20 sujets de 161 à 180 (sur un total de 362)
  • Auteur
    Articles
  • #36198
    bzobzo
    Participant

    bon ben c’est assez étonnant
    mais le petit incident de ce matin, à savoir cette éjaculation accidentelle lors de la séance
    que je relate plus haut,
    est en train de bousculer toutes mes idées sur le sujet

    j’ai toujours affirmé et lu sous la plume d’autres
    que pour le type de plaisir solitaire qui nous occupe, essentiellement motorisé par la prostate,
    le fait de ne pas éjaculer, permettait d’avoir ses réservoirs d’énergie sexuelle bien emplis
    et qu’ainsi notre plaisir était plus intense, plus riche
    et c’était vrai à une certaine époque pour moi, je peux l’affirmer,
    je m’en souviens bien, c’était bien le cas, ce n’est pas une affirmation fausse

    mais la donne, semble-t-il, désormais, a changé pour moi,
    au stade où j’en suis arrivé, aussi bien en aneroless qu’avec le masseur,
    avec cet autre moi dans mon corps aux commandes tellement totalement, tellement puissamment,
    les ondes que je génère dans le cadre de mes ébats,
    les vibrations que je fais monter, dont je me nourris, qui font mes délices,
    n’ont plus grand chose à voir avec les énergies sexuelles habituelles de l’homme, liées à son pénis
    et diminuant au plus on éjacule, au plus on fait couler sa semence

    encore mieux, en fait, maintenant que j’ai expérimenté cela,
    je n’ai plus aucune réticence, plus aucune appréhension,
    quant à une éventuelle éjaculation
    et à ses effets néfastes ultérieurs dans les heures et les jours qui suivent
    sur l’intensité de mon ressenti

    je croyais que c’était lié à l’aneroless
    mais non, j’ai refait une petite séance de 15mn avec le masseur, même mode opératoire,
    va et vient du masseur + cuisses pressant, frottant, ardemment
    et c’était tout aussi bon,
    aucune baisse d’intensité, même meilleur en fait
    puisque je n’ai plus aucune appréhension quant à une éventuelle éjaculation

    #36199
    bzobzo
    Participant

    je dois dire que je suis vraiment épaté,
    en action, je sens mes parties génitales fatiguées, vidées par l’éjaculation
    mais malgré tout, la puissance des ondes est là, sans aucune perte,
    elles n’ont chez moi donc, vraiment rien à faire, avec mon sexe,
    avec la puissance de production habituelle de sensations par là

    et pourtant c’est bien avec mes couilles et mon sexe qu’une partie de ces ondes dans mon bassin, arrivent
    ou plutôt devrais-je écrire,
    par la chair ultra-conductrice de celles-ci
    mais plus conditionnées par mon identité sexuelle,
    par la sexualité par défaut, liée à mon pénis

    #36200
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Tu nous dis à 10h 19 :

    ce matin, j’ai eu un petit accident, (… )
    soudain,moment de panique, je sens que je vais éjaculer, (… ) alors je me détends, je me laisse aller pour au moins goutter ces quelques instants d’éruption avec lave blanchâtre
    cela faisait au moins deux ans que je n’avais plus éjaculé,
    cela a coulé intensément et inhabituellement longtemps,

    Tu complètes à 10h 57 :

    c’est assez étonnant mais tout semble redevenu normal, en fait, il faut encore confirmer avec des moments plus soutenus et plus intenses, pas juste quelques instants à gauche et à droite mais l’éjaculation ne semble pas avoir eu d’effets outre-mesure sur mes sensations d’après ce que j’ai pu constater pour l’instant.Cela a duré juste un bon quart d’heure l’effet

    Tu conclues à 13h 07 :

    pour le type de plaisir solitaire qui nous occupe, essentiellement motorisé par la prostate, le fait de ne pas éjaculer, permettait d’avoir ses réservoirs d’énergie sexuelle bien emplis et qu’ainsi notre plaisir était plus intense, plus riche et c’était vrai à une certaine époque pour moi, je peux l’affirmer,

