20 sujets de 641 à 660 (sur un total de 739)
  • Auteur
    Articles
  • #35211
    bzobzo
    Participant

    étonnant comme l’afflux d’ondes féminines et d’ondes masculines
    s’est inversé chez moi par rapport aux sources habituelles qui les fournissent

    je veux dire par là qu’en ma première année
    où je pratiquais avec masseur un massage prostatique, certes éloigné du « do nothing » du traité d’Aneros
    mais néanmoins encore classique,
    en ce sens où comme tout le monde qui était parvenu à un certain stade de la pratique,
    j’enchaînais les orgasmes, de temps à autre j’avais même un super O

    le plaisir prostatique est un plaisir au masculin,
    se servant certes d’un afflux massif d’ondes féminines grâce à la prostate
    mais cela reste une façon masculine de vivre le plaisir,
    en ce sens que ce qui intéresse le mâle fondamentalement, c’est d’atteindre l’orgasme

    et comme la pratique prostatique lui offre la possibilité d’en vivre plusieurs,
    ce qui l’intéressera à partir d’un certain niveau,
    c’est d’en enchaîner le plus possible et le plus longtemps possible
    et puis bien sûr aussi atteindre le Graal, vivre l’orgasme suprême, le super O,
    tout cela est typiquement masculin

    c’était il y a bien longtemps pour moi,
    j’ai parfois l’impression que c’était il y a des décennies
    tellement je me suis éloigné peu à peu de cette façon de vivre mon plaisir,
    tellement celui-ci a changé, a évolué,
    tellement ce ne sont plus les orgasmes qui m’intéressent
    mais la qualité des sensations, leur variété, leurs nuances
    et puis que le plaisir soit ressenti dans tout le corps

    ce que j’ai voulu écrire ici, c’est que chez moi
    l’afflux d’ondes mâles et d’ondes femelles s’est totalement inversé
    par rapport aux canaux habituels du pratiquant,
    en l’occurrence, il a accès aux ondes féminines grâce à la prostate
    et son sexe reste une zone interdite car elle fournit des ondes mâles
    qui ne sont pas vraiment utiles durant la pratique prostatique,

    les parties génitales fournissent massivement des ondes mâles
    et c’est avant tout intéressant durant le sexe avec partenaire
    ou des pratiques masturbatoires très spécifiques genre électro-stimulation
    ou encore avec des techniques genre Mantak Chia

    donc pour résumer, les parties génitales chez l’homme,
    fournissent des ondes sexuelles mâles
    et sa prostate lui donnent accès aux ondes femelles
    qui lui permettront de vivre le plaisir prostatique

    eh bien chez moi cela s’est inversé complètement peu à peu durant mon développement
    vers ce que j’appelle mon plaisir androgyne,
    mes parties génitales me fournissent des flots de volupté soyeuse,
    une richesse infinie de nuances,
    des flots d’ondes féminines, nectar ineffable dans lequel je baigne durant mes séances

    alors que ma prostate couplée aux contractions,
    me fournissent la sensation de pénétration, de sexe dur allant et venant en moi,
    ce n’est possible que grâce aux vibrations de la prostate,
    ce sont elles qui confèrent une raideur à l’engin,
    toute sa puissance de pénétration

    tout cela est le fruit d’une lente reprogrammation,
    je peux toujours bander, je pourrais toujours bien sûr éprouver un plaisir classique avec mon sexe,
    ressentir avec un afflux massif d’ondes mâles,
    je ne sens en moi aucune atténuation d’aucune sorte de ce point de vue,
    j’en ai la preuve à chaque fois que je tombe sur une image de femme qui m’excite,
    je sens ma queue se durcir, je sens le délicieux afflux de sang,
    mon braquemart qui se tend et qui semble vibrer
    et je sens bien que je pourrais m’en servir sans difficulté et lâcher une bordée comme tout un chacun

    #35212
    bzobzo
    Participant

    je complète le texte juste au-dessus

    cette reprogrammation a été possible pour une raison,
    la clef ici pour comprendre cela,
    c’est cette phrase:

    et puis que le plaisir soit ressenti dans tout le corps

    que le plaisir soit ressenti dans tout le corps…
    la prochaine fois que vous avez un orgasme prostatique,
    soyez attentif à un détail, vous allez constater que la sensation de plaisir semble sortir du bassin
    et au plus vous progressez dans votre cheminement,
    au plus les orgasmes sortent du bassin, pour finalement être ressenti dans tout le corps

    en fait , ressentir le plaisir dans tout le corps,
    est une des caractéristiques d’un orgasme qui a atteint un point de développement avancé,
    dès lors si dans votre pratique au quotidien,
    vous parvenez dès le premier instant à ressentir le plaisir dans tout votre corps,
    eh bien vous avez la sensation quelque part de toujours jouir,
    de jouir un peu, beaucoup, à la folie

