Ce sujet a 408 réponses, 10 participants et a été mis à jour par bzo bzo, il y a 13 heures et 8 minutes.

20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 409)
  • Auteur
    Messages
  • #32483
    bzo
    bzo
    Participant

    c’est peut-être juste de l’auto-suggestion tout cela, en tout cas dans ma façon de pratiquer
    mais cela marche,
    comme cela marche..

    étais en train de préparer mon petit déjeuner avant d’aller au travail,
    à un moment donné j’ai eu envie,
    le désir m’a enflammé, j’avais tout le bassin en feu avant même de m’être touché

    je glissais sous mon t-shirt une main et je commençais à me caresser les seins,
    l’autre glissait dans ma culotte, palpait le globe de mes fesses,
    caressait mon flanc, allait effleurer ma raie,
    j’y sentais de l’humidité, je glissais deux doigts dedans , les rentrais légèrement dans mon A-pussy,
    j’étais déjà en train de me pâmer, frissonnant de la tête aux pieds

    comme deux amants entre deux portes qui se sont rués à l’assaut amoureusement l’un de l’autre,
    avec mes doigts, j’effleurais mon sexe, mes couilles,
    je n’en pouvais plus, tout mon corps bouillait de désir, de plaisir,
    je commençais à simuler des mouvements de pénétration avec mon bassin, mes contractions,
    avec la paume englobant tout mon appareil,
    je sentais comme du feu liquide en moi,
    je sentais une raideur divine aller et venir dans mes entrailles,
    entre mes jambes me travailler lentement

    3,4 minutes ainsi, comme deux amants fiévreux,
    qui ont jeté leurs habits à la ronde,
    caressant la peau de l’autre, se pressant l’un contre l’autre,
    s’étreignant, s’aimant, comme deux volcans en éruption l’un vers l’autre,
    baisant, baisant, baisant passionnément,
    leur chair tout feu, tout flamme, s’entremêlant

    tout cela marche de plus en plus facilement chez moi,
    quelques mouvements, quelques effleurements
    et je suis dans tous mes états,
    c’est divin

    #32492
    bzo
    bzo
    Participant

    j’ai décidé d’appliquer à nouveau une discipline stricte question pratique,
    plus aucune sollicitation en journée sur mon lieu de travail
    ou en journée le week-end
    et pas de porno , je m’étais laissé de temps à autre ces derniers temps
    à regarder des vidéos dites « faite maison »,
    ces vidéos souvent maladroites, plus ou moins réussies,
    ont au moins pour eux une certaine forme de sincérité, d’authenticité dans l’action,
    pas juste un simulacre effectué par des professionnels

    ainsi j’obtiens une longue période sans rien de sexuel, sans éveil de ma libido
    et donc le soir une fois que je me suis lavé, restauré, l’esprit bien dégagé,
    je serais prêt à la soudaine et très délicieuse intrusion dans mon quotidien
    et quand cela arrivera, au hasard de quelques doigts qui se seront attardé sur une cuisse
    ou sur un sein
    suivi par quelques mouvements lascifs du bassin,
    ce sera d’autant plus divin, je l’ai déjà expérimenté

    c’est le bon vieux principe de se retenir pour mieux venir,
    j’oublie que cela existe tout cela, ma caverne d’ali baba
    et puis à un moment donné, le couvercle est enlevé
    et cela va jaillir avec d’autant plus de force

    #32497
    pcommep
    pcommep
    Participant

    Whoufff @bzo, tes séances du 3 janvier, c’est quelque chose ! Tellement bien décrites, et, comment dire… organiques.

    enfoncer deux doigts entre vos couilles,
    c’est un peu comme si vous enfonciez une fiche dans la prise,
    le courant va passer, le nectar va se répandre, d’abord dans votre bassin
    puis dans tout le corps,

    j’y sentais de l’humidité, je glissais deux doigts dedans , les rentrais légèrement dans mon A-pussy,
    j’étais déjà en train de me pâmer, frissonnant de la tête aux pieds
    comme deux amants entre deux portes qui se sont rués à l’assaut amoureusement l’un de l’autre,
    avec mes doigts, j’effleurais mon sexe, mes couilles,
    je n’en pouvais plus, tout mon corps bouillait de désir, de plaisir,
    je commençais à simuler des mouvements de pénétration avec mon bassin, mes contractions,
    avec la paume englobant tout mon appareil,
    je sentais comme du feu liquide en moi,
    je sentais une raideur divine aller et venir dans mes entrailles,
    entre mes jambes me travailler lentement

