20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 161)
  • Auteur
    Articles
  • #17652
    AvatarLerris
    Participant

    Votre désir profond d’un orgasme qui vous submerge est pour l’instant incompatible avec ce que nous pensons savoir de votre vie quotidienne. Pour avancer vous devez donc gérer cette difficulté :

    -1) Lorsque vous engagez une session en manque d’intimité ou de temps, vous ne devriez le faire qu’après avoir accepté que ce ne sera qu’un entraînement, qu’une répétition technique partielle et non un plongeon orgasmique. Vous éviterez ainsi, ou réduirez considérablement la frustration qui vous fait souffrir.

    -2) Quand, dans ces conditions, votre session commence à vous plonger dans un plaisir intense générateur de contractions, de spasmes et de gémissements, concentrez-vous sur l’approfondissement de votre relaxation, chassez, dans la mesure du possible, la moindre sensation de contraction musculaire. Cet exercice pourra vous faire découvrir une forme de jouissance plus proche de la béatitude que des convulsions incontrôlées.

    -3) Planifiez vos sessions en organisant votre emploi du temps pour vous créer des moments qui vous permettront de plonger en toute liberté dans la jouissance aussi profondément que vous le désirez. Une telle organisation demande que vous puissiez parler avec votre femme des progrès fantastiques que vous avez déjà faits dans votre cheminement, que vous la convainquiez, si ce n’est pas déjà fait, que plus vous avancerez plus vous serez proche d’elle.

    En ce qui concerne la première partie, j’essaye effectivement, en ce moment, de ne pas trop attendre de mes sessions, puisque je ne peux pas me lâcher complètement. Je progresse, j’ai de nouvelles sensations. J’en suis heureux. Dans l’avenir, ce socle de sensations devrait me permettre d’aller plus loin, lorsque j’aurais un moment à moi, vraiment seul.

    Par contre, pour la dernière partie, il m’est actuellement impossible de trouver un vrai moment d’intimité complète, avec beaucoup de temps devant moi, pour faire une session approfondie avec l’Aneros. Je ne suis jamais complètement seul chez moi, ou alors très rarement et pas assez longtemps.

    Vous êtes finalement victime de votre succès. En parlant de pudeur je me demandais si en restant en conditions de frustration sans envisager
    -1) un changement important dans votre organisation pour disposer du temps dont vous avez besoin pour votre cheminement,
    -2) une mise en avant de votre nouvelle sensibilité orgasmique qui implique une évolution dans la relation que vous avez avec votre femme
    -3) et donc une modification importante, je suppose, de votre vie familiale,
    vous ne cherchiez pas inconsciemment à ralentir la naissance d’un être que vous sentez très différent de celui que vous êtes actuellement et qui vous dérange.

    Non, là-dessus je ne pense pas. Comme je l’ai expliqué, je ne suis jamais seul à la maison, et ce n’est pas une question d’organisation. De plus, je parle tout de même un peu à ma moitié de ma nouvelle sensibilité, je ne le cache pas. Et enfin, je ne pense pas ralentir le développement d’un « moi différent ». Depuis des années, j’ai plutôt l’impression d’avoir fait l’inverse en m’intéressant à de nombreuses choses différentes et en développant ma sexualité plus loin, je pense, que la plupart des hommes. Cela ne me fait pas peur, au contraire, j’aime la découverte. Par contre, c’est plus difficile de voir que, dans l’œil de la personne que l’on aime, ce changement est déroutant et fait peur. Mais, avec le temps et la communication, la compréhension se fait petit à petit, l’acceptation aussi, enfin je l’espère.

    #17653
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Votre réponse, @Lerris, me rassure et montre que vous avez bien pris la mesure de la situation inconfortable dans laquelle vous met votre nouvelle sensualité. Je pense avec vous qu’un peu de temps, une bonne communication et beaucoup d’amour aideront votre femme à comprendre votre évolution et à suivre, peu à peu, à son rythme, le chemin que vous parcourez.

