• Ce sujet contient 21 réponses, 9 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par AndranerosAndraneros, le il y a 8 mois.
20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 22)
  • Auteur
    Articles
  • #32739
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Certains de nos amis, très avancés dans leurs cheminements, ont su développer leurs capacités orgasmiques au point de vivre à volonté (voire au delà… ) des expériences de jouissances particulièrement intenses et bouleversantes. Le chemin qu’ils ont suivi pour parvenir à un tel niveau de maîtrise ou la nature bisexuelle voire transsexuelle de leurs expériences les place en dehors du cadre que définit le Traité d’Aneros. Nous pouvons nous interroger comme ils le font sur le lien entre leur pratique et les «bonnes pratiques » proposées par le traité.

    Ainsi, pour prendre des exemples très récents, @ch313 nous dit le 24 janvier :

    Cette expérience est curieuse, totalement à l’opposé des prescriptions du Traité. Ou alors faut-il la ‘réserver’ à un niveau d’initiation inhabituel ? Suis-je en train d’ouvrir une porte dérobée ?

    Et @bzo lui répond :

    on est assez éloigné du traité ; mais ce n’est pas grave, le domaine est immense, le domaine est varié. Néanmoins notre pratique a des points communs fondamentaux avec une pratique prostatique classique, celle entre autres d’impliquer massivement et constamment notre prostate dans nos ébats

    Le Traité d’Aneros n’a pas vocation à dévoiler en quelques pages toutes les techniques pour accéder à la jouissance prostatique, ni à décrire de façon exhaustive tous les effets que procure la stimulation de notre chère prostate.

    @adam publie son traité pour aider nos amis qui, découvrant un aspect caché de leur sexualité, se sentent prêts à l’explorer sans trop savoir comment faire. Il propose donc des techniques simples, utilisées éventuellement dans d’autres disciplines et adaptées à des esprits occidenraux, qui permettent de prendre conscience de ces sensations particulières et de les développer. Le Traité d’Aneros est une voie d’accès au plaisir prostatique mais ce n’est pas la seule. Je répète chaque fois que l’occasion se présente que les masseurs prostatiques sont bien présentés comme des instruments de découverte de ce qu’apportent les pratiques tantriques et taoïstes.

    Je ne suis pas étonné de lire les messages de nos amis les plus avancés dans leur pratique, Leurs témoignages me paraissent décrire un prolongement normal d’un cheminement particulièrement réussi. En la matière il n’y a pas de dogme, il n’y a que des évolutions individuelles faites à partir de sensibilités et d’expériences qui sont d’autant plus personnelles qu’elles touchent à ce que nous avons de plus intime.

    Qu’en est-il pour vous ?

    #32741
    lighteningboltolighteningbolto
    Participant

    Pour participer, dans mon cas je te dirais que le traité a été LA voie à suivre, surtout au début.
    Perdu dans ce brouillard, qui pour la plupart des personnes appartient à la légende, le traité a su indiquer une direction à travers les brumes, telle une boussole. Elle explique aux néophytes, dont j’ai fait partie encore récemment et dont je m’estime « tout juste sortie » les premières choses à intégrer pour parvenir à orgasmer, à l’instar de nos compagnes, d’une manière interne et répétable, et un potentiel qui semble à mes yeux et si je me fie à ce que je lit, grandissant.
    Ainsi le subtil mélange de détente, excitation et contraction se trouve expliqué sur la plupart des aspects. Mais le diable se cache dans les détails n’est ce pas?
    Les limites du traités semblent être ceux de l’individualité. Ainsi la recette d’une tarte aux pommes semble simple, mais certains préfère ajouter de la cannelle, tandis que d’autres peuvent ajouté plus de sucren du beurre ou encore de la compote…
    Une fois les bases acquises, il faut donc trouvé ce qui nous fait personnellement vibrer. Des pensées? Une sensation? des contractions? Un relâchement?
    Pour ceux qui se découvre une expérience A-less, la donne s’en trouve aussi modifiée, du moins dans mon cas. En A-less, pratiquer tel que le préconise le traité n’a pas aucun effet sur moi. je dois clairement y ajouter une contraction du périnée, et de plus en plus la stimulation des tétons sinon ca ne fonctionne pas.
    De plus, peut être qu’actuellement, des pensées érogènes en séance ne m’apporte que peu de résultats, contrairement aux dires du traité. Même si c’est sans doute un plus, pour moi il vaut mieux privilégier le ressentie corporel pur. Ainsi de mon point de vue, il s’agit avant tout d’excitation corporel, et quand le sommet arrive, il faut s’abandonner au corps, lui laisser le plein contrôle avec un m’en foutisme pour le mode extérieur complet et une focalisation interne.
    Voila pour ma part comment l’orgasme se produit.

