9 sujets de 21 à 29 (sur un total de 29)
  • Auteur
    Articles
  • #36410
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    @chaines la description de ta première session nocturne reprend tous les éléments des miennes à mes débuts. La notion de demi-sommeil est importante puisque c’est cet état qui te met « automatiquement » en situation de relaxation, de lâcher prise, de silence mental et d’hyper focalisation sur tes sensations prostatiques.
    Je suis en accord avec @bzo :

    La description correspond bien à du plaisir prostatique, sans doute pas encore goûté à son plein potentiel mais cela viendra

    J’ai testé de le plonger froid dans un bocal rempli de beurre de karité fondu, mais il s’entoure d’une couche de beurre beaucoup trop importante. En l’insérant, beaucoup de beurre s’échappe et je m’en met un peu partout.

    Mon truc est de remettre le masseur enduit au congélateur pendant quelques minutes pour figer le beurre de karité fondu. Dans ces conditions il est suffisamment collé au masseur pour passer l’anus avant de fondre. Pour faciliter le passage je masse mon anus avec le doigt et une toute petite noix de beurre de karité ; le massage fait fondre la noix et colle bien le beurre à la peau.

    Le beurre de karité est un corps gras végétal avec ces inconvénients. Le monde n’est pas parfait.

    Bon cheminement @chaines.

    #36417
    Chaines
    Participant

    la description de ta première session nocturne reprend tous les éléments des miennes à mes débuts.

    Je ne peux qu’espérer continuer à suivre la même voie que toi ! Et d’ailleurs, qu’est-ce qui t’a ensuite permis de continuer à progresser ? Je suppose faire en parallèle de ces nuits avec masseur des séances plus classiques (et plus conscientes donc) ?

    J’en profite également pour poser une petite question qui m’est venue lorsque j’ai essayé de retrouver cette grande vague de plaisir juste après : mieux vaut-il se focaliser sur les sensations apportées par le masseur (donc avec une analyse un peu froide, clinique), ou faire travailler ses fantasmes dans sa tête pour augmenter l’excitation ? J’avoue avoir du mal à faire les deux simultanément : si je laisse partir mon imagination, je ne suis plus concentré sur mes contractions et leurs conséquences…

    #36418
    bzo
    Participant

    mieux vaut-il se focaliser sur les sensations apportées par le masseur (donc avec une analyse un peu froide, clinique), ou faire travailler ses fantasmes dans sa tête pour augmenter l’excitation ?

    sans hésitation, pour moi, se focaliser sur le masseur, sur les sensations qu’il génère

    les fantasmes dans sa tête, cela n’a pas grand intérêt dans ce contexte

    #36419
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Tu demandes @chaines :

    qu’est-ce qui t’a ensuite permis de continuer à progresser ?

    J’ai fait, comme tu dis, en parallèle les 2 types de sessions, puis de moins en moins de sessions diurnes. Ça te donne la réponse. J’avais beaucoup de difficultés à être dans la bonne attitude en session diurne. Mes progrès sont quasiment tous apparus d’abord dans mes sessions nocturnes. Mais ce qui m’a surtout permis de progresser ce sont mon application et ma constance qui m’ont donné le temps nécessaire à l’appropriation de tous les principes et des techniques à mettre en œuvre pour atteindre les sensations orgasmiques.

    A ma manière, plus rapidement j’ai suivi un parcours qui ressemble à celui de @filou avec de longues périodes de « stagnation », des progrès infimes qui prenaient lentement de la consistance, quelques ruptures plus spectaculaires et enfin une accélération très nette de ma progression jusqu’à mon premier orgasme.

    Ce qui m’a paru intéressant après coup c’est que j’ai commencé à avoir des sensations A-less bien avant d’avoir vécu mon premier orgasme mais que je n’ai jamais identifié comme telles à l’époque parce qu’elles ne me procuraient aucun plaisir. Le plaisir sans masseur n’est apparu qu’après mes premiers orgasmes prostatiques avec masseur.

    Quand le masseur commence à produire ses effets, c’est sur ces effets que je me concentre. A ce stade de la session je n’ai plus besoin de fantasme…

    Bon cheminement @chaines.

    #36421
    Chaines
    Participant

    Merci @bzo et @Andraneros pour vos réponses.
    En passant, première conséquence de cette « vague de plaisir intense » dirons-nous, d’il y a deux jours : pour la première fois, j’ai une vraie impatience à refaire une séance (ou juste me recoucher avec le masseur). Très positif !

    #36526
    Chaines
    Participant

    Quelques nouvelles dix jours plus tard : plusieurs séances depuis (une ou deux vraies séances en réalité, mais surtout pas mal de nuits passées avec le masseur inséré), avec un peu de déception de ne pas avoir réussi à retrouver cette forte vague de plaisir. Point positif quand même, il me semble réussir un peu plus facilement à déclencher cette sensation de plaisir dans le bas ventre, simplement je n’arrive pas à la faire monter aussi haut et intense (loin de là) qu’il y a dix jours.
    Je n’ai pas non plus eu de nouveau des contractions involontaires, ni d’érections intenses dues au masseur (j’en avais eu plusieurs il y a quelques semaines, depuis plus rien). Après, ces dernières séances ont toujours eu lieu assez proches d’orgasmes éjaculatoires, c’est peut-être aussi une des raisons de cette apparente stagnation.