    Mon propre cheminement m’a fait traverser une expérience similaire à un âge nettement plus avancé où les changements sont généralement plus difficiles. Ma femme a d’abord pris peur du changement qui s’opérait en moi. J’ai pu lui montrer que la renaissance spectaculaire de ma sensualité et ma découverte d’une forme de plaisir si bouleversante ne m’éloignaient pas d’elle mais au contraire me donnaient l’envie et les moyens d’être beaucoup plus proche d’elle que je ne l’avais jamais été avant. Dès qu’elle a compris que mes nouveaux désirs et mes nouvelles capacités ne la mettraient pas en danger, ses barrières défensives sont tombées, elle a accepté ma quête d’un plaisir absolu, m’a encouragé et très rapidement a partagé mon cheminement à sa manière.

    Respect, patience, confiance. Bon cheminement @Lerris, pour vous, pour votre femme et pour votre couple.

    #17656
    AvatarLerris
    Participant

    Merci !
    Dans un couple, tout changement demande généralement qu’un nouvel équilibre soit trouvé. Pour l’instant, cela n’est pas négatif. Je pense que ça peut très bien se passer. Le plus difficile, c’est peut-être ce manque d’intimité pendant cette période plus ou moins longue. Pas facile de se recentrer et de s’abandonner totalement.

    J’en profite pour donner quelques nouvelles.
    Deux expériences sont notables depuis mon dernier message.

    Le premier, c’est un orgasme du pénis que j’ai eu avant de me coucher. Le plus intense que j’ai jamais vécu. Avant d’acheter l’Aneros, j’avais lu que toucher le pénis désactivait complètement les sensations de la prostate. Mais, pour moi, ce n’est pas tout à fait ce qui se passe. En réalité, alors qu’avant mes sensations étaient focalisées sur le pénis, lors de la stimulation sur celui-ci, les sensations sont maintenant plus profondes. Je sens le plaisir s’exprimer plutôt dans le bas ventre, je sens de fortes contractions et lorsque l’orgasme arrive la montée du plaisir commence au niveau de la prostate, très fort et pendant longtemps, avant de se diriger vers le pénis pour l’exposition. Ensuite, j’ai encore quelques contractions au niveau de la prostate qui me donne du plaisir, pendant plusieurs minutes.

    Suite à cet événement, je me suis endormis et, pendant la nuit, j’ai été réveillé plusieurs fois par des frissons de plaisirs et des contractions involontaires. Des sortes d’échos de l’orgasme. Ou alors simplement mon corps qui en demandait plus.

    Seconde expérience notable, une session d’Aneros nocturne. Ma première expérience avait été assez intense, j’ai donc réitéré. J’ai de nouveau était réveillé par de bonnes sensations, cependant, la session a été moins intéressante, j’ai été moins loin, je dirais. J’étais beaucoup plus conscient et j’ai eu moins de sensations « spirituelles ».

    Je reste, encore une fois, un peu frustré. L’envie me taraude toute la journée, j’ai envie d’atteindre un véritable orgasme prostatique qui me contenterait. Mais, pour l’instant, ce n’est pas tout à fait le cas, même si je progresse.

    J’ai dans l’idée, prochainement, de me procurer certains toys testés sur ce site. Notamment, l’Aneros vice, pour les vibrations, car je pense que ça pourrait être intéressant, ainsi que certains toys métalliques comme le NJoy Pure Plug 2.0 et le PURE Njoy G Spot Metal. J’aimerais quelque chose qui puisse se porter assis ou debout. Bon, avant d’en passer par là et d’investir (c’est pas donné quand même…), je vais approfondir mes sensations avec l’Aneros Helis. L’Aneros Peridise me tente aussi remarquez.

    Bref, pleins de choses à découvrir encore.

    #17663
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Avant d’acheter l’Aneros, j’avais lu que toucher le pénis désactivait complètement les sensations de la prostate.