    #32744
    bzobzo
    Participant

    au fond, l’apport fondamental du traité d’Aneros,
    ce qu’il apporte à ceux qui commencent leur cheminement avec,
    c’est un accès à la prostate

    un accès à la prostate avec quelques balises sûres,
    et ainsi un accès facilité face à un domaine tellement nouveau,
    face à un domaine tellement totalement inconnu à nos débuts,
    qu’il parait relever de la légende, exister dans une autre réalité
    qui peut sembler impossible à atteindre aux débutants,
    malgré les témoignages qu’on lit ici et là de gens qui y sont parvenus

    on se retrouve au lit, complètement perdus, complètement désemparés,
    sans la moindre idée où commencer, quelle partie de nous-même titiller,
    quoi mettre en oeuvre, comment

    après quand beaucoup de sensations et d’orgasmes auront coulé sous les ponts,
    qu’on entré dans le saint des saints, qu’on est aussi un initié,
    on peut en rester à cet accès au divin organe que propose le traité,
    l’affiner, l’optimiser, le personnaliser un peu

    ou le personnaliser un peu, beaucoup, à la folie,
    et découvrir que ce n’est qu’une voie parmi d’autres
    et se décider à explorer d’autres chemins de traverse,
    à faire participer la prostate autrement à nos ébats
    et là c’est une véritable boîte de Pandore qu’on ouvre peu à peu

    on se rend compte que notre sexualité n’est pas quelque chose d’à peu près complètement figé
    déterminée par nos organes sexuels, par notre physique, par ses capacités
    mais bien un récit qu’on se raconte, un récit qu’on s’invente, en complicité avec notre corps
    et qui n’a aucune limites, dans quelque direction que ce soit

    qu’à l’extrême, on pourrait avoir toute notre activité sexuelle confinée dans nos doigts de pied,
    obtenir des sensations délicieuses et des orgasmes d’une puissance sans limites,
    rien qu’en jouant avec nos doigts de pied,
    c’est juste une question de temps, de patience et de se reprogrammer sexuellement

    voilà les termes sont lancés,
    notre sexualité, c’est juste une question de programmation,
    une fois qu’on a accès à la prostate, qu’on parvient à la faire vibrer
    toute notre sexualité est une question de reprogrammation patiente,
    un dialogue intime, un dialogue amoureux avec notre corps
    où l’on façonne son désir, on l’on façonne son plaisir

    la sexualité prend une toute autre dimension,
    ce n’est plus juste quelque chose de prédéterminé,
    liée à un nombre limité bien précis d’organes et d’actions
    mais où tout notre corps va participer,
    où l’on invoque nos abysses, plus que par accident
    mais systématiquement, scrupuleusement,
    le terrain de jeu devient immense, sans limites

    notre sexualité,
    ses gestes, ses ressentis, son élan,
    deviennent actes uniques, actes de créativité sexuelle dans l’inconnu,
    dans des territoires aux confins de nous-même

