20 sujets de 281 à 300 (sur un total de 310)
  • Auteur
    Articles
  • #31771
    bzobzo
    Participant

    arf, nuit de fou
    après avoir écrit ce message vers 3h et demie du matin,
    j’ai encore continué une bonne heure,
    toutes les digues étaient ouvertes, des flots immenses coulaient à volonté en moi,
    je nageais dans une félicité comme rarement j’ai connue

    #31773
    bzobzo
    Participant

    toutes les digues étaient ouvertes hier soir,
    j’aurai plutôt du écrire, toutes les digues se sont brisées en moi
    et définitivement, semble-t-il

    cela semble couler à flot désormais
    mes nombreux aller-retour dans le lit ce dimanche le confirme,
    quelque chose d’important s’est passé,
    il semble que j’ai atteint un stade où tout est en roue libre en moi,
    où toutes les forces ont été libérées

    enjoy

    oh oui, j’enjoy, mon intention est bien d’enjoyer aussi souvent et aussi longtemps que possible,
    j’ai usé et abusé d’épithètes, d’images, de lyrisme,
    il va m’être difficile de narrer ce qui se passe désormais en moi,
    à quel point tout mon corps est devenu sensible,
    à quel point en quelques instants je suis en train de râler, de gémir, les entrailles en feu,
    à quel point je ne suis plus moi-même,
    à quel point le plaisir prend possession de moi

    que s’est-il passé?
    il semble que cette lenteur assumée que j’ai beaucoup décrite ces derniers jours,
    était une des dernières pièces essentielles du puzzle qui se soit mise en place,
    avec l’écoute optimisée,
    j’ai pu aussi tout naturellement ré-intégrer dans ma pratique
    un certain nombre de mes découvertes qui jusqu’ici avaient une place aléatoire
    et qui la fonctionnent à pleine puissance,
    comme l’alternance de moments yeux ouverts et de moments yeux fermés,
    cela peut paraître un gadget, une lubie, une extravagance aux yeux de certains
    mais je peux l’assurer que cela apporte vraiment quelque chose d’essentiel
    et la nature-même du plaisir ressenti, change grâce à cette action

    donc moi fonctionnant lentement, au ralenti,
    j’ai pu intégrer cette alternance sans plus aucun problème,
    aussi des moments où j’utilise les doigts autrement que pour me caresser,
    je me pince, je me griffe de temps à autre

    j’ai aussi retrouvé cette position de mes débuts,
    les bras étendus derrière la tête, le corps un peu en mode liane lascive,
    le féminin en moi , raffole tellement de cette position, je le sens,
    je la sens emplir en ces moments mon corps de façon extraordinaire,
    prendre une telle expansion,
    ouvrir des ailes immenses, chatoyantes, bigarrées,
    à chaque fois que je mets ainsi
    et quand en plus je me mets à frotter avec mes cuisses mes bijoux de famille,
    j’ai à chaque fois des bouffées incroyables de chaleur
    et le corps empli de frissons,
    toute ma chair semble fondre,
    je sens des pulsations, des vibrations partout,
    tout n’est plus que pulsations et vibrations pendant de longues secondes partout,
    plus rien d’autre ne semble exister

    là désormais je suis arrivé à un stade vraiment intéressant
    où toutes les forces sont déliées, libérées, en moi,
    c’est passionnant, magique,
    toujours plus magique, ensorcelant à vivre,
    des moments de sortilège, des moments sacrés, des moments de bonheur absolu dans la chair,
    communiant,
    communiant avec moi-même, avec ma chair
    et avec le monde aussi quelque part,
    l’homme est un pont , a écrit Nietzsche,
    on le sent tellement dans ces moments extrêmes,
    le flux qui coule partout
    et le pont qui a germé dans la lumière
    de la couche animale en nous vers l’horizon qui semble soudainement si accessible,
    tellement à portée de souffle,
    de souffle amoureux, de souffle d’amoureux

    enjoy

    #31774
    bzobzo
    Participant

    inouïs, inoubliables moments d’abandon,
    les bras rejetés en arrière de ma tête, les reins cambrés, le corps ondulant,
    les jambes se frottant l’une contre l’autre, les poils s’emmêlant,
    pressant au passage mes bijoux de famille,
    du nectar onctueux, du nectar chaud et frémissant partout dans mon bassin,
    partout dans mon corps par vagues

    toute cette volupté, c’est trop, cela devient de l’extase, la volupté par quantité pareille,
    toute ma chair en est tellement imbibée,
    mon cerveau, mon sang,
    jusqu’au plus profond de mon être une telle langueur sensuelle m’a envahi,
    je me sens emporté vers des rives lointaines,
    les vagues me déposent sur la plage, je suis nu, face au ciel,
    des mains invisibles me caressent de partout,
    des langues s’insinuent partout, me lèchent sans fin

