20 sujets de 81 à 100 (sur un total de 161)
  • Auteur
    Articles
  • #19643
    AvatarLerris
    Participant

    Me revoilà. J’ai enfin eu l’occasion de faire une petite séance avec mon masseur prostatique Helix et le Vice.
    Ce n’était pas prévu, j’ai eu un créneau et c’était parti. De plus, contrairement à d’habitude, où je dois m’isoler dans la salle de bain pour me préparer, injecter du lubrifiant silicone etc. Cette fois j’ai juste utilisé un lubrifiant eau (le Vice étant en silicone) que j’ai appliqué sur l’objet et l’anus. J’ai été doucement à l’insertion et ça s’est bien passé. Donc, moins de préparation, moins de stress.

    Pour m’isoler un peu du bruit ambiant, j’ai essayé de mettre de la musique d’ambiance (ambiant night pluto pour ceux que ça intéressent).
    Bonne idée car cela m’a permis de me concentrer sur la musique et me place en spectateur de mon corps (du moins au début). Sans cette extériorisation de ma conscience, j’ai souvent du mal à atteindre de bonnes sensations. Du coup, grâce à la musique, je me suis détendu rapidement et je me suis mis à flotter. Après quelques dizaines de minutes, je pense avoir eu 3 tous petits orgasmes. C’était très léger et diffus. Mais, c’était agréable. Mon cœur battait fort.

    J’aurais pu continuer sans doute, mais j’avais environ 1h devant moi et je voulais réessayer le Vice. Je l’ai donc dégainé. Enfin, en réalité, quand j’ai bougé j’ai senti mon corps lourd, je m’étais vraiment enfoncé dans une relaxation assez profonde. Je suis donc un peu sorti de cet état pour insérer le Vice. J’ai attendu un fois en place, puis j’ai lancé les vibrations. J’ai beaucoup plus apprécié que la première fois. Je pouvais sentir les vibrations à la fois dans le coccyx, la prostate, le périnée, etc. Cependant, les vibrations sont tellement prenantes que, pour l’instant, j’ai du mal à les distinguer des autres sensations.

    J’ai tout de même passé un bon moment. Par contre, à la fin, j’ai commencé à faire des contractions un peu plus fortes pour que l’objet fasse des va-et-vient. J’ai ressenti un plaisir différent, plus brutal. J’ai commencé à me tortiller et à me crisper. A la fin je l’ai même un peu bougé à la main. Bref, cela a abouti à une éjaculation sans les mains. Pas forcément le but de la séance mais pas déplaisant non plus.

    Voilà, donc une session riche en sensations très différentes.

    Un bémol : J’ai remarqué que lorsque j’utilise les jouets Aneros, ou même un dildo avec préservatif, j’ai une légère irritation au niveau de l’entrée de l’anus. Ça chauffe. En principe, j’attends un peu et ça finit par passer. Je ne crois pas avoir cette sensation avec un jouet en métal.

    #19644
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Je vois @Lerris que vous faites vos sessions avec de plus en plus de facilité et de naturel :

    Ce n’était pas prévu, j’ai eu un créneau et c’était parti… moins de préparation, moins de stress… Après quelques dizaines de minutes, je pense avoir eu 3 tous petits orgasmes. C’était très léger et diffus. Mais, c’était agréable. Mon cœur battait fort.

    J’ai l’impression que maintenant vous ne cherchez plus à déclencher quoi que ce soit, que vous savez intimement que la jouissance vous attend et que vous n’avez qu’à ouvrir la porte pour qu’elle vous pénètre jusqu’à vous submerger quand les conditions sont réunies. Vos progrès consistants vous ont permis de devenir confiant et d’ouvrir un véritable boulevard pour la suite de votre cheminement, à la place de la voie étroite que vous parcouriez avec hésitation il y a six mois :

    Les sensations sont tellement nouvelles que j’ai peur que ça m’échappe et de ne plus y arriver.

    Nouvelle séance, aujourd’hui. Assez frustrante je dois dire. Durée : environ 5h.

    Votre évolution sur ce point apporte à nos amis, qui débutent leur cheminement entravés dans le doute et la frustration, une belle illustration de l’état d’esprit le plus favorable pour l’accès au plaisir prostatique.