    #33228
    AvatarCh313
    Participant

    À l’occasion de quelques nouvelles sensations, je reviens sur ma pensée sur ‘Le Traité’.
    Tout d’abord, je confirme que l’ordre des ‘jalons’ de la carte aux trésors n’est nullement impératif.
    Pour preuve, il n’y a que quelques temps que je peux cocher le point :
    9 – Légère impression d’avoir besoin d’uriner
    alors qu’il y a longtemps que j’obtiens des des orgasmes et plaisirs divers cités bien plus loin dans les étapes mentionnées.
    Depuis mon ‘interrogation’ sur la masturbation que je relatais le 24 janvier, par deux fois j’ai eux une nouvelle expérience vraiment très riches en sensations.
    Tout d’abord, à la suite de cette première pratique, je me suis dit qu’il fallait expérimenter cela.
    Au cours d’une de mes séances matinales où j’étais très chaude et très mouillée j’ai pris mon sexe en main et je me suis mis à le solliciter. J’emploie ce terme car je ne sais pas vraiment comment je le faisais.
    La surprise fut d’obtenir un orgasme, puis un autre, et encore avec cette stimulation.
    Je ne sais pas combien cela a duré, jusqu’à ce que je ressente les spasmes éjaculatoires et que je revienne à une phase de détente.
    Tout récemment c’est ma compagne qui m’a masturbé, il y a déjà longtemps qu’elle ne m’avait pas touché.
    Je l’ai sollicité après une séance solitaire particulièrement intense où j’ai squirté abondamment et j’ai eu envie de la rejoindre à son réveil. Comme elle ne voulait pas que je la caresse, elle s’est mise à me caresser, et assez rapidement à me masturber.
    Elle m’a ‘donné’ plusieurs orgasmes successifs, au moins trois, mais s’est arrêtée. C’est récurent pour elle, il ne faut pas que cela dure longtemps. Cela a duré à peu près une demi heure.
    Me voilà maintenant confronté à un nouveau domaine sexuel. Suis-je devenu homme multi-orgasmique ?
    C’est une nouvelle étape dans le bon usage de la prostate. Et c’est particulièrement déroutant. Surtout en ayant pas de moyen de partager avec ma compagne, je ne sais pas comment elle a ‘vécu’ cet instant.
    je vais lire le livre de Mantak Chia que j’ai vu cité plusieurs fois sur ce sujet.
    À plus

    #33238
    EpictureEpicture
    Participant

    Bonjour CH313 !