    L’impression d’être deux, de se faire l’amour, l’action d’un amant puissant en soi, fouillant, poussant…

    Mais pourquoi aujourd’hui vouloir se restreindre ? Pourquoi retenir pour mieux venir ? De mon côté, je sens que plus je pratique et mieux c’est, plus il y a de plaisir(s). Pourquoi cette démarche très « éjaculatoire », dans le sens pratique masculine habituelle ?
    Est-ce pour ressentir comme une surprise lors d’un nouveau jaillissement de plaisir après une période sans ?
    Tu m’intrigues. j’aimerais comprendre. A bientôt @bzo

    #32521
    bzo
    bzo
    Participant

    Mais pourquoi aujourd’hui vouloir se restreindre ? Pourquoi retenir pour mieux venir ? De mon côté, je sens que plus je pratique et mieux c’est, plus il y a de plaisir(s). Pourquoi cette démarche très « éjaculatoire », dans le sens pratique masculine habituelle ?

    tout d’abord je ne prône nullement l’abstinence,
    loin s’en faut

    des théories veulent,
    qu’il vaut mieux ne pas pratiquer plus d’une ou deux fois par semaine
    sinon on risque la diminution des sensations,
    une certaine forme de lassitude, d’habitude

    personnellement je ne fais très certainement pas partie de ceux qui professent ce genre d’idées,
    de fait depuis toujours je pratique quotidiennement,
    il est rare qu’il n’y ait pas un jour sans au moins une séance,
    la plupart du temps, plutôt deux, trois
    et cela depuis que j’ai commencé
    sauf quelques périodes de découragement dans la première année

    cependant, cependant, je dois avouer qu’il y a quelque chose de piquant et de joyeux
    à un peu se retenir comme cela en journée,
    en semaine c’est vraiment pas difficile étant occupé au boulot,
    le week-end quasi impossible
    et donc en fait j’oublie complètement que cela existe même , ma façon d’obtenir du plaisir,
    je vaque à mes tâches, le soir je rentre,
    là encore je n’y pense pas,
    je vais prendre ma douche, je mange, je me détends,
    mon esprit s’ouvre, est disponible pour les loisirs, pour la lecture
    et tout naturellement il y a un moment où je vais ressentir un besoin irrépressible,
    mon corps va me rappeler qu’il existe des besoins très spéciaux désormais en moi, à satisfaire
    auxquels je l’ai habitué
    et il serait temps de s’y mettre

    il y a un effet retrouvaille qui est tout à fait délicieux, rafraîchissant
    et que je n’ai pas quand il y a une sorte de continuité,
    que le matin en me préparant dans la salle de bain
    ou interrompant mon petit déjeuner
    et puis au travail , en me rendant aux toilettes,
    je me procure quelques minutes de sensations fortes

    ainsi, en me m’absorbant dans mes taches quotidiennes,
    me laissant me déconnecter complètement de cette sexualité atypique
    si facile à garder éveillée en soi,
    si facile à invoquer autant de fois qu’on veut,
    le soir quand je m’y mets,
    il y a un effet retrouvaille que j’aime faire naître ainsi

    le week-end, c’est plus difficile par contre,
    la volupté ne me quitte quasi pas,
    je la sens en moi au moindre pas, au moindre contact de ma propre peau,
    assis, il suffit que je fasse une contraction
    et déjà tout mon corps est envahi par une douce félicité,
    mon bassin baigne dans une chaleur voluptueuse,
    et j’ai la sensation de sentir monter en moi un pénis en érection

    là à l’instant pour vérifier que tout est bien là à ma disposition,
    j’ai fait monter une contraction ,
    directement j’ai senti de la lave se répandre entre mes reins,
    c’était tellement puissant et soudain, que j’ai laissé échapper un gémissement,
    j’ai fermé les yeux
    et j’ai continué un peu,
    en deux , trois contractions comme des coups de pompe
    tout mon corps a été envahi par le nectar chaud, frissonnant, si doux, si doux
    et j’ai commencé à dériver en moi comme sur une mer de volupté
    et cette sensation de chair épanouie, de chair en fleur
    aussi, a immédiatement pris possession de moi,
    quel bonheur

