Mots-clés : , , ,

20 sujets de 141 à 160 (sur un total de 371)
  • Auteur
    Articles
  • #27605
    bzobzo
    Participant

    @Ch313

    tu es un cas trop à part

    pourtant je suis sûr qu’on a un certain nombre de points communs dans notre façon de fonctionner
    et j’ai l’impression, maintenant que mes progrès en aneroless sont foudroyants,
    de’aller dans ta direction
    mais peut-être que je me trompe

    tu dis que tu te sens entièrement en même temps masculin et féminin,
    ce n’est pas, par exemple, contradictoire, je crois, avec ce que j’écris,
    ce que je voulais dire quand j’écrivais que je ressentais une zone distinctement dans mon bassin comme masculine,
    c’est que le féminin, les sensations du féminin, le plaisir du féminin,
    étant tellement plus puissants, tellement plus envahissants,
    que je me sentais essentiellement femme durant la séance
    et que la seule zone où je sentais précisément encore le masculin à l’oeuvre en moi,
    c’était dans la zone du bassin
    mais tout cela, sans doute , est à relativiser,
    sans doute est-il un peu partout,
    même si je le sens moins du fait de la puissance du féminin
    qui a tendance à occuper beaucoup plus de place,
    j’essaierai d’y faire plus attention

    À d’autres moments d’autres envies, d’être lui et lui sous la douche, qu’elle (je) les surprenne, qu’ils me prennent, lui devant et lui derrière. Les variations sont infinies, les vibromasseur ou womanizer peuvent être aussi maniés allègrement. Je ne compte plus les orgasmes.

    J’invoque mes partenaires intimes pour qu’ils, elles m’apportent les plaisirs, et ils, elles ne se privent pas d’en jouir et donc moi aussi. Je ne cherche pas une sensation, elle vient de mon intérieur profond.

    mais bon tu est vraiment trop à part, moi je suis déjà très content d’être capable de me faire l’amour,
    alors faire intervenir suivant mes fantasmes toutes sortes d’autres participants,
    ce n’est pas dans mes cordes,
    tu sembles être capable de vivre dans ton corps tous tes fantasmes, tout ton imagination orienté vers le plaisir,
    sans aucun frein, sans aucune limites

    il y a effectivement des différences fondamentales là,
    ce n’est pas du tout comme cela que je fonctionne,
    ton imagination, tes fantasmes semblent avoir une capacité à s’incarner dans ton corps
    et à te faire vivre des choses,
    tout à fait remarquables, tout à fait à part

    Tout d’abord l’envie, c’est pour moi primordial, elle peut venir à tout instant,

    là par exemple, on est totalement d’accord, l’envie,
    je dirai notre capacité à suivre notre désir en nous lâchant complètement

    maintenant en aneroless, cela s’accroît de plus en plus chez moi,
    j’arrive de plus en plus à vivre mes caresses
    et le temps que je fasse ma première contraction et je suis déjà au bord de l’orgasme

    l’autre jour, rien que d’avoir effleure mes tétons durs,
    de les sentir se ployer sous mes doigts
    et j’ai joui

    sentir mon bassin bouger sous mes doigts, caresser mes flancs,
    toutes ces actions sont ressenties de plus en plus fort

    régulièrement même avec les doigts depuis quelques jours,
    je frotte au passage les couilles,
    enveloppe quelques instants mon sexe avec une main, le serre, le triture, le malaxe quelques instants,
    cela dégage des ondes délicieuses qui viennent se joindre aux sensations prostatiques,
    sans le faire durcir un instant,
    je les fais contribuer au plaisir prostatique, c’est de la reconversion,
    ils sont plus tout à fait au chômage

    #27607
    bzobzo
    Participant

    bon dieu que c’est bon de se donner quelques minutes de plaisir intense
    puis d’arrêter, retourner vaquer à ses occupations
    puis quelques minutes plus tard,
    reprendre n’importe où, aux toilettes à la cuisine, debout, assis,
    quand je veux, comme je veux

    amour libre, plaisir en liberté, entièrement à ma disposition,
    fontaine, en moi, par moi, pour moi,
    émois, soupirs, vous m’accompagnez tout le long de ma soirée,
    je me couche rassasié, je me couche comblé

    le plaisir libère, le plaisir allège, le plaisir délie,
    faire chanter ce corps, faire chanter cette chair,
    jouer de cet instrument sublime

    #27608
    bzobzo
    Participant

    régulièrement même avec les doigts depuis quelques jours,
    je frotte au passage les couilles,
    enveloppe quelques instants mon sexe avec une main, le serre, le triture, le malaxe quelques instants,
    cela dégage des ondes délicieuses qui viennent se joindre aux sensations prostatiques,
    sans le faire durcir un instant,
    je les fais contribuer au plaisir prostatique, c’est de la reconversion,
    ils sont plus tout à fait au chômage

    c’était une erreur de faire cela, je tiens à le préciser,
    cela semblait une bonne idée mais non,
    j’en suis revenu au précepte de base, on ne touche à rien dans cette zone,
    même pas effleurer

    #27620
    EpictureEpicture
    Participant

    C’est très intéressant ce que vous nous racontez là @BZO et @CH313 Mais je m’intrigue, les parties à 2 ou 3 que décrit @CH313, sont des images qui viennent à son esprit pendant ses ébats de façon automatiques, comme des hallucinations ? Ou des histoires qu’il se raconte consciemment, au gré de son imagination ?  

    Dans le premier cas, cela fait penser aux transes hallucinatoires (bien que je ne sache pas vraiment de quoi il s’agit) qui sont décrites dans ces récits qui relatent des pratiques chamaniques. 
    Serait-ce comparable ? Sans drogues hallucinatoires bien sûr !! 

    D’après tes récits @BZO, j’ai l’impression, bien que tu t’en défende, que tu sois sur le même parcours que @CH313.

