Mots-clés : , ,

20 sujets de 201 à 220 (sur un total de 320)
  • Auteur
    Articles
  • #26838
    JieffeJieffe
    Participant

    Houlala mes amis, quel orgasme hier soir…

    C’était pourtant mal parti je trouvais. Pour faire écho à ce que dis bzo dans l’un de ses derniers message, je ne savais plus comment faire, me posais beaucoup de question bien que je voulais suivre ses conseils… Je ne ressentais pas grand chose… Bref, mal engagé me suis dis je
    Je pense alors que j’ai abandonné (je ne m’en rends compte que maintenant) et me suis dit tant pis, ce sera une séance sans.
    Et puis c’est arrivé. D’où, comment, je ne sais pas, mais le plus intense que j’ai connu (en même temps, je n’en ai pas connu beaucoup). Ça a duré un bon moment, et quelle puissance…. Wahou.
    En revanche, j’en ai déjà parlé et je ne sais pas si cela vous arrive, mais lorsque ça démarre, j’éprouve le besoin de me caresser, jusque là rien d’anormal, mais ce qui vraiment à déclenché cette fois ci et une fois précédente, c’est que je me masse (on ne peut plus parler de caresses) le bas du ventre, au dessus du pubis, rapidement, comme les filles lorsqu’elles se masturbent le clitoris (vous voyez ce que je veux dire?). Et là, boum, ça part et c’est puissant…
    Est ce que vous avez déjà expérimenté cette pratique?
    Lors de cet orgasme, j’ai eu une forte érection, j’ai cru que j’allais éjaculer, mais rien n’est sorti de mon pénis.
    C’était vraiment excellent.
    Je voulais recommencer, mais je me suis rapidement endormi, et j’ai dormi comme une masse!!!

    #26841
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Houlala mes amis, quel orgasme hier soir…
    c’est arrivé. D’où, comment, je ne sais pas, mais le plus intense que j’ai connu… Ça a duré un bon moment, et quelle puissance…. Wahou…
    C’était vraiment excellent.

    C’est magnifique @jieffe. Ton application et ta constance t’apportent la récompense que tu mérites. Tu peux remarquer que ce formidable orgasme est arrivé, comme par hasard, quand tu ne l’attendais pas.

    j’éprouve le besoin de me caresser, jusque là rien d’anormal, mais ce qui vraiment à déclenché cette fois ci et une fois précédente, c’est que je me masse… le bas du ventre, au dessus du pubis, rapidement, comme les filles lorsqu’elles se masturbent le clitoris… Et là, boum, ça part et c’est puissant…
    Est ce que vous avez déjà expérimenté cette pratique?

    Le démarrage est moins explosif chez moi. Je suis très détendu et la montée du plaisir est progressive. Les caresses ne viennent (spontanément maintenant) que lorsque j’atteins un niveau élevé de plaisir et me propulsent encore plus haut, à la manière d’un deuxième étage de fusée. Chez moi le bas du ventre, les testicules, les cuisses sont sensibles mais ce sont mes pointes de sein qui deviennent explosives sous les caresses. (NB : j’étais insensible à leur stimulation avant le début de mon cheminement).

    La fatigue ne t’a pas permis de renouveler ton orgasme mais tu sembles en avoir tiré un grand bénéfice pour le reste de la nuit. Comment te sens-tu ce matin ?
    Ton aventure ne fait que commencer. Bon cheminement @jieffe.

    #26842
    JieffeJieffe
    Participant

    Oui Andraneros, c’est magnifique.

    Tu peux remarquer que ce formidable orgasme est arrivé, comme par hasard, quand tu ne l’attendais pas.

    Et bien c’est en écrivant ce matin que j’en ai pris conscience. Je ne peux pas assurer que se ce soit passé de cette façon, mais en essayant de me remémorer cette séance (comme quoi il est important d’écrire, surtout lorsque l’on débute) que je me suis rappelé ce détail, qui a toute son importance comme tu le soulignes.

    mes pointes de sein qui deviennent explosives sous les caresses

    les miennes ont tendance également à devenir plus sensible, mais souvent, lorsque j’éprouve du plaisir, j’ai plus tendance à m’empoigner un sein, ou bien à pincer un peu l’aréole.

