30 sujets de 31 à 60 (sur un total de 362)
  • Auteur
    Articles
  • #35674
    bzo
    Participant

    peu à peu, le plaisir prostatique ne m’a plus suffit
    malgré les super O , malgré des orgasmes qui duraient parfois pendant de longues minutes,
    malgré des séances de folie où mon corps m’a entraîné loin, mais tellement loin

    j’en frissonne rien que d’y penser à quel point il m’a entraîné dans des moments d’orgasmes extrêmes
    où je ne contrôlais plus du tout mon corps, il ruait, se convulsionnait,
    je tombais du lit, continuer de me tordre dans toutes les directions, me cognant aux meubles
    complètement hors de moi

    ce fut très violent en fait souvent, extrêmement jouissif, orgasmique mais très violent, sans concessions
    le plaisir prostatique est violent souvent en fait si on y regarde de plus près
    car nous nous confrontons à toutes ces énergies que nous parvenons à libérer en nous
    en tant qu’homme, avec des attentes d’homme, avec des réflexes d’homme, avec notre nature d’homme

    nos orgasmes prostatiques sont violents,
    nous aimons les fusées qui décollent avec force et fracas,
    qui sont dressées bien à la verticale tandis qu’elles s’élèvent,
    crachant du feu, faisant beaucoup de fumée,
    montant dans le ciel le plus haut possible

    je ne regrette rien mais cela n’a été qu’une étape pour moi,
    une merveilleuse étape à bien des égards,
    une étape d’initiation à la sorcellerie que nous portons en nous,
    la découverte de tout un monde en moi, de possibilités immenses, illimitées,
    mais le plaisir peut devenir tout autre chose encore, notre invention de A à Z
    si nous le prenons en main,
    si nous sortons totalement des clous et que nous n’écoutons plus que notre désir,
    que nos plus intimes aspirations

    le plaisir prostatique a été une étape peut-être nécessaire dans mon parcours,
    et probablement, grâce au fait que je me sois lancé à la découverte d’une autre façon de faire
    avec une prostate déjà totalement éveillé et réceptive,
    cela m’a aidé grandement, cela aura été décisif

    ces énergies que nous avons au fond de nous, elles sont féminines,
    définitivement féminines
    et je sentais qu’il y avait moyen de les vivre au féminin malgré que je sois un homme,
    malgré que je ne sois pas homosexuel, juste un gars à peu près normal,
    certes prêt à expérimenter, certes prêt à reculer toujours ses limites,
    jusque ne plus en avoir aucune,
    juste vivre le désir avec tout ce qu’il porte au fond de lui
    car c’est ainsi, j’en ai eu l’intuition,
    que nos énergies des profondeurs, féminines dans leur essence
    révèlent toute leur ensorcelante richesse, toute leur incroyable variété
    et c’est dans ce sens que j’ai travaillé depuis,
    que j’ai évolué depuis
    et je ne le regrette pas un instant,
    les super O et les orgasmes qui s’enchaînent pendant des heures,
    ne me manquent pas un seul instant

    ce plaisir désormais, semble tellement naturel à mon corps, comme de respirer, comme de bouger,
    c’est une fonction supplémentaire que j’ai fait éclore en moi,
    qui désormais, est arrivée à maturité,
    tout mon corps en fait réagit comme un organe sexuel,
    je peux me toucher n’importe où, bouger n’importe comment,
    il réagit au quart de tour, éveille des sensations, du plaisir
    dans mon bassin, il y a comme un coeur sexuel
    composé d’un sexe féminin avec son braquemart à demeure dedans,
    prêts à entrer en action

    le fait que je parvienne à jouir tout en me préparant un thé,
    m’est devenu tout à fait normal,
    toujours aussi magique, aussi sublime mais en même temps normal, totalement intégré à mon quotidien,
    il me parait normal de sortir mon linge de la machine à laver
    et en même temps de gémir de plaisir, le bassin empli d’ondes délicieuses

    mon sexe est un sexe d’homme, un pénis
    mais la chair dont est faite ce pénis, elle n’a pas de sexe,
    elle peut vivre le plaisir au masculin comme elle peut le vivre au féminin,
    c’est là une des clefs de ma pratique,
    c’est grâce à cette propriété dans notre bidoche, dans notre sang, dans nos os
    que tout est possible,
    que toutes les magies sont rendues possible

    #35677
    bzo
    Participant

    mon plaisir au féminin,
    mon plaisir androgyne, plus exactement,
    maintenant qu’il est arrivé à maturité,
    maintenant que je peux l’allumer, comme je le veux, où je le veux, quand je veux, chez moi,
    en n’importe quelle circonstance, occupé à n’importe quelle tâche du quotidien,
    maintenant qu’il fait tellement part de ma vie, tellement totalement intégré à mon être

    ce matin par exemple, m’étant éveillé, ayant repris conscience,
    me suis étiré et puis tout naturellement, sans même y réfléchir,
    me suis mis à bouger langoureusement, me suis mis à me caresser lentement,
    à faire monter quelques contractions et à laisser jouer mes cuisses et mes parties ensemble,
    comme j’aime leurs innombrables petits frottements,
    leurs innombrables petites pressions,
    les unes contre les autres,
    cela se met à murmurer directement dans ma chair,
    qu’il faisait bon sentir cette peau sous ma paume,
    qu’il faisait bon de sentir comme elle s’embrasait directement au moindre contact,
    qu’il faisait bon de sentir comme tout mon corps s’emplissait de nectar ineffable,
    comme j’étais devenu en un instant de tout mon être,
    liane lascive, anguille ivre de plaisir, ondulant dans un océan de volupté

    le plaisir, tel que je l’ai laissé se développer en moi,
    est devenu une forme d’expression de mon corps, de tout mon être,
    le désir quand on le libère totalement, qu’on le laisse s’exprimer totalement,
    devient une sorte de forme d’expression majeure
    impliquant tout son être, vos abysses, toutes vos énergies vitales,
    enfin tout ce que vous portez en vous,
    tout participe, tout entre en fusion, en effusion,
    tout trouve là une porte de sortie sublime et extrêmement satisfaisante, épanouissante,
    une sorte de forme d’art extrêmement personnel,dans l’instant,
    qui ne va laisser aucune trace d’elle-même, qui sera perdue après vous,
    liée à votre corps, à tout votre être

