20 sujets de 61 à 80 (sur un total de 161)
  • Auteur
    Articles
  • #18250
    AvatarLerris
    Participant

    Me revoilà, après presque 1 mois d’absence.
    Je vais essayer d’être concis pour raconter ma progression (et je ne vais pas y arriver car on ne peut pas résumer cela en quelques mots).

    Tout d’abord, j’ai presque abandonné l’Aneros. Pour deux raisons, d’abord, je n’ai pas eu tellement d’occasions de m’en servir, par manque de temps, parce que je n’étais pas seul etc. Deuxième raison : j’obtiens de meilleurs résultats sans. Avec l’Aneros, j’ai tendance à prendre le chemin de la crispation, de l’impatience. Le seul fait de me préparer pour l’utiliser, cela me met dans une position d’attente qui ruine tout. L’Aneros aura eu le mérite de m’ouvrir à de nouvelles sensations. Mais, j’ai l’impression que j’ai atteint la limite de ce qu’il pouvait m’apporter.

    Donc j’ai continué mes expériences mais « à vide ».
    Au début, je n’ai pas eu plus de résultats que d’habitude.
    Et puis, un soir, au coucher, j’étais détendu, je n’attendais pas forcément grand chose, mais je me suis mis à visualiser. Cette visualisation, je m’en rend compte, est extrêmement importante dans mon cas. Ce que j’ai visualisé… Est un peu gênant à raconter, mais je crois que ça rejoint pas mal de messages sur ce forum en ce moment. Car j’ai imaginé avoir un vagin et les sensations qui s’y rapporte. Je focalisais sur le plaisir au niveau de mon périnée, cette petite étincelle qui ensuite remonte profondément jusqu’à la prostate et qui allume une sorte de doux incendie au niveau du bas ventre. J’ai visualisé une pénétration et c’est exactement ce que j’ai ressenti, c’était comme si on me possédait, avec des va et vient du périnée (devenu finalement l’entrée du vagin), à la prostate (devenu le point G).
    Et là, assez rapidement finalement, j’ai été envahi par des vagues de plaisir dans tout le corps. C’était doux et très agréable, sans crispation. Je ne sais même pas si c’est un orgasme prostatique, si c’est que l’on doit rechercher comme sensations, mais moi cela me convient, c’est ce que je recherchais en achetant l’Aneros, un plaisir qui m’envahit complètement et qui me fait planer.

    Le problème avec cette expérience, c’est qu’ensuite je me suis endormi et que le lendemain j’avais l’impression d’avoir juste rêvé (j’ai pu lire que beaucoup ressentent la même chose, cette irréalité).
    Durant les jours suivant, j’ai cherché à retrouver ces sensations, mais sans y arriver. En fait, plus j’essayais, plus j’échouais. Je n’atteignais que la crispation et la frustration.
    J’ai même repris l’Aneros pour une petite séance pendant laquelle j’étais vraiment seul, ce qui n’est pas arrivé depuis longtemps. Cependant, même si j’ai eu de bonnes sensations, je n’ai pas retrouvé ce que j’avais ressenti quelques jours auparavant. J’ai finit en utilisant un dildo et en éjaculant. C’était bien, mais ce n’était pas l’orgasme prostatique tant désiré.

    Le lendemain, j’ai tenté une grande partie de la journée de retrouver le bon chemin, en m’enfonçant de plus en plus dans le mauvais. Cela me rappelle une allégorie zen dans laquelle plus la personne cherche l’état l’éveil, plus celui-ci la fuit.

    Le soir du même jour, j’étais juste allongé, je me suis détendu et j’ai atteint un état de relaxation en quelques secondes. Je me suis focalisé sur l’étincelle dans mon périnée, j’ai visualisé comme je l’ai expliqué plus haut, et l’orgasme est arrivé… Et tout cela en seulement quelques minutes.

    En bref, ces sensations, quel que soit leur nom, sont à portée de ma main, mais mon approche est souvent mauvaise. J’espère pouvoir les reproduire de plus en plus souvent jusqu’à pouvoir les retrouver à volonté sans me fourvoyer dans les mêmes impasses que précédemment.

    Ce que je ressentais avant me menait à la crispation et à plus de stress. Alors que ces sensations nouvelles me laissent détendus, mon esprit est alors comme entouré de coton, je suis bien.

    #18256
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Le chemin que vous suivez @Lerris illustre bien que le masseur prostatique n’est qu’un moyen pour faciliter l’accès à une forme de jouissance plus profonde, plus complète et plus satisfaisante que l’orgasme éjaculatoire instinctif. Vous avez su trouver en vous les ressources pour ouvrir cette autre voie du plaisir. Bravo.

    Vous avez raison d’insister sur l’importance de ne pas avoir d’attente lorsque vous commencez votre session. La visualisation est une excellente méthode pour créer un support sur lequel vous pouvez concentrer toutes vos pensées et développer la perception de votre plaisir. C’est ainsi que vous aussi avez découvert le côté féminin de votre plaisir.

    Je vous souhaite de reproduire ces sensations avec de plus en plus de facilité. Bon cheminement @Lerris.

    #18506
    AvatarLerris
    Participant

    Salutation à tous.

    Suite à mon dernier message, j’ai continué mon petit chemin et j’ai un peu testé des toys de chez Njoy.
    Je n’ai pas eu de nouvel orgasme prostatique depuis, à part hier, qui était une journée bien rempli puisque j’ai tout fait, orgasme du pénis sans les mains, avec les mains, et orgasme prostatique. Le premier avec l’Aneros. Les autres sans.
    Il semble que l’Aneros réveille bien ma prostate et, même si je n’arrive pas à avoir d’orgasme prostatique avec, ma prostate reste sensible, et l’orgasme peut venir après, quand je n’attends rien. (A noter que, même en visualisant, comme j’en parlais plus tôt, je n’arrive plus à atteindre l’orgasme. En réalité, dès que j’ai l’impression d’avoir compris la « technique », le fait de suivre ce processus fait que ça ne marche pas, car j’attends quelque chose et ça doit me crisper. Et finalement, j’atteins l’orgasme en m’endormant ou me réveillant.)

