Ce sujet a 92 réponses, 8 participants et a été mis à jour par Epicture Epicture, il y a 1 jour et 20 heures.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 93)
  • Auteur
    Messages
  • #27194

    Ch313
    Participant

    Je ne me sentais pas d’ouvrir une discussion avec mon problème. C’est compliqué, confus.
    Raconter mon histoire, c’est forcément impliquer ma compagne , de dévoiler son histoire et cela me pose problème.
    Sans son avis, son consentement, j’ai l’impression d’une trahison, le sentiment de violer son intimité. Je ne peux pas l’exposer comme ça. Je ne le veux pas.

    Mais comme je ne voudrais pas continuer à squatter le ‘petit journal’ de Jieffe je me lance.

    Cela fait plus de 16 mois que nous n’avons pas fait l’amour.
    Elle a dit qu’elle ne ferait pas le premier pas. Mes sollicitations précédentes ont été refusées.
    La dernière fois qu’elle ma masturbé (il y a 10 mois, à ma demande), elle a arrêté avant que je jouisse.

    Il y a une quinzaine de jours.
    Réveillé de bonheur par le chien qui aboie, je vais aux toilettes. Puis j’en profite pour poster une réponse à Jieffe sur son fil.
    Je me recouche avec l’Hélix sans objectif défini. Je me rendors illico.

    Sept heures, je pose doucement ma main sur son bras
    Je suis surpris, elle ne le retire pas, est-elle réveillée ? Je reste longuement en massant très légèrement pour m’assurer qu’elle se réveille.
    Je m’enhardi, je pose alors ma main sur sa cuisse. Elle ne bouge pas alors je remonte derrière sa fesse tout en la caressant avec légèreté. J’arrive à sa vulve, elle me laisse mettre un doigt sur ses lèvres que je masse doucement avec lenteur. Mais je n’irais pas plus loin, elle ne semble pas vouloir que je pousse mon doigt à l’intérieur.
    Alors je pose ma bouche sur sa cuisse, cela semble lui convenir car elle adapte sa position.
    Encore quelques lèchouilles et je peux mettre ma tête entre ses cuisses
    Je lèche sa vulve, son clitoris mais elle ne semble pas d’accord pour que j’insiste ; elle tient ma tête à distance.
    Puis elle m’attire vers le haut, je comprend qu’elle souhaite que je la pénètre. C’est une grande surprise pour moi. Je me redresse pur prendre une meilleure position, mais cette surprise m’a ‘ramolli’. C’est elle qui me caresse pour faire revenir l’érection à son maximum. Elle est bien mouillée. Elle tente de m’introduire en elle, j’accompagne ses doigts en poussant mon sexe.
    Mais ça ne rentre pas. Elle dit qu’elle a mal.
    J’ai rétréci dit-elle. Sur un ton plaisant je lui répond : tu manques d’entraînement.
    On reste longtemps dans cette position, mais je resterais ‘sur le pas de la porte’
    Je me mets sur le dos. Elle me masturbe un peu, je lui demande si elle veut bien me faire une fellation ; Non ! Elle m’abandonne à mon sort. Et commence à se lever.
    Je passe en mode ‘Solo’. Comme à mon habitude, en quelques secondes les spasmes commencent à me secouer, je gémis déjà. Elle n’est pas encore sortie de la chambre.
    Qu’est-ce que tu fais ? Me demande-t-elle. Je prends du plaisir lui-ai-je répondu en gémissant encore plus fort. Je sens mon désir s’intensifier.
    Elle sort en disant : ne cries pas. Puis Tu vas mouiller les draps, et elle insiste. Si tu taches les draps il faudra les laver. . . Plusieurs fois, ça me coupe mon élan.
    Je n’ai même pas le temps de me projeter dans mon ‘moi ( E ) ‘ que mon début d’orgasme s’arrête là. Deux heures ont passé. La ‘chute’ est un peu dure. Je n’arrive pas à interpréter son attitude, sa pensée, face à mon ‘action’. A-t-elle conscience de mon ‘voyage en solitaire’ ?

    A-t-elle eu un désir ? Ou a-t-elle voulu me faire plaisir ?
    Comment entretenir cette petite étincelle ? Ouvrir la discussion ?
    Je voudrais tant l’aider. Quand j’ai découvert la jouissance dans ma féminité j’ai tellement souhaité qu’elle puisse éprouver ce que je ressentais. Je suis malheureux de ne pas pouvoir partager mon plaisir. . .
    Le soir, on regarde la télé. Elle se lève pour aller se coucher. Quand je me lève à mon tour, elle me dit : je dors. Le message est clair, je ne vais pas l’accompagner.