    Je te confirme, s’il en était besoin, que la voie du traité d’aneros n’est pas la seule. Elle reste cependant pour moi, celle qui m’a mis « le pied à l’étrier » si l’on peut dire. Disons plutôt que ce qui m’a lancé n’est rien d’autre que mon désir de m’occuper de moi en me donnant des instants de plaisir, différents. Le traité, et ce site, ont fait voler en éclat les résistances et autres préjugés qui m’empêchait de passer par la voie anale. Il m’a aussi conduit à découvrir Mantak Chia, qui a fait voller en éclat les préjugés et autres tabous qui enserrent la pratique de la masturbation. Il lui donne une autre dimension.
    Pour ce qui me concerne, ces pratiques ont fait décoller mes sensations prostatiques. Cela parait étrange quand on sait que dans le traité d’aneros, la stimulation du pénis est bannie, mais il y a une subtilité qui ne retire pas la pertinence du traité, ni celle de Mantak Chia. Peut-être que je passe encore à côté de quelque chose en ne donnant pas l’exclusivité à ma prostate, mais ce que me procure la pratique de la masturbation – sans éjaculation – est sans commune mesure avec toutes les autres sensations. La subtilité, c’est l’absence d’éjaculation. A cette condition, prostate et gland, prostate et testicules, s’unissent pour embraser le corps. On peut alors selon son envie appuyer un peu plus du côté prostate, ou un peu plus du côté gland, ce qui donne une palette de sensations incroyables. Mais l’absence d’éjaculation est un vrai défi. Selon Mantak chia, il est possible d’en avoir une parfaite maîtrise. Je n’en suis pas là, mais je connais ce que tu décris : orgasmes multiples avec vagues de plaisirs dans tout le corps, spasmes et contractions… sans éjaculation. Bon il peut y avoir parfois quelques écoulements, de liquide séminal, et de sperme, mais ce n’est pas l’éjaculation. D’autre part, si toutefois l’éjaculation n’est plus évitable, comme ça peut arriver au début, il faut l’accueillir avec bienveillance, et profiter de l’instant en état quasi-méditatif, sans insister pour limiter toutefois la perte de sperme, et surtout la perte d’énergie.
    Quand on parle d’énergie, on bascule dans un autre univers : celui des corps énergétiques, chakras, etc.. Mais le principe est simple : l’accumulation d’énergie ( que permet les techniques de masturbation sans éjaculation, et les techniques de massage prostatique avec ou sans aneros) permet l’éveil de la Kundalini. Une vague énergétique d’une puissance incommensurable traverse alors le corps de bas en haut, en traversant les chakras un à un. Le problème, c’est que si l’un d’eux est bloqué, il y a accumulation d’énergie, et problèmes de toutes sortes, plus ou moins violents. Si l’on relie (ce que je fais abusivement, mais c’est une hypothèse) les sensations dont nous témoignons tous ici, et qui sont réelles, à cette notion de Kundalini, nous y trouvons un schéma explicatif qui colle parfaitement.
    Personnellement, je ressens deux formes d’énergie : l’une diffuse et langoureuse, qui parcours tout mon corps comme un bain de jouvence bienveillante et rassurante, et l’autre plus brutale, d’une puissance extrême, qui ne demande qu’à exploser. Cette dernière bloque dans ma gorge. Je travaille actuellement à la libérer, ce qui n’est pas une mince affaire.
    J’ai eu hier une percée, ou quelque quantité d’énergie a pu passer, comme pour sortir par la bouche : j’ai été submergé d’émotion de joie, ce qui m’a fait pleurer. Mais j’ai vite ravalé ma salive, comme un réflexe instantané de fermeture. Ce n’est que partie remise.
    Voilà, il y a encore beaucoup de choses à dire, mais je manque de temps, et après mon message est trop long. Bon cheminement à toi @CH313

    #33242
    bzobzo
    Participant

    Cela parait étrange quand on sait que dans le traité d’aneros, la stimulation du pénis est bannie

    pas si étrange que cela,
    tout à fait cohérent en fait

    une pratique du massage prostatique « classique » telle que proposée par le traité,
    exige un no man’s land autour des parties génitales

    pour un plaisir prostatique à 100%, il faut de la prostate,
    encore de la prostate , rien que de la prostate

    juste quelques caresses, quelques mouvements du corps
    mais aucun autre type de sollicitation dans le bassin

    #33243
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Je suis bien d’accord avec toi @ch313 :

    l’ordre des ‘jalons’ de la carte aux trésors n’est nullement impératif.

    Plutôt que :

    Suis-je devenu homme multi-orgasmique ?

    J’écrirais à ta place « Je suis devenu un homme multi-orgasmique ! » sans rien changer à la suite de ton ressenti :

    Et c’est particulièrement déroutant.

    Je pense que c’est un effet de ton reconditionnement orgasmique (« rewiring ») qui te permet de « diriger » l’énergie générée par la stimulation de ton pénis vers les organes internes et les muscles qui sont devenus le nouveau siège de tes orgasmes. Les témoignages relatifs aux parcours réussis vers l’orgasme prostatique et assez longs pour confirmer une telle évolution convergent pour dire que l’éjaculation n’est plus qu’une simple option, de moins en moins importante à mesure que l’intensité des orgasmes secs s’accroît. C’est ainsi que je vis mon propre cheminement. C’est ainsi que le vivent nos amis du forum les plus avancés dans la pratique et la maîtrise du plaisir prostatique. (N’hésitez pas à dire le contraire si vous pensez que j’exagère)

    Les témoignages de @jieffe et de @epicture sur « L’homme multi-orgasmique », pour ne citer qu’eux, confirment que sa lecture et la pratique des exercices qu’il propose devraient t’aider à développer encore plus tes aptitudes multi-orgasmiques.