    on part à la quête de chefs d’oeuvre dans l’instant, de moments d’absolue incandescence
    où la chair libérée de toutes contraintes, de tout tabou, s’ouvre,
    s’ouvre comme une fleur géante, butinée de toutes parts,
    s’offre au monde, s’offre à l’air, s’offre à la lumière,
    s’offre au vent

    il y a de l’éternité dans un instant,
    une merveilleuse petite dose d’éternité dans les instants,
    qu’il faut aller essayer de chercher, de s’injecter,
    pour vivre une félicité totalement débridée dans notre chair,
    nous devenons une oeuvre d’art , s’élevant un instant, à la gloire de la vie,
    flamme précieuse, éphémère, brûlant dans l’instant de toutes les forces secrètes enfouies en nous

    #35678
    bzo
    Participant

    je regarde mon sexe avec sa peau plus sombre que le reste, toute basanée,
    tout recroquevillé, tout rabougri,entre mes cuisses en mouvement,
    bougeant comme un gros ver aveugle, malhabile, mou

    moi seul sait,
    à quel point dans l’invisible, pour l’instant,
    il est un danseur sublime, effectuant des figures de style somptueuses,
    une chorégraphie sensuelle, harmonieuse, fleurie d’étoiles en mouvement
    qui le précipite vers le ciel

    #35679
    bzo
    Participant

    ce qui m’étonnera toujours, c’est à quel point cette puissance qui m’envahit
    et puissance, il y a, vous pouvez me croire,
    à quel point, je disais donc, elle est en même temps douceur,
    cette puissance qui m’envahit, qui me soulève comme un fétu de paille sur ses vagues,
    est la douceur-même

    je parlais un peu au-dessus de la violence inhérente au plaisir prostatique,
    avec celui-ci, pour résumer,
    on vit essentiellement les énergies que nous avons au fond de nous,
    que nous libérons, que nous faisons monter,
    au masculin,
    même si nous avons des moments où nous basculons de l’autre côté, du côté du féminin,
    pour quelques instants, voire plus longtemps,
    cela dépend d’une personne à l’autre
    mais ce n’est souvent pas conscient, enfin pas au début en tout cas,
    cela vient peu à peu ou alors pas du tout, là aussi cela dépend des personnes,
    certains l’acceptent, cela éveille leur curiosité, les incitent à travailler dans ce sens,
    d’autres le refusent, le dédaignent,
    certains devinent plus ou moins ce qui se passe en eux dans ces moments,
    que du féminin les envahit, les fait fonctionner pour quelques instants,
    les fait fonctionner pour quelques instants totalement différemment
    mais le plaisir prostatique, reste avant tout
    une affaire de mâle explosion des énergies féminines que nous avons au fond de nous,
    on frotte, on pressurise, on titille sa prostate, jusqu’à ce que celle-ci fasse tout exploser,
    nous travaillons en ce sens, patiemment, avec obstination, méthodiquement,
    que cela explose et puis encore et encore et encore
    et au plus cela explose, au plus fort cela explose, au plus on est content

    alors que là, vivant ces énergies, féminines donc dans leur essence,
    au féminin avec juste qu’il faut comme masculin à côté,
    il n’y a plus aucune violence, juste de la puissance, de la puissance pure,
    juste de plus en plus de puissance, de la puissance d’une incroyable douceur,
    juste de plus en plus de douceur, de la douceur d’une incroyable puissance,
    et quand cela explose car cela explose chez moi aussi,
    de plus en plus souvent même en fait et de plus en plus fort,
    c’est encore plus doux, c’est encore plus puissant,
    ce sont des raz de marée de douceur et de puissance qui m’envahissent
    des explosions nucléaires de douceur et de puissance dans ma chair

    variations sur le thème de la puissance et de la douceur donc,
    c’est tout moi durant mes séances,
    c’est un thème qui se varie à l’infini sans risque de répétition,
    on ne s’en lasse pas,
    la puissance sans plus une once de violence
    dévoile toutes ses capacités à épanouir dans l’instant,
    la puissance sans plus une once de violence
    dévoile toutes ses capacités à rassasier la chair,
    la puissance sans plus une once de violence
    dévoile toute son incroyable richesse et diversité, dévoile d’infinis détails,
    la puissance sans plus une once de violence
    dévoile cette qualité cristalline, suffocante de finesse et de précision
    qui fait qu’on semble empli de vibrations et de lumière partout par moments

    #35683
    bzo
    Participant

    pincement au coeur ce matin en ouvrant le Nouvel Obs en ligne,
    Anna Karina, celle qui a enchanté quelques uns des meilleurs films de Godard,
    Vivre sa Vie, Pierrot le Fou, Une Femme est une Femme,
    est morte,
    bon dieu qu’elle était belle et splendide actrice

    arf, ainsi va la vie,
    putain, tout se recouvre peu à peu de cendres à partir d’un certain âge

    #35684
    bzo
    Participant

    il y a quelques instants, j’en tremble et suis encore complètement ému,
    quelques moments glorieux à la cuisine,
    j’étais en train de laver les différentes parties de mon gros presse-fruits,
    nu évidemment, je me suis mis à bouger mon cul,
    à me frotter les couilles, le pénis avec mes cuisses et à faire remonter des contractions
    tout en continuant de laver doucement les morceaux de plastique sous l’eau chaude

    instantanément j’avais un brasier dans le bassin
    et des ondes délicieuses qui commençaient à se répandre dans tout mon corps,
    ce fut très rapidement un exercice de haute voltige
    entre continuer de laver malgré tout
    et puis bien m’appliquer dans mon bassin

    j’étais de plus en plus en feu, c’était tellement excitant,
    j’avais surtout du mal avec l fait que mes yeux se refermaient constamment sous la pression du plaisir
    et que je devais les ré-ouvrir un peu pour voir ce que je faisais,
    je restais ainsi de longues secondes à gémir, à récurer le plastique au-dessus de l’évier
    et à me faire récurer par moi-même en bas

    vers la fin, (cela aura durer deux, trois minutes tout au plus),
    je me suis rendu compte que je caressais la carcasse du presse-fruits sous l’eau courante
    comme si c’était une part de moi-même
    et qu’au plus je la caressais avec langueur, avec ardeur,
    au plus je ressentais l’excitation en moi comme si je me caressais moi-même

    moments puissants, moments extraordinaires,
    c’est noté dans mon calepin mental qu’on peut fait aussi des choses comme cela

