30 sujets de 271 à 300 (sur un total de 739)
  • Auteur
    Articles
  • #33738
    bzo
    Participant

    hello @matou8313
    nos textes se sont croisés

    ..Pour illustrer autant de sensations qui vous font souvent évader de votre corps , je vois mal une vidéo même commentée aider davantage à la compréhension des séances ….

    je ne sais pas,
    ma pratique ne ressemble à rien de ce que j’ai vu jusqu’à présent
    dans des vidéos consacrées à des pratiques prostatiques ou assimilables
    je voudrais montrer qu’il y a aussi d’autres façons de pratiquer, totalement différentes

    il y a beaucoup d’actions chez moi,
    même si l’essentiel se passe à l’intérieur, bien sûr,
    cette action interne, de se lâcher, de s’abandonner, de faire monter les énergies,
    qu’aucune vidéo jamais ne pourra capturer,
    il y a malgré tout beaucoup d’actions “externes” chez moi,
    mouvements du corps, caresses,
    l’androgynie doit se refléter aussi ,
    cela aussi doit pas mal transparaître sur les images, enfin je crois,
    cet état où je vis les instants en même temps homme et en même temps femme,
    une façon de bouger, pas une caricature de mouvements et de gestes féminins
    mais différente, faisant vivre à l’intérieur cette dualité mâle-femelle

    mais je me fais peut-être des idées, je ferai un de ces jours une vidéo
    mais si ce n’est pas le cas, s’il n’y a pas assez d’éléments intéressants dans les images,
    alors je jetterais la vidéo à la poubelle

    j’attends en fait de construire une bibliothèque supplémentaire chez moi
    qui va venir monter jusqu’au plafond devant mon lit, servant un peu de séparateur de pièce,
    là je vais pouvoir mettre la webcam en surplomb,
    presque à la perpendiculaire du lit,
    j’avais fait une série d’expérimentation
    et j’en étais arrivé à la conclusion que cette position était la plus favorable
    pour capturer au mieux l’action ,
    un plan qui englobe tout le corps couché, saisit les expressions du visage aussi,
    on a constamment une vue d’ensemble du corps mais aussi de tous les détails, ou à peu près

    #33740
    matou8313
    Participant

    OK bzo, en souhaitant donc que votre vidéo ne finisse pas à la poubelle…. En tout cas nous sommes nombreux je pense à suivre vos séances grâce à votre prose ,source pour nous d’images qui sont sans doute loin de vos sensations personnelles mais qu’on a plaisir à imaginer nous envahir … Merci et bravo .
    matou8313

    #33741
    bzo
    Participant

    d’images qui sont sans doute loin de vos sensations personnelles

    pas loin du tout, la plupart naissent d’ailleurs durant mes séances,
    une partie des mots se forment dans ma tête, ponctuant l’action

    après je vais aasez vite jusqu’à l’écran pour ne pas trop oublier,
    même si cela se transforme, s’affine, se développe, prend une forme finale
    quand je travaille devant l’ordinateur

    quelque part , cela exprime ce que je ressens durant la séance,
    en tout cas cela donne assez précise de ce que je vis,
    j’ai peut-être la fausse idée qu’une vidéo aiderait encore plus à visualiser ma pratique

    je ne crois pas que cela soit trop prétentieux d’écrire
    que je sais à quel point ma façon de pratiquer est devenue singulière
    et ce que j’ai atteint , cette totale androgynie durant la séance,
    cela a ouvert des horizons extraordinaires en moi, des sensations aussi tellement riches, tellement uniques,
    j’ai envie le plus possible de partager cela

    #33749
    bzo
    Participant

    souvent j’ai la sensation de sentir du cristal résonner dans ma chair,
    le son se répand dans mes muscles, dans mes veines, un frisson d’une pureté inouïe,
    frémissement limpide nageant jusqu’à mon cerveau,
    semblant s’y prolonger par de la lumière, de l’éblouissement,
    et enfin, par l’arc en ciel dans la lumière, dans l’iris de mes yeux

    l’art de la sensation,
    c’est la même sensation depuis le début, c’est la même sensation jusqu’à la fin,
    l’art de la ressentir, apprendre à la vivre,
    apprendre à se coller à elle comme à un dauphin,
    foncer doucement dans les eaux bleues, foncer doucement dans les eaux profondes

    son secret, il est simple en fait, elle peut être mâle, elle peut être femelle,
    elle peut être les deux ensemble,
    c’est à ce stade que je suis, je la déguste sur tout son spectre,
    c’est là qu’elle devient de cristal,
    c’est là qu’elle atteint l’équilibre, c’est là qu’elle nous apporte l’épanouissement,
    c’est là qu’elle nous parle d’unité, de l’unité qu’elle porte,
    de l’unité qu’elle apporte momentanément