    Je suis heureux de lire que votre confiance vous permet maintenant de capitaliser sur un début de session gentiment orgasmique pour faire une expérience avec un Vice encore nouveau pour vous. Cet état d’esprit expérimental, libéré de toute chasse à l’orgasme, vous permet de découvrir ce que ce jouet peut vous apporter et surtout d’enrichir considérablement votre catalogue de sensations

    J’ai beaucoup plus apprécié que la première fois. Je pouvais sentir les vibrations à la fois dans le coccyx, la prostate, le périnée, etc. J’ai beaucoup plus apprécié que la première fois. Je pouvais sentir les vibrations à la fois dans le coccyx, la prostate, le périnée, etc. ela a abouti à une éjaculation sans les mains. Pas forcément le but de la séance mais pas déplaisant non plus… Voilà, donc une session riche en sensations très différentes.

    Votre irritation est peut-être dûe à un manque de lubrifiant sur l’entrée de l’anus. Vous avez écrit dans l’un de vos témoignages plus ancien que vous nettoyiez très soigneusement le pourtour de l’anus pour ne pas marquer vos draps.

    Vous méritez tous les encouragements que vous avez reçus et que je renouvelle. Continuez votre cheminement vous irez, j’en suis sûr, bien au delà de ce que vous pouviez imaginer quand vous avez commencé cette aventure. Bon cheminement @Lerris.

    #19646
    AvatarLerris
    Participant

    C’est vrai que je suis sûrement moins tendu qu’avant car j’ai déjà gouté à de vrais sensations de plaisir prostatiques et je sais qu’il est possible de les reproduire. Par contre, j’aimerais tout de même avoir un peu plus de temps et d’occasions pour faire des sessions car à chaque fois je remarque une avancée dans mes sensations sans Aneros, le jour d’après notamment.

    Vous avez écrit dans l’un de vos témoignages plus ancien que vous nettoyiez très soigneusement le pourtour de l’anus pour ne pas marquer vos draps.

    Je ne me rappelle pas avoir écrit cela et cela m’étonne car je mets toujours une serviette sous mes fesses pour préserver les draps. En tout cas, je ne m’en suis pas préoccupé cette fois-ci, et j’ai tout de même été irrité. En fait, je ne crois pas que ce soit un manque de lubrifiant car j’ai cette irritation même quand j’en mets beaucoup, que ce soit du lubrifiant eau ou silicone. Par contre, pas d’irritation avec les jouets en métal. Après, il faut dire que j’ai développé une sensibilité à certaines matières à cause de l’utilisation, dans le passé, de jouets qui n’étaient pas de super qualité (constitués de matières sans doute allergisantes). Avec les Aneros, l’irritation est limitée et elle finit par passer, mais elle est tout de même présente au début et c’est dommage.

    #19647
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Excusez-moi de vous avoir attribué par erreur une affirmation qui ne venait pas de vous. Je ne devrais pas écrire quand je ressens encore les effets de ma dernière session ! Bon cheminement @Lerris.

    #19649
    AvatarLerris
    Participant

    Une séance trop intense ? 😀

    Aucun problème concernant votre affirmation, d’autant plus que j’ai pu, en effet, parler du fait que j’essuyais un peu le surplus de lubrifiant, à un moment donné. Mais, pas au point de provoquer une irritation cependant.

    #19652
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    J’ai effectivement retrouvé ce que vous écriviez le 29 décembre :

    De plus, avec le lubrifiant, je suis obligé de prendre des précautions pour ne pas tacher le lit etc. Bref, ça me demande de mettre le lubrifiant dans la salle de bain, d’essuyer tout surplus, etc.

    et qui m’ fait penser que le pourtour de l’anus manquait peut-être de lubrification.

    Cette recherche m’a aussi permis de constater que vous avez fait des progrès remarquables dans la maîtrise de votre plaisir depuis ce que vous écriviez ce 29 décembre :

    mais si je stoppe ma relaxation sans Aneros, en journée, pour le mettre en place, je pense que je vais perdre
    toute ma relaxation… Pour conclure, il semble que j’ai du mal à trouver le bon état en journée et avec l’Aneros. Mon corps est sans
    doute déjà sous tension et, quand je mets l’Aneros et que je me prépare, c’est déjà comme si j’en attendais
    quelque chose, ce qui brouille le chemin.

    Même en état de d’activité diurne vous parvenez maintenant à atteindre le plaisir rapidement puis à sortir de votre concentration et à retrouver aussi vite votre abandon au plaisir que fait naître votre masseur. Précédemment vous n’y parveniez, me semble-t-il, que la nuit en demie torpeur ou demi éveil. Vous avez franchi un pas important qui me réjouit.
    Bon cheminement @Lerris.