    c’est la raison pour laquelle chacune de mes séances, aussi courte soit-elle,
    m’apporte une satisfaction, un sentiment de satiété, combien de fois ai-je écrit des phrases du genre:
    « une volupté me nourrissant jusqu’au fond de l’âme »,
    eh bien c’est grâce à ce plaisir perçu dans tout le corps
    qui apporte à tout instant une des caractéristiques de la jouissance masculine,
    à savoir un plaisir qui sort du bassin, qui s’étend même à l’ensemble du corps parfois

    ainsi oui, il m’est vraiment pas difficile de ne plus être obsédé par les orgasmes,
    homme je suis, homme je le resterai,
    même si je vis ce plaisir si spécial, avec tellement de féminité éveillée,
    j’en frissonne, rien que de l’écrire, tellement j’aime tout ce féminin en moi
    mais la séance terminée, je me sens homme à 100%
    et mon besoin d’aller jusqu’à l’orgasme est satisfait aussi, si richement, si pleinement,
    par ce plaisir qui est perçu dans tout le corps

    avec ma pratique debout, j’ai à nouveau de la verticalité, de l’explosif et des orgasmes à volonté,
    je peux les provoquer en fait en quelques mouvements désormais
    mais de beaux, qui persistent plus longtemps que quelques secondes,
    demandent plus de la construction tout de même, des préparatifs,
    une progression plus élaborée avec une synergie de tout le corps,
    demandent plus donc que quelques coups de rein solides tout en se lâchant complètement

    je prends tout ces orgasmes dont je suis capable désormais en station debout
    comme un bonus, la cerise sur la gâteau,
    une manière finalement de me connecter à ma nature d’homme et son besoin insatiable d’orgasmes,
    boucler la boucle,
    percevoir la sensation sur tout son spectre
    et être capable de longues et interminables extases,
    comme d’orgasmes explosifs de quelques secondes ou de plus élaborés qui dureront bien plus longtemps

    encore un mot, ces orgasmes que j’obtiens debout,
    sont certes explosifs mais il y a toujours une incroyable douceur dedans,
    c’est une sorte de caresse chaude et si divinement intense de tout mon intérieur,
    ce que je veux dire,
    ce ne sont pas les mêmes types d’orgasmes que ceux que j’ai pu éprouver
    quand je pratiquais avec masseur et enchaînait les orgasmes à la queue leu leu,
    j’ai désormais constamment cette sensation d’épanouissement,
    d’être nourri d’un nectar sublime jusqu’au plus profond de mon être,
    un apaisement souverain jusqu’au fond de l’âme
    qui est la résultante de cet éveil total en moi du masculin et du féminin
    qui s’ébattent, s’unissent durant la pratique, ne forment plus qu’un de longs moments
    et explosent ensemble comme un sublime bouquet qui jaillit soudainement de mes entrailles
    et file jusqu’au ciel

    #35216
    ane et rosseane et rosse
    Participant

    Bzo, mille excuses de parasiter ton fil, que j’ai lu avec plaisir dans son intégralité, pour répondre à ce cher Andraneros;
    Andraneros, je pense t’avoir déjà remercié pour ton soutien constructif dans mon évolution et je le fais encore une fois car il a été essentiel, notamment quand tu m’as orienté vers le « do nothing’ qui a été un déclencheur et un catalyseur dans cette évolution. Je fréquente assidûment le site et y lis beaucoup de belles et bonnes choses, souvent dans l’anonymat sans m’identifier. Quelques découvertes depuis ma dernière intervention, nouveaux objets de plaisir, autres facteurs de stimulation, réelle découverte du Moi, de son éveil, limites délicieusement mais raisonnablement repoussées dans un vagabondage spirituel, sensuel et surtout lucide. La qualité du moment plaisant importe plus que sa quantité si j’ose employer ce terme. Comme l’alimentation, comme la vie en général, il doit être varié, nourrissant, répondant à ses propres besoins, à ses désirs. Il faut repousser l’addiction et surtout éviter la saturation, garder l’esprit ouvert à l’expérience de l’autre, avoir conscience que cette expérience reste personnelle malgré tout et après avoir évalué son adaptation à sa propre personnalité, en user sans en abuser. J’en parlerai avec plus de détails une autre fois ou plusieurs autres fois. Enore une fois, merci à toi Andraneros.