    #33750
    bzo
    Participant

    notre chair est habitée par des fantasmes dont nous n’avons même pas conscience,
    qui se révèlent une fois qu’on laisse parler la chair

    le grand désir, notre chair est habité par le grand désir,
    nous accédons habituellement qu’à la partie émergée de l’iceberg

    le grand désir est autonome de nous, en nous,
    il habite notre corps comme nous-même, nous l’habitons,
    il dort quelque part en nous comme Cendrillon,
    nous le cherchons, nous le cherchons,
    pour lui coller un baiser, pour le réveiller momentanément

    #33752
    bzo
    Participant

    le grand désir bouleverse absolument tout en nous,
    il faut être prêt à se laisser bouleverser de fond en comble

    le grand désir est le seul maître à bord durant la séance,
    il faut être prêt à laisser totalement échapper les commandes

    le grand désir est un danseur,
    le grand désir est un danseur cherchant l’état de grâce sur la piste,
    le grand désir est un danseur cherchant l’accord dans l’instant,
    le grand désir oscille sans cesse entre frémissements de l’âme et animalité,
    il faut être prêt à laisser le grand désir danser notre corps sans tabous et sans restrictions

    le grand désir n’a pas de sexe,
    a les deux sexes fondus en un

    #33775
    bzo
    Participant

    je me contente de micro-séances ces derniers jours,
    la plupart du temps, même pas une minute,
    ce sont comme des opérations chirurgicales au geste précis, net, atteignant l’objectif fixé,
    je n’ai besoin que de quelques contractions, quelques caresses et quelques mouvements de corps,
    ce qui passe en mes tuyaux,
    c’est du jus pur à 100%, concentration maximale

    sentir cela en moi, ne fusse que quelques instants, ce nectar ineffable,
    c’est comme se retrouver quelques instants au paradis,
    alors je fais des aller-retours,
    un moment je suis devant mon écran à regarder un film,
    l’instant d’après je le mets en pause et en deux temps, trois mouvements,
    je ne suis plus moi
    ou plutôt un autre moi, plus riche, plus complet, plus sensible est en place,
    me bouge en mode liane lascive

    comme c’est bon de bouger en mode liane lascive
    quand c’est le désir qui est entièrement votre moteur,
    le grand désir, celui qui se nourrit de l’énergie de mes abysses,
    il me bouge, comme il me bouge,
    par moments je jouis rien que de bouger,
    cela me frotte quelque part comme si j’étais tout entièrement l’intérieur d’un sexe
    tellement cela met des arabesques lascives en route partout en moi,
    je me transforme en une montagne de soie flottante, s’envolant, explosant doucement,
    partout il n’y a plus que de la soie en mouvement, des myriades de papillons,
    surtout dans mon cerveau

    ultime relâchement, s’abandonner au plaisir
    se sentir avoir deux sexes fusionnés,
    ne plus appartenir à aucun des deux

    #33776
    bzo
    Participant

    ne plus appartenir à aucun des deux

    je reviens un peu sur cette phrase
    car elle est désormais au centre de ma pratique

    c’est un stade que j’a atteint
    et qui désormais est mon unique point de focalisation autour duquel je gravite,
    cette sensation d’androgynie,
    sentir en soi les deux sexes comme fusionnés, tellement soudés l’un à l’autre
    qu’on se sent ne plus appartenir à aucun ds deux en particulier

    cela est arrivé à un moment dans ma pratique
    parce que les deux pôles en moi, mâle et femelle,
    pouvaient dansaient librement en moi,
    je n’étais plus du côté d’aucun des deux,
    ne cherchais plus à favoriser ni l’un, ni l’autre,
    les laissais s’exprimer comme ils veulent,
    les laissais s’ébattre vraiment comme ils veulent

    c’est une sorte de point d’équilibre entre les deux que j’ai atteint,
    qui fait que la fusion peut se faire complètement,
    pour mener à un nouvel alliage,
    androgyne , c’est un nouvel alliage, un nouveau sexe,
    issu des deux, ni vraiment l’un , ni vraiment l’autre

    il y a aussi du vide maintenant, là où il y avait un socle scellé,
    il y a du vide à la place
    mais il ne fait pas peur, ne fait plus peur
    car c’est un espace de jeu, un formidable espace de jeu supplémentaire

    de l’espace supplémentaire pour la danse,
    les danseurs semblent maintenant s’élancer sans aucune restrictions,
    les yeux fermés, ils se laissent guider par la griserie,
    ils ne risquent plus de se cogner à quelque chose,
    ils ne risquent plus de trébucher sur quelque chose,
    le champ est libre, le champ n’a plus aucune limite

    la griserie est un manège magique qui monte lentement,
    qui monte lentement à la verticale vers le ciel en tournoyant
    produisant un festival kaleidoscopique de lumières, de sonorités diverses et de couleurs dans la nuit,
    ponctué par des rires heureux