    #19653
    AvatarLerris
    Participant

    Oui, effectivement, je retire le surplus, mais pas de façon forcené. Et, lors de ma séance précédente, je ne l’ai pas fait car j’utilisais du lubrifiant eau qui est moins problématique au niveau des taches. Bref, je ne pense pas que l’irritation vient de là. Peut-être que j’ai simplement l’entrée de l’anus déjà irrité avant l’insertion de l’Aneros. Je ne sais pas.

    C’est vrai que j’ai moins de mal à retrouver les sensations de plaisir. Je suis moins tendu et j’en fait moins une obsession.
    En journée, sans Aneros, les sensations viennent même à moins d’elles-même. Il suffit d’une musique agréable ou de pensées érotiques, et elles frappent à la porte. Il m’arrive donc d’avoir du plaisir assis sur ma chaise (peut-être des orgasmes, mais j’ai encore du mal à le réaliser). Hier, j’ai même eu une montée de plaisir assez puissante en lisant un livre.

    Du coup, je sais qu’il n’y a plus vraiment d’obstacle à ce plaisir, le fait de le savoir me permet de faire des séances d’Aneros sans me mettre la pression. Je n’obtiens pas forcément un plaisir aussi grand pendant ces séances par rapport au reste du temps, sans Aneros, mais ce n’est pas grave, car ce sont tout de même de bons moments. Et puis, cela me fait vraiment progresser, à chaque fois je sens que ça éveille encore plus ma sensibilité.

    Par contre, un des problèmes du moment, ce sont des tensions musculaires douloureuses qui ne me lâchent presque jamais. Il faut que je m’en occupe car je sais que ça me freine et ça a tendance à m’énerver.

    #19675
    AvatarLerris
    Participant

    Quand je disais que mes rares séances me font à chaque fois progresser…
    Hier, la journée a été très riche !
    J’ai passé une bonne partie de la journée à enchaîner les orgasmes sur ma chaise. Je pense que je peux qualifier cela d’orgasmes maintenant car c’est tout de même une montée de plaisir qui s’intensifie puis qui finit par retomber.
    Ensuite, avant ma douche, j’avais très envie de me masturber « normalement ». Je l’ai fait doucement, debout, et les sensations étaient délicieuses. Elles continuaient à provenir de la prostate, jusqu’à la toute fin où elles se sont plus concentrées sur le pénis. J’ai éjaculé en trois fois car je m’arrêtais à chaque fois que je sentais l’orgasme venir.
    Enfin, après m’être couché, les sensations sont revenus. J’étais détendu, mon corps était aussi lourd que de la pierre, et j’ai de nouveau eu quelques orgasmes.
    Et tout cela sans Aneros donc. Pour moi l’Aneros est finalement comme une sorte d’outil pour progresser, monter les échelons à intervalles plus ou moins réguliers. Cependant, une grande partie du plaisir que je peux ressentir, cela se passe sans lui, en dehors de mes séances.

    #19681
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    C’est magnifique @Lerris ! Vous êtes finalement entré dans le cercle de nos amis qui baignent dans le plasir orgasmique de nuit comme de jour. Vous allez découvrir à présent, au fil de vos prochaines sessions, à quel point l’intensité de votre plaisir va continuer à s’intensifier. Je pense que votre longue recherche du plaisir anal, telle que vous nous l’avez décrite dans l’ouverture de ce sujet, vous avait déjà bien préparé à la conquête de l’orgasme prostatique, même si à l’époque le plaisir intense et répété n’était pas encore accessible.

    Si vous ne l’avez pas encore fait je vous propose de lire les témoignages de nos amis qui ont vécu leur plongée dans la jouissance prostatique un peu comme vous :
    Ultra chanceux ou fou
    Orgasme prostatique par contraction du perinee
    Plaisir ressenti sans insertion de mon aneros
    Orgasmes inconnus par moi
    Lucky son experience sa basilique du xiieme son petit joyau
    et plus particulièrement cette intervention et celle-ci

    Vous illustrez à merveille que le masseur prostatique est un support d’apprentissage qui permet à son utilisateur de mieux percevoir ses sensations de plaisir interne et de les développer ou de les laisser se développer jusqu’à l’abandon orgasmique. Bon cheminement @Lerris.

    #19702
    AvatarLerris
    Participant

    Bonjour,
    Merci pour les liens, j’en avais déjà lu une partie, et j’ai parcouru les autres.