    #35217
    bzobzo
    Participant

    pas de problème, @ane_et_rosse

    mes micro-séances debout m’offrent une telle intensité,
    en quelques instants je suis au bord de l’orgasme,
    je suis submergé par de la chaleur soyeuse dans tout le corps

    cette façon de pratiquer est le complément idéal de mes séances au lit,
    m’offrant la même richesse, la même diversité, la même puissance
    mais en même temps totalement différent
    puisque debout, tout change en fait, le plaisir est vertical,
    c’est comme une danse sexuelle dans l’espace,
    une spirale vers le haut,
    je suis comme une toupie tournant langoureusement, en spirale lascivement vers le haut

    je presse avec mes cuisses mes parties génitales,
    des flots de volupté soyeuse en sortent
    et puis je fais monter des contractions dans tout cela,
    oh cette sensation divine de la pénétration,
    au début je la sens toujours du côté masculin,
    je me sens avec le vit dur bien dressé, le faisant pénétrer, je le sens s’enfoncer,
    comme c’est bon
    mais déjà je suis à l’autre bout de l’engin,
    je sens le gland écarter les chairs puis tout le dard s’enfoncer en moi,
    j’ai envie de crier tellement c’est bon,
    tellement cela met le feu partout dans mon ventre,
    tout mon intérieur est en fusion,
    déjà je suis au septième ciel, je décolle comme une fusée,
    quelques coups de rein plus loin alternés de pressions et de frottement de mes cuisses
    et je jouis sans discontinuer,
    de la lave me parcourt dans tous les sens, de la lave soyeuse bien sûr,
    comme tout mon être est au paradis,
    pourquoi cela doit s’arrêter, on se sent tellement vivre dans ces moments

    moi dans mon plaisir androgyne, si complètement femme et homme en même temps,
    je me sens tellement entier, tellement vivant,
    quelle divine harmonie dans le chaos,
    quel chant sublime dans tout mon être

    #35219
    bzobzo
    Participant

    ces micro-séances debout sont vraiment incroyables d’intensité,
    la dernière, maximum 3 minutes dont une d’orgasme,
    quelle splendeur

    mais cela a l’air de durer bien plus longtemps
    tellement le temps semble se ralentir, s’épaissir,
    chaque seconde comme un chewing-gum qui s’étire, qui s’étire

    je reste pas mal sur place pour l’instant
    mais mon bassin , mes cuisses, mes mains, n’arrêtent pas,
    je gondole sur place, j’ondule, comme c’est bon d’onduler ainsi
    et puis de sentir mes mains parcourir tout mon corps,
    mes seins, mes flancs, ma petite raie derrière,
    chaque contraction est un moment divin,
    comme une flamme de lumière me traverse le cerveau
    et je tremble d’émotion, de plaisir,
    tout mon être n’est plus que frissonnements soyeux

    et puis soudainement tout s’épaissit, la densité de la chaleur devient incroyable,
    tout semble entrer en fusion,
    il n’y a plus rien que cette lave de douceur qui a tout envahi,
    mon corps s’est dissous dedans, le monde entier s’est dissous dedans,
    comment je fais pour tenir encore debout?

    #35231
    bzobzo
    Participant

    comme j’aime cette position debout pour pratiquer,
    je ne le fais plus que comme cela actuellement,
    comme je suis envahi de volupté de la tête aux pieds,
    c’est une telle ivresse ineffable de chaque instant,
    ce nectar qui coule partout en moi,
    tous ces frottements lascifs partout dans ma chair

    et puis ces orgasmes qui arrivent lentement, irrésistiblement
    comme un immense baiser qui s’empare de moi,
    une langue douce et râpeuse qui se met à me fouiller jusqu’au plus profond de mon être,
    j’ondule de plus en plus, je gémis,
    tout est tellement chaud, doux, soyeux, il y a une telle densité partout

    mes mains n’arrêtent pas d’aller et de venir,
    ma peau s’enflamme sous mes doigts,
    je me balance de plus en plus,
    mon bassin est lourd, tangue,
    quel va et vient de vagues, tant de courbes qui dansent au creux de mes reins,
    tant de sinuosités langoureuses qui nagent dans ma chair

    #35233
    bzobzo
    Participant

    tellement excitant, je suis passé à l’étape suivante
    avec la micro-séance que j’ai terminée il y a quelques instants