    De mon côté je n’ai pas lu cela mais plutôt le conseil prodigué aux débutants de séparer autant que possible la stimulation du pénis de celle de la prostate pour faciliter l’accès aux sensations prostatiques et aux orgasmes sans éjaculation. Les pratiquants plus avancés dans leur cheminement peuvent associer la stimulation du pénis et celle de la prostate pour leur plus grand plaisir. C’est rtès exactement ce que @Hector nous disait le 9 décembre :

    Je ne sais plus si je l’ai évoqué ailleurs ou non, mais, une pratique à contre sens de ce qui est dit sur le forum, dans le traité, est de se masturber avec l’anéros en place. Pour moi, cela m’a permis à un moment de me faire prendre conscience de ma prostate et de son action. Alors il faut faire monter le plaisir doucement, faire attention à ne pas atteindre le point de non retour (qui pour moi au début était très proche voir avant le moment ou je sentais la prostate entrer en action).
    séances de masturbation récente ou j’ai l’impression d’arriver à faire migrers le plaisir du pénis vers la prostate

    Vous commencez à ressentir les effets secondaires que produit le cheminement vers l’orgasme prostatique. Si vous ressentez le besoin d’élargir vos sensations anales n’hésitez pas si ces exppériences vous permettent d’accroitre votre sensibilité. Attention j’ai lu que le plug Njoy 2.0 est vraiment gros ; si vous n’avez pas l’habitude limitez peut-être vos ambitions au Large. L’expérience des petits Peridise ou du Tempo apporte beaucoup de sensations aussi.

    Bon cheminement @Lerris.

    #17665
    AvatarLerris
    Participant

    Effectivement, 51 mm c’est assez gros, je n’avais pas vu. Je ne crois pas avoir essayé des objets qui dépassaient les 50 mm, et encore ça demandait un certain « travail ». Par contre, le Njoy Large fait 38 mm, beaucoup moins gros. Dommage qu’il n’y ai pas d’intermédiaire.

    #17673
    AvatarLerris
    Participant

    Bon, je repasse ici avant ma période de « pause » forcée. Durant 2 semaines, je ne pense pas pouvoir faire de sessions avec l’Aneros. Et c’est peut-être une bonne chose.

    Hier, enfin cette nuit, j’ai essayé de porter l’Aneros pour progresser un peu. Ça m’avait bien réussit la première fois, un peu moins la deuxième. Et malheureusement, encore moins pour cette troisième fois.
    Je n’ai pas été réveillé par une vague de plaisir ou de frisson, mais plus par une démangeaison au pied ou une envie d’uriner. Bref, pas le meilleur départ. J’ai tout de même essayé de me détendre et d’attendre les bonnes sensations. Il y en a eu quelques unes, mais moins fortes que ce que j’ai pu ressentir auparavant.

    Je crois que cela a fini par m’énerver un peu de ne pas réussir à atteindre le vrai Super-O. Décompresser 2 semaines ne devrait pas me faire de mal.
    Je ne passerai pas forcément sur le forum d’ici là.

    #17674
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    A la manière dont vous décrivez votre dernière session @Lerris j’ai l’impression que vous l’avez engagée en commettant l’erreur d’en attendre un résultat

    j’ai essayé de porter l’Aneros pour progresser un peu

    J’ai souvent commis la même erreur et payé le même prix. N’oubliez pas que l’état d’esprit qui permet d’obtenir les meilleures expériences de vos sessions est de porter l’Aneros pour vous mettre à l’écoute de ce que vous dit votre corps, pour profiter des sensations que le masseur fait naître en vous, sans rien attendre d’autre que ce que vous recevez.

    Toute attente, aussi légitime soit-elle, est source d’impatience et de frustration si elle n’est pas satisfaite ce qui conduit à la réduction voire à la perte de vos sensations. Si vous comprenez cette vérité, la stagnation ou l’affaiblissement des sensations n’est que provisoire. Comme une part importante de cette forme d’apprentissage se fait inconsciemment, vous pouvez reprendre votre cheminement vers le Super O’ avec de très plaisantes surprises.

    Profitez de votre pause, vous l’avez bien méritée. Bon cheminement @Lerris.

