Ce sujet a 65 réponses, 7 participants et a été mis à jour par bzo bzo, il y a 6 mois et 3 semaines.

6 sujets de 61 à 66 (sur un total de 66)
  • Auteur
    Messages
  • #33305
    bzo
    bzo
    Participant

    moi je comprends bien ce qui manque à notre cher @ch313,
    je comprends, enfin je crois

    il y a une espèce de contact avec son corps qui lui manque,
    malgré la puissance de tout ce qu’il vit,
    ce n’est, je crois d’après ce que je comprends,
    pas assez ancré dans sa chair, il aimerait ressentir ses organes dans cette fête,
    leur participation à celle-ci

    et plus particulièrement sans doute cette fameuse prostate
    dont nous écrivons tant par ici, que nous estimons tant

    cela peut sembler tellement basique, tellement aller de soi,
    tellement dans la nature des choses chez l’extrême majorité des gens
    mais chez @ch313, cela ne l’est sans doute pas, un phénomène rarissime,
    une sorte d’insensibilité au corps

    certains ne ressentent aucune douleur, on peut leur enfoncer des clous dans la chair,
    ils ne sentent rien,
    c’est un peu du même ordre, je suppose

    c’est quelque chose de tellement spécial, tellement à part,
    que c’est vraiment difficile à appréhender pour tout un chacun
    et sans doute très difficile et très frustrant à vivre par moments

    mais d’un autre côté, il y a cet accès total à toutes les énergies sexuelles en nous,
    cette capacité à les embraser à volonté,
    à vivre dans ce corps malgré tout, des expériences sexuelles tellement spéciales, tellement totales

    ton corps est là tout de même avec toi dans ta jouissance, @ch313,
    d’autres fois tu as conté à quel point tu baignais dans le liquide pré-séminal,
    que tu en étais complètement mouillé, c’est donc bien que ton corps participes,
    éprouve du plaisir,
    ce n’est pas quelque chose d’abstrait, totalement détaché de lui
    mais bien profondément éprouvé aussi par ta chair
    mais c’est peut-être là que se situe la problème,
    ton corps est d’un côté, jouissant de son côté et toi d’un autre,
    c’est le contact entre les deux qui manque,
    les passerelles entre les deux
    mais j’extrapole peut-être là

    #33456
    Avatar
    Ch313
    Participant

    Bonjour

    Andraneros, tu synthétise bien mon problème :
    Il y a les deux états fonctionnels :
    • que quand tu vis ton fantasme, . . . et
    • et que quand tu vis ta jouissance . . .

    Assurément, dans la jouissance, le cerveau est totalement hors jeu. Le corps est seul maître à bord. Le conscient n’est plus atteint par les sensations ; c’est pour ça qu’à ce stade je n’arrive plus à décrire ce qui se passe, ce que sont mes sensations.

    Quand je suis dans le fantasme, c’est effectivement le cerveau qui ‘mène le jeu’
    Et c’est dans cet état que je n’arrive pas à ‘trouver’ ma prostate. Je n’arrive pas à imaginer, créer, des sensations avec cet organe ; la stimulation mentale ne marche pas plus que la stimulation physique. Comme s’il avait une sorte de blocage dont je n’arrive pas à déterminer la cause.

    Bzo résume bien la situation quand il dit :
    il y a une espèce de contact avec son corps qui lui manque, . . .

    J’ai une forme d’insensibilité corporelle. J’en ai déjà parlé plusieurs fois.
    C’est une chose que je ne maitrise pas mais je ne pense pas que ce soit un gros problème puisque je peux avoir les sensations vaginales sans vagin physique donc sans sensation réelle. Le blocage doit venir d’ailleurs.

    Quand je lis les derniers post de Naomi je suis jaloux.
    « Et progressivement, alors que je n’y prêtais pas trop attention, j’ai senti la prostate s’animer d’elle-même, . . . » Nous dit-elle
    (https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/journal-dun-prostatomane-v-aneroless-age-dor/page/10/#post-33405).
    Je t’envie.
    Je voudrais tant que cela m’arrive, c’est ma quête actuelle.