    Cependant, une des interventions m’a frappée :

    j’ai 40 ans et moi aussi j’ai voulu accéder à l’orgasme prostatique… Apres avoir essayer quelques sessions avec l’anéros sans réel succès je dois dire… J’ai commencé à prendre conscience de mon corps et déclencher des orgasmes sur commande… Certains dirons que c’est le rêve, mais c’est aussi une véritable aliénation…

    Une boulimie OP mêler à des masturbations classiques ( utiles pour clore définitivement le besoin de recommencer quelques minutes plus tard ) m’ont amener à avoir des problèmes dont je ne suis toujours pas sorti, bien que les choses aillent bien mieux déjà ( voilà plus de six mois )
    Maux de testicules, dysurie, pesanteur dans le rectum… Et ses spasmes qui n’arrêtent pas…
    Pendant plusieurs heures par jour mon pénis se rétracte car les muscles pelviens travaillent encore inconsciemment…
    Pour faire court : Visite chez l’urologue, échographie de la prostate ( ras ), IRM pelviens ( ras)
    Au plus fort de mon problème, je ne pouvais même plus contracter mes muscles tellement ils étaient douloureux…
    Plus d’érection sans sollicitation manuel ( toujours pas revenu ça ) et chaque fois qu’un désir sexuel apparaissait, au lieu d’avoir une érection mon esprit s’ouvrait sur la voie de ses fameux OP…

    Ce genre de retour d’expérience m’inquiète car je ne voudrais vraiment pas qu’il m’arrive la même chose. Surtout que je ressens cette sorte de boulimie.

    Alors, ces jours-ci, j’ai un peu calmé le jeu. Le moment s’y prête car j’ai une petite baisse de libido et des sensations prostatiques. Il faut dire que les quelques jours précédents, comme je l’avais dit, j’ai eu pas mal de sensations. Ça m’a sans doute un peu épuisé. D’ailleurs, ça s’est terminé sur une magnifique relation avec ma compagne, pendant laquelle j’ai failli m’évanouir tellement les sensations étaient puissantes. Le lendemain, je pense que ma prostate était fatiguée, donc repos.

    #19703
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Je pense @Lerris que vous ne devez pas vous inquiéter. Je le disais déjà en répondant à l’inquiétude éprouvée par @marmo le 7 mai 2015. Ce témoignage est exceptionnel parmi tous ceux que j’ai lus sur la pratique du massage prostatique. Malheureusement @stephane n’a pas complété son témoignage au-delà de cette première inervention sur notre forum de sorte que nous n’avons pas pu mieux comprendre ce qui lui est arrivé ni savoir comment son état a évolué.

    Pour certains la découverte d’un plaisir orgasmique aussi intense qui pulvérise les schémas de plaisir usuels peut être un évènement déstabilisant et devenir une source de problèmes (addiction, dépression, rupture de relation, etc.) si leur vie au même moment les met en situation de fragilité. Nous retrouvens les mêmes effets avec de nombreuses autres causes. Je n’ai pas l’impression que vous soyez dans cette situation. C’est excellent que vous vous posiez et que vous nous posiez cette question. Vous faites ainsi la preuve que vous savez prendre un peu de recul pour maintenir les équilibres de votre vie. Douter raisonnablement est la meilleure manière d’avancer.

    Votre dernier paragraphe me rassure et surtout me réjouit. Vos ébats amoureux avec votre compagne atteignent des sommets que vous n’aviez pas encore gravis jusqu’à maintenant. A-t-elle fait la même constatation et vous en parle-t-elle ? J’ai l’impression que venez de vivre avec elle un (ou plusieurs?) orgasme aussi intense que celui dont vous nous parliez le 9 avril dernier. Ces « effets secondaires » devraient vous plonger dans le bonheur et dans la confiance de ce que vous apporteront vos futurs progrès vers le Super O’. Bon cheminement @Lerris.

    #19707
    AvatarLerris
    Participant

    A propos de la première partie de votre message, je reste tout de même sur mes gardes, on ne sait jamais.

    C’est vrai que mes relations sexuelles ont un peu évoluées, le plaisir est encore plus grand et forcément ma compagne s’en est aperçu. Ça ne pose pas de problèmes, il me semble, je pense même que c’est pour le mieux et que ma compagne apprécie de pouvoir me donner ce plaisir. Depuis que j’ai découvert l’Aneros, et que je pratique, je me casse presque la voix à chaque ébat amoureux, je suppose que c’est bon signe.

    Effectivement, les sensations que j’ai ressenties étaient similaires à celles dont j’ai parlé précédemment. Le plaisir est tellement fort que ça en devient presque insupportable et j’ai l’impression que je vais m’évanouir.

