moi,
    juste une femme se caressant, bougeant lascivement et se donnant du plaisir
    avec une sorte de dildo bizarroïde, de forme ondulante et plutôt petit, enfoncé entre ses jambes

    enfin quand j’écris qu’il y avait juste une femme,
    c’est faire peu de cas du sorte de petit miracle qui s’accomplit là,
    d’un mystère à l’oeuvre car il s’agit vraiment d’une prise de possession de l’intérieur,
    d’un changement d’identité sexuelle le temps de la séance

    mystère à l’oeuvre mais en même temps finalement c’est assez simple,
    vous aguichez votre prostate, celle-ci va éveiller une femme enfouie en vous,
    coulée dans vos fondements comme un volcan semblant éteint depuis toujours.

    Vous, votre boulot consiste au fil des jours et des séances
    à la laisser prendre de plus en plus les commande de votre corps,
    cela ne se fait pas en une fois, je sais de quoi je parle,
    mais une fois que vous y arrivez, c’est open bar

    #24565
    JieffeJieffe
    Participant

    enfin quand j’écris qu’il y avait juste une femme,

    C ‘est déjà beaucoup…
    J’espère arriver un jour au stade où tu en es, ce doit être merveilleux.
    Le choix de mon avatar n’est pas totalement un hasard, et je pense qu’il ne m’est pas seulement destiné.

    #24589
    bzobzo
    Participant

    J’espère arriver un jour au stade où tu en es, ce doit être merveilleux.

    comme je l’ai écrit plus haut, cela ne s’est pas fait en un jour.
    Il a fallu des mois avant que je commence à prendre conscience
    de cette féminisation du corps durant la séance
    et près d’un an pour arriver au résultat où j’en suis maintenant

    certains sans doute pratique des années sans que rien de tout cela n’arrive,
    je crois que cela tient beaucoup à la manière dont on pratique,
    moi je bouge beaucoup, je suis très actif durant la séance,
    une lutte amoureuse a toujours été dès le premier jour ma conception du massage prostatique
    avec beaucoup de changement de postures, d’engagement physique et émotionnel

    quelques conseils qui pourront peut-être t’aider à avancer dans cette voie:

    – va à sa rencontre,
    ne reste pas immobile comme un piquet durant la séance
    avec juste un peu la zone des fesses bougeant comme on peut le voir sur tant de vidéos,
    utilise les mains, bouge les hanches, engage tout ton corps avec passion et sans arrière-pensée dans cette quête
    mais attention n’essaie pas d’imiter une femme avec tes gestes, avec tes mouvements,
    simplement laisse-toi aller, laisse ton instinct parler,
    laisse parler aussi bien ta fougue que ton envie de douceur, laisse parler toutes tes envies
    sans en retenir aucune, ne pense à rien, que ton cerveau ne soit plus qu’un réceptacle,
    une éponge s’imbibant de toutes les sensations qui affluent,
    laisse les gestes se faire tout seuls,
    tout cela va lui permettre de prendre progressivement sa place aux commandes de ton corps,
    ne retiens pas tes gémissements, ne retiens pas tes cris, ne retiens rien,
    laisse tout sortir, laisse-la monter et bouger ce corps à ta place

    – mes positions préférées que je prends régulièrement des tas de fois durant une séance,
    sont les positions assises.
    Elles sont fatigantes car il faut être constamment en appui
    pratiquement rien que sur les bras tendus sur les côtés ou en arrière de soi
    pour dégager en partie l’espace sous les fesses pour pouvoir mouvoir le masseur.
    Cependant ces postures sont extraordinaires à bien des égards,
    aucune autre type de positions, couchés, sur les coudes, debout, etc, aucune,
    approchent de près ou de loin, la sensation de pénétration des postures assises,
    elles obligent aussi à bouger beaucoup le bassin, les fesses, pour mouvoir le masseur,
    les angles de pression sur la prostate sont aussi à nulle autre pareil,
    on se sent femme dans ces postures plus que dans n’importe quel type d’autre posture
    on se sent divinement indécent,
    essaie-les et tu comprendras rapidement ce que je veux dire par tout cela,
    elles aident beaucoup à se décoincer, elles accélèrent le processus

