20 sujets de 81 à 100 (sur un total de 310)
  • Auteur
    Articles
  • #29491
    bzobzo
    Participant

    superbe séance au lit en aneroless, une heure plus ou moins

    avec désormais ces vraies ondes sexuelles mâles
    fournies par mes parties génitales qui participent pleinement, constamment, à mes ébats,
    le féminin en moi a pris un tel essor, s’est tellement épanouit

    quelle onctuosité partout en moi, un nectar onctueux coule lentement partout,
    ma chair n’a jamais connu pareille félicité, pareil baume
    cette sensation d’épanouissement, cette sensation d’incroyable bien-être à chaque instant,
    je n’étais que chrysalide jusqu’ici

    pareille reconversion de mon sexe, il reste tout mou entre mes doigts
    pourtant quelque part, il est tout dur, il est dressé, il est en pleine action,
    je sens ses ondes emplir mon pussy,
    ils me font pousser des ailes, je deviens léger comme jamais, je lévite,
    c’est l’hymne à la joie dans mon sang

    changeons un peu,
    j’approche mes doigts de mon anus-pussy un peu lubrifié,
    j’erre à l’entrée,
    je laisse une lente contraction venir à la rencontre de mes bouts de doigts,
    de mes petites souris d’amour qui bougent à gauche, qui bougent à droite,
    elles ne s’effraient pas du gros monstre qui se rapproche d’eux comme une grosse vague,
    au dernier instant il les enveloppent affectueusement, précautionneusement,
    les emmaillotent de muscles puissants, prêts à frémir et à faire frémir,
    ils ne forment plus qu’un dans mon fondement-pussy,
    une ogive d’amour, une longue forme me pénétrant, remontant en moi,
    s’enfonçant dans ma chair,
    provoquant des petits séismes partout sur son passage,
    le temps de leur union

    #29495
    bzobzo
    Participant

    rien de tel que de s’offrir un peu de plaisir avant le travail,
    rien de tel que de s’offrir un peu de plaisir durant le travail,
    rien de tel que de s’offrir beaucoup de plaisir après le travail

    rien de tel que de s’offrir du plaisir à tout moment de la journée, de la nuit

    rien de tel que de s’offrir du plaisir

    #29567
    bzobzo
    Participant

    j’emploie le mot de plaisir
    mais ces derniers temps, mon plaisir a tellement changé de nature
    il faudrait que j’emploie plutôt le mot bien-être pour qualifier ce que j’éprouve,
    je suis empli de vagues de bien-être, pour reprendre un mot que j’utilise beaucoup ces derniers jours,
    par une extraordinaire onctuosité qui se meut lentement en moi

    et mon anus-pussy, c’est comme un pot de confiture entre mes jambes,
    quand j’y mets le doigt, j’ai l’impression de touiller dans un pot de confiture

    ce matin , je me suis éveillé très tôt, alors plutôt que d’essayer de me rendormir
    comme hier je me suis couché très tôt, vers 23h alors que d’habitude je me mets au lit vers 2h du matin,
    je me suis dit que je vais me faire une petite séance

    c’est encore les effets de la canicule, avant-hier a été la dernière journée de grande chaleur
    mais aussi la plus étouffante et j’ai très mal dormi
    et puis j’ai peu pratiqué aussi ces derniers jours, le moindre mouvement me mettait en nage,
    alors ma façon très active, avec beaucoup de mouvements, beaucoup de caresses,
    beaucoup de passion,
    par cette chaleur je n’avais plus trop envie,
    donc ce matin quand je me suis éveillé vers 5h du matin, je me suis dis,
    c’est le moment pour s’offrir une séance

    le plaisir est monté tellement progressivement, cette sensation de bien-être,
    d’épanouissement du féminin en moi, d’épanouissement de la chair en moi,
    c’est comme un orchestre symphonique où chaque instrument progressivement entrait dans la danse
    et peu à peu c’est une musique riche, dense qui s’élevait de tous les côtés,
    chacun jouant la même partition mais apportant quelque chose de différent, des tonalités autres
    tout en contribuant à l’harmonie générale

    cette douceur, cette onctuosité, un avant-goût de paradis,
    depuis que le pôle mâle est activé en moi et que j’ai ces ondes sexuelles masculines
    qui viennent dans mon anus-pussy,
    le féminin peut tellement prendre son envol,
    cette sensation de bien-être dans ma chair, de légèreté ineffable,
    ce matin j’ai eu un orgasme,
    la sensation de bien-être devenait de plus en plus intense
    mais tellement progressivement, j’étais lentement soulevé, arraché à ce corps,
    je m’éloignais, je sentais qu’il continuait à nager dans cette mer onctueuse
    mais moi j’étais comme une capsule détachée de la fusée porteuse,
    je dérivais quelque part en altitude

    et puis chacun de mes mouvements faisait comme bouger une mer en moi,
    je bougeais un peu la jambe et c’était comme un liquide en moi se mettait en mouvement,
    je sentais la courbe des vagues, elles dansaient en moi,
    elles s’entrechoquaient doucement, s’enlaçaient, se serraient, glissaient l’une contre l’autre,
    sensation de douceur, de puissance et d’harmonie,
    le féminin bourgeonné, en fleur, sous le ciel affichant ses couleurs,
    frémissement généralisé dans mes cellules, toutes ces pétales frissonnant,
    quel miel, quel nectar dans ma chair

    je dois m’arrêter, il faut que j’aille travailler
    mais ce soir, les températures seront plus clémentes pour d’autres aventures délicieuses

    #29596
    bzobzo
    Participant

    je viens juste écrire quelques mots
    et jeter un coup d’œil sur internet pour vérifier si le monde est encore bien là
    mais je vais expédier cela vite fait, bien fait
    car j’ai trop envie de continuer avec cette séance délicieuse
    que j’ai entamée il y a une heure,
    je ne m’en lasse pas,
    comment se lasser de cette voluptuosité douce mais puissante
    si naturelle, si simple à obtenir,
    on se laisse aller, on s’ouvre, on se rend, on ne pense plus à rien
    et on laisse son corps s’aimer, on se laisse prendre,
    on se prend, on prend ce corps qui s’ouvre, qui se laisse aller, qui se rend,
    pour qu’on le prenne,
    il y a si peu à faire,
    c’est un cercle d’énergie, on lance la boucle
    et elle tourne d’elle-même,
    de temps à autre, on relance un peu

    ce soir, l’alternance moment yeux ouverts, moments yeux fermés
    fonctionne particulièrement bien,
    quand cela s’enchaîne sans un accroc comme cela, c’est un tel atout à notre plaisir,
    je ne le répeterais jamais assez,
    le plaisir yeux ouverts est radicalement différent du plaisir yeux fermés,
    l’un est plus feutré, goûté intérieurement, plus riche, plus sophistiqué,
    l’autre est plus brut de décoffrage, plus direct, plus extériorisé,
    alterner les deux, c’est avoir le meilleur des deux mondes