    La fatigue ne t’a pas permis de renouveler ton orgasme mais tu sembles en avoir tiré un grand bénéfice pour le reste de la nuit. Comment te sens-tu ce matin ?

    Ah ça, je me suis endormi très rapidement. Épuisement, contentement, fatigue de la journée??? J’avais en tête de me remettre un peu de ce que je venais de vivre et de recommencer, mais je n’en ai pas eu le temps, et je n’ai rien vu venir… 🙂
    Je pense qu’il doit y avoir de l’épuisement et oui, j’ai vraiment dormi comme un plomb.
    Ah je me sens bien aujourd’hui, fatigué mais bien (j’ai tout de même peu dormi). Je suis calme, serein, la tête pleine d’étoiles. Je me sens léger et j’ai envie de jouir de la vie… 🙂
    J’ai hâte de voir ce que me réserve l’avenir!

    Pour en revenir un peu aux mouvements, c’est la première fois que mon bassin se soulève et fait des mouvements de haut en bas. Un petit peu comme lorsque l’on fait l’amour, nous les hommes, mais c’était plutôt des petits mouvements comme peuvent le faire quelque fois les femmes pour cadencer l’acte. Ce que je souhaite surtout souligner ici, c’est que ces mouvements me procuraient beaucoup de plaisir, et que j’avais très peu conscience à ce moment là que je faisais également des contractions. Au sujet de ces contractions, ce n’est pas la première fois que je le constate, mais j’ai de bien meilleur résultat avec des contractions faibles à moyennes maintenus qu’alternées. Je maintiens donc une contraction, et mon corps prend le relais avec des contractions plus fortes.

    Pour l’anecdote, ce matin en réunion j’ai pris peur. Pour quelles raisons je ne sais pas, j’ai senti une excitation sexuelle et j’ai eu quelques contractions (volontaires ou pas, je ne l’ai pas bien identifié) et j’ai commencé à ressentir du plaisir. Rapidement ça c’est amplifié et j’ai eu peur de ne pas pouvoir m’arrêter. Lorsque ce type de contraction me prend (cela m’est arrivé quelques fois, notamment un lendemain soir de séance) je ne les commande pas. Plus elle génère de plaisir, plus elles continuent, et plus elles continuent, plus elles génèrent de plaisir…. Vous voyez le tableau??? 🙂
    J’ai très rapidement repris le dessus et concentré mon attention sur ce qu’il se passait. C’était dans une salle avec table en U. Impossible de se cacher!!!

    Bref, oui je suis content, et encore plus à me remémorer ces instants.

    #26848
    bzobzo
    Participant

    une fois précédente, c’est que je me masse (on ne peut plus parler de caresses) le bas du ventre, au dessus du pubis, rapidement, comme les filles lorsqu’elles se masturbent le clitoris (vous voyez ce que je veux dire?)

    tu le sais bien, tant que tu ne touches pas au sexe, toutes les zones sont « caressables » et susceptibles d’apporter des tombereaux de plaisir,
    oui moi aussi j’éprouve énormément de plaisir à caresser cette zone, les flancs aussi, partout en fait,
    je me caresse quasi sans cesse, parfois frénétiquement, parfois très lentement, de la tête aux pieds,
    même si mes zones privilégiées sont le bassin, les flancs, les bras,
    j’adore aussi me serrer dans mes propres bras, c’est très excitant quand on se serre lascivement , voluptueusement,
    il faut se caresser comme si on caressait quelqu’un d’autre

    aussi très important comme je l’ai déjà souligné de nombreuses fois,
    il est important de ne pas s’en tenir à des caresses traditionnelles
    mais utiliser aussi les ongles, se pincer, se griffer, etc
    cela devient très vite tout à fait naturel et complètement intégré et cela apporte énormément

    e souhaite surtout souligner ici, c’est que ces mouvements me procuraient beaucoup de plaisir,

    ça c’est très important, tu commences à intégrer ton corps comme acteur à part entière du plaisir prostatique,
    il y a moyen de développer cela d’une façon extraordinaire,
    dans pas longtemps, si tu progresses ainsi, tu vas ressentir le plaisir prostatique dans tout le corps de plus en plus,
    tu vas voir, c’est magique quand on commence à le ressentir partout
    et que tout le corps participe aussi à la génération de ce plaisir

