• Ce sujet contient 361 réponses, 5 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par AndranerosAndraneros, le il y a 3 mois.
20 sujets de 261 à 280 (sur un total de 362)
  • Auteur
    Articles
  • #37304
    bzobzo
    Participant

    ce corps a une telle capacité de jouissance, de volupté,
    démarrant mon petit manège, fermant les yeux,
    c’est immédiatement comme si j’étais emporté par un torrent irrésistible,
    roulé et encore roulé comme un fétu de paille
    dans une ouate ineffablement douce, chaude, soyeuse

    j’aurai envie de hurler tellement c’est bon, tellement c’est indescriptiblement bon,
    comme ma chair semble dans son milieu naturel ainsi,
    immense abreuvoir du plaisir, je m’immerge dedans, la bouche grande ouverte,
    que cela se déverse partout en moi, que cela m’inonde, que cela me trempe de fond en comble,
    que j’en sois imbibé jusqu’au fin fond de mon âme,
    de ce nectar délicieux, ineffable

    #37326
    bzobzo
    Participant

    j’ai décidé de laisser tomber le masseur
    malgré tout ce que j’ai écrit ces derniers jours,
    mon instinct me dit que cela doit être un tête à tête sans intercesseur,
    que c’est ainsi que je dois continuer pour l’instant

    #37333
    bzobzo
    Participant

    pour être plus détaillé par rapport à ce que j’écris juste au-dessus

    ce cycle de l’éjaculation en mode yin, appelons-le comme cela,
    c’est-à-dire un lent crescendo comme une vague au fil des jours
    qui prend de plus en plus d’ampleur,
    avec une superbe perception de continuité et de régularité
    malgré les interruptions entre les séances
    pour cause de travail, de courses, de vie sociale, d’occupations diverses et variées

    culminant à un moment donné quand le corps le décide
    avec l’orgasme XXL (sorte de super O en mode yin),
    celui-ci chevauchant d’abord le sperme mais rapidement le débordant, s’en servant pour décoller
    puis retombant, se brisant
    mais reprenant déjà tout de suite son cours tranquillement,
    ré-accélérant déjà très progressivement sur sa pente montante sans discontinuité

    la force pure du désir, libre,
    je m’effleure lentement, passe le doigt sur ma peau
    et je la sens, coulant comme du sang dans l’invisible en moi,
    chaud et soyeux réseau

    ce cycle, je le perçois pour l’instant avec beaucoup d’acuité,
    délire de jouisseur en solitaire trop imaginatif?
    qu’importe, je suis embarqué dans mon histoire, elle m’occupe merveilleusement
    et ma chair et moi, avons atteint une complicité sans faille
    qui nous porte vers des cimes de jouissance et de volupté toujours plus élevées

    je perçois un potentiel fabuleux là-dedans
    que je n’ai fait qu’effleurer pour l’instant,
    mener le mode yin toujours plus vers son apogée dans ma chair
    et uniquement en aneroless je dois le faire, je l’ai constaté
    car les dernières fois que j’ai inséré le masseur,
    après coup, je me suis rendu compte que cela brouillait fortement cette perception de cycle en moi,
    cette perception de luxuriance et d’épanouissement dans la chair,
    brouillant fortement cette sensation de forces subtiles à l’oeuvre,
    de synergie comme un delta de fleuve
    vers où courent les eaux de vastes terres lointaines et mystérieuses

    une finesse, une précision et une variété évoluant à vue d’oeil,
    la volupté comme du cristal résonnant dans un halo de lumière chaude et enveloppante
    j’ai hâte d’explorer plus en avant,
    la tentation yang de précipiter l’éjaculation, a complètement disparue pour l’instant,
    tellement ce que je ressens désormais, est satisfaisant à chaque instant
    et semble promettre des moments toujours plus sublimes

    les instants passent, semblent être liés entre eux comme les perles d’une parure,
    mes nostalgies de moments de plaisir prostatique
    pour retrouver ces extases accompagnées de visions uniques, magnifiques,
    sont toujours là
    mais j’explore déjà de nouvelles pistes en aneroless
    pour faire résonner la prostate sans interférence excessive des génitaux