    #32530
    bzo
    bzo
    Participant

    c’est vraiment comme avoir des super-pouvoirs,
    on est des x-men du plaisir en solitaire

    assis à mon bureau, les pieds sur la table, mon peignoir s’entrouvre,
    toute cette chair, hmmm, cela me donne des idées,
    je mets la main sur un sein, j’en épouse la forme doucement, délicatement,
    je bouge un peu la main, tâte les courbes, suit les contours,
    je le cajole, agace la pointe,
    elle durcit

    je contracte les muscles autour de l’anus,
    enfin, en fait, je ne sais même pas exactement ce que je contracte,
    je contracte, c’est tout

    je contracte, c’est tout et c’est parti,
    c’est parti sur les chapeaux de roue,
    je m’emplis, je m’emplis, je m’emplis,
    quel festival,
    je m’emplis de frissons, de vagues de chaleur, d’ondoiements de toutes sortes

    je maintiens encore la contraction,
    je presse même un peu plus fort, pas loin d’être à fond,
    comme enfoncé jusqu’à la garde en moi-même,
    dans mon A-pussy, mon cher A-pussy,
    mon petit trou trou d’amour tout en muscles soyeux bougeant lascivement,
    mon petit trou trou d’amour tout en petites pieuvres langoureuses
    qui s’enroulent autour de tout ce qui passe

    j’enlève les pieds de la table, je glisse trois doigts sous moi ,
    je me soulève un peu, les dresse bien droit et me laisse retomber dessus,
    ils s’enfoncent en moi sans ménagement,
    je sens la chair avide, enflammée, s’écarter,
    comme cela frotte, comme cela presse,
    j’ai la sensation d’être empalé,
    je commence à bouger, à monter et à descendre,
    ces deux doigts sont remués en moi par les contractions, par les mouvements du bassin,
    je les enveloppe amoureusement de tous les muscles de mon fondement,
    ils semblent ne plus former qu’un,
    tout mon bassin semble être un animal extraordinaire, un animal mutant,
    ayant sa propre vie, exsudant toutes sortes de sensations comme d’un autre monde

    je cambre les reins, la tête penchée en arrière,
    j’ai un axe en moi, un axe chaud en moi,
    je suis en train de danser autour, d’onduler autour,
    de m’y accrocher amoureusement, de m’y frotter lascivement,
    je le lèche avec les entrailles, je l’embrasse avec mes tripes,
    je me serre tout contre, qu’il s’incruste, qu’il s’incruste!
    je m’éloigne, je me rapproche,
    je m’éloigne encore, je me rapproche encore,
    qu’il s’enfonce toujours plus loin,
    qu’il m’envahisse tout entier, qu’il y fasse son nid,
    qu’il s’enterre en moi et ne ressorte plus jamais

    #32532
    lighteningbolto
    lighteningbolto
    Participant

    Je partage un peu tes sentiments sur la retenue mais pour l’instant j’en suis incapable.
    Cependant une fois mon « adolescence » fini il faudra que je me calme un peu, histoire de mieux profiter des moments qu’on y consacre et aussi etre plus présent dans les moments qu’on y consacre pas :p

    #32534
    bzo
    bzo
    Participant

    Cependant une fois mon « adolescence » fini il faudra que je me calme un peu

    le stade de la découverte de tout ce pactole
    de cette corne d’abondance qui ne se désemplit pas,
    on a tous connu cela, un usage frénétique au début, une fois qu’on était bien en selle,
    cela passera

    enfin, cela passera un peu,
    pas de raison de ne pas en user et d’en abuser,
    on a qu’une vie, un seul corps,
    un jour il faudra le rendre à la terre