    Il y a autre chose qui m’intrigue. @BZO tu as décris ce qui apparait pour toi comme favorisant ton accès au plaisir prostatique : yoga et autres techniques de relaxation en lien avec les spiritualités orientales. Mais, alors que tu parles régulièrement de tes séances de gymnastique, de stretching, tu n’en parle pas lorsqu’il s’agit de favoriser l’accès au plaisir prostatique.
    Pourtant, j’ai pu recueillir, dans les témoignages du forum de nombreuses situations ( à commencer par la mienne) qui intègre dans leur accès au plaisir un corps souple, musclé, un périnée tonique, une musculature anale endurante et puissante. En plus bien sûr, d’une maitrise respiratoire, et une concentration sur les sensations accrue. Mais il est bien connu que la musculature est entièrement innervée, que le système nerveux irradie dans tous le corps, autant la douleur, que manifestement aussi le plaisir.
    Ainsi donc, je pense que la stimulation musculaire, localisée, maitrisée, sans pour autant être un athlète, est la base.

    A partir d’elle, peut-on raisonnablement penser que la stimulation du système nerveux (ou de l’énergie), via la mise en mouvement du corps, conduise à une réaction en chaine qui débouche sur des hallucinations ?
    C’est une vraie question. Je ne suppose rien, je ne fais qu’explorer…

    Bon cheminement à tous

    #27629
    bzobzo
    Participant

    durant ce week-end extraordinaire où j’ai commencé à appliquer avec succès
    l’alternance des moments yeux ouverts et des moments yeux fermés
    et où j’ai eu en tout près de dix super O avec comme point d’orgue, cette presque nuit blanche
    où j’en ai eu quatre

    immédiatement dans la foulée de ces séances relativement courtes mais tellement intenses,
    j’ai écrit:

    j’ai la recette

    désormais avec tous les ingrédients

    cela se voulait immodeste, avec le recul c’était même un peu trop présomptueux

    avec l’intégration de cette alternance,
    oui désormais j’ai tous les ingrédients principaux nécessaires,
    cela je le sens bien, pas de doute là-dessus

    cependant il me manque encore les proportions de la recette
    et les différents temps de cuisson

    en fait avec deux, trois jours de progression supplémentaires,
    je crois pouvoir dire que la recette n’a pas de proportions définitivement arrêtées,
    ni de temps de cuisson immuables

    non, selon les jours, les proportions diffèrent et les temps de cuisson aussi,
    seuls les ingrédients restent les mêmes

    ainsi pour prendre en exemple, le dernier ingrédient important que j’ai rajouté à ma pratique,
    cette alternance paupières closes paupières ouvertes donc,
    qui permet une émulation, un mélange de ces sensations si différentes qu’on peut éprouver
    quand on pratique yeux ouverts et quand on pratique yeux fermés,
    c’est une alchimie mystérieuse en tout cas mais qui est bien réelle,
    je la vis désormais tous les jours avec plus ou moins de succès
    car malgré ce week-end extraordinaire, ce n’est pas encore totalement maîtrisé, assimilé

    pour prendre en exemple donc, cette alternance,
    je dois apprendre à mieux écouter ce que mon corps veut,
    celui-ci ne va pas ouvrir les paupières tout seul,
    tout comme il ne va pas commencer à se caresser tout seul ou encore à balancer les hanches de lui-même

    non, le corps envoie des signaux qu’il faut apprendre à interpréter,
    il va nous faire savoir à un moment donné, « tiens, ce serait bien de refermer les yeux maintenant »,
    « tiens, ce serait bien de monter les mains le long du tronc », etc

    au mieux on interprète les desiderata du corps,
    au moins on intervient dans l’élan du désir, dans l’accroissement du plaisir,
    au mieux on interprète ces signaux, au plus on aura l’impression
    que c’est notre instinct, nos pulsions qui mènent la danse

    pour en revenir à l’alternance,
    j’ai encore du mal à bien reconnaître les signaux du corps à ce sujet,
    autant pour le reste, les caresses, les mouvements, etc,
    c’est devenu quasi automatique
    et je puis dire que je ne suis plus qu’une sorte de relais,
    j’écoute mes instincts féminins, mes pulsions féminines
    que je laisse monter prendre les commandes durant la séance
    et je relaie mon interprétation des signaux vers mes mains pour l’application des caresses,
    je relaie vers mon bassin pour le mettre en mouvement, etc

    autant là il y a encore des progrès à faire
    et ne pas confondre les ordres de mon conscient concernant cette alternance
    et ce que mon corps me suggère à leur propos

    #27637
    bzobzo
    Participant

    D’après tes récits @bzo, j’ai l’impression, bien que tu t’en défende, que tu sois sur le même parcours que @ch313.

    très franchement je ne crois pas,
    il y a des similitudes, pas mal de similitudes mais aussi des différences fondamentales.


    @ch313
    semble alimenter par ses fantasmes, par son imagination,
    il a cette capacité, cette faculté, assez unique, en tout cas je n’ai encore rien entendu ou lu de pareil,
    de pouvoir vivre instantanément ses fantasmes dans son corps sans le moindre stimuli de l’extérieur,
    il n’ pas besoin de se caresser, il n’a pas besoin de se mouvoir, tous les déclencheurs sont mentaux
    et si mouvements il y a, ce sont les conséquences de son excitation,
    si j’ai bien compris, c’est plus ou moins comme cela que cela se passe chez lui.
    Le féminin aussi chez lui est directement accessible aussi par le mental
    et dans des proportions, il semble, volcaniques, sans aucune restrictions

    chez moi c’est différent,
    moi aussi j’éveille le féminin et même si c’est très puissant
    et jour après jour de plus en plus puissant maintenant en aneroless,
    cela reste encore bien en-dessous des descriptions de @ch313
    mais je ne me plains absolument pas, ce serait indécent car ce que je vis ,
    est déjà très extraordinaire et s’accroît nuit après nuit pour l’instant

