Mots-clés : , , ,

20 sujets de 61 à 80 (sur un total de 371)
  • Auteur
    Articles
  • #27259
    bzobzo
    Participant

    aujourd’hui au boulot,
    j’ai eu mon premier orgasme
    et sans gémir, svp

    aux toilettes, silencieux et sérieux comme un pape pour contenir le plaisir à l’intérieur,
    debout, plaqué contre le mur, face contre le mur,
    comme labouré puissamment par derrière,
    j’avais l’impression d’être une barque trouée à grands coups de boutoir qui s’emplissait de plaisir

    puis soudainement mon corps a été traversé par une grosse déferlante de chaleur
    qui est venu exploser et s’attarder dans mon cerveau,
    j’avais joui en quelques minutes

    en aneroless, le féminin est encore plus omniprésent, encore plus omnipotent,
    encore plus aux commandes, encore plus s’exprimant dans tous mes membres, par tous mes membres

    il semble que le fait qu’il n’y ait plus d’objet externe, plus d’intermédiaire en silicone,
    seulement les ressources de ce corps,
    a comme conséquence qu’on le ressent encore plus, cette divinité des profondeurs,
    tellement m’envahissant, tellement m’absorbant,
    mouvant mes membres, mouvant mes hanches, mouvant mon bassin,
    ses seins, oh ses seins dans mes mains,
    je me lasse pas de les triturer, de les tripoter, de les malaxer, de les chiffonner,
    ils me répondent en envoyant de tous les côtés des ondes de plaisir, des vagues de chaleur
    et je me sens femme entre des mains d’homme, j’ai l’impression de prendre mon envol

    et puis ce sexe, son sexe sublime, insatiable boule de nerfs, insatiable déesse, entre mes jambes,
    cette chair tout en plis et en replis, mélange de velours gluant et de soie humide
    prêts à frissonner, prêts à frémir et à diffuser des vagues de plaisir

    bon dieu que c’est bon,
    de sentir les contractions comme un phallus bien dur s’enfoncer là-dedans,
    aller et venir, comme un limier infatigable poursuivant sa proie, reniflant dans tous les coins
    freinant tout d’un coup, s’arrêtant net puis repartant de plus belle,
    s’enfoncant jusque la garde d’un coup sec et violent
    puis se retirant en faisant des petits mouvements latéraux,
    fais-moi gémir, fais-moi jouir, fais-moi vibrer au diapason de l’océan

    oui, moi-même je vais me faire jouir car je suis deux en ces moments-là,
    mes reins sont suprêmement femelles, mes reins sont suprêmement mâles,
    je ressens les deux, oui je ressens les deux, il est temps de l’affirmer
    cela a été clairement établi par mes soins en aneroless,
    j’enfonce mon dard bien dur, je prends plaisir à pénétrer,
    à m’enfoncer avec un sexe tendu, gonflé de sang,
    à me sentir m’enfoncer dans cette chair qui s’ouvre, se déplie sur son passage,
    qui s’offre, qui offre ses plis humides

    oh comme je prends plaisir à pénétrer en ma part féminine
    et comme je prends plaisir à me sentir pénétré, je m’abandonne, je m’ouvre,
    monte en moi, fraie-toi un passage dans ma chair,
    ne me ménage pas, je ne suis pas une poupée de porcelaine,
    offre-moi toute la violence et toute la douceur dont je suis capable,
    mon plaisir d’enfoncer mon sexe, mon plaisir de me sentir pénétrer,
    ces sensations s’entremêlent, maintenant je m’en suis rendu compte,
    divin corps à corps dans le sous-sol entre mes jambes
    mais tout le reste,
    en-dehors de mes mains peut-être,
    appartienne à elle,
    et elle appartient à l’océan dans mes ténèbres

    #27261
    bzobzo
    Participant

    j’arrive à me lâcher de plus en plus

    et au plus je me lâche, au plus mon coup de rein est efficace,
    au plus le coup dans mes reins est efficace,
    au plus je sens sur le passage du dard, le miel du plaisir se répandre dans ma chair

    je suis au deux bouts de la pénétration,
    je me sens m’enfoncer dans ma chair, je me sens enfoncé dans ma chair,
    je nage en eaux délicieusement troubles,
    mon dieu que j’aime cela, le plaisir prostatique est une drogue dure

    une de mes positions préférées actuellement, est sur mon bureau,
    il est bien grand, désormais il y a toujours un coin dégagé pour m’accueillir,
    me faire l’amour à même le bois

    je me baisse, une fois bien penché en avant, reposant sur la surface en hêtre,
    je me caresse les flancs, les fesses, écarte les lobes,
    j’adore sentir, confondu à mon anus, ce sexe s’ouvrir,
    c’est comme si un papillon déployait ses ailes quand il s’ouvre, qu’il baille,
    c’est là à ce moment précis,
    quand j’ai cette sensation de lèvres bien écartées
    avec une petite démangeaison de plaisir déjà entre elles,
    que je m’enfonce bien fort, bien à fond,
    un peu de biais pour bien racler la paroi durant toute la pénétration