    Bon cheminement @ch313.

    #33244
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    @epicture nous dit :

    Il m’a aussi conduit à découvrir Mantak Chia, qui a fait voller en éclat les préjugés et autres tabous qui enserrent la pratique de la masturbation. Il lui donne une autre dimension.Pour ce qui me concerne, ces pratiques ont fait décoller mes sensations prostatiques. Cela parait étrange quand on sait que dans le traité d’aneros, la stimulation du pénis est bannie, mais il y a une subtilité qui ne retire pas la pertinence du traité, ni celle de Mantak Chia.

    La principale raison qui conduit à conseiller de mettre à l’écart la stimulation du pénis est de faciliter la perception de nouvelles sensations à la fois très faibles au début et difficiles à reconnaître en raison de leur nature et de leur localisation. Quand on cherche à voir une petite lueur, la nuit, on éteint les projecteurs puissants. Le plaisir qui naît de la stimulation du pénis est puissant et sa présence rend difficile la perception des autres sensations.

    Ce conseil n’est en rien une interdiction absolue et éternelle. Nous en avons trois exemples :
    1) Quand un débutant ne parvient pas à « sentir sa prostate », il est souvent conseillé de pratiquer un début de masturbation pour faciliter sa découverte en profitant de son engorgement pour mieux repérer sa présence.
    2) Les pratiquants bien avancés témoignent régulièrement sur les forums spécialisés de leur capacité à vivre des « super T’ », des orgasmes avec éjaculation qu’ils déclenchent en parallèle avec leurs orgasmes prostatiques.
    3) Les mêmes témoignent aussi de leur aptitude à vivre des orgasmes secs (« dry orgasms ») multiples en stimulant leur pénis.
    @epicture tu en es un bel exemple :

    La subtilité, c’est l’absence d’éjaculation. A cette condition, prostate et gland, prostate et testicules, s’unissent pour embraser le corps. On peut alors selon son envie appuyer un peu plus du côté prostate, ou un peu plus du côté gland, ce qui donne une palette de sensations incroyables.

    @epicture tu as raison d’ajouter :

    Quand on parle d’énergie, on bascule dans un autre univers : celui des corps énergétiques, chakras, etc.. Mais le principe est simple : l’accumulation d’énergie ( que permet les techniques de masturbation sans éjaculation, et les techniques de massage prostatique avec ou sans aneros) permet l’éveil de la Kundalini. Une vague énergétique d’une puissance incommensurable traverse alors le corps de bas en haut, en traversant les chakras un à un.

    C’est bien ce que j’ai commencé à percevoir dès mes premiers orgasmes prostatiques (je vous évite la citation de mon message !). C’est aussi ce que promet sans insister le wiki Aneros. Tu as raison @epicture « il y a encore beaucoup de choses à dire ».

    Bon cheminement @epicture.

    #33265
    AvatarProstacool
    Participant

    Amis de la prostate, bonjour,

    Pour ma part, les contractions volontaires telles que préconisées dans le traité ont plutôt été contre-productives.
    Plutôt stressé de nature, j’ai opté pour la méthode dite du « Do nothing » et petit à petit, des progrès sont apparus.
    Par la suite, j’ai découvert un moyen d’atteindre plus facilement l’extase en utilisant pendant les 30 ou 40 premières minutes de la séance, un « tapis de relaxation » de ce type : https://www.tapis-acupression.org
    Il induit une relaxation très profitable et le taux de réussite est beaucoup moins bon quand je ne l’utilise pas.
    Si cela peut aider certains à progresser, j’en serai content.

    #33271
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Bonjour @prostacool et bienvenue sur notre forum.
    Votre expérience est fort intéressante et, si ma mémoire ne me fait pas défaut, vous êtes le premier à mentionner sur notre forum un tel accessoire. Parvenir à se mettre en détente profonde est une des portes à ouvrir pour accéder à la jouissance prostatique ; cette étape paraît souvent difficile aux débutants. Votre « tapis de relaxation » peut effectivement faciliter la mise en condition et accélérer la perception de l’action du masseur. Merci de votre apport.