    #37344
    bzobzo
    Participant

    le fait de n’avoir vraiment aucun accessoire, aucun intermédiaire
    juste soi, son corps,
    rend la pratique aneroless vraiment spéciale, différente

    au début, on est inquiet justement qu’il n’y ait rien,
    qu’on doive ne compter que sur soi-même,
    que le petit miracle s’éveille sans baguette magique qu’on manipule

    mais la puissance de l’aneroless est là justement,
    c’est qu’on n’a plus à compter sur rien d’extérieur,
    tout est en nous ce dont on a besoin,
    on devient soi-même la baguette magique

    l’aneroless ouvre des voies uniques en nous
    parce qu’on n’est plus à l’ancre, lié à un endroit,
    essentiellement lit, baignoire éventuellement
    mais on est libre de bouger, de se déplacer,
    de goûter du plaisir en n’importe quel endroit, à n’importe quel moment,
    ça a l’air de rien mais c’est une véritable révolution en fait,
    c’est tout notre rapport au plaisir qui change,
    cela peut devenir un compagnonnage, un questionnement de tout instant,
    un entremêlement de moments et d’actes du quotidien, si banals, si machinaux,
    et puis de gestes, de mouvements, éveillant du plaisir,
    comme un dialogue intime entre notre réalité terre à terre
    et puis notre désir, notre chair

    il n’y a plus que nous-même, plus rien d’extérieur, quand bien même en nous,
    la boule de billard peut rouler librement dans toutes les directions,
    rebondir à l’infini, plus aucun obstacle,
    profiter de son inertie jusqu’à la dernière goutte,
    du moindre dénivelé, pour prendre de l’élan,
    créer son propre parcours, modeler la table à son gré

    #37350
    bzobzo
    Participant

    quand on est enfant, on croit que le monde est magique,
    qu’il y a de la sorcellerie, des lutins et des fées

    après on grandi, on devient un adulte,
    le monde n’est plus enchanté, les sorciers, les lutins et les fées, sont enterrés

    un jour, j’ai cherché à réenchanter mon monde,
    j’ai d’abord découvert que l’art, la littérature, pouvaient cela,
    ils ont sauvé mon coeur, mon âme,
    y ont réinjecté de la magie

    puis un jour, j’ai découvert le massage prostatique
    et enfin cette pratique aneroless en mode yin qui est désormais la mienne à plein temps,
    ainsi j’ai pu réenchanter mon corps, y ré-infuser de la sorcellerie

    #37356
    bzobzo
    Participant

    je le veux comme cela mon plaisir,
    réagissant au quart de tour, dès la première seconde, riche, varié,
    aussi riche et varié à l’infini
    que peuvent l’être toutes les caresses que l’on peut se faire,
    tous les mouvements, tous les gestes que l’on peut effectuer,
    venant de partout, se diffusant partout
    car je sais que c’est ainsi que peut naître en nous
    la divine, la miraculeuse, sensation de se faire l’amour tout seul,
    aussi riche et aussi varié
    que toute la langueur, tout le désir, que nous portons en nous,

    oh, elle peut naître aussi avec d’autres types de pratiques, quelques instants à gauche et à droite,
    dans les moments paroxystiques par exemple,
    je l’avais déjà expérimenté par le passé plus d’une fois
    mais que cette sensation naisse dès le premier instant et nous vous quitte plus,
    s’amplifie dans un crescendo sublime et irrésistible

    que dès le premier instant,
    vous sentiez en vous le masculin et le féminin, comme enlacés,
    comme engagés dans une délicieuse lutte amoureuse,
    que la sensation de communion dans votre chair, dès le premier instant,
    soit tellement envahissante, tellement puissante

    oui finalement je crois que c’est ce que j’aime le plus,
    bien plus que n’importe quel orgasme XXL , aussi puissant soit-il,
    c’est cette sensation de communion dans la chair,
    sensation de communion, sous-entend, sensation de plénitude, sensation d’épanouissement,
    sensation que deux pôles fusionnent, s’unissent, ne forment plus qu’un

    et puis que cela vienne de tout le corps,
    que tout mon être participe à la fête jusqu’au plus profond de mes fibres,
    que cela veuille dire aussi, sentir ses abysses, sentir ses profondeurs,
    sentir qu’il y a une gouffre sans fond en nous, le percevoir physiquement dans sa chair,
    en sentir monter comme un doux, calme et irrésistible flux sans discontinuité dans sa chair,
    sentir tout cela s’illuminer, éclater en feux d’artifice,
    tracer quelque instant parfois comme des signes mystérieux dans le sang

    oui, tout cela, sous la volupté,
    comme de multiples couches, de multiples strates,
    à déguster, à vivre dans l’instant,
    comme suspendu au-dessus de l’abîme,
    comme soutenu seulement par la puissance du désir,
    comme sans poids et sans consistance autre
    qu’un essaim de vibrations tournoyant dans la lumière