    #26863
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour les amis,

    Excellente séance hier soir. Un premier orgasme qui arrive assez rapidement, un peu moins intense que celui que je décris ici mais pas piqué des hannetons tout de même.
    Assez similaire dans son déroulement. Le fait de bouger le bassin, un petit peu comme si je faisais des ronds avec, déclenche chez moi le plaisir, et c’est parti. Alors vient le moment où je me caresse, a l’envie. Je ne gère à ce moment pas du tout les contractions. Elles ne se présentent pas sous la forme de contractions de type tremblements, mais plutôt maintenues appuyées. Je n’y prête pas une attention particulière, elles se font sans aucune intervention de ma part. Alors mon bassin se soulève et fait des mouvements de haut en bas, ou d’avant en arrière selon comment on voit les choses. Cela ressemble à ce que décrit Adam dans cette section du traité d’Aneros, la figure du bas où l’on voit un homme sur le dos avec le bassin soulevé.
    C’est très très fort et très intense. Il me faut mordre les draps pour ne par hurler (je ne suis pas seul à la maison…)
    En revanche, je suis toujours incapable de dire d’où provient le plaisir et où est ce qu’il se situe. Je vais essayer d’y faire attention la prochaine fois.
    Une fois ce premier orgasme terminé et après un peu de repos, le reste de la séance s’est déroulé avec beaucoup de plaisir, mais pas de nouvel orgasme. Ça n’est pas grave, c’était excellent.
    La séance a duré près d’une heure (je ne chronomètre pas), j’ai décidé d’y mettre fin parce qu’après cette longue vague de plaisir, un bon mini O’ je dirais, le plaisir est parti, et je me suis senti vidé. Je sentais le sommeil arrivé, et j’ai pensé que comme lors de la dernière séance, je n’allais rien voir venir et sombrer dans les bras de Morphée.
    De toute façon, j’en avais assez.
    J’ai appliqué pour cette séance ce que décrit bzo ici. J’estime y être parvenu presque entièrement. Peut-être une ou deux pensées que j’ai suivies, mais guère plus. Je vais continuer mon exploration dans cette voie, mais je pense que c’est LA voie. Vraiment.
    La sexualité ne doit pas être intellectualisée, elle doit être instinctive. Il faut absolument à mon sens garder ça à l’esprit.
    Autre chose pour laquelle j’aimerais avoir vos avis, c’est sur la fin de l’orgasme. Je l’ai déjà dit et je commence à m’y faire, mais il est très déroutant. Nous sommes conditionnés par un arrêt libératoire, lié à l’éjaculation. Ici, rien n’annonce l’arrêt de l’orgasme. Il disparaît tout simplement, et je me pose la question à chaque fois de savoir si ce n’est pas une action volontaire de ma part, que j’aurais dû le laisser continuer, que je l’ai stoppé par épuisement. En fait, je pense qu’il n’en est rien, et qu’il disparait tout simplement. C’est assez déroutant pour nous les hommes.
    Je sais, ce thème a été maintes fois débattus, et sur mon journal également, mais tant qu’on ne le vit pas, c’est assez difficile à appréhender. Quoi qu’il en soit, je commence à m’y faire. Je pense que c’est aussi un apprentissage, en plus de celui du massage.
    Une dernière chose que je souhaite souligner, c’est la façon dont j’ai abordé cette séance. Pour être tout à fait honnête, dernièrement je n’ai pas fait autant de séance que j’aurais voulu par crainte de faire une séance ratée, et donc d’être frustré. Hier soir, je l’ai faîte comme ça, dans l’esprit de passer juste un bon moment. Parce que mes séances ratées ont presque toujours été des séances au moins agréable. Une re-connection à mon corps, un moment de détente, un moment pour moi… etc. Et c’est de cette façon que j’ai abordé la séance d’hier soir, surtout après ma dernière séance. Je suis vraiment parti dans l’esprit que compte tenu que j’avais connu une excellente séance la fois précédente, celle ci ne serait pas aussi intense. ‘Sans rien attendre’ donc comme maintes fois conseillé dans le traité et au travers des messages du forum.
    Enfin et je le confirmerai peut-être, je commence à entrevoir une réelle connexion entre mes seins et mon plaisir, ou ma prostate. Plus sous la forme d’un massage que de caresses des tétons, mais ça me fait tout de même bien décollé. J’en parlerais sur la discussion dédiée. Mais j’aime beaucoup!!!
    Une dernière chose que je souhaite consigner ici, c’est qu’il y a des sensations que j’éprouvais et que je ne retrouve pas. Rien de frustrant en regard de ce que j’éprouve maintenant, mais je souhaite les consigner pour voir si elles reviennent, ou si elles font simplement partie du chemin.
    La première sont ces papillons décrit dans le traité me semble t’il. Un espèce de fourmillement au niveau de la prostate, fort agréable, que j’ai ressenti lors de mes premières séances et que je ne ressens presque plus, et lorsque ça arrive, c’est assez faible.
    La deuxième, c’est lorsque le plaisir arrive, une contraction assez soutenue qui provient de la face avant de mon pubis, donc devant la prostate, et qui vient l’appuyer contre le masseur. C ‘est excellent.
    Je ne ressens plus ces sensations, ou alors de manière très faible, mais peut-être sont elles écrasées par l’intensité de la jouissance?
    Enfin voilà, je ne dirais pas que je suis ‘sorti d’affaires’ de façon certaine, mais ça prend une bonne tournure. Je reste conscient qu’il y aura des jours sans, mais je suis heureux…
    Quelle découverte mes amis. Je reviendrai sur les effets sur ma vie de tout les jours, tout cela est très nouveau, mais il me semble en percevoir.
    Le plaisir prostatique est à mon sens une formidable avancée dans notre vie d’homme.

