Ce sujet a 4 réponses, 3 participants et a été mis à jour par Andraneros Andraneros, il y a 3 semaines et 1 jour.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #16971
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    L’orgasme…je le définirais comme un instant où on s’abandonne, où on laisse s’ouvrir la porte qui est en nous, pour accéder à quelque chose de plus grand que ce qu’on connaît de nous, quelque chose de l’ordre d’une communion, d’un retour à l’océan d’énergie, au cosmique, un instant où microcosme et macrocosme se rejoignent…

    Accepterons nous de nous abandonner ? De perdre le contrôle ? De nous laisser glisser vers cet océan d’énergie cosmique ? Ou choisirons nous de gardez le contrôle à tout prix? De maintenir l’image que nous avons de nous pour ne pas nous choquer ni nous « salir », car on nous a bien inculqué que l’énergie sexuelle était sale, avilissante, et à fuir de toute urgence !…

    Accepter notre sauvagerie, notre part animale, mais aussi notre douceur, nos  désirs et nos pulsions, c’est faire un pas de plus vers la totalité de nous même !
    Et pour atteindre l’orgasme (cosmique?), pour ouvrir la porte qui mène à soi, il faut faire de l’espace en soi,
    remplacer nos préoccupations
    nos petits soucis
    notre dialogue intérieur incessant par du vide, de la disponibilité !
    Vous l’avez déjà sûrement remarqué !
    Voyez comme il est difficile d’accéder à notre désir quand notre boulot nous prend trop la tête, quand on flippe sur l’argent, quand on s’inquiète pour la santé de mémé, etc etc.
    Ou bien quand on est quillées sur nos complexes, sur notre propre image en fait, on s’ôte alors toute liberté d’expression (le corps étant un magnifique moyen d’expression!)…

    Faire le vide en soi permet de nous autoriser à être, vierge de toutes projections, à jouir… Orgasme !
    À tous les sens du terme ! Jouir sur un plan sexuel, mais aussi, jouir de la vie, accéder aux plaisirs de l’existence, à la beauté du monde, aux plaisirs de tous nos sens (toucher, vue, odorat, goût, ouïe)…

    Méditons aussi, pour nous aider à faire le vide en nous, et nous permettre l’accès à notre orgasme, l’Orgasme cosmique !
    Et aimons nous, redécouvrons nous et autorisons nous à être telles que nous sommes vraiment, des êtres magiques !

    Citations extraites de « http://charlie-liveshow.com/orgasme/ ».

    Je trouve fort intéressant qu’une femme emploie un vocabulaire et propose une découverte de la jouissance orgasmique comparable à ce qui est proposé pour accéder à l’orgasme prostatique typiquement masculin. Sa proposition permet de penser que l’accès aux orgasmes profonds suit des cheminements parallèles sinon identiques chez les femmes et les hommes.

    Elle illustre l’importance d’apprendre à se connaître, à s’accepter, à se laisser aller, à lâcher prise. Sauf pour quelques bienheureux, une forme d’apprentissage est nécessaire pour découvrir tout notre potentiel orgasmique bien au delà du simple plaisir presque automatique de la copulation / masturbation traditionnelle. L’apprentissage dont beaucoup d’entre nous ont besoin pour accéder à des orgasmes « hors du commun » n’est donc pas une pratique fastidieuse « tue l’amour »,. C’est au contraire un moyen de vivre une forme de jouissance sexuelle décuplée.

    C’est vrai pour l’utilisation optimale de certains jouets (masseurs prostatiques, Womanizer,…). C’est vrai pour les femmes et pour les hommes. Nous avons besoin d’apprendre à manger, à marcher, à lire, à écrire, à faire du vélo, à nager, à conduire… Pourquoi ne pas apprendre à jouir ?

    #17011

    hector
    Participant

    Est ce si surprenant que les problèmes soient les mêmes pour les hommes et les femmes alors que nous vivons dans un monde où le corps se doit d’être modelé, contrôlé, alors que nous sommes dans une société qui utilise le sexe comme mesure de performance et/ou de moralité, comme valeur marchande, comme support de vente, comme moyen de reproduction, comme sanction, mais finalement rarement comme moyen de plaisir, d’épanouissement.
    Comment se lâcher, s’abandonner face à son auto-jugement, face à celui d’autrui dans un monde ou l’image fait foi, fait ou défait.
    Les barrières sont belle et bien présentes, parfois même de grand murs se dressent entre nous et le plaisir, plaisir qui est toujours culpabilisant dans notre société judéo-chrétienne.

    #30506
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Je fais aussi remonter ce sujet qui apporte une approche féminine, trop rare sur notre forum, qui fait aussi écho aux nombreux messages sur le même thème.

    #30647

    genesis
    Participant

    Merci Andraneros pour ce partage, effectivement une approche si détaillée est rare et enrichissante !
    Les freins sociétaux et culturels sont bien décris. Et j’ajouterai au sujet du plaisir féminin qu’il reste encore trop de tabou sur la masturbation féminine notamment au cours de l’adolescence. De toutes les femmes que j’ai connu celles qui avaient la sexualité la plus épanouie avaient pratiqué la masturbation adolescentes sans honte ni complexe. Une vraie clef selon moi pour découvrir leur corps et leur propre chemin orgasmique (Messieurs vous ne pouvez pas tout !! ;-)). Mes autres compagnes qui n’avaient jamais pratiqué la masturbation ou l’avait pratiquée de manière culpabilisante étaient pour la plupart beaucoup moins épanouies.

    #30653
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Tu nous dis @genesis :

    il reste encore trop de tabou sur la masturbation féminine notamment au cours de l’adolescence (… ) Une vraie clef selon moi pour découvrir leur corps et leur propre chemin orgasmique 

    Je suis bien d’accord.
    Notre société contemporaine subit encore le poids de la morale religieuse qui interdit contre nature l’épanouissement sexuel des femmes et la recherche de leur propre plaisir, l’homme étant en partie épargné du fait qu’il ne pouvait pas procréer sans éjaculer et donc sans jouir.

    Il est important que les enfants et les adolescents puissent poser en toute confiance, quand ils en ressentent le besoin, les questions qui leur viennent à l’esprit sur leur sexualité et obtenir en toute simplicité des réponses honnêtes adaptées à leur maturité. Développer son aptitude à la jouissance sexuelle est un apprentissage qui demande du temps, des informations précises, de la pratique et de la confiance. C’est un cheminement pour les femmes comme pour les hommes.

    Bon cheminement @genesis.

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.