    le temps passe légèrement, le bonheur est dans le sang,
    organes heureux, cellules heureuses, âme heureuse, mains heureuses,
    sexe bourdonnant, sexe vibrant comme un gros bourdon, sexe heureux,
    on a bien besogné, on m’a bien besogné, ensemble, tous ensemble,
    très fort ainsi, tous ensemble, orchestre bien coordonné, orchestre jouant bien ensemble,
    comme un seul homme, comme une seule femme, réunis, unis, amalgamés
    même pas besoin de bander,
    injection massive de paradis sans érection

    empli, empli, empli,
    plein,
    je suis plein,
    plein et empli tandis que les instants passent,
    légers

    léger, plein et empli,
    un ballon dansant dans le vent,
    empli de tout ce qu’il y a autour,
    ma chair, moi, un ballon empli de rien,
    un ballon empli de rien, dansant au hasard,
    un ballon dansant au hasard, au monde, vivant,
    empli de rien, empli de vibrations

    #33778
    bzo
    Participant

    mes parties génitales sont dans le berceau mouvant de mes cuisses,
    elles fricotent celles-là, comme elles sont bien ensemble,
    elles se besognent avec assiduité, méticuleusement, concentrées lascivement
    tandis qu’une contraction vient se jeter régulièrement de tout son long,
    entre elles sur les coussins,
    rires et gloussements

    je me concentre sur mes mains qui ont trouvé un nouveau terrain de jeu,
    mon visage, mes cheveux,
    je me rends compte que curieusement jusqu’ici je les avais toujours omis,
    je monte lentement mes doigts sur mon visage, yeux fermés,
    s’attardent autour de la bouche comme si c’était ma petite raie d’amour en bas derrière,
    caressent les lèvres, s’introduisent, font quelques mouvements de va et vient,
    ils ressortent, continuent leur exploration

    les deux mains en parallèle, chacun d’un côté de la tête,
    s’enfoncent goulûment dans mes cheveux, plongent là-dedans
    comme dans une onde enveloppante, chaude, soyeuse,
    frissons, titillements sous mon crâne,
    l’impression par moments que mes doigts sont dans ma tête,
    s’y sont glissés pour caresser mon cerveau,
    le plisser et le déplisser lentement, voluptueusement,
    comme si c’était la chair douce, humide d’un sexe

    je continue à jouer avec mes cheveux, passant et repassant la main,
    je masturbe mes cheveux, ils aiment cela,
    moi aussi, comme si chaque cheveu était sensible,
    qu’en le bougeant cela envoie des vibrations sous mon crâne,
    sensation de vagues,
    je redescends vers la bouche, je joue encore avec,
    les doigts pénètrent, ressortent, re-pénètrent,
    je passe de la bouche aux cheveux plusieurs fois
    caressant comme avec un voile au passage les joues

    ah superbe, de nouvelles sensations, splendide,
    je vais explorer cela dans les jours à venir

    #33779
    bzo
    Participant

    je m’attarde sur mon cou longuement,
    je glisse les doigts dessus comme autour de la hampe d’un sexe en érection,
    mon cou me semble de la chair turgescente

    #33780
    bzo
    Participant

    quels moments magiques,
    j’écris en rafale, ponctué par des moments
    de micro-séances tellement délicieuses,
    je ne peux pas me retenir
    les mots doivent sortir, après tant de sensations splendides qui sont passées dans ma chair

    j’avais déposer une main sur mes parties, juste laisser les doigts traîner dessus,
    assis dans mon fauteuil
    et puis je me suis besogné, contractions, caresses, mode liane lascive extra-lent
    puis la nouveauté, les doigts qui montent vers le visage, la chevelure,
    j’adore garder la bouche entrouverte par un doigt ou deux, même la déformant un peu
    tandis qu’une contraction remontait en moi,
    sensation qu’elle venait jusque dans ma bouche, venait emplir ma bouche,
    venait bouger dans ma bouche, venait glisser dans ma bouche

    je découvre le type de sensations que cette partie de mon corps, visage, cheveux, génèrent,
    c’est tout nouveau, c’est hot, c’est trendy,
    il y a aussi les pieds que jusqu’ici je ne faisais pas trop participer,
    je vais lors d’une prochaine séance au lit,
    voir ce qu’il y a moyen de faire de ce côté

    mais cette séance dont je sors, comme elle a été lumineuse,
    j’avais la sensation d’être couché dans un pré,
    entouré de la nature frémissante, de la nature enveloppante et caressante à distance,
    c’était luxuriant,
    sensation de luxuriance extraordinaire dans ma chair