    Quelques jours plus tard, j’essaye à nouveau quelques câlins. C’est un échec.

    Ce matin je me réveille, il est cinq heures. Je prends mon petit déjeuner puis je m’installe dans mon fauteuil. Et je laisse voguer mes pensées, hésitant à prendre le masseur. Finalement je décide de ne pas m’en servir. Je ne l’utilise pas souvent en ce moment. Je me laisse aller dans une profonde relaxation et très vite la chaleur inonde mon bas ventre.
    Me voilà dans mon univers habituel, les plaisirs s’intensifient, les orgasmes s’enchaînent. Jusqu’au squirting : j’aime ce petit jet chaud sur mon ventre. Je masse mon ventre avec ce liquide doux comme un huile légère, je caresse mes tétons avec. La jouissance se prolonge encore et encore. Je ne sais plus comment se finit ce voyage, mais je suis super relax, il est sept heures. Je savoure un moment de détente exceptionnelle.
    J’hésite à nouveau à chercher le masseur, je me sens d’humeur à repartir dans une nouvelle séance. Je ne sais pas comment l’idée me vient, mais finalement je retourne me coucher près d’elle. Sans le masseur.
    Il n’est pas encore huit heures, elle se réveille. Ma main prend la sienne, je la caresse doucement. Ses cuisses sont tout contre les miennes alors je les caresse. Mais elle interrompt ma progression. Elle me dit qu’elle a mal, qu’elle ne supporte pas bien mes doigts, et qu’elle a eu mal plusieurs jours après l’essais précédent.
    Je laisse ma main sur sa cuisse sans bouger. Elle pose alors la sienne sur mon pubis en le caressant doucement, tendrement. J’attends qu’elle vienne caresser mon sexe, mais elle ne semble pas décidée. Je patiente mais pas de progression.
    Alors je prends sa main doucement et je la glisse sur mon sein. Elle le frôle à peine, je ne sais même pas ce qu’elle touche, téton ou aréole, que je ‘décolle’ presqu’instantanément. Les tremblements m’envahissent, mon bassin sursaute. De son autre main, elle s’approche de mon sexe, mais s’interrompt, il faut mettre un ‘capuchon’. Alors elle commence à me masturber. Et je jouis, je crie, et je jouis encore. C’est un vrai feu d’artifice, je ne compte plus les salves. La position ne lui étant pas très confortable, je lui dis de se mettre sur le dos. Je me glisse alors entre ses cuisses. Elle continue à me masturber. Je m’installe ‘en ciseau’. Je ne suis pas en elle. Elle ne caresse plus mon sexe : c’est inutile. Je tremble de partout. Je crie, elle ne veut pas que je crie. Je suis une vraie lesbienne enflammée. Sexe contre sexe c’est le bouquet final. Je ne sais même pas comment on s’est ‘arrêtés’ j’étais rassasiée après cette heure de délires.

    Quel doublé j’en tremble encore. J’espère que cette dernière séance à deux sera une ouverture pleine d’avenir.
    Merci à Jieffe, Bzo, Andraneros

    #27218
    bzo
    bzo
    Participant

    tu nous manques ces derniers temps,
    tu devrais écrire des messages plus souvent par ici, tu te fais rare

    et puis que fais-tu hors du forum « aneros et plaisir prostatique », tu t’es égaré?
    tu appartiens par là, c’est ton gang, tes complices en crimes prostatiques,
    ceux qui sont spécialisés dans le même genre de mauvais coups que toi

    pas facile à vivre, comme je l’ai déjà écrit,
    je préfère encore être seul, sexuellement la frustration doit être terrible,
    d’être à côté de quelqu’un qui vous repousse plus ou moins,
    qui vous ignore désormais jusqu’à un certain point

    même si tu as tout le plaisir féminin en toi, à portée instantanément, prêt à se déployer,
    et que les jouissances que tu éprouves ainsi, sont infiniment plus puissantes
    que ce que tu pourras vivre en tant que mâle avec sa queue agissant