    Je ne suis pas étonné de l’heureuse surprise que t’apporte ton « accident » matinal. Je me souviens avoir lu que plus longtemps nous restons sans éjaculer, non seulement plus nous accumulons d’énergie sexuelle, mais surtout moins nous en perdons après une éjaculation. Cela signifie qu’un homme, qui sait contrôler le cycle de ses éjaculations et ainsi augmenter son niveau d’énergie sexuelle, peut éjaculer et conserver après la déperdition associée à l’éjaculation un niveau d’énergie sexuelle très supérieur à celui d’un homme « normal ». Son retour à des niveaux très élevés d’énergie sexuelle est donc très rapide.

    Ta pratique fait de toi un exemple de ce qu’un homme devient quand il est parvenu à se libérer du besoin d’éjaculer. Tu illustres à ta manière particulière le cheminement que nous relate @epicture dans son fil de discussion « L’énergie sexuelle masculine ».

    Bon cheminement @bzo.

    #36201
    bzobzo
    Participant

    un homme, qui sait contrôler le cycle de ses éjaculations et ainsi augmenter son niveau d’énergie sexuelle, peut éjaculer et conserver après la déperdition associée à l’éjaculation un niveau d’énergie sexuelle très supérieur à celui d’un homme « normal ». Son retour à des niveaux très élevés d’énergie sexuelle est donc très rapide.

    peut-être en effet, c’est l’explication

    en tout cas désormais, je ne vais plus chercher spécialement à éviter l’éjaculation.
    Je me sens bien, très très bien, cette séance m’a fait du bien, éjaculer m’a fait du bien,
    pas tellement pour les quelques secondes d’orgasme sans érection,
    c’était très intense mais cela dure tellement peu de temps
    que c’est bien peu de choses finalement comparées à tout le reste que j’obtiens durant mes séances

    mais surtout un bien-être général dans mon corps,
    je crois désormais que ce n’est pas très sain de rester ainsi pendant des mois, des années,
    sans se « vidanger », enfin c’est comme cela que je le ressens pour l’instant,
    cela ne me manquait pas, je n’en ressentais pas le besoin pourtant

    je ne vais plus chercher du tout à contrôler,
    je ne vais pas la chercher spécialement, pas du tout même
    mais si elle vient durant une séance, je ne vais rien faire pour l’éviter,
    juste suivre mon désir, rien que mon désir, tout mon désir
    sans tenir compte qu’au passage, il y aurait un petit lâcher de semence

    #36202
    bzobzo
    Participant

    c’est un moment important ce qui s’est passé pour moi,
    je crois qu’il va me permettre de passer au stade suivant
    (car il y a toujours un stade suivant, aussi loin qu’on soit )

    dorénavant l’éjaculation sera intégré dans ma pratique,
    à ma façon,
    c’est-à-dire ne la recherchant aucunement
    mais si elle arrive, je laisserai faire désormais,
    si cela doit venir, si cela doit cracher, que cela se passe, que cela arrive,
    je sais qu’il n’y aura pas de déperdition d’énergie, d’atténuation de mes sensations ainsi,
    au contraire, je serai plus calme, plus relax, ma chair encore plus disponible

    si on n’a pas de rapport sexuel,
    l’éjaculation est comme une soupape qui doit relâcher le trop-plein de temps à autre,
    me masturber, ne m’intéresse pas,
    sans doute il existe des techniques plus élaborées, Mantak Chia, électrostimulation
    qui apporte un plaisir nettement plus riche et plus intense
    qu’une masturbation basique à la force du poignet

    mais ces plaisirs ne m’intéressent pas, les plaisirs du pénis en solitaire ne me parlent pas vraiment,
    ma pratique me fait goûter à des délices qui me satisfont totalement,
    juste désormais cette soupape de sécurité qui lâchera du sperme de temps à autre
    pour que les énergies circulent d’une façon encore plus efficace, plus précises,
    je le sens déjà maintenant,
    non seulement rien n’est atténué
    mais c’est encore mieux, c’est plus calme dans ma chair, plus équilibré,
    le contact de mes couilles avec les cuisses,
    je sens aucune onde pénienne au contact de mes parties, juste ce qui monte de mes profondeurs,
    le fait d’avoir lâcher ma bordée,
    permet une meilleure circulation des seules ondes qui m’intéressent

