20 sujets de 201 à 220 (sur un total de 362)
  • Auteur
    Articles
  • #36435
    bzobzo
    Participant

    cela fonctionne bien mon petit système, au-delà de mes espérances en fait,
    donc pas de message ici avant 20h,
    pas de film ou de série avant 18h,
    me coucher au plus tard à 1h du matin quand le lendemain je travaille
    et deux heures du mat , les autres
    et je parviens à récupérer du temps pour mes travaux et bricolages,
    bon ce n’est pas 8h non stop, loin de là
    mais aujourd’hui j’ai travaillé une heure,
    l’autre jour 4 heures
    et ainsi de suite peu à peu, Rome ne s’est pas faite en un jour

    je voulais quelque chose qui engage tout mon être dans l’action,
    pas juste une masturbation différente, plus puissante, plus sophistiquée,
    je voulais la folie dans ma chair,
    je voulais sentir de la magie majeure dans mes cellules,
    je voulais être complètement débridé, complètement libéré,
    je voulais sentir le grand vent du désir souffler sans aucun restrictions

    je voulais sentir toutes ces ressources mystérieuses qu’il y a au fond de nous,
    se lever, surgir,
    m’embraser, me rendre incandescent

    je voulais sentir une complicité totale avec mon corps,
    un dialogue tellement intime,
    une union tellement puissante, tellement folle
    que le ciel semble descendu partout dans ma chair,
    le ciel et bien au-delà,
    toute la puissance de la nature, de la terre, un instant dans ma chair,
    me sentir animal lié au reste de l’univers par mes entrailles en flammes

    me sentir volcan, me sentir île paradisiaque,
    me sentir oiseau, me sentir papillon, me sentir fleur,
    je voulais de la danse, je voulais du chant,
    je voulais que le siège du conducteur se libère
    et que s’assoit dedans l’inconnu,
    que s’assoit dedans mes racines

    j’ai appris,
    j’ai appris à juste me laisser entraîner et à laisser tout se déchaîner,
    qu’un élan animal s’éveille en moi et me mène
    sans tenir compte des frontières du sexe de ce corps,
    j’ai éveillé le féminin en moi,
    comme il est doux de le sentir partout dans ma chair,
    les instants deviennent miel,
    ce corps fond comme du beurre, tout mon être n’est plus qu’une perpétuelle caresse dans l’invisible

    être parvenu à ce stade de libération des forces sexuelles,
    sentir sa nature déployant de si chatoyantes couleurs,
    sentir tout cet épanouissement dans l’instant, sentir toute cette langueur,
    la volupté me fait comme une mer qui m’emporte
    vers d’étranges cieux,
    des zones en moi, des palais, des royaumes
    qui m’attendent,
    vivre des moments capitaux,
    vivre capitalement l’instant

    #36437
    bzobzo
    Participant

    pas juste une masturbation différente, plus puissante, plus sophistiquée,

    je n’ai pas voulu dénigrer le massage prostatique, même si cette phrase pourrait le suggérer,
    ce n’était pas ma réelle intention,
    le massage prostatique est bien plus que cela,
    il est quelque chose de tout à fait merveilleux, d’essentiel
    mais je voulais quelque chose de plus fou, de plus extrême,
    je sentais qu’il y avait moyen,
    comme je l’ai écrit plus haut,
    qui engage tout mon être de façon totale,
    me mette sens dessus, sens dessous , de fond en comble, au fil des instants

    #36465
    bzobzo
    Participant

    une bonne heure au lit,
    quelle merveilleuse séance encore,
    une bonne demie heure en aneroless puis avec masseur,
    malgré que je m’étais promis de ne plus mixer
    mais il fallait que je termine avant une heure du matin
    pour tenir ma nouvelle discipline de me coucher avant cette heure

    cependant je ne l’ai pas regretté, séance tellement riche en délices
    et aussi en enseignement, plus particulièrement avec le masseur,
    je reprends goût à des longues périodes à du pure prostatique,
    de temps à autre je serrai les cuisses pour laisser mon bassin être envahi de volupté ,
    de nectar tellement ineffable
    mais ainsi je ne restai que quelques secondes,
    je repartais après les cuisses écartées en ondes prostatiques,
    je sentais qu’ainsi il y avait énormément de potentiel,il m’aurait fallu plus de temps
    pour obtenir des orgasmes prostatiques mâtinées de la volupté générée par mes organes génitaux
    *mais je n’avais plus de temps,
    aussi je serrais les cuisses et ainsi en quelques minutes,
    l’éjaculation a envahi mon bassin,
    je ruais et je cabrais pendant une trentaine de secondes,
    il m’a fallu de longues secondes pour retrouver mon souffle et mes esprits,
    j’étais cloué au lit par un bien-être post-orgasmique
    qui est en soi une délicieuse jouissance, on se sent infiniment léger et bien dans sa peau

    j’utilise mon dernier tube de Swede Aquaconfort, mon lubrifiant d’élection depuis tellement longtemps,
    j’y suis tellement habitué, il me va bien et aussi à mes masseurs en silicone,
    je me suis rué sur internet pour essayer d’en recommander
    tout en sachant qu’il y avait peu de chances d’en trouver car il n’est plus fabriqué,
    cependant sur Amazon.de, un vendeur en a encore et à un prix tout à fait intéressant,
    du coup j’ai voulu acheter tout son stock mais c’est 5 maximum par client,
    enfin c’est déjà cela

