20 sujets de 161 à 180 (sur un total de 739)
  • Auteur
    Articles
  • #33190
    bzobzo
    Participant

    une petite heure au lit,
    par moments j’ai connu de tels moments d’abandon
    mais tels,
    je n’étais tellement plus que cette chair enivrée, chair chargée de volupté, de langueur, de lascivité,
    on se sent glisser dans cet état,
    le cerveau se dissout,
    il n’y a plus rien d’autre que cette chair en pâmoison,
    que cette chair habitée par une félicité ineffable

    à chaque lente remontée du piston,
    tout semblait se liquéfier autour, de la volupté fraîche par vagues denses
    venant m’emplir, venant me faire défaillir

    mes mains vont et viennent sur ma poitrine, mes flancs,
    descendent de temps à autre sur les fesses,
    rentrent dans ma fente, jouent en surface quelques instants
    puis s’enfoncent dedans,
    ainsi j’effectue quelques vigoureuses contractions,
    serrant bien les cuisses pour avoir la totale,
    mes bonnes ondes du contact des cuisses avec mes boules
    et puis celles de mes doigts enfoncés, fusionnées aux contractions charriant les vibrations de ma prostate,
    l’ensemble formant comme un obus doux, explosant doucement dans mes entrailles,
    les éclats se disséminant dans tout mon corps

    je fais monter de plus en plus rapidement de forts coups de piston,
    quelque chose va céder, un barrage quelque part va exploser,
    laisser passer des millions de litres de liquide rugissant,
    ma tête tourne, j’ai le vertige à force de tournoyer comme un fétu de paille en moi-même,
    cela s’allume de partout,
    je ne suis plus que danse de courbes sensuelles s’éveillant de tous les côtés,
    je cambre le bassin, mon sexe mou bouge un peu, glisse de lui-même,
    cela provoque une décharge de frissons dans mon bas-ventre,
    je n’arrête pas de crier et de gémir,
    quelle fête

    #33203
    bzobzo
    Participant

    ma première micro-séance de la journée

    c’est vraiment génial de complètement oublier que cela existe,
    pris dans le flux insipide mais néanmoins stressant du boulot,
    ma pratique s’éloigne de moi, jusqu’à ne plus exister du tout

    chez moi encore aujourd’hui, cette fois-ci je ne me suis pas rué dessus,
    je me douché, je me suis restauré, regardé un peu de série, écrit quelques mails
    puis d’un coup je me suis souvenu,
    que j’avais quelque chose comme une drogue à ma disposition,
    une drogue sexuelle qui en quelques instants, pouvaient envahir tout mon corps
    et me faire frissonner de la tête aux pieds, me submerger d’une volupté tellement délicieuse,
    qu’elle en paraît irréelle

    j’étais déjà nu cependant depuis quelque temps,
    aussi il m’a suffi de quelques mouvements,
    j’ai mis les mains sur les seins, j’ai serré les cuisses,
    commencé à les frotter tout doucement contre mes boules
    tout en faisant remonter lentement une contraction
    mais me suis immobilisé rapidement , une fois que j’ai senti la contraction à fond en moi

    suis resté immobile de longues secondes, sentant naître en moi les frissons,
    sentant naître en moi la chaleur soyeuse,
    me sentais comme le lit d’une rivière asséchée à nouveau parcouru par les eaux,
    à nouveau recouverte par les eaux

    ces secondes, immobile, les mains en coupe sur mes seins,
    la contraction tenue en moi à fond mais sans presser exagérément
    et puis aussi les couilles avec mes cuisses pressées dessus,
    cette sensation de douce, de tranquille exaltation qui m’a envahit presque immédiatement
    cette sensation de soyeux bien-être jusqu’au plus profond de mon être
    qui m’a envahit presque immédiatement,
    moments de félicité cristalline, moments de pure magie