    Du coup, j’avais envie de porter l’Aneros plus souvent, mais sans forcément faire de séances dédiés et j’aurais besoin d’avis.
    J’ai pu lire que certains coupent la queue de l’Aneros afin de pouvoir le porter assis ou même debout en faisant d’autres activités. Cela me tente car j’aimerais pouvoir l’utiliser quand je suis assis à mon bureau ou quand je veux me détendre dans le canapé ou le hamac, sans forcément avoir à tout préparer et m’enfermer, etc. Bref, le porter comme un plug afin qu’il sensibilise un peu ma prostate.
    Qu’en pensez-vous ? Je sais que cela va mutiler l’Aneros de façon irrémédiable, mais, a priori, cela n’empêche pas son utilisation (d’après les avis que j’ai pu lire). Je sais aussi qu’assis, il sera sans doute moins mobile, surtout si je porte des vêtements, mais, suivant ma position, cela devrait tout de même lui laisser une certaine latitude.
    J’ai l’impression que cela pourrait m’aider à progresser.

    #18509
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Que vous on apporté les modèles Njoy que vous avez utilisés @Lerris ? Avez-vous testé le gros Plug 2.0 ou avez vous préféré faire une expérience moins ambitieuse ?

    En réponse à votre question,pour faciliter le port de l’Helix en position couchée, jambes normalement allongées, j’ai coupé sa poignée ainsi :
    – en chiffres bruts : à 41 mm de la tangente à l’arrière de la portion la plus étroite du masseur qui relie l’ensemble bras périnéal plus poignée au corps insérable du masseur ;
    – méthodologiquement : quelques mm au delà de la partie haute de la courbe de la poignée qui ainsi reste en place pour participer à la stabilisation du masseur entre les fesses tout en réduisant l’encombrement externe.
    Ainsi le masseur garde tout son potentiel fonctionnel ; je perds seulement la facilité de le manœuvrer en passant le doigt dans la poignée.

    Pour la réalisation de cette modification j’ai utilisé une pince qui sert à couper les fils électriques. J’ai ensuite poli la nouvelle extrémité avec des limes à ongles très fines. Cette opération concerne un modèle « Helix classic ». A mon avis elle sera aussi efficace sur les modèles « Eupho classic », « MGX », « SGX » et « Maximus ». Je ne connais pas la structure exacte des modèles « Syn » (poignée en silicone ou poignée en plastique recouvert de silicone) et ignore donc si une telle opération risque d’avoir des effets négatifs sur ces modèles.

    J’espère que cette réponse vous aidera à poursuivre vos expérimentations et vos progrès. Bon cheminement @Lerris.

    #18510
    AvatarLerris
    Participant

    Merci pour cette réponse très précise ! J’ai moi-même un modèle Aneros Helix.
    Si je peux abuser encore un peu… Auriez-vous une photo de votre Aneros coupé ? Si ça ne vous dérange pas. Sinon tant pis.

    Je pense qu’effectivement, porter l’Aneros plus souvent pourrait m’aider à mieux progresser. Car il semble bien que chaque séance avec lui (même si elles ont été frustrantes) a été comme un jalon dans ma progression.

    Concernant les modèles Njoy, j’ai acheté un Pure Wand et un Pure Plug large.
    Je ne les ai utilisé qu’une ou deux fois pour l’instant.
    Pour le premier, j’ai fait un essai en bougeant à la main et un essai avec la grande boule coincée entre les jambes, comme j’ai pu le lire sur ce forum. Dans les deux cas, la sensation était agréable. Sans orgasme par contre. Il me faudrait plus de temps pour expérimenter, et de l’intimité.
    Pour le Pure Plug, j’ai hésité avec le modèle 2.0, mais j’ai eu peur que ça ne passe pas. Dommage, je pense, car une fois en place, le modèle large se fait un peu trop oublier. Si je m’assis et que je bouge les hanches, c’est sympa. Sinon, je ne le sens pas assez. De plus, j’ai remarqué qu’il a tendance à tourner.
    Par contre, pour les deux modèles, je dois dire que la matière est vraiment bien. Je n’avais jamais testé le métal, j’avais peur que ce soit trop dur, trop froid, etc. Mais, en vérité, ça se réchauffe très vite et ça ne me fait pas mal. Mieux, la matière est vraiment très douce. J’ai tendance à vite être irrité avec d’autres matières, mais là, c’est comme un nuage. Je peux porter le plug longtemps, sans soucis.

    #18536
    AvatarLerris
    Participant

    Salut, je passe juste pour dire que, si vous n’avez pas de photos, ce n’est pas grave, j’ai déjà fait la modification sur mon Aneros. Et je dois dire que, non seulement c’est beaucoup plus confortable à porter allongé, mais aussi ça marche beaucoup mieux pour moi.
    Je l’ai porté la nuit, et j’avoue ne pas avoir beaucoup dormis. L’Aneros m’a réveillé avec des vagues de plaisir, je le sentais beaucoup plus présent.