    #36469
    bzobzo
    Participant

    avec ces contacts sans plus aucune restrictions, sans plus aucun frein,
    les ondes provenant de mes génitaux sont plus envahissants, plus omniprésents, que jamais,
    inondant mon bassin instantanément
    puis tout mon corps

    cela veut dire des flots et des flots de volupté,
    de nectar ineffable chaud, frissonnant, soyeux, partout
    mais ainsi j’ai aussi assez rapidement senti le besoin de rééquilibrer vers la prostate,
    je sentais un déséquilibre trop fort désormais entre ces deux principaux pôles d’ondes en moi,
    dans mon bassin,
    c’est le travail que je suis en train d’opérer ces derniers jours,
    aussi bien en aneroless qu’avec masseur

    avec masseur, c’est plus facile, il y a les contacts directs avec la prostate,
    cela vient tout seul pour moi, c’est instinctif,
    je n’ai qu’à laisser faire,
    le masseur bouge comme un sexe qui me fouille inlassablement,
    je n’ai qu’à laisser faire l’inspiration dans ma chair

    par contre j’ai plus difficile en aneroless
    mais cela commence à se dessiner tout doucement,
    il y a toute une recherche technique à faire,
    rendre plus pointues mes contractions, plus fouillées, plus élaborées, plus performantes,
    de façon à produire des ondes suffisamment efficaces, puissantes
    que pour faire le poids face à tout ce déferlement, ce torrent doux, soyeux,
    de vibrations provenant de mes couilles, de mon sexe,
    frottés, malaxés, pressés, par mes cuisses, sans retenue

    alors je fais de l’expérimentation, je teste,
    cela commence à prendre forme,
    après il faudra synchroniser tout cela, retrouver les automatismes,
    avec les nouveaux gestes, les nouvelles routines, parfaitement intégrés,
    jusqu’à ce que tout redevienne comme instinctif

    en fait ici, comme toujours dans ma façon de pratiquer,
    il suffit juste finalement de laisser parler le corps,
    le laisser trouver tout seul le type de contractions qui conviennent le mieux pour répondre à ce besoin,
    le placer donc en situation de pouvoir y répondre

    en fait mes recherches consistent,
    d’abord à avoir toutes sortes d’idées de mouvements, d’enchaînements, de façons de contracter différemment
    puis de les abandonner les unes après les autres, ces idées,
    pour finalement juste laisser faire le corps
    par rapport à cette nouvelle exigence que j’aurai plantée dans ma chair

    faire passer le message
    à cette masse, cet amas mystérieux de bidoche, de sang, de nerfs, d’os et de bien d’autres choses, sous moi,
    comme planter une graine et attendre que cela germe
    c’est cela, le dialogue avec ma chair, la complicité avec mon corps,
    c’est lui faire comprendre que j’attends quelque chose de nouveau, quelque chose d’un peu différent, de lui,
    et le laisser concocter la réponse

    c’est comme si une sculpture se réalisait,
    j’en suis le commanditaire, j’ai défini le cahier de charges
    d’abord il y a comme un morceau de pierre brute, inerte,
    aucune idée de ce que cela va devenir
    mais peu à peu quelque chose se dessine,
    comme une inspiration taille à même ma chair,
    se révèle lentement une nouvelle façon d’effectuer les contractions, plus efficace, plus riche,
    répondant à un besoin que j’ai identifié
    pour préserver un équilibre, maintenir une synergie puissante et efficace

    tout un travail d’équipe
    dont je suis le coordinateur

    #36477
    aneveilaneveil
    Participant

    Bonjour bzo,

    Je suis ton journal depuis quelques temps et je constate avec plaisir que les éjaculations
    qui peuvent à présent arriver quand ton corps le décide ne semblent
    pas pour autant diminuer ton énergie sexuelle. La question de l’éjaculation m’intéresse beaucoup
    car elle m’a beaucoup causé de doutes, d’hésitations de questionnements et continue de m’intéresser…

    Depuis le We dernier je suis seul pour une semaine et comme à chaque fois que ça arrive,
    je réalise à quel point cela me permets de vivre des séances de plus en plus inoubliables.
    Et a quel point aussi j’en deviens addict aussi…
    Je comprends aussi pourquoi cette solitude peut te permettre de vivre une telle richesse intérieure
    et d’aller aussi loin dans l’exploration d’une forme de « sexualité expérimentale »
    qui d’ailleurs je crois, n’est pas vraiment duplicable et partageable à d’autres individus
    (mais certaine grandes lignes peuvent l’être).

    Arriver à aller aussi loin au sein d’un couple constitue un défi immense, ou alors il faudrait vivre
    dans une société qui n’existe pas encore…

    Bon voyages au pays des délices du dedans et du dehors aussi !