    tout notre corps en fait est un organe sexuel,
    c’est ce qu’on découvre peu à peu,
    certaines parties de cet organe sexuel, sont plus sensibles que d’autres,
    nos seins, notre sexe, notre prostate
    mais là où les choses sérieuses commencent vraiment,
    c’est quand on prend conscience que notre sexe par exemple,
    n’est qu’une partie de cet organe sexuel,
    tout comme nos ongles, notre sang, nos os, etc
    et que c’est tout l’ensemble qu’il faut faire chanter

    un chant polyphonique auquel chaque cellule de notre être participe,
    peut s’élever en nous,
    du plus profond de nos abysses jusqu’à la surface de notre peau,
    du bout du bout de nos doigts de pieds,
    jusqu’à la pointe du moindre de nos cheveux

    et quand tout cela se met à chanter ensemble,
    on n’est pas prêt d’oublier ces moments

    moments de pur sortilège,
    plongé au plus profond de l’instant
    avec toute l’intensité dont nous sommes capable

    #32541
    bzo
    bzo
    Participant

    une première séance ce soir au lit

    en aneroless uniquement, pas de contact de mes parties avec les mains

    j’ai effectué quelques réglages dans mon moteur, en ai essayé des nouveaux,
    cela a donné des résultats au-delà de toutes mes espérances

    mes mains vont et viennent sans cesse, je l’ai écrit souvent,
    c’est cela que j’ai remis en question,
    en effet je m’étais rendu compte que dans les moments d’intenses contractions,
    ce qui correspond chez moi au niveau des ressenti,
    comme à des mouvements de pénétration,
    mes mains continuaient d’aller un peu partout mais plutôt machinalement

    je décidai de changer de synchronisation,
    dans ces moments où la contraction faisait naître la sensation en moi,
    d’un sexe tendu, gorgé de sang, fouillant mes entrailles,
    allant et venant en moi,
    je laissais mes mains s’arrêter, ne plus trop bouger, juste un peu changer de pression,
    sur le sein par exemple ou vaguement se mouvant
    et ainsi tout le focus restait bien sur mon bassin où cela se passait dans cet instant
    et vice et versa de temps à autre,
    les mains recommençaient à trotter langoureusement sur ma peau
    et alors c’est le bassin qui arrêtait à peu près toute activité

    comme je l’ai écrit plus haut, les résultats ont été spectaculaires au niveau des sensations,
    moments splendides,
    j’ai en fait découvert dans toute leur splendeur à quel point
    mes contractions sont devenues puissantes,
    à quel point elles sont comme le poumon de ma pratique,
    ce sont elles qui font entrer en vibration ma prostate chérie,
    je sens les ondes divines à chaque pression qui montent dans mon bassin,
    qui vont se répandre dans tout mon corps

    je restais quelques fois de longues minutes immobiles,
    la main couvant un sein
    et juste avec les contractions me travaillant le bas-ventre,
    mettant le feu partout,
    m’inondant de lave délicieuse, de nectar incandescent,
    j’étais aux anges

    je laisse de temps à autre les contractions ralentir
    et je laissais les mains prendre le focus,
    commencer à caresser, lentement, lentement,
    comme ainsi je sentais à quel point elles pouvaient êtres puissantes dans leur effet,
    elles semblaient prendre le relais des contractions
    et mon sein pressé ainsi, semblait en communication directe avec ma prostate

    je m’usais divinement ainsi pendant de longues minutes,
    le temps passait autour de moi,
    moi, j’étais ailleurs

    #32550
    bzo
    bzo
    Participant

    rien à voir avec ma pratique, quoique…

    mais je n’ai pas résisté à l’envie de copier un article du Nouvels Obs ici
    (enfin début d’article car l’ensemble est réservé aux abonnés)

    Nos cousins primates auraient-ils tout compris avant nous ? En régulant leurs conflits par le sexe, ils mettent en pratique notre vieille formule éculée : faites l’amour, pas la guerre ! Emilie Genty, primatologue à l’université de Neuchâtel, nous explique toute la subtilité de ces rapports sociosexuels uniques dans le monde animal.

    Les bonobos sont réputés utiliser le sexe pour réguler leurs conflits. Comment cela se passe-t-il concrètement ?