    la difficulté étant les enchaînements, aujourd’hui je les réussis sans problème
    et l’intensité du plaisir en ait grandement accru,
    d’une façon tout à fait originale,
    c’est presque à un plaisir nouveau auquel on a droit
    car comme en chimie où le mélange de certains produits
    provoque des réactions en chaîne qui vont donner naissance à un composant
    qui n’est pas simplement l’addition des composants d’origine
    mais à quelque chose de nouveau avec des propriétés n’existant ni chez l’un, ni chez l’autre

    donc ce soir, l’alternance fonctionne parfaitement, je suis aux anges

    autre chose,
    je ne touche plus avec les mains mes parties génitales,
    je laisse ce soin entièrement à mes cuisses pour l’instant,
    laissant mes mains libres d’errer à leur guise
    ou de s’aventurer dans mon pussy bien lubrifié
    qui attend avidement que quelques doigts viennent le fourrager de temps à autre

    bon, assez écrit,
    j’y retourne,à plus tard, libertins et libertines
    foutez bien, foutez beaucoup
    vous-même ou quelque d’autre

    #29597
    bzobzo
    Participant

    je prend une nouvelle pause pour venir écrire,
    cela ne me pose pas de problème, je peux reprendre les ébats quand je veux,
    l’excitation sera retombée un peu
    mais en quelques minutes je serais déjà au même niveau de tension sexuelle que quand j’ai arrêté,
    j’ai une nature généreuse, ma chair a bonne mémoire
    pour les bonnes comme pour les mauvaises choses
    mais cela c’est une autre histoire

    je ne suis pas loin d’acquérir une incroyable liberté dans ma façon de pratiquer en aneroless au lit,
    cela devient de plus en plus une improvisation complète, irréfléchie
    mais qui n’a rien à voir avec une cacophonie
    mais alors vraiment rien

    la technique nous libère, la richesse technique nous libère,
    il fut un temps où avec toutes mes découvertes, je ne parvenais à générer qu’un capharnaüm
    et je perdais toute spontanéité, mon instinct était bridé,
    c’était il y a pas si longtemps avec mes micro-séances
    où j’expérimentais « la main par devant », « la main par derrière »,
    l’alternance de moment yeux ouverts, moments yeux fermés,
    les mains utilisées autrement que pour caresser,
    griffant, pinçant, pressant, tordant,
    j’essayais de les combiner, de les faire travailler ensemble

    la main par devant s’est transformée, dorénavant j’active avec mon pôle masculin,
    c’est encore la dernière chose que je dois encore apprendre à maîtriser
    le cycle d’activation du pôle masculin est plus complexe qu’il n’y parait,
    il ne suffit pas d’y aller constamment avec la main saisissant aveuglément, pressant,malaxant, frottant,
    c’est ce que j’ai fait ces derniers jours
    mais il y a moyen de faire mieux, beaucoup, beaucoup mieux,

    le cycle complet d’activation des ondes sexuelles mâles
    a des phases, elle ne doit pas être constamment à son maximum,
    il doit varier en intensité d’injection des ondes mâles
    mais aussi être nuancé,
    donc la main peut prendre directement tout l’appareil
    mais peut aussi juste effleurer, frotter légèrement
    mais aussi alterner le toucher avec la main avec celui des cuisses,
    cela change radicalement les couleurs des sensations, les nuances,
    les endroits on touche, leur pression, la surface de pression,
    bref il y a toute une richesse des ondes mâles qui se créent,
    tout bénéfice pour le pussy

    mais pour que le cycle soit complet et la liberté totale,
    je l’ai compris il y a quelques instants,
    il y a la main, les cuisses et puis rien aussi,
    ne plus toucher du tout pendant un laps de temps plus ou moins long,
    ne plus injecter donc d’ondes mâles

    on peut éventuellement être occupé avec la main droit dans le pussy directement,
    butinant, frottant, touillant dans cet endroit divinement électrifié
    mais aussi pas là non plus,
    juste rester concentré sur le travail des mains et des contractions,
    ce que j’appelais avant l’aneroless 100% pur,
    c’est étonnant comme c’est puissant ainsi en alternance avec tout le reste,
    les mains ne touchent plus au pussy, ni aux parties génitales pendant un certain temps,
    là aussi c’est l’alternance des types de sensations qui électrifient,
    on passe brusquement aux sensations rien qu’avec les caresses et les contractions,
    sans tout ce qui est éveillé par le contact du anus-pussy ou des parties génitales,
    la transition est délicieuse
    et est tout à fait électrifiante, aucune chute de tension sexuelle

    je donne ainsi à mon corps toujours plus de moyens de s’exprimer,
    toujours plus de liberté
    et au féminin toujours plus de capacité à s’envoler plus haut, plus loin

    donc désormais j’utilise tous mes petits trucs, mes découvertes citées plus haut,
    cela vient tout seul, au gré de l’inspiration, du désir,
    mon corps s’en sert, tantôt pince, tantôt griffe, tantôt caresse,
    tantôt la bassin danse, les cuisses frottent, serrent mes parties,
    tantôt ce sont les mains qui viennent frotter,
    une main vient par derrière, mes doigts s’enfoncent dans ma petite caverne d’amour,
    jouent à l’entrée, j’ouvre les yeux, je les referme,
    enfin tout, absolument tout, cela crée de la richesse de sensations,
    cela crée du plaisir,
    avec une liberté incroyable,
    je n’ai pas besoin de réfléchir,
    mon corps tout d’un coup a envie de sentir mes ongles s’enfoncer dans mon flanc,
    eh bien voilà c’est fait,
    tout est permis, absolument tout est permis
    et le féminin s’envole, déploie ses ailes géantes multicolores,
    m’emmenant au pays magique, au pays des sorcelleries

    astalavista,
    les fendues et les pointus,
    je vous aime,
    un jour il faudra qu’on organise une partouze géante
    avec tous les membres de la communauté qui s’enfileront joyeusement,
    euh peut-être pas, on risque d’avoir de mauvaises surprises,
    c’est peut-être mieux ainsi