    #36203
    bzobzo
    Participant

    peut-être certains qui me lisent dans mon fil,
    enfin s’il y a seulement quelqu’un à part @andraneros qui me lit
    doivent se dire, il fait tout un plat d’une éjaculation
    mais quand vous en n’avez plus eu depuis près de deux ans,
    c’est un événement, c’est un séisme,
    et qui a provoqué de sacrés changements dans mon corps

    ce corps dont je suis devenu tellement complice,
    j’ai une grande oreille comme un radar dirigé constamment vers l’intérieur,
    je perçois le moindre changement dans la circulation des énergies
    et là beaucoup de choses ont changé depuis ce matin,
    très positivement contrairement à ce que je craignais du à ce lâcher de sperme involontaire,
    très positivement

    #36204
    bzobzo
    Participant

    j’ai juste voulu vérifier ce matin mes soupçons concernant la pratique sous la couverture
    et en effet durant une séance sur le ventre avec une couverture même légère,
    avec une pratique aussi dynamique, beaucoup de mouvements, de gestes, que moi,
    on s’en rend pas toujours compte dans le feu de l’action
    mais il y a des réguliers frottements, effleurements, de la couverture , sur les parties,
    cela peut à la longue contribuer à provoquer une éjaculation non désirée

    #36205
    bzobzo
    Participant

    toujours concernant cette histoire d’éjaculation,
    dans ce que j’ai écris plus haut,
    des choses pourraient être mal interprétées,
    je ne pratiquais pas avec l’appréhension d’éjaculer, je n’y pensais pas du tout en fait
    je n’étais pas là constamment à me dire, « oh tu dois faire attention pour ne pas … »,
    non

    juste que si je commençais à sentir mon sexe se durcir sérieusement et rester dans cet état,
    il y avait un petit voyant qui s’allumait dans ma tête
    qui me prévenait,
    je vérifiais alors mon attitude, ma posture, ce qui pouvait avoir provoqué cette réaction,
    la plupart du temps c’est parce que j’effectuais trop de frottements, de pressions , sur les parties,
    alors je ralentissais un peu, voire j’arrêtais totalement
    si je sentais que j’étais trop engagé dans la voie d’un plaisir pénien qui débouche sur l’éjaculation

    donc désormais ce voyant ne fonctionnera plus,
    sauf s’il y a des frottements de couverture, par exemple,
    ou autre raison externe qui interfèrent
    car là c’est juste de la masturbation, ce n’est pas intéressant, enfin cela ne m’intéresse pas
    mais si cela vient juste comme cela dans le courant de mon action normal,sans aucune interférence externe,
    cela n’allumera plus aucun voyant dans ma tête

    #36206
    bzobzo
    Participant

    bon, comme je me suis promis dans ce fil-blog de tout écrire le plus honnêtement possible,
    je me dois d’admettre à ce stade certaines choses,
    quand je ne fais plus attention à ce petit voyant qui se met à clignoter à un moment donné dans ma tête,
    cela conduit inévitablement à l’éjaculation

    ainsi je crois que je pratique juste une sorte de variante à la Mantak Chia
    avec retardement à l’extrême de l’éjaculation,
    exploitant toute une zone d’excitation avec beaucoup de potentiel, ainsi

    je viens de m’offrir une petite séance comme cela au lit, un bon quart tout à fait délicieux
    mais à un moment donné, j’avais le petit voyant dans ma tête qui clignotait
    et au lieu de faire comme d’habitude,
    de ralentir les les pressions et les frottements de mes cuisses
    et de mettre plutôt l’accent sur les contractions,
    j’ai laissé faire le désir comme je l’avais dit