    Je fais l’état des lieux sur mes potentiels féminin et masculin.
    Je suis très bien dans ma nature féminine. Pierrette est particulièrement comblée.
    Hétérosexuelle avec Pierrot, elle profite de tout ce qu’une femme peut désirer.
    Lesbienne à souhait, elle apprécie les douceurs féminines de ses amantes.
    Elle aime a partager tout son corps pour des sensations des plus exaltantes avec de multiples amants et amantes.
    Pierre en est addict et profite d’une vie intérieure fabuleuse.

    Pierrot aime les plaisirs péniens. Les longues caresses intenses et langoureuses qui apportent leur lot d’orgasmes continus tout comme les chaleurs buccales et les langues consciencieusement affairées de ses amants ou amantes. Il se sent bien ‘bi’.

    Pierrot est un amant heureux avec Pierrette. La duplicité dans laquelle se fond la complicité provoque un déferlement de sensations explosives. Chacun se sent ‘être l’autre’ simultanément comme si les nerfs de l’un aboutissait au cerveau de l’autre.
    Cette intime connexion explose dans des milliers d’étoiles éblouissantes.
    Pierrot est à l’unisson avec Pierrette pour partager ces bonheurs avec des partenaires occasionnels(elles). Peut-être le désir inconscient de de vouloir convaincre le monde de cette possible extase absolue.

    Pourtant dans cette sexualité fabuleuse il manque un volet en ce qui concerne la sodomie.
    Pierre n’atteint pas le plaisir à recevoir des stimulations anales.
    Dans toutes mes vies virtuelles cela n’est pas encore arrivé à Pierrot.
    J’imagine, peut-être à tort, qu’il y a un rapport entre mon psychisme et mon physique. Je suis toujours en quête de sensations de ma prostate et dans mes ‘délires’ je n’ai pas non plus ‘d’expérience’.
    Ce manque me perturbe voire m’agace. Peut-être que j’y attache trop d’importance.
    Pourtant les fantasmes ne manquent pas. J’aimerais me faire doigter, sodomiser ; j’imagine une rencontre en club ou un auto-stoppeur entreprenant et même un pegging.
    Dans la vie réelle je souhaiterais que ma compagne ait envie de me doigter. Mais je rêve. . .
    Salut à tous

    #33581
    Avatar
    Ch313
    Participant

    Bonjour
    Ce matin, je me réveille de façon inhabituelle
    Je suis déjà en transe, des spasmes m´ agitent, je suis en érection.
    Suis-je au sortir d’un rêve sexuel ou sont-ce les spasmes qui me réveillent ?
    Mais le désir est bien présent, j’ai envie de m’offrir du plaisir.
    Je ne veux pas réveiller ma compagne. Il faut que j’apaise ce spasmes.
    Alors je me mets à me palper à pleine mains ce que je ne fais jamais.
    Les seins, les cuisses, les parties génitales comme pour étouffer les débordements d’énergie mais cela ne fait que les disperser dans tout le corps.
    Je pense à la pratique que Bzo nous raconte (salut à toi, je suis toujours régulièrement tes récits), je ne croyais pas que je le ferai un jour, je n’en ressentais pas le besoin et n’en éprouvais pas de plaisirs . Mais je pense aujourd’hui partager tes sensations.
    La chaleur montant dans mon corps et les spasmes revenant, je décide de me lever.
    Je déjeune, mais cela ne me détourne pas de mes désirs alors je m’installe dans mon fauteuil. Je malaxe mes seins, je sens mes joues rougir : Pierrette est bien chaude.
    J’ai envie de me sentir pénétrée, alors sans réfléchir j’introduis le Progams.
    Les tremblements me surprennent, les contractions vont et viennent au point que au point que le Progams ressorte plusieurs fois, il faut que je le retienne avec mes doigts pour ne pas le perdre. Mais c’est peine perdue, il s’éjecte violemment. Je suis en pleine extase orgasmique pendant plusieurs minutes, incapable de contrôler quoi que soit.
    Mais je veux encore me sentir pénétrée c’est tellement bon. Alors je prends un gode plus conséquent que le Progams, je suis tellement mouillée que je l’introduit sans difficulté même sans lubrifiant. L’orgasme étouffe à nouveau ma conscience, je suis complètement disjonctée, disconnctée, en proie aux vagues orgasmiques successives.
    Lasse de devoir tenir le gode pour qu’il ne s’échappe pas, je reprends le Progams et je l’introduit en plus du gode sans difficulté tellement je suis mouillée.
    Je me cale encore plus dans mon fauteuil, je n’ai plus besoin de tenir mes accessoires.
    Je m’abandonne avec délices à cette double pénétration. Pierrot est bien là.
    Je prends son (physiquement mon) sexe dans mes mains. Je l’accompagne dans ses mouvements. Je tempère sa fougue, ses mouvements deviennent plus lents. Il sort, il rentre langoureusement de plus en plus profondément. Mon bassin ondule à sa rencontre.
    De temps en temps en je glisse son sexe sur mon ventre jusqu’entre mes seins puis je caresse mes lèvres avec pour me l’introduire à nouveau, il se masturbe entre mes mains et mon vagin, c’est lui qui accompagne mes poussées jusqu’au plus profond de moi pour orgasmer à nouveau. Je le, me, tripote en tous endroits, nous nous serrons jusqu’à ne plus savoir ce que nous serrons. Je suis lui, je suis elle et pourtant je suis un, moi unique.
    Jusqu’à ce que je retombe dans la langueur océanique d’une tendre béatitude.
    Après quelque minutes je range mes accessoires juste à temps car ma compagne s’est réveillée et vient déjeuner, une heure plus tôt que d’habitude. Quelle chance de ne pas m’être fait surprendre, elle ne sait rien de mon parcours.
    La matinée est passée et j’ai encore des sensations qui vont de mes cuisses jusqu’à ma bouche, mes lèvres comme si un canal les reliait avec un désir lancinant qui me fait monter des larmes.
    Salut à tous