    j’ai le souffle coupé tellement le plaisir semble un coup porté dans mes entrailles,
    je pousse encore plus, mon tronc en est déplacé vers l’avant,
    je grogne, je râle, je gémis,
    je bouge langoureusement ma croupe, avec totale indécence,
    tout notion de pudeur ou de masculinité disparue,
    juste une femme en rut voulait être pénétrée à nouveau,
    invitant cette queue imaginaire entre mes jambes à recommencer son divin manège,
    à revenir fouiller mon fondement de toute sa vigueur,
    j’arrive plus à me retenir de hurler mais on va pas trop m’entendre,
    il y a une bande de jeunes homos sur une terrasse pas loin de chez moi
    en train de rigoler, de se trémousser, de s’embrasser, de se faire des papouilles,
    ils ont vraiment l’air bien ensemble, heureux de vivre et de s’aimer,
    et moi, cela m’arrange, ils couvrent même mes cris qui sont pourtant vraiment très forts pour l’instant
    mais je me lâche complètement, je donne des cordes vocales sans me retenir,
    que c’est bon de hurler son plaisir sans aucune retenue

    #27262
    bzobzo
    Participant

    ça y est, j’ai eu mon premier super O aneroless,
    toujours le haut du corps affalé sur mon bureau, comme pris par derrière

    c’était impressionnant, j’avais le cerveau explosé de plaisir
    et le corps secoué de spasmes, j’étais comme un dément, un forcené,
    la croupe en feu

    bon dieu j’ai jamais vécu quelque chose d’aussi fort,
    jouir comme cela, c’est de la folie furieuse,
    c’est le plaisir comme un alcool à 80% qui vous passe dans tout le corps
    et qui vous rend fou, complètement déchaîné, ivre, ivre, ivre

    une petite minute de frénésie complète,
    secoué de convulsions et de pleurs à chaque fois que je ré-enfonçais le dard en moi

    #27268
    bzobzo
    Participant

    j’ai recommencé ma journée comme je l’ai terminé hier,
    vous avez déjà une petite idée, n’est-ce pas…

    pourquoi se priver, pourquoi se retenir,
    j’ai maintenant en aneroless un accès facile en quelques secondes,
    à une jouissance lumineuse comme des rires joyeux, tonitruants du corps

    tandis que je me caresse, tandis je me fais l’amour,
    la sensation d’être sous une cascade d’eau claire, une cascade d’eau fraîche
    mais qui au lieu de ruisseler sur ma peau, de m’inonder de l’extérieur de la tête aux pieds,
    me traverse, s’introduisant partout, dans tous mes tissus, dans tous mes os, ma chair, mon sang,
    ruisselant abondamment dans tous les directions,
    roulant joyeusement ses gouttelettes lumineuses, ses gouttelettes chaleureuses,
    ses gouttelettes caressantes, ses gouttelettes légères, ses gouttelettes dansantes

    cadeau du ciel, cadeau des nuages,
    les beaux nuages là-haut, je vous rejoins,
    je monte, je monte, j’arrive,
    j’éclate, j’éclate

    #27277
    bzobzo
    Participant

    le mâle en moi donc participe aux ébats

    le féminin monte, le féminin me submerge,
    le féminin s’empare de mon corps, en prend possession entièrement,
    ses sensations, ses sens m’habitent, son sexe palpite et frémit entre mes jambes,
    mon bassin est habité par sa houle sensuelle,
    je m’ouvre, je me lâche, je fais sauter tous mes verrous, toutes mes résistances

    mon pénis est en exil, recroquevillé dans son coin
    mais pourtant quelque part dans la zone du bassin,
    le masculin est bien là, comme concentré entièrement dans ce phallus formé par les contractions,
    le maniant, percevant par lui,
    ah l’extraordinaire sensation de pénétrer,
    sentir cette chair raidie, gonflée de sang, aux terminaisons nerveuses prêts à s’enflammer,
    allant et venant dans une vulve, dans un vagin

    se faire l’amour, cette expression est si profondément vraie, si profondément exacte,
    si totalement vécue par moi désormais
    que rien que de l’écrire, j’en suis tout bouleversé, tout ému,
    près des larmes tellement ce plaisir est ineffable,
    j’en ai des frissons qui me parcourent tout le corps
    et déjà la femme et l’homme en moi, se désirent, veulent s’enlacer, s’unir,
    une irrésistible attirance s’éveille en moi,
    ma peau désire ses mains, les sentir me parcourant, les sentir la parcourant,
    leurs deux sexes se cherchent déjà à distance,
    voudraient fusionner, ne plus former qu’un jusqu’au ciel