    #33205
    bzobzo
    Participant

    une première demie heure au lit,
    moments enchantés, bijou de séance, moments parfaits,
    bonheur cristallin par flots dans ma chair

    ce week-end , ma découverte en aneroless, oh combien importante,
    de ces contractions plus puissantes, plus insistantes
    couplées avec une pression maintenue de mes cuisses sur mes parties,
    je les utilisais un peu n’importe comment,
    la frénésie de la découverte, l’exaltation de la nouveauté

    mais là pendant une demie heure,
    cela semblait parfaitement intégré, je m’en servais calmement
    et j’ai obtenu des effets divins, des moments vraiment parfaits

    toute la finesse, toute la dentelle, toute le nectar voluptueux par vagues soyeuses étaient bien là,
    restaient bien là
    alternant, fusionnant avec ces contractions remontant avec plus d’insistance, plus de force
    qui m’offraient de l’explosivité, du décollage vertical,
    je jouais des deux, je les combinais,
    la tension sexuelle en moi croissait beaucoup plus rapidement que d’habitude
    et cela devenait tellement bon, tellement enchanté dans ma chair,
    je n’osais y croire comme c’était ineffablement bon à chaque instant

    je l’ai senti venir de loin mon super O au féminin, j’en ai immédiatement reconnu les prémices,
    comme un grondement sourd dans le lointain de ma chair, quelque chose d’immense en train de se lever,
    j’ai senti la vague commencer à grossir, à grossir, à grossir toujours plus,
    elle est arrivée sur le devant de la scène tellement immense,
    envahissant ma chair de son immensité, de son irrésistibilité,
    empli de cette densité tellement douce, de cette douceur tellement dense,
    que j’ai commencé à prendre un peu trop conscience de ce qui se passait,
    excitation, observation et un peu de frayeur ont un peu trop pointé le bout du nez
    devant un phénomène d’une telle ampleur

    la chose a déferlé quelques instants en moi,
    je me suis senti soulevé, commencé à être roulé, commencé à être emporté comme un fétu de paille
    mais juste quelques instants,
    la vague s’est dégonflée, a été tuée dans l’oeuf presque aussitôt

    quel moment extraordinaire tout de même,
    je sais désormais que je peux y arriver autant de fois que je veux,
    la prochaine passera, je parviendrais à me laisser emporter,
    à me laisser rouler avec délice pendant de longues secondes

    et si c’est pas encore la prochaine, alors ce sera la suivante,
    j’ai les clefs

    #33206
    bzobzo
    Participant

    nouvelle séance de 45 minutes à peu près

    pas eu de départ de super O cette fois-ci,
    ai trop expérimenté pour cela,
    j’ai eu par contre plusieurs orgasmes qui ont duré 2,3 minutes au moins

    quelle différence par rapport à ceux que j’ai connu d’antan,
    ceux de ma période , essentiellement avec un plaisir vertical, plaisir prostatique au masculin?
    ce qui fait finalement la grande différence,
    c’est que mon corps est empli plus que jamais
    de tout ce nectar voluptueux tellement dense, tellement soyeux
    que quand la flèche de l’orgasme arrive, sa nature en est transformée instantanément,
    il s’imbibe aussi de tout cela,
    tout le nectar, toute la soierie, acquièrent la vitesse et le sur-plus de puissance apportée par l’orgasme,
    il y a une sorte d’interaction , une synergie entre les deux
    qui confèrent à ces orgasmes au féminin ce caractère si particulier,
    cette sensation en même temps d’une puissance et d’une douceur incroyables à l’oeuvre,
    se conjuguant, s’entremêlant divinement

    je crie vraiment très fort, mes gémissements sont tellement gras, dégoulinants de plaisir ,
    comment faire autrement avec ce qui passe dans ma chair
    mais mon plaisir a fait sauter toute pudeur, aucune gêne ne me retient,
    je hurle sans me retentir, les sons montent brut de décoffrage
    avec des intonations délicieusement féminines à la sortie

    comme c’est excitant d’être capable de vivre avec un corps d’homme des plaisirs pareils