    #26864
    bzobzo
    Participant

    Ici, rien n’annonce l’arrêt de l’orgasme. Il disparaît tout simplement, et je me pose la question à chaque fois de savoir si ce n’est pas une action volontaire de ma part, que j’aurais dû le laisser continuer, que je l’ai stoppé par épuisement.

    Cela pourrait une action de ta part qui a stoppé l’orgasme, cela peut arriver,
    par exemple qu’on est tellement content de le sentir arriver,
    qu’on en oublie de bien se laisser aller et de le vivre ou qu’on se met à l’observer trop
    ou encore qu’on est surpris par son intensité
    ou des manifestions physiques du genre tremblements, soubresauts, convulsions

    ceci étant dit, les orgasmes s’en vont comme cela, oui, ils vont et viennent,
    tu n’es plus loin de la phase où tu vas en éprouver de plus en plus durant ta séance,
    quatre, cinq, dix, pas de limites

    et puis il y aura les super O, ça c’est encore une autre histoire

    il faut mentionner aussi que tu as deux types d’orgasmes prostatiques,
    des orgasmes cérébraux et des orgasmes physiques,
    entre ces deux pôles tu as toute une variété,
    moi je suis plutôt du côté des orgasmes physiques, très physiques même,
    ceci dit j’ai déjà eu de magnifiques orgasmes « cérébraux »,
    très longs en général, sorte d’extase, l’impression que le temps et l’espace sont abolis

    #26865
    bzobzo
    Participant

    J’ai appliqué pour cette séance ce que décrit bzo ici. J’estime y être parvenu presque entièrement. Peut-être une ou deux pensées que j’ai suivies, mais guère plus. Je vais continuer mon exploration dans cette voie, mais je pense que c’est LA voie. Vraiment.
    La sexualité ne doit pas être intellectualisée, elle doit être instinctive. Il faut absolument à mon sens garder ça à l’esprit.

    bravo, tu as trouvé la clef,
    ton instinct va pouvoir s’exprimer de plus en plus, lâche-toi, lâche tout

    le féminin aussi, essaie de le sentir, qui aspire à s’éveiller, qui aspire à monter,
    qui aspire à fusionner avec toi, à jouer avec ce corps

    #26867
    bzobzo
    Participant

    Enfin et je le confirmerai peut-être, je commence à entrevoir une réelle connexion entre mes seins et mon plaisir, ou ma prostate. Plus sous la forme d’un massage que de caresses des tétons, mais ça me fait tout de même bien décollé. J’en parlerais sur la discussion dédiée. Mais j’aime beaucoup!!!

    c’est un très bon signe, ça
    justement par rapport au féminin, je dirai,
    des seins qui vivent sous les doigts, gonflent, palpitent

    moi aussi j’adore me les malaxer, les caresser, les triturer,
    les tenir bien serrés tout en enfonçant lentement le masseur
    ou aneroless, en appliquant une lente contraction

    Le fait de bouger le bassin, un petit peu comme si je faisais des ronds avec, déclenche chez moi le plaisir, et c’est parti. Alors vient le moment où je me caresse, a l’envie.