    Bref, je pense que je vais pouvoir le porter plus souvent et avec de meilleurs résultats. 😀

    #18537
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Je suis heureux que cette modification réponde à votre attente. Elle permet de multiplier les sessions en facilitant le port de votre masseur. J’espère que l’accroissement de la fréquence de stimulation de votrte prostate vous aidera à développer sa sensibilité et vous conduira à revanir très vite nous décrire comment votre plaisir évolue.

    J’espère aussi que votre nouvelle expérience n’empêche pas votre femme de prendre le repos dont elle a besoin ! Bon cheminement @Lerris

    #19254
    AvatarLerris
    Participant

    Salut,
    Me revoilà avec quelques nouvelles.

    J’ai essayé l’Aneros coupé lorsque je suis assis, ça se porte cependant il y a une petite pression supplémentaire sur le périnée et ça peut irriter. Coucher, c’est mieux tout de même. J’ai fait quelques nuits avec et j’ai obtenu à peu près les mêmes résultats que précédemment. Les meilleurs moments sont sans doute quand les contractions font lentement remonter l’Aneros. A ce moment-là, on sent bien que la prostate est stimulé !

    J’ai peu pratiqué avec les jouets Njoy. Je porte quelques fois le plug, c’est sympa sans être fantastique. La lourdeur de l’objet peut finir par être gênante. J’ai dû utiliser 2 fois le Pure Wand, donc je n’ai pas tellement de recul sur l’objet. Je ne pourrais m’adonner à des séances que lorsque je serais vraiment seul à la maison, donc pas tout de suite.

    Du côté des sensations, en général, j’ai l’impression que je progresse petit à petit. Ma sensibilité se réveille et augmente chaque fois que je fais une séance. Ça se construit avec le temps. En ce moment, je ressens très souvent une sorte de frisson agréable dans le bas du corps : l’arrière des cuisses, les fesses, le périnée…
    Mes tétons sont également de plus en plus sensibles et j’essaye d’orienter la sensation. Je m’explique, plus haut dans le sujet j’ai parlé de mon problème de « deux voies ». Quand je faisais une séance Aneros, si je touchais mes tétons, cela augmentais le plaisir, mais aussi le risque de me contracter et cela finissait généralement par une éjaculation. Donc, durant mes dernières pratiques, je me suis concentré pour me décontracter le plus possible tout en stimulant les tétons. Cela semble marcher car à présent cette stimulation semble s’ajouter à celle de la prostate sans bloquer ma progression vers l’orgasme.

    En parlant d’orgasme, par contre, je ne l’atteins pas forcément, ou pas tout le temps. C’est toujours le même problème, difficile de dire si j’en ai ou pas car je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre. Une des sensations que je pense reconnaitre comme telle se manifeste quand je m’endors suite à la relaxation ou que je me réveille la nuit, à ce moment une sensation puissante monte en moi et puis je suis transporté sur un petit nuage avec une sensation de plaisir diffuse. Mais, le reste du temps, ce plaisir diffus n’est pas forcément là. Je pense qu’il est peut-être un peu masqué par les autres sensations qui peuvent être très fortes, agréables, mais pas forcément exactement du plaisir. Comme c’est une sensation assez fragile, je pense qu’on peut facilement passer à côté à cause d’une petite contraction musculaire ou autre.

    Bref, pour finir, j’ai fait l’expérience, une nuit, de sensations extrêmement fortes. J’étais dans un « état second » comme on peut l’être après une fête où on se fait plaisir, où on boit, etc. Ma perception de mes sensations était décuplée. Arès le coucher, mon désir s’est enflammé d’un rien, d’une pensée, j’ai senti la chaleur monter dans mon bas ventre. C’était déjà très puissant. Et puis, j’ai touché mes tétons et là… Indescriptible. Je suis resté fixé pendant de longues minutes, peut-être une heure, je ne redescendais plus, mes doigts s’activaient tous seuls. Pendant une partie du temps, j’étais quasi inconscient, les yeux révulsés, complètement soumis aux sensations. Je précise que je n’avais pas l’Aneros, j’étais « à vide ». Au bout d’un moment, j’ai voulu arrêter car ça devenait épuisant nerveusement, mais je n’y arrivais pas, mon corps faisait ce qu’il voulait. J’ai finis par me lever (en luttant pour y arriver) pour aller dans la salle de bain, et je me suis dit qu’une masturbation traditionnelle (accompagné d’un ou deux doigts là où ça va bien 😀 ) ferait redescendre la pression. L’orgasme a été explosif, heureusement que j’étais assis car je me suis affalé en avant.

    Par la suite, je voulais me lever, mais j’ai senti une baisse de tension arriver (bourdonnement, tête qui tourne, nausée…), je pense que j’aurais pu tomber dans les pommes si je n’avais pas lutté. J’ai attendu un peu et je suis aller me recoucher, les jambes tremblantes. Je me suis allongé sur le côté, ce que je fais quand je veux que mon corps stoppe ses contractions et me laisse dormir. Mais, même là, dans cette position et après éjaculé plus tôt, mon corps ne voulait pas s’arrêter. J’ai du lutter, me décontracter mais en pensant à autre chose pour que ça ne reprenne pas. J’ai finis par m’endormir.

    Très franchement, c’était une expérience assez formidable, mais en même temps ça a un peu dérapé. La puissance et la durée du plaisir peuvent être violente pour le corps. Je pense qu’on peut réellement s’évanouir à force.
    Le fait de ne plus être aux commandes, c’est agréable, mais au bout d’un moment, quand ça ne veut plus s’arrêter, ça peut virer au cauchemars.

    Je me dis que si ce genre d’occasion se représente, en utilisant en supplément l’Aneros, je ne sais pas trop à quoi m’attendre…

    p.s. Désolé pour mes longs pavés de texte, je sais que ça peut être long à lire. Du coup, je ne sais pas si tellement de gens prennent le temps de les parcourir.