    donc moi mes déclencheurs sont physiques avant tout,
    je veux dire que si je ne commence pas à bouger, à me caresser et à appliquer les contractions,
    ben, il n’y a rien qui se passe,
    même si je me lâche complètement en même temps, que je fais sauter tous mes verrous,
    que je me laisse aller à mon désir, à mon plaisir,
    une sorte d’élan que j’ai appris à développer, à favoriser
    et qui augmente en puissance aussi de façon régulière en aneroless,
    à tel point que l’autre jour comme je l’écris plus haut,
    j’ai réussi à jouir rien qu’en sentant mes tétons durs sous mes doigts

    non les conséquences de nos actions par contre durant la séance, sont assez similaires,
    avec le plaisir féminin et les sensations féminines tellement présents,
    même si chez @ch313, cela semble encore bien plus puissant et spectaculaire que chez moi

    avec le yoga et autres techniques de relaxation en lien avec les spiritualités orientales.

    j’ai décris très précisément plus haut, quels étaient, je considérais, les apports du yoga à ma pratique,
    ils n’ont pour moi rien mais alors rien à voir avec les spiritualités orientales,
    ouverture des hanches, écoute du corps et mula bandha .

    Je respecte les spiritualités orientales, je suis ouvert d’esprit, curieux et tolérant
    mais c’est tout, pas question de commencer à les assimiler à ma pratique prostatique
    ou même à mon yoga ou ce qu’il en reste
    car avec mes problèmes de genou et de dos, j’ai été obligé de mes restreindre
    et quasiment de tout supprimer peu à peu

    En plus bien sûr, d’une maitrise respiratoire

    je pratique toujours des techniques spéciales de respiration yogique, pranayama
    mais il ne me viendrait pas à l’idée d’essayer de les assimiler à ma pratique prostatique,
    cela n’a rien à voir pour moi,
    ce sont des domaines radicalement différents

    encore une fois je me fais l’amour
    et la chose à laquelle il y a le plus moyen d’assimiler ce que je fais,
    c’est au sexe à deux,
    ma séance c’est du sexe à deux mais tout seul, en tout cas en apparence
    mais les deux sont en moi, je les sens, même si comme je l’ai déjà écris,
    je sens surtout le féminin en moi à l’oeuvre pour l’instant

    il y a des mouvements de pénétration divers et variés , avec les contractions,
    la sensation est d’un réalisme inouï,
    je te souhaite un jour d’en arriver là
    et tu te rendras compte que je n’ai pas exagéré,
    on sent un corps de femme sous nos doigts, caressé, bougeant, vibrant,
    changeant de postures, de plus en plus en chaleur, de plus en plus excité
    puis arrivant à la jouissance, etc
    changement d’identité sexuel durant la séance,
    en tout cas vécu par moi comme cela,
    je sais que ce genre d’affirmations énervent certains par ici
    mais je m’en fous, c’est ainsi que je le vis,
    c’est ainsi que j’obtiens des résultats extraordinaires
    et c’est ainsi que je décris dans mes messages ce que j’ai vécu durant mes séances,
    j’ai envie de décrire tout cela avec tout le lyrisme dont je suis capable

    A partir d’elle, peut-on raisonnablement penser que la stimulation du système nerveux (ou de l’énergie), via la mise en mouvement du corps, conduise à une réaction en chaine qui débouche sur des hallucinations ?
    C’est une vraie question. Je ne suppose rien, je ne fais qu’explorer…

    je ne peux parler que pour moi-même
    et pour moi, c’est définitivement , non

    enfin , il faut voir ce que tu appelles hallucinations ,
    je ressens un corps de femme, j’ai l’impression de bouger,
    de ressentir et de jouir avec ce corps de femme essentiellement durant la séance,
    même si j’ai déjà écrit que je sentais certaines parts de moi-même, rester mâle,
    si cela c’est halluciner,
    alors oui j’hallucine

    #27650
    bzobzo
    Participant

    j’aimerai pouvoir décrire avec une complète exactitude
    cette intensité qui se répand dans ma chair, qui s’écoule dans ma chair,
    j’aimerai pouvoir vous la donner à sentir quelques instants, mes amis,
    cette exquise intensité, cette ardente intensité, cette irrésistible intensité,
    ce bain de jouvence qui traverse ma chair,
    cet état de béatitude sexuelle, ce nectar des dieux,
    cet état de tremblant frémissement, de frissonnement tremblant, omniprésent,
    comme si je n’étais plus qu’une toute petite feuille verte au bout de la branche
    d’un arbre immense baigné de soleil et de grand vent

    cet état de tremblant frémissement, de frissonnement tremblant
    qui de bas en haut et de haut en bas, s’est installé en moi
    comme des forains qui ont arrêtés leur caravane sur la place du village
    et se donnent maintenant en spectacle, tournoyant, sautant, dansant, chantant
    et ce ne sont plus qu’oripeaux colorés, bigarrés et rires joyeux
    de tous les côtés dans mon âme

    des orteils jusqu’à la pointe des cheveux,
    transi tout entier de plaisir, pas une cellule y échappant,
    le bonheur m’est monté par le fondement
    et s’échappe musicalement par ma bouche

    ce bonheur est tellement intense, il y en a pour tout le monde,
    comme j’aimerai pouvoir le partager avec vous,
    je vous aime, parole de jouissant

    #27651
    AvatarCh313
    Participant


    Épicture a écrit le 8 mai 2018 à 12 h 38 min. #post-27620

    C’est très intéressant ce que vous nous racontez là @BZO et @CH313 Mais je m’intrigue, les parties à 2 ou 3 que décrit @CH313, sont des images qui viennent à son esprit pendant ses ébats de façon automatiques, comme des hallucinations ? Ou des histoires qu’il se raconte consciemment, au gré de son imagination ?
    Dans le premier cas, cela fait penser aux transes hallucinatoires (bien que je ne sache pas vraiment de quoi il s’agit) qui sont décrites dans ces récits qui relatent des pratiques chamaniques.
    Serait-ce comparable ? Sans drogues hallucinatoires bien sûr !!