    #37357
    bzobzo
    Participant

    il y a-t-il une perversion saine et une perversion malsaine?
    je me pose la question

    la première serait « passagère » peut-être, disons,
    permettrait à des adultes consentants
    d’atteindre des sommets de plaisir inhabituellement élevés

    et la seconde serait?
    serait quoi?
    on peut déjà y verser sans hésitations quand on la fait subir à d’autre(s)
    sans leur(son) consentement,
    quoi d’autre?
    suis-je par exemple, un pervers avec mon plaisir en mode yin?
    sans doute, très certainement, pour certains

    mais encore?
    c’est en tout cas, pour le moins insolite, extrême
    comme façon d’aller chercher son plaisir,
    on éveille des zones en soi qui dans un couple
    sont normalement à l’autre sexe,
    j’essaie et je crois que je parviens,
    à vivre ce que l’autre sexe vit durant l’acte,
    en tout cas quelque chose qui y ressemble diantrement

    je ne suis pas homosexuel, un peu bisexuel tout de même,
    jusqu’à quel point? je ne sais pas,
    étant donné que je n’ai plus de vie sexuelle avec autrui depuis pas mal d’années
    mais j’ai un certain nombre d’expériences dans mon sillage

    je crois que tout est dans le respect en fait,
    tant qu’on reste dans le respect de soi et des autres,
    on ne glissera pas dans une zone où une sexualité un peu extrême,
    peut devenir négative

    je vais essayer d’être encore plus précis
    quand votre pratique sexuelle, aussi « particulière » soit-elle
    vous fait dans la vie et durant votre pratique
    respecter de plus en plus les autres, ainsi que vous-même,
    alors vous êtes dans une pratique « positive », foncièrement positive,
    aussi extrême soit-elle

    vous vous procurez des satisfactions charnelles exceptionnelles
    tout en apprenant par le truchement des plaisirs de la chair portés à leur comble,
    à vous aimer et à aimer les autres
    toujours mieux et toujours plus

    ce texte est peut-être d’une naïveté extrême
    ou alors d’une banalité affligeante,
    je ne suis pas sûr, je vais quand le mettre ici,
    après tout c’est mon journal, j’y mets toutes les conneries que je veux

    #37363
    bzobzo
    Participant

    vivre d’amour et d’ondes fraîches

    #37377
    bzobzo
    Participant

    quelle divine séance, elle dure depuis des heures

    j’ai déjà évoqué la vague qui s’accroît et encore s’accroît au fil des jours,
    sublime crescendo dans la chair,
    elle est désormais à un stade où elle a commencé à déferler,
    je chevauche l’écume, la lumière et le vent

    je ne sais pas combien de temps cela va durer
    mais j’ai bien l’intention d’en profiter au maximum,
    même si cela doit me mener jusqu’au bout de la nuit,
    au bout d’une interminable nuit de jouissance, de gémissements et de râles, à ne plus en finir,
    de peau enflammé, de bassin qui danse et danse encore, au rythme du désir

    je me rends compte que j’en suis entré en mode yin dans la zone de l’orgasme mâle,
    classiquement, la queue dressée, prête à cracher,
    cela ne dure que quelques secondes
    mais là, cela dure depuis des heures
    et je crois que je peux encore faire durer bien longtemps,
    peut-être l’apothéose,
    malgré le volcan qui m’habite pour l’instant, semblant prêt à cracher à tout moment,
    ne sera même pas pour cette nuit
    car j’ai bien l’instant de ne rien faire pour forcer la chose,
    bien respecter le cycle, c’est tellement sublime à chaque instant

    comme je suis en feu,
    chaque geste, chaque mouvement, relance l’orgasme de plus belle,
    cela sortira à un moment donnée, quelques jets de sperme, cette nuit ou demain,
    mais pour l’instant, je chevauche la vague,je suis maître de l’azur,
    la lumière me fait un trône parmi les nuages

    olé,
    taureau! taureau! taureau!
    la cape rouge est endiablée, s’agite à tout va!
    et tu fonces et encore fonces dessus!
    o mes entrailles, comme vous me rendez fou de bonheur