    #33207
    bzobzo
    Participant

    j’ai pris soin de mes outils de travail hier soir

    la peau de l’intérieur de mes cuisses et de mes bourses
    que je frotte, que je presse, inlassablement les unes contre les autres,
    il y avait de l’irritation, des zones rougeâtres, à force de frictions délicieuses

    cette peau chérie, je l’ai enduite d’une crème bio à propriétés apaisantes, régénérantes,
    comme elle était douce ce matin,
    quelques mouvements serrées tendrement les unes contre les autres pour tester,
    j’ai pu sentir un velouté, des peaux douces, rafraîchies, sans aucune irritation,
    prêtes à l’action, prêtes au plaisir

    et puis dans mon fondement, l’intérieur de mon A-pussy,
    j’aime tellement y mettre les doigts, aller et venir dedans,
    la housse enveloppante, enlaçante des contractions immédiatement autour, quel fusion dans ma chair,
    pal chaud, pal raide mixte, remontant délicieusement, remontant explosivement

    j’avais cette crème pour vagin qu’à une certaine époque j’utilisais pour lubrifier mes ébats en aneroless
    mais depuis belle lurette, j’aime y aller à sec,
    aucune lubrifiant, juste des peaux, des chairs, se frottant, se pressant
    mais à la longue, cela créait un peu d’irritation, de légères douleurs certains jours
    à force de m’empaler, de monter et de descendre dessus,
    danse enivrante, lascive, de mon bassin autour de ces doigts

    là aussi donc c’est résolu, cette crème pour vagin est parfaite,
    je sens toute la zone rafraîchie, totalement raccommodée

    banzaïe!

    #33215
    bzobzo
    Participant

    quelle merveilleuse façon de commencer sa journée de congé,
    assis dans mon fauteuil face à l’ordi, le peignoir largement entrouvert,
    mes mains sont parties en balade,
    mes mains se sont mises à explorer,
    tantôt spéléologues tout particulièrement s’intéressant à ma toute petite cavité sombre à l’arrière,
    la fouillant minutieusement, frottant minutieusement ses parois,
    tantôt courant librement, chevauchant les grands espaces de peau,
    évaluant les courbes d’une paume rêveuse,
    saisissant à pleines mains des seins qui semblent se gonfler, palpiter sous les doigts

    mes cuisses se pressaient tendrement, passionnément contre mes vielles couilles,
    quel tango langoureux celles-là une fois qu’elles sont en piste,
    mon bassin rapidement est inondé d’un nectar voluptueux
    et je gémis, comme je gémis,
    douces sonorités à mes oreilles de ce plaisir dans ma chair

    je glisse quelques doigts vers mon pubis, ils viennent se lover contre la hampe de mon pénis flasque
    et là je fais monter en rafale lente quelques contractions bien insistantes,
    les doigts bien immobiles,
    comme du courant électrique sexuel semble se dégager de la zone grâce à cette action,
    cela semble vibrer, c’est extraordinairement dense,
    mon bouche est envahie de longs « haaaa »
    qui s’étirent comme du chewing-gum depuis mes entrailles jusqu’à l’air libre

    bon dieu de bon dieu,
    être capable comme cela d’obtenir de pareils résultats dans sa chair, avec sa chair,
    quel atout divin désormais dans ma vie,
    quelle magie sexuelle à ma portée,
    à portée de quelques ondulations du corps, de quelques caresses et de quelques contractions,
    comme j’aime ce plaisir,
    il est désormais tellement puissant, tellement incroyablement puissant,
    il m’emporte tellement facilement,
    en quelques secondes je suis déjà totalement envahi et ailleurs,
    parti sur mon tapis magique quelque part loin en moi, gémissant et totalement enivré

    #33217
    bzobzo
    Participant

    ces premières secondes,
    le robinet a été fermé pendant plusieurs heures, j’ai été me promener, faire des courses,
    ces premières secondes où le nectar recommence à circuler en moi,
    la grande évasion par tapis magique,
    le luxe, le luxe soudainement dans ma chair

    #33223
    bzobzo
    Participant

    je suis tellement excité ce matin, j’ai le feu au cul
    et les mains qui me démangent d’aller et venir sur ma peau

    tout en me préparant pour aller au boulot,
    je m’interrompais tout le temps,
    les doigts caressaient les fesses, jouaient avec ma raie puis s’introduisaient,
    oh comme c’était bon de sentir ces doigts entrer là-dedans,
    je cabrais les fesses, les écartaient bien et sentir leur parcours millimètre par millimètre,
    avec une contraction immédiatement pour les accueillir,
    c’est une chose enflée et bien dure que je sentais dans mes entrailles,
    que je sentais immédiatement y mettre le feu
    tandis que l’autre main caressait lentement mon sein
    et que je remuais du bassin rythmiquement, langoureusement,
    croisant autant que possible les jambes pour sentir mes cuisses presser mes couilles
    et ainsi avoir du nectar,
    se dispersant dans mon bassin comme sortant par petits coups de pompe

    acrobatiques positions dans la cuisine, failli me casser la gueule plusieurs fois,
    m’étaler de tout mon long,
    pulsions animales, mon derrière comme une bombe à retardement entre mes mains,
    je vais devoir me calmer un peu
    car je pourrais donner libre cours à mes instincts que ce soir après le boulot,
    de longues heures …