    mais il y a l’altérité, un autre corps, le corps d’un(e) autre,
    une toute autre aventure, l’aventure d’un(e) autre,
    des mouvements, des cuisses, des muscles, des muqueuses, des odeurs qui nous appartiennent pas,
    d’autres bras, un autre bassin, une autre peau, un autre sexe,
    pas à l’intérieur de nous celui-là, palpable, lèchable, celui-là,
    mais pas ressenti par nous, pas ressenti depuis l’intérieur par nous,
    la jouissance de l’autre, pas la notre, la jouissance de l’autre près de nous,
    la jouissance de l’autre tout près de nous en écho à la jouissance que nous portons en nous aussi,
    notre jouissance mais vécu par quelqu’un d’autre

    j’ai presque oublié à quoi cela ressemble tout cela,
    tellement longtemps que je n’ai plus couché avec quelqu’un,
    quelques années,
    j’essaie de me rappeler
    mais la seule femme qui me vient à l’esprit désormais pour l’instant,
    c’est celle qui est là dans l’ombre pour moi,
    prête à bondir à mon signal, venir me submerger, s’unir à moi,
    partager son plaisir, s’élancer vers le ciel avec moi

    #27222
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour CH313,

    Ton message m’inspire plusieurs réflexions:
    En préambule, je dirais que tu ne trahis pas ta femme, ni son intimité. Nous ne nous connaissons pas, nous ne nous sommes jamais rencontrés, vous pourriez être mes voisins comme des personnes que je ne croiserai peut-être jamais. Je rajouterais que tu as bien fait de créer ta propre discussion, pas tant pour ne pas squatter mon journal, mais surtout tu pourras y retrouver chronologiquement l’ensemble de tes messages et les réponses associées. Je pense que ce sera plus simple et plus clair pour toi.

    Voici donc ce que m’inspire ton récit.
    Je dirais qu’elle a toujours du désir, certainement pas suffisamment pour toi, mais il semble bien toujours présent.
    Il faut gérer ses douleurs. Il me paraît évident que si elle a mal, elle ne souhaite pas de pénétration, surtout si les douleurs subsistent plusieurs jours. En connaissez vous la cause? A t’elle été voir un gynécologue? Je pense que ce serait une première bonne étape. Il semblerait que ce soit nouveau?

    Avez vous discuté de son manque de désir? A quoi l’associe t’elle?
    A t’elle une quelconque rancune envers toi? Le fait de te masturber et de ne pas aller jusqu’au bout par exemple. C’est un peu cruel. Ou on le fait, ou on ne le fait pas, mais pas à moitié. Et ça les femmes en principe en sont conscientes.
    À quel moment vos rapports se sont espacés, ou arrêtés?

    Je voudrais tant l’aider. Quand j’ai découvert la jouissance dans ma féminité j’ai tellement souhaité qu’elle puisse éprouver ce que je ressentais.

    Si elle n’a pas de désir, elle n’a pas besoin d’aide. C’est souvent quelque chose que nous avons du mal à comprendre, nous autres hommes. Imagines que tu n’aies pas faim, mais vraiment pas faim, que ta femme se régale d’un plat et qu’elle veuille à tout prix que tu en manges, parce qu’il est si bon. Et bien pour moi, c’est un peu pareil.
    Maintenant que tu veuilles partager, c’est tout à ton honneur, mais si elle ne le souhaite pas, le partage n’auras pas l’effet voulu.

    La fin de ton message est très encourageant, montrant à mon sens qu’elle a encore du désir, l’envie de te faire plaisir et du contact charnel.
    Il vous faut résoudre ces problèmes de douleurs, qui sont assez fréquents si j’en crois les divers témoignages que j’ai pu lire.

    Ouvrir la discussion ?

    Oui, ça me semble vraiment indispensable.

    Bon courage CH313, et bon cheminement.

    #27225

    Ch313
    Participant

    Bzo 18 avril 2018 à 1 h 26 min
    tu nous manques ces derniers temps,
    tu devrais écrire des messages plus souvent par ici, tu te fais rare
    et puis que fais-tu hors du forum « aneros et plaisir prostatique », tu t’es égaré?