    #19257
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Je suis heureux @Lerris, que la modification de votre Aneros vous facilite son utilisation sans altérer son efficacité. Apprendre la stimulation de la prostate avec les masseurs conçus pour cette action peut demander plus de temps que celui dont nous disposons. Tout ce qui facilite l’intégration de cette découverte dans notre vie quotidienne est bienvenu. Cette réduction de l’encombrement du masseur ne modifie évidemment pas la position de son bras « avant » sur le périnée. Il est évident que la position assise facilitée par la suppression de la poignée tend à augmenter la pression de ce bras sur la peau et à créer une gêne.

    Du côté des sensations, en général, j’ai l’impression que je progresse petit à petit. Ma sensibilité se réveille et augmente chaque fois que je fais une séance. Ça se construit avec le temps.

    Vous mettez bien en évidence que pour ceux qui progressent « lentement » l’absence de résultats spectaculaires n’empêche pas l’accumulation des « petits » progrès qui session après session modifient l’expérience et apportent plus de plaisir et plus de satisfaction.

    En parlant d’orgasme, par contre, je ne l’atteins pas forcément, ou pas tout le temps. C’est toujours le même problème, difficile de dire si j’en ai ou pas car je ne sais pas vraiment à quoi m’attendre. Une des sensations que je pense reconnaitre comme telle se manifeste quand je m’endors suite à la relaxation ou que je me réveille la nuit, à ce moment une sensation puissante monte en moi et puis je suis transporté sur un petit nuage avec une sensation de plaisir diffuse.

    Votre remarque est très juste. La perception d’un plaisir incontrôlable, extrême, bref, spasmodique et rassasiant associée à l’orgasme avec éjaculation que nous connaissons depuis notre adolescence est complètement diluée dans cette nouvelle expérience. Quand notre cheminement nous conduit à ressentir cette nouvelle forme de plaisir, elle peut être si différente de ce que nous attendons que nous ne la reconnaissons pas. C’est pourquoi il est si important de ne rien attendre pour être prêt à tout recevoir.

    Dans le forum du fabricant on lit que si vous avez un orgasme de la prostate vous le savez sans avoir besoin de vous le demander. On lit aussi souvent que des aneronautes ont compris qu’ils avaient eu des orgasmes prostatiques bien après le moment de l’expérience mais qu’ils ne les avaient pas reconnus pour tels sur le coup, parce que leur ressenti était très différent de leurs attentes. Il est naturel de se demander comment reconnaître l’orgasme prostatique mais cette question est bien moins importante que le cheminement dans lequel on s’engage.

    Vous nous décrivez un orgasme si intense qu’il semble vous avoir effrayé. L’intensité de votre orgasme c’est la violence des contractions musculaires qui l’ont accompagné, la force des signaux nerveux reçus et émis par votre cerveau et l’ampleur des sécrétions hormonales libérées dans votre organisme. Ces réactions consomment beaucoup d’oxygène et d’énergie (sucre) et expliquent simplement votre sensation de faiblesse le temps que les équilibres reviennent. Il n’y a aucune crainte à avoir dans la mesure où votre alimentation est suffisante et équilibrée.

    De mon point de vue la présence de l’Aneros n’aggravera pas ce ressenti. Au contraire cette présence peut vous aider à mieux vous concentrer, à mieux vous détendre, à mieux vous laisser aller et au final à fluidifier la succession de micro-événements qui vous conduira vers la jouissance. Vous pouvez considérer que l’Aneros n’est pas un engin explosif brutal mais une clé qui vous permet d’entrer en douceur.

    Qu’entendez-vous par « mon corps stoppe ses contractions » ? Etait-ce la suite des contractions orgasmiques ou le retour des sensations qui vous ont conduit à la salle de bain ? Ces contractions généraient-elles du plaisir ou de la douleur ?

    Vous êtes de plus en plus avancé dans votre cheminement @Lerris et vous parvenez à libérer de formidables énergies en vous. Vous irez beaucoup plus loin si vous parvenez à approfondir votre état de relaxation et d’acceptation de ce que vous offre votre corps. Bon cheminement @Lerris.

    PS : Ne soyez pas désolé @Lerris. Chacun s’exprime comme il est. La qualité de vos témoignages rend leur lecture passionnante. Je suis sûr que nombreux sont les lecteurs du forum qui vous lisent avec grand intérêt même si très peu réagissent.

    #19258
    AvatarLerris
    Participant

    Bonjour,

    Vous mettez bien en évidence que pour ceux qui progressent « lentement » l’absence de résultats spectaculaires n’empêche pas l’accumulation des « petits » progrès qui session après session modifient l’expérience et apportent plus de plaisir et plus de satisfaction.

    Comme il s’agit d’une sorte d’apprentissage du corps, il est évident qu’on ne peut pas ressentir toutes les sensations du premier coup. Et, comme pour tout apprentissage, nous ne sommes pas tous égaux dans notre progression. J’ai commencé en ayant rapidement des sensations, et maintenant, j’avance pas à pas. Au début, j’avais surtout des contractions incontrôlables. A présent, j’arrive à ressentir de vrais sensations agréables et du plaisir, sans avoir des contractions parasites à chaque fois.
    Là-dessus, je pense encore avoir de la marge pour progresser d’ailleurs. Car, lorsque je stimule mes tétons, je me rends bien compte que mon corps se contracte un peu plus durant la respiration. En fait, si je me concentre pour éviter cela, je me rends compte que dessous il y a un chatouillement au niveau de la prostate, et c’est à ce chatouillement que mon corps réagit par une contraction qui l’oblitère. C’est ce qui est le plus difficile dans l’apprentissage de l’orgasme prostatique pour moi en fait : lorsqu’une sensation de plaisir monte, mon corps a tendance à se crisper et cela efface la sensation. Mais petit à petit… Ça s’améliore. Il faut s’ouvrir, apprendre au corps à accepter ces nouvelles sensations. Le déverrouiller.