    Vous nous dites :

    en utilisant pendant les 30 ou 40 premières minutes de la séance

    Dois-je comprendre que dans une seconde phase de votre session vous quittez votre tapis pour une autre couche ou un fauteuil ?

    Vous nous dites aussi :

    j’ai opté pour la méthode dite du « Do nothing » et petit à petit, des progrès sont apparus.
    Par la suite, j’ai découvert un moyen d’atteindre plus facilement l’extase

    Vous nous mettez l’eau à la bouche. Je pense que je ne suis pas le seul à avoir envie de mieux connaître votre progression, d’autant plus que je comprends qu’elle ne s’est pas faite d’un seul coup et que vous avez dû adapter votre pratique pour vivre vos moments d’extase. Le récit de votre apprentissage serait riche d’enseignements pour les lecteurs débutants.

    Bon cheminement @prostacool.

    #33274
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    @prostacool j’ai déplacé la présentation de votre découverte du plaisir prostatique vers le sujet Présentation des membres pour la rendre d’accès plus facile pour les nouveaux lecteurs qui découvrent à la fois notre forum et les promesses du plaisir prostatique.

    #33279
    lighteningboltolighteningbolto
    Participant

    Inintéressante comme intervention!

    Merci et bienvenue @Prostacool

    #33284
    fideliofidelio
    Participant

    tiens, du coup ce post me donne l’opportunité de partager un progrès que j’ai réalisé très récemment. J’arrive à obtenir de orgasmes prostatiques depuis si longtemps, et cela m’a servi de socle pour me fabriquer mon propre arsenal orgasmique. Mais j’ai tellement été éduqué par le traité à me concentrer sur ma prostate, que je n’ai jamais pu obtenir d’éjaculation sans les mains. En fait cela m’est arrivé une seule fois, il y a longtemps, fortuitement, un peu avant mon rewiring, avec un helix et en massant ma vessie.

    J’y suis finalement arrivé très récemment. Je n’étais pas chez moi, j’étais abstinent depuis une bonne dizaine de jours, donc plutôt excité. Je n’avais pas de masseur ou de dildo à disposition, j’ai utilisé une…carotte ! J’avais vu auparavant des vidéos d’une personne qui coinçait son sexe derrière ses jambes croisées et qui arrivait à éjaculer hands-free de cette manière, et j’ai reproduit la position. Le résultat ne s’est pas fait attendre et j’ai éjaculé dans la minute. Depuis, j’ai pu le reproduire, et je n’ai aucune idée de pourquoi ça m’a été impossible pendant si longtemps. Je pense que la très grande excitation était primordiale dans l’expérience.

    #33288
    lighteningboltolighteningbolto
    Participant

    Je pense qu’une focalisation, associé à une forte excitation, associé à un frottement peut naturellement conduire à un orgasme pénien. Toute la question est: cela vaut il le coup?

    #33426
    aneveilaneveil
    Participant

    @Andraneros

    Ce conseil n’est en rien une interdiction absolue et éternelle. Nous en avons trois exemples :
    1) Quand un débutant ne parvient pas à « sentir sa prostate », il est souvent conseillé de pratiquer un début de masturbation pour faciliter sa découverte en profitant de son engorgement pour mieux repérer sa présence.
    2) Les pratiquants bien avancés témoignent régulièrement sur les forums spécialisés de leur capacité à vivre des « super T’ », des orgasmes avec éjaculation qu’ils déclenchent en parallèle avec leurs orgasmes prostatiques.
    3) Les mêmes témoignent aussi de leur aptitude à vivre des orgasmes secs (« dry orgasms ») multiples en stimulant leur pénis.