    Non, je ne me suis pas égaré mais j’ai mis quelques temps pour me décider.
    J’ai finalement suivi le conseil d’Andraneros.
    Je suis arrivé sur cet espace de discussion en ayant acheté l’Aneros et je m’y suis inscrit naturellement dans le forum traitant du plaisir prostatique
    Et je suis régulièrement les derniers récits des uns et des autres
    Maintenant je suis de plus en plus souvent ‘Aneroless’ et je viendrai certainement sur ton journal ‘troisième édition’

    Merci Jieffe pour l’intérêt que tu manifestes à mon problème. Même si je suis arrivé à ce point par la recherche du plaisir prostatique, la difficulté de partager des plaisirs sexuels avec ma compagne est bien indépendante.
    De son désir et de ses douleurs
    Comme je le disais au début de mon post, je ne sais pas s’il s’agit de son plaisir ou a-t-elle accepté ma ‘demande’ pour seulement me faire plaisir.
    Quant à ses douleurs, c’est la première fois qu’elle m’en parle. Et qu’elle m’en parle est une ‘première’ elle ne parle jamais de sexe ! Je ne sais donc si c’est récent.
    Comme je ne sais pas davantage si elle a ou n’a pas de désirs.
    Je ne comprendrais pas qu’elle ait une rancune à mon égard, d’autant qu’en général elle est très directe dans ses propos.
    Qu’elle m’abandonne en cours de route et de ne pas aller jusqu’au bout est récurent avec elle. Je ne sais pas le pourquoi de ce comportement.
    Il y a bien longtemps que nos rapports se sont espacés. Mais j’ai toujours espéré un renouveau. Quand ils sont devenus très espacés, j’ai pourtant fait des ‘appels’ indirects. J’ai ostensiblement consigné mes recherches sur internet. Elle les a bien vues. Elle n’a pas parlé des vidéos pornos mais de mes recherches de sextoys et sur les clubs libertins.
    Son appréciation sur les clubs : ‘c’est pour me ramener des champignons’ m’a-t-elle dit.
    Mais elle n’a pas exprimé d’autres choses. Je ne sais pas ce qu’elle en pense.
    Je suis donc dans le brouillard le plus épais.

    À plus

    #27227
    bzo
    bzo
    Participant

    Non, je ne me suis pas égaré mais j’ai mis quelques temps pour me décider.

    c’était une plaisanterie, bien sûr, tu es entièrement libre d’écrire tes messages où tu veux

    Maintenant je suis de plus en plus souvent ‘Aneroless’ et je viendrai certainement sur ton journal ‘troisième édition’

    j’ai hâte de te lire, de prendre connaissance de tes expériences en aneroless,
    avec ce que nous avons en commun, ce féminin, si ardent, si entièrement libéré lors de nos séances,
    j’ai hâte de comparer nos parcours

    personnellement je fais des progrès très intéressants,
    je suis plus loin du tout d’obtenir les mêmes résultats qu’avec masseur
    avec les énormes avantages d’avoir à ma disposition une flopée de nouvelles positions à expérimenter,
    du fait qu’il n’y a plus aucune restriction due à la perte d’efficacité du masseur dans beaucoup de positions,
    par exemple les jambes en l’air ou à quatre pattes, où le cul en l’air la tête dans l’oreiller,
    bien d’autres encore, assis, etc

    et puis la possibilité de pratiquer partout quasiment, devant mon ordinateur,
    en arrêtant quelques instants de manger, en prenant ma douche,
    voire au boulot dans les toilettes, la salle de gym,
    c’est splendide

    tu as du l’expérimenter
    mais on sent le féminin à l’oeuvre dans notre corps encore plus,
    cela me stupéfie à quel point le changement d’identité sexuelle durant la séance
    est encore ressentie plus fort qu’avec masseur
    et puis les contractions donne la sensation d’un pénis au travail d’un réalisme étonnant,
    on le sent aller et venir, c’est fou à quel point on le sent et il nous fait jouir,
    avec des variétés de mouvements, d’effets, beaucoup plus riches aussi

    mais je me rends compte que je pollue, que je parasite ton fil de discussion ici
    qui est dédié plutôt à tes problèmes conjugaux,
    je ne sens personnellement pas du tout qualifié pour intervenir sur ce sujet,
    n’ayant plus partagé ma vie avec quelqu’un depuis de nombreuses années

    #27233
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour CH313,

    Je ne suis pas professionnel, et ne suis peut-être pas du meilleur conseil, mais si je peux aider…

    je ne sais pas s’il s’agit de son plaisir ou a-t-elle accepté ma ‘demande’ pour seulement me faire plaisir.

    Difficile de répondre depuis ici, mais je dirais à la lecture de ton récit qu’elle l’a fait par désir et non pour répondre à ton attente.

    Puis elle m’attire vers le haut, je comprend qu’elle souhaite que je la pénètre… C’est elle qui me caresse pour faire revenir l’érection à son maximum. Elle est bien mouillée. Elle tente de m’introduire en elle

    Pour moi, tout cela relève du désir. À mon sens, si son objectif était de répondre à tes attentes, elle n’aurait pas insisté.