    Bref.
    Hier j’ai tenté une séance Helix, puis Vice, puis Pure Wand.
    J’ai démarré comme l’autre fois, d’abord avec l’Helix en me relaxant avec une musique en fond.
    Cela a été agréable, et je pense avoir eu quelques orgasmes.
    Puis, j’ai inséré le Vice. J’ai presque eu un orgasme à ce moment-là tellement j’étais devenu sensible.
    Je suis plus mitigé sur l’effet des vibrations, encore une fois. Cela a tendance à me crisper et à se superposer aux sensations, que j’ai du mal à ressentir. J’ai eu tout de même des moments bien agréables.
    Puis, pour finir, le Pure Wand, du côté le plus gros, étant donné que le Vice avait déjà… « Ouvert la voie ».
    Des supers sensations également, des orgasmes aussi je pense.
    J’ai finis par une masturbation normale car je n’en tenais plus.

    Chacun de ces jouets a sa propre « personnalité ». L’Helix est léger et les sensations sont plus subtils. Le Vice se fait plus sentir et j’ai eu l’impression qu’il épousait vraiment mon anatomie. Les vibrations sont quelque chose de particulier. C’est agréable, difficile à définir, mais cela provoque les contractions au niveau de la prostate. Donc, si les vibrations sont continues, je trouve que la contraction l’est aussi. Le mode alternatif, permet de retrouver des contractions par intermittences. Le pure Wand, n’a rien à voir avec les deux autres même si on peut retrouver des sensations similaires. Je l’ai utilisé sans les mains au début, avec de légers mouvements de hanches, et il se passe vraiment quelque chose. Il est aussi intéressant à utiliser pour aller stimuler plus en profondeur au niveau des sphincters, ou à l’entrée de l’anus. Il peut aussi servir pour du milking. Bref, un objet vraiment intéressant.

    Je me dis que je vais peut-être tester le Vice sans vibration en mode assis. Voir ce que ça peut donner.

    #19708
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    @Lerris vous nous disiez le4 mai :

    Ma première question c’est : « Est-ce qu’à un moment donné, l’orgasme finit par être « facile d’accès » » ? Ou faut-il constamment prendre beaucoup de temps pour l’atteindre, même avec beaucoup d’expérience dans le domaine ?

    Puis le 8 juin :

    Hier j’ai tenté une séance Helix, puis Vice, puis Pure Wand.
    J’ai démarré comme l’autre fois, d’abord avec l’Helix en me relaxant avec une musique en fond.
    Cela a été agréable, et je pense avoir eu quelques orgasmes.
    Puis, j’ai inséré le Vice. J’ai presque eu un orgasme à ce moment-là tellement j’étais devenu sensible…
    J’ai eu tout de même des moments bien agréables.
    Puis, pour finir, le Pure Wand, du côté le plus gros, étant donné que le Vice avait déjà… « Ouvert la voie ».
    Des supers sensations également, des orgasmes aussi je pense.
    J’ai finis par une masturbation normale car je n’en tenais plus.

    J’ai l’impression en lisant ce que vous avez écrit hier que votre expérience doit vous conduire à répondre par oui à la première partie de votre question et par non à la seconde. Vous semblez avoir atteint maintenant un niveau de sensibilité prostatique qui vous permet d’atteindre un état orgasmique quand vous le vouslez si les conditions sont réunies.

    J’espère que vos nouvelles capacités effacent peu à peu les doutes qui étaient vos compagnons de route au début et renforcent votre confiance à être emporté très bientôt par ce que vous vivrez comme votre premier Super O’. Bon cheminement @Lerris.

    #19713
    AvatarLerris
    Participant

    Si les conditions sont réunies. Comme vous le dites.
    Car, en ce moment, j’ai un peu des hauts et des bas.
    Certains jours, l’étincelle prostatique est absente. Comme en ce moment.
    Je suppose que mes tensions musculaires, mes maux de ventre, ma fatigue et une petite baisse de libido n’y sont pas étrangers.
    Cependant, c’est assez frustrant, car on finit par s’habituer à un accès plus facile au plaisir prostatique. Les jours « moins bien », j’ai tendance à essayer d’aller chercher quand même ce plaisir, alors que mon corps ne veut pas. Ce qui me conduit à pas mal de crispation et un peu de déception.

    #19714
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Car, en ce moment, j’ai un peu des hauts et des bas.