    #33224
    bzobzo
    Participant

    plusieurs jours de suite je suis resté uniquement les yeux fermés,
    aussi bien durant mes séances au lit que durant mes micro-séances un peu partout chez moi,
    là ce soir je me suis exercé les yeux ouverts,
    ne les laissant plus se fermer que par moments
    où le plaisir était trop intense et ils se refermaient d’eux-même
    et j’ai été frappé encore une fois
    à quel point le plaisir, les sensations étaient différents ainsi

    yeux fermés, on est concentré vers l’intérieur, aucun détail ne nous échappe,
    les nombreuses nuances avec leur légère différence,
    tout cela est dégusté, délicieux kaléidoscope

    la sensation aussi de s’enfoncer toujours plus profondément en soi-même
    comme si on s’éloignait de ce corps tout en y restant attaché malgré tout par un maigre fil,
    comme un ballon dans la main de cette chair

    yeux ouverts, c’est avant tout le rythme, l’élan , qui comptent,
    on perçoit moins de nuances, moins de variété
    mais il y a comme un surcroît de puissance à l’oeuvre à chaque instant

    le plaisir semble plus à fleur de peau
    et je reste là entremêlé à ma chair comme sur le dos d’un cheval
    tantôt galopant, tantôt trottant,
    la sensation de corps à corps avec ma chair est délicieuse, grisante,
    on ne forme plus qu’un

    ma technique évolue, se perfectionne de jour en jour,
    ce week-end je vais prendre mon temps, j’ai envie de super orgasme au féminin,
    j’ai envie de cette vague comme une muraille immense s’annonçant dans ma chair
    et puis emportant pendant de longues secondes tout sur son passage,
    je sais désormais que j’en suis capable,
    il suffit que je prenne mon temps,
    que je laisse la tension sexuelle monter en moi
    jusqu’à ce que cela devienne peu à peu comme un baril de poudre prêt à exploser

    mon corps à désormais deux modes de fonctionnement durant mes séances,
    deux modes bien distincts mais que j’entremêle, que j’alterne

    il y a d’abord le mode liane lascive, celui existe depuis pas mal de temps,
    il me permet d’obtenir, ce que j’appelle, du plaisir horizontal,
    un nectar soyeux qui m’envahit par lentes vagues,
    une volupté sans limites comme de la soie frissonnante,
    de la fourrure qui effleure tout mon intérieur en même temps partout

    c’est le corps qui ondule langoureusement,
    le corps qui danse sur le lit,
    le corps parfois qui se tord comme un serpent,
    les cuisses se frottant, se pressant , quasi constamment contre les couilles,
    avec des contractions plutôt légères mais assez constantes ,
    les mains vont et viennent aussi sur tout le corps

    ultimement dans les bons jours, si j’avais suffisamment de patience,
    j’obtenais rien qu’en mode lascive de longues, douces et irrésistibles extases,
    la sensation d’avoir fusionné à la ligne d’horizon,
    un lent éblouissement dans ma chair

    désormais ces derniers jours j’ai mis au point une seconde façon d’être durant ma pratique,
    le mode pénétration,
    il y a donc le mode liane lascive et le mode pénétration
    et la conjugaison des deux, leur dialogue, ponctuent ma séance

    ce mode , comme son nom l’indique, eh bien,
    il vise avant tout à recréer la sensation de pénétration au mieux,
    les va et vient de la pine, les mouvements plus amples aussi avec tout le bassin engagé,
    avec ces contractions sur-puissantes dont j’ai parlées il y a quelques jours