    Salut Épicture,

    Je rebondis sur l’expression de transe et de pratiques chamaniques.
    Je ne pense pas qu’il s’agisse de transes sauf à comparer (extérieurement) les mouvements corporels en en état de transe et en état d’orgasme ou encore en crise d’épilepsie .
    Car les transes ou le chamanisme sont des pratiques sociétales en général très codifiées pour le bien communautaire. Ce n’est pas ce qui se passe dans mon cas.
    Mais je trouverai intéressant d’étudier si un parallèle ne pourrait pas être évoqué. Je serais alors mon propre chamane pour le bien-être de ma micro société.

    Quant à parler d’hallucination, je ne pense pas non plus.
    L’hallucination est un état pathologique où le ressentit n’est pas le résultat d’un stimuli extérieur, d’une sollicitation réelle. Il est d’ailleurs impossible au premier abord de l’arrêter. Je me souviens d’une fille qui, après avoir fumé un joint, voulait absolument enfiler son anorak et mettre sa capuche se croyant sous une pluie d’orage qu’elle nous décrivait avec réalisme, alors que nous étions sur la plage sous un grand soleil avec seulement nos serviettes. Il était impossible de la ‘ramener à la raison’ .
    Alors que moi j’arrête comme je veux mon voyage.
    Il n’y a pas d’images qui viennent automatiquement, chaque chose est réellement induit(e) par le moment où la chose précédent(e) ou éventuellement par un stimuli extérieur ou une réaction corporelle inattendue.

    On pourrait penser que ma pratique se rapproche du rêve éveillé.
    Mais je trouve cette pratique difficile. Il faut d’ailleurs du temps pour atteindre la phase rêve. J’y ai eu trouvé des moments chouettes, intenses mais sans ‘expression corporelle’. L’esprit est en éveil mais le corps reste en sommeil.

    Je me reconnais mieux dans l’auto hypnose.
    Si je me compare à un spectacle d’hypnose je peux faire un parallèle.
    Je ‘rentre’ dans mon voyage aussi vite que Messmer ‘endort’ son sujet.
    J’en sort aussi vite et aussi facilement qu’il le ‘réveille’.
    Dans l’auto hypnose, on se fixe des limites, des balises qui vont ‘réguler’ la séance.
    Comme je l’ai dit par ailleurs, j’ai ces limites. Je dis aussi comment la ‘balise attitude de mon chien’ me ramène instantanément à l’état socialement acceptable pour ma compagne.
    Comme si dans mon être complexe il y avait un superviseur, tout comme il y a le ‘scribe’ qui transcrit sur ma tablette en ‘direct live’ comme j’aime à le dire ce qui se déroule. J’ai beaucoup plus de difficultés à décrire une séance à posteriori. Je sais ce qui s’est passé, j’identifie les différentes phases, mais elles sont déjà ‘classifiées’ autrement que dans ce qui est la réalité de mon voyage et qui est virtualité vue de mon conscient extérieur.

    Ce n’est pas non plus une histoire que je me raconte. D’ailleurs, si j’essaye de revivre une session en prenant l’histoire qu’elle m’a fait vivre, ça ne marche pas, les phases ne s’enchaînent pas. Ce n’est pas reproductible. Chaque voyage est différent même s’il y a des éléments récurrents : il y a Moi et MoiE , ma copine, et des inconnus (inconnues) et des situations…
    Il y a certainement des ‘supports’ dans ma mémoire (consciente et inconsciente), des images, des odeurs, des sensations, des situations qui vont par assemblages divers et improbables créer mon voyage.

    Bzo dans son post du 8 mai 2018 à 19 h 46 min me décrit dans un réalisme d’une simplicité surprenante que j’en suis même émue.

    il a cette capacité, cette faculté, assez unique, en tout cas je n’ai encore rien entendu ou lu de pareil, de pouvoir vivre instantanément ses fantasmes dans son corps sans le moindre stimuli de l’extérieur,
    il n’ pas besoin de se caresser, il n’a pas besoin de se mouvoir, tous les déclencheurs sont mentaux et si mouvements il y a, ce sont les conséquences de son excitation,
    si j’ai bien compris, c’est plus ou moins comme cela que cela se passe chez lui.
    Le féminin aussi chez lui est directement accessible aussi par le mental
    et dans des proportions, il semble, volcaniques, sans aucune restrictions

    Merci Bzo.

    Je reviens à ma pratique, et j’avais noté une fois pourquoi ce féminin :

    Je suis celle que j’ai envie d’être
    Celle en qui j’ai confiance
    En qui je suis bien
    En qui je jouis librement
    En qui je vis au rythme de mes pulsions

    Je pense que c’est bien au-delà des fantasmes et de l’imagination.

    Je note que nous sommes dans cette discussion très, très loin de la sphère prostatique.

    À plus et bonne journée à tous

    #27652
    bzobzo
    Participant

    Je note que nous sommes dans cette discussion très, très loin de la sphère prostatique.