    Cette alternance entre les périodes pendant lesquelles @Lerris vous accédez à l’orgasme avec facilité et celles pendant lesquelles vous n’y parvenez pas est assez fréquemment évoquée dans le forum du fabricant des Aneros. Elle porte même le nom de « dry spell » en anglais, période creuse en français. Cette alternance devrait définitivement vous aider à éliminer vos craintes de vivre une situation aussi extrême que celle décrite par @stephane.

    Quelle que soit la tentation de multiplier ces moments de jouissance profonde, vous n’en êtes pas prisonnier puisque votre rythme de vie (manque de temps, manque d’intimité, soucis…) aussi bien que vos rythmes corporels (fatigue, tensions musculaires, problèmes de santé…) vous en ferment l’accès sans vous empêcher de vivre. L’important pour vous est d’accepter ces cycles naturels sans inquiétude. Développer un tel état d’esprit doit devenir de plus en plus facile pour vous @Lerris dans la mesure où vos magnifiques progrès sont là pour nourrir votre confiance.

    Chaque fois que vous avez traversé une période creuse, pendant laquelle vos nouvelles capacités à plonger dans une jouissance plus profonde que celle que vous connaissiez précédemment semblaient perdues, vous en êtes sorti en découvrant que vous pouviez ressentir encore plus de plaisir plus facilement. De mon point de vue quand vos orgasmes ne répondent pas à vos appels vous pouvez exprimer des regrets mais vous ne devez pas ressentir de frustration. Ces cycles font désormais partie de votre vie.

    Bon cheminement @lerris.

    #19715
    fideliofidelio
    Participant

    je m’immisce sur la pointe des pieds dans ton post @lerris , parce que je suis un peu down comme toi en ce moment et que j’ai la tentation aussi de tomber dans la frustration et le dépit de trouver mes sensations éteintes.

    Mais ce qui me fait réagir là maintenant ce sont les retours toujours positifs, bienveillants et sages de @Andraneros qui permettent de ne pas glisser là-dedans. Permets-moi de profiter de ton post pour le remercier de cela. On a de la chance de trouver cette qualité d’écoute ici. Merci @Andraneros !
    😉

    #19716
    AvatarLerris
    Participant

    Andraneros : Je suis conscient que le corps ne peut pas être à fond tout le temps. Mais, ça peut tout de même être un peu difficile à vivre. Surtout quand on vient de découvrir un nouveau plaisir, qu’on a l’impression de pouvoir appeler à volonté certains jours. Puis, on se lève un jour, et c’est comme s’il n’y avait plus rien, et on se demande si on a pas tout simplement rêvé.
    Mais bon, comme vous le dites, les sensations reviennent avec un peu de patience. Il faut juste que je m’y habitue et que je profite des creux pour me reposer et penser à autre chose.

    Je dis ça, mais hier je ne l’ai pas fait. Le matin, c’était le calme plat (quand j’ai écris mon message), mais l’après-midi ça s’est un peu réveillé. J’ai eu un petit moment de libre à ce moment-là, et j’ai décidé d’essayer le Vice assis et sans vibrations. Des sensations sympas, mais ça finit par faire mal au niveau des deux butés. Au moment d’aller le retirer, je me suis dis que j’allais essayer de l’utiliser à la main pour voir. Je m’étais bien habitué à l’objet et donc j’ai pu le faire glisser entièrement. J’avoue que ça a été un moment très appréciable.

    Plus tard, je suis allé me reposer dans mon hamac. Et là, j’ai visualisé deux points qui m’envoyaient des signaux, au niveau du périnée et de l’anus. Je crois que j’ai eu des orgasmes et de la prostate et de l’anus. En fait, difficile de faire la différence c’était peut-être même des orgasmes du périnée. J’avais le muscle qui se contractait et se décontractait, soit au niveau du périnée, soit au niveau de l’anus. C’était différent de d’habitude, je crois que la session avec le Vice a augmenté ma sensibilité rectale. Les sensations se sont répétés ce matin sur la plage… Plus doucement évidemment. C’est un bon exercice car il faut rester très calme et éviter les spasmes, sinon ce n’est pas très discret !

    Je me dis quelques-fois que les périodes creuses proviennent en réalité d’une sensibilité qui s’émousse avec le temps, si je ne la ravive pas. Comme vous le savez, je ressens toutes ces sensations sans l’Aneros en place. Et ces sensations progressent après une session avec l’Aneros. Je me dis donc que l’Aneros ou les autres jouets allument les braises et que la flamme brûle ensuite les jours suivant, mais finit par s’estomper…

    Fidelio : Immisce toi tant que tu veux ! 😀 On est là pour partager. Concernant nos frustrations, je suppose que cela vient d’un manque d’expérience. On a peur que les sensations ne reviennent jamais. Mais, je suppose qu’avec le temps on apprend à faire avec les hauts et les bas.