    tout allait divinement bien, la tension sexuelle est montée rapidement dans ma chair,
    eu un ou deux orgasmes assez courts mais tellement délicieusement intenses,
    courbé en deux, les cuisses serrées sur mes bijoux de famille,
    les frottant, les pressant, les malaxant sans cesse tout en ondulant lascivement,
    ainsi penché en avant et plié un peu sur les genoux, le cul bien cambré vers l’arrière,
    faisant monter des contractions régulièrement
    ce qui créait en moi une sensation irrésistible de pénétration,
    bientôt je fis pris d’une sorte de transe prolongeant la jouissance,
    cela n’arrêtait plus, je me relevais, cela continuait, le moindre mouvement relançait le mécanisme
    je bougeais et l’état perdurait quoique je faisais,
    cependant c’était quelque chose de tellement nouveau et de tellement incroyable à vivre
    que je suis devenu trop observateur ébahi de mon état
    au lieu simplement de le vivre à 100%,
    le charme s’est rompu
    mais le temps que cela a duré, quelques dizaines de secondes,
    cela fut fascinant, un e expérience chamanique dans la jouissance,
    la première fois que je vivais quelque chose comme cela,
    très spécifique aussi à la station debout, je l’ai bien senti

    j’imagine bien chez les tribus sauvages lointaines au fin fond de la forêt ou de la savane,
    la nuit quand ils se mettent à danser autour du feu pour invoquer les esprits,
    qu’ils entrent en transe peu à peu en dansant et encore en dansant,
    cela doit être un peu le même genre de mécanisme
    qui s’est mis en route chez moi mais avec cette sexualité dansée
    grâce à ce désir enflammé en moi, qui m’a mené hors de mes gonds complètement
    à force de caresses et d’ondulations débridées,
    sans aucun tabou, l’homme et la femme, emmêlés en moi, ébattant avec mon corps

    quels moments uniques j’ai vécus,
    j’ai hâte de recommencer cela en restant ainsi bien plus longtemps cette fois,
    allant plus loin dans la transe car je sens bien que c’est un véhicule,
    un véhicule exceptionnel pour vivre les instants dans une dimension totalement différente

    #35247
    bzobzo
    Participant

    j’avais l’impression que maintenant ta pratique est plus basée sur le contrôle de ton énergie sexuelle ou énergie vitale que sur le contrôle des mouvements d’un masseur,

    je m’étais promis de revenir un jour ou l’autre, sur ce message à toi, @andraneros
    qui m’avait frappé à quel point elle résumait bien ce qu’était devenue ma pratique
    oui, il s’agit bien de cela qu’il s’agit,
    d’éveiller les énergies, une sorte de processus de sourcier, de chamane des villes libidineux
    mais cependant non pas les contrôler, en tout cas, je n’ai pas l’impression de les contrôler,
    juste les éveiller, les faire monter et jouer avec dans ma chair

    c’est vrai que chez moi, la prostate est devenue une intermédiaire parmi d’autres,
    le genre de doux, de délicieux, séisme qu’est devenu chacune de mes séances ou micro-séance,
    nécessite une synergie de tous les intervenants possibles dans mon corps
    ma prostate est certes un des plus importants acteurs toujours
    mais progressivement ces derniers temps, elle a perdu la prépondérance qu’elle a eu pendant des années,
    en effet je me suis réapproprié mes parties génitales,
    je les fais participer à mes jeux à ma façon,
    grâce aux frottements, malaxages, pressions diverses et variées, de mes cuisses
    j’ai des flots de nectar voluptueux durant mes séances,
    j’ai souvent l’impression que mes parties génitales, sont comme les pies d’un vache que je trais,
    dont j’extrais en quantité quotidiennement un précieux liquide, chaud, crémeux, doux, soyeux

    c’était finalement dans l’ordre des choses, je trouve,
    que moi homme, avec un corps d’homme,
    dans une pratique désormais tellement extrême, tellement transgressive,
    faisant participer tout mon être, inconditionnellement et sans tabous,
    que mes parties génitales retrouvent le premier rôle dans ma pratique,
    puisque dans un corps d’homme, elles sont un accès privilégié aux ondes sexuelles,
    je me devais de les réapproprier,
    je me devais d’essayer d’en tirer un maximum de profit dans ma pratique

    par défaut ce sont des ondes mâles qui passaient par là
    mais à force d’une patiente reprogrammation, je suis parvenu à obtenir tout autre chose,
    des flots de volupté ineffable, de vagues soyeuses qui envahissent tout mon être,
    ce sont des ondes que je qualifierais de féminines

    sentir monter en soi tout ce torrent d’énergie,
    c’est un peu comme ressentir les jets d’une éjaculation dans le lointain à l’intérieur de soi,
    une éjaculation jaillissant du plus profond de son être,
    giclant de tous les côtés dans mes organes, dans mes membres,
    imprégnant tout peu à peu, jusqu’à la moindre de mes cellules,

    ensemencé, fertilisé par les énergies,
    en fleur et butiné de toutes parts, je me sens durant la séance

