Mots-clés : , , ,

20 sujets de 241 à 260 (sur un total de 371)
  • Auteur
    Articles
  • #28087
    AvatarEnvole
    Participant

    Bonsoir,
    merci pour tous ces moments fantastiques, je me délecte de tes écrits, en particulier ces quelques passages :

    « cette limpidité cristalline des sensations en pure aneroless,
    comme si je me désaltérais directement à une source de très très haute altitude
    comme je l’ai écrit un peu plus haut,
    c’est unique, on a de la lumière plein la tête,
    comme si on était au coeur du soleil »

    Là ça me fait penser à des choses que je vis, quand on dans ce plaisir où il n’y a plus rien à désirer, et il n’y a même pas de tristesse quand il finit, tellement on a été rempli.e de plaisir, qu’on en est encore porté.e…c’est magnifique, j’adore cette sensation…

    « avec cette houle lascive dans les hanches, on se sent éclore,
    on se sent fleur sexuelle dans le vent,
    on se sent vestale chevauchant,
    on se sent cavalière émérite menant sa monture »
    Mmm ça doit être bon…

    « bondieu, j’ai plus besoin de rien, là,
    j’ai tout ce qu’il me faut pour éprouver tout le plaisir du monde
    jusqu’à la fin des temps »
    Voilà c’est ce que je voulais dire, cette impression qu’il n’y a plus besoin de rien, qu’on y est…Personnellement c’est des moments si intenses et satisfaisants qu’il n’y a plus aucune question existentielle, tout va bien, jusqu’au fond du fond de la conscience…

    « car atteindre les sphères supérieures de la jouissance,
    c’est bien de cela qu’il est question, c’est bien le but ultime,
    pas juste d’éprouver un plaisir immédiat même si très puissant,
    c’est pour cela que je me casse autant la tête,
    que je me pose toutes ces questions
    sinon je ferai juste n’importe quoi, n’importe comment, mêlant tout,
    je le fais de temps à autre,
    le plaisir est fort, très fort, très rapidement, des orgasmes à gogo,
    cela fait passer d’excellents moments, il ne faut pas les dénigrer,
    il faut s’y laisser aller de temps de temps

    mais je veux aussi pouvoir aller plus loin,
    je sais qu’il y des zones de jouissance qu’il y a moyen d’atteindre
    pour lesquelles il faut pas juste se ruer là où le plaisir est le plus facile,
    qu’il faut faire preuve de plus de patience
    et accepter une plus progressive montée de la tension sexuelle
    qui va permettre d’atteindre des sommets où on dépasse ses limites »

    Oui c’est une quête infinie…Personnellement la méditation tao, que je pratique depuis longtemps, m’a permis d’envoyer mes sensations de plaisir localisées dans certains organes vers l’ensemble du corps…C’est assez génial, parce que le moindre plaisir fait du bien à tout le corps…Donc le moindre plaisir est bon en soi, et n’est pas frustrant parce qu’on imagine un plaisir plus grand : il est bon, et celui qui viendra ensuite sera bon aussi…C’est naturel, quoi, ça coule de source !!!

    Tout le meilleur @bzo 🙂

    Naomi

    #28088
    bzobzo
    Participant

    hello chère Naomi,
    cela me fait plaisir que tu te délectes de mes écrits

    j’essaie d’une part d’apporter du concret, des détails techniques sur mes expériences
    qui pourraient être utiles à d’autres
    car le domaine est vaste, le domaine est touffu
    et il est si difficile de s’y retrouver au début,
    il est si facile d’y tourner en rond

    mais surtout ce que je préfère, ce sont mes textes plus lyriques
    qui essaient de donner à voir,
    qui essaient de donner à voir l’action,
    qui essaient de donner à voir un peu du plaisir en action

    j’aime allumer, oui j’aime allumer,
    j’aime m’allumer et j’aime allumer les autres
    alors si je t’allume un peu avec mes écrits,
    alors, mission accomplie

    #28089
    bzobzo
    Participant

    je commence à y voir plus clair,
    il y a des choses qu’on peut mélanger et d’autres pas

    les caresses, les mouvements du corps avec les contractions,
    l’aneroless de base donc,
    c’est un plat de résistance

    les caresses d’une main, les mouvements du corps, les contractions
    avec l’autre main jouant près l’anus, dans la raie,
    quelques doigts s’égarant régulièrement plus ou moins profondément dans le fondement,
    c’est un autre plat de résistance en soi

    on ne mélange pas les plats de résistance

    l’alternance de moments yeux fermés et de moments yeux ouverts,
    ce qui change singulièrement la variété des sensations perçues,
    c’est une épice, un condiment, cela va avec tout,
    cela relève les plats, cela pimente l’action

    les mains utilisées autrement, pinçant, tordant, griffant, pressant,
    c’est un autre condiment, une autre épice rare, ça va aussi avec tout
    la chair brûle encore plus de désir
    quand les ongles s’enfoncent opportunément dans la peau,
    quand deux doigts pincent bien fort,
    comme une lame de plaisir à partir de la sensation de brûlure, de torsion de la chair,
    mystérieuse transmutation quasi instantanée de la douleur

