Mots-clés : , ,

6 sujets de 21 à 26 (sur un total de 26)
  • Auteur
    Articles
  • #40152
    bzobzo
    Participant

    Dans mon cas, j’ai aussi un sentiment de vouloir pleurer, c’est vraiment étrange, mais les orgasmes semblent affecter mes sentiments profonds. Je deviens dans un état très émotif.

    oui, cela me fait aussi encore de temps à autre cet effet,
    c’est juste si beau, si abouti, si épanouissant, par moments

    @BZO, tu fais souvent allusion à un côté féminin. Dans mon cas, ma prostate touche ma féminité de plein fouet. Enfin, je la laisse aller, ça me fait du bien. Cette expérience me rend serein, calme, épanouie

    le plaisir prostatique nous permet d’accéder aux ondes au féminin,
    chacun y prend ce qu’il veut, certains se contentent d’injecter cette puissance dans leurs orgasmes,
    ce qui permet de les démultiplier, de les décupler,
    d’autres, comme toi aussi, apparemment, tu es plus sensible à toute cette richesse épanouissante que tu pressens,
    nos sensations sont comme des fruits mûrs qui ne demandent qu’à murir,
    à prendre des couleurs et des nuances toujours plus voluptueuses, plus riches, plus fines

    oui, au plus on se laisse aller au féminin qu’il y a là-dedans, au plus on l’accepte,
    au plus il y a moyen de de vivre une sensation d’épanouissement, d’éclosion, de vivre pleinement l’instant,
    de percevoir une extraordinaire complicité avec son corps,
    d’aller toujours plus profondément dans la découverte de soi-même

    enfin, c’est ma conviction intime

    #40153
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonsoir @bzo !
    Ça fait plaisir de revenir. Je n’ai rien vaincu. Je vais vivre avec mes problèmes de vue.
    Ma présence sera vraisemblablement moins régulière que ne l’était celle de Trump sur les réseaux sociaux mais je n’au pas été banni…
    Bon cheminement à toi.

    #40154
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Suite et fin 3/3
    Tu nous dis @gfeel :

    Il y a eu une première phase, à la fois intense, mais tout en subtilité : sensation de bien être, d’érotisme, de chaleur. Puis, cela est monté crescendo (j’ai vraiment l’impression d’avoir vécu cela comme l’ascension d’une montagne à pic) : mon pénis est devenu extrêmement dur d’un coup, et j’ai ressenti comme un intense orgasme classique mais à la différence que je le ressentais certes un peu dans le pénis, mais surtout beaucoup dans la prostate, les testicules, et en diffusion dans tout le corps… Cela a duré une bonne trentaine de secondes, peut être plus

    Tu as tout simplement fait l’expérience d’un bel orgasme prostatique.
    Tu enchaînes sans attendre dès le lendemain !

    ce fut un très bon moment. Un peu d’helix en fusil pour commencer, puis passage au progasm sur le dos. J’ai fait quelques petits mouvements du bassin (c’est ce que tu fais @bzo non?), vraiment subtile, alternés avec des moments de relaxation des muscles… Et hop, c’est parti !

    Quatre ans après ton premier message tu es tout aussi réceptif à la stimulation prostatique. Tu fais partie de nos amis qui semblent avoir une grande sensibilité à cette forme de stimulation. Je pense que tu fais partie de ceux qui peuvent pratiquer à la fois très souvent et dans des conditions très variées. La preuve :

    OLALA !
    PFIOU. Comme j’ai lu ici y a pas longtemps : « c’est sportif »…

    Je te conseille vivement de suivre ce que te dit @bzo. Tu me parais avoir les meilleures dispositions pour développer ton potentiel orgasmique bien au-delà de ce que tu commences à vivre.

    Bon cheminement @gfeel.

    #40167
    AvatarGfeel
    Participant

    Je vous remercie tous pour vos retour !