    Dernier point, je me suis plusieurs fois réveillé en nage, littéralement trempé de sueur au milieu de la nuit, ce qui ne m’arrive d’ordinaire pas. J’ai réalisé seulement aujourd’hui que ces épisodes coïncidaient probablement avec les nuits où je portait le masseur. Etrange non ? Certains d’entre vous ont déjà eu cet effet là ?

    #36527
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonsoir @chaines,
    Tu nous dis :

    Point positif quand même, il me semble réussir un peu plus facilement à déclencher cette sensation de plaisir dans le bas ventre,

    C’est une des caractéristiques de tes progrès. Pendant notre apprentissage nous ne battons pas des records de jouissance à tous les coups. Nous sommes nombreux à regretter que nos dernières sessions ne soient pas aussi explosives que celle qui nous a donné l’impression de passer quelques minutes au paradis de l’orgasme prostatique quelques jours ou quelques semaines plus tôt. Nous omettons souvent de constater que, même si le plaisir procuré par l’action du masseur n’est pas aussi intense, la sensation de plaisir vient quand même un peu plus rapidement dans la session ou plus facilement ou avec plus de régularité. Tu as raison de donner toute son importance à ce point.

    Je réponds à tes 2 dernières questions :
    1.

    Étrange ?

    Non.
    2.

    Déjà eu cet effet là ?

    Je n’ai pas eu forcément le même (ma chambre est peut-être moins chauffée que la tienne) mais je suis régulièrement réveillé ou à moitié réveillé par les réactions de mon corps aux effets de la présence d’un masseur. Je vis aussi des expériences de même nature sans masseur.

    Le plus souvent ces phases nocturnes évoluent avec l’arrivée de vagues de plaisir et d’orgasmes. Tu dois apprendre à reconnaître ces événements comme des phases actives de ta longue session nocturne entre des phases de sommeil profond. Peu à peu ton esprit associera les effets de l’action de ton masseur à la montée d’un véritable orgasme.

    Bon cheminement @chaines.

    #36528
    Chaines
    Participant

    Bonsoir @Andraneros, et merci pour tes réponses toujours aussi rapides que constructives !

    #38524
    Chaines
    Participant

    Plusieurs mois après mes derniers messages, je reviens donner quelques nouvelles, même si elles ne sont pas très positives…

    Changement de rythme de travail, je ne peut plus faire qu’une séance de temps en temps (peut-être juste une par mois) par manque de temps… et je dois aussi dire de motivation. Un cercle vicieux je pense : les séances ne sont pas très satisfaisantes (quelques rares montées de plaisir très fragiles et assez faibles), donc je suis moins motivé à en faire, donc je ne peux pas progresser dans les séances suivantes par manque d’entrainement.

    J’ai aussi arrêté de dormir avec le masseur, celui-ci me réveillant systématiquement au milieu de la nuit. Ayant déjà des problèmes d’insomnies et des grosses journées de travail, je ne peux pas me le permettre…

    J’ai quand même testé une séance en présence de ma compagne, avec consigne de faire monter l’excitation sans stimulation du pénis, mais je me rends compte qu’il faut que je reste très concentré sur le masseur : avec ma compagne, il y avait trop de stimulations autres (tactiles, visuelles, etc.), impossible de me concentrer sur le masseur.
    Par contre, nous avons découvert le pegging : vraiment sympa, mais pour l’instant une excitation plus intellectuelle que physique j’ai l’impression. Je ne sais pas si cette pratique, en stimulant la prostate de manière beaucoup plus forte, peut limiter les progrès lors de mes séances ?

    Enfin, LE gros point positif : mon parcours jusqu’ici, même s’il na pas été très fructueux niveau plaisir prostatique, m’a je pense permis d’être plus à l’écoute de mon corps et de commencer à sentir que lors d’un orgasme classique, l’éjaculation et l’orgasme en lui-même était deux choses bien distinctes. Même si je n’arrive pas à séparer totalement les deux, j’arrive maintenant à « entretenir » l’orgasme après l’éjaculation. Alors qu’avant mon orgasme pénien durait, comme tout le monde je pense, moins de 10 secondes, j’arrive maintenant avec pas mal de concentration à le faire durer 20, voire même 30 secondes après l’éjaculation. Je me trouve comme sur un plateau de plaisir qui descend très doucement, avec la sensation parfois que je pourrais même avoir un regain de plaisir, attraper un orgasme plus haut, après l’orgasme lié à l’éjaculation.
    Rien que pour ça, même si mon chemin sur la quête de l’orgasme prostatique s’arrête là, je trouve que ça aura valu le coup pour découvrir ça !

    Bon courage à tout ceux qui doutent sur ce chemin…

9 sujets de 21 à 29 (sur un total de 29)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.