    la main par devant enveloppant, pressant le sexe,
    c’est rien, c’est pas grand chose, c’est au jeu de l’intrus,
    l’intrus qu’il faut arriver à détecter

    c’est comme cela que je vois la chose pour l’instant

    #28090
    bzobzo
    Participant

    quel quart d’heure je viens encore de passer…

    je serrais fort les bras en croix sur mes seins,
    je sentais leurs pointes dures, je les frottais lentement des avant-bras,
    sous la pression lentement se déplaçant,
    elles se ployaient tantôt d’un côté, tantôt de l’autre,
    je veillais à les garder en mouvement et bien pressées sous mes avant-bras
    je maintenais bien fort aussi une contraction par en-dessous
    qui répandait des ondes de chaleur dans tout mon corps

    je la relâchais soudainement pour immédiatement m’enfoncer encore plus loin,
    un petit mouvement remontant, sec, un peu brutal,
    pour avoir la sensation d’un engin monter bien loin en moi,
    le sentir entre mes jambes sans ménagement glisser, frotter, écartant les chairs sur son passage,
    être pris, se sentir en rut, se sentir offert, baisé, labouré,
    écarter les jambes, bouger lascivement et sans pudeur le bassin, gémir, gémir,
    de fait, cela ressemblait de plus en plus à un couinement ininterrompu,
    ah le supplice de l’empalement, il n’y a que cela de vrai
    comme disaient les romains

    mes cris devenaient de plus en plus aigus et plaintifs,
    j’appuyais aussi fort que je pouvais maintenant dans mon fondement
    puis agrippais quelques instants mon sexe aussi
    (eh oui j’ai recommencé, il ne sait pas ce qu’il veut ce garçon…),
    des décharges de plaisir se répandent dans toutes les directions,
    je relâche ma queue qui s’est épaissi un peu sous la pression

    à ce moment où j’enlevais la main de mon sexe,
    j’ai eu brusquement envie très fort un instant que quelqu’un l’engloutisse,
    sentir l’intérieur d’une bouche chaude et humide sur mon sexe,
    une langue venant se frotter contre ma hampe qui se serait durcie instantanément,
    frémissant par à-coups d’excitation

    j’aurai continué mes contractions en même temps, bien concentré dessus,
    décharger en même temps que de sentir comme un pal bien enfoncé en moi,
    bouter le feu de toutes parts, un pillage en règle, une mise à sac,
    un carnage, exploser de partout, Krakatoa de désir en pleine éruption
    avec un ciel d’apocalypse au-dessus, rougeoyant, fumant

    je dirige deux doigts vers ma raie, ils viennent effleurer mon anus,
    des frissons immédiatement dans tout mon bassin,
    j’entre un peu avec le bout des doigts, légèrement
    tandis que je fais quelques contractions,
    bon dieu, que c’est divin!
    les doigts remontent un peu avec chaque contraction puis redescendent
    et à chaque fois des frissons et des ondes de chaleur explosent un peu partout dans mon corps

    c’est le Pérou, ce sont les mines d’or dans mon fondement,
    deux cent milles mineurs virils et en sueur s’affairent là-dedans
    à coups de pioche ils frappent la roche sans relâche,
    récoltent de leurs doigts tremblants sous l’effort les pépites brillantes

    je n’en peux plus, j’enfonce bien fort les deux doigts,
    ils glissent plutôt bien, j’ai mis de la crème pour vagin qui me sert un peu de lubrifiant
    en même temps qu’elle apaise les frictions et les frottements sur les muqueuses délicates,
    je me sens empalé de chez empalé, j’aurais envie que ces doigts restent là ainsi pour l’éternité
    figés dans mon fondement avec cet halo de sensations qui pulsent, qui irradient,
    indescriptiblement délicieuses

    je bouge un peu le bassin, toujours cette sensation royale de pénétration
    malgré que ce ne soient que deux doigts en moi,
    cette sensation de chevaucher sans selle une colonne de chair parfaitement adaptée à mon anatomie,
    je ne suis plus que de la barbaque dopée au plaisir, de la bidoche en rut,
    une pointe de lance lubriquement acérée dans ma chair explose à chaque contraction

    je n’en finis pas de jouir,
    cela dure depuis des minutes, à chaque contraction, à chaque caresse, cela repart

    #28091
    bzobzo
    Participant

    une heure que je suis réveillé,
    une heure que je ne fais que cela,
    le petit déjeuner attendra

    je suis excité comme une puce, le cul en feu,
    dès que j’ai ouvert les yeux, j’ai dirigé ma main vers celui-ci
    et j’ai salué ma raie, je l’ai effleuré, j’ai glissé dedans lentement mes doigts
    puis j’en ai enfoncé quelques uns dans mon fondement

    la réponse ne s’est pas fait attendre, j’ai senti des frissons dans tout mon corps,
    bien le bonjour, barbaque, toujours prête à démarrer au quart de tour, je vois

    je me réveille tout doucement,
    je me caresse occasionnellement, applique une contraction
    mais la trique du matin règne pour l’instant,
    ce qui me gène dans mes contractions