    #24671
    bzobzo
    Participant

    près de deux heures divines ce soir,
    j’en pleurerai tellement cette séance a été délicieuse

    cela fait maintenant quelques années que je n’ai plus fait l’amour,
    Ce qui me manque de temps à autre très fort,
    c’est le corps d’un autre, sentir une peau contre ma peau,
    sentir une haleine chaude sur mon visage, une langue dans ma bouche, une bouche sur mon sexe,
    entendre des gémissements, des cris se mêler aux miens,
    sentir la chaleur d’un autre, ses mouvements, ses mains

    mais ce qui me manque sûrement pas, c’est le plaisir que je peux ressentir en tant qu’homme,
    je veux dire par là, c’est qu’en termes d’intensité pure, de durée,
    de puissance des orgasmes, de variétés des sensations,
    c’est totalement risible en comparaison de ce que j’ai pu ressentir, par exemple,
    durant les deux heures de la séance d’aujourd’hui,
    combien d’orgasmes? cinq, dix, quinze ? combien de super O? trois, quatre?
    je ne sais plus, à partir d’un moment j’étais totalement délirant
    tellement je n’arrêtais pas de jouir et je n’avais plus du tout ma tête,
    la clef magique, ma prostate chérie, m’avait ouvert en grand les portes du royaume,
    et j’ai baigné pendant près de deux heures dans les eaux extraordinaires du plaisir féminin

    être entièrement concentré sur l’autre,
    entièrement dévolu au plaisir de son ou de sa partenaire,
    pour un homme, je trouve, c’est la seule façon d’y trouver son compte
    car le plaisir de l’autre devient un peu le notre et amplifie ce que l’on peut ressentir,
    si on devait compter que sur sa propre queue et ce qu’on peut en tirer,
    ce serait qu’un repas de miettes auquel on aura participé,
    avec juste le moment de l’éjaculation comme feu d’artifice dans nos veines

    je pratique de nouveau depuis deux, trois séances ce que j’avais déjà expérimenté par le passé
    mais que j’avais renié par la suite, à savoir,
    une alternance de moments où je suis yeux ouverts et d’autres yeux fermés,
    alternance qui amplifie et enrichit le plaisir qu’on peut ressentir, j’en suis désormais convaincu à 100%.

    Les yeux ouverts, c’est la puissance brute, des sensations constamment quelque peu orgasmiques,
    yeux fermés, c’est plus feutré, plus de variété, plus de subtilité,
    un crescendo aussi, une véritable montée en puissance des sensations alors que les yeux ouverts,
    comme je l’ai déjà écrit, c’est toujours très vif mais sans grande variation.

    En alternant, on a le meilleur des deux mondes,
    les différentes types de sensations se mélangent et nous font atteindre de nouveaux paliers

    question délicate, comment pratiquer cette alternance
    car cela nécessite une certaine intervention de la volonté, de la conscience,
    or comme je l’ai écrit plus haut, notre cerveau devrait être le plus vide possible,
    sans aucune pensée, sans aucune arrière-pensée, rien qu’un réceptacle,
    pour pouvoir jouir des sensations qui montent, au maximum

    il faut trouver un juste milieu, ne pas céder à la moindre sollicitation,
    sans quoi on passe son temps à ouvrir et à fermer les yeux,
    on perd sa concentration et la séance est gâchée, c’est un équilibre délicat,
    aujourd’hui cela s’est merveilleusement bien passé pour moi,
    je synchronisais l’ouverture ou la fermeture des paupières, il me semble,
    à des baisses ou à des augmentations nettes de l’intensité du plaisir

    en fait je laisse la question en suspens pour le moement, il m’est encore difficile
    d’apporter une réponse définitive à cette question,
    je vais essayer de combler cette lacune dans les prochains jours

    #24712
    bzobzo
    Participant

    une demie heure ce soir,
    pas mal de plaisir bien sûr mais malgré tous mes efforts,
    je ne suis pas parvenu à faire décoller la séance,
    les moments qui semblent s’arrêter, les longues périodes de jouissance quasi sans discontinuité,
    comme hier par exemple

    justement, cette séance de hier, mémorable, près de deux heures,
    je crois que cela draine pas mal d’énergie sexuelle, cela met les piles à plat
    et qu’il faut se forcer à attendre un peu, au moins un ou deux jours
    avant de recommencer

    c’est ce que je n’ai pas fait aujourd’hui mais à l’avenir je vais essayer de m’y tenir
    car je n’aime que les séances qui me font crever le plafond,
    là j’en sors plutôt frustré et insatisfait
    malgré deux, trois petits orgasmes qui ont été bien sympathiques à vivre

