20 sujets de 221 à 240 (sur un total de 310)
  • Auteur
    Articles
  • #31045
    bzobzo
    Participant

    quelle séance encore ce soir,
    j’ai senti ma prostate battre comme un coeur à chaque contraction dans mes entrailles
    disséminer ses vibrations dans toutes les directions,
    puissant muscle donnant la vie,
    puissant muscle maintenant la vie

    d’un autre côté, mes parties génitales, c’est la castafiore,
    on la pince un peu, et elle se met à chanter à tue-tête
    comme un oiseau mécanique dont on a remonté le ressort,
    au moindre frottement, là voilà déjà vocalisant,
    on se met à la frotter régulièrement et elle s’égosille à perdre haleine,
    c’est une colorature, sa gorge est riche de milliers de sonorités différentes,
    sa voix est douce, chaude, ornementale

    quel duo ils forment,
    séance d’entraînement ce soir
    mais tellement délicieuse et tellement riche d’enseignement,
    les contractions comme un métronome assurait le rythme,
    assurait les vagues de fond,
    là dessus s’élançaient mes jeux avec mes parties génitales,
    je me suis bien entraîné,
    j’ai bien testé plein de façons de jouer avec mes boules et mon petit cierge mou

    j’ai essayé toutes sortes d’enchaînement,
    j’en ai trouvé quelques uns miraculeusement délicieux,je n’étais pas loin de l’orgasme monumental,
    le fameux super O féminin dont je parle de plus en plus régulièrement
    et qui viendra en son temps

    alterner et se laisser emporter, voici les maître-mots pour l’instant,
    je frotte la base de ma verge, je caresse mon pubis,
    je fais des petits ronds avec les doigts dans la zone,
    je remonte un peu sur mon sexe en le caressant légèrement
    puis je m’éloigne,
    je laisse mes cuisses prendre le relais,
    frotter, rouler comme de la bonne pâte à pain mes bijoux de famille,
    quel miel, quel nectar se répand immédiatement,
    quelle douce explosion dans toutes mes entrailles

    sans les doigts, il y a une sorte de délicatesse qui s’exprime,
    les sensations deviennent immédiatement comme de la dentelle,
    transition sublime,
    d’abord quand les doigts y sont, frottent, pressent, caressent,
    tout en restant doux,
    c’est plus une danse sauvage, rythmée, langoureuse,
    ce sont des sensations extrêmement sirupeuses,
    de la sève forte, une houle lascive, lourde

    alors que quand les doigts s’éloignent, laissant toute la place aux cuisses,
    ce sont immédiatement des milliers de danseuses en tutu
    qui frottent de tous les côtés, elles font des pointes, elles semblent ne pas toucher le sol
    tellement elles sont légères, délicates,
    délicieux, délicieux contraste

    après quelque temps ainsi, avec les cuisses,
    elles s’éloignent aussi,
    j’écarte les jambes avec excitation, avec l’envie de me sentir totalement ouvert,
    prêt à être pris, à sentir en moi une contraction remontant virilement,
    c’est souvent un décollage ainsi,
    à chaque coup de boutoir des reins vers l’intérieur,
    je décolle, je sens mon avion qui s’éloigne de la piste,
    c’est une sensation de légèreté totale
    tandis que mon bassin
    reçoit chacune de ces contractions avec une accolade, une embrassade de mes entrailles

    puis je recommence, je rapproche mes doigts de mes parties
    mais déjà l’excitation est monté de tellement de crans,
    que je ahane, que je gémis à perdre haleine
    et mon corps est en mode « full liane lascive »,
    comme j’aime onduler ainsi
    avec mes mains courant sur ma peau, pressant mes seins,
    descendant le long de mes flancs,
    venant caresser mes fesses, venant effleurer la raie,
    mon anus -pussy, sans aucune crème désormais,
    c’est un peu rêche mais les doigts s’ils s’aventurent à l’intérieur, restent comme prisonnier,
    collés à la viande molle, à la viande en chaleur, à la viande avide mais néanmoins sèche,
    je danse avec les cuisses,
    mon bassin va et vient langoureusement, en mode pilotage automatique,
    le bout des doigts bien calés dans mon pussy,
    cela frotte par devant, cela frotte par derrière,
    cela frotte de tous les côtés en fait,
    je vous dis pas l’état dans lequel j’étais,
    c’était épique

    #31056
    EpictureEpicture
    Participant

    Bonjour @bzo,

    je vous dis pas l’état dans lequel j’étais,
    c’était épique

    Tu n’as pas besoin de le dire, je l’imagine tres bien cet état.

    Bon cheminement à toi

    #31063
    bzobzo
    Participant

    quelle délicieuse séance encore ce soir,
    comme je suis heureux, comme je suis comblé,
    plein de bonheur, plein de bonheur, plein de bonheur

    les sensations que j’ai connues là il y a quelques instants dans mon lit,
    je n’avais jamais atteint encore cette qualité, cette finesse, cette liberté,
    c’était somptueux, lumineux, aérien,
    tant de courbes soyeuses dansaient en moi,
    tant d’ondulations langoureuses s’étaient emparé de mon corps,
    dansaient avec grâce et volupté en moi

    mes mains allaient et venaient librement,
    j’avais décidé de ne plus toucher mes parties génitales avec,
    uniquement avec les cuisses
    et c’est devenu incroyable à partir d’un certain moment,
    cette sensation de douceur raffinée incroyablement puissante
    m’envahissait tellement, est devenu tellement omniprésente,
    le moindre mouvement, le moindre effleurement, me faisait pâmer de plaisir,
    je me retournais et retournais encore, envahi de vagues somptueuses