    Quand notre cheminement nous conduit à ressentir cette nouvelle forme de plaisir, elle peut être si différente de ce que nous attendons que nous ne la reconnaissons pas. C’est pourquoi il est si important de ne rien attendre pour être prêt à tout recevoir.

    Dans le forum du fabricant on lit que si vous avez un orgasme de la prostate vous le savez sans avoir besoin de vous le demander. On lit aussi souvent que des aneronautes ont compris qu’ils avaient eu des orgasmes prostatiques bien après le moment de l’expérience mais qu’ils ne les avaient pas reconnu pour tels sur le coup, parce que leur ressenti était très différent de leurs attentes.

    En fait, non seulement les sensations sont très différentes de ce que l’on connait, mais elles sont également beaucoup plus riches. Personnellement, je passe par de nombreuses sensations différentes et cela s’étale sur une période de temps beaucoup plus longue qu’un simple orgasme du pénis. Donc, forcément, difficile de définir clairement où se situe l’orgasme prostatique dans cette avalanche de sensations. De plus, comme à certains moments je perds presque conscience, il est difficile de se rappeler de tout. Le corps est submergé, l’esprit aussi.

    Vous nous décrivez un orgasme si intense qu’il semble vous avoir effrayé. L’intensité de votre orgasme c’est la violence des contractions musculaires qui l’ont accompagné, la force des signaux nerveux reçus et émis par votre cerveau et l’ampleur des sécrétions hormonales libérées dans votre organisme. Ces réactions consomment beaucoup d’oxygène et d’énergie (sucre) et expliquent simplement votre sensation de faiblesse le temps que les équilibres reviennent. Il n’y a aucune crainte à avoir dans la mesure où votre alimentation est suffisante et équilibrée.

    Plusieurs choses ont joué. Tout d’abord, il n’y a pas si longtemps, j’ai été malade et cela m’a pas mal affaibli et cela m’a coupé l’appétit. Ensuite, comme je le disais, j’étais vraiment dans un état second, un état de perception beaucoup plus puissant. Et comme les sensations ont duré très longtemps et étaient vraiment décuplées par rapport à d’habitude, je pense que mon corps a eu du mal à tout gérer. J’étais presque bloqué dans une sorte de boucle infini de sensations et il m’a fallu un gros effort pour briser cette boucle qui commençait à vraiment m’épuiser. Mon cœur battait très très fort.

    De mon point de vue la présence de l’Aneros n’aggravera pas ce ressenti. Au contraire cette présence peut vous aider à mieux vous concentrer, à mieux vous détendre, à mieux vous laisser aller et au final à fluidifier la succession de micro-événements qui vous conduira vers la jouissance. Vous pouvez considérer que l’Aneros n’est pas un engin explosif brutal mais une clé qui vous permet d’entrer en douceur.

    On verra ! Je pense que j’aurais l’occasion de vérifier cela. Mais déjà que, les nuits où je porte l’Aneros, les sensations peuvent être décuplés, alors si je suis déjà dans un état de sensations décuplées… On risque de me retrouver sur la lune.

    Qu’entendez-vous par « mon corps stoppe ses contractions » ? Etait-ce la suite des contractions orgasmiques ou le retour des sensations qui vous ont conduit à la salle de bain ? Ces contractions généraient-elles du plaisir ou de la douleur ?

    Quand je dis que je me mets sur le côté pour que mon corps stoppe ses contractions, je veux parler des contractions involontaires qui conduisent à l’orgasme. Donc pas des contractions orgasmiques. Je parle plutôt de cette masturbation prostatique que mon corps produit tout seul depuis que j’ai commencé ma progression. La nuit, cela a tendance à m’empêcher de dormir. En fait, je m’aperçois qu’en ce moment, quand je me réveille la nuit, j’ai presque toujours cette sensation de montée d’orgasme. Sans forcément un orgasme à la clef, mais cela veut dire que mon corps s’amuse tout seul, même dans le sommeil.
    Bref, et donc pendant cette nuit spéciale, quand je suis revenu des toilettes, j’étais épuisé et je voulais dormir, mais mon corps essayait de reprendre la masturbation. J’étais sur un fil, il suffisait que j’accorde un peu trop l’attention de mon esprit sur le bas de mon corps et je serais retombé dans cette boucle de sensations dont je parlais plus haut.

    Assez perturbant (déroutant comme le dis le titre de mon sujet ! :D) cette impression que mon corps a vraiment sa volonté propre. Comme si on était deux à se partager la même enveloppe corporelle.

    #19425
    AvatarLerris
    Participant

    Salut à tous,

    J’ai eu une période sympa, je devenais de plus en plus sensible. Mais, étrangement c’est retombé subitement. Cela revient petit à petit je crois…
    Je crois que cela pourrait provenir de mon état d’esprit et de tensions musculaires que je n’arrive pas à évacuer.
    J’ai aussi l’impression d’avoir petit à petit dérivé vers un état de crispation pendant mes essais, il faut que je retrouve une certaine relaxation.

    Bref.
    A côté de cela, j’ai commandé un Aneros Vice (vibrant). J’ai bien envie de voir si cela fonctionne sur moi. Apparemment on peut l’utiliser assis, ça peut être sympa. Je ferais un retour dans quelques temps.