    le soleil là-haut, le ciel, je leur suis offert sur un autel,
    une grande fête vaudou, le tam tam inlassable des vagues,
    je suis envahi de félicité,
    la douceur sauvage des guerriers de l’amour, quelle danse,
    quelle délicieuse frénésie dans mes cellules,
    j’ai l’impression d’une immense orgie païenne, cela copule de tous côtés en moi,
    chacune de mes cellules semble pénétrée, labourée,

    je me caresse langoureusement, passionnément,
    ce corps comme il aime cela,
    ces mains d’homme qui le parcourent,
    qui explorent chaque vallon, chaque échancrure, chaque faux-plat,
    je glisse mes doigts dans mon anus-pussy, je les enfonce aussi fort que possible
    en écartant bien les jambes tout en faisant monter une contraction,
    cela provoque comme une éruption généralisée qui vient exploser dans mon cerveau,
    ma tête explose en un bouquet pyrotechnique

    derrière mes yeux, il n’y a plus rien
    que du plaisir par vagues conquérantes qui ont envahit la place,
    je me caresse un peu le bord des couilles au passage,
    installe les doigts sur le pubis, touchant légèrement la base de mon sexe
    et laisse monter à rythme régulier des contractions
    qui vont se charger de bouger tout cela

    lente pénétration, chaque coup de rein m’arrache des cris, des gémissements,
    une déchirure chaude à chaque fois par où s’engouffre
    des douces ailes par milliers battant de tous les côtés,
    et du miel chaud caressant, enveloppant,
    j’écarte bien les jambes pour sentir encore plus profondément en moi l’engin,
    comme il racle tout, comme il frotte tout, sur son passage

    je me laisse toujours plus aller, j’ai vraiment l’impression de n’être plus qu’un pantin,
    un pantin manipulé, caressé, pressé, pénétré de toutes parts,
    comme c’est bon de ne plus être qu’un jouet sans volonté entre les mains du plaisir

    #31775
    bzobzo
    Participant

    pas grand monde par ici ces derniers temps,
    c’est même assez désertique

    bon, revenons à nos moutons,
    je maintiens le cap

    je continue à m’interroger, à interroger mon corps, mon désir, mes sensations,
    sur la meilleure façon de faire participer mes parties génitales à mes ébats

    les cuisses, pas de problèmes , leur entente, leur complicité, sont parfaites,
    pas de remise en question, pas de doute, là.
    Cependant pour ce qui est des manipulations avec les doigts, c’est autre chose,
    trop de fois j’ai eu cette sensation gênante
    de faire entrer un éléphant dans un magasin de porcelaine
    quand j’y allais de cette façon,
    cela ne peut pas être le fruit du hasard,
    même si je reconnais sans peine la puissance de ces attouchements avec les doigts de mes bijoux de famille,
    mais malgré tout, j’ai trop d’expérience que pour ignorer ces signaux

    je crois qu’il y moyen d’obtenir des ondes sexuelles mâles pour les ébats
    qui mêlées aux vibrations de la prostate, vont former un flux délicieux d’une puissance incomparable,
    c’est magique à tellement de point de vue,
    les deux pôles masculin et féminin en nous,
    vivre leur corps à corps amoureux en nous

    mais cela ne veut pas dire qu’il faut faire n’importe quoi pour tenter d’obtenir ce résultat
    prendre ses couilles à plein main ou reproduire même momentanément des gestes de la masturbation,
    je crois que c’est vraiment contre-productif
    et que c’est précisément ainsi que l’on obtient cet effet que j’ai évoqué plus haut,
    sensation de laisser entrer un éléphant dans un magasin de porcelaine

    non, il faut y aller par petites touches, de légers effleurements, de légères pressions
    et puis ce que me semble aussi particulièrement efficace
    et là les contacts peuvent êtres plus massifs, plus directs,
    c’est ce que j’appelle des contacts machinaux,
    comme si on ne touchait pas ses parties génitales dans un but sexuel

    je pose deux doigts, par exemple, contre une couille
    puis ne les bougent plus comme s’ils n’existaient pas
    mais quand les contractions se mettent en route
    (ils sont plus ou moins toujours en route, les bougres, ils sont le piston de mon moteur)
    les contractions donc, vont se charger de mettre tout cela en mouvement,
    les couilles, le pénis, enfin toute la zone,
    vont se mettre légèrement en mouvement grâce aux contractions
    et avec les doigts comme si de rien n’était, pressant contre une de mes boules,
    cela produit un effet puissant, délicieux, irrésistible
    et au plus on laisse les doigts immobiles
    et on laisse les contractions donner vie à l’ensemble,
    au plus le flux mêlant les ondes mâles et ondes femelles,
    va être parfait, comme si elles provenaient de la même source,

    des contacts tout à fait autres, donc, que ceux avec lesquelles on approche d’habitude
    son sexe, ses boules , pour le plaisir sexuel,
    il s’agit de les utiliser autrement pour obtenir un résultat différent
    et il y a moyen, oh combien,
    faites-moi confiance

    il faut avoir senti au moins une fois dans sa vie,
    à quel point nos parties génitales sont capables d’exsuder de la douceur,
    des ondes chaleureuses, soyeuses, sans aucune violence,
    juste des flots de nectar voluptueux qui vont se répandre dans le bas-ventre
    et puis progressivement dans tout le corps
    au fur et à mesure des légers frottements , des pressions furtives, avec les doigts
    ou bien des accolades plus nettes, plus franches, des enlacements sans ménagement,
    avec les cuisses