    #17676
    AvatarLerris
    Participant

    Vous avez parfaitement raison.
    Mon objectif, à la base, en portant l’Aneros la nuit, c’est que mon corps me réveille de lui-même, et de ressentir de bonnes sensations. Évidemment, je considère que cela permet également d’éveiller progressivement mon corps à ces nouvelles sensations, et donc de progresser petit à petit vers le Super-O.

    Cependant, cette nuit j’attendais clairement que quelque chose arrive, j’étais trop en attente. Je le suis trop en ce moment, de jour comme de nuit, et ça ne fonctionne plus vraiment. Alors que, lorsque j’ai vraiment commencé à progresser, c’est lorsque j’avais lâché prise et m’étais laissé faire.

    Mais, comme j’ai tendance à avoir du mal à lâcher prise, justement, surtout lorsque quelque chose me résiste, le naturel est revenu au galop et me voilà un peu « obsédé » par ma progression. Et donc, je ne progresse plus, voire je régresse.

    C’est pour ça que la pause me fera du bien. Si j’arrive à mettre un peu tout ça de côté et de reprendre les choses plus sainement, ça sera pour le mieux.

    A bientôt !
    Je vais essayer de ne plus repasser d’ici deux semaines. Sinon, je vais avoir du mal à avoir l’esprit vraiment ailleurs.

    #17696
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Je vous propose de jeter un coup d’oeil sur le retour d’expérience de @Gibus qui concerne les plugs Njoy Medium, Large et le modèle Plug 2.0.
    Bon cheminement @Lerris

    #17805
    AvatarLerris
    Participant

    Salut, me revoilà.

    Durant ces deux semaines, je n’ai fait aucune session avec l’Aneros.
    Par contre, dès le premier jour, j’ai eu des expériences prostatiques « à vide », parce que je n’attendais rien sans doute et que cela est donc venu à moi.

    Je vais essayer de faire court.
    Généralement, cela se passe la nuit ou au petit matin.
    Je me détends, je respire profondément par le ventre, et petit à petit je commence à ressentir du plaisir dans le bas ventre. Ensuite, il y a deux chemins.

    Soit je me laisse aller aux contractions involontaires et aux spasmes, et je finis par éjaculer (c’est arrivé deux fois). Le plaisir est concentré surtout au niveau du périnée. A la base, éjaculer n’est pas mon but, mais ça finit par se produire avec les contractions.

    L’autre alternative, c’est quand j’essaye de maîtriser les contractions et les spasmes en me détendant encore plus (généralement parce que j’essaye d’être discret et donc de ne pas faire des bons de partout). A ce moment là, je découvre souvent que ces contractions musculaires cachent une autre sensation. Une sensation profonde, agréable, qui vient sans doute de la prostate. Étrangement, pour que cette sensation enfle, je dois concentrer mon attention sur autre chose, un son extérieur, un chatouillement au niveau de mon visage, etc. Et c’est là que les vagues de plaisirs commencent à monter jusqu’à ma tête. C’est vraiment très agréable.

    Je pense que c’est cette voie que je dois suivre et j’arrive de plus en plus rapidement à atteindre cet état. Certaines fois, je sais que ça ne sera pas possible (trop de fatigue ou un transit perturbé par exemple) et j’abandonne, ce qui me fait penser que j’identifie beaucoup mieux le processus.

    Quand j’arrive à atteindre l’état désiré, je m’aperçois vraiment que je suis détendu car, avant, les bruits extérieurs, les petites démangeaisons sur ma peau, les mouvements de ma compagne dans le lit, tout cela pouvait vraiment me stresser, me perturber. Alors que maintenant, je les accepte et je m’en sers même de support pour déclencher le plaisir.

    Bref, je pense avoir un peu progresser même si je ne pense pas avoir atteint un vrai orgasme prostatique sec. C’est beaucoup plus difficile à atteindre que celui où j’éjacule car il faut vraiment que je sois détendu et que j’évite les spasmes.