    Maintenant, j’aurais quelques questions pour ceux qui ont plus d’expérience que moi sur l’orgasme prostatique.
    Ma première question c’est : « Est-ce qu’à un moment donné, l’orgasme finit par être « facile d’accès » » ? Ou faut-il constamment prendre beaucoup de temps pour l’atteindre, même avec beaucoup d’expérience dans le domaine ?

    Autre question, cette fois pour ceux qui ont des relations anales, qu’elles soient hétéro ou homosexuel (d’ailleurs l’expérience d’une personne homosexuel serait vraiment intéressante à entendre, je trouve) : « L’utilisation de masseur prostatique a-t-il développé vos sensations pendant les relations anales ? », « Comment le décririez-vous ? » « Arrivez-vous à avoir des orgasmes prostatiques par pénétration ? »

    #19430
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Vous nous décrivez votre cheminement @Lerris avec ses hauts qui apportent plus de récompenses

    J’ai eu une période sympa, je devenais de plus en plus sensible.

    et ses bas où l’on ne retrouve pas ce que l’on attend peut-être un peu trop

    Je crois que cela pourrait provenir de mon état d’esprit et de tensions musculaires que je n’arrive pas à évacuer. J’ai aussi l’impression d’avoir petit à petit dérivé vers un état de crispation pendant mes essais,

    Vous avez tout ce qu ‘il faut de patience, de réflexion et d’enthousiasme pour continuer votre progression vers le Super O’.

    Je vous propose de lire le commentaire de @Logansan concernant le Vice.

    Mon expérience me conduit à répondre à votre première question par un oui sous réserve de réunir les conditions qui vous permettent de lâcher prise, de vous laisser aller. Les pensées parasites, les tensions issues de votre vie, le manque d’intimité, le manque de temps, la fatigue et la maladie restent toujours des obstacles à l’orgasme et à la jouissance.

    je devenais de plus en plus sensible

    Votre ressenti vous apporte déjà une partie de la réponse. Je comprends de votre phrase que les mêmes stimulations vous apportaient plus de sensations, ou vous apportaient plus facilement les mêmes sensations. L’une des difficultés pour accéder à l’orgasme prostatique vient de l’état d’esprit différent de celui dans lequel on bascule spontanément pour l’orgasme pénien habituel et long à atteindre pour les débutants laborieux. L’apprentissage permet au cerveau de reconnaître les nouveaux signaux de plaisir et de déclencher une réaction orgasmique qui peut être très différente de la réaction orgasmique spontanée éjaculatoire.

    Je ne peux que répondre très partiellement à votre seconde question. L’utilisation de masseurs prostatiques a considérablement développé ma sensibilité anale mais je ne me suis pas encore lancé dans la pénétration anale.

    Bon cheminement @Lerris

    #19434
    AvatarLerris
    Participant

    Bonjour Andraneros,

    Les sensations sont revenues rapidement. Je suppose que mon corps avait besoin de repos. En fait, les sensations sont même revenues plus fortes. Ce qui est déroutant, c’est aussi que ces sensations se transforment. C’est très riche, complexe, ça se développe. C’est là, ça fourmille même sans l’aneros, en attente que je lui laisse l’occasion de se réveiller.

    Mon principal obstacle pour accéder à un orgasme plus facile c’est les tensions musculaires, je pense. Car les sensations sont tellement fortes parfois que mon corps réagit automatiquement en se contractant, ce qui efface la sensation. Il y a donc encore du boulot, même si j’arrive parfois à passer l’obstacle. Souvent, c’est au moment où j’abandonne, où je pense à autre chose (des fois des choses qui n’ont rien d’érotiques), et là je me mets à flotter et bingo.

    Pour ma dernière question, je pense que l’utilisation de masseur prostatique et autres sextoys doit sans doute fonctionner pour améliorer les sensations durant une pénétration. Mais tout doit surement dépendre de l’état d’esprit aussi. Je ne sais pas s’il est aussi facile d’être aussi détendu et ouvert quand on a un rapport à deux. Bref, je suis curieux de lire des expériences là-dessus.

    #19567
    AvatarLerris
    Participant

    Salut,
    Je n’ai pas grand chose à dire sur ma progression vers l’orgasme prostatique pour l’instant. Les sensations se développent, ma prostate me titille de plus en plus dans la journée. J’ai quelques fois des fourmillements. Je pense avoir des orgasmes, mais ils prennent plusieurs formes et je suis un peu perdu pour l’instant. J’ai du mal à faire le tri. Donc, je laisse les choses suivre leur cours.

    Mais, sinon, me revoilà, surtout pour faire un petit retour sur l’utilisation de deux sextoys. Le Plug Njoy Pure Large et l’Aneros Vice.

    Dans le cas du premier, je suis un peu déçu, cela fait 2-3 fois que je le porte, et chaque fois il tourne de lui-même. J’ai l’impression que son centre de gravité l’amène à se retourner sans que je m’en aperçoive. Du coup, je ne sens pas grand chose. La matière (métal) est bien, mais au final, les sensations me laissent sur ma faim. Ce sextoys risque de rester dans le placard et c’est bien dommage vu son prix.

    Concernant l’Aneros Vice, je ne l’ai essayé qu’une fois pour l’instant. J’ai l’impression qu’il appuie assez fort sur la prostate, et je ne suis pas sûr que ce soit positif. J’ai commencé ma séance sans les vibrations, sans que rien d’exceptionnel ne se passe. Avec les vibrations ça a été intéressant mais sans orgasme. Je ne m’attendais pas à ce que ça vibre aussi fort. L’un des modes envoie des vibrations courtes et rapprochées, on a presque l’impression d’être pénétré par à-coups.
    Cependant, les vibrations ont provoqué pas mal de crispations et je ne sais pas si j’arriverai à profiter pleinement de l’objet pour l’instant. Les crispations effaçant les sensations de ma prostate.
    Bref, ce n’était que la première expérience. Donc à refaire. Peut-être faut-il également être un peu plus avancé sur la voie de l’orgasme prostatique pour en profiter pleinement.