    ça , je suis moins sûr, je crois au contraire que ta prostate est activée aussi,
    simplement comme le reste, tu l’actives mentalement

    la prostate permet d’accéder au plaisir prostatique
    mais on peut aller plus loin avec elle
    car à travers le plaisir prostatique, on peut accéder au féminin,
    cependant ce n’est pas systématique,
    il faut une volonté déterminée à orienter notre pratique
    vers ce féminin qu’on ressent dans le plaisir prostatique
    en l’éveillant de plus en plus

    c’est ma théorie
    mais sans doute elle ne s’applique pas à toi,
    probablement dès que tu as éveillé ta prostate,
    tu as pu accéder directement, sans limites et avec un minimum d’apprentissage
    totalement à ce féminin en toi

    tu es tombé dans la marmite de potion magique, en quelque sorte,
    tu n’as pas besoin de boire à la gourde régulièrement
    pour garder ces pouvoirs spéciaux si délicieux

    #27653
    EpictureEpicture
    Participant

    Non je ne crois pas non plus que nous soyons, dans cette discussion, très loin du plaisir prostatique.
    Nous ne sommes plus en effet dans le comment y arriver, mais dans ce qu’il induit comme conséquences, une fois activé. Personnellement je suis assez loin de tout état extatique, mais je comprends assez bien le témoignage, pour le ressentir à un niveau plus fugace, de la vibration tremblante. Je perçois aussi, également de façon fugace, ces étranges sensations de ne plus être moi-même. En fait je ne sais plus si je ne suis plus moi-même, ou si je me retrouve moi-même, dans ce que je suis réellement. Ce nouveau moi-même que je rencontre à quelque chose de profondément féminin. C’est incroyable, c’est vraiment la rencontre d’un autre, en images, mais c’est moi. Mais c’est très fugace.

    Excusez-moi de poser toutes ces questions qui peuvent vous paraître saugrenues, ou inadaptées, mais vous n’imaginez pas à quel point vos réponses m’aide à circonscrire ce que c’est, finalement, le plus simplement possible, le massage prostatique. Cela m’aide à faire le tri, entre mes idées ou sensations à dominantes bloquantes qui viennent perturber le déroulé du plaisir, et celles à dominante excitante, qui alimentent l’accélération du processus.

    Les réponse de @BZO, autant que celle de de @CH313 sont d’une telle précision, qu’elles m’aide à renforcer la confiance en mon propre cheminement.

    Pour ce qui est des transes chamaniques, je n’ai pas suffisamment de connaissances pour pouvoir m’étaler sur le sujet, mais la distinction que tu fais @CH313 entre une pratique sociale (chamanique), et une pratique solitaire (prostatique) est très intéressante. J’aimerai juste signaler que si ce forum existe, c’est aussi pour socialiser cette pratique solitaire, bien que nous restions anonymes. Mais là il faudrait lancer un sujet de discussion. Je note bien aussi que l’autohypnose est plus appropriée pour faire un parallèle avec ton vécu.

    Je reviens sur la question de la mobilisation musculaire : si l’on écarte définitivement toute dimension spirituelle, il reste que le yoga (mula Bandha) pour toi @BZO, Le Pilate pour moi, les exercices de Kegel pour certains, ont pour conséquence le renforcement musculaire de toute la zone du bassin (entre autres bien sûr). J’aimerai savoir si @CH313 a, par le passé ou récemment, eu une pratique musculaire, ou sportive particulière. Cette question s’adresse d’ailleurs aussi à tous ceux qui lisent ce post.
    Pour ce qui me concerne, c’est lui, qui est responsable de ma nouvelle sensibilité : L’activation musculaire de toute la zone a éveillé ma prostate, plus que le massage en lui-même. Je pense que la possibilité de ressentir en anerosless le même type de sensations vient confirmer ce point.

    Ne pensez-vous pas que le travail musculaire (sans pour autant faire du body building) soit une condition préalable déterminante dans la progression ?

    Bon cheminement à vous tous

    #27654
    AvatarCh313
    Participant

    De la pratique sportive.

    Je n’ai pas de pratique sportive actuellement, à part un peu de marche.
    Je n’ai pas non plus pratiqué de sports à haut niveau.
    Mais j’ai eu une vie assez physique dans ma jeunesse. J’ai pratiqué très longtemps le scoutisme. J’ai fait beaucoup de ski, j’ai même passé une saison en faisant du ski 6 jours sur 7 ; école pratiquement à mi-temps, plus différents club CAF et autres centres de vacances. Beaucoup de cyclotourisme, un peu de voile aussi. Jusqu’à ce que la vie de famille me détourne de ces activités ; restaient un peu de camping puis de caravaning.

    Mais il est très important de rapporter que le travail d’exploration, de reconnaissance, de ressentir, et éventuellement de contrôler ses muscles est primordial.
    J’ai exposé mes difficultés à ce sujet. En premier lieu mon désintérêt de cette partie du corps et ensuite une sensitivité particulière qui handicape ma recherche.

    Voilà en quelques mots mon ‘état des lieux’ rapport aux muscles.

    #27655
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour bzo,

    mais je ne crois pas que ce soit inné pour l’essentiel

    c’est la combinaison d’un certain nombres de paramètres:

    -d’abord mon héritage de dix ans de yoga

    1)Dans le yoga, on apprend à être entièrement à l’écoute de son corps, importantissime.

    Et bien c’est très certainement pour cela que tu as tant de facilités et que je dis que chez toi c’est inné. J’ai remarqué, et Andraneros également, quel les pratiquants qui sont passés par la case yoga ou méditation ont plus de facilité que les autres. Et je suis également persuadé comme tu l’écris qu’être à l’écoute de son corps est importantissime pour notre pratique.
    CH313 a également sa technique que je ne connaissais pas et dont j’ai oublié le nom, mais qu’il mentionne régulièrement et à qui il attribue une partie de son succès.

    Eh oui, je suis accroc,
    j’adore me donner du plaisir, certaines nuits je ne fais que cela et je ne vois pas pourquoi je m’en priverai.

    Je ne vois pas non plus, c’est à mon sens une saine addiction qui en plus je pense est bénéfique.

    @ch313

    tu es un cas trop à part

    Oui, je suis assez d’accord. Comme quoi le chemin qui mène à l’orgasme prostatique est assez personnel, bien que l’on retrouve quelques constantes. Les points de départ sont identiques, en revanche, la façon de pratiquer et les ressentis sont tout personnel.

    et ne pas confondre les ordres de mon conscient concernant cette alternance
    et ce que mon corps me suggère à leur propos

    C’est à mon sens très important ce que tu dis là, et pas seulement pour ouvrir ou fermer les yeux, mais pas facile à déterminer.

    il y a des similitudes, pas mal de similitudes mais aussi des différences fondamentales.