    #29620
    bzobzo
    Participant

    trois délicieuses micro-séances à midi dans la petite salle de gym
    où il n’y a jamais que moi pratiquement,
    sur mon tapis de yoga je me suis donné du plaisir, beaucoup, beaucoup de plaisir

    avec toute ma technique qui est devenue tellement riche, telle variée,
    en quelques secondes, je suis déjà délirant de plaisir,
    mes deux pôles, masculin et féminin, activés en même temps,
    s’attirent, se cherchent, se repoussent, entremêlent, se démêlent,
    ce qui est sûr, c’est que cela fait des étincelles partout dans mon corps,
    des vagues d’étincelles, des nuages d’étincelles, des tourbillons d’étincelles,
    des tsunami d’étincelles, des tempêtes d’étincelles

    le sacré et le sexe, je comprends qu’on les accole,
    vraiment de plus en plus avec ce que je ressens, les états de transe que j’atteins,
    il y a là une proximité, dans l’absolu ils se rencontrent,
    dans le firmament ils se rejoignent

    ce soir, fais une petite séance très intéressante,
    toute cette richesse de façons de procédés de gestes, d’actions diverses,
    j’ai décidé d’essayer de tester ce que cela donne
    si je compartimente un peu

    assez rapidement j’ai déjà pu mettre au point deux protocoles,
    deux façons précises de procéder qui semblent très puissantes et consistantes,
    je suis très très excité,
    il s’agit de voir si c’est plus intéressant de pratiquer comme je l’ai fais hier,
    de façon anarchique, en laissant le corps faire tout ce qu’il a envie,
    mélangeant toute ma panoplie de techniques que j’ai mises au point

    ou bien s’il est plus intéressant donc de compartimenter,
    d’essayer de mettre au point des façons plus spécifiques de procéder,
    alors mes séances seraient constitués de séquences
    où je procéderais pendant quelques minutes avec une de ces façons spécifiques puis une autre,
    ainsi de suite

    les deux premiers protocoles mis au point,
    tous les deux ont comme caractéristiques de ne jamais toucher mes parties génitales avec les mains:

    la première façon,
    je ne touche pas non plus à mon anus-pussy, les mains caressent tout le reste du corps,
    le bas de celui-ci bouge beaucoup, pas forcément vite mais presque toujours en mouvement à partir des cuisses
    qui pour ainsi-dire, deviennent le principal interlocuteur de ma prostate,
    je bascule de gauche à droite en pressant les cuisses, les frottant l’un contre l’autre,
    les repliant vers mon tronc,
    mettant en mouvement aussi tout mon bassin
    et puis malaxant, pressant, frottant quasi sans cesse mes parties génitales
    et puis bien sûr toujours les contractions, indispensables pour activer ma prostate

    le plaisir obtenu ainsi est riche, consistant, des coloris, des nuances bien spécifiques,
    il y a moyen de rester ainsi très longtemps, le plaisir arrive, est là directement,
    monte en intensité, belle progression, irrésistible progressivité,
    il y a moyen d’obtenir vraiment beaucoup de variations,
    les cuisses et les mains sont en vedettes

    la deuxième façon mise au point,
    la main droite est presque constamment occupé avec mon pussy,
    jouant à l’entrée, effleurant la raie ou plus enfoncés, selon les moments
    et puis mes parties génitales sont tuckées,
    pour reprendre l’expression de notre chère @envole, mais où est-elle?
    nous aurait-elle lâchés?
    donc mes parties génitales derrière mes cuisses prisonnières consentantes,
    mis en pression ainsi constamment

    je bouge beaucoup moins dans cette façon de faire,
    les parties génitales constamment sous pression,
    il me suffit de faire les contractions et de laisser ma main droite jouer avec mon pussy,
    à part cela quelques lents mouvements de liane lascive dans le bassin et le tronc,
    et c’est bon je suis occupé, je suis délirant de plaisir là aussi très rapidement,
    là aussi des colorations tellement spécifiques du plaisir,
    tellement différentes de la manière que j’ai décrite juste avant

    ici en vedette la main droite avec mon pussy,
    les contractions se synchronisant fortement avec tout le mouvement de liane langoureuse
    qui berce mon bassin et mes genoux qui viennent constamment presser mes parties génitales

    je vais me regarder une petite série en me faisant un second thé
    et plus tard je retournerai au lit
    pour essayer de mettre au point un ou deux protocoles
    mais avec les mains cette fois-ci activant mon pôle masculin,
    cela va pas être bien difficile,
    la manière dont j’ai pratiqué pendant plusieurs jours
    où la main droite était constamment à malaxer, à frotter, à presser mes parties génitales,
    la main droite à son travail habituel autour de mes seins,
    constitue déjà en soi une façon

    il est probable que je vais essayer quelque chose du même genre
    que les deux façons avec les cuisses que j’ai mises au point,
    une avec la main s’occupant presque tout le temps de mon pussy,
    donc la main gauche s’occuperait de mes parties génitales,
    tout en effleurements, en pressions autour
    mais s’interdisant de toucher explicitement

    et puis une seconde manière touchant tout le temps explicitement
    mais ne touchant par contre pas du tout mon anus-pussy,
    on va tester cela tout à l’heure ce que cela donne

    si ces deux manières s’avèrent aussi intéressantes que les deux que j’ai déjà mises au point,
    cela me ferait quatre manières de pratiquer en aneroless
    que j’alternerai en séquences plus ou moins longues durant mes séances,
    vais voir si c’est plus intéressant ainsi
    plutôt que de laisser entièrement champs libre à mon corps,
    comparer en tout cas,
    rien n’empêche d’avoir des séances en improvisation complète
    où je laisse libre cours à mon corps
    et d’autres séances où j’alterne des séquences ainsi avec ces quatre manières de procéder
    que j’ai décrites plus haut

    #29624
    bzobzo
    Participant

    bon, c’étaient des bêtises tout cela.
    enfin pas des bêtises, il fallait sans doute l’essayer
    mais je suis revenu à ma façon de faire de hier,
    laisser faire le corps comme il veut, quand il veut,
    il me l’a imposé,
    j’ai voulu compartimenter comme décrit plus haut
    mais à un moment donné, ça a été plus fort que moi,
    j’ai recommencé à tout mélanger joyeusement

    la leçon de tout cela,
    je ne dois plus essayer d’imposer ma volonté, mes idées,
    juste expérimenter et donner à mon corps plus de techniques
    pour agrandir encore plus sa liberté, enrichir ses façons de faire

    ainsi les deux façons de pratiquer que j’ai décrit plus haut avec les cuisses,
    ce n’est pas perdu,
    je m’en sers abondamment désormais,
    sachant qu’il y a des sensations particulièrement délicieuses,
    spécifiques et riches
    en pratiquant plus précisément comme décrit plus haut
    avec ces deux techniques où les cuisses tiennent un rôle très important

    #29626
    bzobzo
    Participant

    il n’y a pas plus sublime sensation
    que de sentir en soi
    le masculin et le féminin qui ont décollé,
    qui volent ensemble parfaitement réunis

    lent vol plané fait frissonner inlassablement,
    plus rien d’autre n’existe que cette sensation de réunion,
    d’union parfaite,
    deux qui ne forment plus qu’un

    il a allumé la mèche,
    il allume la mèche, encore et toujours,
    des ailes sont apparues, des ailes ont grandi,
    des ailes se sont coloriées,
    des couleurs partout,
    les ailes se sont mises à battre lentement,
    il a sauté à bord,
    le féminin a pris le masculin sous son aile,
    ils ont décollés ensemble,
    ils volent ensemble

    cette onctuosité que je ressens partout en moi,
    cette onctuosité extraordinaire, chaude, vibrante,
    comme un animal soyeux, vivant, ronronnant,
    félin doux, se déplaçant lentement, se frottant à tout
    c’est leur vol plané,
    c’est leur vol heureux, ensemble

    emportez-moi avec vous,
    emportez-moi au loin sur ces rivages où plus rien n’existe
    que cette félicité d’être,
    que de cette félicité d’être vivant,
    d’être vivant avec ses abysses en fête, en liesse

    la vie est en liesse en moi,
    la vie est à la fête en moi,
    mes cellules chantent, mes cellules dansent,
    torrent calme, explosion riante,
    offrande dans ma chair,
    offrande dans ma chair de vie