    #36478
    aneveilaneveil
    Participant

    on ne fait jamais l’amour qu’avec soi-même,
    l’autre est un miroir, un support,
    pour nos fantasmes, pour notre désir

    ceci explique déjà pas mal des choses
    qu’il y a moyen d’atteindre tout seul,
    on ne fait jamais que se passer du support de l’autre,
    tourner le miroir vers soi, puis en soi toujours plus profondément
    et progressivement tenter d’éveiller de plus en plus les forces qui dorment en nous

    ce lac aux eaux noires plein de lueurs mystérieuses, sans fond,
    qui donne l’impression d’être peuplé,
    dont les eaux semblent refléter toutes sortes d’horizons lointains
    que de perspectives pour notre chair,
    que de perspectives pour l’audacieux prêt à affronter les tabous
    et les frontières de sa masculinité

    le féminin est en nous comme dans un rêve, comme un autre endormi,
    l’éveiller, le laisser prendre les commandes de ce corps,
    c’est vivre à travers elle quelques instants ce corps,
    c’est vivre les sensations et la jouissance, au féminin, le miroir tourné en soi profondément
    c’est vivre un acte sexuel comme étant un autre en nous

    Ce texte me parle beaucoup, c’est une forme de poésie très Tantrique dans l’esprit….
    En cette fin d’après-midi cette femme, La Femme, reflets de toutes celles qui m’ont fait tant vibrer
    était en moi aux commandes, j’étais elle, totalement libre, sans pudeur ni tabous, puissante et animale.

    #36479
    bzobzo
    Participant

    hello @aneveil

    je constate avec plaisir que les éjaculations
    qui peuvent à présent arriver quand ton corps le décide ne semblent
    pas pour autant diminuer ton énergie sexuelle.

    non en effet mais cela n’a pas toujours été comme cela,
    je me rappelle quand je pratiquais d’une façon plus conventionnelle,
    du massage prostatique exclusivement, avec masseur,
    il me fallait un certain temps avant de retrouver la pleine puissance des sensations,
    jusqu’à dix jours
    si j’éjaculais, si je me masturbais de temps à autre
    c’est d’ailleurs grâce, ou plutôt à cause de cette croyance,
    que je suis resté pendant largement plus d’un an, presque deux, sans éjaculer,
    pour être constamment au pic de mes énergies

    mais il y a quelques jours, quand par accident j’ai éjaculé lors d’une séance,
    une des rares fois que j’ai pratiqué avec une couverture sur moi,
    probablement les frottements du tissu ont contribué à provoquer cet « accident »,
    c’est souvent un équilibre tellement fragile, un rien peut suffire,
    j’étais mortifié, catastrophé, au début
    mais après une demie heure quand j’ai un peu recommencé machinalement,
    je me suis vite rendu compte que toutes les énergies étaient de nouveau là,
    cela n’avait duré qu’une petite demie heure
    où j’avais la sensation que tout était éteint dans mon bassin,
    bien au contraire, quelque part c’était mieux quelque part,
    ma chair était plus détendue, j’étais plus serein
    et je sentais de nouvelles possibilités qui s’ouvraient à moi
    qui n’ont pas été démenties,
    que du contraire

    c’est, je crois, pour reprendre ta terminologie,
    parce que je fonctionne depuis bien longtemps exclusivement avec le plaisir Yin situé dans nos entrailles souterraines.
    qui ne dépend pas de l’éjaculation,
    qu’on peut éveiller, goûter, aussi bien par la prostate, que par l’excitation de l’anus
    et de nos parties génitales

    c’est ce que j’appelle, mon plaisir androgyne, essentiellement féminin malgré tout donc,
    toutes les sensations, j’ai l’impression, sont inversées quelque part,
    les contacts de mon sexe, de mes couilles, sont ressenties
    comme ce qu’ils peuvent éveiller comme sensations, je crois, quand ils sont en contact avec le corps de la femme
    et qu’ils éveillent toutes sortes de délices voluptueux chez elle

    ma prostate aussi, désormais, toutes ses ondes passent par les contractions
    sont ressenties comme des va et vient de pénétration

    j’ai désormais une éjaculation presque tous les jours, toujours très abondante,
    alors qu’avant il y a quelques années,
    j’éjaculais aussi tous les jours quand j’avais l’habitude de me masturber abondamment
    mais c’était quelques vagues gouttes,
    à mon âge, cela devient de plus en plus difficile,
    enfin plus maintenant, avec la façon donc je pratique

    mais surtout cette éjaculation est ressentie,
    comme si j’étais le réceptacle de cette éjaculation, comme si je la ressentais en moi
    comme je l’ai écrit dans ton fil,
    j’ai désormais la sensation de vivre des super O au féminin
    grâce à ces éjaculations qui déclenchent systématiquement des orgasmes très très puissants,
    pour l’instant d’une quinzaine à une trentaine de secondes,
    je rue, je me cabre, mon corps part de tous les côtés , c’est un tel torrent qui me passe au travers du corps
    qui me rappelle irrésistiblement la puissance des super O plus classiques que j’ai vécus avec le masseur

    je suis confiant de parvenir à les allonger de plus en plus,
    l’éjaculation est un tremplin qui permet de faire décoller le vaisseau
    mais je sens qu’il y a moyen de les faire durer beaucoup plus longtemps