    #24729
    bzobzo
    Participant

    une petite heure aujourd’hui, un bon cru, un très bon même,
    dès la première pression sur la prostate, j’ai senti que les piles étaient complètement rechargées,
    c’est comme si un potentiomètre avait été remis à dix, au niveau maximum

    plouf a fait la tête de mon masseur
    comme un caillou plongeant dans des eaux dormantes
    et déjà des vagues concentriques de plaisir se répandaient partout dans mon corps,
    sans attendre j’ai ré-appuyé le museau en silicone contre ma prostate
    et de nouvelles vagues s’en sont allés désaltérer ma chair.
    Deux espèces de mini super O ont été les sommets de la séance
    (ou alors des maxi orgasmes, je ne sais pas bien la différence).
    Après le dernier quart d’heure je suis passé en mode zen,
    jouissance tranquille, contemplative,
    je me caressais au ralenti, je bougeais aussi le masseur rêveusement, nonchalemment
    je marquais des temps d’arrêt pour déguster chaque frisson de plaisir sans aucune interférence,
    c’était une sorte d’atterrissage en douceur que j’improvisais
    car je ne voulais pas trop prolonger la séance
    car je ne dors plus assez depuis que j’ai repris mes activités prostato-massonique

    question alternance des moments yeux ouverts, moments yeux fermés,
    j’ai continué à la pratiquer mais à un rythme moins soutenu qu’avant-hier,
    j’ai commencé par un bon quart d’heure yeux fermés avant de les ouvrir
    et de rester ainsi après un bon moment
    des alternances plus longues donc pour finir à nouveau avec une longue période yeux fermés,
    pour le mode zen, cela s’imposait de soi

    #24731
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour bzo,

    Je te remercie pour tous ces conseils

    – va à sa rencontre,
    ne reste pas immobile comme un piquet durant la séance

    Et bien je ne sais pas si pour le moment je ne devrais pas m’en tenir à réveiller ma prostate et éduquer mon esprit à cette nouvelle forme de plaisir. Pour mémoire, j’ai fait quelques séances (2 ou 3) il y a deux ans environ, et je recommence aujourd’hui (2 ème séance hier soir). Je pense être un chanceux, j’ai déjà ressenti de fortes vagues de plaisir, des chatouillis dans la prostate, et le masseur bouger et caresser ma prostate. Mais tout cela n’est pas encore comme toi un automatisme, et par exemple, la séance d’hier soir n’a pas été top. J’ai tout de même ressenti quelques vagues de plaisir, mais qui n’ont pas été aussi loin que lors de la dernière séance. Je pense donc q’avant de bouger, il me faut clairement identifié quand le plaisir arrive, comment le développer…etc. Je pense par exemple qu’hier soir, j’ai trop cherché à reproduire la dernière séance, mon esprit était trop occupé pour reconnaître et laisser se développer le plaisir.
    Je ne sais pas ce que tu en penses?
    J’essaierai d’appliquer tes conseils, mais je pense qu’il est encore trop tôt pour moi.

    utilise les mains, bouge les hanches, engage tout ton corps avec passion et sans arrière-pensée dans cette quête

    C ‘est un peu ce que j’ai fait lors de ma première séance, mais après que j’ai pu ressentir le plaisir arriver. J’ai voulu le reproduire hier soir, mais j’ai du le faire trop tôt et le plaisir s’en est allé.

    simplement laisse-toi aller, laisse ton instinct parler,

    J’en ai bien l’intention 🙂

    sans en retenir aucune, ne pense à rien, que ton cerveau ne soit plus qu’un réceptacle,

    Je pense tout de même que pout arriver à cela, il faut un assez bon niveau de pratique? C ‘est quand même un peu ce qu’il s’est passé lors de la dernière séance

    mes positions préférées que je prends régulièrement des tas de fois durant une séance,
    sont les positions assises….essaie-les et tu comprendras rapidement ce que je veux dire par tout cela,

    Ouf, ça me tente énormément, mais je pense encore une fois que je suis trop jeune dans la pratique. Je ne parviens pour le moment à ne ressentir le masseur et ses effets qu’après une profonde décontraction que les positions que tu me proposes ne me permettront pas je pense d’atteindre. Mais ça à l’air bien alléchant. Dès que je le sens, je tente 😀

    Merci encore pour tout ces conseils. Je vais continuer d’essayer de progresser avant de les mettre en pratique, mais ils me parlent!