    cette caresse intérieure constante, tellement partout, jusqu’au plus profond de mon être,
    c’était trop, c’était trop, c’était trop,
    j’avais l’impression de ne plus être qu’une fontaine,
    une fontaine joyeuse, une fontaine lumineuse,
    milliers de gouttelettes s’élançant en jet vertical, dansant à l’unisson, se pâmant à l’unisson,
    c’est tout ce qui restait de moi

    le féminin s’est paré à partir d’un moment
    de coloris tellement riches, tellement variés, tellement nuancés,
    je n’arrivais pas à y croire, je n’arrivais pas à croire ce que je ressentais par moments,
    tellement c’était éblouissant, subtil, fin, sensuel,
    le féminin resplendissait à un point en moi, se déployait à un point en moi,
    une telle majesté, une telle amplitude, une telle pureté soyeuse s’exprimaient dans ma chair,
    j’avais envie de pleurer de bonheur tellement c’était bon,
    tellement c’étaient des moments exquis,
    des moments d’extase soyeuse où mon âme semblait flotter au loin parmi les nuages

    je vous embrasse,
    bzo encore tout ému et tout chose

    #31077
    bzobzo
    Participant

    une première séance ce soir,
    juste pour confirmer mes merveilleuses dispositions d’hier,
    avec ce tournant technique majeur,
    plus de manipulations de la main de mes parties génitales,
    les doigts vont et viennent sur le corps, courent librement par monts et par vaux
    tandis que mes cuisses se chargent des frottement et des pressions sur mes parties

    ils semblent s’enlacer par moment,
    mes cuisses et mes parties génitales, s’enlacer tendrement et danser lentement,
    à d’autres moments mes cuisses semblent leur former un nid où ils viennent se lover,
    le troisième larron de l’histoire, ce sont les contractions,
    en même temps qu’ils éveillent ma prostate,
    ils font bouger mon sexe et mes boules contre mes cuisses,
    moments divins où les ondes de ma prostate et les ondes mâles éveillées ainsi,
    se mêlent, s’emmêlent, forment un flux délicieux
    qui ravit mes entrailles et vont se diffuser dans tout mon corps

    mes mains ont retrouvé ainsi leur liberté
    et comme ils profitent, les sacripants!
    ils explorent, ils fouillent, pas un millimètre de peau qui échappe à leur vigilance,
    de temps à autre ils glissent dans ma petite crevasse derrière,
    mon anus-pussy comme j’aime à l’appeler, cette chair si prompte à s’enflammer

    plus que jamais en mode liane lascive désormais,
    quand mes cuisses se mettent à danser avec mes parties génitales,
    qu’une houle langoureuse fait se mouvoir mon bassin,
    que mes mains courent partout ou simplement effleurent paresseusement,
    c’est aussi une nouveauté cela,
    je laisse mes doigts effleurer paresseusement ma chair,
    juste les bouts qui touchent,
    qui semble dessiner un sillon enflammé sous ma peau sur leur passage

    je ne suis plus que courbes ardentes ainsi,
    courbes ardentes et gémissements,
    des ondulations partout,
    mon corps qui ondule, les sensations qui ondulent partout en moi,
    le plaisir qui ondule dans ma tête,
    les râles et les gémissements qui sortent en ondulant de ma bouche

    une séance tout en ondes sexuelles et en ondulations sensuelles,
    il y a des moments où je ne sens plus que cela,
    ces courbes sensuelles qui dansent en moi,
    que forme aussi tout mon corps qui bouge comme une liane en chaleur
    et puis ma prostate et mes parties génitales
    qui émettent toutes sortes d’ondes
    qui forment un flux tellement soyeux, tellement velouteux et tellement puissant

    j’insiste encore sur ces deux aspects qui peuvent sembler contradictoires à première vue,
    l’extraordinaire puissance et la non moins extraordinaire douceur
    de ce flux d’ondes mêlées provenant depuis ma prostate et de mes parties génitales,
    la puissance est devenue irrésistiblement douce,
    la douceur est devenue irrésistiblement puissante
    et ainsi on se sent s’épanouir comme un beau fruit mûr
    et ainsi on croque, on se croque à pleines dents dans l’instant,
    de la sève et du soleil, les sucs de la terre, dans ma chair,
    la fête, une communion douce,
    la pénétration en soi, au plus profond de soi,
    chair en fleur, chair exposée, chair vibrante, chair aimante,
    amant et amante en même temps

    #31078
    bzobzo
    Participant

    seconde séance au milieu de la nuit

    j’étais en train de me faire l’amour,
    je sentais les coups de rein lents, puissants,
    je sentais un sexe dur remonter en moi,
    à un moment donné je me suis rendu compte
    que le corps d’homme qui était en train de me faire l’amour,
    c’était le mien, c’était mon corps
    et c’était aussi moi quelque part qui le menait ce corps,
    qui bougeait ce bassin, qui impulsait les mouvements de va et vient, tranquilles, puissants,
    ce sexe bandant était mon sexe en érection vers l’intérieur

    ce corps donc formé de ma chair
    était en train de me faire l’amour,
    de faire l’amour à un autre corps que je sentais pour l’instant,
    dans lequel je semblais vivre et ressentir pour l’instant,
    un corps avec des seins durs d’excitation, un corps avec un bassin large et élastique,
    un corps avec un sexe ouvert, chaud, accueillant,
    accueillant un autre sexe tout aussi inexistant mais pourtant totalement ressenti,
    senti dans ma chair, sentant chaque centimètre de son évolution en moi,
    dans mes entrailles heureuses de l’accueillir