    ça aussi , ce sont des bons signes par rapport à l’éveil du féminin

    le bassin qui bouge, les seins qu’on malaxe, les caresses sur tout le corps

    tu es définitivement sur la bonne voie

    #26870
    bzobzo
    Participant

    Ici, rien n’annonce l’arrêt de l’orgasme. Il disparaît tout simplement, et je me pose la question à chaque fois de savoir si ce n’est pas une action volontaire de ma part, que j’aurais dû le laisser continuer, que je l’ai stoppé par épuisement.

    pour répondre plus précieusement, les orgasmes vont et viennent,
    on sent tout de même la différence
    quand l’un meurt de sa belle mort ou qu’il a été coupé court
    par un mauvais réflexe ou une mauvaise réaction de notre part

    dans le premier cas, il s’éteint peu à peu,
    il y a un enchaînement « naturel » avec la suite de l’action,
    alors que dans le second cas, il y a une brusquerie de l’arrêt,
    l’orgasme est coupé net dans son élan

    on sent assez bien cette différence, je trouve

    #26871
    JieffeJieffe
    Participant

    tu es définitivement sur la bonne voie

    Ça y ressemble bzo, la séance d’hier soir tend à le confirmer…
    J’ai regardé le temps, pour avoir une idée: 40 mn qui se sont déroulés comme suit: Un premier orgasme qui est arrivé assez rapidement, de la même façon que ceux que j’ai déjà décrits. Excellent!!! Mais je pense que je me contrôle tout de même pour ne pas crier, je ne suis pas seul à la maison. J’ai hâte de pouvoir faire une séance pendant laquelle je serai seul, je me permettrai alors de m’exprimer totalement. Je verrai si cela change quelque chose, mais c’est déjà très intense.
    Ce premier orgasme s’est estompé mais n’a pas complètement disparu. Après une brève accalmie, le plaisir est reparti, pas d’orgasme mais un grand plaisir, très satisfaisant. Tout cela a duré 20 mn.
    Puis période de repos, je reprends mes esprits et je sens que je peux encore tenir, que je ne suis pas prêt à m’endormir.
    Alors reviens un deuxième orgasme, très puissant et rapide, avec éjaculation. J’ai laissé monter cette éjaculation parce que lors d’un de mes précédents orgasme, j’ai également senti une éjaculation monter, mais qui n’est jamais sortie. Et bien là, elle est sortie, mais contrairement à une éjaculation classique par masturbation, celle ci n’a pas coupé le plaisir, et il est resté quelque temps encore. Cette deuxième ‘période’ a duré elle aussi 20 mn
    Après ces deux orgasmes j’étais vraiment épuisé et je sentais le sommeil monté en moi. C’est un peu comme si j’étais repus, je ne peux plus bouger, je suis bien et je flotte entre sommeil et éveil….
    J’ai mis fin à la séance et me suis endormi.

    le bassin qui bouge, les seins qu’on malaxe, les caresses sur tout le corps

    Et c’est excellent…

    on sent tout de même la différence
    quand l’un meurt de sa belle mort ou qu’il a été coupé court
    par un mauvais réflexe ou une mauvaise réaction de notre part

    Oui, je suis d’accord, et je sais faire la différence pour l’avoir vécu. Mais je maintiens, c’est très déroutant pour nous qui avons l’habitude que notre activité sexuelle s’arrête par une manifestation physique avec un point d’orgue. Ici, l’orgasme s’évanouit, un petit peu comme il est arrivé ceci dit.
    Mais c’est vrai qu’il n’y a aucune comparaison avec l’orgasme éjaculatoire classique, qui semble bien pauvre à côté.

    des seins qui vivent sous les doigts, gonflent, palpitent

    Je n’en suis pas là, mais me caresser les seins me paraît indispensable. Un en particulier, le gauche, va savoir pourquoi??? Et c’est complètement naturel….