    À vous lire, je pense aussi. Tu fais intervenir le féminin en toi, pas d’autre personnage. Enfin, c’est ce que j’ai compris.

    j’aimerai pouvoir vous la donner à sentir quelques instants, mes amis,

    C’est gentil, et ça me plairait assez 🙂

    .

    Epicture,

    En plus bien sûr, d’une maitrise respiratoire, et une concentration sur les sensations accrue. ….je pense que la stimulation musculaire, localisée, maitrisée, sans pour autant être un athlète, est la base.

    Je pense que la concentration sur les sensations internes est bien plus importante que la musculature. Je pense que nous sommes tous largement suffisamment musclé pour notre pratique sans qu’il soit nécessaire de développer cette musculature. En revanche, nous sommes largement handicapés en ce qui concerne l’attention et – ou la concentration sur les sensations. Je ne pense pas non plus qu’il soit nécessaire de développer une excellent maîtrise respiratoire, bien qu’elle puisse aider.
    Ce n’est que mon avis bien sûr.

    En fait je ne sais plus si je ne suis plus moi-même, ou si je me retrouve moi-même

    Je pencherais pour la deuxième suggestion. Le massage prostatique semble nous révéler à nous mêmes. Il existe plusieurs témoignages à ce sujet.

    Le Pilate pour moi,

    Pour avoir fait un peu de Pilate, je crois me souvenir que l’on fait appel à des muscles dont nous avons peu conscience, comme les muscles abdominaux profonds (si je me souviens bien). Cela demande tout de même une bonne concentration pour les identifier, enfin cela a été le cas pour moi. Je continue donc de penser que la concentration est plus importante que le développement musculaire. Il faut être entièrement à ce que l’on fait, et très attentif à ce qu’il se passe en nous pour ressentir le plaisir et le développer.

    CH313,

    il y a Moi et MoiE , ma copine, et des inconnus (inconnues) et des situations…
    Il y a certainement des ‘supports’ dans ma mémoire (consciente et inconsciente), des images, des odeurs, des sensations, des situations qui vont par assemblages divers et improbables créer mon voyage.

    bzo a raison, c’est totalement incroyable ce que tu écris, et formidable. C’est absolument génial. Je pense en effet que l’auto hypnose serait une piste.

    Je note que nous sommes dans cette discussion très, très loin de la sphère prostatique.

    Non, pas tant que cela. Cette complicité féminin masculin a été de nombreuse fois mentionnée ici. Vois les témoignages de Lucky et d’Hyménée de mémoire.

    #27658
    JieffeJieffe
    Participant

    Je ne comprends pas, j’ai écrit un message ce matin, et il n’apparait pas????
    Note Admin : IL était tombé dans la boite à spams. Je l’ai remis à sa bonne place.

    #27665
    bzobzo
    Participant

    mais je comprends assez bien le témoignage, pour le ressentir à un niveau plus fugace, de la vibration tremblante. Je perçois aussi, également de façon fugace, ces étranges sensations de ne plus être moi-même. En fait je ne sais plus si je ne suis plus moi-même, ou si je me retrouve moi-même, dans ce que je suis réellement. Ce nouveau moi-même que je rencontre à quelque chose de profondément féminin. C’est incroyable, c’est vraiment la rencontre d’un autre, en images, mais c’est moi. Mais c’est très fugace.

    c’est déjà un très bon début,
    la grande majorité des gens n’y arrivent pas

    Excusez-moi de poser toutes ces questions qui peuvent vous paraître saugrenues, ou inadaptées, mais vous n’imaginez pas à quel point vos réponses m’aide à circonscrire ce que c’est, finalement, le plus simplement possible, le massage prostatique.

    cela ne me pose aucun problème, tu es le bienvenu de poser toutes les questions que tu veux

    bien des questions sans fondement par ici, cela ferait un peu bizarre…

    Ne pensez-vous pas que le travail musculaire (sans pour autant faire du body building) soit une condition préalable déterminante dans la progression ?

    en aucune façon, pour moi, c’est comme la spiritualité, des pratiques ésotériques, ce sont tout à fait d’autres domaines
    qui n’ont rien à voir avec le massage prostatique,
    même s’il peut y avoir certaines interactions et certains bénéfices

    L’activation musculaire de toute la zone a éveillé ma prostate, plus que le massage en lui-même. Je pense que la possibilité de ressentir en anerosless le même type de sensations vient confirmer ce point.

    bien sûr, en aneroless, je bouge tous les muscles du bassin , des fesse et même des abdominaux
    et c’est ainsi que j’agit sur la prostate
    mais il faut avoir une intention sexuelle lors de ces mouvements,

    j’essaie de reproduire autant que possible un mouvement de pénétration,
    en tout cas c’est comme cela que je le ressens,
    je peux faire des petits mouvements subtils en n’engageant
    que les muscles immédiatement autour de l’anus, du périnée,
    je peux varier la direction, mettre de la variété, des nuances
    mais aussi reproduire des gros boutoirs ou des mouvements de grande amplitude
    qui me donnent l’impression de remonter très haut en moi, de m’emplir délicieusement,
    cela part des reins alors, tous les muscles du bassin sont engagés
    jusqu’à mes abdominaux qui se tendent aussi très fort

    fait lentement, progressivement, méticuleusement,
    ce genre de mouvement de pénétration de grande amplitude
    donne l’irrésistible sensation d’être interminable et de remonter jusqu’à tout en haut
    où il se transforme soudainement en râles et en gémissement
    dans une explosion de chaleur, de frottements délicieux et de frémissements tout le long sur son passage