    #19575
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Il est important @Lerris d’avoir à l’esprit que l’orgasme prostatique peut selon les cas et les personnes prendre des formes très différentes :
    -1) apporter une jouissance qui se manifeste sans éjaculation mais comme un orgasme traditionnel marqué par des spasmes sous l’effet de pics d’intensité plus longs, plus intenses plus nombreux, orgasme qui se répète jusqu’à épuisement sans période de réfraction ;
    -2) apporter une jouissance qui se manifeste sans pic orgasmique mais se répand dans tout le corps avec une intensité croissante qui fait perdre tout contrôle jusqu’à l’apparition éventuelle de spasmes très différents de ceux de la forme décrite ci-dessus.
    Il me paraît normal que si, jusqu’à maintenant, vos plongées dans le plaisir prostatique ne ressemblent pas à la première description vous ne reconnaisiez pas vos premiers orgasmes pour ce qu’ils sont. Il est donc normal aussi que vous vous sentiez « un peu perdu pour l’instant ». Votre expérience vous permet de parfaitement gérer cette diversité de sensations.

    J’ai peur que vous ne considériez le plug Njoy Pure Large comme une forme de masseur prostatique. Il me semble que l’intérêt de ce type de plug vient de la stimulation du sphincter anal sous l’effet de son poids et de la sensation de remplissage du rectum, non de la stimulation de la face avant du rectum contre la prostate. Son intérêt ne peut être que de développer votre sensibilité grâce à une stimulation différente de celles que vous connaissez déjà, non de retrouvez celles que vous connaissez déjà.

    Etes-vous attentif à la pression du plug sur les sphincters ? Faites-vous en le portant debout des contractions anales et périnéales (kegel) et des poussées (reverse kegel) pour essayer de le faire bouger à la manière de votre masseur prostatique ? Si vous le portez assis ou allongé l’effet de ce type de plug doit être à mon avis très réduit.

    Le Vice demande un apprentissage comme tous les autres masseurs prostatiques et, compte tenu de sa taille, une bonne expérience avant d’apporter les plaisirs attendus. Vous en êtes très conscient et en attendant il peut être un excellent moyen de mieux reconnaître vos sensations anales, rectales et prostatiques.

    Bon cheminement @Lerris.

    #19578
    AvatarLerris
    Participant

    Bonjour,
    Concernant la forme de l’orgasme prostatique, j’en distingue effectivement surtout deux formes, comme vous le citez.
    Soit un plaisir plutôt centré sur « l’avant », c’est à dire prostate + périnée, plus proche de l’orgasme traditionnel. Soit un plaisir plus centré sur « l’arrière » prostate+coccyx, qui est plus profond et qui s’étend comme des vagues soyeuses à travers mon corps.
    C’est surtout le fait d’avoir ces différentes sensations qui me perd. Généralement, je n’arrive pas à savoir si je suis sur le bon chemin ou si je suis simplement en train de me crisper. Il arrive d’ailleurs que certains jours mon corps répète les contractions involontaire mais sans véritable sensations de plaisirs, je ressens bien la contraction mais rien derrière.
    Enfin bref, pour ne pas faire un roman, je dirais que les sensations sont diverses et qu’en plus elles fluctuent suivant les jours ou le moment de la journée, c’est déroutant puisqu’il est très difficile de trouver des repères fiables.

    J’ai peur que vous ne considériez le plug Njoy Pure Large comme une forme de masseur prostatique.

    Non pas du tout. Je considère ce plug, comme un plug. Ce n’est pas le premier que je porte, même si c’est le premier qui a une telle forme. A mon sens, cette forme est tout de même prévu pour aller appuyer d’une certaine façon sur la prostate, ou renforcer la pression du penis, lors d’une pénétration vaginale, lorsqu’il est utilisé par une femme. D’ailleurs on voit bien le fonctionnement sur cette petite bd amusante : http://www.ohjoysextoy.com/njoy/

    Je l’insère donc dans ce sens, et, à ce moment-là, c’est agréable. Sauf que très vite il se retourne sans que je m’en aperçoive. Par contre, je m’aperçois que j’ai beaucoup moins de sensations. Et au moment de l’enlever, je me rends compte qu’il n’était plus dans le bon sens, ce qui explique une partie de la perte de sensations. Pire, il m’est arrivé de trouver le port douloureux puisque la tête appuyait sur l’arrière du rectum, et comme l’objet est lourd, cela devenait désagréable.

    Etes-vous attentif à la pression du plug sur les sphincters ? Faites-vous en le portant debout des contractions anales et périnéales (kegel) et des poussées (reverse kegel) pour essayer de le faire bouger à la manière de votre masseur prostatique ? Si vous le portez assis ou allongé l’effet de ce type de plug doit être à mon avis très réduit.

    J’essaye d’être attentif auX sensations en général. Il peut m’arriver de faire des contractions de temps en temps, mais pas tout le temps. Et effectivement, je le porte surtout assis, même s’il m’arrive tout de même de me déplacer avec.

    Le Vice demande un apprentissage comme tous les autres masseurs prostatiques et, compte tenu de sa taille, une bonne expérience avant d’apporter les plaisirs attendus. Vous en êtes très conscient et en attendant il peut être un excellent moyen de mieux reconnaître vos sensations anales, rectales et prostatiques.