    #37386
    bzobzo
    Participant

    je vais tout de même reprendre le masseur

    j’ai cette pratique aneroless en mode yin tellement épanouissante, riche
    encore plus optimisée maintenant que je « respecte le cycle »,
    c’est-à-dire que je mêle au maximum les ondes prostatiques et les ondes génitales
    et laisse mon corps décider quand il veut éjaculer,
    sans jamais rien forcer, sans jamais rien hâter,
    il y a une espèce de montée en puissance sur plusieurs jours,
    qui est assez divine et irrésistible

    cependant maintenant que cela fait quelques semaines que je suis cette voie,
    bénéficiant de ces vagues de volupté tellement jouissives,
    qui passent en moi sans discontinuité,
    je me rends compte qu’elle ne pourra jamais me faire vivre ces transes si spéciales
    que j’ai obtenues du temps du massage prostatique avec masseur en mode yin

    j’ai évoqué il y a pas longtemps ces longues extases avec carrément des sortes de visions,
    enfin ce ne sont même pas des visions, c’est différent,
    enfin bref, je ne vais pas recommencer à essayer de décrire ces moments si spéciaux,
    cependant ils me manquent,
    la vérité, c’est que même les successions d’orgasmes prostatique, me manquent aussi,
    j’ai envie d’y regoûter,
    avec masseur, cela me ferait un complément parfait, une alternative parfaite,
    à cette pratique aneroless qui mélangent les ondes prostatiques et les ondes génitales

    je vais essayer à nouveau,
    ce n’est vraiment pas facile,
    cette sensation de vide dans mon bassin, je n’y ai pas résisté pour l’instant,
    alors qu’il est si facile de resserrer les cuisses et de faire entrer en piste les ondes des génitaux
    et alors tout mon bassin se remplit immédiatement de volupté tellement délicieuse, tellement riche

    la vérité, c’est qu’il faut que je passe par une phase de rewiring,
    réhabituer mon corps à exclusivement des onde prostatiques ou presque,
    juste un peu d’interférence des couilles, du sexe,
    j’ai déjà expliqué aussi que du pur prostatique comme avant,
    cela je ne l’aurai jamais plus tellement mes organes génitaux sont devenus sensibles
    et prêts à vibrer au moindre déplacement, au moindre contact
    mais enfin, il y a moyen d’avoir avec le masseur une grosse portion uniquement d’ondes prostatiques,
    avec, je dirai, moins de 15% d’interférence des génitaux

    je vais essayer de persévérer là-dedans, c’est un vrai défi que je me lance
    avec comme objectif d’avoir cette double pratique,
    d’une part aneroless en mode yin avec mix d’ondes prostatiques et ondes des génitaux
    et puis une pratique avec masseur, en mode yin aussi bien sûr
    mais avec essentiellement des ondes prostatiques

    #37391
    bzobzo
    Participant

    les énergies sont sans limites en nous,
    par conséquent, il n’y a pas de limites à notre pratique
    parce que chaque jour quand on progresse,
    on parvient toujours à un peu mieux les libérer,
    à mieux les faire monter dans notre chair

    les faire monter dans notre chair, les y libérer, est une chose
    il faut encore pouvoir les apprécier dans toute leur richesse et toute leur diversité
    qui elles aussi, sont sans limites

    ainsi donc, toujours plus d’énergies dans les tuyauteries,
    tout en apprenant à en apprécier toujours plus,
    l’infini carrousel des nuances et des coloris,
    voilà bien de quoi occuper un homme toute sa vie