    #35685
    bzo
    Participant

    mettre en route la machine

    parfois c’est instantané comme ce que j’ai décris un peu au-dessus,
    quand retrouvant mes esprits sous les draps encore,
    je faisais tout démarrer instantanément,
    d’autres fois il y a quelques secondes de décalage,
    je ne suis pas sûr de quoi cela dépend
    mais au fond cela n’a pas grand importance,
    l’important c’est que le petit miracle ait lieu à chaque fois,
    que le robinet à nectar se mette à couler dans ma chair

    je viens de l’effectuer ce matin, il y a quelques minutes,
    ça va, tout est bien là, j’ai eu mes premiers émois,
    une trentaine de secondes de décalage
    avant de sentir les premières vaguelettes d’ineffable dans mon bassin
    puis remontant un peu dans ma poitrine,
    temps d’aller préparer mon petit déjeuner, de m’activer pour aller au boulot,
    tout cela en plaisir, bien sûr,
    en laissant le désir se promener joyeusement dans ma chair

    alleluia, c’est noel tous les jours pour moi,
    avec ma petite caverne d’Ali Baba qui n’en finit pas de se déverser en moi

    #35686
    bzo
    Participant

    hier soir, j’ai refait une séance au lit, une vraie,
    cela faisait en fait des semaines que je n’en avais plus faite,
    juste quelques minutes par-ci, par là
    mais hier soir donc,
    j’ai fait une petite demie heure en aneroless
    que j’ai enchaînée encore avec un gros quart d’heure avec masseur,
    j’ai ressorti mon G-Rider pour l’occasion
    et non pas mon dernier achat, le Vice 2

    ce furent des moments merveilleux,
    tous ces progrès que j’ai fait ces dernières semaines grâce aux micro-séances debout,
    j’ai perçu que tout cela était là aussi couché,
    à savoir la montée sans aucunes restrictions des énergies en moi
    et puis la superbe liberté de bouger qu’il y a en position debout,
    ce que j’avais découvert avec émerveillement,
    que le désir pouvait nous mener, nous danser, tout à son gré,
    certes n’existait pas couché
    puisque le corps n’était pas exposé dans l’espace de la même façon,
    cependant la liberté, la richesse de mouvements que j’ai acquises debout,
    je l’ai bien senti,
    se répercutaient aussi au lit,
    ce fut glorieux, ce fut magique,
    comme j’ai été emporté, comme j’ai été bouleversé de fond en comble, instant après instant

    et puis après, le bon quart d’heure avec mon g-Rider,
    je l’ai choisi en dernière minute, plutôt que le Vice 2,
    je ne suis pas sûr tout à fait pourquoi
    mais là aussi, j’ai passé des moments tellement intenses,
    avec une telle félicité dans ma chair

    le G-Rider est plus massif que le Vice 2,
    j’avais une moins grande liberté de mouvements avec,
    le fait que tout le long, je bougeais beaucoup les cuisses,
    je le sentais, le Vice 2 aurait été plus approprié

    mais même ainsi, les sensations ont été au rendez-vous, oh combien,
    le masseur remplaçait, au fond, simplement, les contractions
    sinon tout le reste était identique
    mais les résultats bien différents,
    j’écartais plus les cuisses avec des va et vient du masseur plus aisés,
    quand je les refermais,je maintenais de fortes pressions en moi avec le masseur,
    tout en frottant mes cuisses sur mes parties, comme d’habitude,
    j’ai eu des orgasmes tellement intenses ainsi,
    absolument divin

    mais désormais mes séances avec masseur seront plus nombreuses
    car elles sont l’exact pendant de mon aneroless,
    la seule différence foncière étant qu’il y a le masseur à la place des contractions
    mais au niveau des résultats,
    il y avait un monde de différences au niveau des sensations, des orgasmes,
    moins de finesse et de variété avec le masseur
    mais une quantité très augmentée, massive,
    grâce aux contacts directs avec la prostate

    je vais désormais alterner masseur et aneroless,
    c’est trop divin ainsi,
    revenir à des séances plus longues au lit aussi chaque soir

    #35695
    bzo
    Participant

    c’est comme s’il y avait une porte entrouverte en moi,
    une porte entrouverte sur la magie d’un plaisir d’une incroyable richesse

    à la maison quoique je fasse, quelque soit mon occupation,
    je peux laisser s’exprimer mon désir,
    je peux laisser chanter mon corps,
    il y a un tapis magique quelque part, moteur allumé, prêt à décoller, qui m’attend tranquillement,
    je n’ai qu’à enchaîner une ou deux caresses, un ou deux mouvements du bassin,
    quelques frottements de mes cuisses sur mes bijoux de famille
    et déjà il m’emporte

    et comme il m’emporte…
    rouler en moi comme un fétu de paille sur des vagues de volupté,
    immergé, trempé jusqu’à l’os, dans un nectar voluptueux,
    coulé par dix mille mètres de fond dans du nectar voluptueux

    devenir à ce point complice de son corps, à ce point acolyte de son corps
    c’est peut-être ma plus grande satisfaction,
    à quel point je suis capable de l’écouter,
    à quel point je suis capable de l’entendre,
    à quel point je suis capable d’ouvrir ses portes les plus secrètes,
    à quel point on est capable de s’envoler ensemble, de voler en communion