    C’est très intéressant, moi qui pensait qu’il y avait un « quasi-dogme anti-pénis » 😉
    Il y a plus de deux ans, c’est en effet en me masturbant avec un Bootie que j’ai pu vraiment réveiller ma prostate…
    Et il m’arrive souvent de me masturber (sans éjaculer) en milieu de cession, cela décuple généralement mon plaisir prostatique seul au moment ou je reviens mi-sur le ventre ou en chien de fusil, mais je ne dois pas dépasser un certain stade avec mon pénis avant de me retourner car sinon c’est foutu…

    #33427
    aneveilaneveil
    Participant

    Pour revenir au sujet….

    En ce qui me concerne, le traité ne devait vraiment pas être fait pour moi, car plusieurs points m’ont bloqués.
    Mais il n’y a là rien d’étonnant car je ne lis jamais les recettes et ne lis jamais les notices, je me débrouille toujours mieux dans l’impro à me fier à mes intuitions ou mes sensations.

    > La préparation, les lavement m’ont pas mal enquiquiné avant de comprendre qu’a certaines heures l’anus était parfaitement propre et ne nécessitait aucun lavement. (une chose en moins pour se sentir plus libre)

    > L’Hélix ne m’a jamais procuré grand chose, le MGX était un peu mieux, j’ai donc eu mes premiers orgasmes en A-less, mais le MGx a tout de même sensibilisé la zone. (Ahh si le Progasm Jr était sorti à ce moment là…)

    > Le « on ne touche pas le pénis », bein… comme expliqué plus haut c’est comme ça que j’ai pu enfin réveiller ma prostate.

    > La carte du trésor, les super-O, certaines descriptions, que j’ai certainement vécu comme des passages obligés ou une forme de norme ou de performance, m’ont beaucoup perturbés en m’éloignant des sensations et du plaisir de l’instant quelque soit son niveau ou son intensité.

    Après une gosse période d’arrêt j’y suis revenu par une approche énergétique, en reconnaissant puis en faisant circuler librement les émotions ou encore les tensions corporelles (méthodes psycho-corporelles) ou bien par des exercices inspirés du Tantrisme (flûte creuse, mise en relation de certains chakras etc…) la circulation des énergies m’est devenue de plus en plus familière, et au moment ou je fais circuler ce qui est bloqué un spasme ou un orgasme énergétique se déclenche très rapidement. Le lien avec la prostate est évident car « l’explosion » qu’elle soit faible ou forte part toujours de la prostate-périnée comme si il s’agissait d’un réservoir à énergie sexuelle.
    Pendant longtemps j’ai pratiqué ces orgasmes énergétiques avant d’introduire l’Aneros ou le Pure-Wand « like »…
    Puis j’ai découvert le sourire intérieur tel que le décrit Mantak Chia, en le dirigeant vers certains organes ou parties du corps, les orgasmes énergétiques arrivent encore plus rapidement.

    En ce moment je laisse venir et vivre les fantasmes les plus inavouables, c’est un moteur très puissant à orgasmes, à condition de s’aimer pleinement, d’aimer toutes les parties de soi (la femme, l’homme, l’homosexuel, l’hermaphrodite…) comme on aime et on apprécie celle ou celui avec qui on fait l’amour…
    C’est pour moi le point le plus important, celui qui m’a tant bloqué (Mantak Chia en parle aussi au sujet de la masturbation) : ne jamais oublier de s’apprécier, de s’aimer, de se désirer, d’aimer son odeur, son corps, de s’envoyer régulièrement de l’auto-empathie de la douceur, du moelleux, des caresses, sans oublier toutes nos différentes parts qui symbolisent aussi les autres, la différence, le monde, l’univers… :-))
    Cela ne permets pas uniquement de jouir plus vite, plus fort, plus longtemps, cela permets surtout d’être dans la relation à soi, de se sentir heureux et en paix après les séances et c’est ce qui m’a longtemps manqué…