    Chez les bonobos, le sexe ne sert en effet pas seulement à la reproduction. Pour réclamer un partage de la nourriture, éviter l’éclatement d’un conflit, se réconcilier après une dispute, consoler une victime, renforcer les liens sociaux, ou pacifier une rencontre, ces primates invitent leurs congénères à s’engager dans une interaction sexuelle, que ces derniers ont le choix d’accepter ou non. Par exemple, les femelles entre elles ont de nombreux contacts face-à-face pour consolider leurs alliances entre elles afin de contrer l’intimidation des mâles, au cours desquels elles frottent leurs vagins l’un contre l’autre en se balançant de droite à gauche.

    https://www.nouvelobs.com/sciences/20181231.OBS7816/faites-l-amour-pas-la-guerre-comment-les-bonobos-regulent-leurs-conflits-par-le-sexe.html

    <img src= »http://image.noelshack.com/minis/2019/01/7/1546766838-16701986.png » border= »0″
    pff, j’arrive pas à insérer l’image proprement

    #32572
    bzo
    bzo
    Participant

    je continue d’expérimenter cette nouvelle synchronisation, cette nouvelle coordination
    que je décris plus haut

    elle est tellement puissante, elle va me permettre d’aller au niveau suivant dans ma pratique,
    tout est beaucoup plus mis en relief, chaque geste, chaque mouvement, chaque contraction,
    semblent plus précise, plus vive,
    c’est extraordinaire

    c’est à peu près au point,
    d’un côté il y aura les mouvements du corps, le mode liane lascive,
    le travail des mains, allant par monts et par vaux
    et puis le tango langoureux, passionné de mes parties génitales avec mes cuisses

    et puis de l’autre côté, il y a les contractions,
    les mouvements de pénétration plus amples, avec tout le bassin engagé
    et puis la main derrière,
    quelques doigts s’enfonçant plus ou moins dans mon A-pussy
    parce qu’il y a une contraction qui vient les accueillir tout naturellement
    dès qu’ils ont passé l’entrée,
    dès qu’ils ont pénétré dans le doux corridor, dans le velouteux corridor
    une contraction vient les envelopper avidement, tendrement,
    pour qu’ensemble ils forment la sensation d’un dard s’enfonçant dans mes entrailles

    donc ces deux groupes d’acteurs de mon plaisir, désormais je les alterne,
    une contraction est en train de naître?
    le reste s’arrête pour qu’elle puisse prendre son essor et exprimer pleinement tout son potentiel,
    les mains se remettent à bouger?
    le corps se remet presque automatiquement en mode liane lascive,
    les contractions s’arrêtent, passent le relais

    comme je l’ai écrit plus haut,
    tout ressort avec un surcroît de précision, de détail, tout à fait surprenant,
    chaque contraction me rend fou, me fait hurler,
    je ressens encore plus chaque millimètre de son parcours dans mes entrailles

    mon corps commence à bien intégrer cette nouvelle façon de faire,
    il n’y a pas lieu que ce soit d’une précision au cordeau,
    non bien gentiment,
    quand une contraction monte, j’arrête le reste en douceur,
    tout le focus est sur ce qui se passe à ce moment dans mon bas-ventre
    et puis si les mains se remettent en mouvement, que le corps se remet en mode liane lascive,
    j’arrête les contractions
    et le focus n’est plus spécialement sur mon bas-ventre,
    sur aucun point particulier en fait,
    je me laisse totalement aller à la houle qui se crée
    avec mon corps en mode liane lascive, avec mes mains se baladant sur ma peau,
    avec mes parties génitales se pressant tout contre mes cuisses
    et leur danse tellement langoureuse,
    qui semble lever de la soie dans tout mon bassin

    c’est divin, que de nouvelles perspectives à ma porte,
    l’escalade ne finit jamais,
    le sommet se rapproche et en même temps le sommet s’éloigne

    #32573
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Bonjour @bzo,

    C’est divin, que de nouvelles perspectives à ma porte. L’escalade ne finit jamais, le sommet se rapproche et en même temps le sommet s’éloigne

    Mais est-ce frustrant ? Pour ma part je le vis comme un mouvement exaltant, dont le début se perd dans les méandres de mon histoire, et la fin se noie dans la brume de ma connaissance et de mon expérience limitée. Je n’ai aucune frustration à ne pas atteindre tel ou tel sommet, je prends ce qu’il m’est permis de toucher, même si parfois cela semble minuscule par rapport aux moments où je suis renversé tellement la coupe est pleine.