    cette soudaine image m’a frappé pendant quelques instants,
    j’ai vu mon corps entre mes reins allant et venant,
    je sentais mes bras qui serraient ce corps fortement, qui le caressaient avec tendresse et fougue
    à chaque coup de rein, à chaque fois que je sentais le dard remonter en moi

    je sentais mon corps réel me faire l’amour,
    faire l’amour à ce féminin en moi qui me prêtait on corps, son corps désincarné
    et pourtant tellement ressenti, tellement réel pour l’instant,
    tellement plus réel que mon corps d’homme qui me semblait extérieur à moi
    et me faisant l’amour,
    image saisissante, je la dégustais pendant de longues secondes,
    je sentais mon propre corps grimpé sur moi et me faisant l’amour

    aller , bonne nuit,
    demain en Belgique on vote, vive la politique,
    euh qu’est-ce que je raconte, moi,
    il est temps que j’aille me coucher,
    que je me fasse encore quelques papouilles et puis dodo

    #31079
    bzobzo
    Participant

    entre deux séances dominicales,
    j’ai été accomplir mon devoir électoral en bon démocrate.

    je ne sais pas comment décrire ce qui m’arrive pour l’instant
    c’est monté de tellement de niveaux,
    la variété des sensations, leur finesse, leur qualité,
    de toutes évidences, techniquement c’est la dernière pièce du puzzle qui s’est mis en place

    je ne touche plus des mains mes parties génitales,
    il y a désormais à nouveau cette règle de base du massage prostatique qui a été rétablie,
    la zone d’exclusion tout autour des bijoux de famille,
    c’est désormais à mes cuisses et à mon ventre d’éveiller les ondes mâles

    ce que je n’avais pas relaté il y a quelques jours quand j’ai fait ma première séance ainsi sans les mains,
    c’est que pendant une bonne demie heure quand j’ai commencé,
    je ne sentais quasiment plus rien,
    il m’a fallu faire preuve de patience et d’obstination,
    mon corps était sans doute habitué aux chipotages des doigts dans la zone,
    il a fallu un peu de reprogrammation
    mais peu à peu cela s’est enclenché
    et depuis le moindre geste, le moindre mouvement éveille des sensations

    avec les cuisses et occasionnellement le ventre,
    la variété des effleurements, des frottements et des pressions possibles
    est tellement plus grande, c’est somptueux,
    quand mon bassin bouge avec sa houle lascive,
    en parfaite synchronisation avec mes cuisses qui viennent frotter mon sexe, mes couilles
    et puis que ma prostate vibre, qu’une contraction remonte,
    ils semblent fusionnés en un seul organe qui a sa propre vie,
    les ondes mâles et les ondes de ma prostate sont sollicitées en même temps par les contractions
    et forment un seul flux parfaitement amalgamés dès le premier instant,
    c’est divin à ressentir,
    j’ai la sensation d’une grosse partouze dans mon bassin,
    mon dieu que c’est puissant et comme c’est doux,
    de la dentelle comme je l’ai écrit l’autre soir,
    de la dentelle partout,
    c’est d’une finesse, d’un légèreté,
    comme mon domaine s’est accru soudainement en richesse

    je voudrais souligner encore une fois l’importance des mains
    car elles ne font pas juste que caresser, frotter,explorer inlassablement la surface de ce corps
    ou de mon anus-pussy,
    leur vrai rôle, c’est bien plus que cela,
    c’est grâce à eux que le plaisir se répand dans tout le corps,
    c’est grâce à eux que de mes entrailles, les sensations se diffusent, sont attirées partout,
    ils éveillent le corps, le rendent un acteur actif participant et ressentant pleinement,
    sans eux, le plaisir reste dans le bassin essentiellement,
    explose et se répand de temps à autre durant les orgasmes

    de merveilleuses choses encore à accomplir,
    l’aventure ne fait que commencer,
    renaître par le plaisir jour après jour

    #31093
    SophiAirSophiAir
    Participant

    Hey @bzo, c’est tout simplement génial de découvrir que de nouvelles sensations sont toujours possibles.
    Malgré les étapes déjà franchies, les paliers déjà atteints, on découvre encore et toujours de nouveaux territoires.
    Nos pratiques sont différentes, mais en tout cas font intervenir un homme et une femme. Toi, tu réussis à intégrer les deux, comme une seule et même personne fusionnée, l’être fusionné de l’Antiquité, à la fois homme et femme, et qui fut séparé par Zeus. Alors que moi, l’amant de la femme que je deviens est extérieur, et intervient comme un être extérieur qui me fait l’amour, ou d’autres choses très agréables.
    Je ne suis pas sûr de réussir cette fusion, mais je vais essayer. Ca vaut le coup…
    A te lire bientôt

    #31098
    bzobzo
    Participant

    c’est tout simplement génial de découvrir que de nouvelles sensations sont toujours possibles.