    #35249
    bzobzo
    Participant

    ah cela va de mieux en mieux avec mes séances debout,
    elles commencent à se rallonger,
    ce sont toujours des micro-séances
    mais elles durent de plus en plus longtemps,
    5mn, 10 mn,
    je me sens trop bien, ces gestes sexuels, cette danse érotique avec tout mon corps,
    liane, tantôt mon bassin avec des mouvements de copulation mâle
    comme si je poussais en avant un dard bien dressé dans un orifice tout mignon et m’accueillant avec passion,
    tantôt le bassin tanguant comme celui d’une femme en chaleur bougeant lascivement le bassin, les cuisses
    pour bien sentir en elle le bout de chair turgescent
    que son compagnon ahanant enfonce en elle

    par moments je me sens totalement femme, à d’autres totalement homme,
    la plupart du temps un peu des deux, à d’autres encore, plus aucun des deux,
    juste une masse de chair jouissante, sans sexe

    je bouge sans plus aucune pudeur, sans aucune retenue, sans aucun tabou,
    tantôt me dandinant comme une femme, tantôt juste des mouvements de rut comme un animal,
    enfin je me laisse aller par où le désir me pousse, plus rien ne me retient,
    je fais vraiment tout comme cela me vient

    j’adore aussi garder un doigt ou deux dans ma petite fente derrière,
    comme c’est agréable ainsi de faire de lents mouvements de va et vient,
    la station debout , c’est comme le cochon,
    tout est bon dedans, rien à jeter,
    je m’effleure même les parties avec les doigts désormais , du coté du pubis, la base de la hampe,
    cela m’envoie comme de l’électricité dans tout le bassin

    même debout, comme je suis emporté au loin,
    mon corps est là sur le parquet, gémissant, caressé, pénétré, pénétrant
    mais quelque chose en moi dérive au loin,
    la jouissance m’emporte toujours plus loin

    je ne prends même plus la peine de me déshabiller,
    même avec mes vêtements cela marche,
    je glisse ma main temps à autre dans mon pantalon pour aller mettre un doigt ou deux dans ma fente
    ou me caresser les fesses, les hanches,idem pour l’autre main glissé sous ma chemise, caressant ma poitrine, mes seins, mes flancs
    mais c’est tout aussi excitant ainsi,
    il y a une dimension de sensualité en plus, avec le tissu qui joue sa part dans les frottements, les contacts,
    servant délicieusement d’intermédiaire entre ma peau et mes mains
    ou entre mes couilles et mes cuisses

    #35272
    bzobzo
    Participant

    une pratique comme la mienne
    est basée sur un certain équilibre entre le masculin et le féminin
    pour atteindre ce que j’appelle ce plaisir androgyne,
    plus que cela, ce état d’être androgyne durant la séance

    cet équilibre a été difficile a atteindre, est le fruit d’une lente et longue évolution,
    d’abord développer le féminin en moi, s’en laisser envahir totalement,
    lui laisser les commandes de mon corps sans restrictions
    puis enfin accepter aussi le masculin,
    aussi minime soit sa place (5 à 10%), elle est néanmoins indispensable,
    indispensable comme l’est le sel et le poivre dans la soupe,
    indispensable comme l’est la mèche enflammée au baril de poudre pour détonner

    c’est pour cela, que les contacts directs des doigts avec les génitaux
    ont toujours été très problématiques pour moi,
    ce type de contact occasionne directement un afflux massif d’ondes mâles,
    c’est de la puissance à l’état pure, des ondes avec beaucoup de chevaux sous le capot,
    savoir injecter dans ma pratique juste la bonne dose,
    c’est-à-dire suffisamment pour bénéficier de cette puissance
    mais pas trop de façon à ce que ces ondes s’amalgament au flux principal de vibrations
    sans prendre le pas, sans prendre l’ascendant, se dissolvant dans ce flux
    car ces ondes ont la fâcheuse tendance à automatiquement essayer de tout phagocyter
    si elles en ont la possibilité,
    il ne faut donc pas leur en donner l’occasion

    si on n’y arrive pas,
    eh bien on perd directement en finesse, en détail, en richesse de nuances,
    la perte de qualité est massive, au plus on cède à la tentation d’y mettre les doigts
    le jeu n’en vaut pas la chandelle, on s’en rendra compte assez vite,
    enfin, encore une fois, dans ma façon de pratiquer,
    l’équilibre dont je parle plus haut, est rompu,
    on perd la sensation de chant de toutes les cellules, la sensation de synergie ,
    cela devient une course, on essaie d’arriver à l’orgasme,
    bref le masculin reprend le dessus avec cette faim têtue dans ses gênes

    non, il faut donc juste injecter la bonne dose qui va faire bénéficier au flux principal d’ondes,
    d’un surcroît de puissance, de verticalité, d’explosivité
    mais sans que ces ondes mâles ne prennent le pas,
    qu’elles se dissolvent sans quasi altérer la qualité, la richesse,
    c’est un exercice qui m’a demandé un très long apprentissage,
    c’est seulement maintenant dans la position debout
    où tout a pris encore plus de relief, que je commence à bien m’y retrouver,
    à maîtriser l’exact dosage à injecter