    #24732
    JieffeJieffe
    Participant

    mais ce qui me manque sûrement pas, c’est le plaisir que je peux ressentir en tant qu’homme…j’ai baigné pendant près de deux heures dans les eaux extraordinaires du plaisir féminin

    Et bien moi, je serai curieux d’avoir ton retour après avoir fait l’amour ‘normalement’ avec une femme. J’ai dans l’idée que tu serais surpris. Je ne pense pas que tu retrouverais les sensations que tu connais avec ton masseur, mais tu ne retrouverais pas non plus les sensations dont tu dois avoir le souvenir, avant ta période d’abstinence. Je veux dire par la que je pense que la pratique du massage prostatique ouvre des portes aux hommes sur le plaisir qu’ils peuvent attendre de leur corps. Nous sommes trop conditionné dans le mythe du ‘queutard’. Un homme, ça baise avec sa queue, ça défonce, ça défouraille et ça ne prend du plaisir qu’avec sa queue. Mais lorsque l’on découvre que nous aussi, comme nos compagnes, nous pouvons éprouver du plaisir, voire décupler notre plaisir pénien avec des caresses, que nous aussi nous avons une certaine sensibilité des seins, des fesses…etc. L’éjaculation dans un vagin (ou autres) n’est pas une fin en soi, et n’est pas forcément synonyme d’orgasme à tout rompre.
    Si les hommes étaient un peu plus éduqué dans ce sens, les femmes aussi y gagneraient.

    si on devait compter que sur sa propre queue et ce qu’on peut en tirer,
    ce serait qu’un repas de miettes auquel on aura participé,
    avec juste le moment de l’éjaculation comme feu d’artifice dans nos veines

    Oui, c’est ça, ça monte et pouf!!!! C’est d’ailleurs cette frustration qui m’a emmené à faire des recherches, et je suis arrivé au plaisir prostatique.

    #24745
    bzobzo
    Participant

    grosso modo, je dirai qu’il y a trois domaines à explorer, où progresser, où évoluer
    qui attendent le débutant

    -d’abord le fameux « rewiring », apprendre à ressentir les innombrables stimuli
    provenant du frottement et des mouvements du masseur contre la prostate et des parois dans le fondement,
    découvrir et apprendre à percevoir leur énorme potentiel de sensations de plaisir
    (vous êtes nettement avantagé si vous êtes un habitué des jeux anaux)

    -la prise de conscience de la féminisation du corps durant la séance,
    assumer, briser les tabous et les barrières qui vont se lever immanquablement par rapport à cette découverte
    et laisser se développer librement le phénomène
    jusqu’à percevoir comme si une femme prenait le contrôle totalement de notre corps durant la séance

    – et enfin non moins importants, les divers aspects techniques,
    ainsi qu’aspects pratiques, genre choix du masseur le plus adapté, choix d’un lubrifiant , etc.
    Je vais développer un peu ce que j’entends par aspects techniques:
    -apprendre à se servir des différents muscles concernés pour les contractions volontaires (avec ou sans masseur)
    (vous êtes nettement avantagé si vous avez un certain niveau de yoga et que vous pratiquez mula bandha et autres bandhas de la région anale)
    -apprendre à se servir du masseur avec ces muscles,
    idéalement si vous avez le masseur qui vous est vraiment approprié, la monture qui vous est destinée,
    vous devriez avoir après un certains temps la même dextérité de manipulation du masseur avec ces muscles
    que si vous le bougiez avec votre main, la même précision, la même facilité, la même aisance quasiment
    -la concentration , savoir faire le vide dans sa tête pour être à l’écoute exclusive de ce qui se passe dans votre corps
    et des sensations qui y germent (là aussi vous êtes avantagé si vous avez un certain niveau de yoga, l’écoute du corps et savoir vider sa tête y sont essentiels),
    pour moi, trop d’attention est donné au relâchement, celui-ci vient automatiquement dans la proportion nécessaire si vous êtes entièrement concentré vers ce qui se passe dans votre corps
    et comme je l’ai écrit plus haut, vouloir trop se relâcher, nuit nuit aux « bonnes tensions », car le massage prostatique comme le sexe à plusieurs , c’est une affaire de tensions de toutes sortes, parfois énormes, douloureuses même, d’autres toutes en finesse
    -et enfin la vaste technique des postures, des mouvements, des caresses.
    Trois types de positions pour moi, avec leurs innombrables variations,
    couchées, assises et puis couchées mais avec le haut du corps plus ou mois relevé
    en appui sur les coudes,
    ces positions offrent tant et tant de variations
    qu’on a de quoi explorer toute sa vie.
    Les mouvements et les caresses, laissez faire votre instinct, votre imagination,
    laissez libre cours à toute la douceur et à toute la violence dont vous êtes capable,
    caressez-vous comme si vous caressiez quelqu’un d’autre,
    d’une façon générale, pour moi c’est comme si je faisais l’amour avec quelqu’un d’autre,
    une personne invisible mais bien présente.