    #36480
    bzobzo
    Participant

    En cette fin d’après-midi cette femme, La Femme, reflets de toutes celles qui m’ont fait tant vibrer
    était en moi aux commandes, j’étais elle, totalement libre, sans pudeur ni tabous, puissante et animale.

    oui, une fois qu’on parvient à faire cela,
    c’est quelque chose d’assez unique,
    il faut l’avoir vécu pour savoir à quel point c’est spécial,
    à quel point c’est une aventure en territoire inconnu qu’on vit dans sa chair

    à quel point on vit une communion aussi,
    avec toute une part habituellement inaccessible en nous,
    on se sent plus complet quelques instants, uni, entier, délié

    avec le désir qui peut couler librement, sans tenir compte des frontières de notre identité sexuelle,
    le désir aux commandes qui nous entraîne par où il veut,
    c’est aussi quelque chose de tellement particulier,
    une sensation tellement grisante de libération, de liberté totale dans sa chair

    vivre cela même pour quelques secondes,
    juste un petit geste peut déjà le déclencher chez moi
    et c’est parti juste pour une petite vague qui passe en moi
    mais c’est une vague qui monte de tellement loin,
    qui lui appartient,
    moment de partage, moment de complicité, moment d’intimité, avec ses abysses

    #36486
    bzobzo
    Participant

    Je comprends aussi pourquoi cette solitude peut te permettre de vivre une telle richesse intérieure
    et d’aller aussi loin dans l’exploration d’une forme de « sexualité expérimentale »
    qui d’ailleurs je crois, n’est pas vraiment duplicable et partageable à d’autres individus
    (mais certaine grandes lignes peuvent l’être).

    je reviens là-dessus, cela m’avait échappé

    je suis tout à fait d’accord, il n’est sans doute pas possible d’aller aussi loin,
    avec quelqu’un à ses cotés, partageant sa vie

    une grande partie de notre plaisir est en partage, est mis en commun avec le plaisir de quelqu’un d’autre,
    il ne reste donc sans doute pas assez de place pour mener aussi loin des expérimentations en solitaire

    cependant je crois qu’on peut obtenir des résultats très intéressants aussi en couple,
    à condition d’avoir une compagne ouverte et intéressée par la question,
    j’ai acquis dernièrement un livre « modernité hermaphrodite », un gros pavé universitaire
    qui fait bien le tour de la question de l’androgynie
    dans toute l’histoire de l’humanité jusqu’à nos jours

    dans certains courants de pensée, le couple est considéré comme une tentative
    pour retrouver l’androgynie originelle,
    on fusionne du masculin et du féminin
    jusqu’à ce que les frontières s’effacent et qu’on ne forme plus qu’un être,
    en même temps masculin et féminin

    c’est ce que je fais aussi mais tout seul,
    c’est à la fois plus facile et plus difficile

    en couple, c’est une piste puissante à explorer,
    si l’homme a un bagage déjà, avec une prostate bien éveillée
    et puis la capacité de faire monter le féminin en soi
    et puis la femme, là je suis moins sûr si elle doit avoir quelque bagage spécial,
    juste être elle peut-être, elle ouverte à toutes les explorations, sans tabou,
    libre dans sa tête, épanouie dans sa sexualité, cela devrait suffire,
    son potentiel étant , dès le départ, tellement plus énorme avec des racines qui vont tellement profond

    #36496
    bzobzo
    Participant

    comme une sensation d’infini dans ce plaisir,
    juste cela devient tellement, tellement, ineffable,
    que l’instant semble sans fin,
    dans ma chair

    je touche mes organes, je me caresse, je bouge,
    je serre les cuisses, je frotte, j’effleure,
    et je vis la sensation en creux
    tapie dans ma chair

    la sensation en creux vient de tellement loin,
    c’est une lente conquête sur soi,
    d’arriver à la faire vivre,
    d’arriver à ce que la mer se forme

    c’est un autre corps, armé de pied en cap, qui surgit de nos abysses,
    nos sensations sont comme des icebergs, une partie émergée directement accessible par défaut,
    et puis une part souterraine, plus sombre, plus étendue, plus mystérieuse,
    plus difficile d’accès,
    ce sont nos sensations en creux,
    tout un pactole dans nos profondeurs

    tant de complicité à établir en nous,
    tant de chuchotements dans cette chair,
    vivre cet autre moi,
    brièvement

    l’androgynie est l’amour parfait,
    l’amour qui s’auto-féconde,
    la chair éclot,
    l’instant devient une fleur géante, au parfum capiteux,
    moments de velours, l’embrassade sans fin, tout en courbures,
    l’ivresse du chant de toutes les cellules,
    libérées par le désir

    #36497
    bzobzo
    Participant

    ma chair aurait pu être la chair d’une femme,
    un coup de dés, à un moment donné avant ma naissance, en a décidé autrement,
    tant de choses ont été rangés, à partir de ce moment-là, à la cave,
    tant de breloques, tant de fourbi, tant de couleurs vibrantes, tant de magie

    une porte oubliée,
    recouverte de toiles d’araignées, d’une épaisse couche de poussière,
    des gonds qui grincent, qui cèdent millimètre par millimètre,
    se révèle en nous, le baiser des profondeurs,
    le baiser infini du partage et de la communion
    dans l’incandescence de la chair