    faire monter librement toutes ses énergies les plus intimes, les plus vitales
    réclame juste cela,
    devenir complice totalement de son corps, savoir l’écouter,
    injecter dans sa chair tout l’amour, toute l’ardeur, toute la tendresse
    qu’on porte en soi

    sur la route de la soie intérieure,
    je suis sur la route de la soie intérieure,
    on n’imagine pas à quel point elle est large, elle est immense, elle est sans fin
    c’est un boulevard ardent vers le ciel

    libérer ce corps, le laisser galoper librement,
    libre comme l’air, libre comme des notes de musique,
    comme on est récompensé de ses efforts,
    comme on est récompensé d’avoir insisté et encore insisté,
    quand on arrive à de pareils résultats
    quand toute notre être n’est plus qu’une flamme dansante,
    qu’on est l’incandescence-même,
    avec comme combustible, nos énergies les plus secrètes,
    ce que la vie a placé en nous de plus précieux,
    dans nos abysses un lac sans fond de vibrations scintillant dans l’obscurité
    pour alimenter toute cette folie douce,tout cette folie soyeuse
    que je libère dans ma chair

    je me dépouille totalement de mon identité sexuelle,
    accéder l’unicité de ce corps, accéder à la plénitude de ce corps,
    accéder au spectre entier des sensations qu’il contient

    #35698
    bzo
    Participant

    je viens de dénicher ce bouquin:MAGALI LE MENS: «MODERNITÉ HERMAPHRODITE. ART, HISTOIRE, CULTURE
    http://editionsdufelin.com/o-s-cat-r-628.html

    le sujet de l’hermaphrodisme, de l’androgynie, m’intéresse tout particulièrement ces derniers temps,
    vivant ce que je vis durant mes séances,
    c’est-à-dire un effacement total des frontières de mon identité sexuelle,
    vivant ainsi des moments d’une incandescence rare

    je ne suis pas sûr que cet essai répondra à mes attentes, étanchera certaines de mes interrogations,
    mais il a éveillé mon intérêt,
    il est tout récent en fait, avril 2019

    #35706
    bzo
    Participant

    j’ai commencé l’essai, Modernité hermaphrodite, dont je signalais l’achat juste au-dessus

    il a l’air d’épuiser le sujet et de l’aborder sous tous ses aspects,
    il est sorti en fait seulement au mois d’octobre dernier
    et il se trouvait déjà chez mon bouquiniste favori,
    je ne vais pas me plaindre j’ai pu l’acheter à moitié prix en parfait état,
    ce genre d’essai universitaire sont en général de gros pavés assez cher,
    quel richesse documentaire

    je relaterais au fur et à mesure de mon avancement dans le bouquin,
    des passages les plus marquants concernant ce sujet
    qui m’intéresse désormais au plus haut point,
    encore une fois étant donné de ce que je vis durant mes séances

    #35708
    bzo
    Participant

    j’ai fait changer le titre de mon fil, de mon journal, par notre cher @andraneros
    qui a ce pouvoir
    pour qu’il corresponde plus à ma pratique, à ce qu’elle est devenue

    mes énergies des profondeurs, montant désormais tellement facilement, tellement massivement,
    j’ai bien l’intention d’essayer de les exploiter autrement aussi,
    du plus de façons possible en fait

    je vais refaire à nouveau cette sorte de danse, tandava
    avec qui j’avais pourtant obtenu des résultats très intéressants
    mais que j’ai abandonné malgré tout
    car je suis quelqu’un d’assez impatient

    mais aussi je vais reprendre le fameux article d’@adam qui avait provoquer tant d’engouement,
    de ma part et de la part d’autres, décrivant en détails une séance de tantrisme
    à laquelle il avait eu le bonheur de participer
    avec beaucoup d’émotions et beaucoup de sensations délicieuses à la clef si on se fie à son texte

    je crois qu’avec tout ce que je peux faire monter en moi si facilement,
    je suis beaucoup plus prêt pour tout cela, prêt pour me diversifier
    ces énergies sont un carburant universel en nous,
    on peut s’en servir comme combustible de bien des façons,
    autrement que sexuellement aussi, je le sens

    mais aussi dans le domaine de la sexualité, je vais un peu ré-explorer des pistes que j’ai abandonnées,
    pour essayer de me diversifier, j’ai trop tendance à me replier sur une seule façon de faire,
    je suis un monomaniaque de la pire espèce, il faut que je brise un peu ce cercle

    je vais refaire des tentatives avec le fameux Wand en métal chinois
    que certains par ici aiment tant
    et puis aussi, puisque j’ai fait l’acquisition du Vice 2 il y a un certain temps,
    je l’ai utilisé essentiellement sans le mettre en route, pour le peu que je m’en suis servi
    puisque je pratique quasi exclusivement aneroless
    mais d’après ce que j’ai pu constater,
    il offre au niveau des vibrations, une telle variété de possibilités, une telle richesse,
    une sophistication dans l’utilisation unique à ce jour
    qui me donnent là aussi envie d’insister un peu
    et essayer d’obtenir des résultats en mode vibratoire,
    ce que j’ai toujours délaissé à ce jour comme n’entrant pas dans mon champ d’intérêt

    mais je crois que tout cela est désormais beaucoup plus facilement à ma portée
    avec toutes ces vibrations qui affluent tellement facilement en moi,
    je n’ai qu’à un peu contracter les fesses,
    me laisser aller dans ma chair, m’ouvrir, m’offrir et me laisser envahir
    et déjà je suis inondé de vibrations cristallines, lumineuses,
    l’impression que ma chair résonne avec une finesse et une précision inouïes

    voilà un bel et bon programme pour les mois, pour les années, à venir,
    au travail! souhaitez-moi bon courage!