    J’ajouterai par rapport aux positions, aux mouvements et aux caresses
    que si vous ne vous en sentez pas encore prêt, alors ne forcez pas.
    En effet je me suis rendu compte, suite à tes dernières remarques, @Jieffe,
    qu’il est facile pour moi de dire de laisser parler son instinct,
    de donner libre cours à toutes ses pulsions car ma technique est au point,
    comme un pianiste qui peut se permettre de donner libre cours à ses émotions et à son inspiration sur le clavier
    car il a sa maîtrise technique qui lui est venue en exerçant inlassablement ses gammes
    donc je comprends bien que certains de mes conseils peuvent être prématurés
    pour quelqu’un qui débute, qui en est encore à ses premières gammes,
    il manque encore la maîtrise technique nécessaire pour se lâcher complètement
    et laisser parler ses entrailles

    #24780
    bzobzo
    Participant

    une femme qui se masturbe, ne se masturbe pas,
    elle se fait l’amour, elle est possédée.

    Toi aussi tu as en toi dans ta chair
    quelque chose qui est prêt à prendre possession de toi

    #24781
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour bzo et merci pour ces conseils.
    Ils vont m’être précieux. En effet, je commence à douter, je suis un peu dérouté. Pour faire court sur mon expérience que je relaterai certainement quand je serai plus avancé, j’ai fait quelques séances il y a 2 ans environ. J’ai ressenti du plaisir lors de la première que je n’ai pas réussi à reproduire les deux ou trois autres séances suivantes. Je reprends aujourd’hui cette quête avec la ferme intention de la continuer. Et bien je reproduis le même schéma. J’ai éprouvé par deux fois un plaisir assez grand lors de la première il y a quelques semaines, et correctement senti le massage de l’Aneros. Depuis j’ai fait deux séances supplémentaires dans lesquelles je n’ai ressenti que deux montées de plaisir qui n’ont pas abouties. Durant la première de ces deux dernières séances, j’ai identifié que j’attendais peut-être trop et que j’ai trop essayé de reproduire ce que j’ai vécu la première fois (alors que je n’attendais rien de cette première séance). Hier, j’étais vraiment fatigué et pas forcément excité, mais avec une réelle envie de découverte. Je crois même que je me suis endormi pendant la séance, mais ça ne semble pas être un problème, certains ont découvert le plaisir prostatique de cette façon. Je me dis quand même que c’est peut-être la cause de cet ‘échec’. Je savais pas avance que ce ne serait peut-être pas une bonne séance à cause de cette fatigue, mais j’ai tenu tout de même à la faire pour éduquer ma prostate et mon esprit. Il n’empêche que je suis un peu déçu aujourd’hui, je ne comprends pas pourquoi j’ai pu ressentir du plaisir la première fois, et que je ne parviens pas à ressentir aujourd’hui au moins une fois dans la séance un plaisir au moins égal.
    Bref, je sais que le chemin est long, mais je (nous) suis incorrigible et certainement trop impatient. Je me dis que je dois pouvoir au moins parvenir au niveau que j’ai pu atteindre, mais visiblement ça ne fonctionne pas comme ça!
    C ‘est pourquoi tes conseils me parlent. Ce que tu dis sur la relaxation, sur l’apprentissage de la reconnaissance des sensations… Pour le reste, je pense effectivement qu’il faut que ma technique soit plus sûre pour que je puisse explorer ces domaines.
    Quoi qu’il en soit, ces deux dernières séances ne sont pas complètement négatives même si elles me frustrent. J’ai tout de même eu quelques montées de plaisir, qui n’ont pas abouties à quelque chose de très fort, mais elles étaient bien présentes, je ressens bien le masseur et j’ai l’impression que j’ai de bonnes aptitude à le faire bouger. Pas aussi subtilement que tu le décris, mais j’avoue avoir été surpris de pouvoir un peu le diriger.
    Autre point positif, malgré ma déception, j’ai envie d’y retourner. Je vais tout de même m’obliger à faire un jour de relâche entre chaque séance.
    Merci encore de partager ton expérience.

20 sujets de 21 à 40 (sur un total de 341)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.