    #35273
    bzobzo
    Participant

    en fait, autant aller jusqu’au bout de mon explication juste au-dessus,
    j’arrive à injecter la bonne dose d’une manière assez simple,
    il y a une zone du bas-ventre qui appartient déjà à nos génitaux
    sans vraiment en faire partie,
    c’est le pubis

    je passe les doigts donc régulièrement sur le pubis,
    m’y attarde un peu en faisant quelques ronds , je presse un peu, je frotte
    mais sans jamais toucher la base de la hampe, enfin uniquement accidentellement
    puis repart,
    cette action suffit déjà à générer une bonne dose d’ondes mâles,
    juste ce qu’il me faut en fait
    cela semble toujours rester sous la limite au-delà de laquelle cela commence à devenir contre-productif

    voilà comment je fais pour l’instant, cela semble très positif
    mais peut-être que je vais encore radicalement évoluer sur ce sujet,
    j’ai déjà fait tellement de volte-face,
    peu importe qu’on me prenne pour une girouette qui ne sait pas exactement ce qu’elle veut,
    je tournerai et retournerai le sujet jusqu’à ce que cela puisse s’intégrer sans faille dans ma pratique,
    tant que ce ne sera pas le cas, eh bien j’expérimente,
    affirmerais une chose avec enthousiasme un jour
    et son contraire le lendemain

    #35281
    bzobzo
    Participant

    les capacités d’autosuggestion de ce corps
    sont vraiment sans limites,
    donnez-lui une miette de pain et il va déguster toute la baguette

    mon corps mu par le désir, bougeant sans tabous et sans restrictions
    réinvente sans relâche sa sexualité,
    s’en invente une où homme et femme se confondent,
    s’explorent avec avidité dans une même chair

    le tam-tam est dans mon sang,
    ma pratique debout est une danse enfiévrée autour du feu,
    ô harmonie sauvage qui se lève de toutes parts en moi,
    ma chair, docteur Jekyll et M. Hyde ,
    comme j’aime ta face cachée, ta face brûlante, ta face fiévreuse

    mon âme s’embrase d’amour, déborde de volupté
    à l’unisson avec cette chair,
    des moments de jouissance qui deviennent des moments de grâce absolue
    où l’instant résonne comme du cristal

    #35282
    bzobzo
    Participant

    il m’est devenu tellement facile d’être empli d’un plaisir ineffable,
    je n’ai qu’à me laisser faire,
    appuyer sur le bouton ON et m’installer sur le siège passager

    toute une machinerie extraordinaire se met en route,
    mu par le désir, carburé par mes énergies des profondeurs,
    produisant de l’arc en ciel, de la voie lactée,
    une pluie d’étoiles derrière mes yeux

    #35283
    bzobzo
    Participant

    c’est vraiment extraordinaire d’avoir un long orgasme debout,
    j’en sors, j’en ai encore le souffle coupé, haletant,
    tout mon intérieur tremblant

    dans le lit, le corps débarrassé de son poids, peut s’envoler plus aisément,
    ici debout, c’est tellement différent, la station debout, au début peut sembler handicapante
    mais là cette grosse minute passer à orgasmer debout,
    j’ai bien senti qu’il y avait moyen de continuer encore bien plus longtemps,
    c’est juste une question de pratique, de prendre l’habitude

    la station debout est incorporé à l’orgasme, je me sentais comme un phare flamboyant,
    un sapin de Noel tout illuminé avec les branches secouées,
    c’est spécial, il faut s’y habituer,
    l’orgasme explose vers l’extérieur, on se sent comme avoir une aura de feu,
    tout le monde extérieur fusionne et semble participer à l’orgasme

    le mouvement aussi est intégré, sous certains conditions,
    bouger avec le plaisir, comme un poisson avec ses nageoires
    évoluant dans un milieu aquatique très dense, fusionnel,
    percevoir l’harmonie, le rythme de l’orgasme
    et nager en accord avec, accorder ses mouvements à la pulsion de l’orgasme