    #33429
    pcommeppcommep
    Participant

    Salut @aneveil,
    en fait, quand tu dis :

    ne jamais oublier de s’apprécier, de s’aimer, de se désirer, d’aimer son odeur, son corps, de s’envoyer régulièrement de l’auto-empathie de la douceur, du moelleux, des caresses, sans oublier toutes nos différentes parts qui symbolisent aussi les autres, la différence, le monde, l’univers… :-))
    Cela ne permets pas uniquement de jouir plus vite, plus fort, plus longtemps, cela permets surtout d’être dans la relation à soi, de se sentir heureux et en paix après les séances et c’est ce qui m’a longtemps manqué…

    Il s’agit de s’aimer et de se donner du plaisir, aussi intensément que si on était deux dans un seul corps. Se donner le plaisir que l’on donne à l’autre quand on est dans une relation sexuelle classique. Que ce soit l’esprit qui donne du plaisir au corps ou l’inverse, la dualité, même seul, doit être présente. En tout cas, c’est comme ça que le ressens. Mes orgasmes sont toujours provoqués par l’amant imaginaire de la femme que je suis dans ces moments de plaisir intense.
    Je pense que c’est ce que tu décris dans ce passage :

    En ce moment je laisse venir et vivre les fantasmes les plus inavouables, c’est un moteur très puissant à orgasmes, à condition de s’aimer pleinement, d’aimer toutes les parties de soi (la femme, l’homme, l’homosexuel, l’hermaphrodite…) comme on aime et on apprécie celle ou celui avec qui on fait l’amour…

    Des bises

    #33432
    aneveilaneveil
    Participant

    @pcommep
    Oui c’est bien ça !
    @pcommep

    aussi intensément que si on était deux dans un seul corps.

    Même trois, quatre, cinq 😉 car nous avons beaucoup de parts et de personnages en nous…
    Isabelle Padovani explique ça très bien dans ses vidéos autour de la CNV et des personnages multiples,
    En fait, à chaque part (ou personnage) corresponds un besoin, elle explique avec beaucoup d’humour et de bienveillance comment reconnaitre, écouter et communiquer avec ces différents personnages, répondre à leurs besoins sans qu’il y ait de conflits entre eux et que tous puissent s’exprimer et vivre en harmonie.
    Ce travail de CNV, de communication, ce langage particulier est le même en nous même (en nous m’aime…) qu’a l’extérieur de nous avec les autres…

    Je pense que les fantasmes spontanés sont l’expression de leurs besoins (ces parts de soi, ces personnalités). Un fantasme ne doit pas être forcément réalisé dans la vraie vie, il suffit de le reconnaitre pleinement, de les accueillir sans honte ni culpabilité et si en plus nous arrivons à les laisser vivre pleinement dans notre corps alors ça devient la fête, avec un feu d’artifice d’orgasmes 🙂

    #33433
    pcommeppcommep
    Participant

    Merci @aneveil, je ne savais pas qu’il existait un concept se rapprochant de notre expérience.
    Comme M. Jourdain, je faisais de la prose sans le savoir…
    En nous m’aime… excellent !

    #33437
    aneveilaneveil
    Participant

    @pcommep En fait ces concepts de « personnalités multiples » précisément 👨Multiples Aspects Intérieurs® (M.A.I.®) qu’a développée Isabelle Padovani autour de la CNV sont rarement utilisés dans l’expression de la sexualité, mais comme cela peut s’appliquer à tous les domaines de l’existence, je me dis pourquoi pas… 😉

    En nous m’aime… excellent !

    Ce n’est pas de moi… 😉

    Pour en revenir au traité, je voudrais préciser que je ne tenais pas à le critiquer, il fonctionne très bien et a aidé une grande majorité de personnes et Adam a passé beaucoup de temps pour le réaliser ce qui en soi mérite beaucoup de respect.
    Je constate simplement que cela n’a pas fonctionné pour moi (par contre ce forum a été pour moi un véritable coach et Andranéros a été d’une très grande aide), je ne fais pas de mon cas particulier une généralité, mais il me semble qu’il pourait y avoir des dizaines voir des centaines de manières très différentes pour enseigner le plaisir prostatique.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 22)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.