    #36498
    bzobzo
    Participant

    tout ce qu’on peut obtenir avec quelques serrements de cuisses et quelques contractions

    une vraie tempête dans un verre
    et nous, juste un petit grain de poussière,
    ballotté dedans,
    emporté par des courants et des vagues monstrueuses, tout autour

    #36560
    bzobzo
    Participant

    6 jours…
    cela fait une paie,
    j’ai définitivement rompu le lien qui devenait un peu morbide
    de venir écrire tous les jours ici

    je n’avance toujours pas beaucoup plus avec mes travaux et mes bricolages en retard
    mais je suis tout de même sur la bonne voie,
    quelque chose est en train de se mettre en place
    qui va finir par porter fruits

    sinon avec ma pratique, tout va bien, tout va très bien même,
    cela n’a jamais été aussi bien fait
    mais j’aurai pu aussi écrire cela il y a quinze jours
    et je parie que je pourrai encore l’écrire dans 15 jours,
    c’est au beau fixe depuis bien longtemps chez moi,
    soleil radieux, resplendissant, dans ma chair

    n’ayant pas d’enfants, pas vraiment de responsabilités sérieuses, vivant seul,
    je donne à des tas de sociétés caritatives, j’aide ma vieille mère,
    cependant personnellement, mes meilleurs amis depuis longtemps,
    même si je m’amuse beaucoup avec certaines personnes,
    sont des bouquins, des films, des oeuvres d’art

    mais là, je me suis trouvé un objectif vibrant dans ma chair,
    je me suis trouvé un océan où me laisser dériver
    à la rencontre d’îles inconnues,
    il y a une galaxie à explorer en nous,
    alors je me concentre dessus
    et je fais preuve d’une persévérance inhabituelle,
    borné, systématique, acharné, patient même

    enfin je me suis concentré dessus,
    maintenant je ne me concentre plus du tout,
    je n’ai plus besoin de me concentrer dessus,
    quelque chose a tellement pris vie en moi, m’accompagne tellement constamment,
    que je n’ai plus aucun effort à faire,
    je n’ai qu’à donner juste mon accord brièvement et cela se met en route
    comme un spectacle de cirque soudainement dans ma chair,
    un chapiteau immense avec des milliers de clowns, d’acrobates, de saltimbanques de toutes sortes

    j’ai l’impression d’être emporté dans un film,
    qu’un écran me happe directement,
    avec des personnages, des événements
    qui échappent à ma volonté, qui arrivent sur moi,
    tout bouge tout seul dans ma chair
    un film d’action m’emporte sur son toboggan de délices perpétuels,
    de telles forces se sont libérées en moi,
    je navigue tellement en des eaux inconnues,
    que cela me trouve tout seul, sans efforts de ma part,
    moins j’en fais en fait désormais, au plus cela se fait tout seul

    l’instant d’avant
    j’étais en train de regarder un film, une série
    et l’instant d’après, un autre film, lui en trois dimensions
    et impliquant toutes les cellules de mon être
    m’a happé dans un flot de volupté et de jouissance continues

    ce n’est pas que ce soit hors de contrôle,
    tout du contraire,c’est plus que jamais contrôlé,
    en ce sens que je peux m’arrêter quand je veux et reprendre aussi quand je veux
    mais dès que cela démarre, c’est totalement hors de contrôle, l’action me happe irrésistiblement
    et la seule action possible désormais pour moi,
    c’est soi de tout arrêter instantanément ou d’être totalement hors de contrôle

    l’impression de n’être plus qu’une bouche haletante dans l’espace,
    avec une coupe emplie entre mes lèvres

    la complicité avec mes abysses, est sans faille,
    mais le mystère dans ma chair, s’est épaissi plus que jamais
    une source de très haute altitude, me fait des signes amicaux, à travers la brume,
    des moments de communion splendide, me font pleurer à chaudes larmes, sur mes draps défaits,
    je me sens comme un petit enfant de longs moments,
    innocent, jouant librement avec son corps, avec ses sens et ses sensations,
    son imagination ayant bâti un empire autour de lui

    le féminin devant l’immense miroir de la vie,
    au fil des instants,
    reflet d’ailes géantes de papillon, battant lentement, magnifiquement colorés,
    les cieux nous attendent,
    je glisse sur un toboggan de poil soyeux éternellement,
    la vie s’auto-célèbre un instant, au travers nous