    Peut-être que l’Aneros m’aidera à aller un peu plus loin. Je devrais reprendre les sessions sous peu. J’ai acheté un lubrifiant silicone, mais je ne suis pas sûr qu’il me convienne. On verra.

    #17809
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Joyeux Noël @Lerris. Vous avez su vous détacher de toute attente pressante et vous avez reçu un joli petit cadeau. Je suis heureux de lire que vous parvenez enfin à vous abandonnez à votre plaisir sans ressentir de frustration. Ces deux semaines vous ont permis de franchir une étape qui me paraît décisive. Félicitations ! Si vous parvenez à engager vos prochaines sessions dans le même état d’esprit la suite de votre cheminement vous apportera des vagues de plaisir de plus en plus intenses qui finiront par vous submerger au delà de tout contrôle.

    Je partage votre analyse, vous avez bien progressé et vous continuerez de progresser. Cherchez à retrouver toutes ces sensations nouvelles quand vous reprendrez l’Aneros. Éventuellement essayez d’engager une ou deux sessions sans Aneros en journée pour voir si vous pouvez retrouver en étant éveillé ce que vous avez découvert en demi sommeil. Si vous y parvenez vous pourrez commencer vos futures sessions sans Aneros et introduire votre masseur quand vous aurez atteint cet état où le plaisir vous envahit.

    Bon cheminement @Lerris.

    #17815
    AvatarLerris
    Participant

    Joyeux Noël également !

    J’ai tenté une session avec l’Aneros ce matin avec le lubrifiant silicone. Apparemment, je le tolère assez bien (le lubrifiant).

    Je suis partagé sur cette expérience. En effet, je n’ai pas réussi à retrouver l’état de semi-conscience que j’arrive à trouver la nuit, au réveil, ou quand je suis sur le point de m’endormir. Les sensations sont donc plutôt restées au niveau du bas ventre et du périnée, même si j’ai eu quelques vagues de plaisir plus générales. Disons que je me trouvais un peu entre les deux chemins que j’ai décrit plus haut.

    A un certain point, ça n’évoluait plus, alors j’ai décidé de caresser mes tétons. Ça a été comme une décharge électrique et cela a déclenché pas mal de spasmes. Cela m’a dirigé vers le chemin « périnéal » dont je parlais, ce qui semble arriver dès que je touche à mes tétons car cela amplifie le plaisir mais semble provoquer de la tension, des contractions, etc. Du coup, le plaisir profond, prostatique, s’efface quelque peu, et le plaisir du périnée prend le dessus, et finit par envahir ma verge, ce qui provoque l’éjaculation. C’est ce qui est encore arrivé après plusieurs vagues de plaisir tremblantes.

    Je ne sais pas vraiment quoi en penser. Difficile de me diriger sur l’autre chemin sans être en relaxation totale, du coup j’ai tendance à prendre le premier chemin, le seul qui me semble accessible à ce moment-là, un chemin plus facile, qui apporte un orgasme, mais pas celui recherché.

    Notez qu’après cette éjaculation, je n’ai pas retiré l’Aneros, ce que j’aurais fait habituellement car cela a tendance à me gêner une fois que j’ai « conclu ». Non là, je me suis détendu, j’ai apprécié les sensations de détente, et j’ai ressenti quelques vagues de plaisirs supplémentaires. Je pense que, j’aurais peut-être pu me servir de la relaxation de l’orgasme avec éjaculation pour toucher l’orgasme prostatique. Cependant, je commençais à fatiguer, alors j’ai stoppé là.

    Pour conclure, il semble que j’ai du mal à trouver le bon état en journée et avec l’Aneros. Mon corps est sans doute déjà sous tension et, quand je mets l’Aneros et que je me prépare, c’est déjà comme si j’en attendais quelque chose, ce qui brouille le chemin. J’ai plus de facilité quand je suis détendu parce que je vais dormir ou que je viens de me réveiller. Je n’attends rien, cela vient tout seul.