    #31778
    bzobzo
    Participant

    séance plutôt d’entraînement ce soir
    mais avec de délicieux moments tout de même,
    le plaisir me vient si facilement,
    le plaisir me va si bien,
    on dirait une parade extravagante, des parures folles, dans ma chair

    la volupté vient comme une lente onde qui m’emplit des pieds à la tête,
    une onde soyeuse, chaude , vibrante,
    il n’y a plus qu’à se laisser emporter, se laisser rouler inlassablement en soi-même,
    une immense caresse intérieure, parfaite, n’oubliant pas un recoin,
    cette chaleur est tellement douce, tellement onctueuse, on dirait un nid sensuel, un nid sexuel,
    il n’y a qu’à se laisser faire,
    cocon dont la chaleur, la langueur, semblent sans fin
    pendant quelques instants

    je continue d’expérimenter la meilleure façon d’intégrer ou pas
    les manipulations avec les doigts des bijoux de famille,
    eh oui c’est tout un thème
    et il faut que j’en fasse le tour une bonne fois pour toutes

    l’idée m’est venue à un moment
    que ces attouchements des doigts de mes parties, convenaient au début,
    un peu comme pour allumer un feu, pour qu’il prenne plus facilement, plus rapidement,
    au début on jette un peu de produit inflammable dessus
    mais qu’une fois que le feu a bien pris, ce n’est plus nécessaire
    et que si vous persistez, c’est à ce moment,
    qu’il y a cet effet « d’éléphant déboulant dans un magasin de porcelaine »,
    mais c’est juste une théorie au stade actuel, rien n’est encore définitif dans mes conclusions

    comprenez-moi bien, je ne cherche pas à me compliquer la vie,
    tout au contraire, c’est pour la simplifier que j’effectue toutes ces expérimentations,
    notre pratique n’a pas de limites
    à condition de toujours les repousser
    mais vous pourriez tout aussi bien rester dans votre petit pré
    avec ses jolies petites barrières le délimitant bien précisément,
    toute votre vie
    si vous ne faites pas un effort sur vous-même pour progresser

    il s’agit donc d’utiliser ses parties génitales autrement
    car pour obtenir d’autres types de sensations que ce qu’on obtient d’habitude avec ses attributs,
    pour qu’ils rayonnent en quelque sorte vers l’intérieur,
    il faut les faire participer autrement à la fête charnelle,
    c’est assez délicat à mettre en oeuvre
    car dès vous y touchez , il y a la tentation de les toucher toujours plus
    si vos attouchements ressemblent un peu trop à des caresses
    ou au genre de gestes habituels effectués dans la zone,
    ce sont des parties génitales après tout,
    elles sont faites pour s’enflammer, chair hautement inflammable

    il faut donc que vos attouchements soient foncièrement différents,
    qu’ils ne ressemblent en rien aux manipulations que pourraient effectuer un ou une partenaire
    ou alors les vôtres durant une séance de masturbation
    enfin c’est juste une théorie aussi,
    je pense tout haut ici
    mais cela reflète un peu où j’en suis actuellement

    les contacts avec les doigts, offrent un plaisir immédiat,
    une directe augmentation spectaculaire de la tension sexuelle
    mais quand je persiste ainsi, j’ai l’impression déjà de culminer au bout de quelques minutes
    et qu’après il n’y a plus vraiment de progression,
    ce lent crescendo qui mène vers des sommets toujours plus hauts
    mais peut-être il y a moyen d’obtenir d’autres pics, d’autres moments culminants ainsi ,
    j’ai pu constater qu’en pressant simplement légèrement la base de ma verge,
    les doigts reposant sur mon pubis
    et en effectuant ainsi des va et vient réguliers,
    la sensation de pénétration est extrêmement puissante et réaliste,
    semble comporter une sorte de progression,
    et on est vite hors de soi, en roue libre ,
    comme baisé divinement si on s’applique comme il faut,
    une période de temps suffisante ainsi comme reproduisant les coups de rein d’un acte sexuel
    des allers et venues soutenus mais variés
    pourraient déboucher sur des résultats étonnants
    à présent que tout chez moi, est encore monté de quelques degrés
    avec la lenteur assumée et puis appliquant aussi à nouveau
    l’alternance de moments yeux fermés, yeux ouverts,
    les résultats pourraient être explosifs,
    une copulation, un coït, vécu à l’autre bout de la queue en érection,
    avec explosion finale peut-être ,
    qu’il vienne, qu’il me laboure, qu’il s’enfonce en moi
    jusqu’à ce que je n’y tienne plus et jouisse comme une possédée,
    on va voir cela,
    je vais faire comme cela demain ou peut-être encore ce soir si je ne suis pas trop fatigué,
    au travail on est à nouveau sous stress maximal
    et je rentre comme vidé de la substance de mon cerveau chez moi le soir