    je m’assieds dans le lit avec la main sous la fesse,
    je laisse mes doigts trouver leur place,
    je pèse un peu dessus, je les sens s’enfoncer de plus en plus profondément en moi,
    comme c’est bon, comme c’est délicieux,
    c’est du miel qui monte dans mes muscles, dans mon sang,
    qui envahit mon cerveau et déjà je râle à ne plus en finir,
    good morning plaisir

    je vais vers mon bureau, je m’installe, je mets les pieds sur le bureau, les jambes bien écartées,
    j’appelle cela, la position chez le gynécologiste les pieds dans les étriers,
    je me sens ouvert, prêt à être baisé,
    rien que de rester dans cette position délicieusement indécente,
    je suis encore plus excité, je descend la main vers mon sexe ,
    l’y laisse quelques instants,quelle décharge électrique,
    je crie tellement je suis empli soudainement d’un plaisir vif

    ma main remonte, caresse ma poitrine à présent
    tandis que je fais se remonter une première contraction bien lentement,
    ça y est, c’est parti, des frissons dans tout le corps,
    la sensation de frottement et de glissement dans le fondement
    comme si une pine bien dure entrait en moi, se frayait son chemin,
    je gémis de plus en plus fort

    libido très réactive au matin
    et quand j’ai tout mon temps comme le samedi,
    je me laisse aller à la luxure, je m’y vautre, je patauge dedans,
    bon dieu que c’est bon ce plaisir qui m’emplit,
    reste en moi, imbibe-moi des pieds à la tête,
    je suis tout à toi, je m’offre à toi, je m’ouvre à toi,
    prends-moi et emporte-moi

    je change un peu de position, j’enlève les pieds du bureau,
    assis, je glisse une main sous les fesses, les doigts viennent dans la raie,
    comme elle est chaude, comme elle est réceptive,
    je bouge un peu les doigts dedans, je pousse,
    deux doigts s’enfoncent légèrement, j’applique une contraction,
    les muscles viennent se saisir de mes doigts, les font remonter un peu,
    mouvements de va et vient, brûlure de plaisir, ahanements,
    je me lève un peu, ajuste l’angle de mes doigts bien à la perpendiculaire
    et me laisse retomber dessus, ils s’enfoncent bien profondément,
    je remue un peu le bassin tout en continuant de pousser,
    ils pénètrent encore plus, j’applique une contraction avec insistance
    pour faciliter l’opération d’exploration tout plus en avant dans mes profondeurs,
    la zone brûle de plaisir maintenant, ma colonne vertébrale semble tout en flammes

    le désir est un indéfectible compagnon de route,
    on s’entend à merveille,
    on est en train de tracer un sacré bout de chemin ensemble
    au pays du plaisir prostatique

    bonjour tout le monde,
    je vous fais la bise

    j’arrête d’écrire et vais remettre cela
    car le fait de décrire ma petite séance,
    m’a excité comme c’est pas permis
    et je veux jouir à nouveau, avoir le cul en feu
    et sentir ma bouche emplie de gémissements qui s’échappent

    #28092
    bzobzo
    Participant

    je continue, je ne peux plus m’arrêter,
    dès que je stoppe, cela me manque,
    cette densité, cette chaleur, ces frissons partout,
    dans mon corps, dans mon cerveau

    je suis en roue libre, je ahane continuellement,
    rythme accéléré, rythme de possédé, rythme de pénétré chauffé à blanc,
    des gouttes tombent sans arrêt de mon sexe,
    cela déborde quelque part, c’est inondé quelque part

    deux doigts dans mon cul bien enfoncé
    vont à la rencontre sans cesse de mes contractions,
    à chaque contact cela explose, cela irradie,
    j’ai la tête rejetée vers l’arrière, la bouche ouverte, emplie de gémissements
    et autres espèces sonores issues du nid du plaisir

    je bous, je tremble, je frémis des pieds à la tête,
    mes deux mains caressent frénétiquement, vont de mes hanches à mes seins,
    les empoignent fermement, les pressent, les pincent, les tordent
    et mon bassin va et vient d’avant en arrière,
    des contractions simulent un mouvement de pénétration en moi,
    je suis embroché, me tordant de plaisir

    je remets les pieds sur le bureau, les jambes bien écartées,
    je me sens écartelé, je presse mon sexe des deux mains,
    je fais quelques contractions ainsi,
    ma queue comme un serpent dans ma paume qui cherche lentement son chemin,
    elle grossit un peu, frémit,
    je sens un feu d’artifice exploser dans ma chair

    mes mains remontent et pressent fort mes seins
    tandis que j’enfonce une contraction bien à fond dans mes entrailles,
    que je maintiens aussi fort que possible,
    je reste ainsi de longues secondes à gémir,
    de la lumière d’ailleurs, des frissons et de la chaleur plein la tête

    bon, temps d’aller manger
    et de démarrer ma journée

    #28117
    EpictureEpicture
    Participant

    J’ai juste une petite suggestion : essayer avec un cockring en acier inox. Il va enlacer lourdement tes testicules et ton penis. Tu auras les mains libres de faire autre chose. Tu ne dois pas toucher a ton penis bien sur. La pression que va générer le cockring sera bien suffisante. Une delicate pression sur la base du penis, et sur le perinee juste sois les bourses.
    A mesure que ton penis va s’epaissir, la pression va augmenter. Il est bien possible que ce petit accessoire viennent agreablement compléter la gamme de tes experiences. Personnelement, j’adore. Mais rien ne vaut un anneau large, epais, lourd, en inox. Toi qui ne veux rien laissé de côté…
    Bon cheminement a toi @bzo