    J’aimerais faire comme vous le décrivez, Andraneros, mais si je stoppe ma relaxation sans Aneros, en journée, pour le mettre en place, je pense que je vais perdre toute ma relaxation… De plus, avec le lubrifiant, je suis obligé de prendre des précautions pour ne pas tacher le lit etc. Bref, ça me demande de mettre le lubrifiant dans la salle de bain, d’essuyer tout surplus, etc. Je ne pense pas que ça aide.

    Je me dis que la solution, c’est sans doute encore une fois une session nocturne qui se manifestera d’elle même si je mets l’Aneros en place avant de dormir et que je me laisse faire. Car, dès que je brusque les choses, que je me prépare, que j’ai des spasmes, des fortes contractions, etc. Tout cela réduit mes efforts à néant.

    Dernier point, je me demande si le fait que mon pénis soit plus sensible ne me dirige pas plus rapidement vers le chemin de l’éjaculation. Je m’explique. Habituellement (avant l’achat de l’Aneros), je me masturbais régulièrement avec éjaculation. Depuis mon achat, je ne me touche presque jamais la verge, je suis déjà bien occupé avec ma prostate. C’est un gros changement. Du coup, mon pénis est plus sensible et peut-être que c’est une partie de l’explication.

    #17824
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Votre tolérance au lubrifiant au silicone est une bonne nouvelle @Lerris.

    Il me paraît normal de ne pas retrouver, le matin au réveil, l’état de demi-conscience qui semble favoriser vos sessions nocturnes. Je pense que c’est plus l’approfondissement de votre relaxation en état de veille qu’il faudrait plutôt recherher au réveil pour retrouver cette « sensation profonde ». Vous nous dites vous-même :

    c’est quand j’essaye de maîtriser les contractions et les spasmes en me détendant encore plus… je découvre souvent que ces contractions musculaires cachent une autre sensation. Une sensation profonde, agréable, qui vient sans doute de la prostate.

    La marche à suivre est la même en état d’éveil et en demi-sommeil. C’est simplement plus difficile et plus long pour ceux qui ne maîtrisent pas encore la méthode pour se détendre et se relâcher complètement jusqu’au « lâcher-prise ». Vous avez raison c’est bien la voie à suivre.

    Votre cheminement n’est pas linéaire mais vous constatez vous-même que vous progressez même sans Aneros. Soyez confiant votre cheminement vous fera découvrir bien plus de jouissance que ce que vous connaissez déjà. N’hésitez pas à faire des expériences même si vous pensez a priori qu’elles ne donneront rien, à condition d’engager les sessions dédiées à ces expériences avec autant de relaxation, autant d’envie et autant d’ouverture que vos sessions les plus gratifiantes. Pour l’organisation vous pouvez vous lubrifier et lubrifier votre masseur avant de débuter votre séance, le poser sur un mouchoir ou dans un petit bac à côté de vous, commencer votre session et l’insérer quand vous le désirez.

    La réduction de la fréquence de vos séances de masturbation joue certainement un rôle sur l’apparition d’orgasmes avec éjaculation pendant vos sessions. Vous avez sans doute pu lire les témoignages d’autres membres du forum à ce sujet dont celui-ci. Je pense que vous devriez reprendre une activité masturbatoire entre vos sessions de massage prostatique, voire un peu avant, et en mesurer les effets. J’ai l’impression que vous aurez d’excellentes surprises.

    Bon cheminement @Lerris.

    #17929
    AvatarLerris
    Participant

    Salut à tous,

    Je passe juste donner quelques nouvelles.
    Depuis mon dernier message, j’ai un peu décroché de l’Aneros et de l’orgasme prostatique. En fait, c’était devenu un peu fatigant d’être tout le temps en train d’y penser ou d’essayer. J’avais atteint une plus grande sensibilité, notamment au niveau du périnée, de l’anus, mais aussi de la zone située juste sous le coxis. Je sentais également beaucoup plus lorsque ma prostate se réveillait, cela formait comme une pomme dans mon bas ventre.

    Mais, malgré cela, je n’avais pas l’impression d’atteindre véritablement un orgasme prostatique. J’étais très frustré et il m’arrivait encore d’éjaculer alors que ce n’était pas ce que je recherchais. Bref.