    #33583
    bzo
    bzo
    Participant

    hé hé, je vois de mieux en mieux comment tu fonctionnes,
    en même temps qu’il semble que toi, tu as un peu (ou beaucoup?) vécu des moments similaires aux miens
    en te caressant, en bougeant, un peu comme je le fais

    ton imagination, tes fantasmes, tu les vis directement dans ta chair
    parce que tu ne fais plus qu’un avec celle-ci,
    ton cerveau se trouve partout dans ton corps

    en tout cas, on est quelques uns par ici à vivre
    la formidable puissance de ces ébats du masculin et du féminin en nous,
    à les vivre essentiellement du côté du féminin,
    le masculin ne servant que comme détonateur

    je pense tout particulièrement à toi, à @aneveil et à @pcommep,
    il y a aussi notre chère @envole, bien sûr mais son cas est bien sûr à part,
    quelques autres aussi sans doute, j’en oublie sans doute quelques uns

    #33597
    pcommep
    pcommep
    Participant

    Et oui, heureux nous ;))) Que notre expérience serve à d’autres, éveille des désirs et des plaisirs.
    @envole n’est pas à part. Ou sinon, nous sommes tous à part, chacun dans sa spécificité, chacun dans sa sexualité. Comme dirait l’autre,
    Doutez, si vous voulez, de l’être qui vous aime,
    D’une femme ou d’un chien, mais non de l’amour même.
    L’amour est tout, — l’amour, et la vie au soleil.
    Aimer est le grand point, qu’importe la maîtresse ?
    Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ?
    Faites-vous de ce monde un songe sans réveil.

    #33599
    bzo
    bzo
    Participant

    @envole n’est pas à part

    je voulais dire qu’ @envole est à part
    parce qu’elle est une femme née dans un corps d’homme

    alors que toi ou moi,
    on est des hommes dans des corps d’homme
    mais qui aimons éveiller cette féminité en nous,
    qui aimons la sentir prendre les commandes de ce corps,
    qui aimons les sensations vécues à travers elle
    car elles sont tellement plus riches, tellement plus intenses, tellement plus variées,
    tellement différentes,
    c’est une aventure si incroyablement excitante, un pareil changement complet d’identité sexuelle,
    ce plaisir au féminin en nous, c’est une gestation,
    il a une capacité infinie de maturation, d’épanouissement,
    de progression, de diversification

    moi ce que j’aime aussi , ce sont tous les bénéfices que j’en retire au quotidien
    je me sens irrigué part de plus en plus par cette richesse , même en dehors des séances,
    pas un efféminement, rien à voir,
    non, une ouverture, de la sensibilité, une attention

    devenir homme pleinement, c’est accepter la part de féminin en nous

6 sujets de 61 à 66 (sur un total de 66)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.