    #28122
    bzobzo
    Participant

    hmm, à l’occasion, pourquoi pas, comme tu le dis , @Epicture,
    il faut tout tenter, ne rien laisser de côté

    cependant actuellement,
    j’ai à nouveau mis de côté cet accessoire, la main par-devant sur le sexe quelques instants,
    même si cela génère quand appliqué,
    une sacrée explosion de plaisir et que le niveau général de l’excitation s’en trouve augmenté,
    je suis cependant de plus en plus sceptique, réfractaire à son utilisation

    hier toute la journée d’ailleurs, je m’en suis passé
    et j’ai bien senti que sur l’ensemble de mes séances,
    l’intensité était plus élevée finalement,
    surtout la qualité du plaisir était plus grande

    pour résumé par rapport à cet accessoire,
    si on cherche plus la quantité que la qualité,
    cela va le faire, on y trouvera son bonheur
    mais sinon il vaut mieux l’oublier

    il faut être honnête, la quantité chez moi, n’est pas un problème,
    n’est plus un problème depuis longtemps, j’ai du plaisir à gogo, le plaisir coule à flot chez moi
    c’est la qualité sur laquelle je travaille sans cesse,
    cet accessoire, la main par-devant enveloppant le sexe,
    c’est plus sans doute un accélérateur
    mais au détriment de la qualité

    c’est un accélérateur de l’intensité du plaisir
    tout en procurant un choc, une explosion de sensations sur le moment-même,
    voilà je crois, en tout cas chez moi,
    ce que ce joujou, cet accessoire apporte

    donc j’ai laissé tomber depuis hier et probablement maintenant il va rester au fond de l’armoire

    hier justement, j’ai eu une matinée de débauche, de luxure, absolument délicieuse
    plus de deux heures quasi non-stop, j’enchaînai mes micro-séances,
    je me laissai pas le temps de refroidir, de laisser retomber la tension sexuelle,
    votre serviteur s’en ai mis plein le baba,
    il délirai de plaisir, orgasme après orgasme, il était en roue libre,
    j’ai aimé, bon dieu , comme j’ai aimé

    mais le soir et cela, ce n’est pas la première fois que cela m’arrive,
    en fait à chaque fois que j’ai ce genre de matinée très chargée en plaisir intense et nombreux orgasmes
    eh bien c’est resté plutôt modeste comme si le niveau de mes batteries était encore un peu faible,
    pas assez rechargées

    je l’ai bien senti ce matin, quelques contractions, quelques caresses,
    la main qui vient effleurer la raie, s’attarder à l’entrée de l’anus,
    puis s’aventurer un peu dedans,
    deux doigts s’enfonçant progressivement de plus en plus
    en se déplaçant légèrement latéralement sous l’effet des contractions
    et déjà je râlais comme un possédé,
    les batteries sont bien chargées après quelques heures de sommeil,
    ma Formule 1 est vrombissante, prête pour démarrer la course,
    m’emporter vers des sommets de griserie

    encore concernant cette main par derrière,
    chez moi les meilleurs effets, le plus d’intensité ,
    sont obtenus
    quand la main reste presque complètement passive,
    elle vient vraiment accompagner les contractions et les mouvements du bassin
    mais en étant presque complètement inerte,
    juste au gré de mon envie changeant un peu, imperceptiblement, la position,
    enfonçant un peu plus quelques doigts dans le fondement,
    les déplaçant
    mais en essayant de se faire oublier autant que possible,
    de laisser les contractions et les mouvements du corps faire tout le travail,
    ne pas contrarier le flux de sensations généré par eux,
    délicieuse et puissante intrusion ainsi,
    la main par derrière venant jouer dans la zone de l’anus
    et dedans aussi avec quelques doigts
    mais pas forcément, cela marche aussi en restant uniquement dans la raie

    la paume de la main aussi, devient un buvard s’imbibant du rythme de la pénétration,
    avec mon bassin de femme en rut, de vestale chevauchant,
    animé par une houle sexuelle, une houle langoureuse, une houle lascive,
    tout cela passe dans la paume et cela crée des sensations délicieuses en plus

    mais cette inertie donc, d’après mon expérience et ma façon de procéder,
    semble assez capitale pour le processus de bonne intégration, d’injection
    au flux principal des sensations prostatiques
    de tout ce que ces doigts vont apporter en plus comme sensations

    j’ai bien fait attention
    et dès que cette main prenait trop d’indépendance, j’ai bien senti
    que la tension baissait,
    la magie opère parce que ce sont des sensations prostatiques augmentées, colorées différemment
    et dès que les sensations anales prennent trop d’indépendance,
    chez moi en tout cas, la sorcellerie sexuelle n’opère plus