    #35712
    bzo
    Participant

    hier soir, nouvelle séance au lit,
    un bon quart d’heure aneroless, un autre avec masseur,
    cette fois-ci le Vice 2 puis encore quelques minutes à nouveau, aneroless

    confirmation que le Vice 2 est plus adapté désormais à mes jeux, à ma nouvelle façon de procéder,
    c’est-à-dire avec les cuisses qui jouent avec mes parties,
    que cela s’entremêle avec les va et vient du masseur,
    ainsi le Vice 2 reste bien plus maniable,
    du fait qu’il est moins massif que le G-Rider,
    tout en ayant la bonne longueur pour aller appuyer là il faut
    grâce au centimètre supplémentaire par rapport au Vice 1

    j’ai découvert une nouvelle posture déjà, ma foi, assez diabolique,
    couché sur le dos, je lève les jambes à la perpendiculaire
    puis je croise les genoux comme si j’étais assis les jambes croisées ,
    ainsi les cuisses sont serrées sur mes parties et mes fesses aussi pressent bien le masseur,
    j’alterne de petits mouvements des cuisses avec des pressions du masseur,
    tout bouge donc plus ou moins ensemble mais avec énormément de variété
    et une intensité remarquable atteinte rapidement

    chaque pression du masseur semblait ouvrir toujours plus de vannes en grand en moi
    par où des flots entraient en rugissant,
    j’avais l’impression d’avoir un multitude de ces vannes grandes ouvertes dans mes entrailles
    créant une symphonie désordonnée de flots chantant sauvagement,
    à chaque pression du masseur, d’autres vannes se lâchaient,
    venaient y ajouter toujours plus de tumulte délicieux, chaud, soyeux,
    je me sentais comme une baignoire en train de se remplir de nectar,
    je n’en finissais pas de geindre, de râler, sans discontinuité
    comme un animal humain en rut, jouissant non stop, ne se contrôlant plus,
    l’âme et le corps volant là-haut ensemble,
    quelle sensation de sentir ces deux-là, comme fondus ensemble, tourtereaux amoureux,
    impression généralisée de leurs plumes légères fendant l’air, partout en moi

    #35715
    bzo
    Participant

    à partir d’un certain degré de qualité des sensations,
    le plaisir sexuel devient aussi un moment de communion dans la chair,
    un moment de félicité comme hors du temps,
    tout en restant quelque chose de profondément animal, de profondément charnel

    les sensations occupent un spectre de plus en plus large
    tout en acquérant une finesse incomparable,
    une précision dans les nuances comme des ciselures ondulantes,
    une gamme sans cesse se renouvelant de sensations
    comme une roue au diamètre sans fin tournant,
    offrant l’infinité de ses rayons sans cesse changeant

    la félicité est dans ma chair, cette jouissance douce,
    comme un baiser ineffable partout dans ma chair,
    je vibre, comme je vibre!
    je vibre d’amour des pieds à la tête, jusqu’au plus profond de mon être,
    comme je peux me sentir bien durant mes séances,
    quelle divine sensation d’épanouissement, de plénitude

    #35716
    bzo
    Participant

    j’aime beaucoup aussi les jeux avec de l’urine, les fameuses “golden shower”
    que je pratique tout seul de temps à autre,
    je sors une alèse imperméable dont je recouvre le lit, je bois pas mal d’eau avant la séance,
    rien besoin de plus,
    après il faudra prendre une douche

    c’est en même temps quelque chose qui fonctionne au niveau du fantasme sans doute
    mais beaucoup moins qu’on pourrait le croire,
    c’est essentiellement mécanique, j’en suis persuadé,
    enfin de la façon dont moi j’opère, c’est comme cela que je le perçois,
    toujours en fin de séance,
    quand beaucoup de plaisir est passé dans mon bassin
    quand tout la zone est devenue ultra-sensible, sur-excitée

    le fait à ce moment-là,
    de pousser pour faire monter de l’urine puis de la sentir sortir,
    provoquent une excitation incroyable dans le bassin, dans les parties génitales,
    la sensation de l’urine qui monte et qui est expulsée,
    c’est comme si on avait les jets d’une éjaculation,
    une longue éjaculation par intermittence de plusieurs minutes,
    c’est le même genre d’explosion orgasmique qu’on éprouve dans le bas-ventre,
    c’est absolument divin

    puis toutes ces petites gouttelettes chaudes
    qui se mettent à courir à la queue leu leu sur votre ventre, votre bas-ventre, vos cuisses,
    parfois jusqu’à être éjectée sur votre poitrine, voire jusqu’à votre visage,
    cela fait comme autant de mini-caresses qui semblent se déplacer les uns derrières les autres,
    petites choses vivantes, petites choses fugaces,
    c’est tout à fait irrésistible
    si on fait cela donc au bon moment,
    c’est-à-dire, en fin de séance quand toute la zone a été en feu pendant un bout de temps

    #35717
    bzo
    Participant

    je travaille beaucoup sur l’alternance
    entre les moments en mode liane lascive et les moments en mode pénétration,
    leur synchronisation, leur dialogue, les enchaînements,
    tout cela est tellement important pour une tension sexuelle
    qui augmente régulièrement, puissamment, progressivement
    pour permettre des beaux décollages, de belles envolées

    mais je me rends compte que j’ai abordé le sujet peut-être avec une mauvaise perspective
    ou du moins pas la plus efficace,
    effectuer des alternances nettes, passer de l’un à l’autre distinctement,
    exige une intervention constante du moi pensant,
    qui va dire, “là tu arrêtes de bouger, de te caresser
    et tu effectues des contractions”,
    quelque part, c’est préjudiciable au rythme, à l’élan du désir qui devrait rouler tout seul
    mais en même temps, je sentais bien des résultats positifs malgré cette objection,
    cela fonctionne tout de même, beaucoup de sensations fortes superbes, de beaux orgasmes,
    de belles envolées,
    cependant il y a moyen de faire mieux

    je m’oriente pour l’instant vers une alternance indirecte, en quelque sorte,
    où c’est non pas ce que je fais, je laisse libre cours à mon élan, à mon corps
    mais j’alterne mon attention, le focus de ma concentration,
    quoique je fasse, c’est mon attention que j’alterne,
    la dirigeant tantôt vers mon bassin, sur les contractions,
    tantôt la laissant s’élargir et suivre les mouvements du corps, les caresses,
    les pressions des cuisses sur les parties,
    l’attention devient en quelque sorte comme le cocher de l’attelage,
    il dirige et le reste suit,
    les résultats ainsi, sont très très intéressants

    je suis à fond sur cette piste pour l’instant,
    laissant complètement se faire tout seul, mes gestes, mes mouvements,
    dirigeant uniquement l’attention, la direction où je porte mon attention
    et ainsi tout le reste semble suivre,
    les actions physiques semblent suivre mon focus comme un attelage
    sans que j’intervienne directement