    j’ai ajouté à ma panoplie quelques nouvelles façons de faire mes contractions,
    un mouvement glissé, un mouvement qui semble démarrer de mes cuisses,
    engager très progressivement dans un mouvement coulé, genre sur roulement à billes,
    tous les muscles de la région
    jusqu’à se terminer avec les abdominaux se tendant aussi,
    c’est un mouvement très long que je peux faire durer interminablement
    et y mettre une telle puissance, que j’arrive à me couper complètement le souffle
    et l’impression aussi de figer tout mon intérieur avec,
    comme si j’étais devenu de la pierre,
    de la pierre qui se suinte le plaisir
    qui suinte un plaisir tellement dense, tellement explosif

    ce mode pénétration apporte ce que j’appelle , du plaisir vertical, de l’explosivité
    et qui ultimement mène à de puissants orgasmes , voire des super orgasmes
    mais au féminin

    en mode pénétration, mon corps bouge peu, quasi pas, les mains serrent, pressent
    mais bougent aussi peu, le focus est entièrement sur le bassin, sur les entrailles
    et sur l’engin qui est en train de se former dans mon bas-ventre grâce à la contraction
    et sa montée en moi, bien percevoir sa trajectoire, ses a-coups, ses frottements, dans mon A-pussy,
    le doux torrent de lave qu’il éveille, la façon dont il se répand en moi

    et puis le mélange de ces deux modes, leur amalgame,leur séparation , leur réunion,
    éveille plus que jamais la sensation de se faire l’amour ,
    est tellement prenante, tellement extraordinairement vécue dans la chair,
    on sent les caresses de l’autre, on sent son sexe en nous,
    on sent notre corps habité par une femme, mise en mouvement par une femme

    les contrastes entre ces deux modes, sont extraordinaires
    on a encore gagné en richesse et en variété

    #33226
    bzobzo
    Participant

    j’ai ajouté à ma panoplie quelques nouvelles façons de faire mes contractions,
    un mouvement glissé, un mouvement qui semble démarrer de mes cuisses,
    engager très progressivement dans un mouvement coulé, genre sur roulement à billes,
    tous les muscles de la région
    jusqu’à se terminer avec les abdominaux se tendant aussi,
    c’est un mouvement très long que je peux faire durer interminablement

    j’ai un peu plus observé cette nouvelle façon que j’ai de faire des contractions
    quand mon corps est en mode pénétration,
    contractions puissantes à sur-puissantes,
    en fait d’après ce que j’ai pu relever dans mes observations,
    dans la seconde partie du mouvement,
    tout le diaphragme semble soulevé, c’est la caractéristique essentielle

    la sensation que seuls des muscles en arrière de mon bassin,
    depuis le périnée et l’arrière des fesses, autour de l’anus, sont engagés dans le mouvement
    et donc qu’une extraordinaire sur-puissance est mis à ma disposition
    en soulevant tout le diaphragme,
    comme si tout mon intérieur se surélevait un peu, peu à peu

    #33227
    bzobzo
    Participant

    ce mode pénétration est devenu rapidement tellement efficace
    que depuis hier soir j’ai connu des dizaines d’orgasmes avec

    cela n’arrête plus en fait,
    après une dizaine de minutes dans la séance, une fois que je suis bien chaud, que je suis bien lancé,
    quand je passe du mode liane lascive en mode pénétration,
    chaque mouvement de pénétration déclenche un orgasme,
    cela devient vraiment fou, délicieux, au de-là de toutes les limites imaginables

    au début, de quelques secondes
    mais en plus ils se rallongent au fur et à mesure que je suis de plus en plus excité

    j’adore rester de longs moments en mode liane lascive,
    danser langoureusement à l’horizontale avec mon corps, danser avec mes mains sur la peau,
    sentir mes couilles pressées, serrées, enlacées, par mes cuisses
    et puis tout ce nectar qui m’envahit, toute cette tellement délicieuse volupté être omniprésente,
    c’est à devenir fou de bonheur tout ce frissonnement voluptueux en soi

    et puis je passe en mode pénétration,
    la première contraction se forme, la première contraction durcit, grandit, grandit , durcit
    puis commence à remonter dans mes entrailles, puissamment, lentement,
    lente explosion de lave, tout fond, tout devient vibration,
    dans ma tête , dispersion d’étoiles, de chaleur,
    dans ma bouche, des râles , des cris et des gémissements qui se bousculent,
    sublime embouteillage,
    de la bouche d’abord jusqu’aux oreilles, tendre pénétration des sons par mes conduits auditifs,
    le plaisir redescend par mes oreilles, repénétration par les oreilles