    En effet je me reconnais également dans tes interventions QCAnalBoy. Je vois très bien ce que tu veux dire quand tu as ce sentiment que cela peut être « trop ».
    Je dénote toutefois une certaine différence avec un certains nombre de témoignage, c’est que je ne ressens pas de « féminité ». Je ressens un certains « abandon », une certaine « passivité », mais je ne fais pas de lien avec la féminité. J’ai essayé, pour voir si cela m’aider à progresser mais à vrai dire, je ne savais même pas trop ce que cela voulait dire ^^’.

    Merci @andraneros pour ton analyse et tes commentaires, qui sont toujours aussi pertinents et constructifs !

    Sur les tétons, je dirais que cela a un peu évolué : en fait, je peux choisir si je connecte les tetons à mon pénis ou à ma prostate. C’est pas mal 😀

    En ce qui concerne les dernières séances, ce n’était pas transcendantale. Quelques vagues de plaisirs tout au plus. J’ai expérimenter d’allier la pratique à la consommation du poppers. Alors, cela déclenche effectivement une bonne grosse vague, mais suite à cela, difficile de repartir… Expérience donc peu probante !
    Egalement, je vois ce que tu voulais dire en disant qu’il faut ne faut pas « se concentrer sur » au risque de « se crisper » car c’est exactement ce qu’il s’est produit lors des dernières séances. Je suis là à me concentrer sur la sensation pour la faire « fleurir », cela donne l’illusion que ça marche un peu car effectivement, le plaisir monte un peu, mais dans le même temps, je me crispe complètement. Il faut être plus réceptif qu’attentif je crois… Ecouter sans tendre l’oreille ? Quel exercice ! C’est comme ne pas penser à un éléphant !!

    Je fais une distinction entre plusieurs types de contractions involontaires :
    – des petites contractions, presque des palpitations des muscles : cela part du périnée et peut se propager sur les cuisses, les fesses. Elles sont sympas, mais j’ai l’impression qu’elles viennent plus de la fatigue musculaire qu’autre chose,
    – des contractions amples, lentes et douces : ceux sont celles qui se déclenchent le plus facilement chez moi, c’est vraiment un « massage » de la prostate qui s’enclenche, je ressens le va-et-vient du masseur sur toute la longueur (alors qu’il bouge à peine en pratique),
    – des contractions un peu moins amples mais beaucoup plus brusques et rythmées que les précédentes: ce sont celles que tu décris comme venant à la fois du rectum, du périnée et du sphincter @andraneros, je pense. Pour moi, ce sont LES contractions, celles qui déclenchent les grosses vagues de plaisir. Mais elles sont aussi les plus difficiles à maintenir (au stade où j’en suis). A part les deux séances précédentes que j’ai décrit, elles sont comme ces pensées qui disparaissent dès qu’on les nomme…

    Je vais sans doute tenter une nouvelle séance ce soir, sans trop d’attente car j’ai la tête pleine de stress… mais profitons de l’intimité tant qu’elle est là !

    Enfin une dernière chose intéressante, j’ai partagé cette exploration avec mon compagnon qui a été très intéressé. Il est reparti avec mon Helix ! Je suis triste, il ne me reste donc que le progasm qui a tendance à s’enfuir… mais quel plaisir de l’imaginer sur le même chemin, et de pouvoir partager cela avec lui !

    #40170
    bzobzo
    Participant

    Je dénote toutefois une certaine différence avec un certains nombre de témoignage, c’est que je ne ressens pas de « féminité ». Je ressens un certains « abandon », une certaine « passivité », mais je ne fais pas de lien avec la féminité. J’ai essayé, pour voir si cela m’aider à progresser mais à vrai dire, je ne savais même pas trop ce que cela voulait dire

    il ne faut surtout pas forcer, cela doit monter de l’intérieur,
    si tu te laisses bien aller, si tu apprends à bien dialoguer avec ton corps,
    ta pratique prendra la direction la plus adaptée à tes besoins

    Il faut être plus réceptif qu’attentif je crois… Ecouter sans tendre l’oreille ?