    #35726
    bzo
    Participant

    ces moments soyeux,
    ces moments de soie,
    ces moments où une mer de soie semble danser partout en moi

    ces moments soyeux,
    ces moments de soie,
    ces moments où une vibration chaude et soyeuse semble m’emplir

    ces moments soyeux,
    ces moments de soie,
    ces moments où un chant soyeux et profond, semble s’élever partout dans mon sang

    ces moments ondulants,
    ces moments de miel,
    ces moments où toute ma chair semble de miel et d’ondulations soyeuses

    ces moments ondulants,
    ces moments de miel,
    ces moments où tout ondule tellement soyeusement partout en moi

    ces moments ondulants,
    ces moments de miel,
    ces moments où un chant comme du miel soyeux, semble vibrer partout en moi

    #35728
    bzo
    Participant

    ce corps,
    dans ce monde,
    est formé de chair, de sang, d’os, de nerfs

    mais j’ai parfois l’impression qu’il y a une sorte d’autre monde
    auquel on accède brièvement
    dans lequel il est formé de sensations, d’orgasmes, d’extases, de volupté, de mystère

    et que c’est notre vrai corps quelque part, notre seul vrai, notre corps intemporel

    donc quand nous nous envolons, que nous sommes emportés par le plaisir,
    nous percevons en fait pendant quelques instants ce que nous sommes vraiment,
    nous vivons pendant quelques instants vraiment dans notre corps,
    nous vivons dans la réalité absolue de cette chair,
    nous percevons son essence vraie

    #35729
    bzo
    Participant

    par ici, il n’y a plus rien à savoir,
    il y a juste le désir
    et le savoir du désir

    #35731
    bzo
    Participant

    hum, mon petit texte juste au-dessus, pas très parlant,
    je devais être trop perdu dans les nuages de mon excitation

    #35732
    bzo
    Participant

    j’ai évoqué récemment que certains jours,
    il fallait jusqu’à quelques dizaines de secondes avant que tout soit bien en place,
    que la machinerie se mette en route,
    d’autres fois que c’était instantané ou quasi

    ce matin, une analogie m’est venue
    qui donne une idée assez exacte de ce qui se passe

    mon corps, tout mon être plutôt,
    est en même temps l’instrument et l’instrumentiste,
    selon les jours, l’instrument au réveil est plus ou moins désaccordé, les notes sonnent fausses,
    il faut que je m’accorde avant que la musique puisse monter

    et puis les mains de l’instrumentiste aussi
    peuvent prendre un certain temps pour retrouver toute leur dextérité,
    toute leur agilité, toute leur précision,
    il faut leur faire pratiquer un échauffement,
    le temps qu’elles retrouvent toute leur habilité, toute leur capacité

    #35733
    bzo
    Participant

    quelques précautions d’usage et mises au point que je réitère régulièrement
    à l’adresse d’éventuels lecteurs

    j’écris cette sorte de blog avant tout pour moi-même,
    il me permet de faire le point sur ma pratique, son évolution,
    son intrication de plus en plus grande dans ma vie
    mais aussi parce que j’aime écrire,
    le plaisir d’assembler des mots, le plaisir d’assembler des mots en phrases,
    des mots qui évoquent, des mots qui font naître du sens, des mots qui témoignent,
    des mots qui témoignent de l’ineffable, de l’ineffable dans la chair

    cependant dans mon fil, tout ce qui est description technique, est à prendre avec des pincettes,
    j’expérimente tous azimuts, je teste constamment,
    parfois c’est du grand n’importe quoi malgré l’enthousiasme et la conviction dans les mots,
    je peux affirmer prendre une direction précise, pratiquer désormais que d’une seule façon,
    cela peut paraître définitif
    mais parfois, souvent?, ce sont juste des tentatives, des expérimentations,
    abandonnées quelques heures après avoir écrit dessus,
    d’autres gestes, d’autres façons de procéder, d’autres trucs relatés,
    sont effectivement adoptés

    j’ai écrit au-dessus que j’écrivais avant tout pour moi-même
    mais peut-être avant tout de même,
    pour d’éventuels lecteurs qui sont engagés dans la même sorte de voie que moi
    car autant pour le plaisir prostatique,
    on peut trouver en cherchant un peu de la guidance, des témoignages, des conseils précieux,
    des textes et des personnes qui peuvent apporter ponctuellement une aide dans notre cheminement,
    autant si on veut s’engager dans une voie plus radicale comme la mienne,
    abandonnant peu à peu une pratique exclusivement prostatique,
    pour une pratique où la prostate contribue, est fort présente
    mais n’est plus l’unique contributrice des sensations,
    une pratique qui cherche à aller au-delà de notre identité sexuelle d’homme,
    à aller puiser directement dans les énergies que nous avons dans nos profondeurs,
    et à les vivre au féminin dans notre chair

    pourquoi au féminin?
    pour la raison toute simple que ces énergies que nous avons dans nos abysses,
    j’en suis convaincu personnellement, sont féminines dans leur essence,
    c’est donc en les vivant au féminin
    qu’elles peuvent exprimer tout leur potentiel, toute leur richesse,
    qu’elle dévoile un infini carrousel de nuances ,
    dévoile une capacité à épanouir, à rassasier, la chair, sans égale

    donc si jamais une personne engagée dans ce type de voie, passe par ici, passe par mon fil,
    cette voie sur laquelle il est si difficile de trouver des témoignages
    car il y a tant de tabous, tant de transgressions, qui surgissent
    auxquels il faut faire fasse, qu’il faut confronter, qu’il faut vaincre,
    concernant son identité sexuelle,
    il faut parvenir à en effacer les frontières durant les séances,
    cela provoque un questionnement, une remise en question, de fond en comble, de son être
    car cela va encore bien plus loins que juste le questionnement des limites de son identité sexuelle