    #33781
    bzo
    Participant

    j’ai jamais rien lu sur l’érotisme du cou
    mais chez moi je découvre que c’est une zone vraiment sensible,
    je la perçois vraiment comme de la chair turgescente,
    une hampe bien dure, durcie par un afflux massif de sang
    avec ma tête comme un gros gland dessus

    celle-ci d’ailleurs sensible comme un gland de sexe par moments,
    pas constamment, il faut que je travaille encore dessus,
    que je développe cela,
    que je découvre bien les bonnes façons de la chipoter
    tout en assimilant ces nouveaux gestes, ces nouveaux lieux visités, à l’ensemble

    et puis passer et repasser mes mains dans ma chevelure,
    étonnant comme sensations,
    luxuriance, volupté soyeuse, crissement de la soie qu’on caresse,
    sensation d’être une biche en chaleur

    superbe, des nouveaux jouets dans mon bac à sable

    #33783
    bzo
    Participant

    cette crème pour soins intimes féminins dont je m’enduis un peu tous les soirs l’anus-pussy
    est vraiment superbe,
    d’abord elle revivifie bien la chair, apaise d’éventuelles légères irritations dues à des frottements excessifs,
    dans le feu de l’action, mon bon monsieur, on s’emporte parfois
    et je ne mets aucun lubrifiant,
    j’aime bien les sensations ainsi, à sec,
    je ne supporte plus les lubrifiants, les doigts patinent,
    on perd beaucoup dans le ressenti

    mais en plus le lendemain pendant de longues heures,
    elle semble être encore là comme une humidification tout à fait naturelle des lieux
    et qui renforce au contraire les sensations

    là il est presque 14h dimanche,
    et je sens encore dans mon petit trou-trou d’amour
    la légère humidité grâce à ce produit
    et qui elle donc ne me gêne nullement,
    bien au contraire renforce encore le réalisme d’un sexe féminin

    #33787
    bzo
    Participant

    j’ai recommencé mes micro-séances en mode pianissimo,
    je suis pas mal fatigué, je ne dors pas assez,
    je continue d’expérimenter avec mes “découvertes” de ce matin,
    le visage, les cheveux, le cou

    cela va prendre un peu de temps, il s’agit pas juste de faire n’importe quoi, n’importe comment,
    mes mains ne sont pas habitués à aller aussi haut sur ma personne,
    je devrais les y habituer si c’est vraiment intéressant à exploiter

    mais d’abord voir si cela vaut vraiment la peine,
    si ce n’était pas dans le feu de l’excitation que je me suis imaginé des choses,
    si ce ne sont pas juste des fantasmes que j’ai fais jouer

    les fantasmes chevillés au fond de moi, au fond de ma conscience quelque part, ne m’intéressent pas,
    je veux que tout naisse directement depuis ma chair,
    directement depuis ce continent englouti en moi que j’explore
    nourri de mon sang, nourri de mes tripes, nourri de mes abysses,
    pas de ma fantasmagorie plus ou moins consciente,
    je ne veux pas être tributaire de mon imagination,
    je ne veux pas être tributaire de mon ego, de mon petit ego, en aucune façon

    le grand désir,
    lui seul vaut la peine

    #33792
    aneveil
    Participant

    Bonjour,
    Je suis intéressé par cette crème pour soins intimes féminin, parce que je viens d’avoir quelques jours d’irritation qui m’ont un peu gâche la fête et je sens que ce n’est pas terminé à 100%… Et ma sensibilité prostatique en a pris un coup.
    Et puis je ne suis pas satisfait des lubrifiants, je suis obligé de mettre du lub silicones dans le rectum + du lub à l’eau en pagaille qui a tendance à sécher trop rapidement pour que ce soit convenable, mais le fait de devoir en remettre déconcentre pas mal.

    Sinon j’aime beaucoup ce passage qui me parle et me rappelle une bien belle séance avec le Pure Wand :

    souvent j’ai la sensation de sentir du cristal résonner dans ma chair,
    le son se répand dans mes muscles, dans mes veines, un frisson d’une pureté inouïe,
    frémissement limpide nageant jusqu’à mon cerveau,
    semblant s’y prolonger par de la lumière, de l’éblouissement,
    et enfin, par l’arc en ciel dans la lumière, dans l’iris de mes yeux

    l’art de la sensation,
    c’est la même sensation depuis le début, c’est la même sensation jusqu’à la fin,
    l’art de la ressentir, apprendre à la vivre,
    apprendre à se coller à elle comme à un dauphin,
    foncer doucement dans les eaux bleues, foncer doucement dans les eaux profondes

    son secret, il est simple en fait, elle peut être mâle, elle peut être femelle,
    elle peut être les deux ensemble,
    c’est à ce stade que je suis, je la déguste sur tout son spectre,
    c’est là qu’elle devient de cristal,
    c’est là qu’elle atteint l’équilibre, c’est là qu’elle nous apporte l’épanouissement,
    c’est là qu’elle nous parle d’unité, de l’unité qu’elle porte,
    de l’unité qu’elle apporte momentanément