    #31779
    AvatarEnvole
    Participant

    Hello @bzo,

    petit message pour te dire que je suis totalement d’accord avec toi :

    la différence selon mon expérience entre un orgasme et l’extase,
    c’est que l’orgasme est une puissance à peu près obstinément verticale,
    c’est une fusée en quelque sorte,
    elle décolle, elle monte, elle monte,
    elle peut faire quelques zigzags, beaucoup d’embardées,
    elle cherche avant tout à monter le plus haut possible
    l’extase est une puissance plus tranquille, plus exotique, plus dépaysante
    elle va nous faire décoller aussi bien sûr
    mais son vol est loin d’être vertical,
    c’est une montée en biais, de plus en plus en biais au plus on monte,
    on a l’impression en fait de voyager à l’horizontal,
    de s’enfoncer de plus en plus dans un autre ciel, de s’éloigner de tout, de nous,
    et même du ciel finalement,
    monter ici, c’est s’éloigner de plus en plus de tous repères sans avoir l’impression de monter,
    c’est faire un avec la ligne d’horizon,
    un divin subterfuge de nos abysses

    Personnellement je ne connais principalement que l’extase, et c’est à peu près ce que je ressens en la vivant !!! Un état limbique si agréable, si en dehors… 🙂
    D’autre part, tu écrivais ça

    la question maintenant c’est jusqu’où je peux faire monter l’intensité ainsi, rien qu’avec les cuisses?
    parce que les nuances à l’infini, c’est bien
    mais il faut aussi que cela devienne de plus en plus intense, de plus en plus fou,
    que je sois arraché à moi-même, projeté vers des rives inconnues,
    que le délire s’installe

    mais en même temps ainsi, je sens le féminin en moi tellement épanoui, tellement déployant ses ailes,
    tellement dense et léger en même temps dans ma chair,
    que j’ai du mal à croire qu’il n’y ait pas moyen ainsi, uniquement avec les cuisses,
    d’obtenir l’escalade, le crescendo qui me fait décoller,
    je crois que c’est juste peut-être que je manque de patience,
    peut-être dois-je me ré-habituer à des séances plus longues, une heure et demie au moins
    pour aussi ainsi obtenir les grandes envolées

    Pour ma part, les séances aujourd’hui durent environ deux heures. Tout le début est un échauffement, comme on réchaufferait un appartement froid avant de pouvoir s’y détendre, ça reconnecte un peu toutes les zones érogènes, et ensuite, les montées peuvent se produire de façon libre, de plus en plus haut, jusqu’à des moments d’orgasme parfois (assez courts dans mon cas, mais de plus en plus libres et spontanés en ce moment, c’est bien agréable !!!), et avec toujours plus d’inventivité sur les sensations d’extase…Principalement aujourd’hui j’ai la délicieuse impression qu’une main, celle d’un bel inconnu bien sûr, me masturbe le clitoris, et j’adore ça !!!! Je me sens comme une machine d’amour prête à suivre et à démultiplier dans le plaisir tous les mouvements de la main habile et inventive qui l’active 🙂

    Tout le meilleur, à bientôt 🙂
    Naomi

    #31784
    AvatarEnvole
    Participant

    j’en n’en finis pas d’être surpris à quel point le plaisir
    pourtant capable de rugir avec une puissance inouïe,
    capable de monter sur ses grands chevaux,
    qui semble prêt à tout instant à rouler comme un séisme,
    finalement fait preuve d’une délicatesse et d’attentions inouïes
    pour produire cette mosaïque de nuances se renouvelant sans cesse

    Mmmm magnifique, bravo…

    #31785
    AvatarEnvole
    Participant

    je me fais l’effet par moments d’être un musicien penché sur son instrument,
    tout absorbé par l’obtention de délicates, de fines harmonies,
    un doigt un peu plus décalé, une cuisse pressant un peu plus une couille
    et déjà la sensation a totalement changée,
    mon dieu que c’est puissant, comme c’est bon
    d’être ainsi empli de tellement de frissons, de chaleur ondulante
    et puis comme je le répète sans cesse,
    cette sensation de courbes sensuelles dansant partout en moi,
    liane lascive jusqu’au fond de l’âme,
    danse lente, danse de l’amour, je me colle à l’infini de tout mon être

    Je ne sais pas pourquoi, peut-être est-ce l’idée de la Renaissance que tu évoquais plus tôt, mais je te vois jouer de la viole de gambe…peut-être est-ce aussi un jeu de mot inconscient 🙂