    une personne donc pareillement engagée dans ce type de voie,
    j’aime à croire qu’il trouvera dans mon fil quelques témoignages et quelques conseils précieux
    ne fusse que savoir, que d’autres avant lui, se sont engagés dans cette direction,
    vivent le même type d’expérience, essaient les mêmes choses,
    sont habités par la même folie douce,
    cela conforte, on n’est pas complètement fou,tout seul dans son coin,
    d’autres ont été par là avant
    et ont trouvé ce qu’ils cherchaient en eux, cela existe bien, cela peut être vécu,
    oui, il y a de la magie dans notre chair, il y a beaucoup de magie dans notre chair,
    ces personnes,ils ont raison de s’écouter, mille fois raison de s’écouter et de s’engager dans cette voie,
    il y a un trésor, une source de jouvence, de félicité ineffable, qui les attend
    s’ils sont suffisamment patients, résistants, curieux, audacieux, ouverts,
    il faut apprendre à s’aimer, à libérer le désir, à libérer la chair
    juste cela, s’aimer, aimer sa chair, son, corps
    et laisser le désir s’exprimer librement, sans tabous,
    laisser la folie douce s’emparer de nous, nous emporter, nous envoler,
    nous éclater aux quatre coins de l’horizon

    #35735
    bzo
    Participant

    une matinée comme je les aime,
    une matinée à orgasmer et à écrire dessus,
    alterner les mots qui décrivent mon plaisir et les moments où je le vis,
    tout cela s’entremêle tellement délicieusement

    la somptueuse récompense dans ma chair est un fruit mûr,
    je le croque à pleines dents,
    comme son jus dégouline partout en moi,
    il m’est devenu si facile d’orgasmer,
    j’entre en transe, cela dure des minutes et des minutes,
    c’est comme si j’étais plongé dans un aquarium hors du temps,
    une densité incroyable partout en moi,
    cela coule lentement comme de la lave, cela m’effleure, cela frotte, partout,
    chacun de mes cellules , est choyée,
    c’est un immense chant qui monte de la cave, comme un fleuve de notes de chaleur, de frissons,
    je suis emporté, c’est devenu tellement irrésistible
    et facile,
    le moindre contact de ma chair me fait redécoller,
    la jouissance à fleur de peau

    #35736
    bzo
    Participant

    je crois que je ne vais pas sortir,
    juste rester à la maison, à me vautrer dans la luxure,
    dans la jouissance continue que me procure désormais ma chair,
    cela n’arrête plus,
    je suis devenu une fontaine

    #35740
    bzo
    Participant

    je suis quand même sorti finalement,
    il fallait que je m’aère un peu
    et puis je voulais aller faire un tour chez les bouquinistes

    ils sont en train de rendre tout le centre de Bruxelles piétonnier,
    pour les habitants, cela va être splendide,
    pouvoir se balader tranquillement, tout l’archi-centre, un espace de déambulation et de flânerie
    mais rançon du succès, en ces périodes de fête, un samedi, avec tous les marchés de Noel un peu partout,
    il y a une foule compacte dans les rues,
    trop, c’est trop, je prends les petites ruelles adjacentes pour éviter la cohue,
    il y a vraiment trop de monde pour l’instant

    revenu, j’ai repris mes occupations, livres, films, séries et pratique

    oh ma pratique chérie, comme tu t’es épanouie ces derniers jours,
    comme tu me fais vivre des moments enchantés, des moments privilégiés,
    comment décrire encore l’ineffable intensité qui m’envahit?
    ces orgasmes qui durent des minutes et des minutes,
    quelque chose semble avoir totalement cédé dans ma chair,
    il n’y a plus aucune limite aux quantités des énergies qui montent en moi,
    ce sont des inondations de vibrations soyeuses qui se déversent partout,
    comme une maison soudainement sous les flots,
    des flots se ruent par les portes, par les fenêtres
    il n’y a pas moyen d’y résister plus de quelques secondes,
    je suis emporté, plus fétu de paille heureux que jamais
    je pars en vrille, mon cerveau devient feu d’artifice constant
    et mon corps bouillonne de bonheur, traversé de coulées de lave soyeuse partout
    et cela n’arrête pas, cela n’arrête plus

    oui, c’est bien pour tout cela que je travaille depuis des mois, des années,
    pour vivre des instants pareils,
    pour avoir tout cela à ma portée,
    je me suis fabriqué une baguette magique

    #35743
    bzo
    Participant

    peu importe finalement que ce soit un corps d’homme ou un corps de femme,
    nous avons une nappe d’énergie commune au fond de nous
    et qui sollicitée comme il faut, en se donnant les moyens, en creusant suffisamment en nous,
    délivre ce que nous avons envie de ressentir,
    nous permet de façonner un plaisir, des sensations, une jouissance, sur mesures,
    pour répondre très exactement à notre désir,
    aussi éloigné des normes, celui-ci peut sembler
    aussi éloigné d’une sexualité conventionnelle, celui-ci peut sembler

    pas juste une illusion, on peut réellement le vivre dans sa chair,
    on peut totalement le vivre dans sa chair,
    c’est la création d’un langage, d’un alphabet, nouveaux, pour dialoguer avec notre corps,
    à notre unique usage

    on peut réinventer sa sexualité de fond en comble,
    déployer magnifiquement son imagination, la laisser s’unir à notre chair
    pour former un nouveau corps, de nouvelles sensations, des nouvelles jouissances,
    ce qui paraît le plus intangible, le plus indéboulonnable, en nous,
    possède des vis secrètes pour tout réarranger à notre stricte convenance