    car magie sexuelle il y a vraiment, c’est absolument divin,
    je mets ma main sous la fesse, les bouts des doigts dans la raie,
    un ou deux juste effleurant l’entrée de l’anus
    la main complètement inerte,
    les contractions créent une sensation de sexe pénétrant en vous
    et avec les mouvements chaloupés, les mouvements langoureux de mon bassin bougeant sans retenue,
    la magie opère

    j’y retourne d’ailleurs, le moment est propice pour s’envoyer en l’air,
    rendez-vous au septième ciel,
    vous m’y trouverez

    vous m’y trouverez après le gros nuage laiteux à l’entrée,
    le gros nuage laiteux ressemblant à une éjaculation agrandie, immobilisée en plein vol,
    vous prenez à votre gauche, vous continuez un peu,
    vous arrivez à un autre gros nuage, gros nuage qui ressemble à une fesse,
    vous le contournez,
    quand vous arrivez à son intersection avec un autre nuage,
    vous pénétrez dans l’intersection bien sombre,
    vous m’y trouverez,
    pâmé, écartelé, tremblant, frissonnant, gémissant, râlant

    #28146
    bzobzo
    Participant

    la matinée est vraiment le moment le plus propice pour pratiquer

    gonflé à bloc, toutes nos batteries encore à leur niveau maximum,
    pas encore entamé par la journée, par le stress, par les viscissitudes
    et les divers combats et tracas du quotidien dans lesquels on est engagé, tout un chacun

    là, le matin, neuf (enfin plus ou moins), une partie de nos compteurs remis à zéro,
    reposé, chargé à bloc,
    je me touche à peine et la peau s’enflamme immédiatement,
    je fais une contraction et déjà tout mon corps est empli d’un indicible plaisir

    sans effort, tout de suite, tout feu, tout flamme

    #28148
    EpictureEpicture
    Participant

    Oui,dans ces conditions je comprends que ma suggestion puisse ne pas t’inrerresser.
    J’ai une question cependant: ne penses tu pas finalement qu’avec le temps et la pratique tu t’orientes vers le minimum de stimulations superflues, vers une sorte de « do nothing », ou le toucher delicat et leger de tes doigts est plus « productif » que le mouvement insistant d’un aneros.
    Autre question : continues-tu a lubrifier ton anus ou ton rectum avec du beurre de karité par exemple ?
    Bon cheminement vers l’ultime @bzo

    #28149
    bzobzo
    Participant

    ers une sorte de « do nothing

    très certainement pas, c’est tout le contraire,
    le do nothing, c’est vraiment pas mon truc,
    c’est une autre façon de pratiquer, qui n’est pas la mienne,
    moi je me fais l’amour, j’ai une pratique dynamique,
    je simule un acte sexuel avec moi-même,
    les contractions sont ressentis comme un sexe me pénétrant,
    j’ai le bassin qui bouge beaucoup, les mains qui parcourent tout mon corps
    quand j’ai pas la main qui reste attardé près ou dans mon anus

    non , ce que j’ai par contre, c’est que les effets sont de plus en plus forts
    en en faisant de moins en moins
    mais cela n’empêche pas que je continue d’avoir une pratique dynamique

    ou le toucher delicat et leger de tes doigts est plus « productif » que le mouvement insistant d’un aneros.

    euh, ce fil de mon journal, le prostatomane III est bien consacré uniquement à ma pratique aneroless,
    cela fait belle lurette que je n’utilise plus de masseur

    continues-tu a lubrifier ton anus ou ton rectum avec du beurre de karité par exemple ?

    non, étant en aneroless, je ne me lubrifie plus

    mais comme je l’ai écrit un peu plus haut, depuis que je mets la main dans la raie et les doigts dans le fondement
    comme longuement décrit au-dessus,
    j’utilise une crème vaginale, Saforelle, elle lubrifie aussi un peu au passage
    mais c’est surtout parce que je sentais un peu d’irritation du aux doigts frottant les muqueuses

    j’avais essayé avec mon lubrifiant du temps de ma pratique avec masseur
    mais je n’avais pas du tout aimé, cela glisse trop,
    mon fondement devenait une patinoire, une savonnette,
    les doigts allaient et venaient trop facilement

    #28150
    EpictureEpicture
    Participant

    Voilà qui est clair. Merci pour ces precisons.
    Bon cheminement @bzo

    #28151
    EpictureEpicture
    Participant

    J’avais bien compris le theme de ton journal version 3. Il manquait un accent sur « où », a comprendre comme un lieu, un espace, en loccurence revolu, mais pas comme une alternative dans laquelle tu pourrais douter.