    #27279
    bzobzo
    Participant

    ah les femmes dans la rue il y a quelques minutes quand j’ai été faire mes courses,
    toute légèrement vêtues par cette grande chaleur,
    comme leurs corps m’ont parlé,
    comme ils m’ont susurré des choses douces et sensuelles à tout mon être,
    je me sentais amoureux un instant de chacune d’elle

    cela doit faire longtemps que je ne les ai plus bien regardées
    car j’avais l’impression de les voir pour la première fois

    le spectacle de ces courbes sensuelles, de l’harmonie animale de leur corps
    de ces seins qui bougeaient sous les t-shirt,
    j’en ai même entrevu une paire magnifique dans l’échancrure d’une chemise,
    lourds globes de chair si désirables,
    qu’on a envie de happer avec les mains, de les couvrir de baiser,
    tout cela m’a particulièrement parlé aujourd’hui

    je ressentais leurs courbes en moi,
    je ressentais leurs hanches en moi, je ressentais leurs cuisses en moi,
    je ressentais leur sexe en moi, je ressentais leur poitrine en moi,
    tout cela faisait écho à mon intimité la plus ardente, à ma féminité,
    éveillait le désir de l’homme que je suis encore plus envers toutes ces femmes,
    maintenant que celle que j’ai en moi, répond si fougueusement à toutes mes sollicitations

    il y a eu à des moments de mise en perspective vertigineuse
    où mon désir s’envolait par mes yeux vers elles,
    embrassait la courbe de ces fesses, de ces seins
    et que c’est la femme en moi qui répondait immédiatement à mon excitation,
    pendant un instant je n’étais plus sûr de ce qui se passait,
    le corps de ces femmes s’entremêlaient à celui de celle que je porte,
    il me semblait que je pouvais leur faire l’amour à toutes au travers elle
    et que si je terminais ma journée dans le lit d’une de ces délicieuses créatures,
    je ferai aussi l’amour à ma muse tout en allant et venant entre les cuisses de la belle,
    tellement il y avait de magnétisme mystérieux désormais
    établi entre le féminin que je porte en moi si totalement éveillé, si vivante, si perçue,
    et toutes ces créatures divines dans les rues

    #27281
    bzobzo
    Participant

    trois heure et demie du mat,
    me suis réveillé, n’arrive plus à me rendormir pour l’instant,
    vais dresser une sorte de premier bilan après quelques quelques semaines en aneroless

    l’intensité moyenne du plaisir est désormais supérieure, beaucoup supérieure même,
    même si cela parait incroyable tellement ce que j’ai vécu avec Carabosse,
    ma petite fée du logis qui me récurait le fondement avec son balai magique en silicone,
    était déjà une aventure extraordinaire où j’avais connu des sommets de jouissance
    assez phénoménaux

    mais les sensations en aneroless,
    du fait de l’absence des interférences du masseur sont beaucoup plus précises, incroyablement plus précises
    ressenties tellement réalistiquement dans notre chair, tellement,
    on les vit totalement on y est, on baise et on est baisé,
    on est tout seul certes mais on est deux à l’intérieur,
    le féminin dans les profondeurs et moi avec mon corps et ma tête d’homme
    et on s’est arrangé pour copuler et jouir ensemble,
    cela peut se réaliser, j’en suis la preuve vibrante

    c’est pourtant beaucoup plus fragile en aneroless
    parce que c’est juste le mental et lui seul qui est en charge, la concentration est beaucoup plus sollicitée,
    les mains caressent, le corps bouge, les contractions font office d’instrument de pénétration
    mais quelque part c’est le mental seul qui génère, qui porte tout le poids du plaisir, des sensations,
    aucune aide externe, pas de masseur qui a un contact physique avec la prostate,
    cela fait une énorme différence en fait, je répète cette phrase,
    le masseur a un contact physique direct avec la prostate
    qui se charge en partie de la génération du plaisir,
    toute cette partie doit être désormais assurée par le mental seul
    en aneroless il n’y a plus de contact direct, juste du massage indirect de la prostate
    et j’ai encore du mal pour l’instant à avoir des séances de plus d’une demie heure
    tellement je me sens mentalement éreinté au bout d’un certain temps
    et j’ai besoin d’arrêter pour laisser mon esprit reprendre son souffle en quelque sorte

    mais c’est déjà pas mal un quart d’heure à une demie heure,
    il y a quelques jours à peine,
    je n’arrivais pas à sortir du cadre de mes micro-séances qui durent au maximum 3, 4 minutes

    l’extraordinaire variété des positions à disposition
    a ouvert des territoires nouveaux dont je n’ai fait que commencer l’exploration,
    je revisite mon appartement pièce par pièce, recoin par recoin,
    je me fais l’amour par terre, sur les meubles, sous les meubles,
    durant le déjeuner, après le déjeuner, durant la douche, après, avant,
    en fait pour l’instant toutes mes activités au quotidien à la maison,
    sont entrecoupées de moments de plaisir prostatique plus ou moins longs