    #29665
    bzobzo
    Participant

    ce matin, il y a quelques minutes,
    j’étais assis sur mon tabouret de cuisine en train de manger, nu comme un ver,
    j’en ai pris l’habitude à la maison d’être tout le temps nu,
    avoir ce corps à ma disposition à la moindre envie,
    que mes mains puissent instantanément effleurer, caresser,
    épouser la forme du globe d’une fesse, aller taquiner la raie,
    du bout des doigts, sentir l’intérieur de mon fondement
    à la première contraction, se transformer en un chaud fourreau,
    comme un petit animal vivant, palpitant, tremblant, tout excité,
    délicieuse alchimie

    je mangeais donc sur mon tabouret et je mis à observer tous les faits et gestes de ce corps,
    je porte ma main à la bouche avec un morceau de pain,
    mon bras se tend avec le couteau entre mes doigts pour un peu de beurre
    qu’après je vais aller étendre sur le pain

    j’observais qu’entre les faits et les gestes de ce corps en action, en mouvement,
    et l’endroit où mon moi se trouvait, où j’avais l’impression qu’il se trouve,
    il y avait tout un espace occupé dans l’invisible par mes pensées,
    mon imagination, mes sensations, mes rêveries

    vraiment, entre ce couteau dans ma main bougeant vers la tartine
    et puis depuis l’endroit où j’avais la sensation d’être dans cette chair,
    il y avait toute une série de couches de pensées, de rêveries, de sensations, etc

    mon attention, ma concentration, une petite partie, une part plus ou moins grande selon les moments,
    traversait les couches et se focalisait sur l’action, sur cette main,tenant ce couteau
    et assurait ainsi que ce couteau continue son action avec cohérence ,
    effectue la suite de petits événements anodins, automatiques
    qui s’enchaînant, réalisaient le but pour lequel j’étais dans cette cuisine, assis sur ce tabouret,
    à savoir me sustenter, nourrir ce corps, manger, boire

    une partie plus ou moins grande donc de mon attention,
    une autre part de mon attention s’arrêtait en cours de route dans cet espace invisible entre mes yeux
    et puis les objets du quotidien en face de moi, table, couteau, beurre, fromage, etc
    et cette autre part de mon attention était occupé avec mes rêvasseries,
    mes pensées

    mais quand mes mains entrent en action pour le plaisir, pour le désir,
    là les choses doivent changer, profondément s’altérer,
    la façon dont nous aller gérer cet espace entre nos yeux et puis notre corps en action,
    la façon dont nous aller gérer cet espace
    constitué de toutes sortes de couches d’émotions, de sensations, de pensées, de rêveries, de désir, etc

    la façon dont nous allons le gérer, l’occuper
    est la clef de la réussite de nos séances, une des clefs en tout cas,
    il y a bien sûr d’autres facteurs,
    au début le rewiring, l’acquisition de la technique
    mais quand le rewiring et la technique sont plus ou moins au point,
    j’écris plus ou moins car je crois profondément qu’ils ne cessent jamais

    le rewiring progresse toujours en nous et notre technique aussi reste toujours un chantier quelque part,
    un « work in progress », même quand nous sommes devenus consistants,
    toujours nous apprenons, toujours nous progressons,
    nous restons toujours quelque part sur les bancs de l’école du plaisir prostatique,
    si vous n’avez plus cette sensation en vous à aucun moment,
    alors il y a quelque chose qui ne va pas avec votre pratique,
    vous êtes devenu statique, vous faites du surplace, la routine vous guette,
    l’extinction du plaisir vous guette à plus ou moins long terme,
    il est plus que temps de vous remettre en question

    j’écrivais donc,
    la façon dont nous allons le gérer, l’occuper, cet espace,
    est la clef de la réussite de nos séances, une des clefs en tout cas

    cette attention, cette concentration que d’habitude vous projetez devant vous,
    une partie occupée avec ce que vous faites et une autre partie,
    restant dans cet espace invisible intermédiaire, devant vous,
    entre les objets du monde réel et vos yeux,
    occupée avec vos pensées, vos rêveries, votre imagination, vos sensations,
    vous ne devez plus du tout les projeter par devant vous,
    fini, vous éteignez le faisceau, plus de monde réel devant vous, plus rien,
    plus rien sur lequel porter son attention, ni en soi, ni devant soi,
    rien, nada, votre attention doit rester en vous,
    prêt à repérer les sensations qui vont naître en vous
    quand vous commencez à vous caresser,
    quand le masseur commence ses pressions, ses effleurements de la prostate

    en fait, il n’y a aucun effort à faire, l’apprentissage,
    c’est cela, ne plus faire attention à rien de ce qui se passe autour de vous,
    le reste vient tout seul, votre attention va automatiquement alors se déplacer
    là où elle sent qu’il y a quelque chose qui se passe,
    donc il ne faut faire attention à rien, n’oubliez pas, à rien,
    il faut donner la possibilité à votre attention
    d’être prise en main par votre corps, que ce ne soit plus votre volonté qui la dirige,
    qui lui dise où se porter

    idéalement donc il faudrait ne faire plus attention à rien, ne pensez plus à rien,
    ne réfléchir plus à rien,
    si vous parvenez à être dans cet état, vous êtes en état de réceptivité totale,
    il n’y a plus qu’à mettre le corps en action et le laissez faire,
    tout ce terrain que j’ai évoqué plus haut,
    va bientôt être occupé par vos sensations montant de vos entrailles,
    montant de partout , charriant le plaisir prostatique,
    la rumeur délicieuse de vos entrailles, la musique de vos abysses,
    la danse du plaisir dans le sang

    si donc votre attention est détournée, juste défocalisez vous,
    ne faites plus attention à rien,automatiquement après
    votre corps va reprendre possession de votre attention, de votre concentration
    pour les ébats,

    si vous êtes tenté d’appliquer une suggestion qui est passée dans votre esprit
    concernant le cours de l’action
    tel qu’engagée sans vous, sans votre intellect, sans votre volonté, sans vos pensées,
    jusqu’ici, entièrement dirigé par votre instinct,
    par vos pulsions, par votre désir,
    bref par votre corps,
    il faut arriver à ne aucunement en tenir compte