    notre pratique n’a pas de limites, il y a toujours moyen de progresser, il y a toujours moyen d’aller plus loin,
    cela dépend vraiment que de toi

    e ne suis pas sûr de réussir cette fusion, mais je vais essayer. Ca vaut le coup…

    et comment…
    sentir en soi cette union, cette fusion, c’est assez magique.
    Dans mon bassin, des tas de mouvements, tu commences un mouvement,
    typiquement, par exemple, le mouvement de pénétration,
    au début tu as l’impression d’être à un bout du pénis en érection,
    de le manier, de l’enfoncer d’un coup de rein
    mais quelques instants après, c’est comme si tu étais à l’autre bout de l’engin,
    que tu l’accueillais en toi, que tu le sens s’enfoncer dans ta chair,
    tu le sens remonter en toi, provoquer de douces explosions sur son passage,
    tu sens ton bassin céder un peu comme des roseaux sous le poids de la poussée

    c’est bien du même mouvement que je parle mais que d’un instant à l’autre,
    tu sens différemment,
    en fait il y a une continuité, une progression de la sensation,
    au début tu le sens au masculin
    mais très vite il y a un glissement, tu le sens au féminin,
    je ne sais pas exprimer cela autrement,
    cette douce ambiguïté et ambivalence des sensations dans mon bassin,
    ça va et ça vient dans les sens,
    je sens constamment le masculin et le féminin à l’oeuvre

    par moments je sens la lutte amoureuse du masculin et du féminin en moi
    avec une telle vivacité, une telle précision,
    ça prend des dimensions étonnantes, des extases très fortes et qui durent,
    c’est là qu’il y a des sensations qui deviennent comme des visions,
    le pont dans la lumière par exemple, il y a quelque temps

    ceci étant dit, tu peux y arriver aussi sans problème
    avec tes dispositions et tes facilités,
    sans doute est-ce que question de temps,
    tu utilises beaucoup ton imagination, cela me fait penser à @ch313 qui peut vivre ses fantasmes dans sa chair

    mais là si tu veux vivre cette expérience,
    peut-être s’agit-il de plus se fier à ton corps
    et à ses possibilités sans utiliser tes fantasmes

    peut-être, je dis bien peut-être

    en tout cas, il faut avoir toujours la curiosité et la volonté
    d’explorer , de faire des nouvelles découvertes,
    c’est une nécessité aussi pour des gens comme moi qui pratiquent tous les jours,
    sans quoi il y a le risque de tomber dans une routine,
    de laisser les sensations s’émousser à force de revivre toujours la même expérience jour après jour

    ceux qui pratiquent que de temps à autre,
    peuvent se permettre de se reposer sur leurs lauriers
    car ils laissent passer du temps entre leurs séances
    mais avec une pratique intensive, quotidienne,
    il faut se renouveler très régulièrement

    cela ne veut pas dire changer du tout au tout toutes les semaines bien sûr,
    non, progresser petit à petit, explorer, essayer des nouveautés,
    changer un petit quelque chose ici ou là

    la règle d’or pour moi,
    c’est privilégier la qualité,
    il faut toujours essayer d’améliorer la qualité des sensations
    et non pas privilégier la quantité

    de toutes façons à partir d’un certain stade, c’est la seule façon d’évoluer,
    il y a un moment où tu ne peux plus atteindre des niveaux d’intensité encore supérieurs
    juste en en faisant toujours plus,
    non il faut cibler la qualité, c’est à partir d’un moment la seule vraie progression,
    le reste n’est que de la poudre aux yeux


    @pcommep
    , tu utilises aussi ta prostate
    et tu fais intervenir dans tes jeux tes parties génitales,
    tu as donc les principaux ingrédients nécessaires,
    tu as un pôle masculin et un pôle féminin, actifs en toi
    après c’est juste une question d’arriver à bien les sentir à l’oeuvre,
    c’est là que la qualité des sensations intervient,
    elle va faire ressortir cette lutte amoureuse, cette fusion à l’oeuvre en toi
    mais tu dois peut-être totalement faire confiance à ton corps
    et pas faire intervenir tes fantasmes,
    c’est peut-être une facilité, je dis bien peut-être, là aussi,
    à tester

    #31101
    SophiAirSophiAir
    Participant

    @bzo c’est toyjours tellement un plaisir de te lire. Toujours en progression et toujours bienveillant.
    Je vais m’atteler à ressentir tout cela en moi et pas comme venant de l’extérieur, même si cet être extérieur est bien dans ma tête et pas réel. Mais je me souviens que lorsque j’utilisais mes mains sur mon pénis, il me semblait qu’en me masturbant, en plus du va et vient, une pression s’exerçait vers l’intérieur. Le début des sensations féminines ?
    A bientôt

    #31102
    bzobzo
    Participant

    en plus du va et vient, une pression s’exerçait vers l’intérieur. Le début des sensations féminines

    moi j’appelle cela avoir mon érection vers l’intérieur,
    dehors mon sexe est tout mou, semble au repos
    mais il darde vers l’intérieur tous pleins de délicieuses ondes sexuelles mâles
    qui vont ravir le féminin à l’oeuvre en moi,
    il rayonne vers l’intérieur, vers mon anus-pussy
    mais aussi il semble bander vers l’intérieur

    #31123
    bzobzo
    Participant

    c’est quoi une sensation de qualité?
    c’est quoi la qualité d’une sensation?