    mais c’était tout de même extraordinaire, je sentais bien que l’essentiel des vibrations
    était dorénavant produites par mes organes sexuels,
    que la prostate avec les contractions, s’effaçait de plus en plus
    mais le féminin était tout de même là,
    l’autre moi était toujours en action,
    le plaisir continuait d’être ressenti puissamment dans tout le corps,
    sensations riches, variées,
    je continuais en fait, à bien ressentir, avec l’autre moi, féminin,
    et quand l’éjaculation est arrivé, à exploser,
    c’était comme on éjaculait en moi, c’est comme cela que je l’ai ressenti,
    mon bassin se cabrait follement
    tandis que je sentais la chaleur irradiante de l’explosion se répandre partout en moi

    j’ai bien senti à partir d’un moment donc ainsi
    que c’était la voie de l’éjaculation immanquablement dans laquelle j’étais engagée,
    mais voie étirée comme un élastique dans tous les directions, ralentie, exploitée autrement
    et donc quand cela arriva, ce fut sans doute le plus délicieux orgasme avec éjaculation que j’ai eu de toute ma vie,
    je me tordais dans toutes les directions,
    j’avais la sensation que des vagues lentes de lave sortait de mon sexe mi-dur, me montaient au cerveau,
    se répandaient dans tout mon corps

    je vais tout réévaluer, je vais garder cette pratique,
    il n’y a pas de raison de l’éviter,
    on verra ce qu’il en ait des réserves d’énergie sexuelle,
    j’aviserai s’il y a des problèmes de ce côté-là

    cependant je vais équilibrer cela par une pratique plus exclusivement prostatique,
    avec beaucoup moins, voire pas du tout, de frotti frotta des cuisses et des génitaux,
    de la prostate, rien que de la prostate, encore de la prostate, donc, back to basics,
    équilibrer cette nouvelle façon de pratiquer,
    orientée extraction ondes du pénis avec éjaculation en conclusion éventuellement
    par de la prostate

    peut-être ainsi je suis en train de mettre quelque chose en place
    de plus complet,
    qui tient compte encore plus des possibilités de ce corps d’homme
    mais aussi de ses nécessités
    comme celle d’éjaculer de temps à autre,
    j’ai l’intuition que cela peut s’équilibrer tout seul,
    que le corps peut gérer tout seul son besoin d’éjaculer
    avec cette nouvelle pratique, enfin pas nouvelle
    mais en me retenant aucunement,
    j’ai senti cela, pour l’instant il y a éjaculation
    mais cela ne sera pas forcément le cas dans les jours à venir
    quand j’aurai satisfait à cette nécessité

    #36300
    bzobzo
    Participant

    je suis toujours en train de digérer et de découvrir les implications
    de mon changement de position vis à vis de l’éjaculation,
    cela m’a emmené à tout remettre en question
    et à questionner certaines certitudes dans la théorie de ma pratique

    Ta pratique fait de toi un exemple de ce qu’un homme devient quand il est parvenu à se libérer du besoin d’éjaculer.

    si il y a quelques jours, cela m’avait sembler une hypothèse plausible,
    j’y crois nettement moins après d’attentives observations de ce qui se passe en moi durant la séance

    une autre éjaculation depuis et n’ai senti aucune atténuation du niveau de mes énergies,
    tout du contraire,
    je ne cherche pas à me masturber, je ne cherche pas à éjaculer durant les séances,
    cela ne m’intéresse pas outre-mesure,
    cependant je crois fermement désormais que même si grâce au stade où j’en suis arrivé dans mon cheminement
    et aux particularités de celui-ci,
    je ne sens plus aucunement le besoin d’éjaculer,
    mon corps a besoin régulièrement de le faire,
    c’est malsain et néfaste de rester ainsi de longs mois, voire de longues années sans le faire
    sauf sans doute pour certains cas bien particuliers
    mais je n’en fais pas partie, cela j’en suis certain