    je rappelle qu’avec le masseur, on a toutes sortes de limitations
    dans les positions qu’on peut prendre et les gestes qu’on peut faire,
    du fait de la perte d’efficacité des mouvements du masseur,
    ainsi donc en aneroless c’est la découverte de tas de nouvelles positions,
    à quatre pattes, le cul en l’air, debout, enfin plus aucune limitations,
    tout le kamasutra est à notre portée en aneroless

    le fait de pouvoir entamer une petite séance n’importe quand et à peu près n’importe où,
    est un immense avantage,
    c’est tout à fait une autre ère de mon plaisir prostatique dans laquelle je suis entré,
    plus besoin du lit, plus besoin de matériel, plus besoin de préparation,
    on peut improviser une petite séance dans la salle d’attente de son dentiste s’il n’y a personne,
    dans les toilettes au boulot, dans une voiture dans une file d’embouteillage,
    du moment qu’on se contrôle un peu et qu’on peut se retenir de gémir

    le plaisir prostatique sort du cadre du lit donc
    et on peut l’éprouver à tout moment de la journée
    du moment qu’on peut un peu s’isoler à peu près n’importe où, c’est magnifique, c’est génial,
    du plaisir prostatique portable, en poche, prêt à l’emploi

    surtout que je n’ai pas besoin d’aucune périodepréliminaire, de mise en condition,
    quasi instantanément le plaisir est là intense
    et le premier orgasme peut arriver après quelques secondes,
    même si je n’ai pas encore comme avec le masseur, mon délicieux orgasme au premier contact
    que j’avais toujours quand celui-ci touchait pour la première fois de la séance ma prostate

    mais cette intensité du plaisir présente dès le premier instant chez moi,
    je tiens à le préciser, c’est grâce au fait au féminin,
    grâce au fait qu’elle est totalement aux commandes et que j’arrive totalement à me lâcher,
    cette combinaison fait que le masculin et le féminin en moi
    peuvent s’exprimer sans frein, s’adonner à toutes leurs fantaisies,
    moi et moie, totalement libres, totalement dévergondés, totalement déchaînés,
    nous nous embarquons dans une aventure sexuelle inouïe,
    unique à chaque fois

    dans mon bas-ventre, dans mon fondement,
    j’ai l’impression de percevoir désormais un spectre complet de sensations, du mâle jusqu’au féminin,
    en aneroless c’est nettement plus marqué, on perçoit cela très bien,
    que le mâle est aussi là, certes assez noyé dans le féminin
    mais néanmoins là avec son coup de rein
    et la sensation du bâton de chair durci, raide, qui va et qui vient

    de la puissante sensation de pénétration que ressent le mâle par le truchement de sa queue dressée
    jusqu’à la marée irrésistible de chaleur, aux frissons délicieux
    qui m’envahissent par le bas à sentir les contractions comme un phallus s’enfonçant en moi,
    me faisant l’amour

    toutes ces sensations sont unies, se mêlant, s’entremêlant,
    ressenties en même temps séparément et en même temps comme fusionnées,
    même si les sensations féminines de plaisir sont beaucoup plus puissantes
    parce qu’elles envahissent rapidement tout le corps, toute la tête
    alors que la sensation de pénétration, elle, elle reste confinée au bas-ventre, au fondement

    bref l’aneroless est totalement adopté désormais
    et je ne pense pas pour l’instant à retourner vers le masseur

    #27284
    bzobzo
    Participant

    bon je me suis relu,
    pas juste le message juste au-dessus mais un peu plus
    et je tiens à préciser à nouveau certaines choses pour d’éventuels lecteurs qui passeraient par ici

    d’abord j’essaie de transcrire dans le fil de ce journal aussi fidèlement que possible
    ce qui s’est passé, ce que j’ai fait et ce que j’ai ressenti durant mes séances en aneroless,
    même si parfois je me laisse emporter par les mots, par mon lyrisme
    et que j’en rajoute un peu

    mais dans l’ensemble c’est assez fidèle

    là par contre où cela pêche plus, c’est quand j’essaie, quand je me hasarde,
    à théoriser, à dégager quelques règles,
    je revendique une subjectivité absolue dans le fil de ce journal,
    j’avoue ce ne sont que des vérités du moment que je peux très bien contredire quelques jours après,
    voire le lendemain

    cela me gêne un peu en me relisant, j’aimerai être plus fiable,
    énoncer des vérités d’or valables pour les siècles à venir,
    mais non ce sont juste des balbutiements au fur et à mesure de mon cheminement
    qui correspondent à des tentatives pour comprendre
    comment cela s’est produit, pourquoi cela s’est produit et comment faire pour que cela se reproduise