    #33798
    bzo
    Participant

    alors , très cher @ aneveil

    Je suis intéressé par cette crème pour soins intimes féminin, parce que je viens d’avoir quelques jours d’irritation qui m’ont un peu gâche la fête et je sens que ce n’est pas terminé à 100%…

    la crème en question que j’utilise et dont je suis parfaitement content,
    j’avais fait une petite enquête et j’avais choisi celle-ci car elle semblait faire l’unanimité:
    Saforelle, crème apaisante

    elle n’a qu’un très léger parfum, pas désagréable du tout,
    elle apaise et répare bien les muqueuses irritées,
    je ne l’ai jamais utilisée comme lubrifiant expressément
    mais comme décrit plus haut,
    je m’en mets une toute petite quantité tous les soirs désormais
    et le lendemain elle est encore là comme une humidification naturelle des lieux,
    assez pour mes jeux avec mes doigts,
    très certainement pas assez pour un masseur

    je ne sais pas ce que cela donnerait avec un masseur, si cela peut remplacer un lubrifiant,
    peut-être, pas encore essayé,
    je n’utilise plus trop le masseur pour l’instant,
    j’ai tellement progressé en aneroless, il faudrait que j’essaie un peu de rattraper avec le masseur,
    voir si je peux me mettre à jour avec le masseur
    pour garder une diversité la plus grande possible

    cependant quand le tube arrivera vers la fin, je passerais sans doute, en tout cas essaierais
    quelque chose d’identique mais en BIO, avec des ingrédients uniquement BIO, c’est tout de même plus sûr

    #33800
    bzo
    Participant

    Sinon j’aime beaucoup ce passage qui me parle et me rappelle une bien belle séance avec le Pure Wand :

    souvent j’ai la sensation de sentir du cristal résonner dans ma chair

    quand les sensations semblent devenir pures vibrations,
    semblant comme couler d’une source cristalline d’une pureté de diamant

    moments parfaits, moments de totale communion

    #33806
    bzo
    Participant

    moments de folie douce, moments de folie soyeuse,
    moments d’abandon,
    moments quelque part dans la chair,
    perdu dans un dédale délicieux, virevoltant,
    entouré de tiges caressantes, s’écartant au passage, entouré de coulées de chaleur,
    entouré de déchirures douces, frissonnantes, qui fondent, qui gémissent

    c’est devenu trouble, c’est devenu tellement trouble et moite,
    sensation de sexe partout en moi,
    sensation de sexe indéfinissable partout en moi,
    sensation de sexe qui se cherche, de sexe qui se trouve,
    fécondation sublime dans l’instant

    sensation que tout se délie,
    de ne plus être qu’une offrande embrasée,
    sensation d’être embrassé au plus profond de la chair,
    d’être fouillé par une langue au plus intime de soi-même,
    fouillé jusqu’à l’hurlement, fouillé jusqu’à l’insupportable,
    sensation de cunnilingus à l’âme,
    mon âme entrouverte, mon âme béante, mon âme en rut, mon âme ravie,
    d’être fouillée de fond en comble comme cela

    le plaisir d’être,
    le plaisir d’être au monde,
    le plaisir d’être au monde, léchouillé de fond en comble,
    la tripoté attitude, en triporteur jusqu’au ciel

    #33808
    bzo
    Participant

    ce matin en m’éveillant j’ai été témoin en moi d’une sublime évolution,
    ce n’était même pas durant une séance, je ne pratiquais pas, ne commençais pas à pratiquer,
    juste je bougeais, je commençais à m’éveiller
    et j’ai senti tout d’un coup une connexion se faire en moi,
    je me suis senti envahi des énergies profondes, des énergies souterraines, rien qu’en bougeant un peu

    depuis cela se confirme, je peux désormais avec le moindre mouvement, le moindre geste,
    faire monter les ondes, faire monter les vibrations
    et éprouver des sensations

    il me suffit juste de faire attention d’une certaine façon à mes mouvements, à mes gestes
    et cela arrive, je commence à me sentir envahi d’ondes,
    cependant la gestuelle se transforme, devient vite lascive, langoureuse
    et je suis vite emporté par de délicieux petits torrents de plaisir en moi

    je me sens désormais comme habité par un circuit éveillé
    dans lequel il est devenu tellement facile d’injecter du carburant