    je vais laisser mon corps réguler cela tout seul
    en continuer de pratiquer de la même manière,
    si de par mes nombreux frottements et pressions de ma cuisse,
    une excitation pénienne s’installe aussi, avec la conclusion de l’éjaculation,
    je ne tenterai rien pour contrôler la chose, bien que j’en sois parfaitement capable
    sans ressentir de frustration

    mais comme je le sous-entendais plus haut,
    je me sens nettement mieux ainsi,
    je sens mon corps d’homme plus apaisé ainsi, ayant lâché de la semence deux fois en trois jours,
    même on ne recherche pas de plaisir avec cette action,
    c’est néanmoins une soupape pour le corps qu’il est nécessaire de laisser s’activer régulièrement ,
    j’en suis convaincu désormais

    et je ne crains aucune baisse de mes réserves d’énergie sexuelle
    car après d’attentives observations, ces trois derniers jours,
    j’ai acquis la conviction qu’avec ma façon de pratiquer,
    avec ce que j’appelle un autre moi aux commandes, ce moi androgyne
    au-delà des frontières de mon identité sexuelle,
    ce sont de toutes autres énergies sexuelles qui montent pour m’assurer des moments de délice

    ce n’est pas mon sexe mais la chair de mon sexe,
    mon sexe est lié à mon identité sexuelle
    et consomme de fortes quantités d’énergies mâles pour fournir l’éjaculation
    accompagnée de son orgasme quelques secondes
    mais je sens que cela fonctionne avec tout à fait d’autres énergies chez moi
    et que comme je l’ai déjà écrit maintes fois,
    j’ai un sexe masculin entre les jambes
    mais la chair de mon sexe lui n’a pas de genre,
    peut avoir les deux
    et c’est ainsi que j’ai accès à tout d’autres énergies

    ceci étant dit, comme je n’éjaculais pas,
    les frottements et pressions sur mes parties par les cuisses,
    éveillaient aussi plus facilement des sensations péniennes,
    des énergies mâles directement liées à mon sexe,
    d’où ces éjaculations, la première accidentelle,
    probablement due aux frottements du drap sur mes génitaux tandis que je pratiquais sur le dos
    et la seconde, parce que j’ai décidé de laisser faire désormais,
    si cela doit venir, que cela vienne,
    le corps en a besoin

    ce que je ressens à présent, après ces deux éjaculations en trois jours,
    c’est que quand je frotte avec mes cuisses,
    le frotti frotta que j’aime tellement
    et que j’alterne, que je mixe avec les contractions , dans le bassin
    et aussi le ou les doigts, derrière dans mon anus-pussy,
    c’est qu’il y a nettement moins d’ondes péniennes qui s’éveillent, pratiquement plus en fait,
    c’est encore plus doux, plus velouteux, si c’est possible,
    cela a changé légèrement de nature,
    je ne m’en rendais pas compte car j’y étais habitué
    mais il y avait toujours une dosse d’ondes péniennes qui venaient se mêler à mes ébats
    du fait que je n’éjaculais jamais

    à pré&sent que ce n’est plus le cas,
    cela a beaucoup diminué, c’est étonnant
    et donc dorénavant je laisserai mon corps gérer tout seul les éjaculations
    quand le besoin se fera sentir,
    cela montera, mon pénis lâchera de la semence,
    cela me procurera un moment un peu particulier qu’il n’y a pas à bouder,
    ces éjaculations durant ces pratiques basées sur la prostate essentiellement,
    sont toujours particulièrement fortes et productrices d’une grande quantité de semence

    #36301
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Bonsoir @bzo,
    Tu me cites :

    Ta pratique fait de toi un exemple de ce qu’un homme devient quand il est parvenu à se libérer du besoin d’éjaculer.

    et tu remarques :

    si il y a quelques jours, cela m’avait sembler une hypothèse plausible,j’y crois nettement moins après d’attentives observations de ce qui se passe en moi durant la séance