    à prendre avec des pincettes donc et à confronter à sa propre expérience,
    pratiquer, se tromper, un peu de plaisir, pratiquer, se tromper, un peu plus de plaisir,
    pratiquer, se tromper, plus du tout de plaisir, pratiquer, se tromper, beaucoup de plaisir,
    pratiquer, se tromper, beaucoup de plaisir, pratiquer, se tromper, plus du tout de plaisir,
    pratiquer, se tromper, etc
    le long parcours d’apprentissage tout en patience et en persévérance
    et puis un jour, la consistance arrive, la technique est au point,
    du moins suffisamment au point, vous arrivez à vous lâcher complètement,
    si vous pratiquez à ma manière,
    le féminin est bien là éveillé, désormais totalement aux manettes,
    votre instinct, vos pulsions, mènent la séance, vous vous faites l’amour
    alors là, que du bonheur du début à la fin de vos séances,
    même les erreurs sont noyés dans le flot du plaisir, vif, quasi continu et puissant,
    comme des débris emportés par le courant

    comme il est souvent écrit ici et là donc, l’auteur dégage sa responsabilité,
    il cherche juste à se donner du plaisir et à partager son plaisir,
    et s’il se prend parfois trop au sérieux,
    n’oubliez pas qu’il est irresponsable puisqu’en en quête de plaisir chroniquement

    #27285
    EpictureEpicture
    Participant

    Sais tu a quoi on reconnait quelque chose de vivant ? Ca bouge tout le temps et c’est toujours en mouvement. Quand ca s’arrête c’est que c’est mort ! Alors ne t’inquiète surtout pas et continue a être vivant, et a partager !
    Bon cheminement @BZO

    #27320
    bzobzo
    Participant

    merci @Epicture, c’est gentil d’avoir écrit cela

    ce matin avant de partir chez des amis, j’ai eu le temps de faire quelques séances
    et j’ai fait des progrès sérieux, même assez décisifs, je crois

    le mouvement de pénétration, le maniement du phallus,
    entre d’autres termes, les contractions partaient jusqu’ici des fesses,
    puis les rejoignaient les muscles autour de l’anus, périnée, etc

    depuis ce matin désormais la pénétration est démarrée par les reins,
    tout le bassin s’engage, collabore avec les fesses
    et puis bien sûr les muscles immédiats autour de l’anus entrent en action aussi, terminent le mouvement
    c’est beaucoup plus puissant, plus complet dans sa course

    en fait ma maîtrise de la reproduction du mouvement de pénétration a abouti,
    il se produit désormais à peu près de la même façon qu’avec un(e) partenaire ,
    une amplitude beaucoup plus grande du mouvement
    et beaucoup plus de puissance à ma disposition avec les reins et tout le bassin engagés

    c’est impressionnant à voir et à sentir, tout le bassin bouge énormément, un mouvement de houle
    et c’est encore plus impressionnant à ressentir,
    la perception de la dualité mâle, femelle est encore montée d’un cran,
    je me sens avoir un bassin, des reins d’homme au travail avec le pénis allant et venant
    et en même temps, superposé, mêlé à ce bassin d’homme,
    je me sens aussi avoir un bassin et des hanches de femme
    avec son sexe dans lequel se produit les va et vient,
    sexe et bassin de femme tout emplis de vagues de chaleur, de vibrations, de frémissements et de frissons,
    se diffusant à l’ensemble du corps

    je sens ces deux bassins comme travaillant de concert, unis dans l’acte d’amour,
    collaborant, délicieusement mêlés,
    c’est sublime comme sensation, d’une richesse et d’une puissance inouïes,
    je les sens fusionnés et en même temps je les sens bien distinctement l’un par rapport à l’autre
    comme si j’étais deux personnes de sexe différent en même temps,

    en tout cas, c’est tout à fait extraordinaire,
    cela renforce encore plus la sensation de se faire l’amour
    et désormais la perspective de pouvoir faire des séances de longue durée
    jusqu’à extinction du désir, satisfaction complète des sens
    est bien présente, je le sens

    avec à la fin cette ultime récompense, ce long moment si abouti, si accompli
    on l’on reste couché après l’amour, immobile, léger, profondément apaisé, satisfait, calme
    et on se sent tout empli de bienveillance, de bonheur et de tendresse
    car le corps a exulté, le corps a chanté, le corps s’est uni à l’océan
    et nous on a vécu avec lui le mystère du plaisir au coeur de l’action