    #35284
    bzobzo
    Participant

    je passe les doigts donc régulièrement sur le pubis

    je le répéterai jamais assez,
    tout ce qui est détail technique un peu trop précis dans mes textes, doit être pris avec les précautions d’usage,
    reflète avant tout une expérimentation d’un jour, d’une nuit,
    parfois revenant à intervalle plus ou moins régulier

    parfois c’est adopté, intégré dans ma pratique,
    parfois c’est juste abandonné le lendemain sans même que je prenne la peine de le signaler

    en l’occurrence ces contacts avec mes parties génitales ou juste mon pubis, avec les doigts,
    j’ai laissé tomber dès le lendemain,
    quand je laisse le corps délirer tout seul, il ne va jamais dans cette zone, c’est aussi simple que cela

    pour que cela arrive, je dois forcer, je dois reprendre le contrôle,
    c’est suffisant comme argument pour moi, pour arrêter net,
    que mon corps n’en veut pas,
    que ma pratique n’en a pas besoin

    #35289
    bzobzo
    Participant

    j’ai toujours été quelqu’un d’excessif toute ma vie,
    c’est une de mes principales qualités
    et aussi un de mes principaux défauts

    là, il y a deux semaines, plus ou moins, quand j’ai découvert la pratique debout,
    je me suis dit, plus jamais de micro-séance autrement,
    bien sûr, je venais de découvrir la façon la plus puissante de pratiquer hors du lit,
    offrant la même richesse, la même myriade de nuances,
    ouvrant la porte à des moments de jouissance unique,
    une façon de pratiquer égale en potentiel pour les micro-séances à la position couchée
    mais de là à supprimer tout le reste…

    contre mon armoire en hêtre, m’y frottant comme une chatte en chaleur,
    pliant un peu les genoux, remontant, pliant à nouveau en remuant lascivement le bassin
    ou bien chevauchant, comme empalé, le coin de mon bureau en bois
    ou encore tout simplement vautré dans mon fauteuil de bureau, les pieds sur la table,
    regardant un film ou une série
    et en même temps ayant tout mon paquet derrière les cuisses serrées
    et ainsi mes bijoux de famille mis en tension,
    le moindre petit mouvement du bassin occasionnait toutes sortes de pressions et de frottements,
    continuant en même temps de regarder l’écran, je gémissais de plus en plus
    jusqu’à être après un certain temps, presque sans m’en rendre compte, dans un tel état d’excitation
    que je mettais le visionnage en pause,
    commençait à me caresser et faisait monter quelques contractions
    et en deux temps, trois mouvements, je jouissais déjà pendant de longues secondes,
    après, je recommençais à regarder et recommençais aussi mon manège
    avec mes couilles et mon sexe derrière mes cuisses

    ou encore cette façon de faire que j’ai découvert très récemment
    et qui m’a fait comprendre que c’était très bête d’avoir abandonné toutes ces manières de pratiquer,
    même si elles n’avaient pas autant à offrir que la position debout
    où le désir peut vraiment déployer ses ailes sans contraintes,
    cette dernière position donc,
    simplement plus ou moins penché en avant avec les mains s’appuyant sur la table
    et puis un va et vient constant par derrière entre les reins,
    c’est très animal, tout en mode pénétration , peu de mode liane lascive ,
    roboratif,
    sensation de pénétration tout à fait irrésistible par moments

    mieux, désormais j’alterne, je vais quelques instants contre mon armoire,
    je m’y frotte lascivement tout en pliant un peu les jambes, je remonte en me caressant,

    m’écarte de l’armoire, continue un peu debout,
    va chevaucher mon coin de table, me remet debout,
    c’est tellement excitant tout cela, je passe mon temps à jouir à la maison quand je suis tout seul
    vive la luxure, vive la volupté, vive l’amour

    #35300
    bzobzo
    Participant

    l’épanouissement sexuel du corps,
    c’est parvenir à le laisser s’exprimer de plus en plus,
    c’est parvenir à le laisser de plus en plus en tête à tête avec le désir

    notre monture au quotidien,
    trouve ainsi là dans ces moments d’incandescence, ces moments ardents
    l’occasion d’ouvrir ses vannes les plus secrètes
    et de faire monter de la cave des trésors oubliés, enfouis au fond de nous
    qui vont scintiller quelques instants au grand jour
    avant de retourner à l’obscurité

    #35303
    bzobzo
    Participant

    tant de choses à apprendre encore, c’est confondant,
    c’est confondant et merveilleux,
    il n’y aura jamais de sommet où la pente prendra fin,
    le plaisir s’est fait un nid en moi,
    une éternelle éclosion,
    l’explosion de couleurs à la lumière,
    les sens pris dans une magie,
    ma chair, une boîte à sortilèges dont j’ai les clefs