    Je précise que quand j’écris « parvenir à se libérer du besoin d’éjaculer » je n’écris pas du tout « parvenir à ne plus éjaculer ». Éjaculer est une fonction profondément inscrite dans nos gènes pour la reproduction de notre espèce sexuée. Il est normal d’éjaculer. Ce qui est différent pour toi, comme pour nos amis qui sont devenus capables de vivre à volonté des orgasmes qui apportent une satisfaction très supérieure à ceux qui sont associés à l »éjaculation, c’est que tu peux choisir d’éjaculer ou de ne pas le faire sans aucune perte d’intensité de la jouissance dans laquelle tu baignes au quotidien.

    Tu n’éjacules plus par besoin de satisfaire ta libido. Tu éjacules quand tu le choisis ou encore mieux peut-être quand ton corps te dit que c’est le moment de le faire.

    C’est la cerise sur le gâteau quand tu as déjà mangé tout le gâteau.

    Bon cheminement @bzo.

    #36302
    bzobzo
    Participant

    Ce qui est différent pour toi, comme pour nos amis qui sont devenus capables de vivre à volonté des orgasmes qui apportent une satisfaction très supérieure à ceux qui sont associés à l »éjaculation, c’est que tu peux choisir d’éjaculer ou de ne pas le faire sans aucune perte d’intensité de la jouissance dans laquelle tu baignes au quotidien.

    Tu n’éjacules plus par besoin de satisfaire ta libido. Tu éjacules quand tu le choisis ou encore mieux peut-être quand ton corps te dit que c’est le moment de le faire.

    hum, tu as raison pour cette nuance et sans doute pour l’explication aussi

    un accès sans restrictions à mes énergies
    explique sans doute la raison pour laquelle ces éjaculations n’ont pas grand effet sur ma libido
    et l’intensité de mes sensations

    je peux rester sans éjaculer pendant des mois, des années,
    sans ressentir aucun besoin de le faire
    mais cela ne veut pas dire que c’est une bonne chose de rester ainsi,
    je suis même désormais persuadé du contraire
    et qu’il est sain de « se vidanger » régulièrement

    je vais laisser mon corps gérer cela tout seul
    en n’intervenant plus d’aucune façon pour contrôler la chose

    #36307
    bzobzo
    Participant

    dans toutes mes explorations, toutes mes tentatives diverses
    depuis que je me suis lancé dans les plaisirs où la prostate a un rôle à jouer,
    le seul véritable échec patent que je perçois, que je ressens jusqu’ici dans mon parcours,
    c’est de ne pas avoir réussi à intégrer les contacts de la main des parties génitales durant l’action

    autant avec les cuisses, pas de problème, c’est tellement délicieux,
    je ne saurai m’en passer,
    les cuisses semblent être les interlocuteurs naturels de mes parties génitales durant l’action,
    autant les contacts des mains ont toujours abouti à un échec

    si je m’y essaie, c’est chaque fois le même schéma qui recommence, qui se joue
    et qui se termine de la même manière,
    à savoir, des premiers contacts splendides, explosifs
    mais très rapidement, cela tourne à la déconfiture
    malgré toutes sortes de tentatives de perpétuer les premières réussites

    c’est explosif mais cela devient vite monocorde, sans réelle progression de la tension sexuelle,
    et puis mon moi pesant sort de sa niche sans arrêt, je ne peux plus le contrôler,
    il me susurre sans cesse, « va-s-y, touche-les, caresse-les, encore, et encore! »

    ce type de contact semble rompre chez moi un équilibre subtile,
    l’accès sans restriction à mes énergies des profondeurs,
    le fait que cela éveille des ondes mâles, massivement mâles directement liées à mon sexe,
    je glisse vers un plaisir pénien irrémédiablement
    malgré toutes sortes de tentatives d’intégrer