    #28157
    AvatarEnvole
    Participant

    Hello @bzo,
    merci pour ce beau passage (entre autres) :
    « vous m’y trouverez après le gros nuage laiteux à l’entrée,
    le gros nuage laiteux ressemblant à une éjaculation agrandie, immobilisée en plein vol,
    vous prenez à votre gauche, vous continuez un peu,
    vous arrivez à un autre gros nuage, gros nuage qui ressemble à une fesse,
    vous le contournez,
    quand vous arrivez à son intersection avec un autre nuage,
    vous pénétrez dans l’intersection bien sombre,
    vous m’y trouverez,
    pâmé, écartelé, tremblant, frissonnant, gémissant, râlant »

    Tout le meilleur,
    Naomi

    #28183
    bzobzo
    Participant

    ce soir, nu comme un ver comme d’habitude chez moi
    pour pouvoir me procurer du plaisir à tout instant,
    en n’importe quelle position, en n’importe quel pièce,
    je me promène depuis des heures la main à la fesse,
    chipotant autour et dans l’anus à tout moment
    tout en pratiquant mes contractions

    Napoléon avait la main dans son gilet,
    moi j’ai la main dans la raie des fesses,
    c’est moins digne, c’est moins photogénique
    mais alors qu’est-ce qu’on se procure plus de plaisir

    on peut faire cela tout le temps à peu près avec n’importe quelle activité
    qui n’exige pas les deux mains,
    il suffit d’attraper la bonne coordination,
    à savoir quand la contraction arrive, les doigts s’immobilise,
    la main devient inerte,
    on laisse faire les muscles du cul, du bassin

    et alors quelle explosion à chaque fois, étonnante réaction en chaîne,
    assez mystérieux comme mécanisme
    car si je me tripote le cul sans les contractions, bien il ne se passe rien
    ou pas grand chose, rien de comparable

    avec, la prostate entre directement dans le jeu,
    il se produit une sorte de fusion entre les sensations prostatiques et les sensations anales,
    une émulation délicate mais explosive
    qu’il y a moyen de faire varier de façon étonnante,
    étonnement subtilement, j’écrirai même

    donc cette coordination que j’ai mis au point,
    est vraiment primordiale pour la bonne marche des opérations,
    quand la contraction se met en route,
    la main s’immobilise là où elle est, se laisse entraîner
    puis se remet en route, change de position les doigts, les remue un peu,
    touille, frotte la raie

    pas nécessaire d’avoir les doigts enfoncés jusqu’à la garde,
    bien que c’est tellement bon par moments
    mais rien qu’effleurant l’entrée de l’anus, c’est déjà si bon
    avec les contractions allant et venant

    la paume qui est à plat sur la fesse,
    s’imbibe du rythme de tout le bassin et des contractions
    et on ressent par son intermédiaire comme en écho depuis la main
    toute la houle qui agite nos reins,
    délicieux

    je me remets régulièrement un peu de crème Saforelle pour vagin,
    cela lubrifie juste ce qu’il faut pour les jeux avec les doigts
    et calme les légères irritations dues aux frottements

    #28214
    bzobzo
    Participant

    je suis arrivé à un stade de ma pratique où j’ai envie à nouveau de faire le point,
    de faire un bilan de mes récents progrès,
    je me sens désormais entrer dans une phase de maturité,
    la plupart de mes dernières difficultés techniques ont été aplanies,
    je suis sur le seuil d’un âge d’or de ma pratique en aneroless

    deux façons de pratiquer s’offrent désormais en moi,
    deux manières dissemblables offrant chacune
    des sensations tellement différentes, tellement fortes et délicieuses,
    c’est une véritable bénédiction, je me sens béni des dieux

    à chaque fois que je m’y mets,
    c’est-à-dire très souvent quand je suis chez moi,
    je me sens à chaque fois comme un enfant
    qu’on lâche dans son magasin de bonbons favoris,
    « vas-y, sers-toi, petit monstre, petit goinfre sans foi, ni loi,
    le magasin est à ta disposition, tout ce que tu peux engloutir, engloutis-le »,
    alors j’engloutis, bon dieu comme j’engloutis,
    le plaisir est une divine gourmandise
    pour nous, grands enfants

    concernant mes joujoux, mes gadgets, mes accessoires

    d’abord celui que j’ai éliminé, banni cette fois définitivement,
    comment faire autrement quand on veut privilégier la qualité des sensations?
    La main par devant, la main en coquille sur le sexe,
    tout explosif, tout énergisant qu’il soit,
    nuit à la qualité des sensations
    mais si on recherche avant tout la quantité de plaisir,
    qu’on a des difficultés encore à établir un flux régulier de sensations
    alors c’est acceptable et même intéressant sans doute

    j’alterne des moments de séance où je pratique les yeux ouverts
    et d’autres où je suis paupières fermées,
    j’ai déjà expliqué à quel point c’était très intéressant d’intégrer cela à sa séance,
    à quel point les sensations pouvaient être plus diversifiées, plus intenses grâce à cela,
    c’est l’un de mes condiments, l’une de mes épices exotiques,
    selon les jours, selon mon envie je vais alterner plus ou moins souvent,
    c’est désormais totalement intégré à ma pratique

    mon autre condiment, mon autre épice exotique qui va avec tout,
    ce sont les mains utilisées autrement que pour se caresser,
    et selon les jours et selon mon envie, je vais tout d’un coup
    m’enfoncer les ongles dans la peau, me pincer, me tordre des morceaux de chair
    ou presser et frotter très fort quelque endroit, j’aime beaucoup aussi