    ce qu’il faut savoir, c’est que chaque sensation est unique,
    une sensation de qualité
    est une sensation qui a été bien mise en valeur,
    dont la singularité a été bien perçue, bien ressentie,
    jusqu’à la dernière goutte,
    comme un citron qu’on a bien pressé

    la même sensation peut passer quasi inaperçue
    mais bien mise en valeur, bien perçue comme il faut,
    vous allez déguster dans votre chair, dans votre barbaque, tout ce qu’elle a d’unique,
    tout son jus des profondeurs,
    le nectar des abysses va vous couler dans la bouche,
    dans la cervelle, dans la moindre de vos cellules,
    ce nectar maturé par les jours , par les nuits, par les volcans, par mille soleils
    et par autant de galaxies

    une sensation, c’est une architecture, une chorégraphie,
    vous avez à un moment la main à un endroit, qui avance à une certaine vitesse vers un autre endroit,
    tandis qu’en même temps, vos couilles sont pressées par un doigt et une cuisse,
    votre corps est dans une certaine position, justement vous bougiez le bassin d’une certaine manière,
    photo, la sensation naît issue de ces différents sources
    mais quelques instants après vous ne bougez plus le bassin de la même manière,
    votre doigt s’est un peu plus enfoncé dans vos couilles
    et l’autre main a rejoint un de vos seins
    tandis qu’une contraction vous remonte dans les entrailles
    et c’est déjà une toute autre sensation

    mais déjà si vous ne bougez qu’un doigt, rien d’autre,
    la sensation a déjà totalement changée,
    à vous de le percevoir,
    c’est cela la qualité d’une sensation, de mieux en mieux les percevoir
    une à une dans leur entièreté, dans toute leur potentialité

    un jour vous n’êtes pas en forme
    et vous n’aurez perçu chaque sensation qu’à 60%,
    d’autres jours à 75% en moyenne de ce qu’elles portent comme potentiel,
    quand vous êtes débutant, vous êtes à 0% ou pas loin,
    vous montez à 1% et vous êtes tout content,
    quelques jours après vous êtes à 5% de moyenne de chaque sensation,
    quelques mois après, les mêmes sensations vous paraîtront totalement différentes
    parce que vous en aurez perçu 50% de leur potentiel

    bien sûr il y a une évolution, il y a enrichissement, aussi parallèlement,
    votre technique devient plus élaboré,
    l’architecture de vos sensations deviendront de plus en plus élaborée ,
    un jour chaque sensation sera tellement aboutie, tellement évoluée,
    que vous aurez eu l’impression en quelques secondes
    d’avoir fait le tour d’un palais royal avec mille pièces et mille couloirs
    tellement vos sensations seront devenues puissantes, raffinées et riches

    il n’y a donc pas de bonnes et de mauvaises sensations,
    il y a juste vous qui êtes capable d’en percevoir tout le potentiel,
    d’en percevoir toute la singularité ou pas
    ou plus ou moins selon les jours

    chaque sensation donc a une architecture unique, sa singularité,
    personnellement je me ralentis systématiquement pour bien percevoir tout cela,
    comme à la télévision quand vous voyez les ralentis de joueurs de football en action,
    le commentateur même qui arrête complètement l’image
    pour bien attirer l’attention sur la position des joueurs les uns par rapport aux autres
    c’est moi en pleine action,
    je bouge un peu puis je ne bouge plus,
    je suis en mode grande oreille à l’écoute de ce qui a été éveillé
    quand je sens les sensations éveillées sont en bout de course, ont vécu leur belle vie,
    je bouge à nouveau un peu de tout ou presque rien, selon mon inspiration
    et là c’est reparti, je perçois ainsi chaque nouvelle nuance,
    je déguste toute l’intensité contenue jusqu’à la dernière goutte
    ou pas loin

    cela manque de rythme?
    par moments, je lâche le frein un court instant,
    cela se met en branle quelques instants mais déjà je ralenti,
    à trop bouger, à se laisser emporter par la frénésie,
    le message de nos entrailles être brouillé,
    l’amour à deux tout seul,
    se déguste comme un vieux vin gorgée après gorgée,
    ce n’est pas une piquette qu’on boit au litre

    comme je l’ai déjà précédemment écrit ,
    deux types d’action dans ma pratique,
    l’action physique, les caresses, les contractions, les mouvements divers et variés
    et puis une apparente non-action
    mais qui est en fait une action intérieure tout aussi intense,
    devenir une grande oreille à l’écoute de ce qui se passe à l’intérieur
    et en même temps, se laisser emporter, céder et encore céder,
    c’est si bon de se laisser aller,
    dans notre quotidien, il faut toujours résister, rester ferme,
    au quotidien on a si peu l’occasion de céder,
    là c’est le moment de tout lâcher,
    de devenir une moule fouettée par la marée qui monte dans toute sa puissance ,
    une feuille morte roulée par les flots

    si vous êtes autre chose que cela durant la séance, si vous faites encore preuve de la moindre volonté
    face à votre désir,
    c’est que vous n’y êtes pas encore

    donc action physique
    puis l’action intérieure,
    les deux pouvant se chevaucher, s’enchaîner, mordre l’un sur l’autre,
    toutes les figures de style sont possible
    mais ralentissez, ralentissez, il n’y a pas le feu au lac,
    juste vous avez le feu au cul,
    essayez d’en profiter au maximum

    #31124
    bzobzo
    Participant

    je regrette un peu d’avoir écrit cela:

    vos couilles sont pressées par un doigt

    et cela:

    votre doigt s’est un peu plus enfoncé dans vos couilles

    car je ne touche plus du tout de la main mes parties,
    ma technique désormais est bien au point
    et tel un surfeur monté sur sa planche chevauchant la vague,
    ainsi en gardant éloigné mes doigts de la zone,
    la laissant à mes cuisses,
    j’arrive à garder un équilibre dans la griserie,
    quand la vague m’emporte, que tout explose,
    que la puissance des eaux parle, m’arrache à moi-même
    et à bien continuer de chevaucher les crêtes

    cependant pour quelqu’un qui voudrait incorporer les jeux avec ces parties dans sa pratique,
    obtenir un pôle masculin actif en soi, bander vers l’intérieur,
    c’est acceptable pendant une période transitoire, même souhaitable en fait
    car ainsi il est beaucoup plus facile de faire connaissance avec cette source puissante,
    d’apprendre à éveiller les ondes, d’apprendre à les diriger là où elles sont la bienvenue