    je maintiens la tension de la contraction,
    le plaisir devenu incroyablement dense, se met à suinter et à dégouliner de tous les côtés,
    cela explose, cela explose dans ma chair, tout craque

    tendre grenade du plaisir, disperse-moi, éclate-moi

    #33229
    bzobzo
    Participant

    mon mode liane lascive et mon mode pénétration alternant, s’enchaînant,
    font partie de la même chorégraphie, du même élan,
    il y a une totale continuité, une totale cohérence

    c’est comme un danseur sur la scène en action
    qui enchaîne toutes sortes des figures, de mouvements
    avec des pointes, des pirouettes, des entrechats
    et puis tout d’un coup qui s’immobilise dans une posture,
    la maintient pendant quelques instants

    mes mains s’arrêtent, pressent contre ma peau là où elles se sont trouvées immobilisées
    tandis que la contraction se forme en moi,
    comme un papillon émergeant de sa chrysalide,
    elle va faire son chemin dans mes entrailles, y mettre le feu,
    le danseur en moi est immobilisé, tout le corps est tendu vers le même but,
    mes mains à l’arrêt, tous mes organes, tous mes muscles, mes os, mon sang,
    tout est focalisé sur cet accouchement en moi,
    sur cet engin remontant en moi, tout y participe,
    pas une atome de mon être qui ne soit mobilisée, prête à la fécondation sensuelle,
    prête à être inondée, prête à être transie, à trembler de bonheur

    l’orgasme me vient si facilement, c’est l’enfant turbulent des sensations,
    elles le roulent comme de la pâte dans mes entrailles quelques instants, l’enfourne,
    là voilà déjà qui sort du four tout fumant,
    tout imprégnée des délicieuses odeurs, de la délicieuse consistance, du plaisir exultant,
    de l’ivresse débordant joyeusement

    prêt déjà pour la fournée suivante, je suis insatiable, j’en veux toujours plus,
    vais tout de même aller faire un tour du côté du nectar,
    mon bassin se remet en route, mes mains se remettent en route,
    mon corps se remet à onduler
    et en une fraction de seconde, je suis tout empli de ce miel chaud,
    de ce baume onctueux, de cette fourrure frissonnant partout dans mon être

    je trais mes couilles expertement avec mes cuisses,
    elles dégagent cette volupté, ondes mâles crémeuses, chaudes
    qui viennent se mêler aux vibration de ma prostate,
    quel propulsion immédiatement partout,
    ma prostate est maîtresse de tous les réseaux, de tous les canaux secrets,
    quel trafic, cela s’en va de tous les côtés,
    cela se répand,
    mon âme en est remplie aussi,
    je pourrai crier, hurler tellement je suis heureux dans ces moments

    #33234
    bzobzo
    Participant

    rien que pour cela, je ne pratique plus en journée,
    pour avoir l’effet « retrouvailles » le soir chez moi,
    quand je m’y remets pour la première fois ce jour-là

    c’est indescriptiblement délicieux,
    même si plus tard il aura des moments beaucoup plus intenses, beaucoup plus riches,
    ce moment de retrouvailles,
    c’est vraiment comme le lit d’un torrent asséché, asséché par des heures de soleil brûlant
    qui tout d’un coup retrouve le contact avec le liquide désaltérant,
    le liquide qui s’insinue entre les grains de sable, la rocaille
    pour aller humidifier dessous,
    rendre l’ivresse de la vie aux cellules dans les profondeurs

    le plaisir en moi est devenu une manière d’être, une manière de vivre dont je ne peux plus me passer,
    chez moi à la maison,
    il m’accompagne constamment, il n’est jamais loin,
    il est prêt à intervenir à la moindre sollicitation,
    c’est un dialogue concertant de tout mon être et de certaines énergies mystérieuses qui l’habitent

    c’est une ouverture, un assouplissement, un agrandissement,
    je sens en moi un estuaire immense, sous un ciel encore plus immense,
    j’y ai accès sporadiquement

    en tout cas je pagaie, je rame dans ma petite embarcation,
    je descend le courant en des contrées inconnues,
    une aventure, une passion , un chemin initiatique, dans ma chair