    sentez bien cet espace entre vos yeux et le monde réel,
    cet espace invisible qui d’habitude , est envahi par vos pensées, par vos rêveries
    et par une partie de votre attention,
    comme maintenant, comme pour l’instant quand vous va bien,
    quand le plaisir monte bien, quand vous êtes en union intime avec vous-même,
    comme cet espace n’est plus occupé que par ce qui monte, par le plaisir,
    par ces tonnes de sensations,
    il faut tout faire pour que cela reste ainsi,
    arriver à ce que les pensées parasites, ne restent là qu’un instant
    et soient entraînées comme par un courant puissant,
    ne parviennent pas à prendre racine,
    ne parviennent pas à s’installer dans cet espace,
    oh cela ne va pas être facile tout le temps car d’habitude,
    cet espace, c’est leur espace de jeu, c’est leur territoire,
    là on leur demande de dégager aussi vite que possible,
    ils vont rechigner, renâcler, employer toutes sortes de ruses pour rester dans la place,
    ne vous laissez pas piéger,
    il faut laisser cet espace aussi vide que possible
    pour que le corps puisse y faire monter, y faire grouiller les étincelles de sa volage magie

    moi qui commence à bien avoir l’habitude,
    si je sens cet espace commencer à être parasité,
    je fais passer un gros coup de ba:lai, la place se vide en un instant
    et l’instant d’après il est réoccupé par les messages de mon corps,
    les messages délicieux du plaisir

    au fond il s’agit simplement de cela,
    ne plus faire attention à rien, ne plus penser à rien, rien , nada,
    on devient un mollusque handicapé, une éponge prêt à se laisser imbiber et encore imbiber,
    prêt pour l’amour ainsi, ouvert, attendant les vagues qui vont nous engrosser,
    leur va et vient puissant, lancinant

    rester coller au plus près de l’action, ne plus occupé cet espace intermédiaire,
    ne pas se laisser envahir par ses pensées,
    juste bouger, vivre, se laisser emporter par son désir

    #29666
    bzobzo
    Participant

    la technique nous libère, la technique nous enrichit
    mais on peut aussi devenir esclave de notre technique,
    elle peut nous alourdir, nous couvrir de chaînes

    toutes nos actions comme je l’ai écrit plus haut,
    en simplifiant, en résumant,
    nous pouvons les accomplir en faisant intervenir notre volonté,
    nous pouvons réfléchir chacun de nos actions lors d’une séance
    et dans ce cas, nous devenons esclave de notre technique,
    nous sommes couverts de chaînes

    comme pouvons accomplir toutes nos actions,
    porté seulement par notre corps,
    dirigé seulement par notre volonté animale, notre volonté première,
    la volonté tapie dans nos entrailles

    nous pouvons effectuer des séances d’entraînements
    ou en partie d’entraînement où nous testons, nous exprimentons
    et au fond la caractéristique principale de ces séances d’entraînements,
    c’est que nous prenons la main, c’est notre volonté qui dirige le flux de ce qui se passe

    mais quand c’est le grand jeu,
    quand nous espérons galoper sur les grandes steppes sans limites,
    alors nous devons laisser notre volonté au vestiaire
    et accepter que ce soit notre instinct animale, notre volonté primaire
    qui mène le jeu

    c’est tout à fait possible d’acquérir des avancées techniques lors de séances d’entraînements
    et quelques minutes après quand on passe en mode « pour du vrai », en mode « union intime »,
    d’utiliser ces avancées techniques inconsciemment,
    notre corps assimile parfaitement tout ce qui le fait progresser dans la bonne direction
    et un nouveau geste, une nouvelle façon de faire,
    l’instant que vous le découvrez,
    votre corps l’assimile aussi, le connait aussi
    et donc aucune nécessité d’intervenir avec son intellect, avec sa volonté
    pour instantanément intégrer et se servir de ce nouvel acquis,
    le corps le fera très bien tout seul
    et vous remercie bien
    et vous le rendra bien, vous le rendra au centuple en fait

    #29683
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour Bzo,

    J’ai adoré ton message que j’applaudis des deux mains.
    Il y a là à mon sens toute l’essence de beaucoup de choses, et en particulier du plaisir prostatique.
    Un message à épingler dans les conseils à donner aux débutants.

    Félicitations pour ce message.

    Je t’embrasse et te souhaite beaucoup de bonnes choses.

    #29688
    bzobzo
    Participant

    hello @Jieffe

    je suis bien content que tu aies apprécié mon texte,
    cela fait vraiment plaisir

    beaucoup de bonnes choses à toi aussi

    s’accorder à soi, vivre, retrouver de l’intensité,
    le plaisir comme une quête d’absolu,
    vivre un instant vraiment

    que de rêves,
    les murs se couvrent de fleurs parfois,
    nous avons de la puissance en nous,
    nous avons de la magie en nous

    la magnifique violence animale de la chair
    qui nous font entrevoir les étoiles

    #29694
    bzobzo
    Participant

    j’adore ces moments
    où le corps en action semble se découpler complètement de moi,
    il semble s’éloigner, je le laisse derrière dans mon sillage,
    je sens tout ce que s’y passe mais comme dans le lointain,
    moi je suis ailleurs, je flotte dans de l’ouate,
    je suis caressé, je suis frotté de partout,
    cent millions de couloirs emplis de bruissements soyeux
    et de gloussements étouffés voluptueux

    on est un cavalier avec sa monture sous soi,
    au début on tient les rennes, on dirige notre errance par-ci, par-là
    puis peu à peu on fait corps avec sa monture,
    on entre en communion intime avec elle,
    c’est à ce moment que cela doit venir,
    c’est à ce moment qu’on doit pouvoir dire à ce qu’il y a sous nous:
    « à toi de jouer, je lâche les rennes, je ferme les yeux, va par où tu veux,
    ces steppes sont pour tes sabot,
    emmène-moi, emporte-moi vers des endroits que je n’ai encore jamais foulés »