    #27329
    AvatarCh313
    Participant

    Enfin il faut bien que je prenne un petit moment pour écrire ici je l’avais promis !
    Allez , un petit compte rendu.
    Cet après-midi, nous sommes partis nous balader en campagne. Et tout en marchant, je profite de cette chaleur printanière, je m’installe dans mon intérieur. La chaleur envahit mon bassin, mon ventre oscille au rythme de mes pas. Mes doigts s’insèrent dans mon pantalon, caressent mon pubis. Je descends entre mes lèvres, elles sont déjà bien mouillées. Le plaisir s’intensifie, je me pénètre sans plus attendre. Je suis complètement trempée. Je jouis. Et redoublant de caresses je jouis encre, cela dure plusieurs minutes toujours en marchant à côté de ma compagne. Et pourtant elle ne soupçonne rien, je contrôle mon apparence. Je contrôle aussi mon intérieur, je fais durer le plaisir pour ne pas m’abandonner complètement et ne pas entrer en orgasme. J’ai peur que des spasmes incontrôlés me trahissent.
    Je me suis octroyé une petite demi-heure de voyage impensable dans ce dédoublement de personne.

    Le A_less est un univers merveilleux. On ne s’en lasse pas, bien au contraire, on essaie de le pénétrer sans en trouver les limites
    Pour moi j’y suis entré tellement rapidement que j’en suis abasourdi. Comment presqu’instantanément pouvoir ‘décoller’ et aussi facilement revenir à l’état d’avant la ‘séance’. Si j’essaye de décrire mon état dans ces moments je dirais que je contrôle d’une part mon environnement et ce que ´je suis dans cet extérieur ´ et d’autre part ce que je suis dans mon intérieur.
    Cette faculté qu’à partir de n’importe quoi je puisse me connecter à mon univers sexuel.
    La vue de quelque chose objet ou paysage, une odeur, une sensation, et le feu s’embrase en moi en quelques secondes. Bien sûr j’ai analysé mon espace environnemental et je me suis donné le feu vert. Je suis à l’affût de tout ce qui m’entoure et pourtant en même temps je suis en total abandon intérieur.
    Ma conscience externe gère le quotidien de l’instant alors que ma conscience interne gère mon moi en toute indépendance.
    Vu de l’extérieur je suis le mec banal là devant la machine à laver (laverie commerciale) et en moi je suis enflammée à me caresser la chatte et sentir mes doigts au fond de ma vulve. Je contrôle mes mouvements comme si je me voyais de l’extérieur, quelqu’un s’approche, je suis instantanément redevenue le mec.
    C’est pour cela que je fais le rapprochement avec l’hypnose, l’auto hypnose.
    J’ai créé mon ancre avec le masseur et même si je ne le sens pas contre ma prostate, des spasmes envahissent pratiquement immédiatement.
    J’ai progressé dans cet univers. Maintenant un truc totalement quelconque peut me servir, c’est l’inducteur du moment et me voilà sous emprise de mon intimité.
    Dans ce principe je n’ai plus besoin d’un masseur puisqu’il n’est qu’un inducteur, me voilà adepte de l’ A_less. Et j’arrive aux mêmes sensations sans.

    Cette capacité d’être plusieurs corps et esprits à la fois démultiplie à l’infini les possibilités. Mon univers sexuel devient galactique sans limites.
    Bonne soirée

    #27330
    bzobzo
    Participant

    Cette capacité d’être plusieurs corps et esprits

    moi je suis deux, c’est suffisant déjà pour faire l’amour,
    je sors de mon lit justement, c’était divin

    Et tout en marchant, je profite de cette chaleur printanière, je m’installe dans mon intérieur. La chaleur envahit mon bassin, mon ventre oscille au rythme de mes pas. Mes doigts s’insèrent dans mon pantalon, caressent mon pubis. Je descends entre mes lèvres, elles sont déjà bien mouillées. Le plaisir s’intensifie, je me pénètre sans plus attendre. Je suis complètement trempée. Je jouis. Et redoublant de caresses je jouis encre, cela dure plusieurs minutes toujours en marchant à côté de ma compagne.

    ça je ne pourrai jamais faire,
    d’abord je serai rapidement trahi par par les différentes manifestations du plaisir sur mon visage

    et puis de toutes façons pour y arriver, je dois tout de même m’activer,
    me lâcher complètement, cela sous-entend une certaine perte de contrôle
    que je ne pourrai laisser faire que si je suis tout seul
    ou alors avec des gens avertis, complices d’une manière ou d’autre

    et puis aussi, il faut que je me caresse, que je fasse des contractions,
    que je me fasse l’amour, toute la gestuelle du corps qui va avec,
    ça ne passe pas inaperçu, c’est le moins qu’on puisse dire

    donc je ne pourrai jamais obtenir ce genre de résultat tout en marchant à côté de quelqu’un
    sans que cette personne s’en rende compte

    Le A_less est un univers merveilleux. On ne s’en lasse pas, bien au contraire, on essaie de le pénétrer sans en trouver les limites

    tu désignes ta pratique d’aneroless désormais,
    quelle sont les différences qui te la font qualifier ainsi
    par rapport à avant, où tu amorçais ton plaisir entièrement de l’intérieur
    pour ainsi dire sans aucun mouvement volontaire?