    Imagines – toi : et si tu n’étais sur ce parcours, qu’un petit enfant qui vient de déballer son cadeau ? Si ce que tu vis, malgré l’infini plaisir que tu décris, n’était qu’un tout petit morceau de l’infinité du possible ?

    Cela a quelque chose de mystique, ne penses-tu pas ?

    #32574
    bzo
    bzo
    Participant

    notre pratique en étant sans limites,
    en ce sens aussi, très comparable au sexe avec d’autres,
    elle plonge ses racines loin en nous,

    je ne ressens aucune frustration, au contraire,
    cela me rassure de sentir à chaque fois que je fais une évolution importante,
    que j’atteints le niveau suivant,
    de me rendre compte que je me suis élevé,
    que je suis plus haut, plus loin
    mais aucunement rapproché du sommet

    Cela a quelque chose de mystique, ne penses-tu pas ?

    tout à fait, j’en fait l’expérience tous les jours,
    on peut dire qu’il y a un aspect mystique à tout cela,
    le sexe avec d’autres ou avec soi-même,
    peut nous mener tellement loin

    #32575
    bzo
    bzo
    Participant

    enfin, mystique,
    tout dépend de la connotation qu’on donne à ce mot

    en dehors de toute religiosité, de tout ésotérisme,
    j’accepte le tantrisme à la limite, pour ce que j’en sais

    pour moi, c’est juste ressentir, éprouver, vivre, quelque chose de plus grand , de plus large que moi,
    comme avec l’art, voir un tableau de Picasso ou de Van Gogh,
    nous permet d’expérimenter quelque chose qui nous dépasse,
    écouter du Mozart ou lire Proust, idem

    cela me suffit, je ne cherche pas à épingler le papillon, lui trouver un nom,
    déterminer sa famille,
    juste le sentir voler quelques fractions de secondes en moi,
    sentir battre ses ailes colorées dans mes flancs,
    me suffit

    #32577
    bzo
    bzo
    Participant

    ah mes amis, je sors d’une séance,
    sacré bonsoir de bonsoir, pour une séance, c’était une séance!

    le système que je décris plus haut, tient toutes ses promesses,
    au-delà de tous mes espoirs,
    désormais que j’ai une bonne fluidité des gestes, des mouvements, des enchaînements,
    je pratique cette alternance de plus en plus automatiquement,
    et tout est en train d’exploser dans tous les sens à chaque instant,
    le bonheur qui étreint ma chair, je suis dans le sans limites

    j’avais déjà connu quelques orgasmes au féminin,
    même un super O ou deux, quoique assez courts
    (enfin par rapport à ceux que j’ai connu dans le passé avec masseur qui duraient plusieurs minutes)
    mais là ce soir, j’ai enchaîné les orgasmes
    ou plutôt je les déclenchais à volonté,
    comme des fruits mûrs ils se pressaient autour de moi,
    je n’avais plus qu’à les cueillir
    quand je me sentais prêt dans ma chair

    être soudainement envahi dans tout le corps par une chaleur incroyablement dense,
    le cerveau comme fondant, envahi par le même nectar ineffable,
    provoquant une euphorie dans tout mon être,
    j’étais en train d’hurler constamment, ma voix était sans contrôle

    épanouissement, sensation sur-puissante d’épanouissement dans l’instant
    durant toute la séance,
    tantôt en mode liane lascive, m’enivrant de mes caresses
    et de mes cuisses frottant inlassablement mes parties,
    tantôt avec douceur, tantôt avec flamme,
    comme un tango sensuel, collés les uns contre les autres,
    mes cuisses, mes couilles, mon sexe, entremêlées,
    provoquant des vagues de volupté dans tout mon être