    Je n’ai pas réessayé l’Aneros et depuis quelques jours j’y pense vraiment moins. Je me suis un peu détaché de tout ça. Si j’ai envie d’un petit plaisir, alors je me masturbe normalement, au moins j’évite la frustration.

    Ce qui est intéressant, c’est que la nuit ou le matin, quand je suis dans un état semi-conscient, mon corps agit tout seul. Cette nuit, par exemple, j’étais entre l’éveil et le sommeil, et j’ai vraiment senti une onde de chaleur et de plaisir monter, monter, monter, ça ne s’arrêtait jamais. Il n’y a jamais eu d’explosion et donc s’en était à un niveau presque insoutenable. Je crois même avoir inconsciemment essayé de contenir cette vague tellement c’était fort.

    Donc voilà… je sais que cette sensation est possible à atteindre, mais pour l’instant je ne peux la toucher du doigt que lorsque mon esprit est vraiment sur off.

    En fait, du moment où je commence à me concentrer sur les sensations de contraction, que j’accorde mon attention aux sensations « internes », je sais que c’est perdu. Alors que la nuit, ce que je ressens est plus « extérieur », c’est difficile à expliquer… Ce sont des sensations « de surface », des sensations globales, comme si mon corps entier vibrait ou se remplissait de chaleur. Et là, ça marche et je sens que je m’ouvre.

    Du coup, en ce moment, j’essaye simplement de me détendre, sans chercher autre chose. Même si je dois souvent maîtriser ces contractions qui s’imposent à mon esprit. Je me satisfais des sensations nocturnes, je les laisse se développer. Je sais que, si j’arrive à atteindre un état de relaxation vraiment profonde durant la journée, alors je pourrai les reproduire. Ça va sans doute demander du temps.

    #17944
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Merci @Lerris de nous donner de vos nouvelles. Vous avez atteint un seuil que vous ne parvenez pas à franchir pour le moment. Vous faites partie comme de nombreux amis anéronautes de ceux qui ne basculent pas spontanément dans l’orgasme prostatique. Vous comprenez bien qu’on ne force pas cette forme d’orgasme et avez raison de prendre du recul. Je suis passé par une telle phase. Vous vous donnez du temps ; cela vous permet de varier vos sessions nocturnes en y incorporant occasionnellement des « exercices de contractions » dans la mesure où votre état de demi-réveil vous le permet.

    C’est le moment de mettre en application votre intention du 9 décembre de tester d’autres jouets si vous ne l’avez pas déjà fait. Ce sera l’occasion de découvrir d’autres voies d’accès aux premiers plaisirs déjà apportés par l’Aneros et d’autres sensations qui amélioreront votre sensibilité générale. Profitez des soldes même si les réductions restent faibles sur les meilleurs jouets.

    Bon cheminement @Lerris.

    #17945
    AvatarLerris
    Participant

    Effectivement, on peut sans doute parler de seuil.
    Pour illustrer ce que je disais plus tôt, et ce que vous confirmez, je me suis couché hier, un peu tendu, et sans doute avec l’attente d’avoir un orgasme pendant la nuit. Et forcément, rien ne s’est passé.
    Au final, cela marche mieux si je n’y pense tout simplement pas. C’est un peu le jeu du chat de la souris et c’est ce qui est vraiment déroutant.

    Concernant les autres jouets, j’aimerais bien, mais je ne suis pas sûr que mon budget me le permette actuellement. Je n’ai trouvé aucun des jouets qui m’intéressent en solde. Par contre, si vous tombez sur une bonne affaire, ça peut m’intéresser (Njoy Pure Plug Large, Pure Wand, Aneros peridise, Aneros Vice…) La difficulté, c’est aussi que je ne suis pas en métropole et que les frais de port sont souvent énormes, quand la boutique daigne envoyer l’objet chez moi, car c’est assez rare.