    #35744
    bzo
    Participant

    j’ai utilisé juste au-dessus l’analogie d’un nouveau langage dans notre chair
    mais c’est bien de cela qu’il s’agit,
    d’un nouveau langage sexuel dans notre chair

    certains de ces langages, tout en étant nouveaux, sont déjà plus ou moins connus,
    avec des lexiques et manuels existants, des professeurs, des experts ici et là,
    d’autres en revanche , sont totalement inconnus,
    il s’agit alors d’inventer en soi une nouvelle grammaire qui va avec, de nouveaux mots, qui vont avec

    les progrès au quotidien, c’est comme cela qu’il faut les voir,
    c’st l’ajout de nouveaux mots, de nouvelles règles de grammaire, mis au jour,
    chaque jour, le dialogue avec notre chair, devient plus fluide,
    chaque jour nous devenons efficace dans notre capacité dans cette nouvelle langue sexuelle,
    avec un vocabulaire de plus en plus riche, des expressions de plus en plus précises

    notre chair est polyglotte sexuellement, elle peut parler des tas de langues,
    certaines non liées ou si peu, à notre identité sexuelle,
    certaines déjà existants, d’autres rares, existant à peine,
    d’autres encore n’existant pas encore,
    qu’on invente totalement pour son propre usage
    et qui permettent de vivre des sensations uniques en nous

    #35750
    bzo
    Participant

    il y a deux jours, c’était la journée mondiale de l’orgasme…

    j’ai bien contribué dans mon coin,
    j’ai largement payé de ma personne

    demain ce sera Noel,
    les boules et le petit Jésus seront de sortie (comme tous les jours en fait),
    je vais encore contribuer massivement

    frères et soeurs,
    jouisseurs de tous les pays, unissons-nous,
    la chair est fugace mais le désir est éternel en elle
    et notre peau est la plus merveilleuse des pistes de danse
    pour des mains baladeuses

    et maintenant pour la prière païenne,
    mes frères et soeurs, joignez-vous à moi,
    joignez vos mains sur la peau de votre voisin, caressez son sexe
    et répétez après moi,
    “en moi tu jouiras, en toi, je jouirai et ainsi unis le plus souvent possible,
    nous traverserons cette vie, plus légers, plus comblés, plus épanouis
    qu’avec toutes les bigoteries, règles absurdes et restrictions diverses et variées,
    imaginées par les prêtres, bigots et fanatiques de tous poils
    qui gravitent comme des hyènes autour de la race humaine depuis la nuit des temps”

    alleluia, alleluia, je suis en toi et je va et je viens
    de tout mon braquemart dressé et gorgé de sang

    #35752
    bzo
    Participant

    le plaisir dans ma chair, tout seul chez moi,
    c’est un dialogue avec un très cher ami, un ami intime,
    on s’arrête un peu, on s’occupe d’autres choses puis on reprend
    et ainsi va la soirée,

    on reprend là où on était,
    on reprend au même point, on approfondit, on va plus loin,
    on fait demi-tour, on repart dans une autre direction, on s’interrompt à nouveau, on reprend,
    on dialogue, on cherche à évoluer, on cherche à avancer, on cherche toujours à aller plus loin,
    on cherche à approfondir

    quand l’intensité monte d’un cran, on sait qu’on a de plus en plus raison,
    quand la jouissance est là, on sait qu’on est dans le vrai,
    dans le vrai de sa chair,
    dans le vrai de ce que porte notre chair,
    on sait qu’on touche à l’essentiel, qu’on touche à quelque chose d’unique en nous

    tout cela a du sens, le plaisir a un sens profond, je le sens,
    le plaisir est une quête de sens dans l’instant, une quête de vérité dans l’instant,
    dans la jouissance, notre chair se révèle, fait entrevoir son mystère, se découvre

    avoir du plaisir, c’est trouver des clefs dans notre chair,
    trouver des clefs pour ouvrir des portes au fond de nous,
    c’est trouver une réponse un instant,
    être un instant dans le vrai de sa chair

    #35755
    bzo
    Participant

    par ces temps de fête où l’on célèbre, well, je ne suis pas sûr de ce qu’on célèbre exactement…
    il est bon de se rappeler que le vrai sublime se trouve avant tout en nous,
    dans notre chair, dans notre âme,
    qu’il est approchable d’une certaine manière charnellement aussi,
    par le plaisir charnel

    la pureté cristalline des sensations par moments, leur sublime clarté vibrante partout en nous,
    est sans doute jusqu’ici dans ma vie,
    ce que j’ai connu qui se rapproche le plus de quelque chose qu’on pourrait qualifier de divin ici-bas

    j’ai déjà connu par le passé, des moments de transe absolument uniques,
    des moments de communion, d’exaltation, d’une intensité incomparable,
    ce fut grâce à la littérature, à la peinture et à la musique,
    je pense principalement à certains passages de la Recherche du Temps Perdu de Proust
    ou encore du Zarathoustra de Nietzsche, des tableaux de Rubens aussi, de Van Gogh,
    en musique, avec Mozart, avec Richard Strauss

    mais la différence essentielle,
    même si grâce à quelques auteurs, peintres et musiciens, magnifiques,
    quelque chose au fond de moi s’allumait, quelque chose éclairait mes ténèbres,
    provoquant une incandescence de tout mon être pendant quelques instants,
    il m’était nécessaire pour cela, le support extérieur d’une oeuvre littéraire,
    d’un tableau, d’un poème ou d’une musique pour que cela arrive,
    pour que cela se déclenche

    alors que là, avec ma pratique, tout vient de moi de A à Z, c’est du “home made” à 100%
    c’est moi qui est mis au point toute cette technique, j’ai creusé en moi jour après jour,
    j’ai atteint des énergies au fond de moi, j’ai appris à les libérer,
    j’ai appris à les laisser jouer dans ma chair
    et désormais mes décollages m’emportent régulièrement tellement loin,
    mais tellement loin,
    que je vis comme des moments d’extase sublime, des moments de félicité ineffable
    et que oui, cela paraît totalement surnaturel, cela paraît totalement divin,
    une petite flamme d’éternité semble s’allumer par instants au fond de moi,
    la communion paraît totale,
    l’unité perdue,
    retrouvée

30 sujets de 31 à 60 (sur un total de 362)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.