    #31786
    bzobzo
    Participant

    Personnellement je ne connais principalement que l’extase, et c’est à peu près ce que je ressens en la vivant !!! Un état limbique si agréable, si en dehors…

    chère @envole, oui moi aussi essentiellement de longues extases, en fait à peu près toute ma séance une fois que je suis échauffé, pour reprendre ton expression, est une longue et délicieuse extase
    avec toute cette onctuosité, cette volupté d’une qualité ineffable qui m’emplit, qui me fait naviguer

    cependant je suis un ogre quelque part et je veux le beurre, l’argent du beurre, la crémière,
    la crèmerie, les vaches, le pré, enfin tout
    en d’autres mots, je veux pouvoir avoir aussi des orgasmes (ça j’ai de temps en temps)
    mais en avoir plus régulièrement
    mais surtout des super O au féminin,
    je sais qu’ils existent, plusieurs fois j’ai été sur le point d’être envahi, emporté
    par une vague monstrueuse,
    je veux pouvoir vivre cela
    et je crois que cela nécessite plus d’animal, plus de coïtal,
    en tout cas de l’alternance

    comme quand on fait l’amour avec un ou une partenaire,
    on ne reste pas constamment sur un rythme rêveur, flottant sur de la soie,
    emporté(e) par des volutes onctueuses,
    on accélère aussi, on devient plus vigoureux dans ses coups de rein,
    un peu de brutalité même de temps à autre,
    endiable les sensations, les ensauvage,
    galoper, rugir, éveiller une tempête,
    alterner les rythmes, la puissance des pressions, des frottements, varier les caresses,
    griffer, tordre la chair de temps en temps aussi

    il y a moyen , je le sens, j’essaie d’élargir au maximum le spectre,
    aller plus loin, toujours plus loin en de lointaines galaxies voluptueuses rarement explorées

    grosses bises et bonne journée,
    je dois courir, je suis déjà en retard

    #31787
    AvatarEnvole
    Participant

    quelle séance, mes amis,
    j’ai bien du faire quatre, cinq heures presque d’affilée,
    d’interminables séquences où je ne pouvais plus m’arrêter pendant des dizaines de minutes
    tellement cette intensité s’était logée en moi,
    comme vissée en moi, se vissant toujours plus en moi,
    se vissant toujours plus profondément en moi

    Ouaouh !!!!! Quatre à cinq heures !!!! Mais ce sont des durées tantriques !!!! Bravo !!!
    Je ne sais pas si tu ressens ça, mais de mon côté, ce sont comme les vagues d’un océan : toujours plus longues, toujours plus hautes, toujours plus fortes…La séance commence, et elles sont petites, au bout d’un moment elles sont plus intenses…Et quand elles retombent, on a le choix : soit on arrête et on revient à sa vie sociale…Soit on reprend une vague en sachant qu’elle nous portera plus haut et qu’elle nous tiendra plus longtemps que la précédente !!! Alors là je pense on prend conscience de l’étirement du temps, où une heure de plaisir nous paraîtrait a priori une durée longue, mais en fait ça peut ne faire qu’une petite séquence d’une histoire beaucoup plus développée…Je pense qu’on peut même faire une nuit d’amour… !!!! Bonne journée 🙂

    #31790
    AvatarEnvole
    Participant

    comme il y a moyen de s’aimer physiquement,
    c’est plus parfait, plus riche, plus fort et bien plus long
    que n’importe quel résultat qu’il y a moyen d’atteindre en couple pour un homme
    mais bon bien sûr, il n’y a pas que cela qui compte,
    quand l’autre est hors de nous,
    dans une autre chair meut par une autre volonté, une autre sensibilité,
    on dédouble les univers qui se rencontrent, les univers qui s’entremêlent,
    on les multiplie à l’infini en fait
    si on a en soi suffisamment de richesses et notre compagne ou notre compagnon aussi

    un ou une autre nous offre quelque chose que nos abysses, ne pourront jamais nous offrir,
    une autre chaleur, un autre souffle,
    toute la complexité verticale d’un autre univers enfoui dans un corps,
    sans quoi cela fait longtemps
    qu’on resterait pour le plaisir sexuel, chacun dans son coin
    et on se rejoindrait que pour procréercomme il y a moyen de s’aimer physiquement,
    c’est plus parfait, plus riche, plus fort et bien plus long
    que n’importe quel résultat qu’il y a moyen d’atteindre en couple pour un homme
    mais bon bien sûr, il n’y a pas que cela qui compte,
    quand l’autre est hors de nous,
    dans une autre chair meut par une autre volonté, une autre sensibilité,
    on dédouble les univers qui se rencontrent, les univers qui s’entremêlent,
    on les multiplie à l’infini en fait
    si on a en soi suffisamment de richesses et notre compagne ou notre compagnon aussi

    un ou une autre nous offre quelque chose que nos abysses, ne pourront jamais nous offrir,
    une autre chaleur, un autre souffle,
    toute la complexité verticale d’un autre univers enfoui dans un corps,
    sans quoi cela fait longtemps
    qu’on resterait pour le plaisir sexuel, chacun dans son coin
    et on se rejoindrait que pour procréer

    Comme tu as raison !!! ça montre toute l’ampleur du progrès qu’on pourrait encore faire collectivement, si les êtres humains savaient collectivement à quel point l’amour peut être infini…Comme quoi l’humanité a encore beaucoup de marges de progression !!!