    Quant à ses douleurs, c’est la première fois qu’elle m’en parle. Et qu’elle m’en parle est une ‘première’ elle ne parle jamais de sexe !

    Et bien il faut à mon sens rebondir la dessus. Vous avez à ce que je comprends de tes écrits un gros problème de communication dans ce domaine. Il faut à mon sens si tu veux faire quelque chose pour elle chercher la discussion, doucement, sans l’effrayer, avec bienveillance.
    Le fait qu’elle t’en parle est peut-être un appel à l’aide. Comme elle a du mal à s’exprimer d’elle même sur ce sujet, elle compte sur toi pour déclencher la discussion par cet appel.
    Mais il va falloir y aller doucement, prudemment, ne pas l’effrayer. Il est même probable qu’elle interrompe la discussion ou même qu’elle la refuse dans un premier temps. Il ne faudra pas insister, mais y revenir de temps en temps, sans être insistant, quand tu sentiras le bon moment.

    Comme je ne sais pas davantage si elle a ou n’a pas de désirs.

    Compte tenu de ce que tu écrits, je dirais qu’elle en a toujours, mais la douleur l’empêche de franchir le cap.

    Qu’elle m’abandonne en cours de route et de ne pas aller jusqu’au bout est récurent avec elle. Je ne sais pas le pourquoi de ce comportement.

    Ça c’est curieux. Je n’ai pas connaissance de comportement pareil. Lui as tu demandé la raison?

    Il y a bien longtemps que nos rapports se sont espacés

    C’est malheureusement le lot de nombreux couples.

    Je suis donc dans le brouillard le plus épais.

    Je crois que véritablement le brouillard commencera à se dissiper dès lors que vous commencerez à communiquer. Vous pouvez vous faire aider d’un sexothérapeute, ou d’un thérapeute de couple.

    Bon courage CH313, tiens nous au courant.

    #27260

    Ch313
    Participant

    Insensé ! Lirait-elle dans mes pensées ce que je rapporte ici.
    Hier soir
    C’est elle qui vient contre moi et poser sa main sur mon épaule.
    Je ne pourrais pas la caresser mais après avoir mi un ‘capuchon’ elle me masturberas jusqu’au bout. Elle m’a fait jouir plusieurs fois. Je ne pensais pas que ce soit possible. Ça mériterait un CR détaillé (mais je n’ai pas pris mes notes à temps).
    Ça n’était jamais arrivé.
    Dans la journée je lui ai demandé comment elle avait eu envie ou pourquoi. Elle ne sais pas expliquer, mais elle ne l’a pas fait ‘à l’insu de son plein gré’ m’a-t-elle dit.
    Elle n’est pas ‘prête’ pour que je puisse lui ‘faire plaisir’.
    Je souhaite qu’elle recommence au plus vite.

    Enfin une lueur d’espoir.

    #27269
    bzo
    bzo
    Participant

    ah ben voilà, comment quoi la lumière est au bout du tunnel…

    rien ne vaut le travail manuel, ma muse aussi sans cesse me le murmure,
    l’artisanat dansant, l’artisanat amoureux des doigts jouant sur la peau

    je suis heureux pour toi, @ch313

    #27275

    Ch313
    Participant

    Merci Bzo,
    Il faut que je garde ce ‘contact au chaud’
    Ce matin j’ai eu (droit) à un long câlin très tendre elle m’a fait jouir plusieurs fois sans même qu’elle touche à mon sexe. J’ai bien mouillé ma culotte (au sens vraiment réel). Ma sensibilité lesbienne m’a transportée quasiment à l’orgasme, pas encore la totale car je me suis retenue de crier. Jusqu’à lors elle elle ne veut pas que je crie.
    Quel moment merveilleux et pourtant si simple.
    Si elle savait comment mon intimité totalement féminine l’a accueillie complètement transcendée par sa tendresse. J’en redemande !
    La braise si profondément enfouie pourra-t-elle resurgir ? Serrait-il le temps d’un fabuleux voyage de noces ? C’est mon plus grand désir.
    Quel apprentissage qui m’invite à l’humilité. Tout un cheminement à ré-inventer.
    À un moment on a évoqué la peur. Maintenant j’ai peur de me tromper dans ce que je vais faire, d’en demander trop, de ne pas trouver le bon chemin.
    C’est une révolution ! Timide, certes, mais j’ai hâte qu’elle explose.