    #29695
    bzobzo
    Participant

    hier soir, au lit je me procurais doucement, tranquillement du plaisir,
    j’étais sur mon tapis volant en vitesse de croisière,
    j’étais assez fatigué, ceci expliquait cela,
    j’ai senti tout à coup le sommeil
    comme un gros brouillard qui arrivait irrésistiblement,
    j’ai ralenti,
    j’ai rangé mon tapis volant sur le bas-côté
    et déjà la faune et flore grouillantes de la nuit étaient là,
    je me rappelle qu’avant de m’endormir, je me suis dit,
    « tiens, tu es encore là, tu es aussi là »,
    quel rôle joue durant notre sommeil dans nos rêves, notre prostate?
    je me pose sérieusement la question,
    je crois qu’elle n’est pas étrangère à toute la fantasmagorie fantastique durant notre sommeil

    ce matin donc, à peine éveillé, mes mains sont déjà en action,
    je sens mon tapis volant qui s’ébroue sous moi,
    délicieuse impression d’avoir dormi dessus,
    d’une espèce de continuité entre ma séance d’hier soir,
    ma nuit avec mes beaux, avec mes magnifiques rêves,
    les aventures d’Indiana Jones, à côté de ce que je vis durant mon sommeil,
    c’est de la gnognotte
    et puis la séance entamée ce matin, je les ai senti reliés,
    avoir un fil conducteur

    ce matin, une bonne heure, voire plus,
    par moments juste séance d’entraînement où je testais des choses
    et d’autres où j’étais emporté, où je chevauchais la vague du plaisir

    une des raisons au succès de cette séance ce matin
    a été que j’ai réussi à appliquer parfaitement
    l’alternance de moments yeux fermés et de moments yeux ouverts,
    comme c’est puissant ce mécanisme quand on parvient à le gérer

    je m’avance peut-être un peu rapidement
    mais je crois que j’ai trouvé le système,
    je ne vais pas en dire plus, je vais attendre d’avoir confirmation
    mais il semble qu’il y a des repères, un rythme à respecter,
    les vagues du plaisir, les prendre dans le bon sens du poil,
    pour réussir parfaitement ces transitions
    et alors le bénéfice est vraiment étonnant,
    c’est incroyablement puissant comme mécanisme

    comme mes gémissement semblaient dégouliner de plaisir ce matin,
    je les entendais et je mesurai immédiatement leur excellente santé,
    c’étaient des gémissements, des râles bien nourris, plein de vigueur,
    de la tripe exultante,
    du rendu vocal de tripe riche, de tripe en pâmoison,
    ces tripes-là baignaient dans de l’arc en ciel,
    étaient entourées de gros nuages cotonneux qui dérivaient lentement,
    il y avait du bleu lumineux, profond partout autour
    et le rouge sang de mes tripes propulsées dans la stratosphère

    mon pussy était un nid grouillant,
    comme cela grouillait là en bas,
    une vraie pondeuse de miracles, cette bestiole-là, dans ces bons jours

    processus en accéléré majeur,
    je sentais l’oeuf du plaisir arriver entre mes jambes,
    en une fraction de seconde je la sentais éclore, des petites ailes duveteuses s’ébrouer
    et déjà cela s’envolait, s’éloignait vers l’horizon,
    comme j’ai aimé sentir ces ailes en moi,
    en un éclair, elles ont pris de l’envergure, elles se sont ouvertes en moi,
    elles ont commencé à battre doucement,
    avec de plus en plus d’amplitude,
    l’élévation, la prise de distance du sol, la légèreté,
    surtout la légèreté,
    tout cela était d’une légèreté confondante,
    l’air devenai quelques instants de la soie sur leur passage,
    il y avait aussi des changements de couleur constamment,
    le bleu du ciel, le jaune éclatant du soleil
    et puis l’arc en ciel du plaisir se confondant,
    formant une palette divine, changeante,
    coulant comme de l’eau irisée derrière mes yeux
    une éruption de couleurs, un volcan de joie, la vie,
    la vie loin des chaînes

    je vous embrasse

    #29704
    EpictureEpicture
    Participant

    peu

    à peu on fait corps avec sa monture,
    on est en communion intime avec elle,
    c’est à ce moment que cela doit venir,
    c’est à ce moment qu’on doit pouvoir dire:
    « à toi de jouer, je lâche les rennes, je ferme les yeux, va par où tu veux,
    ces steppes, tes sabots les connaissent mieux que quiconque, emmène-moi,
    emporte-moi vers des plaines inconnues,
    des endroits que je n’ai encore jamais foulés »

    Oui en effet… j’adore!

    #29726
    bzobzo
    Participant

    je me sens comme Hulk pour l’instant,
    dès que ma séance démarre, mon enveloppe sensorielle cède de tous les côtés,
    tout ce qui monte de mes abysses,
    semble devenu disproportionné, fait gonfler mes membres, fait exploser mon torse

    je me caresse, je me touche en bas,
    je frotte un peu à l’entrée, je descends un peu dans la raie,
    je sens ma chair fouillée par mes doigts,
    j’ai longtemps exploré et longtemps attendu pour ce pussy
    mais maintenant il est là, vibrant, vivant, souple, doux,
    irrigué de vagues de plaisir à la moindre approche
    et quand j’enfonce un doigt ou deux dedans,
    j’aurai envie de pleurer tellement c’est bon,
    envie de hurler jusqu’à la fin des temps ce bonheur si vif qui emplit ma chair

    je dois encore m’habituer aux nouvelles proportions de mon plaisir,
    ces derniers jours, les progrès ont tout fait exploser, ont tout fait accélérer,
    il y avait des chevaux cachés dans mon moteur,
    reste encore à canaliser un peu toute cette puissance,
    sans me faire projeter comme un tuyau d’arrosage ouvert à pleine puissance
    qu’on a lâché

    #29729
    MindBlowingMindBlowing
    Participant

    Salut Bzo, je suis aussi dans la découverte de ce plaisir qui s’apparente au « bien être » que tu cites, extatique, en laissant les cuisses s’occuper de la partie masculine et en utilisant les caresses et mouvement du corps et contractions. Le corps s’enflamme. Mais pour aller plus loin il faut travailler aussi la respiration profonde et la synchro avec les contractions. On trouve une description très intéressante dans le livre « l’homme multi orgasmique » avec la notion d’énergie sexuelle et de circulation de l’énergie dans tout le corps. on trouve le PDF en anglais facilement. On peux catalyser la réaction avec un vibro placé sous son corps dans la raie des fesses, les vibrations se propagent…Le bas de la colonne vertébrale, le coxis, est aussi le siège de la glande coccyigeal ou kundalini et peut être l’autre organe (avec la prostate) qui excite le système nerveux et déclenche ce bien être.
    bonne continuation

    #29734
    bzobzo
    Participant

    Salut Bzo, je suis aussi dans la découverte de ce plaisir qui s’apparente au « bien être » que tu cites, extatique, en laissant les cuisses s’occuper de la partie masculine et en utilisant les caresses et mouvement du corps et contractions. Le corps s’enflamme

    cela fait plaisir de lire quelqu’un qui comme moi à ces deux pôles masculin et féminin activés
    et formant les deux moteurs de son plaisir.
    je me sentais un peu seul tellement ma pratique s’est tranformée ces derniers mois
    et ne ressemble plus en rien à une façon plus conventionnelle de massage prostatique

    On trouve une description très intéressante dans le livre « l’homme multi orgasmique » avec la notion d’énergie sexuelle et de circulation de l’énergie dans tout le corps. on trouve le PDF en anglais facilement

    on parle pas mal de ce bouquin dans le sujet consacré au tantra:
    https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/tantra-et-cetera

    j’ai commencé à le lire mais j’ai arrêté,
    peut-être le reprendrai-je à l’occasion
    mais ses angles d’approche ne m’intéressait pas particulièrement,
    cela me semblait assez éloigné de ma façon de pratiquer