    #31791
    AvatarEnvole
    Participant

    comme il y a moyen de s’aimer physiquement,
    c’est plus parfait, plus riche, plus fort et bien plus long
    que n’importe quel résultat qu’il y a moyen d’atteindre en couple pour un homme
    mais bon bien sûr, il n’y a pas que cela qui compte,
    quand l’autre est hors de nous,
    dans une autre chair meut par une autre volonté, une autre sensibilité,
    on dédouble les univers qui se rencontrent, les univers qui s’entremêlent,
    on les multiplie à l’infini en fait
    si on a en soi suffisamment de richesses et notre compagne ou notre compagnon aussi

    un ou une autre nous offre quelque chose que nos abysses, ne pourront jamais nous offrir,
    une autre chaleur, un autre souffle,
    toute la complexité verticale d’un autre univers enfoui dans un corps,
    sans quoi cela fait longtemps
    qu’on resterait pour le plaisir sexuel, chacun dans son coin
    et on se rejoindrait que pour procréercomme il y a moyen de s’aimer physiquement,
    c’est plus parfait, plus riche, plus fort et bien plus long
    que n’importe quel résultat qu’il y a moyen d’atteindre en couple pour un homme
    mais bon bien sûr, il n’y a pas que cela qui compte,
    quand l’autre est hors de nous,
    dans une autre chair meut par une autre volonté, une autre sensibilité,
    on dédouble les univers qui se rencontrent, les univers qui s’entremêlent,
    on les multiplie à l’infini en fait
    si on a en soi suffisamment de richesses et notre compagne ou notre compagnon aussi

    un ou une autre nous offre quelque chose que nos abysses, ne pourront jamais nous offrir,
    une autre chaleur, un autre souffle,
    toute la complexité verticale d’un autre univers enfoui dans un corps,
    sans quoi cela fait longtemps
    qu’on resterait pour le plaisir sexuel, chacun dans son coin
    et on se rejoindrait que pour procréer

    Comme tu as raison !!! ça montre toute l’ampleur du progrès qu’on pourrait encore faire collectivement, si les êtres humains savaient collectivement à quel point l’amour peut être infini…Comme quoi l’humanité a encore beaucoup de marges de progression !!!

    #31792
    AvatarEnvole
    Participant

    Je crois qu’il y moyen d’obtenir des ondes sexuelles mâles pour les ébats
    qui mêlées aux vibrations de la prostate, vont former un flux délicieux d’une puissance incomparable,
    c’est magique à tellement de point de vue,
    les deux pôles masculin et féminin en nous,
    vivre leur corps à corps amoureux en nous

    Alors, j’ai trouvé un moyen d’utiliser la stimulation de l’énergie sexuelle masculine : dans certains moments de plaisir prostatique, alors que mon pénis n’est pas en érection (il ne l’est quasiment jamais, mais bon, la précision est importante !) je m’imagine exerçant une activité de masturbation intense et frénétique sur un pénis en érection. Le résultat est que ça accélère le processus de progression vers le shoot de lumière qui précède l’éjaculation masculine. Mais comme il n’y a pas vraiment érection, ni masturbation, ni éjaculation, le processus est réutilisable à l’envi à l’infini !!!

    #31793
    AvatarEnvole
    Participant

    j’ai pu constater qu’en pressant simplement légèrement la base de ma verge,
    les doigts reposant sur mon pubis
    et en effectuant ainsi des va et vient réguliers,
    la sensation de pénétration est extrêmement puissante et réaliste,
    semble comporter une sorte de progression,
    et on est vite hors de soi, en roue libre ,

    Ouiiiiii !!! Chez moi ça marche très bien !!!
    Récemment j’ai compris qu’en fait c’est un autre point de stimulation de la prostate, par le dessus, mais comme c’est à l’endroit du clitoris féminin, c’est encore plus troublant !!!

    Beaucoup de plaisir encore à toi pour la suite de tes explorations !!!

    Naomi

    #31794
    bzobzo
    Participant

    Ouaouh !!!!! Quatre à cinq heures !!!! Mais ce sont des durées tantriques !!!! Bravo !!!

    ce n’était pas totalement en continu tout de même,
    j’ai pris le temps à un moment donné de venir écrire un message ici

    en fait j’ai surtout eu la sensation très forte d’une continuité ce soir-là,
    c’était fractionné, toute une série de séances au lit, plus ou moins longues,
    une demie heure, une heure et puis deux heures pour terminer si je me souviens bien,
    entrecoupées par des moments devant l’ordinateur
    mais où je me donnais aussi beaucoup de plaisir assis dans mon fauteuil,
    les sensations, la tension sexuelle étaient constamment là,
    j’ai eu cette impression puissante de continuité
    comme si cela avait été une seule longue séance

    la tension sexuelle abolissait quelque part le temps,
    reliait les secondes entre elles