    Je remercie moi aussi Andraneros sans qui le forum ne serait pas le même !

    #19717
    HyménéeHyménée
    Participant

    Bonsoir à vous,

    Je remercie moi aussi Andraneros sans qui le forum ne serait pas le même !

    Tout à fait, merci Andraneros 🙂

    J’ai lu ce soir tout le fil de discussion de Lerris, et c’est vrai que ton parcours est magnifique ! Bravo ! 🙂

    Plusieurs choses me sont venues à l’esprit. La première est que souvent, je me suis dit : c’est pas possible : il y est, mais ne s’en rend pas compte.

    Pourquoi ne pas vous idre simplement que vous êtes arrivés, qu’il n’y a plus rien à aller chercher ?

    De toute façon, on n’a pas conscience des étages suivants. On les espère, on les imagine, on passe à côté tant qu’ « on » ne nous a pas permis de les atteindre.

    Le « on » peut être selon chacun. Cela peut être cette part de vous dont vous décrivez, Lerris, comme étant en lutte pour le contrôle de votre propre corps.

    Pour ma part, cela a très longtemps été … mon contexte social : j’attendais qu’ « on » n’attende plus rien de moi, pour que je puisse passer un cap orgasmique. Alors, j’ai appris à être très attentif à mon environnement pour déceler la faille, savoir prendre la fuite en ayant donné ce que j’avais à donner. Et j’ai beaucoup donné.

    Vous avez aussi parlé de la lourdeur de votre corps. Votre séance avait amené votre corps dans un état de détente dont vous n’aviez pas conscience. J’ai aussi souvent vécu cela : un eespèce d’état modifié de conscience. J’avais l’impression que le temps avançait différemement aussi tellement j’étais pris par l’extase. Cela m’arrive moins, voire pas du tout. Disons que je n’y fais plus attention. Mon attention est ailleurs. 🙂

    Sinon, j’ai appris avec le Pure Wand à me faire jouir … comme une femme fontaine. stimulation très énergique de l’intérieur du rectum, alors que ce dernier est dans un état d' »ouverture » et le demande. Il faut oser être à l’écoute de son corps, attendre qu’il s’exprime, qu’il dise : fais moi jouir, et laisser faire ses gestes pour contenter. Là, l’orgasme prend tout sur son passage, avec une belle palpitation des muscles de la vessie.

    Mais le Pure Wand ne peut se réduire à cela : il peut laisser émerger des orgasmes un peu partout : hier soir, il m’est arrivé quelque chose d’étonnant : j’ai repensé à ma masseuse que je n’ai fréquenté depuis longtemps, alors que le Wand m’avait déjà bien chauffé de l’intérieur. Je ne bougeais plus, finalement content de ce début de session. Le wand était en stationnaire et je me suis laissé emporté par un fantasme sans même m’en rendre compte, m’imaginant bientôt aux côtés de ma masseuse, telles des retrouvailles bienheureuses et m’imaginant m’ouvrir totalement à un orgasme par un va-et-vient du wand. Je me souviens de son regard brillant la dernière fois où j’ai fait cela avec elle. Une barrière s’est dissipée dans mon fantasme, et tout à coup, mon corps m’a rappelé au réel car il avait commencé sa danse et me voulait à ses côtés. C’est vraiment délicieux de s’abandonner comme cela, pris dans le ciel des fantasmes.

    On peut faire ce qu’on veut d’un corps qui s’est décidé à tout recevoir, à tout donner, sans limite, sans contrainte.

    En tout cas, Lerris, je vous trouve suffisamment cérébral pour atteindre les sommets. Continuez et profitez ! 🙂

    Pour ma part, j’ai eu beaucoup de moments de doute, des moments de flip, avec un corps qui n’acceptait pas d’avoir été agressé dans ses faiblesses. Il faut savoir se baigner dans le pardon, reconnaitre ses maladresses et diriger sa fougue vers l’inaccessible.