    #27669
    bzobzo
    Participant

    une fois que le plaisir est ressenti dans tout le corps,
    tout prend une autre dimension dans notre pratique,
    le corps devient un organe sexuel durant la séance,
    on est possédé, on ne s’appartient plus

    c’est toujours la même intensité
    mais comme elle est ressentie partout à la fois,
    elle semble ne plus avoir de limite

    dès le premier instant, même à peine ressentie
    mais non qu’est-ce que j’écris là, elle n’est jamais plus à peine ressentie,
    elle est immédiatement ressentie partout,
    donc elle n’est jamais plus à peine ressentie

    elle est comme elle est, elle est comme elle est partout,
    cela suffit,
    plus de place pour autre chose dans cette chair,

    la ressentir partout à la fois,
    ce n’est pas, ne pas la ressentir en un endroit en particulier,
    c’est la ressentir en un endroit en particulier partout à la fois,
    c’est en cela qu’elle n’a plus de limites,
    chaque endroit de notre corps en particulier, est ressenti partout à la fois

    liés par le plaisir,
    tout en moi est lié par le plaisir
    s’offrir, se rendre, tout laisser monter, se laisser posséder,
    ne rien retenir, laisser tout aller,
    se laisser emplir, se laisser posséder,
    s’offrir, se rendre, se laisser emplir,
    posséder et se laisser posséder

    #27670
    bzobzo
    Participant

    bon dieu que c’était délicieux ce matin

    je bougeais dans toutes les pièces, je me faisais l’amour, debout , assis,
    couché sur la table de la salle à manger les jambes en l’air

    rythme tranquille, rythme lent, rythme puissant, je me labourais méticuleusement,
    radio orgasmes était allumée, un morceau tout en râles et en gémissements
    emplissait la pièce

    alléluia, pouvoir ressentir à ce point et reproduire les sensations d’un acte sexuel,
    on était en parfait accord à chaque instant,
    chaque geste, chaque mouvement s’adaptait instantanément pour répondre au désir de l’autre en moi,
    j’étais parfaitement à l’écoute, 100% concentré, détaché, ouvert, sans tabou, sans frein,
    je faisais les gestes qu’il faut, je ne me pressais pas, j’allais et venais tranquillement

    et quand cela a explosé dans la cuisine, les coudes sur la table, le bassin bien cambré,
    avec comme quelque chose de bien dure enfoncée profondément entre mes fesses
    qui enflammait tout sur son passage,
    j’en ai pleuré, des larmes coulaient sur mes joues en haie d’honneur à tant de bonheur,
    j’étais submergé, j’en tremblais de la tête aux pieds,
    j’étais traversé par des éclairs de plaisir qui me cisaillaient la chair,
    l’orgasme comme un soudain orage s’était installé en moi ,
    les éléments se déchaînaient, je n’étais plus que leur jouet, leur chose, leur pantin,
    j’étais trempé de plaisir, cela dégoulinait de tous les côtés,
    le vent me fouettait le cerveau, tout y tremblait, frémissait, sous les rafales,
    je me suis couché, écroulé, fondu sur place plutôt,
    j’étais nu à présent sur le parquet sans force, désarticulé,
    à me tordre de plaisir et à râler sans discontinuité

    sacrée ascension, ah ça, sacré ascension!

    #27673
    bzobzo
    Participant

    je me mets en route, je commence à me caresser, à bouger le bassin,
    une première contraction, quelque chose s’enfonce en moi délicieusement,
    se fait son chemin dans ma chair, enflamme les tissus sur son passage,
    je me laisse aller à mes pulsions, à mon instinct, ma tête se vide,
    déjà mon moi agissant et mon moi ressentant, percevant, occupent toute la place,
    mon moi pensant est en sourdine quelque part dans un coin

    yeux fermés, je sens mon corps en action avec une précision totale,
    c’est comme un film mais sans images,
    j’ai l’impression de voir avec une netteté bluffante
    tout ce qui se passe avec les sens, avec les sensations, avec les informations qui montent,
    une sorte d’image mentale se forme, je suis en même temps partout dans mon corps,
    je sens que je suis en train de faire l’amour à quelqu’un
    et que quelqu’un est en train de me faire l’amour,
    tous les mouvements sont là, toutes les sensations, particulièrement dans le bassin,
    je n’en pers rien, pas une goutte, j’en déguste chaque variation, chaque inflexion du braquemart,
    chaque millimètre de sa progression
    ce pénis gorgé de sang qui va et vient entre mes reins,
    que je forme et manipule avec mes muscles de la région, avec mes contractions

    j’ai appris à reconnaître immédiatement la moindre tentative d’intervention de mon moi pensant,
    c’est comme une grisaille paralysante, freinante, un voile délétère, qui envahit mon cerveau,
    immédiatement le film est de moins en moins distinguable, les sensations s’estompent aussi,
    j’ai appris à ne pas paniquer, même si le phénomène dure,
    cela peut être du doute, du questionnement, de l’impatience,
    ou des phrases à peine exprimées au niveau de la conscience sur ce qui se passe,
    du genre « est-ce que ce que je fais avec mes mains est bien?
    est-ce que je ne devrais pas ouvrir les yeux maintenant?
    Ne devrais-je pas faire des mouvements de pénétration moins forts? »
    ou alors des idées , toutes sortes d’idées, tout ce qui peut passer par la tête en temps normal,
    ce flot qui s’arrête à peu près complètement lors de la séance chez moi
    mais qui parfois resurgit

    j’ai appris à reconnaître toutes ces manifestations de mon intellect
    et à les ignorer royalement, il n’y a rien d’autre à faire qu’à les ignorer
    même si le phénomène persiste,
    continuez à rester en mouvement, à se faire l’amour comme si de rien n’était
    et les sensations reviendront tôt ou tard dans toutes leur splendeur et leur puissance
    et plutôt tôt, c’est presque devenu un automatisme chez moi,
    comme de balayer d’un revers de ma main une mouche