    en d’autres mots qu’est-ce qui te fait employer le terme aneroless pour désigner ta pratique désormais,
    quelles sont les différences par rapport à avant?
    Tu te caresses, tu pratiques des contractions?

    cela fait plaisir de te lire, je me sens très proche de toi à bien des égards
    nous avons en commun ce féminin que nous avons su éveiller,
    c’est rare de pouvoir en contact avec quelqu’un qui partage ce point avec vous

    laisser monter la femme de nos profondeurs,
    se laisser submerger par elle puis vibrer, frémir, bouger, dans son corps
    et jouir par elle

    avoir un pareil plaisir sexuel à portée, convocable en un instant,
    extraordinaire expérience, si les gens savaient

    #27332
    AvatarCh313
    Participant

    Comment définir l’aneroless de ma pratique.
    C’est le fait de ne pas utiliser de masseur de ne rien insérer.
    Je commence seulement à sentir de nouvelles sensations sur quelques partie de mon corps. Les seins particulièrement me font réagir maintenant alors qu’avant cela ne me faisait rien. Je redis cet exemple :
    Autre anecdote, quand j’ai voulu essayer d’avoir une expérience en club, j’ai été très déçu. Tout en me faisant une fellation, un gars me caressait les seins, les fesses sans résultat. Je n’ai pas joui et pratiquement trouvé aucun plaisir. Cela a été un échec très cuisant pour moi. J’ai laissé à l’abandon cette voie pendant longtemps avant de réessayer récemment.
    Donc maintenant je prends plaisir à me caresser les seins et c’est suffisant pour déclencher des contractions dans mon bas ventre dès les premiers effleurements.
    Je ne fais pratiquement pas de contractions volontaires, elles arrivent toutes seules. J’en fais un peu pour contrôler les spasmes.

    #27333
    bzobzo
    Participant

    oui les seins,
    j’adore aussi, mes mains passent beaucoup de temps aussi dessus,
    j’adore les triturer, les caresser, les malaxer
    et ils me le rendent bien

    pas de contractions volontaires donc,
    tu en es à un tout autre stade que moi avec la réactivité de ce féminin
    mais j’entrevois ce que tu veux dire
    maintenant que je suis en aneroless aussi

    l’aneroless favorise beaucoup plus le féminin,
    c’est étonnant et peut-être ingrat de ma part de l’écrire, compte de tout le plaisir que j’ai eu avec
    mais quelque part au stade où j’en étais arrivé, le masseur était devenu un frein à mon développement,
    là j’ai recommencé à pousser, à m’étendre, à découvrir plein de territoires inconnus,
    en même temps que le féminin a recommencé aussi à croître fortement en moi
    depuis mon passage en A-less, comme tu l’écris

    #27335
    AvatarCh313
    Participant

    Bzo, Je ‘rends à Cesar . . .’ À Bzo . . .
    C’est sur tes descriptions insistantes de ta façon de ‘traiter’ tes seins que je me suis forcé à les solliciter. Avec excès même parfois, jusqu’à l’endolorissement dont je me rendais compte seulement après la fin d’une session. Et je ne sais pas comment cela s’est produit mais un jour la ‘connexion’ s’est établie.
    Maintenant un léger effleurement suffit pour qu’un spasme ou une contraction me parcourt. Et si je persiste, même à travers le T-shirt, au plus léger possible, en moins de dix secondes mon pubis fourmille, la chaleur se développe. Les muscles PC roulent en tous sens. Je décolle ‘au quart de tour’. Je sens des doigts me caresser longuement le pubis de plus en plus chaud. Je mouille, je laisse descendre la chaleur dans mes cuisses. Et mon bassin se met à rouler langoureusement, il se décolle du siège. C’est ça, viens en moi lui dis-je, et ses doigts glissent dans ma vulve, je tremble, mon rectum s’agite. Je gémis, ma respiration devient désordonnée. Mon anus ‘pulse’ avec frénésie, il te veut ! Je suis soulevée, complètement cambrée, encore plus ouverte pour m’offrir. Mes jambes tremblent sans fin je ne m’appartiens plus , ho oui! Encore, encore et encore. Plus de trois minutes un calme avec de longues et profondes inspirations que déjà mon vagin exulte. Les tremblements reprennent de plus belle, incontrôlable, je sens une goutte couler dans mon urètre. Mon anus va et vient, je coule de plus en plus, je me répands des spasmes incessants. Je suis trempée. Mon ventre est trempé. Dans un nouveau calme, totalement embrasée je jouis encore, je me répands chaudement et. Les tremblements repartent. À chaque pulsation de mon anus je coule encore, ça dégouline d partout sur mon ventre.