    #31795
    bzobzo
    Participant

    Comme tu as raison !!! ça montre toute l’ampleur du progrès qu’on pourrait encore faire collectivement, si les êtres humains savaient collectivement à quel point l’amour peut être infini…Comme quoi l’humanité a encore beaucoup de marges de progression !!!

    cela montre surtout, à mes yeux,
    qu’on a tout ce qu’il faut en nous pour faire l’amour tout seul

    dans l’absolu, avec une richesse, une variété et une intensité
    qu’on ne peut guère espérer avec un ou une partenaire

    sans même parler de cette capacité qu’on a en nous, enfin ce que j’appelle ainsi,
    de vivre notre plaisir au féminin, nous autres hommes, avec notre prostate
    qui nous ouvre les portes de royaumes tellement plus riches, tellement plus vastes

    mais ce sont des plaisirs en solitaire,
    dans l’absolu ils ont la possibilité de devenir plus puissants, plus riches, plus variés
    donc que tout ce qu’on peut espérer de l’amour physique avec un ou une partenaire
    mais on ne vit pas dans l’absolu,
    avoir une autre chair collée à nous, une autre chair bouger, vivre tout contre la notre,
    un autre souffle se mêlant au notre, d’autres mains, un autre sexe complètement indépendant de nous,
    c’est bien sympathique aussi
    et cela procure d’autres sensations, d’autres plaisirs
    qui même si dans l’absolu, ne sont pas aussi intenses, aussi riches, aussi variés,
    pour reprendre toujours les mêmes épithètes,
    néanmoins nous font vivre une expérience sexuelle dans l’altérité,
    avec une autre chair habitée par une autre personne

    deux univers qui vont se chercher,
    qui vont chercher à éprouver du plaisir ensemble,
    même malhabilement, même plus brièvement
    (ce sera toujours plus malhabile et plus bref que tout seul,
    une fois qu’on est très avancé dans sa pratique en solitaire)

    c’est complémentaire en fait quelque part,
    l’amour physique avec un ou une autre, pour moi qui ne l’ai plus pratiqué depuis quelques années,
    me manque mentalement,
    même s’il ne me manque pas physiquement
    car physiquement je suis plus que satisfait par ma pratique intensive en solitaire

    enfin, c’est comme cela que je vois les choses,
    l’une des pratiques , ne remplacera jamais l’autre,
    moi qui ne pratique plus l’amour charnel depuis quelques années avec d’autres personnes,
    cela me manque, je ne vais pas mentir là-dessus,
    même si physiquement je me sens totalement comblé dans ma chair

    et puis les gens qui ont une sexualité dite normale,,
    eh bien ils ne connaîtront jamais tous ces univers parallèles,
    cette richesse sexuelle, cette ouverture, cette forme d’épanouissement
    que nous apportent notre pratique mêlant prostate et d’autres moyens
    qui peut confiner , converger, vers des formes de spiritualisme, tantrisme, etc

    un jour peut-être tout cela sera proposé à l’école
    ou en tout cas beaucoup plus facile d’accès, parfaitement informé,
    sans tabous, ni préjugés,
    ce sera très certainement un monde beaucoup plus tolérant, libre et ouvert d’esprit,
    avec des gens ayant une sexualité beaucoup plus libre, épanouie, riche,
    où l’homophobie et autre discrimination de ce type, sera rare,
    le fait de quelques déséquilibrés

    mais c’est un monde que ni toi, ni moi , ne connaîtront,
    c’est pas de l’utopie, je ne crois pas,
    on y arrivera lentement, très lentement

    #31796
    bzobzo
    Participant

    je m’imagine exerçant une activité de masturbation intense et frénétique sur un pénis en érection.

    hum, moi je n’imagine jamais rien, mon moi pensant est en veilleuse la plupart du temps,
    je voyage dans mon corps, je fais corps avec ma chair,
    imbibé des sensations
    ou carrément dérivant à des années-lumière , emporté par la volupté, les extases, vers des galaxies lointaines,
    couché sur le sable chaud de planètes inconnues,
    pénétré de partout doucement,
    par le vent, le soleil, le ciel, le sable, l’océan

    #31797
    bzobzo
    Participant

    Ouiiiiii !!! Chez moi ça marche très bien !!!
    Récemment j’ai compris qu’en fait c’est un autre point de stimulation de la prostate, par le dessus, mais comme c’est à l’endroit du clitoris féminin, c’est encore plus troublant !!!