    #27280
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Bonjour ch313
    Je suis un peu dans la même situation que toi. Les periodes d’ouverture succedent aux periodes de fermeture. La notion de douleur est intimement personnelle. L’acte sexuel peut etre vecu comme un acte douloureux. Cependant il reste toujours une lueur de désir qui, aussi faible soit-elle jamais ne s’éteint. J’ai repéré le moment ou l’ouverture est la plus grande. Il correspond à celui qui se trouve juste entre la fin des règles et le debut de l’ovulation. C’est le moment le plus favorable pour tenter une approche. Les autres moments sont moins favorables. Cependant, une percée du desir peut survenir n’importe quand. Il est fondamental de rester humble et d’être dans le respect absolu de ses dispositions. Le fait de maitriser le massage anerosless est un atout majeur qui permet de ne plus mettre sous pression. De ne plus souhaiter la penetration comme fin ultime mais comme opportunité dune danse. Si elle n’en exprime pas le desir il ne faut pas insister. Pour ce qui me concerne j’aime bien utiliser la metaphore de la danse ou chaque partenaire à son rôle a jouer dans le tourbillon dans lequel chacun est entraîné, a travers le mouvement de va et vient, tant du penis dans le vagin que du vagin autour du pénis. Nous sommes trop conditionnés à devoir poser nos couilles sur la table pour montrer qui est le mâle (pour ne pas dire mal) dominant, si tu vois ce que je veux dire. C’est à la condition d’un reequilibrage des rôles que vous parviendrez à vivre de nouveau sur le mode de la decouverte, et non comme avant. Manifestement tu as encore beaucoup de chose a decouvrir d’elle, et elle de toi. Si c’est le cas, nous sommes en effet dans une situation similaire. J’ai beaucoup appris du massage prostatique et du plaisir anal, et étrangement nous nous sommes rapprochés ma femme et moi. Elle ne présente pas un appetit sexuel debordant, mais sa bienveillance a mon egard et sa tendresse sont des cadeaux que j’ai appris à apprécier à leur juste valeur c’est-à-dire inestimable. Et nos ébats sont emprunts d’une telle delicatesse que jen frémis a y penser. Cela ne peut se faire que dans un grand respect mutuel.
    Bon cheminement a toi ch313

    #27331

    Ch313
    Participant

    Merci Epicture,
    Il y a bien longtemps que les rythmes naturels n’ont plus cours. L’ouverture se résume plutôt à une fois tous les deux ans, ou presque. Elle n’a pas de désir, elle ne sens pas prête, elle le dit clairement. Depuis plus de dix ans elle vit sous la chape du cancer. Il n’est pas certain que la dernière intervention de reconstruction récente soit vraiment la dernière phase. La remise en forme du mental n’est pas pour tout de suite.
    Je ne peux que prendre patience.

    #27334
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Oui je comprends. Patience et comprehension. Moi je me mets en offrande comme un delice dans une coupe. Je n’attends plus. La stimulation prostatique est la part feminine que je désire. Certains pourraient trouver cela triste, car c’est pauvre en echange. Je ne le pense pas. La richesse des echanges c’est un truc de business man. Il y a toujours un intérêt. Pour ce qui me concerne, c’est gratuit.
    Bon cheminement ch313

    #27356
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour Ch313,

    Depuis plus de dix ans elle vit sous la chape du cancer.

    Et oui, ça doit être loin d’être simple pour elle. Son esprit tout entier est occupé à tout autre chose que son plaisir, et du tien également, bien que je sois persuadé qu’elle doit être contrariée de te faire vivre ce qu’elle te fait vivre. Mais je pense qu’elle ne peut faire autrement.

    Dans la journée je lui ai demandé comment elle avait eu envie ou pourquoi. Elle ne sais pas expliquer, mais elle ne l’a pas fait ‘à l’insu de son plein gré’ m’a-t-elle dit.

    Tu vois, il reste des étincelles de désir. C’est super, je suis content pour toi. Peut-être qu’elle commence à se libérer peut à peu de cette chape de plomb qu’elle a endossé il y a 10 ans. Si elle en est à l’étape de la reconstruction, c’est que le plus dur est fait.
    Ceci dit, l’opération est assez récente, elle peut-être encore des douleurs, ou elle a peur de choc lors des ébats.

    Ce matin j’ai eu (droit) à un long câlin très tendre

    C’est super de lire ça. Tu vois, le désir est toujours là.