    Il faut oser y aller seul, lacher prise avec ce « on » qu’on a réussi à nommer, mais qu’on n’a pas osé affronter. C’est mon chemin. Je vous le propose. Ce n’est pas le chemin d’Andraneros, qui parie sur les échanges dans le couple. Chacun son chemin 🙂

    #19723
    AvatarLerris
    Participant

    Salut Hyménée,

    J’ai lu ce soir tout le fil de discussion de Lerris, et c’est vrai que ton parcours est magnifique ! Bravo ! 🙂

    Merci ! Mais je t’avoue que je doute qu’il soit si magnifique que ça en réalité.

    Plusieurs choses me sont venues à l’esprit. La première est que souvent, je me suis dit : c’est pas possible : il y est, mais ne s’en rend pas compte.

    Pourquoi ne pas vous idre simplement que vous êtes arrivés, qu’il n’y a plus rien à aller chercher ?

    Comme je le dis au dessus, je suis dans le doute.
    En fait, comme il est dit dans le traité Aneros, je pense que je ressens cette fameuse déréalisation. C’est-à-dire que, sur le moment, je peux avoir l’impression d’avoir atteint l’orgasme prostatique. Et puis, plus tard, l’impression s’efface rapidement de mon esprit et je ne sais plus bien si ce que j’ai ressenti était un plaisir véritable ou simplement de fortes contractions. C’est bête, je sais, mais c’est ce que je ressens. D’ailleurs, j’essaye d’écrire mes messages ici assez rapidement après mes séances car sinon mon point de vue change et je suis moins enthousiaste.

    Quand j’ai nommé mon sujet « mon expérience déroutante », je crois que c’était bien choisi car mes sensations ne sont jamais vraiment les mêmes d’un jour à l’autre. C’est aussi ce qui fait que je doute puisque je n’ai pas de repères. Si cela change constamment, c’est peut-être que je n’ai pas vraiment atteint ce fameux orgasme. Difficile à dire, forcément.
    De plus, chaque fois que j’ai l’impression d’avoir acquis le cheminement qui me mène vers du plaisir, ce chemin ce dérobe et je n’arrive plus forcément à retrouver le plaisir avec la même « méthode ». C’est assez troublant.

    Sinon, j’ai appris avec le Pure Wand à me faire jouir … comme une femme fontaine. stimulation très énergique de l’intérieur du rectum, alors que ce dernier est dans un état d’ »ouverture » et le demande. Il faut oser être à l’écoute de son corps, attendre qu’il s’exprime, qu’il dise : fais moi jouir, et laisser faire ses gestes pour contenter. Là, l’orgasme prend tout sur son passage, avec une belle palpitation des muscles de la vessie.

    Intéressant ! Cela veut dire que votre vessie se relâche au moment de l’orgasme ?
    Je n’en suis pas là avec le Pure Wand. Et, pour l’instant, les seuls sensations que j’ai pu ressentir et qui impliquaient la vessie, étaient plutôt des irritations en urinant après avoir essayé de stimuler la prostate avec les doigts.

    Il faut oser y aller seul, lacher prise avec ce « on » qu’on a réussi à nommer, mais qu’on n’a pas osé affronter. C’est mon chemin. Je vous le propose. Ce n’est pas le chemin d’Andraneros, qui parie sur les échanges dans le couple. Chacun son chemin

    J’essaye de faire un peu les deux… Lâcher prise dans des moments en solo, mais aussi partager un peu avec ma compagne.

    #19765
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    J’apprécie vos compliments à leur juste valeur et vous en remercie du fond du coeur ; mais ce qui me rend heureux c’est d’abord la lecture des témoignages de progrès vers l’accès à une forme de jouissance si intense et si bouleversante qu’elle nous mène aux portes de la spiritualité.

    Le forum ne serait pas le même
    – si Adam n’avait pas choisi de partager son expérience de l’orgasme prostatique,
    -si Adam n’avait créé « le site de la sexualité décomplexée, ludique et respectueuse 🙂 »
    – si Adam n’avait pas ouvert ce forum pour partage nos expériences,
    – si vos témoignages de plus en plus nombreux ne venaient pas le nourrir,
    – si vous n’étiez pas aussi fidèles.

    L’objectif d’un forum est le partage d’expériences et d’informations. J’ai l’impression que pour le moment tous ensemble nous avons atteint cet objectif. Continuons.

    Bon cheminement à tous nos lecteurs, lecteurs participants bien sûr mais aussi lecteurs furtifs que j’invite à nous rejoindre pour enrichir notre expérience commune et pour que vous bénéficiez vous aussi de conseils mieux adaptés à votre propre progression.

20 sujets de 81 à 100 (sur un total de 161)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.