    #36308
    bzobzo
    Participant

    sublime séance au lit de près d’une heure,
    je savais que les bouleversements de ces derniers jours allaient me faire faire un grand pas en avant
    et j’ai été servi,
    comme j’ai été servi,
    ah mes amis, ce qu’il y a moyen de vivre dans cette chair,
    ces délires de volupté,
    ces orgasmes lents, interminables qui semblent vous soulever de terre

    je n’ai pas éjaculé cette fois-ci, plusieurs fois j’ai cru que cela allait arriver
    mais cela n’est pas arrivé,
    au fond ce que je vis à présent, c’est une sorte de Mantak Chia
    où l’appareil génital masculin est mis à contribution massivement
    mais particularité chez moi,
    je le vis du côté entièrement de cet autre moi, ce moi androgyne qui règne chez moi durant les séances,
    c’est-à-dire un moi essentiellement féminin
    mais avec la dose qu’il faut de masculin, là où il faut
    pour bien mettre le feu aux poudres

    les mots me manquent
    mais je crois bien depuis que je pratique en aneroless,
    ce fut ma meilleure séance,
    j’étais dans un état tellement hors de moi, tellement emporté par le plaisir,
    c’est indescriptible,
    tout est devenu tellement fou dans ma chair, dans tout mon être

    bref que du bon, il me manquait cela, donner libre cours au potentiel du pénis
    mais totalement au service de ce féminin que j’éveille si divinement,
    qui m’emporte dans des torrents de volupté irrépressibles

    cela a totalement fonctionné, aucun problème d’équilibre des énergies,
    la synergie était parfaite, je n’avais vraiment plus qu’à me laisser emporter par le désir,
    ne plus faire attention à aucun voyant dans ma tête qui s’allumerait,,
    si cela bande et si cela finit par cracher , pas de problème,
    c’est que le corps en avait besoin, avait besoin d’évacuer un peu par là
    mais ça n’est pas arrivé,
    ai lâché beaucoup de foutre avant-hier et encore hier une seconde fois,
    ceci explique sans doute cela
    mais c’était parfait car cela s’étirait en longueur
    et montait en puissance comme jusqu’ici je n’avais jamais vécu
    si l’on excepte les super O d’une autre période de mon parcours

    alléluia, le bzo nouveau est arrivé
    et c’est un diablement bon cru!

    #36311
    bzobzo
    Participant

    le bzo nouveau est arrivé, oui

    dans mon bassin, la pleine puissance de la prostate
    mais aussi désormais la pleine puissance du pénis et des couilles
    pour me motoriser jusqu’au ciel

    moi, fuel féminin, fuel masculin,
    moi full androgyne

    #36322
    bzobzo
    Participant

    je viens de me commander le Nexus G-Stroker,
    je me devais de l’avoir , même si je ne risque pas de trop m’en servir dans un premier temps
    mais je me dois de l’avoir dans ma collection,
    il y a tellement peu de masseurs là-dehors qui me conviennent
    qui correspondent à mes critères,
    je n’en connais que deux en fait jusqu’ici,
    le Nexus G-Rider et l’Aneros Vice 2

    celui-ci en tant que successeur du G-Rider, je me devais de le prendre,
    encore plus massif, forme légèrement modifiée,
    ils semblent avoir nettement améliorer la qualité du moteur et de la panoplie des vibrations proposées,
    le G-Rider étant de ce point de vue, certainement un des plus piètres masseurs
    que j’ai eu entre les mains et dans le cul,
    il n’était vraiment pas difficile de l’améliorer

    cependant ils l’ont rendu imperméable en plus,
    ajouté aussi un second moteur qui fait un peu bouger à la base de la hampe
    deux petits appendices qui sont sensés exciter l’entrée de l’anus
    en effectuant des frottements et des pressions, indépendantes dessus

    j’utilise jamais le masseur allumé, les vibrations ne m’intéressent pas du tout pour l’instant
    mais cela ne veut pas dire que dans un avenir plus ou moins lointain,
    ce ne sera pas le cas

    enfin bref, je me devais de le prendre, de l’avoir celui-là

    c’est étonnant , les deux masseurs dans ma collection,
    je ne parle pas de ceux que j’ai délaissés,
    sont des masseurs avec moteurs et panoplie de vibrations
    alors que j’aime vraiment pas cela
    et qu’il ne me viendrait pas l’idée de les allumer
    mais ils ont une forme superbe, qui me convient à merveille, assez proches d’ailleurs
    et ce troisième que j’ai commandé, ne déroge pas à la règle