    quand je sentais en moi le gourdin se former à l’entrée de mon A-pussy,
    de sa tête toute gonflée, écarter les lèvres et commencer à se frayer un chemin,
    cela semblait crier dans mon fondement,
    cela semblait hurler dans mon fondement,
    « hola manants, gueux, laissez passer votre roi,
    cédez le passage, le carrosse de sa majesté est annoncé »,
    tout s’arrête dans ces moments-là, mes mains, le corps, tout le monde s’immobilise
    et le carrosse arrive, comme il arrive, entouré d’éclairs de douceur, de chaleur,
    suavement il remonte dans mes chairs,
    il bouscule dans un grand rire tout sur son passage,
    des vagues concentriques de chaleur, de frissons, se forment sur son passage,
    s’ne vont dans toutes les directions,
    tout mon intérieur n’est plus que liesse, hurlements de joie et danse joyeuse
    sur son passage

    ça y est la densité prend corps,
    mon corps se fait densité extrême de chaleur,
    mon corps se fait densité extrême de douceur,
    mon corps se fait densité extrême d’amour,
    de la tête aux pieds, je ne suis plus que tremblement amoureux des abysses,
    de la tête aux pieds, chacune de mes cellules
    est une fleur fragile, frémissante, frêle, riant aux éclats dans l’instant

    olé

    #32579
    Avatar
    Envole
    Participant

    Hello @bzo, et excellente année de plaisir à toi !!! Et à tout le monde ici !!!
    Je te comprends parfaitement, j’éprouve un peu la même chose. Je suis bien aujourd’hui dans ma libido de femme grâce au sexe anal dans toute ses dimensions, et finalement je n’ai plus trop besoin d’écrire dessus. Je le vis, et bien ! Encore un très beau moment d’une heure aujourd’hui…
    Tout le meilleur encore pour 2019, année érotique 🙂
    Naomi

    #32580
    pcommep
    pcommep
    Participant

    Bonjour @bzo,
    Comme tu as raison, lorsque tu dis :

    cette sexualité qui est vraiment comme un récit qu’on se raconte,
    récit qu’on se raconte avec son corps,
    avec ses fantasmes, avec sa sensibilité, avec son instinct, ses pulsions
    son énergie vitale, avec tout son être, avec tous ses abysses

    je suis moi-même adepte de très peu me toucher pendant mes séances, d’où l’importance énorme des fantasmes, de l’imagination, du cerveau, auxquels répondent les sensations, les pulsions, la sensibilité des différentes parties de notre corps.
    Je te comprends également sur ton désir de pause dans tes posts. Je communique moi-même rarement sur mes propres expériences, effectivement parce que je profite pleinement de cette nouvelle sexualité. En revanche, il me semble important de continuer à réagir, et à apporter des conseils ou de relater nos expériences à d’autres. J’ai tellement appris grâce aux autres justement, grâce à toi et à la richesse de tes posts.
    Bonne route et à très bientôt @bzo

    #32582
    bzo
    bzo
    Participant

    bonjour à vous deux,
    hé hé, vous avez fait remonter mon précédent fil,

    Je suis bien aujourd’hui dans ma libido de femme grâce au sexe anal dans toute ses dimensions, et finalement je n’ai plus trop besoin d’écrire dessus.

    en fait , cela a changé depuis, le fait est que chez moi, l’écriture est tellement couplée à ma pratique,
    c’est devenu une sorte d’automatisme,
    j’ai fini une séance, une fois sur deux je me dirige vers mon ordinateur et je fais un petit texte

    je suis moi-même adepte de très peu me toucher pendant mes séances, d’où l’importance énorme des fantasmes, de l’imagination, du cerveau

    moi je me touche beaucoup, j’ai une pratique dynamique, même si je ne change plus beaucoup de position
    mais en mode liane lascive, mon corps ondule,
    j’ai la sensation de danser sur place,
    plus mes mains qui parcourt pas mal mon corps

    chez moi aucun fantasme, aucune imagination, mon cerveau, est vide, mon moi pensant est en veilleuse,
    je laisse parler mon instinct, mes pulsions,
    bref, mon corps

    #32586
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bonsoir lesamis.
    Je replace les 3 messages précédents dans le bon sujet pour faciliter la lecture des Nouvelles Aventures ExtraOrgasmiques de Maître Bzo.
    Bon cheminement à vous @bzo, @envole, @pcommep.