    exactement, être à l’écoute, être attentif,
    c’est juste être réceptif, ouvert, juste savoir bien se laisser aller, sans rien chercher,
    c’est à ce moment qu’une autre forme d’écoute peut véritablement se mettre en place

    ce n’est pas une écoute, une attention, avec notre intellect,
    c’est en cela que cela nous est très inhabituel et qu’on y arrive très difficilement au début,
    mais une attention, une écoute, une concentration, avec tout notre corps,
    vers tout notre corps,
    pas de point précis, pas de point de focalisation en particulier

    cela donne l’impression parce que ce n’est pas avec notre intellect qu’on est attentif, qu’on est concentré,
    notre tête, au contraire, doit être le plus vide possible, aucune pensée, rien,
    pour reprendre une image que j’ai déjà utilisée assez régulièrement,
    l’intérieur de notre tête devrait être comme une éponge prête à s’imbiber
    et comme un relais par où juste transite toutes sortes d’informations, dans toutes les directions

    la concentration, une fois que tu es bien dans ta pratique,
    devra te donner l’impression qu’elle se fait toute seule, sans aucun effort,
    il y a focalisation mais pas par ton esprit,
    comme si elle se faisait avec ton corps uniquement,
    parce que tu te laisses complètement aller, tu le laisses complètement faire,
    comme s’il s’auto-observait à chaque instant,
    percevant l’ensemble et en même temps, le moindre détail , avec une acuité de plus en plus aiguisée

    #40177
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @gfeel, tu nous dis :

    chose intéressante, j’ai partagé cette exploration avec mon compagnon qui a été très intéressé. Il est reparti avec mon Helix ! Je suis triste, il ne me reste donc que le progasm qui a tendance à s’enfuir… mais quel plaisir de l’imaginer sur le même chemin, et de pouvoir partager cela avec lui !

    C’est un événement très important.
    • Quelle que soit sa réaction, indifférente, blasée ou enthousiaste, ce partage va nourrir ton propre cheminement et pourrait profondément modifier la qualité de votre relation.
    • Dans la mesure où la réaction de ton compagnon est favorable (tant pour son propre développement orgasmique que pour le tien) ce partage va amplifier ton excitation purement prostatique, t’encourager à t’y abandonner encore plus.
    • Tu vas être en mesure de le conseiller, de l’encourager, de l’aider à percevoir les premiers effets de son cheminement avant même peut-être qu’il n’en soit conscient.
    • Tu vas pouvoir parler de tes sessions et de tes sensations les plus intimes en face à face, ce qui est bien plus riche que de le faire sur un forum.
    • Dans le meilleur des cas vous allez partager votre cheminement. Quand on sait l’effet d’un cheminement en solo, on peut imaginer l’intensité à gagner en le partageant (pour mémoire ce qui s’est produit pour mon couple et pour celui de ^mikyo avec sa compagne).
    • Quand il constatera à son tour les premiers effets de son cheminement il me paraît évident que vos ébats vont en être considérablement enrichis.
    • Attention cependant ! Il est possible que vous n’ayez pas le même rythme de progrès vers les orgasmes prostatiques.
    ◦ Il est absolument nécessaire que le plus lent accepte sa situation sans aucune frustration ni jalousie, accepte que l’autre soit devenu capable de vivre des enchaînements d’orgasmes qui lui sont provisoirement inaccessibles.
    ◦ Il est absolument nécessaire que le plus lent reste confiant dans sa propre progression. Nous sommes tous différents et presque tous capables de devenir multi-orgasmique.
    Dernier point @Gfeel, profite des soldes (par exemple 2-0 % sur les masseurs Aneros chez lovehoney.fr)et rachète toi des masseurs, pour toi bien sûr mais aussi pour ton compagnon. Chacun vos masseurs, c’est très important pour votre santé.

    Bon cheminement @Gfeel.

    PS : Encourage-le à s’inscrire sur le forum ou sur le Discord La Sexosphère .

6 sujets de 21 à 26 (sur un total de 26)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.