    #33811
    bzo
    Participant

    rentré chez moi,
    juste hâte de poser mes mains sur mon corps,
    hâte de caresser cette peau,
    de sentir mon bassin se remplir comme un évier, d’ivresse, de lascivité,
    hâte de sentir les contractions dans mes entrailles,
    hâte d’avoir des gémissements plein la bouche

    aujourd’hui au boulot, aux toilettes,
    j’ai un peu pratiqué Tandava,
    à un moment donné, me suis assis sur la lunette,
    j’ai glissé la main sous ma chemise,
    avec ma paume bien à plat, immobile sur ma poitrine
    et en-dessous, une légère contraction maintenue
    j’ai eu tout de suite comme un choc qui semblait se propager dans tout mon tronc,
    j’avais la sensation d’avoir un aimant à la place de la main
    qui attirait un torrent de vibrations depuis mes profondeurs,
    quelques secondes fabuleuses

    j’ai alterné des moments de micro-séance, avec juste quelques caresses lentes,
    quelques mouvements et quelques contractions,
    pas de quoi démarrer mais juste être un peu empli d’agréable et sensuelles sensations
    avec des moments de tandava, assis,
    étonnant comme je sentais une continuité entre les deux pratiques,
    je pressens une superbe complémentarité et beaucoup d’émulation entre les deux
    une fois qu’avec cette danse de Shiva, tandava ,
    j’aurai acquis une certaine maîtrise et des résultats

    #33813
    bzo
    Participant

    évoqué un peu plus haut,
    un certain intérêt suscité par des caresses dans mes cheveux,
    des doigts glissés dans et autour de la bouche ,
    des effleurement aussi de la joue

    me posais la question, si le potentiel était réel
    ou juste le fruit de mon imagination, de mes fantasmes
    (doigts dans la bouche, fellation, etc)

    après avoir eu ma curiosité un peu refroidie,
    là je reviens de faire quelques tentatives, ma foi, très intéressantes

    une sorte de mouvement glissé, très limpide, très coulé,
    sur le côté de la tête, sur les cheveux,
    quelques manipulations des lèvres aussi,
    les entrouvrant, les effleurant, les farfouillant, avec les doigts,
    tout cela a produit des effets délicieux, très encourageants,
    il y a définitivement quelque chose à faire là,
    de nouveaux endroits à visiter et à intégrer à ma pratique

    #33814
    bzo
    Participant

    les gestes sur le visage, parmi les cheveux, ont une violence, une sauvagerie, une puissance, bien à eux,
    elle est innée, inévitable, délicieuse

    le cerveau tout proche, explique sans doute cela,
    passez la main sur votre joue,
    cela frotte jusqu’au cerveau,
    cela peut être ressenti dans un premier temps comme une agression
    ou une quasi-agression, on se rétracte
    mais une fois qu’on accepte,
    on commence à déguster ces frottements qui font écho directement dans notre cerveau

    la bouche, cette fente avec des lèvres et de l’humidité à l’intérieur,
    fait écho à cette autre fente en bas,
    cette fente que physiquement je n’ai pas
    mais que je vis avec une acuité, sans doute supérieure ,à bien des femmes

    j’aimais déjà passionnément ma petite fente d’en bas,
    je sens que cette fente d’en haut, va aussi trouver une place dans mon coeur,
    une place au bout de mes doigts,
    va contribuer délicieusement à mon bonheur d’auto-sexuel

    #33817
    bzo
    Participant

    je trouve de plus en plus de gestes
    par rapport à ces nouvelles zones à caresser, à toucher, à faire participer à mes jeux amoureux,
    mon visage, mes cheveux, mon cou

    et de mieux en mieux intégrés dans l’ensemble, dans l’action

    c’est très excitant ces nouvelles explorations porteuses de nouvelles sensations,
    ainsi avec la chevelure, durant une bonne demie heure que j’ai passée au lit,
    j’ai plusieurs fois effectué le geste avec les deux mains d’accrocher mes cheveux
    comme si je cherchais à m’agripper à eux, à m’en saisir pour me retenir de tomber ou de m’envoler,
    même pourrait-on dire comme si je cherchais à les arracher,
    je les attrape donc tout en faisant monter en moi des contractions,
    cela créait comme de la tension supplémentaire, de la bonne tension,
    des sensations nouvelles très animales

    les contacts de différentes parties du corps semblent établir des flux d’ondes,
    créant un circuit différent de circulation en fonction des parties de corps en contact,
    ainsi quand je me suis agrippé de cette manière à mes cheveux,
    j’ai eu la sensation d’une route nouvelle de circulation que je sentais pour la première fois,
    établie par le contact ferme, tenace de mes mains et de ma chevelure,
    action que je n’avais jamais fait auparavant

    après je fais descendre lentement les doigts sur mon visage,
    presque en griffant comme si je cherchais à freiner ainsi la descente,
    très très érotique comme sensation,
    avec toujours des contractions bien sûr, les bonnes ondes de la prostate,
    la sensation de pénétration,
    tout cela est délicieux

    je m’attarde autour de la bouche, décidément très chargée d’érotisme aussi,
    bien que là on bascule assez facilement du côté du fantasme,
    ce qui ne m’intéresse pas vraiment,
    aussi les doigts se contentent de la fente des lèvres, entrouvrant celle-ci,
    passant et repassant dessus langoureusement