    #32587
    bzo
    bzo
    Participant

    cela commence à être vraiment bien fluide
    ma gestuelle avec la nouvelle synchronisation,
    c’est d’autant plus facile à assimiler que c’est tellement puissant

    au fond si je rends le volant totalement à mon corps,
    il est conduit par les sensations essentiellement,
    il est au plus près des sensations et il les piste comme un chien de chasse,
    mon corps est en chasse, il flaire une bonne sensation,hop il ne lâche plus la piste

    donc comme les sensations sont devenues encore plus intenses avec cette nouvelle coordination,
    mon corps est en train de prendre le relais assez rapidement,
    pratiquement plus besoin de penser,
    une contraction se prépare dans mon fondement, à l’entrée de mon A-pussy,
    le reste s’arrête, lui laisse tout le focus

    je me rends compte que depuis toujours je mélangeais un peu tout,
    un peu n’importe comment,
    oh les résultats étaient bien sûr excellents aussi
    mais là j’ai bien optimisé tout cela,
    j’ai bien identifié quoi pouvait être fait en même temps que quoi,
    deux groupes d’actions désormais bien séparés

    j’alterne les deux groupes
    mais c’est devenu presque complètement fluide
    et je ressens une continuité dans l’action presque constamment,
    c’est rentré très vite

    les contractions depuis…
    je ne les avais encore jamais ressenti avec une telle précision, une telle intensité,
    avec tellement de détails,
    c’est absolument fabuleux,
    si je la maintiens plus d’une trentaine de secondes,
    c’est immédiatement un orgasme presque à chaque coup

    bon, en fait, ce qui progresse ici chez moi
    et j’ai gagné mon pari d’avoir suivi mon intuition,
    de m’être engagé dans cette façon si particulière de pratiquer,
    ce qui progresse à chaque fois chez moi avant tout,
    c’est la sensation de me faire l’amour

    c’est devenu tellement incroyable, tellement réaliste,
    réaliste par rapport à quoi?
    c’est un petit miracle qui se joue à chaque instant,
    je sais bien que c’est avec mes propres mains que je me caresse
    et pourtant ce que je ressens avec toujours plus de force,
    avec toujours plus de richesse, avec toujours plus de variations,
    ce sont des mains qui caressent un autre corps, un corps de femme

    c’est ce corps que je sens bouger, ce sont ses seins que je sens pressés, frottés
    et pourtant je sais très bien que je n’ai pas de seins,
    je sais aussi que je n’ai pas un sexe de femme entre les jambes
    pourtant durant la séance, je sens mon A-pussy, il vibre en moi, il est un brasier en moi
    et quand j’y enfonce deux doigts qu’une contraction vient cueillir, vient envelopper
    pour les emmener plus loin, pour partir ensemble à la conquête de mes entrailles
    je me pâme

    quand j’ondule en mode liane lascive où je m’autorise tous les mouvements, tous les gestes
    sans aucun tabou, sans aucune retenue,
    je suis envahi par un océan de volupté,
    il faut l’avoir vécu, cet épanouissement de la chair

    on se sent complet, le masculin et le féminin en moi,
    sont en éveil total et leur lutte amoureuse dans ma chair,
    font que je me sens complet, que je me sens un,
    pour se sentir un il faut qu’il y en ait deux en train de s’unir,
    c’est par l’union de deux qu’on peut se sentir un, qu’on peut se sentir complet,
    un tout seul, cela ne fait qu’une moitié,
    il faut d’abord apprendre à être deux
    puis déchaîner les forces pour qu’ils puissent s’unir

    voici bien la source de mon plaisir
    et il est de plus en plus complet, de plus en plus riche,
    chaque instant passé ainsi est un bain de jouvence,
    est un ressourcement,
    il y a un moi plus grand en moi, beaucoup plus grand en moi,
    il se déploie de plus en plus sublimement

    #32588
    lighteningbolto
    lighteningbolto
    Participant

    On dirait que ta fusion est complète à présent, celle de ton corps et ton esprit, ainsi que de ton coté masculin et féminin! Je suis ravis pour toi 😉

20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 409)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.