    passons maintenant aux deux plats de résistance

    d’abord ce que j’appelle la manière classique de pratiquer l’aneroless,
    les mains caressant tout le corps, les contractions, les mouvements du corps,
    c’est bien sûr la manière la plus importante de pratiquer,
    elle est incomparable,
    comme je l’ai déjà écrit,
    on a l’impression que les sensations arrivent d’une source en très haute altitude,
    une limpidité cristalline, un plaisir irisée de lumière, vif, pétillant comme du champagne,
    je le ressens immédiatement dans tout le corps,
    il faut être un peu patient avec car il y a un crescendo , une progressivité,
    la tension sexuelle va en augmentant progressivement
    si on s’y prend avec toute la ferveur et toute la patience nécessaire
    et les orgasmes aussi ont une qualité incomparable,
    irrésistible sensation de flirter avec des sommets himalayens,
    de tutoyer les dieux du plaisir prostatique

    l’autre manière que j’ai à présent aussi de pratiquer
    est absolument délicieuse aussi,
    certes le plaisir éprouvé n’a pas cette limpidité cristalline décrite juste au-dessus
    mais il est beaucoup plus immédiatement puissant,
    dès la première seconde très orgasmique, instantanément je gémis comme si j’étais au bord de la jouissance
    la main par derrière, venant hanter la raie et l’anus,
    tantôt traînant à la surface, tantôt quelques doigts enfoncés plus ou moins profondément,
    exploration de la crevasse et du gouffre au milieu

    le truc à comprendre, c’est de garder la main aussi inerte que possible durant les contractions
    et de la bouger éventuellement entre celles-ci, une sorte de coordination,
    ainsi le plaisir reste majoritairement prostatique avec injection contrôlée de plaisir anal

    la profondeur à laquelle les doigts seront enfoncés dans le fondement
    et leur indépendance de mouvements par rapport aux contractions
    déterminent très exactement la quantité et la puissance des sensations anales
    par rapport aux sensations prostatiques,
    on peut jouer sur cet équilibre, le varier, le moduler,
    les variations sont riches, offrant énormément de diversité,
    cette façon de pratiquer offrent d’étonnantes possibilités de sensations très subtiles et très variées,
    on n’imaginerait pas, je suis ravi de l’aubaine

    l’autre truc à bien comprendre,
    c’est qu’il faut séparément nettement les deux façons de pratiquer,
    si on commence avec la manière classique, il faut s’y tenir
    et vis et versa,
    bien garder séparer les deux manières de pratiquer
    et ainsi chacune garde son intégrité et son potentiel

    alors que si on mixe indifféremment comme je l’ai fait pendant quelques jours,
    on a tendance à privilégier la main par derrière dans la zone de l’anus
    car comme je l’ai écrit, les sensations sont plus immédiatement puissantes et jouissives

    si on garde bien séparées les deux manières de pratiquer, on a le meilleur des deux mondes,
    chacune ayant ses caractéristiques
    et désormais je ne mélange plus, j’alterne les deux types de séances selon mon envie

    #28217
    bzobzo
    Participant

    quel orgasme délicieux à l’instant

    il a été l’aboutissement d’une petite suite de micro-séances,
    tantôt classique, tantôt avec les doigts dans et autour de l’anus

    mes doigts dans mon trou de balle, c’est Roland Garros sans filet, sans raquette,
    jeu, set et match, jeu de mains , jeu de vilain,

    avant j’avais juste fait une belle séance de quelques minutes en classique,
    donc juste les mains caressant, griffant, pinçant, le bassin ondulant
    et puis les contractions bien sûr

    j’avais patiemment bâti une belle tension sexuelle,
    je frissonnais de partout à l’intérieur
    et j’étais bien parti, me faisais l’amour, m’enlaçais ardemment,
    j’aurai peut-être du continuer

    mais je me suis arrêté et recommencé quelques instants après
    avec la main sous la fesse, assis dessus, deux doigts enfoncés,
    bien à cheval, jouant du bassin comme une danseuse du ventre et produisant mes contractions,
    cela faisait comme des étincelles de plaisir à chaque fois
    que mes doigts et les contractions se réunissaient, s’enlaçaient, se frottaient

    tout à coup je me suis immobilisé en pesant de tout mon poids,
    sentant mes doigts bien enfoncés jusqu’à la garde,
    et soudainement c’est l’ éclair après une dernière contraction se joignant en manchon autour de mes doigts,
    j’étais comme transpercé de part en part, je me sentais comme porté sur une pique
    et je ahanais de plus en plus fort et de plus en plus vite,
    des vagues de plaisir me traversaient, me portaient en triomphe sur leur lance,
    une bonne trentaine de secondes

    irrésistible, l’orgasme de la matinée, je suis comblé,
    ma chair est sereine, ma chair est satisfaite, vive le plaisir