    #37439
    bzobzo
    Participant

    j’ai enfin effectué une séance avec masseur
    avec l’idée bien sûr de privilégier la prostate,
    les débuts n’étaient pas très réussis, je persistai cependant
    je commençais avec l’idée d’essayer d’avoir un minimum d’interférence de mes génitaux
    mais pour obtenir ce résultat, je ne peux plus bouger trop comme je veux,
    dois garder les cuisses écartées
    mais moi, au fur et à mesure que les minutes passaient, j’avais de plus en plus envie de les serrer,
    de sentir aussi les bonnes ondes de mes génitaux dans mon bassin

    au bout d’un moment , je n’y tenais plus, je les resserrais,
    par contre je continuais à bien me concentrer sur le masseur, à bien le privilégier
    et ainsi j’ai pu vivre d’excellents moments, même un petit orgasme prostatique,
    ce fut vraiment délicieux à partir de là

    j’ai obtenu en fait ce que je recherchais,
    un pendant en version prostatique de ce que je fais aneroless,
    ainsi avec le masseur, en restant bien concentrer dessus,
    même les cuisses serrées, c’est une logique de plaisir prostatique qui était en action,
    j’ai pu le constater,
    mon sexe restait mou de chez mou, c’en est la meilleure preuve,
    je le sentais en arrière-plan malgré les constants contacts et les ondes qui s’en dégageaient

    aneroless, avec la pratique que j’ai développée depuis des mois,
    j’ai grosso modo, 60 à 7% d’ondes génitales , 30 à 40%, selon les moments, de prostatiques
    et ainsi c’est une logique de plaisir en mode yin
    mais basée avant tout sur les frottements des couilles, de mon sexe
    avec la prostate en support
    et l’orgasme XXL que j’obtiens tous les trois, quatre, jours,
    c’est un orgasme qui est déclenché par une éjaculation

    avec le masseur, c’est exactement l’inverse,
    les proportions d’ondes sont inversées
    et donc les orgasmes seront prostatiques, j’ai déjà pu le constater^,
    j’obtiens cependant suffisamment d’ondes des génitaux aussi
    pour ne pas avoir cette sensation de vide dans mon bassin

    je suis très excité d’explorer plus en avant cette pratique avec masseur,
    curieux d’avoir à nouveau des chapelets d’orgasmes prostatiques comme dans le bon vieux temps
    et puis surtout,
    car c’est cela avant tout qui m’intéresse,
    ces sortes d’extase, de transe, tellement spéciales que j’ai eues par le passé,
    qui m’ont tellement marqué,
    ils restent dans la mémoire de mes cellules,
    quand je pense à eux, je peux les sentir brièvement dans ma chair,
    leur tellement extraordinaire présence en moi

    #37459
    bzobzo
    Participant

    ce dialogue au plus près, dialogue constant, avec mon corps, dès que je suis seul,
    générateur de sensations, générateur de volupté, générateur de jouissance
    est un but en soi,
    autant que tout ce plaisir sexuel que j’en tire

    s’accorder, être au plus près de ma chair,
    sentir qu’on est sur la même longueur d’onde, tellement tellement complices,
    du tac au tac, sa réactivité immédiate à mes sollicitations,
    mon écoute ardente, passionnée, vers l’intérieur,
    vers cette masse de barbaque sanguinolente, striée de nerfs, de zones d’ombre,
    sentir ces énergies monter si facilement de mes profondeurs,
    se répandre, se transformant instantanément en kyrielle de nuances,
    en même temps, tellement animales et tellement sophistiquées,
    la divine sensation de communion, avec moi-même, avec tout, avec rien,
    juste une danse fugace, un instant, ô libellules voltigeant dans ma chair

    il y a quelque chose de tellement épanouissant à tout cela,
    à tout instant de pouvoir, juste en bougeant, se déplaçant légèrement, se cambrant un peu,
    frottant vaguement une cuisse contre mes bijoux de famille, effleurant ma peau,
    en être submergé immédiatement de plaisir,
    pas juste quelques vagues sensations,
    non, quelque chose de tellement ineffablement intense et omniprésent,
    comme une liesse généralisée immédiatement à tous les étages

    j’ai l’impression d’avoir un orchestre en moi, avec des danseurs, plein de danseurs,
    leur musique est volatile, appartient à l’instant
    cela se met en route soudainement et se fige tout aussi rapidement,
    mais ils sont là, prêts à tout moment à bouger d’une façon suave, endiablée,
    la chorégraphie des notes vers le ciel,
    ô carburant lascif dans mes veines

    le bateau quitte le quai, lentement,
    tout son poids s’évanouit au fur et à mesure que les vagues le prenne en charge,
    il danse maintenant vers le large, se balançant suavement,
    sans contraintes, entre les bras de l’horizon déjà