    prostate? peut-être, c’est vrai que chez moi aussi elle est devenue tellement sensible,
    elle vibre si facilement

    moi j’ai la sensation surtout qu’avec l’afflux d’ondes mâles
    éveillées par le contact de la base de la verge et du pubis,
    en combinaison avec les coups de rein, les contractions
    qui simulent la pénétration, les va et vient du mâle pénétrant avec sa verge
    et puis chez moi, les contractions qui font tellement fortement vibrer ma prostate,
    tout cela mêlé , crée une sensation de pénétration d’une telle puissance, d’une telle richesse,
    c’est à vous couper le souffle, le pussy est aux anges,
    je sens mes entrailles se tordant de plaisir,
    toutes les cellules de mon bassin déchaînées, sans dessus sans dessous,
    chaque montée de l’engin semble provoquer des déchirures tellement plaisantes en nous
    par où s’engouffrent des vagues de chaleur, des vagues de frissons, d’onctuosité,
    des vagues d’animalité torride

    et puis aussi, surtout même, ce qui rend tout cela encore plus délicieux,
    la cerise sur le gâteau, je trouve,
    c’est qu’on se sent pénétré par son propre sexe ,
    avec toutes ces ondes mâles provenant de nos parties génitales,
    donc la sensation de se faire l’amour est d’une puissance incroyable

    c’est très animal aussi, on fait cela un peu vigoureusement, un peu brutalement même
    et c’est une sensation de coït, de copulation, assez irrésistible,
    je me sens en rut, en chaleur , possédé, dans tous les sens du terme

    Beaucoup de plaisir encore à toi pour la suite de tes explorations !!!

    à toi aussi, chère Naomi

    #31798
    bzobzo
    Participant

    comme je les attends ces moments le soir dans mon lit,
    j’allais écrire, seul dans mon lit
    mais suis-je vraiment seul?
    oui bien sûr seul mais tellement démultiplié, tellement métamorphosé,
    chamane éveillant des sortilèges dans ma chair

    la volupté vient comme une marée d’équinoxe,
    les grandes, les puissantes vagues, irrésistiblement galopent en moi,
    envahissent la moindre de mes cellules
    et mes gémissements comme des caresses vocales, sortent par ma gorge,
    enflamment mes oreilles, enflamment l’atmosphère

    il n’y a que ce chant d’amour et d’érotisme qui m’intéresse,
    ce doux et impérieux élan qui m’enveloppe tout entier,
    qui semble naître dans mon sang,
    dans les profondeurs de mon sang,
    dans le rouge sombre de mon sang

    je pose mes mains sur la peau de l’amante,
    je caresse ses courbes, ses formes sublimes,
    tant de lascivité, tant de langueur sensuelle dans ses mouvements,
    je remonte quelques doigts dans sa fente, comme cela la fait gémir,
    je la sens s’agiter comme empalée de plus en plus
    au fur et à mesure que la main gagne du terrain, s’enfonce en elle,
    ses petits cris aigus de poupée désarticulée qui s’agite de plus en plus sur les doigts qui la fouille,
    elle vient, je la sens venir, une coulée de lave la traverse, s’attarde ,
    elle se lâche, comme elle se lâche,
    une masse torride et frissonnante, mouvant lentement dans son ventre

    et puis comme cela frotte partout, des chats ont été lâché dans tous les coins,
    ils sont heureux, ils ronronnent, ils viennent se frotter avec insistance contre le moindre recoin de chair ,
    cela palpite de tous les côtés, cela frémit de tous les côtés,
    le bonheur est dans le pré, cours y vite, cours y vite, oh temps, suspends ton vol un instant,
    laisse-moi jouir encore de ce moment divin,
    de ces moments si divins, si légers, si ineffables,
    de cette lente extase qui s’est ouverte comme une fleur géante en moi
    et qui s’est installée en moi

    laisse-moi flotter au rythme de ces caresses lentes, de ces courbes arpentées,
    de cette raideur prononcée qui comme un baroudeur sans se poser de questions,
    s’enfonce dans mon ventre, ressort, replonge, inlassablement,
    dégoupille mon délire

    cela s’emballe de tous les côtés,
    se faire l’amour, se faire l’amour, se faire l’amour,
    comme j’aime écrire ses mots, ils parlent tellement à ma chair,
    ils parlent tellement à ma peau, à mon bassin,
    j’en frissonne intérieurement
    et dans mon anus-pussy, cela se met à chatouiller un peu,
    rien que d’écrire ses mots,
    se faire l’amour

    #31801
    bzobzo
    Participant

    chaque jour, c’est la même chose,
    chaque jour, je suis toujours aussi ébloui,
    chaque jour je suis toujours aussi enchanté,
    chaque jour, c’est un petit miracle qui s’accomplit dans ma chair

    chaque jour, je parviens à mieux faire chanter mon corps,
    chaque jour, je parviens à mieux communier avec lui,
    chaque jour, de sublimes enlacements, des corps à corps amoureux,
    un embrasement voluptueux en moi

    volupté riche, volupté épanouissante,
    volupté tellement nourrissante, tellement rafraîchissante,
    au début, toute ma chair semble une gorge desséchée
    mendiant pour échapper au dessèchement de la soif
    et après quelques gestes, quelques caresses, quelques contractions,
    quelques mouvements de tout le corps en mode liane lascive,
    me revoilà sur les rails, roulant à tombeau ouvert,
    loin de moi la soif pendant quelques instants,
    voilà les moments de luxuriance, voici les moments d’abondance, les moments de bombance,
    la table est mise, des mets inouïs sont apparus comme par miracle

20 sujets de 281 à 300 (sur un total de 310)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.