    #17947
    luckylucky
    Participant

    Bonjour tout le monde,
    Lerris : Ce que tu dis concernant les spasmes et plaisirs qui arrivent comme ça, sans rien faire, est ce qui m’arrive depuis longtemps. J’ai acheté des aneros et ne m’en sers plus du tout. Je n’en ai pas besoin. Je me détends et hop, ça vient tout seul. Des caresses ensuite pour augmenter l’excitation et je me retrouve très vite dans la zone des super O. Pour moi, aujourd’hui, c’est des caresses sur mes tétons que j’ai travaillés et qui sont devenus hyper sensibles, mais on dirait que le reste de mon corps s’est restructuré autour de la prostate et que une simple caresse sur le genou, par exemple, est susceptible de me provoquer un spasme.
    J’en suis arrivé là par préparation :
    – Un travail de lâcher prise et de relaxation très important
    – Une imagination également très présente.

    Ce qui a véritablement enclenché mon état actuel est la réponse à cette question : Comment faire pour provoquer des contractions dans mon ventre et anus sans utiliser d’aneros ? Je trouvai la solution en liant par l’esprit un geste anodin comme un petit frottement de mon doigt sur le drap à une contraction involontaire et bientôt ce fut comme si les petits frottements finissaient par diriger les contractions.
    C’est le début de mon expérience d’orgasme prostatique sans appareil. De temps en temps, je le le fais de nouveau histoire de vérifier si ça fonctionne, ben ça fonctionne encore….

    Aujourd’hui, je me couche bercé d’orgasmes, je me réveille accompagné d’orgasmes. Parfois, l’envie d’être prise est tellement forte que j’ai l’impression qu’il me manque un sexe de femme.
    Les orgasmes prostatiques sont les plus forts et les autres orgasmes que sont l’orgasme anal et l’orgasme génital se mettent comme à son service.
    Ce petit mot donc pour te dire que tu es, à mon sens, sur la bonne voie.
    C’est juste génial d’avoir des orgasmes comme ça. Ca me donne envie d’aimer tout le monde et tout le temps. C’est beau je trouve.
    A bientôt et bonne année.
    Lucky

    #18020
    AvatarLerris
    Participant

    Salut et merci pour ton message Lucky.

    Mon problème, tu vois, c’est que les contractions involontaires sont là, faciles à appeler, mais je me suis rendu compte qu’elles m’empêchaient d’elles-même à accéder à l’orgasme prostatique, lorsqu’elles se présentent. Elles me dirigent plutôt vers un orgasme classique éjaculatoire. Ce n’est que la nuit, lorsque je ne ressens pas ces contractions (mais qu’elles se font sans doute tout de même très doucement en profondeur) que j’arrive à un plaisir vraiment différent. Bref, c’est compliqué, pour l’instant c’est un peu une impasse.

    Quand tu mentionnes ton envie « d’être prise », tu l’indique au féminin parce que tu te considères comme une femme ou parce que tu considères que c’est une envie féminine ?
    C’est juste pour savoir. Cette envie ne m’est pas forcément étrangère et, comme toi je suppose, je regrette quelques fois de ne pas savoir ce que cela fait d’avoir un vrai sexe féminin. L’idéal serait de tout avoir ! 😀

    #18242
    luckylucky
    Participant

    Bonsoir,

    Lerris :
    Mon envie d’être prise est liée à cette sensibilité que je ressens et que je vis comme équivalent à ce que l’on nomme féminité. C’est sans doute dû au fait que l’orgasme désormais est orgasme du corps et non plus du sexe, comme je le vivais avant.
    Je suis un homme et je ne peux faire autrement. Je pourrais, peut-être, me travestir en quelque occasion. Mais, je suis plutôt intérieurement un être féminin et extérieurement un homme. Et dans les orgasmes, aujourd’hui, je suis quasi exclusivement féminine.

    Bonne recherche
    Lucky

    #18243
    SeymourSeymour
    Participant

    Bonjour à vous,

    Juste ce petit message pour dire à quel point je trouve bouleversant le témoignage de @lucky, merci à vous, merci à toi Lucky pour ce merveilleux partage.

20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 161)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.