    Maintenant j’ai peur de me tromper dans ce que je vais faire, d’en demander trop, de ne pas trouver le bon chemin.

    Et je pense que tu as raison d’être méfiant. Il va te falloir être patient et prévenant, ne rien demander et laisser venir. Je pense que c’est la meilleurs solution, qu’elle avance à son rythme.

    Content de lire que les choses s’arrangent pour toi CH313.

    #27357

    Ch313
    Participant

    Quelques nouvelles de ma santé.
    J’ai quelques inquiétudes, en urinant un gros caillot est sorti. Je l’ai vraiment senti passer et je l’ai même récupéré en partie. Deux mois après l’intervention cela me parait anormal.
    Aussi je me pose la question de savoir si des contractions trop violentes pourraient engendrer de nouveaux saignements. Au toucher je la trouve encore plus petite et plus difficile à débusquer.
    Il me faudra être plus vigilant à l’avenir.
    En effet après la miction le reliquat dans ma vessie et très important. Ce qui favorise les infections et la stagnation des caillots ou des calculs. L’urologue m’a parlé de la possibilité de l’auto sondage. Il serait nécessaire surtout si un plus gros caillot venait à bloquer l’urine. Il faut donc que j’envisage cette éventualité sérieusement. Je m’y prépare.
    Mais le côté positif mes analyses sont bonnes. Le PSA est revenu à une valeur inférieure à celle correspondante à mon âge. L’insuffisance rénale aussi est juste à la limite. Enfin l’analyse des morceaux de prostate n’a détecté aucune trace de cellules cancéreuses.
    Pas d’inquiétude m’a assuré l’urologue : on se revoit dans un ans.

    #27360
    bzo
    bzo
    Participant

    J’ai quelques inquiétudes, en urinant un gros caillot est sorti. Je l’ai vraiment senti passer et je l’ai même récupéré en partie. Deux mois après l’intervention cela me parait anormal.

    tu devrais contacter ton urologue de toute urgence pour avoir son avis
    avant de tirer une quelconque conclusion et de m’alerter pour rien

    je comprends tes inquiétudes, mon père est mort d’un cancer de la prostate
    alors je surveille cela aussi de très près

    #27369

    Ch313
    Participant

    Pas d’inquietude inutile, les saignements peuvent durer jusqu’à six semaines ( voire plus ) et la cicatrisation aussi. D’ailleurs, une fois sec, cela ressemble beaucoup plus à une grosse croute qui a mis du temps à se détacher. Je l’ai peut être solicitée trop tôt et bien trop souvent même si je n’ai pas utilisé de masseur pendant tout un mois. Au toucher, je dirais que ma prostate n’est pas plus grosse qu’une noisette. Assurément, je n’en obtiendrait plus jamais de sperme. Par masturbation j’ai bien la sensation de l’éjaculation et le plaisir qui va avec. J’ai aussi le liquide séminal qui vient dans les phases de désirs et surtout dans mes orgasmes féminins. Tout va bien!
    Seule la rétension d’urine est à gérer. Pour l’instant boire beaucoup pour uriner souvent renouvelant ainsi la quantité restante est la meilleure prévention. Petit inconvénient: la gestion des pauses pipi. Les consignes étant de se retenir le moins possible et de ne pas forcer pour evacuer davantage, ma vessie étant déjà bien (trop) fatiguée. Le confort de vie ne devrait pas être dégradé. Pour l’instant, médicalement parlant tout va bien.
    À plus

    #27370
    bzo
    bzo
    Participant

    de m’alerter pour rien

    il fallait lire ici de t’alarmer pour rien,
    j’espère qu’il n’y a pas de malentendu, désolé de la coquille