    mais cela provoque cependant un déséquilibre, trop d’ondes mâles injectées en même temps
    mais comme je l’écris juste plus haut, c’est acceptable pendant une période d’apprentissage,
    il est aussi beaucoup plus facile quand on y va avec les doigts
    d’apprendre à manipuler les bijoux de famille
    sans risquer une éjaculation ou même s’en approcher

    j’écris que c’est un risque parce que cela n’a aucun intérêt dans le cadre de ce type de pratique
    sinon pendant plusieurs jours d’avoir moins d’énergie sexuelle,
    alors qu’on peut très bien presser, frotter, caresser tout ce qui se trouve dans la zone
    sans jamais risquer l’éjaculation,
    on parvient bien mieux à maîtriser ce typer de manipulation avec la main
    qu’avec la cuisse qui porte toute la houle sensuelle du bassin
    et où il y a une plus grande imprécision des contacts

    les contacts doivent rester en périphérie,
    par exemple la zone du pubis et la base de la verge sont très sensibles,
    des caresses plus amples, plus directes seront brèves,
    des doigts glissant lentement entre la cuisse et les couilles sont des effleurements délicieux aussi

    effleurements, pressions sont des mots qui reflètent bien le type de contacts que je prône,
    vous obtiendrez bien plus d’effets ainsi d’ailleurs
    qu’en saisissant à pleine main,
    des petits caresses mais brèves sont cependant la bienvenue de temps à autre,
    tout est dans la mesure et garder un sexe à peu près flasque
    est le signe de contacts bien maîtrisés,
    j’écris à peu près flasque,
    car une certaine rigidité est acceptable

    tout cela aura beaucoup d’effets à condition que ce soit coordonner avec des contractions
    qui vont faire vibrer la prostate,
    c’est ainsi qu’on obtient un flux unique, puissant et en même temps d’une douceur ineffable de sensations,
    avec ses deux pôles masculin et féminin, actifs

    #31137
    bzobzo
    Participant

    j’ai mis une petite culotte,
    cette action,
    c’est un peu comme si j’appuyais sur un bouton pour éteindre la flamme en moi,
    pour éteindre le feu au cul en moi,
    j’ai passé la matinée à monter des tiroirs Ikea
    en alternance avec des moments de plaisir, des moments soyeux au lit
    mais là il est temps que je m’active, bientôt le rendez-vous chez le kiné

    cette houle est tellement soyeuse, tellement continuellement soyeuse, partout en moi,
    je m’enivre de mes caresses,
    caresses de mes mains,
    caresses de mes cuisses frottant, pressant mes parties génitales
    mais aussi en même temps ou en prolongement
    mes deux jambes qui semblent s’enrouler, avec les poils qui s’écrasent entre les peaux
    qui viennent se frotter l’une contre l’autre
    et puis un peu au-dessus mon bassin, mon bassin tellement empli de lascivité, de volupté,
    comme j’aime le bouger, sentir cette houle en moi,
    cela me rend fou de plaisir tout cela,
    j’explose continuellement, doucement, en silence

    mes doigts dansent, quels virtuoses, quel ballet,
    comme j’aime les laisser ainsi courir sur mon corps,
    explorant chaque centimètre carré de peau,
    ils attirent les vibrations, les ondes, générés par ma prostate et mes parties génitales,
    à eux,
    les font se répandre partout

    sans la main qui vient chipoter mes bijoux de famille,
    je sens bien que c’est la juste proportion d’ondes mâles
    qui vient s’injecter dans ma pratique à chaque instant,
    j’essaie de temps à autre avec les doigts venant frotter la base de ma verge,
    c’est puissant, cela explose mais c’est trop, cela déséquilibre
    et en définitive, cela freine la progression
    mais de tout cela, j’ai parlé juste au-dessus

    ainsi, rien qu’avec les cuisses et occasionnellement le ventre
    venant frotter, caresser, mes parties,
    c’est de la soie constamment, des sensations comme de la dentelle passant dans ma chair,
    c’est d’une finesse inouïe,
    j’ai envie de hurler tellement c’est incroyablement délicieux,
    la précision des sensations aussi est confondante,
    c’est grâce à cet équilibre entre les différents acteurs qui interviennent,
    il y a une sorte d’harmonie qui s’exprime à chaque instant,
    une harmonie et un équilibre, avec des élans,
    des élans comme des sauts harmonieux,
    il y a une esthétique dans ce plaisir,
    une esthétique fugitive, brève mais bien réelle,
    délicieuse à ressentir
    car tout collabore dans un même but sans se marcher sur les pieds
    et la qualité des sensations en est grandement améliorée,
    il y a une sorte de qualité cristalline désormais à chaque instant
    qui s’exprime dans les sensations

    cela continue à rester animal bien sûr, l’un n’empêche pas l’autre,
    tout ce plaisir est profondément ancré dans la terre, dans mes tripes,
    dans mes tripes il y a le noyau de la terre en miniature
    et il doit s’exprimer, cracher comme un volcan durant la séance

    ah ces ondulations omniprésentes en moi, tellement douces, tellement soyeuses,
    quelle ivresse, mes amis, quelle ivresse,
    je suis enivré de courbes lascives, de courbes langoureuses partout dansant en moi