    Je ne veux pas aller plus haut dans l’incontrôlable, et voilà, en quelques secondes retour au calme, je suis détendue.
    Voilà, EN DIRECT, j’ai passé une heure et demi de jouissance avec vous, transcrivant instant après instant ce merveilleux voyage. J’ai toujours des sensations, mon anus fourmille, je suis prête à repartir.
    Stop, il faut que j’éponge l’inondation. Les essuies tout sont tous trempés.
    C’est une bonne journée qui démarre.

    J’ai déjà eu plusieurs séances de ce type et dernièrement j’ai essayé de prendre en vidéo ces écoulements. Je reviendrai sur cette séance plus tard.
    Bonne journée . . .

    #27336
    bzobzo
    Participant

    superbe

    donc la manipulation des seins stimule, déclenche

    as-tu essayer aussi le reste du corps?
    mes mains insistent sur les seins mais vont et viennent aussi sur le reste du corps

    c’est si bon d’explorer chaque centimètre de peau,
    descendre lentement avec les mains le long des flancs, le long des hanches,
    s’attarder un peu sur le globe des fesses, effleurer l’anus avec un doigt dans la raie,
    puis remonter, quelques arabesques sur le ventre,
    plus haut maintenant, les seins, les ports d’attache,
    les presser, les cajoler, les mamelons avec leur pointes bien dures,
    passer et repasser les doigts dessus,
    la bonne pâte des seins, le four est chaud, chauffé à blanc
    prêt à être enfournée dans la chaleur voluptueuse
    hum c’est bon tout ça, je vais vite m’accorder quelques moments de plaisir
    avant d’aller au boulot

    #27337
    AvatarCh313
    Participant

    Parfois le pubis ou l’intérieur des cuisses répondent aux sollicitations parfois non. Si je me caresse, le retour est assez faible. Mais les dernières caresses de mon pubis par ma compagne ont déclenché un vrai festival. L’anus semble se réveiller doucement.
    Je dois pouvoir progresser.

    #27338
    bzobzo
    Participant

    oui, tu dois insister pour agrandir ton domaine,le faire évoluer,
    même si déjà tu as un accès plus que rare au féminin,
    une réactivité de sa part, rare, exceptionnelle, tout à fait hors du commun

    mais si tu es y arriver avec les seins,
    tu peux y arriver avec le reste du corps aussi,
    que du bénéfice, enrichissement du plaisir, de nouvelles variétés de sensations

    #27355
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour bzo,

    Quelles avancées, c’est super, je suis content pour toi.

    Je suis entièrement d’accord avec Epicture:

    Alors ne t’inquiète surtout pas et continue a être vivant, et a partager !

    Continues de nous faire rêver, même si tu dois revenir quelques fois sur tes écrits. Bien sûr que tous nos récits sont subjectifs, mais c’est ça aussi qui est intéressant. Comment chacun de nous perçoit les choses.

    Et moi, j’aime ton lyrisme. On sent chez toi une passion, une fougue, qui est très motivante pour les débutants, et même pour les moins débutants.

    Continues dans cette voie bzo, ne change rien.

    CH313:

    Je dois pouvoir progresser

    Certainement, mais tu es déjà à mon sens bien avancé.

    #27358
    bzobzo
    Participant

    Parfois le pubis ou l’intérieur des cuisses répondent aux sollicitations parfois non. Si je me caresse, le retour est assez faible. Mais les dernières caresses de mon pubis par ma compagne ont déclenché un vrai festival. L’anus semble se réveiller doucement.

    tu as la chance d’avoir ce féminin éveillé en toi d’une manière exceptionnelle
    avec une réactivité et une puissance rares,
    c’est même la première fois que j’entends de pareilles descriptions, un pareil témoignage,
    tu es assez unique dans ton genre, tu as une chance inouïe quelque part

    moi pour obtenir le même genre de résultat que toi,
    je dois boulotter, je dois payer de ma personne,
    cela ne vient pas tout seul en touchant simplement mes seins,
    en tout cas pas encore, sait-on jamais un jour
    maintenant que je suis passé en aneroless, tout me semble possible

    en attendant, je fais tous les gestes et les mouvements de l’amour à deux,
    je me caresse, j’utilise mon corps et surtout je reproduis une pénétration avec les contractions
    à l’intérieur, en tout cas dans le bas-ventre, j’ai cette dualité homme-femme,
    le reste est entièrement féminin

    cependant même si tu as cette énorme chance et cette énorme facilité,
    cela ne doit pas te rendre paresseux et t’arrêter de progresser,
    te satisfaisant de ce que tu as déjà,
    il y a toujours moyen de faire mieux,
    il y a toujours moyen d’enrichir et de varier ce qu’on a déjà

    par conséquent, si tes seins régissent maintenant, le reste le peut aussi,
    imagine tout ce que cela va t’apporter
    si tout ton corps devient réactif aux caresses
    et se met à vibrer et à réagir au féminin

20 sujets de 61 à 80 (sur un total de 371)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.