    #37463
    bzobzo
    Participant

    hier soir la séance avec masseur a été tellement délicieuse,
    l’orgasme, interminable, puissant,
    d’un caractère tellement particulier, avec des nuances, comme je n’en avais jamais eu jusqu’ici,
    il avait une espèce de régularité mécanique comme un moteur à explosion
    qui se relançait toutes les quatre, cinq secondes, vers une nouvelle éruption,
    cela s’enchaînait comme cela pendant près de deux minutes

    deux minutes, c’est pas grand chose comparée aux durées qu’on peut avoir en orgasmes prostatiques
    mais ici, avec ma pratique en mode yin,
    c’est très certainement l’orgasme le plus long que j’ai eu jusqu’ici

    l’essentiel dans ce type de pratique est ailleurs,
    l’orgasme, c’est juste la cerise sur le gâteau,
    c’est tout le reste avant tout
    qui est tellement riche, tellement varié, tellement ressenti dans tout le corps,
    bref de splendides moments,
    très certainement la meilleure séance avec masseur,
    depuis que j’en refais une de temps à autre, m’exerçant surtout aneroless

    j’ai bien repris contact avec mes sensations ainsi aussi désormais,
    il y a encore moyen de faire beaucoup mieux bien sûr, toujours
    mais je retrouve mes marques, mes automatismes
    et c’est ce qui compte, c’est ce qui a dramatiquement amélioré la qualité de l’action

    paradoxalement maintenant, j’ai la sensation de faire pas mal la même chose qu’aneroless,
    tout en ayant des résultats bien différents, bien spécifiques,
    c’est dû en fait tout simplement,
    que j’arrive à bien me lâcher désormais avec masseur aussi,
    et je laisse le désir aussi faire ce qu’il veut en moi, avec moi,
    mon corps s’exprimer sans retenue,
    d’où la sensation de « déjà vu » quelque part

    mais les résultats et même l’action, sont en fait bien différents,
    je m’en rends compte en même temps,
    grâce au masseur enfoncé en moi,
    j’ai beaucoup plus d’ondes prostatiques, beaucoup beaucoup plus
    et cela c’est très prometteur par rapport à mes attentes

    aussi l’action est différente, je peux moins bouger, plus bouger comme je veux
    mais je peux me relever, me mettre assis,
    j’aimais tant ces postures assises ou la partie supérieure du corps relevée
    m’appuyant sur les coudes,
    ainsi obtenant des angles délicieux de frottement, de contact, avec la prostate

    le Vice 2 est définitivement devenu mon chouchou pour l’instant,
    il détrône mon bon vieux Nexus G-Rider,
    il est tellement plus mobile, je peux beaucoup mieux bouger avec,
    j’ai pas l’air con avec la bonne douzaine de G-Rider que j’ai achetés à l’époque,
    j’ai vraiment été fou de faire cela,
    j’en suis toujours au premier, les autres sont rangés dans une boîte
    et si le Vice 2 continue d’avoir mes préférences,
    ils n’en sortiront jamais

    je dois cependant faire évoluer ma technique de lubrification,
    avant je me contentais juste de sortir le masseur tous les quarts d’heure
    pour le re-lubrifier , quatre, cinq fois,
    après plus besoin,
    aujourd’hui ces interruptions m’ennuient,
    sans compter le côté hygiénique, le masseur sortant parfois avec des petits bouts de merde
    et qu’il faut le nettoyer, avoir les odeurs dans les narines
    avant de le ré-enduire et de le remettre en place,
    ce qui n’est tout de même pas idéal pour garder la libido bien au zénith