    #35307
    bzobzo
    Participant

    comme mes parties génitales sont devenues complices de mon plaisir

    cela fait bizarre pour un homme d’écrire
    que ses parties génitales sont devenues complices de son plaisir ,
    tellement cela parait aller de soi

    mais ceux qui savent le type de pratique qui est la mienne,
    issue du massage prostatique avec masseur
    mais qui a pris un chemin de traverse,
    de plus en plus ,
    jusqu’à devenir cette façon tellement différente, tellement mienne,
    tellement délicieusement transgressive

    changer de corps constamment durant l’action pour ainsi-dire,
    parvenir à cet état que je qualifie d’androgyne ,
    ce sublime équilibre entre le masculin et le féminin, déliés en moi,
    cette harmonie tellement primaire, tellement sauvage mais aussi en même temps, tellement sophistiquée,
    cette ivresse de sentir en soi son identité sexuelle s’en aller à la dérive
    comme détachée de soi
    et de sentir le masculin et le féminin, entièrement en éveil,
    à pleine puissance fluctuer en nous au gré du désir,
    jouer dans sa chair, comme s’ébattant

    avoir cette extraordinaire sensation de faire l’amour,
    de faire l’amour à quelqu’un
    et en même temps que quelqu’un nous fait l’amour,
    et que nous ressentons tout cela
    tantôt en homme, tantôt en femme, tantôt les deux en même temps
    et même de temps à autre,
    aucun des deux, comme libéré de toute identité sexuelle,
    juste une entité de vie incandescente, brûlant comme une torche sur l’autel,
    moments de communion absolue,
    moments d’intimité avec les abysses que nous portons en nous,
    moments de volupté comme une mer immense, à perte de vue

    *****************

    chez moi, désormais, mon plaisir est constant,
    quoique je fasse, la cuisine, ranger, me laver les dents, etc
    toujours, c’est devenu un automatisme,
    je place tout mon appareil derrière mes cuisses ou juste mes couilles
    et en marchant tout à fait machinalement ou restant sur place m’affairant,
    avec les pressions, les frottements, occasionnés
    par mes bijoux de famille mis en tension derrière mes cuisses,
    un plaisir envahit rapidement tout mon bassin,
    alors je suis là à cuisiner, à touiller dans la casserole
    tout en gémissant et en remuant un peu les hanches, les jambes

    régulièrement comme une cocotte-minute qui commence à frémir et à sautiller sur place, prête à exploser,
    je m’arrête soudainement dans mon occupation, me caresse avec passion, fais monter quelques contractions
    tout en me déhanchant langoureusement, me mettant en mode liane lascive
    et en quelques instant, je jouis doucement, irrésistiblement,
    comme emporté par une main géante en moi-même au loin,
    tout le corps empli de cette soie frissonnante et chaude que j’aime tant

    toute la magie dont ce corps est capable,
    désir en mode majeur,
    comme une plante immense, luxuriante, foisonnante,
    à force d’être arrosé jour après jour,
    ayant fait sauter tous les tabous,
    osant tous les gestes,
    du féminin , comme du masculin
    goûtant aux sensations existant dans ma chair
    dans la totalité de leur spectre et de leur puissance

    #35314
    bzobzo
    Participant

    comme je prends mon pieds tout le temps chez moi,
    comme je l’explique juste au-dessus,
    je vaque à mes occupations diverses et variées chez moi,
    toujours en prenant soin d’avoir au moins mes roubignolles coincées derrière mes cuisses,
    c’est assez facile en fait, leurs peaux semblent s’adhérer l’une à l’autre
    et avec mes cuisses un peu serrées,
    elles restent bien place, bien sous tension
    et ainsi le moindre mouvement que j’effectue,
    provoque aussi des pressions, des frottements, du malaxage, là en bas

    mes petits réservoirs à volupté, éponges gorgées de soie chaude,
    dès qu’on appuie un peu dessus,
    déjà de douces et lentes giclées dans mon bassin
    et quand je me mets à marcher, ah mes amis, cela monte le long de ma colonne vertébrale,
    cela se répand comme un virus ultra-contagieux,
    je suis empli de frissons voluptueux,
    toute ce nectar ineffable mouvant lentement partout en moi

    cela fait bizarre de touiller dans la casserole et en même temps de gémir de plaisir
    et même de bricoler, visser, couper et gémir de plaisir

    et puis quand la tension sexuelle devient très forte,
    je m’arrête dans mon occupation,
    je me mets à me caresser,
    en quelques va et vient dans mon bassin avec les contractions,
    la délicieuse densité de la jouissance s’installe ,
    comme tout semble fondre en moi,
    j’ai envie de hurler, tellement c’est bon

    on ne s’en lasse pas, j’ai beau passer des heures ainsi avec le manège de mes cuisses,
    je ne m’en lasse pas un instant,
    le plaisir semble constamment neuf, comme n’ayant encore jamais été vécu ,
    surprend, ébloui, jusqu’au plus profond de soi-même

20 sujets de 641 à 660 (sur un total de 739)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.