    #36610
    bzobzo
    Participant

    je suis quelqu’un qui a toujours eu beaucoup d’imagination,
    un peu trop même, diront certains dans mon entourage…
    mais ma plus belle, ma plus folle, invention,
    la plus réussie aussi,
    c’est très certainement cette pratique

    s’engager de tout son être
    comme dans un acte amoureux,
    avec quelqu’un quel’on aime passionnément, que l’on aime à la folie,
    ne rien retenir, faire monter tout ce que l’on a dans ses tripes,
    vouloir se coller à la peau de l’être aimé,
    vouloir se presser tout contre l’être aimé,
    vouloir se fondre à l’être aimé, vouloir fusionner à l’être aimé,
    ne plus former qu’un avec l’être aimé,
    l’imaginer très fort pénétrant, s’imaginer très fort pénétré,
    s’imaginant très fort pénétrant, l’imaginant très fort pénétré

    j’ai l’impression désormais constamment d’engager toutes les ressources de mon être,
    d’avoir réussi à les réveiller,
    d’avoir réussi à les convier pour quelques moments,
    leur donner rendez-vous pour un ballet fusionnel,
    un ballet corps et âme

    que les instants soient totalement fous, soient totalement ineffables,
    que les forces déchaînées me libèrent de toutes entraves
    que j’improvise en totale liberté, au gré de mon inspiration,
    sans me soucier de ce que je fais, comment je dois le faire,
    juste en essayant d’éveiller une, à la fois, calme et sauvage harmonie, sous ma peau,
    un carrousel variant à l’infini, de sensations

    avec la sublime complicité de ce corps, il faut le répéter, encore et encore,
    trouver absolument la bonne façon de lui murmurer, la bonne façon de dialoguer avec,
    tellement de portes se sont ouvertes depuis le début,
    cette pratique est devenue tellement extravagante,
    j’effectue un geste, une caresse,
    quelque part en moi, une envie, une volonté, impérieuse, d’éprouver du plaisir, ouvre toutes les portes,
    les défonce sans ménagement si nécessaire,
    je veux ressentir follement, extravagamment, il n’y a que cela qui compte
    et avec la complicité de mon corps,
    je veux ressentir, éprouver, les choses les plus folles dont cette chair est capable

    je ne me sens plus éjaculer quelque jets laiteux vers le dehors
    mais je sens du sperme chaud et gluant s’écouler en moi comme un raz de marée pendant de longues secondes

    « imagine avec tes gestes, avec tes mouvements, imagine ce que tu as envie d’éprouver,
    danse avec tes cellules, chante avec tes ténèbres,
    moi, ton corps, je peux tout, à condition que tu l’imagines, que tu y croies de tout ton être,
    instantanément je peux tout concrétiser pour toi, jouons ensemble,
    jouons de toi comme d’un instrument mystérieux aux racines s’enfonçant dans les profondeurs de la terre »

    #36617
    bzobzo
    Participant

    le texte juste au-dessus pourrait donner l’impression que j’imagine des choses,
    que des images défilent dans ma tête,
    ce n’est pas ce que j’ai voulu dire

    je pense le moins possible,
    je m’évertue à éteindre mon moi pensant et y arrive la plupart du temps,
    ma tête s’emplit ainsi de sensations, devient le lit de puissants et variés flux d’énergies

    j’injecte plutôt mon imagination dans l’action,
    une imagination en action dans le corps,
    en action dans la chair,
    débridée follement, dansant le désir,
    immergée dans le corps ,
    comme un poisson dans les profondeurs aquatiques

    c’est la sensation que j’ai en tout cas,
    qu’elle est là jouant avec mon corps, improvisant le plaisir, au gré du désir
    et non plus juste dans ma tête,
    sa plaine de jeu s’est immensément agrandie

    #36656
    bzobzo
    Participant

    j’aime tellement ce genre de description de l’ami @aneveil:

    basculer sans retenue en mode « yin », c’est à dire passer d’un mode habituel « volonté et attentes » à un mode de réceptivité qui peut nous faire ressentir alors une impression de féminité très intense en nous.

    basculer en mode yin, comme cela résonne superbement,
    je vais reprendre un peu à mon compte cette expression tellement elle me plaît

    comme cela me va aussi,
    s’il y a bien une chose dans laquelle je suis devenu expert, c’est bien de cela,
    basculer en mode yin,
    fonctionner entièrement et totalement en mode yin,
    une fois que on peut faire cela, l’essentiel est fait

    une fois qu’on arrive à fonctionner ainsi,
    quand on se touche les parties génitales, vous ressentez complètement autre chose,
    c’est possible, ce petit miracle,
    parce que notre chair, comme nos sensations, n’ont pas de sexe, ont les deux,
    dès lors quand vous vous mettez en mode yin,
    vos sensations, votre chair, basculent en mode yin aussi
    et tout votre physique, vos organes, fonctionnent en mode yin aussi durant l’action

    même quand vous éjaculez, vous allez percevoir l’éjaculation, aussi tout à fait différemment,
    elles sortent de votre sexe, ces quelques giclées blanchâtres de sperme,
    pourtant comme vous êtes en mode yin,
    vous allez ressentir quelque chose de tout à fait différent,
    vous allez percevoir votre premier super O au féminin,
    toute la puissance de l’éjaculation à votre service, à vous en mode yin,
    votre corps sera l’émetteur du sperme sortant de votre sexe raidi
    mais en même temps vous allez vous percevoir comme le réceptacle qui accueille la giclée,
    ce qui va déclencher à chaque fois chez vous un orgasme XXL
    comparable aux super O prostatiques