    avec l’autre main descendant et allant farfouiller en même temps dans mon anus-pussy
    et l’autre restée en place, continuant à chipoter les lèvres d’en haut,
    cela fait des sensations tout à fait intéressantes, délicieuses,
    il y a une espèce de circulation qui se crée,
    les deux fentes aux deux bouts de la chaîne, en quelque sorte,
    je me sens trousser par en-dessous et par au-dessus

    cela m’incite à un peu examiner quelle autre partie de mon corps jusqu’ici, j’ai délaissé,
    pas trop caresser, pas trop pris en compte durant mes jeux,
    le reste participe plutôt bien,
    juste que mes caresses descendent rarement plus bas que les genoux,
    je vais voir un peu si c’est intéressant aussi de s’aventurer par là,
    du côté des pieds, des chevilles, etc

    #33818
    bzo
    Participant

    ce que j’aime le plus avec ces moments de totale androgynie,
    c’est qu’ils viennent avec une sensation de liberté et d’épanouissement incroyables,
    cette chair glorieusement en fleur, semble faire sens soudainement
    toute l’unité dont ce monde est capable, semble réunie en moi,
    soudainement dans la plénitude,
    soudainement dans la plénitude de l’instant

    #33821
    aneveil
    Participant

    @bzo

    la crème en question que j’utilise et dont je suis parfaitement content,
    j’avais fait une petite enquête et j’avais choisi celle-ci car elle semblait faire l’unanimité:
    Saforelle, crème apaisante

    Merci pour la ref de la crême !
    J’ai regardé hier chez condomz.fr ou j’ai commandé une grosse quantité de lub BioGlide et sillicone,
    malheureusement ils n’ont pas cette ref mais juste un “lubrifiant intime” de cette marque ou bien des crêmes pour la sécheresse vaginale
    et je ne sais pas si c’est le même genre de produit…
    Du coup avec cette histoire de non-bio, je ne l’ai pas commandée ailleurs.

    #33829
    bzo
    Participant

    ah cette limpidité cristalline dans mes veines,
    je me caresse lentement, très lentement,
    je bouge un peu et fais remonter rythmiquement, langoureusement des contractions,
    quelques minutes d’échappée belle avant de me préparer pour aller au boulot

    je sens courir en moi ces vagues tellement ineffables,
    ces lents frissons électrisants lascivement,
    qui semblent me remonter jusqu’à l’âme, faire de mon corps un nid chaud, douillet,
    le plaisir sensuel est vraiment le pays natal de la chair
    elle aspire à y retourner sans cesse

    #33835
    bzo
    Participant

    j’avais déjà évoqué un certain aspect longuement il y a quelques mois,
    à savoir le corps en action sans nous

    cela est devenu tellement précis, tellement optimisé chez moi, cette partie de la mécanique,
    je sens tellement en moi ces différentes parties à l’oeuvre
    que j’ai envie de revenir sur le sujet un peu

    il y a donc le corps en action, le moi pensant la plupart du temps sous l’éteignoir
    et puis le moi ressentant,
    quand tout va bien en fait,
    il n’y a que le corps en action et puis le corps ressentant qui occupe toute la place
    avec une sensation de contact privilégié, de contact direct avec le corps
    mais assez régulièrement le moi pensant sort de sa boîte, vient un peu perturber l’ordre établi,
    dans ces cas, le moi ressentant , sa présence immédiatement s’estompe, la puissance des sensations semblent s’estolper aussi,
    je sens le corps s’éloigner aussi de moi
    mais cela ne dure jamais bien longtemps,
    je suis bien habitué à ce processus, je pense quelques instants , sujets divers et variés,
    le corps continuant à être en action
    puis le moi pensant retourne se coucher dans sa niche
    et les choses reprennent, les sensations m’envahissent à nouveau,
    cette délicieuse immédiateté du corps est à nouveau présente

    en fait tout ce mécanisme est tellement bien au point,
    que je perçois désormais au moins un autre acteur officiant,
    je l’appelle le moi agissant,
    c’est une sorte de moi pensant de plus bas niveau, pas dans la tête, je veux dire,
    sans pensées conscientes, mais pensant directement l’action sur les membres, sur tout le corps,
    une sorte d’imagination formé d’instinct, de pulsions, sans doute d’autres choses aussi,
    c’est assimilable plus que probablement, selon moi, au moi reptilien

    eh bien je le perçois bien désormais, je le sens donner des ordres aux muscles, aux membres,
    il y a la plupart du temps un léger décalage
    entre ses incitations et puis le corps qui réagit à ces incitations,
    très très léger décalage

    il y a toutes les incitations, elles dans la conscience, du moi pensant,
    tentant souvent d’influencer l’action,
    celles-là j’ai appris à les ignorer totalement