    le film aussi revient à pleine puissance, on recommence à gémir, à râler de plaisir
    si j’ai les yeux fermés, je vis l’acte d’amour en moi,
    yeux ouverts, j’ai plus l’impression d’être un spectateur d’une scène de sexe
    mais connecté directement aux sensations des deux participants à l’acte
    mais avec mes sensations de spectateur en plus,
    le film continue d’être vécu partiellement à l’intérieur malgré les yeux ouverts
    mais avec en plus une matérialisation de mon corps qui extériorise, en quelque sorte, les sensations,
    même quand je ne me vois pas, les objets, l’espace autour de moi,
    me font sentir mon corps de l’extérieur, me placent dans le réel, chair, membres en action,
    et le monde autour de moi, je suis parmi eux, vivant, agissant, ahanant, se baisant, se donnant du plaisir
    et tout est perçu directement autrement,
    j’adore voir mon corps bouger,mes mains aller et venir sur ma peau,
    mes jambes s’écartant comme offrant un sexe ouvert,
    j’adore voir ce bassin bougeant langoureusement

    #27675
    bzobzo
    Participant

    j’ai continué toute la journée , bien sûr,
    les jours fériés sont faits pour cela aussi, n’est-ce pas?
    se donner du plaisir, après tout cette chair ne durera pas,
    un jour elle retournera à la terre,
    alors autant en profiter pendant qu’elle est encore sur mon dos

    l’après-midi une longue promenade et quelques courses
    mais le matin, mais le matin…
    enfin j’ai déjà compté plus haut en détail ma belle séance matinale
    qui s’est terminée par un super O à même le sol de la cuisine

    l’après-midi , j’ai été me promener comme on sort le chien,
    sauf que je n’ai pas reniflé tout le long du chemin des traces d’urine canine, ni des déjections,
    ni fait mes besoins que d’autres bestioles renifleront à leur tour avec curiosité et gourmandise,
    je suis donc revenu et repris dans un rythme régulier mes micro-séances

    trente secondes par-ci, quelques minutes par-là,
    l’intensité étant là derrière la première seconde,
    en trente il y a moyen déjà d’avoir le feu dans ses veines, haletant et gémissant

    ai continué ainsi toute la soirée,
    c’est si bon, si incroyable d’interrompre tout d’un coup le visionnage d’un film
    et hop, quelques instants après, je suis déjà la tête renversée en arrière,
    les jambes écartées, râlant de plaisir, me caressant les hanches, les fesses,
    dardant avec dextérité quelques contractions me remontant dans le fondement
    et c’est comme une mèche courte allumée, qui fonce vers le baril de poudre,
    en quelques instants ce ne seront plus que feu d’artifice après feu d’artifice
    dans mon sang, dans ma chair

    bon dieu, l’aneroless, c’est le luxe absolu pour un homme,
    bien sûr il n’y a pas le corps de la femme,
    ce corps merveilleux, cette architecture divine, ces seins, ces courbes
    et puis cette peau, ce sexe,
    l’autre manque, l’altérité, mais pour ce qui est du plaisir en soi, je suis servi,
    j’en ai plus que ce que j’en aurai jamais espéré,
    si on m’avait dit il y a quelques années
    qu’un jour je jouirai comme cela, aurait autant de plaisir rien qu’à me caresser,
    que la prostate deviendrait mon chamane avec son tambour magique
    m’ouvrant les portes vers un autre monde, vers un autre royaume,
    une sexualité complètement débridée, sans limites

    belle journée de l’ascension, j’ai grimpé aux rideaux, je me suis envoyé au septième ciel,
    bref j’ai connu pas mal de moments en altitude aujourd’hui

    je vous embrasse tous bien fort,
    mes amis explorateurs en quête de sensations fortes, en quête de sensations exquises,
    en quête d’absolu, en quête de la bestialité extraordinaire qui dort au fond de vos veines,
    en quête de la féminité à éveiller pour vivre des extases délicieuses,
    en quête de communion païenne, en quête de fête échevelée de la chair

    #27682
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour bzo,

    c’est la ressentir en un endroit en particulier partout à la fois

    C’est joli ça, ça me plait et ça me parle.

    j’ai appris à reconnaître immédiatement la moindre tentative d’intervention de mon moi pensant,
    c’est comme une grisaille paralysante, freinante, un voile délétère, qui envahit mon cerveau,
    …. les ignorer royalement, il n’y a rien d’autre à faire qu’à les ignorer
    même si le phénomène persiste,
    continuez à rester en mouvement, à se faire l’amour comme si de rien n’était
    et les sensations reviendront tôt ou tard dans toutes leur splendeur et leur puissance
    et plutôt tôt, c’est presque devenu un automatisme chez moi,
    comme de balayer d’un revers de ma main une mouche

    De ma toute petite expérience, cela me semble très important ce que tu dis dans ce chapitre.

    #27688
    bzobzo
    Participant

    breaking news! breaking news!

    j’en ai parlé il y a quelques jours,
    là il y a quelques instants je l’ai fait,
    j’ai réintroduit dans ma pratique, les ongles, les doigts qui pincent,
    enfin tout cela

    le moment était sans doute venu, ma pratique en aneroless en est arrivé à un stade suffisamment avancé
    que pour y injecter ces petits piments de toutes sortes,
    que sont les ongles enfoncés un peu dans la chair qui se déplacent lentement,
    quelques doigts qui pincent avec amour, méticuleusement un petit bout de chair

    on va voir ce que cela va donner, j’ai pratiqué que quelques instants comme cela,
    juste une micro-séance d’à peine deux minutes
    mais j’ai bien senti les effets positifs, cette intensité toute spéciale
    qu’apporte une injection à petites doses de douleur
    qui viennent se mêler au flux général du plaisir,
    lui donnant des couleurs spéciales, des variations plus marquées,
    une tension différente

    on va voir ce que cela va donner, plus de nouvelles plus tard,
    dans la nuit

    car la nuit va être longue, la nuit va être chaude

20 sujets de 141 à 160 (sur un total de 371)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.