    #33236
    bzobzo
    Participant

    belle séance d’une heure, divins moments,
    très certainement une des meilleures séances que j’ai connue à ce jour

    comment rendre avec des mots une telle finesse s’exprimant à chaque instant?
    pareille variété dans les sensations?
    éblouissement de cristal dans ma chair

    la volupté comme des décollages et des plongées soudain et s’arrondissant toujours plus, partout en moi,
    des grandes et belles vagues dansantes, des grandes et belles vagues riantes,
    des mains me caressant partout à l’intérieur, des millions d’entre elles,
    des milliards d’entre elles

    cent mille fauves aux muscles puissants jouant sous leur fourrure,
    se frôlant et me frôlant, tournant et tournant en moi,
    j’ai leurs feulements rauques et rendus gras de plaisir dans les oreilles,
    j’ai leurs feulements rauques et rendus gras de plaisir dans la gorge,
    dans mes gémissements les grandes vagues jouent,
    dans mes gémissements les grands fauves vont et viennent,
    je n’arrête plus de jouir, doucement, puissamment
    avec mille nuances tournoyant en moi,
    avec mille nuances tournoyant, tournoyant, en moi

    mais cette pureté de cristal que le plaisir a acquis pendant de longs moments,
    juste du ciel, du grand vide et du soleil partout
    et une nuée d’oiseaux caressant l’air de leurs ailes,
    lentes arabesques derrière mes yeux,
    mon sang est léger, mon sang chante,
    je n’ai jamais été aussi libre de ma vie,
    quel chant choral s’élève de partout en moi,
    communion totale, avec qui? avec quoi? je ne sais pas
    mais communion totale

    #33237
    bzobzo
    Participant

    mon nouveau mode, le mode « pénétration »,
    les deux premiers jours j’ai usé et abusé de certaines de ses particularités que je découvrais,
    faisant remonter soudainement très fort en moi, soudainement le plus fort possible
    après quelques instants de tendre et libre tournoiement en mode liane lascive,
    m’assurait à chaque fois un orgasme,
    explosif, dissolvant, transformant tout en lave délicieuse, en lave brûlante, partout en moi,
    cela durait parfois jusqu’à une trentaine de secondes

    je les ai enchaînés, c’était comme une recette de cuisine sexuelle facile sur laquelle j’étais tombé,
    qu’on ne peut pas rater, réussie à chaque fois,
    vous remuez doucement mais de plus en plus amplement
    et puis soudainement vous faites décoller la fusée à pleine puissance,
    feu d’artifice, lumière chaude, pluie de météorites chaleureux dans toutes les directions

    deux premiers jours ainsi donc, dans l’éblouissement de la découverte
    mais depuis je me suis calmé,
    un rythme plus serein, plus calme, plus de mode liane lascive à nouveau,
    plus énergique cependant, plus de danse, encore plus de danse, de frottements, de caresses, de volupté
    et puis ce chant hier soir dans ma chair,
    tellement fusionnel, effusion torride, torride effusion,
    élévation, élévation irrésistible et puis ces sensations d’une finesse telle partout en moi,
    magiques vibrations, amour pur, amour torride,
    la vie soudainement comme à son maximum de concentration, partout en moi

    #33245
    bzobzo
    Participant

    que de moments délicieux encore dans ma séance du soir que je viens de terminer,
    ce plaisir arrive tellement à maturité,
    ce plaisir désormais est tellement épanoui, tellement riche

    épanouissement, comme j’aime ce mot,
    quand je me fais l’amour, je me sens tellement m’épanouir, tellement totalement m’épanouir,
    nuances mordorées partout en moi, émerveillement de cristal,
    il y a quelque chose de totalement surnaturel
    à cette sensation de luxuriance en soi qu’apporte ce plaisir

    j’ai trouvé du sens là-dedans,
    j’ai trouvé du sens dans ce paquet de barbaque irriguée, qui rote et qui pète
    j’ai trouvé du sens à cette chair
    avant qu’elle ne fonde pour l’éternité dans le néant,
    le sens de s’épanouir dans l’instant,
    le sens de s’épanouir dans l’instant, instant après instant,
    le sens de ressentir quelque chose de divinement accompli en soi,
    le sens de ressentir cette effusion de tout notre être,
    ardeur chaude, ardente chaleur, passion sans freins

    je suis à la fois tellement homme et tellement femme,
    le vrai courage, c’est d’accepter toute cette féminité en soi,
    de l’accueillir, de la laisser nous rendre meilleur,
    plus tendre, plus fragile, plus capable de s’accomplir