    #33840
    bzo
    Participant

    le corps en action sans nous

    la plus belle des tempêtes,
    le corps sait tellement mieux que nous,
    quand faire quoi

    dans l’oubli de nous-même, il y a un royaume à exploiter

    #33841
    bzo
    Participant

    quel lent et merveilleux apprentissage,
    chemin initiatique, chemin initiatique sensuel,
    laisser parler le grand désir,
    laisser de plus en plus la place au grand désir

    je me sens traverser par un élan vital,
    il me tord parfois, comme il me tord parfois,
    toutes mes énergies se libèrent, je les sens couler en moi,
    quel flot à la fois d’une violence et d’une douceur inouïes

    il passe à travers mon corps, tout roule en moi, tout vibre en moi,
    il me bouge, me bouge tantôt avec une douceur inouïe,
    me bouge tantôt avec une violence inouïe,
    je m’abandonne totalement, comme c’est bon d’être roulé ainsi sans volonté,
    d’être roulé ainsi dans le lit du torrent

    mon moi reptilien, ma prostate et mes parties génitales, mènent le bal,
    ensemble, ils me font boire à la source,
    la source qui m’inonde de son fracas,
    que résonnent les tambours

    je voudrais que vous puissiez me voir,
    à quel point le grand désir s’exprime librement en moi désormais,
    à quel point le grand désir peut libérer de toutes entraves, de toutes contraintes
    à quel point le grand désir peut fondre un corps nouveau,
    à quel point le grand désir peut fondre ensemble un corps nouveau
    avec tout ce qu’il a de masculin et tout ce qu’il a de féminin dans cette chair,
    à quel point le grand désir peut nous unir,
    à quel point le grand désir peut nous unir à nous-même

    #33843
    bzo
    Participant

    s’enivrer de ses caresses,
    quelle merveilleuse expression

    imaginez un type nu, débraillé, qui saisit de bon matin une bouteille de vodka,
    en jette au loin le bouchon sans regarder où il va atterrir,
    il n’a pas l’intention de la lâcher avant qu’elle soit terminée
    s’écroule sur le divan de tout son long, rejette la tête en arrière le goulot collé à sa bouche,
    on devine les flots du liquide à 60 degrés dévalant sa gorge,
    ses entrailles se mettent à brûler, sa tête commence à tourner,
    tous les noeuds se défont en lui, une tempête est en train de se lever

    eh bien c’était moi il y a quelques instants,
    ma peau s’enflammait, irradiait, au contact de mes doigts partout où ils passaient,
    je me suis mis à râler, je voulais sentir les flammes se répandre dans ma chair,
    très bientôt cela arriva,
    comme un torrent de mille mains me caressant, se répandant en moi,
    en parallèle à mes paumes glissant sur ma peau,
    en parallèle à mes couilles contre lesquelles venaient se frotter, venaient se presser, mes cuisses,
    en parallèle au piston lent, au piston puissant, de mes contractions
    comme la sonorité frémissante de mille immenses tambours
    comme le frémissement velouteux dans ma chair de mille voluptueux effleurements,
    cela tournoyait, cela frottait, cela remuait,
    cela semblait hurler, cela semblait bouger de toutes côtés, partout dans ma chair

    du liquide enivrant coulait en moi,
    je n’étais plus des pieds à la tête qu’un gosier transi, hébété, avec une bouteille collée à elle
    envahi par un nectar brûlant, dévalant partout, rendant fou de désir, rendant fou de plaisir,
    mon sexe coulait, rendait du liquide non stop, comme un robinet mal fermé d’où s’échappait un filet,
    de temps à autre je descendais une main qui venait frotter mes parties lascivement,
    qui les caressait lentement un instant puis s’immobilisait
    tandis qu’une décharge électrique sexuelle explosait dans mes entrailles,
    montait, descendait, dardant des éclairs ineffables dans tous les directions

    mes doigts maintenant se cantonnent autour de mes seins,
    je les regardais avidement être malaxés, frottés, pressés,
    comme ils aiment cela,
    ils irradient leur bonheur dans mon regard
    m’emplit les yeux de leur volupté,
    mes seins sont maintenant dans mes yeux,
    mes yeux les caressent, mes yeux les malaxent, mes yeux les frottent,
    aidés de mes mains, ils combinent leurs efforts,
    pour me rendre toujours plus fou, plus en rut, plus déchaîné, plus virevoltant

    de la chair enivrée partout, de l’âme enivrée partout,
    vive la luxure, vive la chair, vive le sexe,
    ah le week-end commence bien, le week-end commence merveilleusement bien,
    le week-end comme je les aime, s’annonce, plein de luxure, plein de gémissements,
    plein de lascivité et de regards chavirant de plaisir

30 sujets de 271 à 300 (sur un total de 739)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.