    Je pense que cela va être un challenge. Comme j’ai tendance à me crisper facilement, il va falloir que j’apprenne à me détendre encore plus avec les vibrations.

    #19580
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    La présentation en BD du site d’où vous extrayez le mode d’emploi du N’joy Pure Plug est sympathique.

    #19581
    AvatarLerris
    Participant

    Oui je trouve aussi !

    Je suis repassé pour parler de sensations concrètes, dont je me souviens puisque c’était ce matin et que je pense être un orgasme.

    Ce qu’il s’est passé, c’est qu’en me réveillant ce matin, mon corps avait tendance à faire des contractions au niveau de la prostate. Sensations agréables, mais qui ne menaient pas à grand chose. Comme j’en parlais plus tôt, les contractions sont fortes, mais ne déclenchent pas d’orgasme et finissent par me crisper. C’est souvent là où je me perds car je ne sais pas s’il faut que je laisse mon corps faire ou non. D’après mon expérience personnel, ces contractions finissent par parasiter le plaisir.

    Donc, ce que j’ai fait, c’est essayer de me détendre (plus facile en se réveillant), de penser à autre chose dans un premier temps. Puis, je me suis focalisé sur des pensées érotiques tout en intégrant le titillement, que je sentais au niveau de la prostate, à ces fantasmes. Ça m’a permis de me retrouver en position de spectateur par rapport à mon corps que j’encourageais à se détendre. En visualisant ces pensées érotiques, j’ai maintenu les contractions à leur niveau le plus bas, comme une caresse sur la prostate.

    Le chatouillis s’est amplifié, de plus en plus fort, jusqu’à devenir presque insoutenable, tout en étant perçu comme une sensation de plaisir qui m’a fait ouvrir grand les yeux et la bouche. Je pense que ça aurait pu durer plus longtemps, mais ce n’était pas facile à maintenir donc ça a finit par s’arrêter.

    J’identifie cela comme un orgasme de « premier type », par rapport à ce que je disais au-dessus. C’est à dire une sensation centrée sur la prostate et le périnée. Donc, d’après ce que vous me disiez, Andraneros, il semble que ce soit une forme de l’orgasme prostatique.

    #19583
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Selon mon expérience je dirais comme vous. J’ai connu les mêmes sensations en pensant à l’époque que « ce n’était que des vagues de plaisir ». Ce n’est que plus tard, quand je suis parvenu à faire durer et laisser s’amplifier ces sensations jusqu’à la perte de contrôle, que j’ai accepté l’idée que c’était en réalité mes premières expériences de l’orgasme prostatique.

    En m’endormant avec le masseur en place je pouvais émerger de mon sommeil, en pleine nuit ou au petit matin, le corps profondémment détendu et l’esprit libre de toute pensée parasite entièrement concentré sur l’instant, sur mes sensations. La relaxation et les contractions volontaires consciencieusement faites après le coucher me programmaient pour la suite de la session au réveil.

    La progression s’est faite lentement ; j’ai d’abord pu renouveler ces vagues quand elles s’effaçaient après quelques secondes ; puis j’ai su les faire durer plus longtemps ; enfin le plaisir que je ressentais est devenu de plus en plus intense et les vagues repartaient d’elles mêmes, automatiquement sans que je n’ai plus rien à faire.

    Je comprends que votre session matinale s’est déroulée sans la présence de votre masseur, étant donné que vous ne mentionnez ni sa présence ni son action. C’est fantastique. Votre prostate est particulièrement bien « réveillée ». Vous devriez normalement retrouver très vite les mêmes sensations avec votre masseur et probablement ressentir sous l’effet de son action une intensité de plaisir supérieure à celle que vous venez de vivre.

    Bon cheminement @Lerris

    #19585
    AvatarLerris
    Participant

    Merci pour vos paroles qui me rassurent et me confirment dans mon opinion. Ce sont les prémices et j’apprends peu à peu à faire émerger toutes ces sensations, les conserver plus longtemps, etc. Jusqu’à maintenant, je n’étais pas vraiment sûr d’être sur le bon chemin, et je me perds encore un peu. Mais, je progresse. D’ailleurs, jusqu’à peu, je ne ressentais pas ce titillement de la prostate aussi nettement. Alors que, maintenant, il me suffit de me concentrer un peu et je sens ce chatouillement. Quelques fois, je ressens également une sorte de tension, comme un courant électrique au niveau de la prostate. Et, hier après-midi, j’étais devant mon ordinateur, et j’ai ressenti une vague de bien être en écoutant une chanson, un début de plaisir. J’ai laissé tout ça se réveiller et il me semble également avoir eu quelques orgasmes, mais plus courts et moins intenses.

    Je comprends que votre session matinale s’est déroulée sans la présence de votre masseur

    Ah effectivement je n’ai pas mentionné ce « détail » car pour moi c’est devenu habituel. La plupart des sensations que je peux décrire sur ce forum, sont ressenties sans l’aneros. Je ne l’ai pas utilisé depuis un petit moment. J’ai juste testé le Vice depuis ma dernière séance et j’ai également utilisé une ou deux fois un jouet Njoy. Je note tout de même que cela m’a permis de développer mes sensations.
    Je compte refaire une séance avec l’aneros sous peu, mais il faut que je réunisse les bonnes conditions. Je n’arrête pas de repousser parce que je suis fatigué, ou que mon transit n’est pas au mieux.
    En tout cas, je suis curieux de voir si je retrouve les mêmes sensations avec l’aneros effectivement. Je me souviens d’une nuit où je l’ai porté et j’ai vraiment bien ressenti le plaisir apporté par l’objet lorsque des contractions le faisaient glisser sur la prostate.

20 sujets de 61 à 80 (sur un total de 161)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.