    #27372

    Ch313
    Participant

    No problème

    #27387

    Ch313
    Participant

    Rassasiée après ma séance très matinale, je retourne me coucher.
    Six heures et demi, ma compagne se réveille, va aux toilettes puis revient.
    Au bout de quelques minutes je vais me lever.
    Elle pose sa main sur mon flanc pour me retenir, je me recale dans le lit. Elle se rapproche, se colle à moi, me caresse le ventre. Je frémis, les spasmes démarrent. Je pose ma main sur son genou, elle s’éloigne, le message est clair, je ne peux pas la toucher.
    Mais elle poursuit ses câlins toujours sur le ventre. Elle ne semble pas vouloir descendre sur mon pubis. Alors je change de stratégie. étant en érection je mets un préservatif.
    Ce devait être cela qu’elle attendait, car aussitôt elle prends mon sexe en main.
    Elle se resserre contre moi, mon sexe contre sa cuisse elle me masturbe longuement. Je m’abandonne à ses caresses. Je commence à jouir, je gémis. Je la laisse faire, les spasmes m’envahissent je tremble de toutes parts, je crie, elle me rappelle à l’ordre je dois me contenir. Je jouis encore plusieurs fois mais chaque fois que j’arrive aux cris il faut redescendre.
    Bientôt une heure que cela dure, elle me dit qu’elle veut encore dormir un peu et me lâche, m’abandonne. Dommage que le masseur n’est pas à portée.
    Je ressors alors le gode, je me l’introduit doucement la pénétration m’est très agréable.Je teste des va et vient mais le plaisir ne monte pas.
    J’arrête là les festivités, je me lève.

    #27396

    Ch313
    Participant

    Écoulements

    Plusieurs fois au cours de mes séances, j’ai constaté des écoulements surtout dans mes ébats féminins. J’éprouve du plaisir à me recevoir et plus récemment me regarder quand c’est possible.
    Il n’y a pas très longtemps que cela est apparu. Pour mieux comprendre, j’ai pris ou du moins essayé de prendre en vidéo ces émanations. Les contrôles nécessaires pour tenir le smartphone font que le résultat n’est pas terrible comme je tremble beaucoup même si j’essaye de calmer mes spasmes. Ce serait beaucoup mieux si quelqu’un d’autre pouvait tenir la ‘caméra’. De même quand je tiens la tablette, je ne peux pas me caresser le ventre avec ce liquide.
    En général je ne suis pas en érection. Les toutes premières goutes, je ne les sens pas mais déjà elles mouillent mon gland, coulent doucement sur mon ventre. Les spasmes augmentent, les contractions aussi, je sens alors des goutes glisser dans mon urètre. Elles sont plus importantes en volume et se répandent sur moi. C’est transparent, huileux à souhait, je l’étale sur mon ventre. Je jouis de mes caresses.
    J’approche l’orgasme, mes jambes tremblent sans fin, les contractions sont plus puissantes. Ce n’est plus quelques goutes mais de petits jets au rythme des contractions. Deux puis trois. Le liquide est déjà plus fluide mais toujours assez transparent. Je les sens bien se répandre sur mon ventre avec leur chaleur. L’orgasme continue, mais les écoulements se tarissent. Je me masse le ventre avec cette mixture.
    Au bout de quelques minutes, les écoulements reprennent plus importants plus puissants aussi. Mais la couleur devient plus jaune, incontestablement il y a beaucoup d’urine.
    Après une phase de calme relatif, je repars aux petits jets très clairs et recommence un nouvel orgasme, je m’inonde carrément.
    Et cela peut recommencer une troisième fois.
    Parfois j’ai une légère érection, et les jets importants m’arrivent au sommet de ma poitrine sur mes seins, j’en jouis beaucoup j’ai l’envie folle que ça recommence. C’est même arrivé une fois au visage sur ma joue.
    Je me rappelle que cela m’était arrivé une fois (il y a bien longtemps) où elle m’avait masturbé avant de partir au boulot, j’avais éjaculé jusqu’au cou. Ça n’est arrivé qu’une seule fois.
    Après retour au calme quand je me nettoie, m’essuie, une goute ou deux perlent encore à mon méat. Et pendant quelques minutes encore mouillant mon caleçon ou laissant un grand fil jusqu’au sol.

    J’ai essayé une nouvelle séance avec l’intention de filmer. J’ai passé beaucoup de temps sans que rien ne se passe, ça ne marche pas sur commande.
    J’ai donc pris l’Helix à la rescousse. Je ne suis pas arrivé à un bon niveau d’excitation, mais j’obtiens quelques petites émissions par deux fois.
    Finalement je choisis de me masturber. Et sans avoir une jouissance énorme, j’éjacule vraiment, je n’en crois pas mes yeux, du sperme jaillit mouillant mon T-shirt que j’avais pourtant bien relevé. La vidéo que je regarde tout de suite me confirme bien ce liquide blanc même si elle est très floue en majeure partie.
    La convalescence de ma prostate ne devait pas encore être terminée quand récemment j’ai expulsé une grosse croute .

    Voilà c’est mon vécu. Bien qu’elles soient assez mauvaises, j’aime regarder ces vidéos. Regarder les jaillissements de mon sexe me ravit.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 93)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.