    tout est inversé donc, la prostate qui en mode yang,
    permet dans le contexte du massage prostatique à un homme d’accéder à des ondes féminines,
    une fois que vous fonctionner en mode yin totalement,
    eh bien cela sera inversé, la prostate avec les contractions, vous donneront accès à des ondes mâles,
    à une superbe et irrésistible sensation de pénétration

    de même les doigts dans la petite fente derrière,
    va éveiller des ondes anales
    mais en mode yin, là aussi vous allez percevoir autre chose, tout à fait autre chose,
    votre petite fente en mode yin, elle est devenu votre pussy et quand des doigts s’y aventurent,
    c’est un torrent dans votre bassin, le feu dans vos entrailles

    ma pratique en mode yin totalement,
    en aneroless « freeform », où je mêle désormais allègrement ondes anales, ondes provenant de la prostate
    et ondes provenant de mes génitaux,
    est plus épanouie que jamais,
    totalement en roue libre et aboutie, elle est sur des rails, elle progresse toute seule,
    j’ai décidé de me lancer de nouveaux défis
    maintenant que là c’est bien établi,
    je vais retourner de temps à autre vers une pratique purement prostatique avec masseur
    mais là encore toujours en mode yin,
    je n’envisage plus mon plaisir autrement,
    une fois qu’on a goûté à cela, on ne peut plus envisage sa sexualité autrement,
    c’est juste trop fort, trop différent, trop meilleur

    #36664
    bzobzo
    Participant

    en relisant un peu le fil d’@epicture,
    plus particulièrement les passages se rapportant au corps et à l’esprit,
    leur façon d’interagir durant l’action:

    L’esprit et le corps sont comme les deux partenaires d’une danse dans laquelle ils se répondent tour à tour. En s’insinuant dans l’esprit, cette idée forme une représentation du couple corps/esprit qui s’unifie en un tout qui dépasse l’idée de dualisme. Le corps et l’esprit ne s’opposent pas, ils participent ensembles à la formation d’un tout qui explose de plaisir dans l’unification que procure cette danse entre concentration mentale et réactivité corporelle, dans un tourbillon de plaisir

    je réalise que j’évoque un peu la même chose à ma façon un peu plus haut
    avec mes deux textes évoquant le rôle de l’imagination dans ma pratique

    notre imagination que je considère comme ce que notre esprit produit de mieux,
    elle a des racines mystérieuses,
    elle nourrit les artistes mais aussi les plus grands inventeurs, scientifiques
    et quand j’écris des choses de ce genre:

    imagine avec tes gestes, avec tes mouvements, imagine ce que tu as envie d’éprouver,
    danse avec tes cellules, chante avec tes ténèbres,
    moi, ton corps, je peux tout, à condition que tu l’imagines, que tu y croies de tout ton être,
    instantanément je peux tout concrétiser pour toi, jouons ensemble,
    jouons de toi comme d’un instrument mystérieux aux racines s’enfonçant dans les profondeurs de la terre

    ou encore

    j’injecte plutôt mon imagination dans l’action,
    une imagination en action dans le corps,
    en action dans la chair,
    débridée follement, dansant le désir,
    immergée dans le corps ,
    comme un poisson dans les profondeurs aquatiques

    j’invoque à ma façon cette danse du corps et de l’esprit , notion avancée par @epicture

    personnellement je sens cela très fort à l’oeuvre en moi,
    je sens physiquement mon imagination mêlée à ma chair,
    je les perçois évoluant entremêlés aux notes du désir

    par contre, dans ma tête , quand tout va bien,
    le moi pensant est complètement éteint,
    mon imagination semble s’être dissoute dans mon corps , interagir avec directement un peu partout

    #36848
    bzobzo
    Participant

    coucou me revoilà,
    encore épargné par le coronavirus,
    bon pied, bon oeil, bonne prostate,
    mains alertes, caressantes,
    bientôt en télétravail pour quelques semaines, par VPN,
    alternant moments de codage avec mon équipe dispersée
    aux quatre coins de la Belgique
    et puis moments d’encodage de mon plaisir

    j’avais évoqué il y a quelque temps, mon envie de refaire du masseur en pure plaisir prostatique,
    ce désir émis venait du fait que ma pratique principale, en aneroless,
    comportait depuis un certain temps un déséquilibre entre les différents types d’ondes,
    la prostate étant relativement désavantagée
    par rapport aux vibrations fournies par les organes génitaux et puis les vibrations anales

    c’est chose corrigée désormais,
    j’ai trouvé un nouveau type de contraction, cuisses serrées,
    qui produit des ondes prostatiques à volonté, très très puissantes,
    sans renoncer à la qualité, à la richesse et à la variété

    j’ai l’impression d’avoir à présent trois manettes à ma disposition,
    une d’ondes prostatiques, une d’ondes des génitaux et une d’ondes anales
    et de faire joujou avec à volonté,
    tantôt mélangeant allègrement les trois, tantôt en privilégiant qu’un seul type ou deux,
    augmentant le volume de l’un, de l’autre, parfois de deux, voire trois , en même temps
    c’est absolument délicieux et irrésistible
    et ainsi de tellement nouvelles perspectives s’ouvrent à moi,
    que j’ai décidé de m’y consacrer exclusivement,
    renonçant à toute autre exploration