    #31158
    bzobzo
    Participant

    quelle sublime séance encore ce soir

    je reviens à cette expression que j’ai déjà utilisée,
    sur les bancs de l’école de l’amour,
    tremblant de désir d’apprendre cette divine science de se procurer du plaisir,
    soir après soir, nuit après nuit,
    j’effectue les gestes, j’effectue les mouvements,
    oh bien sûr j’ai ma technique de mieux en mieux rodée, ciselée, experte
    mais à chaque fois je me retrouve tellement en territoire inconnu
    avec des sensations qui me bouleversent tellement de fond en comble,
    qui me transporte avec une telle puissance
    et cela n’arrête pas d’évoluer, de s’améliorer presque à chaque séance,
    que j’ai désormais à chaque fois l’impression d’être sur les bancs de l’école de l’amour,
    découvrant avec ébahissement comme si c’était la première fois,
    chaque soir, il y a de longs moments où je me dis que je n’avais encore jamais connu cela,
    et que décidément j’ai encore tellement à apprendre,
    tellement à apprendre sur les bancs de l’école de l’amour

    au plus j’apprends en fait, au plus je me laisse aller, au plus je laisse ma chair improviser,
    à partir d’un moment, une grande part de nos progrès techniques
    consistent à apprendre à se libérer de la technique,
    se faire emporter , par exemple, comme j’ai été emporté par moments ce soir,
    c’était comme si j’étais roulé, comme si je roulais en moi,
    emporté par un tourbillon voluptueux d’une puissance inouïe,
    quelle vertige délicieux, je tombais, je roulais, je décollais un peu, je décollais beaucoup,
    j’atterrissais, je recommençais à rouler, c’était irrésistible, je me laissais faire,
    comme une plume j’étais emporté au gré des caprices de la volupté,
    comme une plume je tournoyais en moi-même

    ce tournoiement de tout mon être semblait générer le plaisir,
    semblait provoquer un frottement généralisé sur son passage,
    un frottement onctueux, chaud,
    quelle lascivité délicieuse partout en moi,
    comme cela baisait en moi

    #31274
    bzobzo
    Participant

    ces derniers temps je ne pratique plus du tout en journée,
    finies les micro-séances dans les toilettes sur mon lieu de travail
    ou dans la petite salle de gym sous les toits, toujours sur mon lieu de travail
    ou même chez moi

    mon plaisir a pris une telle consistance, une telle épaisseur désormais,
    est devenu tellement plus grand que moi,
    le soir, après avoir vaqué à mes occupations, mangé, m’être détendu, regarder un film, lu un livre,
    à un moment donné, l’appel aura lieu,
    l’appel au sacre de la chair, l’appel au sacre dans la journée
    car le plaisir dans notre chair, c’est sacré, c’est un sacre,
    le retour à la nature, le retour à l’animalité,
    la fusion dans la chair, la fusion au monde,
    au vrai monde,
    pas celui qu’on a construit au cours des siècles,
    non, celui qui se meurt lentement autour de nous, à cause de nous et en nous aussi

    alors la séance, c’est un moment de renaissance,
    de renaissance à nous-même,
    de renaissance à la nature, à l’animalité,
    au sacré en nous, à la possibilité d’un sacre en nous,
    d’un sacre de la chair dans l’instant,
    d’un sacre dans la journée,
    de fusion, de communion dans notre chair

    ce qui se met en route en moi, c’est une vaste libération à tellement de niveaux,
    ce qui vit en moi, ce qui va monter en moi,
    fait sauter tellement de chaînes, tellement de tabous, tellement de barrières,
    ma chair chante, ma chair danse,
    j’aime, j’aime, j’aime,
    j’aime ce être que je suis pendant ma séance, il est tellement enrichi, il est tellement affranchi,
    il est tellement surprenant, tellement plein de toutes sortes de ressources de sensations, d’enivrements,
    ce que je découvre en moi, au-delà de ces tombereaux de plaisir, de ces extases,
    de ces sensations folles, tellement affolantes, tellement affolant ma chair,
    c’est beaucoup de mystère aussi,
    que s’est-il passé là, comment cela a-t-il été possible tout cela?

    mes séances sont devenues tellement plus grandes que moi,
    je ne peux plus rien retenir, je ne veux plus rien retenir,
    une vérité, une vérité de mon être est monté au jour,
    s’exprime là,
    une coupe verticale de ma peau jusqu’au plus profond de mes abysses, se laisse entrevoir là,
    je veux vivre cela, continuer de vivre cela
    et aller encore plus loin
    car il y a moyen d’aller toujours plus loin,
    pas de limites,
    il n’y a pas de limites

    j’ai déjà maintes fois évoqué mon absolu droit à me contredire d’un jour à l’autre,
    j’expérimente, je fonce, je suis subjectif,
    j’aime, j’aime, j’aime,
    dans ce journal j’ai déjà écrit que je dirai tout, essaierais de ne pas trop exagérer,
    de ne pas trop raconter n’importe quoi
    ou du moins de rectifier le tir le plus honnêtement possible

    ce qu’un peu plus haut je déclarais un peu trop catégoriquement,
    à savoir que mes parties génitales, je ne voulais plus les toucher avec la main,
    que c’était des injections trop fortes, que cela créait un déséquilibre et blablabla,
    c’était n’importe quoi, bien sûr

    oh, cette période de quelques jours où je n’ai chipoté mes bijoux de famille qu’avec mes cuisses
    et éventuellement mon ventre quand j’étais en chien de fusil,
    a été délicieuse, et très riche en enseignement
    mais à un moment donné je me suis rendu compte qu’il manquait sérieusement quelque chose
    malgré l’extraordinaire finesse, délicatesse des sensations ainsi obtenues,
    il manquait ces injections massives d’ondes mâles