    On peux catalyser la réaction avec un vibro placé sous son corps dans la raie des fesses, les vibrations se propagent

    hum je ne sais pas, je ne suis pas très fan de vibro, ni de masseur tout court d’ailleurs,
    je pratique avec de temps à autre
    mais ma pratique aneroless s’est tellement intensifiée, tellement enrichie, tellement diversifiée
    que j’ai du mal à pratiquer autrement pour l’instant

    Mais pour aller plus loin il faut travailler aussi la respiration profonde et la synchro avec les contractions.

    je ne suis jamais vraiment intéressé à ma respiration dans le cadre de ma pratique,
    je me sens comme un couple faisant l’amour,
    j’ai mes gestes, mes mouvements, ma façon de m’exciter,
    tout un tas de techniques que j’ai mises au point qui entrent dans le cadre de ma pratique,
    d’un corps à corps amoureux avec moi-même,
    les caresses, les doigts aussi pinçant, tordant, griffant,
    les doigts dans ma raie, dans mon anus-pussy,
    en plus des deux pôles masculin et féminin que j’active,
    d’un côté avec le chipotage, malaxage , frottage, effleurement des parties génitales
    et d’autre part avec les contractions qui activent la prostate,
    beaucoup de mouvements avec les cuisses, avec le bassin
    genre liane lascive, ondulations de tout le corps,
    ce que j’appelle l’alternance des moments yeux ouverts, et de moments yeux fermés,
    très très puissant aussi, un véritable petit turbo qui endiable la séance

    et puis aussi moi tenant les rênes, guidant la séance dans la direction que j’ai envie,
    comme j’ai envie
    ou les lâchant et me laissant mener entièrement par mon corps,
    me découplant complètement de mon corps en action
    comme si quelqu’un d’autre agissait à ma place

    tout cela forme ma pratique et s’intègre parfaitement dans ce que j’appelle,
    un corps à corps amoureux,
    pratique très dynamique, vraiment comme quand deux personnes font l’amour,
    pas du tout statique, pas du tout systématique ,
    même s’il y a toute une technique mise en oeuvre comme décrite quelques lignes plus haut

    commencer à surveiller et à exercer une influence sur ma respiration,
    ne me dit rien, n’entre pas dans cette façon de pratiquer,
    tu conseillerais à un couple quand ils font l’amour
    de commencer à influencer sur leur respiration?
    moi pas vraiment,
    je suis un couple en train de faire l’amour, à moi tout seul,
    c’est la meilleure façon de décrire ma pratique

    tu peux me décrire un peu plus comment tu pratiques? @MindBlowing
    je suis particulièrement intéressé,
    c’est la première fois que je lis par ici
    quelqu’un qui semble comme moi sciemment activer ce que j’appelle ces deux pôles

    est-ce que le féminin t’envahit aussi complètement, prend les commandes de ton corps
    quand tu es en action?
    chez moi ce pôle masculin est juste là comme un détonateur
    qui allume et allume encore la mèche
    mais c’est le féminin qui occupe pratiquement toute la place,
    tout mon corps semble quasi exclusivement, en fait, habité par le féminin
    quand je pratique

    est-ce tu as cela aussi?
    si oui est-ce que c’est venu progressivement?
    moi il m’a fallu des mois et des mois
    pour que finalement cela soit totalement effectif,
    c’est un lent processus en fait,
    de prise de conscience, d’exploration
    et puis de se lâcher, de favoriser de plus en plus le féminin en nous

    #29735
    bzobzo
    Participant

    nouvelle séance tellement splendide
    mais tellement splendide

    depuis que j’ai cette capacité à lâcher quand je veux les rennes
    et à les confier à mon corps,
    c’est devenu vraiment quelque chose d’encore plus spécial,
    je reprends la direction des opérations pour quelques instants,
    parce que j’ai envie de ceci ou de cela, de mettre la main ici ou là
    puis je restitue à ma monture les commandes,
    on se les partage, cela se fait sans heurt,
    j’ai envie plus précisément d’une certaine position du bassin,
    d’une certaine pression de mes cuisses pour envelopper mes parties génitales,
    je veux aussi sentir mes doigts fouillant mon anus-pussy,
    pas de problème, je redirige pour quelques instants les opérations,
    goûte, déguste tout en dirigeant mon corps comme je le veux
    puis lui restitue les commandes,
    déjà ce n’est plus moi aux manettes,
    ma chair agit sans moi mais continuant malgré tout plus ou moins dans la zone que je lui ai choisi,
    enfin pour un temps,
    m’en ramenant des sensations nouvelles,
    ses sabots foulent directement autrement tout ce territoire
    dès que ce n’est plus moi qui dirige

    faire le même geste quand c’est moi aux commandes
    et puis immédiatement quand c’est lui
    et ce n’est pas du tout la même sensation

    c’est une des choses qui caractérise mes séances maintenant
    à quel point à chaque instant les sensations sont nouvelles sans cesse,
    la palette est devenu immense, illimitée, grouillante, luxuriante,
    il me suffit de bouger un peu le bassin, changer la pression d’une cuisse,
    enfoncer un peu plus les doigts dans mon pussy
    et c’est comme si c’était un autre monde de sensations tout à fait

    l’autre technique puissante qui est en passe d’être maîtrisée,
    c’est cette alternance de moments yeux ouverts, moments yeux fermés,
    j’ai déjà plusieurs fois fait part de mon enthousiasme
    mais aussi à quel point cela pouvait être capricieux comme mécanisme,
    un jour cela fonctionnait à merveille, j’étais aux anges
    et le lendemain cela ne voulait plus du tout, je faisais grise mine,
    mais là, la technique est en train de se finaliser
    et c’est tout bénéfice, c’est un turbo extraordinaire

    avec ces deux outils techniques en plus dans ma besace,
    c’est tout d’un coup comme si on avait mis quelques centaines de chevaux de plus dans mon moteur,
    j’ai encore du mal avec, toute cette puissance supplémentaire brusquement
    mais cela vient,
    vaut mieux cela que le contraire,
    je commence à retrouver la douceur, cette onctuosité dont j’ai tant parlé,
    ce baume si apaisant, si épanouissant qui m’emplit par longs moments,
    une sensation de félicité et d’épanouissement total,
    au début j’ai cru l’avoir perdue avec toute cette intensité, cette puissance en plus
    mais non elle est bien là
    mais désormais je peux aussi passer à des nuances plus fougueuses, plus tempétueuses,
    passer d’un registre à l’autre en quelques instants,
    yeux ouverts c’est tout de suite tellement plus animal, tellement plus tellurique,
    tellement plus extraverti,
    comme je l’ai déjà écrit, on est un peu en même temps spectateur
    de ce corps en train de se donner du plaisir,
    spectateur de ce féminin qui s’est emparé de moi
    et qui fait bouger à sa guise,
    c’est-à-dire d’un façon tout à fait inhabituelle,
    toutes ces courbes, toutes ces rondeurs soyeuses,
    ces volutes , ces arabesques, quel langage voluptueux, infini de l’océan