    #36324
    bzobzo
    Participant

    moi qui croyait déjà être loin, bien loin, dans mon cheminement
    mais je n’en étais qu’aux hors d’oeuvre, en fait,
    les plats de résistance,
    commencent seulement maintenant

    divine séance encore au lit,
    ai éjaculé vers la fin, j’avais l’impression de manquer d’air,
    tellement le plaisir semblait prendre toute la place,
    la jouissance était tellement intense,
    elle semblait tellement me pomper toutes mes forces, toutes mes énergies, tous mes muscles,
    tout mon être, en fait,
    que je n’en avais plus pour respirer,je haletais, je suffoquais,
    je n’en avais cure, j’aurai pu rester en apnée comme cela pendant des minutes encore
    comme un yogi de la jouissance

    #36325
    bzobzo
    Participant

    une demie heure est passée depuis l’éjaculation
    et je commence déjà à retrouver mes sensations

    c’est encore atténué mais encore une autre demie heure
    et tout devrait être à nouveau en place

    #36326
    bzobzo
    Participant

    cette façon tellement totale dans mon bassin désormais,
    pleine puissance de la prostate,
    pleine puissance des génitaux,
    pleine puissance de l’anal (doigts fouinant, explorant dans la fente)
    m’a aussi curieusement donné envie de retrouver aussi une pratique uniquement prostatique
    pour contrebalancer

    en aneroless, je ne m’en sens pas capable actuellement,
    mes cuisses ont trouvé envie de se refermer sur mes couilles, mon sexe,
    de les triturer, de les malaxer,
    d’en extraire tout un tas de bonnes ondes de volupté soyeuse

    par contre avec me masseur, j’ai déjà un peu testé, cela fonctionne nettement mieux,
    d’abord sans les cuisses, cela fait comme un vide lugubre dans mon bassin
    mais après une courte période d’acclimatation,
    le masseur fait monter lentement, plus lentement, la tension sexuelle
    mais c’est du full prostate,
    cela devient de mieux en mieux,
    je dois m’y réhabituer, cela fait pas mal de temps
    que je mêle la prostate avec tout le reste en aneroless
    pour une pratique globalisante, totale

    mais j’ai envie pour l’instant de goûter à nouveau à du full prostate aussi

    #36327
    bzobzo
    Participant

    j’ai pas pu vérifier plus en avant hier soir si tout était bien revenu après l’éjaculation
    car je me suis endormi, évanoui de fatigue
    je me couche trop tard trop souvent, 2, 3 heures du matin en semaine, presque tous les jours
    et réveil pour aller au boulot à 7
    mais ce matin, quelques moments d’action dans le lit sous les draps,
    n’ont laissé de place à aucun doute,
    tout est bien en place, à 100% disponible,
    des énergies cristallines, vibrantes, soyeuse,
    comme un essaim d’abeilles prêtes à se répandre dans ma chair au moindre contact

    quelle splendeur, quelle magie possible en nous,
    la sexualité, à nous adultes,
    c’est une de nos clefs pour vivre de l’inouï, du sublime,
    dépasser nos limites, notre petitesse, découvrir de l’inconnu en soi,
    vivre dans sa chair l’intensité, la splendeur, des énergies originelles de la vie
    en dépôt en chacun de nous,
    enfouies dans nos profondeurs comme un trésor caché, enterré, avant la naissance

20 sujets de 161 à 180 (sur un total de 362)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.