    le fait est que quand j’ai pratiqué plusieurs semaines
    en chipotant mes parties pratiquement uniquement avec la main,
    j’avais finalement eu la sensation aussi qu’il manquait quelque chose sérieusement,
    c’est alors que je suis passé aux cuisses exclusivement

    mais là maintenant que j’alterne tantôt avec les cuisses, tantôt avec les doigts,
    tantôt un mix des deux, tantôt la main dans mon anus-pussy,
    tantôt les mains justes courant sur le reste de mon corps
    et faisant remonter une contraction ainsi les jambes bien écartées,
    pour la première fois je sens une tellement grande liberté en moi,
    je sens la volupté courir librement,
    je sens mon désir libre, libre de s’exprimer comme il veut

    que la volupté s’exprime sans frein,
    c’est bien cela que je ressens désormais,
    quel chant, quel merveilleux chant,
    j’ai l’impression d’être enrobé dans une félicité de la chair,
    une sensation de galoper dans de grands espaces,
    d’encore plus vastes mondes se profilent à l’horizon,
    on est si petit dans notre chair dans ce monde, tellement emmuré,
    toute cette magie est tellement la bienvenue

    #31276
    bzobzo
    Participant

    dites, les quelques personnes qui me lisent,
    est-ce que je deviens grandiloquent, est-ce que j’en fais trop?

    mes séances vont dans une direction pour l’instant,
    une dimension, comment dire, sensuelle, voluptueuse, terriblement voluptueuse
    mais en même temps de plus en plus extatique, de plus en plus,
    je cherche le mot,
    de plus en plus une sensation de fusion, de communion,
    d’une mystique sauvage à l’oeuvre,
    une sensation d’harmonie, de musique, plus grande, beaucoup plus grande que moi ,
    naissant dans ma chair

    j’essaie de traduire cela
    mais peut-être le rendu pour l’instant est-il, grandiloquent, pédant, maladroitement prétentieux,
    j’ai besoin d’opinions externes
    pour éventuellement rectifier le tir dans mes écrits

    #31279
    EpictureEpicture
    Participant

    Salut @bzo !
    Pour moi, tu es sur la voie tantrique. Mais je sais que tu es sceptique. La fusion dont tu parles, c’est ce que tout le monde cherche !
    Mais il y a souvent confusion ( non je ne fais pas un mauvais jeu de mot) entre une fusion interne, qui est la seule possible selon moi, et la fusion avec le monde, qui est une belle supercherie commerciale.
    Nous pensons ne faire qu’ un, mais c’est faux. Depuis notre naissance, nous sommes coupés en morceaux. Et la vie selon moi, consiste à se rassembler à nouveau. Se retrouver soi même dans l’unité de notre être. J’étais très très loin de penser que cela soit possible via le massage prostatique quand j’ai commencé. Mais c’est pourtant bien ce qui est en train de se passer pour moi.
    Et là tu te trouves toujours grandiloquent, ou c’est moi que tu trouves un peu barré sur une autre planète ?
    Au plaisir de te lire @bzo

    #31280
    bzobzo
    Participant

    Et là tu te trouves toujours grandiloquent, ou c’est moi que tu trouves un peu barré sur une autre planète ?

    non, non, pas barré, absolument pas, je suis méfiant, sceptique vis à vis de pratiques ésotériques,
    surtout quand cela arrive en Occident où c’est dénaturé, commercialisé
    mais je suis ouvert et réceptif
    et là on parle de quelque chose qui monte en moi, qui naît en moi
    et rejoint peut-être une pratique dénommée tantrisme quelque part

    c’est pas tellement la le problème, je ne mets pas en doute ce que je vis durant mes séances,
    c’est la façon dont je le transcris en texte,
    en me relisant je n’étais pas sûr du résultat, si ce n’était pas juste grandiloquent, creux
    et prétentieux

    #31288
    SophiAirSophiAir
    Participant

    Salut @bzo,
    Ce que nous vivons est tellement riche, diffus, énorme, différent, et j’en passe, que c’est déjà une prouesse de pouvoir le décrire. Alors, j’ai envie de dire, chacun son style. Perso, toutes ces façons de voir ou ressentir, sont des enrichissements. Alors, barré, grandiloquent… Je serais bien curieux de trouver quelqu’un qui arrive à relater nos expériences froidement, techniquement sans s’emballer. Et puis, je dois avouer qu’écrire et lire surtout sont de vrais plaisirs.
    Continuons donc à partager nos expériences, comme nous le sentons, comme nous le pouvons.
    Bises

    #31291
    EpictureEpicture
    Participant

    c’est la façon dont je le transcris en texte,
    en me relisant je n’étais pas sûr du résultat, si ce n’était pas juste grandiloquent, creux
    et prétentieux

    En quoi cela pourrait-il te poser problème ?
    Ton souci d’image m’étonne.
    Si tu estimes devoir changer quelque chose, fais le.
    Mais ici, tu n’as aucune obligation, ni interdiction, à condition de rester dans le respect des autres. Je ne me souviens pas que tu aies manqué de respect a qui que ce soit par ici.
    Les reactions « a chaud » sont ce qu’elles sont. Elles ne sont pas parfaites. C’est leur imperfection qui fait leur qualité. Certaines phrases que l’on ecrit, sans y réfléchir sont souvent les plus instructives pour celui qui sait les lire.

    Continue de nous étonner @bzo

20 sujets de 221 à 240 (sur un total de 310)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.