    mais la douceur, l’onctuosité donc sont là aussi,
    j’apprends à les éveiller ainsi aussi,
    c’est moins évident,
    yeux constamment fermés, je m’installais automatiquement dedans
    alors qu’avec l’alternance, cela a tendance à s’emballer encore
    alors que je me rends compte , il y a tout à fait moyen
    de continuer à naviguer sur des vagues onctueuses
    et cette sensation extraordinaire de félicité tranquille,
    d’épanouissement généralisé de la chair

    j’ai aussi beaucoup plus utilisé les doigts pour griffer, pincer
    avec aussi une nouvelle pratique qui déjà point à mon horizon,
    c’était avec les cuisses, dans l’excitation je les ai serré très fort
    au point de compresser mes couilles un peu trop
    et qu’elle n’a pas été ma surprise de me rendre compte
    que la flamme de la douleur se transformait quasi instantanément en plaisir délicieux

    après régulièrement j’explorai cette nouvelle perspective,
    j’ai assez malmené par moments mes parties
    mais les sensations étaient définitivement très intéressantes,
    je vais explorer ces possibilités que donne l’injection d’un peu de douleur dans cette zone

    #29737
    bzobzo
    Participant

    après la séance décrite au-dessus j’ai encore une une autre séance vers 3 heures du matin,
    tout aussi glorieuse, tout aussi rayonnante,
    un grand soleil m’habite, nourrit ma chair de ses rayons,
    ce plaisir est devenu tellement riche, tellement nourrissant

    mon sexe est d’accord avec ce que je viens d’écrire,
    il a montré la tête, il s’est dressé pour acquiescer,
    je sens toute sa énergie sexuelle, toute sa vigueur
    pour l’instant pointant vers l’extérieur,
    le monde est un orifice accueillant,
    déjà ainsi gonflé de sang, turgescent, au contact de l’air,
    je le sens frémir d’aise comme s’il flairait le sexuel en toute chose,
    ce monde est une chair vivante, vibrante parfois
    où il fait bon se sentir enfoncé jusqu’à la garde,
    se sentir enfoncé jusqu’à la garde dans le réel,
    c’est ressentir qu’il est en nous avant tout,
    le réel, c’est en grande partie nous,
    nous avons le pouvoir d’être son épaisseur

    hier dans la nuit donc,
    j’ai superbement avancé dans la connaissance et la maîtrise
    de la technique que j’appelle , l’alternance de moments yeux ouverts et de moments yeux fermés
    et je suis prêt désormais à écrire dessus plus en détails

    la seule chose réellement à respecter, c’est le rythme des vagues de fond,
    les vagues de fond de mon plaisir, ce sont celles levées par les contractions,
    on n’alterne pas quand une vague est en route,
    c’est la prendre à rebrousse-poil, dans le mauvais sens du poil,
    c’est briser son élan, lui faire un accroche-pied

    non, il faut respecter le cycle de la vague,
    le meilleur moment pour alterner, la synchronisation à adopter,
    c’est au moment où la vague débute, quand elle commence,
    pas donc tout à fait au creux de la houle
    mais juste au moment où elle démarre, c’est le meilleur moment,
    avant, au plus bas du creux, cela ralenti le rythme général,
    c’est à ce moment qu’il y a le moins de vitesse et choisir ce moment aussi
    pour ouvrir ou refermer les paupières, alourdit encore plus ce moment,
    par contre une fraction de seconde après quand la vague est en train de renaître, de démarrer,
    l’élan est déjà là, c’est là que cela passe le mieux

    yeux fermés, chez moi en tout cas,
    avec mon pôle masculin activé,
    ce sont des ondes sexuelles mâles qui viennent dans mon pussy
    et le féminin s’épanouit plus que jamais,
    déploie ses ailes plus que jamais,
    yeux fermés ainsi, j’ai cette onctuosité dont j’ai déjà tant parlé,
    c’est une sensation de paradis terrestre,
    c’est tellement apaisant, épanouissant, riche comme sensation,
    comme si je plongeais à l’intérieur de moi-même
    de plus en plus loin à l’intérieur de moi-même,
    tout n’est plus que mouvements, frottements, frémissements,
    onctueux, rayonnants, calmes, puissants

    l’intérieur devient une île paradisiaque entourée d’eau,
    on nage autour, on repose sur la plage,
    les yeux fermés font un soleil couchant,
    on baigne dans le soleil couchant, dans les couleurs d’un splendide soleil couchant,
    il y a aussi le bleu de l’eau, le bleu du ciel,
    plein d’or et de rougeoyant imprégnant tout cela,
    ce soleil là, c’est notre sang,
    c’est le rouge de notre sang projeté dans le ciel
    notre sang en fête, notre sang qui chante, nos cellules qui dansent

    yeux ouverts, c’est une toute autre histoire,
    cette nuit j’en bien pris conscience de ses différences, de ses caractéristiques,
    c’est un décollage nettement plus vertical,
    on est arraché, la sensation d’arrachement est énorme,
    un félin est en train de bondir en nous,
    la sensation de sexe qui pénètre est une sensation de fusée porteuse
    nous poussant vers le haut, arrachant tout sur son passage,
    nos entrailles s’étirent, cela sent la poudre et l’explosion imminente

    cette nuit je restai de longues secondes sans alterner,
    dégustant ainsi les caractéristiques de chaque façon de faire,
    yeux ouverts ou yeux fermés

    mais là où c’est le plus puissant et alors on a le meilleur des deux mondes,
    c’st quand on commence à alterner plus rapidement,
    ne restant jamais plus d’une quinzaine de secondes yeux ouverts ou yeux fermés,
    ainsi une fusion commence à s’opérer entre les deux types de sensations,
    yeux ouverts , on commence à avoir de plus en plus de spécificités des sensations paupières fermées,
    et vice et versa

    ainsi un certain temps nous avons cet amalgame délicieux qui se fait
    et au bout d’un certain temps l’alchimie devient vraiment mystérieuse
    car un alliage nouveau voit le jour, tout commence à se confondre,
    on ne se rend plus compte si on a les yeux ouverts et les yeux fermés,
    de nouvelles types de sensations commencent à être ressenties
    que l’on ne pourrait ressentir ni paupières ouvertes, ni paupières fermées
    mais qui sont rendues possibles par cette alternance au bout d’un certain temps,
    on navigue ici dans des territoires très très particuliers,
    j’en parlerais plus tard quand je les aurai explorés plus en détails,
    pour l’instant j’y ai déjà goûté plusieurs fois
    et peux témoigner comment cela se produit
    mais j’attends encore avant de les décrire plus précisément

    je vous embrasse,
    profitez bien de cette chair

20 sujets de 81 à 100 (sur un total de 310)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.