    #37464
    bzobzo
    Participant

    il y a quelques minutes à peine,
    je me suis payé un de ces orgasmes,
    vindiou de biquettes

    il n’y a rien à faire, j’ai éveillé en moi de tels démons du plaisir,
    une fois que ceux-là sont éveillés, se mettent en route,
    mon corps devient leur jouet,
    suis habité par des cataclysmes délicieux
    qui me projettent dans une autre dimension de moi-même
    tout entièrement régie par la volupté

    the sky is the limit

    #37479
    bzobzo
    Participant

    je me rends compte que cela fait des semaines, voire des mois
    que je n’avais plus pratiqué debout,
    comme pendant toute une période, j’avais exercé intensément,
    le moment est plutôt mal choisi car avec mon épine calcanéenne dans le talon,
    c’est très douloureux
    mais tout de même, la je viens de pratiquer quelques minutes
    et j’ai à nouveau été ébloui par cette liberté totale du mouvement, du geste
    qui permet au désir de s’embarquer dans une sorte de danse
    où les énergies semblent de plus en plus tourbillonner dans une sublime chorégraphie

    je vais m’y remettre, enfin dans la mesure où mon talon me le permet
    car j’ai vraiment très mal dès que je m’appuie un peu dessus
    mais j’ai très très envie
    car ces moments ont été tellement sublimes,
    le désir semble s’épanouir tellement
    quand le geste, le mouvement, les postures, sont totalement libres dans l’espace,
    libres d’évoluer sans contraintes et sans obstacle aucun,
    leur spontanéité par rapport à ma volonté, à ma personne,
    semble sans limite,
    je semble de plus en plus entraîné par le désir dans une danse langoureuse
    où la volupté me fait comme un halo frémissant qui englobe tout mon être

    je me laisse entraîner, entraîner et encore entraîner,
    il faut rompre toutes les amarres
    et se débarrasser de tous les tabous,
    que le féminin et que le masculin, s’expriment librement,
    vivre l’instant, y creuser son nid d’intensité flamboyante

    #37480
    bzobzo
    Participant

    vivement que cette putain d’épine calcanéenne guérisse suffisamment,
    j’ai hâte de faire à nouveau joujou debout,
    avec ma capacité à libérer toutes les énergies en moi,
    cela va faire un tel feu d’artifice,
    je vais flamber comme une torche agitée à bout de bras par le désir

    #37482
    bzobzo
    Participant

    dans la foulée, j’ai recommencé aussi des exercices façon danse « Tandava »,
    debout, me laissant bougeant lentement,
    les yeux fermés, comme si je planais en moi-même,
    je pompe de l’énergie dans ma chair
    mais sans la faire ressortir après sous forme de sensations sexuellement chargées,
    juste emplir ma chair d’énergie pure des profondeurs
    et puis me laisser bouger lentement

    pas sûr où cela va me mener mais en tout cas c’est bien agréable,
    cela détend suprêmement

    votre serviteur est toujours en télétravail,
    temps d’allumer la bête, la machine de développement,
    temps de garer mon désir au parking jusqu’à ce soir

    #37483
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Puis-je ajouter @bzo temps de laisser monter l’excitation jusqu’à ce soir ?

    #37495
    bzobzo
    Participant

    Puis-je ajouter @bzo temps de laisser monter l’excitation jusqu’à ce soir

    hé, hé, c’est sûr cela,
    une journée comme cela , à penser tout à fait à autre chose,
    oublier même que cela existe,
    après d’abord il y a ce plaisir si particulier, si intense, des retrouvailles
    et puis cela repart de plus belle

    c’est sûr qu’il doit exister un point de saturation
    comme à toute chose aussi intense et plaisante , qu’elle soit,
    c’est aussi pour cela que j’essaie de me diversifier et de me renouveller sans cesse
    malgré ma tendance à la monomanie

    non, c’est sûr que quelques heures de détachement complet de la pratique
    permettent des moments de retrouvaille intense,
    quelqu’un qui pratiquerait constamment jour après jour,
    finirait par se lasser peut-être,
    ceci dit, il y a de la marge, beaucoup beaucoup de marge,
    avant d’arriver à pareil point de saturation

    personnellement je ne suis pas très partisan
    de laisser passer plusieurs jours systématiquement entre chaque séance,
    je n’y crois pas, cela ne rime à rien
    j’ai toujours pratiqué autant que j’en avais envie,
    parfois des heures et des heures chaque jour, pendant de longues semaines,
    je crois plutôt que la devise d’un grand maître du yoga,
    s’applique aussi à notre art: « s’exercer, s’exercer et tout viendra »

20 sujets de 261 à 280 (sur un total de 362)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.