    l’autre jour, j’enchaînais de la jouissance prostatique,
    une foule en liesse, extatique, hors d’elle, possédée, hurlant, remuant dans tous les sens,
    semblait habiter toutes mes cellules,
    j’alternais avec des ondes de volupté ineffables émises par mes organes génitaux
    quand avec mes cuisses, je recommençais à les frotter, à les presser, à les malaxer

    quand l’éjaculation a commencé à poindre son nez,
    la foule des orgasmes prostatiques qui s’enchaînaient depuis une bonne demie heure, s’est écartée
    une telle vague s’est présentée en moi, tellement élevée, tellement escarpée,
    ce fut un moment incroyable,
    qui ne s’est pas très bien terminée d’ailleurs,
    je dois encore apprendre à bien mener ma barque dans ces moments,
    les forces en présence deviennent tellement incroyables,
    cela rugit tellement partout en moi,
    il faut apprendre à bien faire cohabiter tout cela

    là l’autre soir en l’occurrence,
    l’éjaculation a déferlé en moi, ce fut un torrent de lave soyeuse en moi,
    mon corps a commencé à ruer dans tous les sens
    comme si j’avais une crise d’épilepsie ou que j’étais possédé par des démons
    mais j’ai appuyé trop fort , trop tôt, sur la manette « ondes prostatiques »,
    cela a provoqué une sorte de déraillement,
    tout a explosé en mille morceaux, a volé en miettes

    dommage
    mais pas grave, cela fait partie de mon apprentissage,
    ces orgasmes XXL, sorte de super O au féminin dont l’éjaculation est le premier étage de la fusée
    qui la fait décoller vers la stratosphère,
    je sais maintenant qu’il y a moyen de les prolonger en les enchaînant avec des ondes prostatiques,
    ainsi je sens que leur durée peut aller bien au-delà des trente à quarante cinq secondes
    que j’ai obtenues jusqu’ici,
    sans doute pendant de longues minutes quand j’aurai appris à bien enchaîner tout cela,
    que la synergie soit bien au point

    ces ondes prostatiques si puissantes que je parviens à obtenir avec des contractions maintenues,
    semblent venir traverser mes génitaux, avant de se disperser dans tout mon corps
    et ce passage par mon sexe, par mes couilles,
    semblent leur faire l’effet
    comme si on les avait chargées dans la bouche d’un canon et puis qu’on aurait fait feu avec,
    bref à chaque fois il y a comme une accélération et un tournoiement, splendides, irrésistibles,
    comme si un boulet délicieux, chaud, doux, doux, doux,
    traversait d’abord follement mes entrailles
    puis répande partout ses filaments, ses lanières, velouteux, frissonnants,
    comme des petites anguilles remuant, glissant, dans toutes les fibres de mon être

    #36852
    aneveilaneveil
    Participant

    Hello bzo,

    bientôt en télétravail pour quelques semaines, par VPN,
    alternant moments de codage avec mon équipe dispersée
    aux quatre coins de la Belgique
    et puis moments d’encodage de mon plaisir

    Héhé… la productivité et la croissante de l’entreprise risquent d’en pâtir sérieusement,
    tandis que le(s) PIB (Plaisirs Intenses Bi-modes) exploseront comme des feux d’artifices dans un cosmos corporel.

    De mon côté, toujours le taf à la maison… Avec, à tout moment le risque de céder à la tentation…

    #36853
    bzobzo
    Participant

    Héhé… la productivité et la croissante de l’entreprise risquent d’en pâtir sérieusement,
    tandis que le(s) PIB (Plaisirs Intenses Bi-modes) exploseront comme des feux d’artifices dans un cosmos corporel.

    d’ailleurs j’hésite, on nous a laissé le choix aller sur place ou rester à la maison,
    je n’ai jamais télé-travaillé,
    me connaissant, je redoute en effet de ne pas être capable de suffisamment de discipline,
    tout seul chez moi

    de plus l’idée de mêler lieu de travail, lieu de gagne-pain
    et domicile qui est un endroit où je me laisse complètement aller,
    me détends et pense à tout sauf au travail,
    me dit pas grand chose

    en plus, je n’aime pas les laptops, alors au boulot j’ai toujours une tour,
    cela a compliqué sérieusement l’option télé-travail, pour moi
    mais on m’a laissé prendre ma deuxième tour à la maison,
    après avoir configuré dessus le VPN,
    quelqu’un me l’a ramené en voiture
    mais elle est moins puissante que celle que j’utilise au quotidien désormais
    qui a un processeur monstrueux, une vraie bête,
    en fait c’est mon ancienne machine, avec windows 7,
    que j’ai encore gardée car certains logiciels étaient incompatibles avec le windows 10 sur la nouvelle
    et je l’allumais de temps à autre pour pour quelques taches bien spécifiques
    mais je préfère nettement travailler sur la nouvelle machine qui est tellement puissante
    et pour tous les logiciels que j’utilise en même temps,
    c’est bien commode d’avoir toute cette puissance sous le capot

20 sujets de 201 à 220 (sur un total de 362)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.