    éveil d’énergies mystérieuses, sourire cristallin des abysses,
    douce communion, tendre fête,
    ô mon bassin mouvant tellement sensuellement, ô mon bassin mouvant tellement lascivement,
    bassin de tous les orages, bassin de toutes les splendeurs, bassin de tous les émerveillements

    #33251
    bzobzo
    Participant

    se faire l’amour,
    c’est une sensation de communion charnelle avec soi-même,
    il n’y a rien que j’aime plus

    ébats fusionnels dans ma chair,
    parce que je me suis rendu capable qu’on me fasse l’amour,
    cette femme m’est réservée, cette femme est sorti de sa réserve,
    parce que je me veux, parce que je me désire,
    je redirige tous mes moyens d’homme vers elle à travers moi

    une autre personne me ferait l’amour,
    j’aurais une communion charnelle avec elle, pas avec moi,
    une autre personne à qui je ferais l’amour,
    j’aurai une communion charnelle avec elle, pas avec moi

    #33252
    bzobzo
    Participant

    hum, je me sens de moins en moins motivé à écrire par ici,
    bien sûr c’est un journal
    mais je voyais cela comme un journal à partager,
    hors là j’ai l’impression de partager avec le vide

    je crois que je vais de moins en moins écrire, voire complètement arrêter,
    à un moment donné, cela semblait prendre la forme d’une petite communauté ,
    libre parole autour de la sexualité, entraide au quotidien, encouragements, complicité
    mais tout le monde s’est envolé du nid, une fois l’apprentissage bien maîtrisé,
    finalement seul moi est resté,
    j’ai persévéré , espérant que des gens du début reviendrait
    mais non

    alors je crois que je vais faire comme tout le monde

    #33278
    lighteningboltolighteningbolto
    Participant

    Je comprends ton désarrois, mon ami.
    Si ca peut te rassurer, je pense qu’on est quelques uns à lire tes textes et les apprécier. C’est pas toujours facile de répondre, car ton avancement est tellement loin du notre qu’on ne saurait quoi te dire 😉 Par contre, tu as bien raison, un ptit « j’aime » de temps en temps fait du bien.
    Personnellement je suis souvent via smartphone et c’est chiant d’écrire avec, tout comme de s’authentifier. Du coup, je reste en invité et je planifie mes interventions quand je suis sur PC ce qui met parfois plusieurs jours ^^
    En tout cas, je salue ta maîtrise, tant de ton cheminement que de ton style littéraire 😉

    A bientôt j’espère @bzo

    #33281
    bzobzo
    Participant

    tu as bien raison, un ptit « j’aime » de temps en temps fait du bien.

    ce n’est pas de cela qu’il est question, j’ai pas besoin qu’on me fasse des « like »,
    je parle de partage, d’échange humain, de complicité, d’émulation
    à un moment donné, cela semblait prendre cette forme par ici

    ce que j’ai décrit plus haut:

    une petite communauté ,
    libre parole autour de la sexualité, entraide au quotidien, encouragements, complicité

    force est de constater malheureusement que cela s’est désagrégé,
    tel que c’est maintenant cela m’intéresse moins, je me sens plus trop motivé pour écrire mon journal

    je répondrais de temps à autre si j’ai l’impression
    que ma réponse peut apporter quelque chose au questionnement de quelqu’un
    mais les gens par ici cherchent avant tout des informations
    dans le cadre d’une pratique prostatique genre traité d’Aneros,
    je m’en suis tellement totalement éloigné,
    ma pratique n’a rien à voir avec, à part qu’un de mes moteurs est ma prostate,
    pour le reste, c’est la nuit et le jour
    donc en fait je me sens de moins en mois habilité à répondre à des questions de débutants,
    j’ai l’impression que je risque d’entraîner plus de confusion qu’autre chose

20 sujets de 161 à 180 (sur un total de 739)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.