    #28261
    bzobzo
    Participant

    je me sens désormais entrer dans une phase de maturité…

    je suis sur le seuil d’un âge d’or de ma pratique en aneroless

    hum, qu’est-ce qu’il a écrit, là, celui-là,
    qu’est-ce qu’il a fumé

    plutôt j’avais le feu sacré au cul ou plutôt le feu sacrément au cul
    et cela m’est monté à la tête

    non, je n’en suis pas encore là,
    ceci dit, je ne me plains pas, ce serait indécent,
    avec tout ce que je me paie comme plaisir quotidiennement

    non, il y encore quelques questions techniques à aplanir
    et après cela devrait aller

    au boulot, à midi, je m’envoie en l’air, qu’est-ce que je m’envoie en l’air
    sur mon tapis de yoga ou dans les douches

    c’est mystérieux l’extraordinaire puissance du plaisir
    avec l’association des doigts dans le cul
    et dans la raie
    et puis les contractions,
    j’ai une petite théorie qui commence à se former là-dessus
    mais pour l’instant je vais la laisser mûrir,
    il y a là en tout cas énormément de potentiel

    une conjonction de sensations prostatiques et de sensations anales
    qu’il y a moyen de moduler et de varier de façon étonnante,
    je me rends compte que j’avais la même chose avec mon g-rider
    à ce que je ressens ainsi,
    sauf qu’ici c’est bien plus vif, puissant et riche
    car d’une côté il y a du aneroless et de l’autre côté à la place du masseur en silicone,
    il y a mes doigts, de la chair vivante, qui bouge, qui frotte, qui grattouille, qui touille
    et c’est divin

    le flux de sensations ainsi, je me rends compte,
    correspond même si à un niveau supérieure,
    à ce que je produisais en moi avec mon g-rider

    c’est un sacré challenge d’essayer de combiner dans une même séance,
    des moments avec la main au cul associée aux contrations
    et puis des moments en pure aneroless

    j’ai déjà expliqué à quel point le plaisir était immédiatement si intense, si orgasmique
    avec quelques doigts enfoncés dans le fondement
    ou même jouant à l’entrée,
    associés bien sûr aux contractions, cela va sans dire

    alors qu’avec l’aneroless, c’est plus diffus, dans tout le corps aussi
    mais plus diffus, plus subtil, limpide, cristallin

    cependant il y a moyen d’y arriver, il faut juste être en plein possession de se moyens
    en aneroless pure,
    cela commence à être mon cas, je crois que j’ai trouvé le rythme
    car il y a un rythme où le plaisir prend, où le plaisir prend de l’amplitude
    et d’autres rythmes où je mouline à vide

    c’est un rythme lent, tranquille,
    insistant dans les caresses, insistant dans les contractions,
    je l’ai appliqué toute la journée et toute la soirée aujourd’hui
    et à chaque fois les résultats ont été très probants

    et là j’ai osé depuis quelques micro-séances mêler les deux
    et j’ai été étonné à quel point l’aneroless pure,
    ne cédait pas de terrain au mix doigts dans cul-contractions

    chers amis, je vous embrasse
    et vous souhaite tout le plaisir du monde,

    @bzo
    qui s’épanouit dans sa pratique,
    vous salue bien

    #28282
    bzobzo
    Participant

    mes deux pratiques…
    les sensations sont tellement radicalement différentes,
    tellement

    d’une part, l’aneroless pur, rien que des contractions,
    les mains en action et les mouvements du corps,
    d’autre part l’aneroless mâtiné d’anal
    avec mes doigts plus ou moins enfoncés dans le cul
    et une main accompagnant plus discrètement,
    la plupart du temps posée ici et là,
    comme si je n’avais même plus trop la force de la bouger

    avec la seconde, les sensations sont tellement immédiatement physiques,
    tellement immédiatement puissantes,
    tellement immédiatement orgasmiques et ressenties dans la chair

    alors qu’en aneroless pure, c’est différent,
    les sensations sont ressenties dans tout le corps mais plus diffuses dans un premier temps
    il y a une progressivité,
    au fur et à mesure que les minutes passent,
    ma chair est de plus en plus exaltée,
    je suis de plus en plus hors de moi, pris au jeu,
    comme emporté par la passion,
    comme emporté par le dérèglement des sens dans une lutte amoureuse

    c’est unique, c’est magique, quand je suis dans cet état,
    je sens mon corps en train de faire l’amour,
    je sens mon corps en train de se faire l’amour,
    il pénètre et il est pénétré, il se baise,
    je suis ivre de plaisir, ivre de moi-même,
    quel dérèglement organisé, quel dérèglement sublime

    #28286
    bzobzo
    Participant

    nuit de libertinage pour moi,
    on peut être un solitaire et se vautrer dans la luxure,
    le plaisir prostatique est infiniment renouvelable,
    la quéquette secouée, c’est pas pour moi

    cette nuit, j’ai testé une petite nouveauté
    et cela a fonctionné au-delà de toutes mes espérances,
    je crois que cela pourra intéresser pas mal de gens

    j’ai essayé une synchronisation particulière entre les caresses et les contractions,
    à savoir je les ai alternées strictement,
    donc dès que la contraction se mettait en route, remontait dans mon fondement,
    les mains s’arrêtaient, s’immobilisaient où elles étaient, comme elles étaient
    et dès que les doigts se remettaient à danser sur ma peau,
    toute activité dans mon anus cessait

    essayez, vous allez être étonné,
    pas de raison que cela ne fonctionne pas chez vous, même avec masseur,
    enfin , si vous avez une pratique un tant soit peu dynamique,
    c’est-à-dire que vous vous caressez pas mal et que vous appliquez pas mal de contractions,
    que vous essayez de vous démener pour vous faire l’amour

20 sujets de 241 à 260 (sur un total de 371)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.