    J’ai vraiment hâte de faire une séance en journée, et me laisser m’exprimer totalement. Cela devrait être possible dans quelque temps.

    Ah si, j’avais dit que j’essaierai de noter d’où vient le plaisir et de quelle façon il se diffuse, et bien c’est raté… 🙂
    Ceci dit, j’ai tout de même hier mieux senti le masseur et son action sur la prostate, par rapport à mes précédentes séances.

    #26874
    bzobzo
    Participant

    Ah si, j’avais dit que j’essaierai de noter d’où vient le plaisir et de quelle façon il se diffuse, et bien c’est raté…

    quelle importance, l’important est qu’il soit là

    nous qui avons l’habitude que notre activité sexuelle s’arrête par une manifestation physique avec un point d’orgue.

    plus tard tu auras des points d’orgue,
    avec les premiers super O, là tu auras un point d’orgue

    Alors reviens un deuxième orgasme, très puissant et rapide, avec éjaculation. J’ai laissé monter cette éjaculation parce que lors d’un de mes précédents orgasme, j’ai également senti une éjaculation monter, mais qui n’est jamais sortie.

    bizarre, cette histoire d’éjaculation, je n’ai jamais eu rien de pareil, rien qu’avec du massage prostatique,
    même sur le ventre quand j’ai mon sexe qui frotte constamment contre le lit,
    il ne durcit même pas

    c’est peut-être passager, en tout cas pour moi ce n’est pas une bonne chose en soi prostatiquement parlant,
    ceci dit, il ne faut pas en faire un drame,
    l’important de toutes façons sont tes progrès

    des seins qui vivent sous les doigts, gonflent, palpitent

    Je n’en suis pas là

    c’est une sensation vbien sûr
    mais seins ne gonflent pas réellement et sans doute ne palpitent pas non plus
    mais la sensation est là de serrer des seins
    semblant gonfler et palpiter d’énergie sexuelle sous les doigts

    #26875
    AvatarCh313
    Participant

    Bonjour,
    Cela fait quelques temps que je n’ai rien écrit car mon problème est que je n’arrive pas à transcrire ce qui s’est passé dans la ‘séance’ qui s’est passée.
    Comme au ‘sortir’ d’un rêve, ou d’une séance d’hypnose, les ‘souvenirs’ s’estompent rapidement. Je ‘pratique’ tous les jours, avec ou sans masseur, les sensations sont toujours énormes, les ‘orgasmes’ me submergent souvent à répétition.
    Mais hier, j’ai eu la même aventure que Jieffe.
    Un fabuleux voyage dans ma féminité avec plusieurs ‘orgasmes’ m’emmenant au plus profond de mon corps. Je suis bien loin de chercher ma prostate !
    À un moment d’intense jouissance, je ne sais pas comment c’est arrivé, mon sexe a émis un jet qui s’est répandu chaudement sur mon ventre.
    Ai-je éjaculé ?

    Ici maintenant PAUSE ! je n’arrive plus à écrire, mes doigts tremblent, je suis presqu’en train de jouir en vous le racontant. Je vais promener le chien, vider les poubelles.

    Je reviens à mon récit.
    Depuis mon opération, je n’ai plus de sperme. Plus d’émission donc plus d’éjaculation évidemment.
    Mais le plaisir éjaculatoire reste présent. La sensation d’écoulement aussi. Manque la sensation de ce liquide chaud sur mes doigts.
    Mais ce n’est pas celle que j’ai eue cette fois. Je ne me suis pas masturbé.
    J’ai laissé faire, il n’y a eu qu’un jet. Au bout de plusieurs minutes, j’ai constaté que ce n’était pas du sperme, la consistance était plus fluide, il n’y avait pas la couleur laiteuse du sperme. Je dirais que c’était comme un mélange de liquide séminal et d’urine, pratiquement sans odeur.
    Et j’étais toute à moiE. Alors j’ai pensé ‘Éjaculation féminine ?’
    (À la fin de ma séance, je l’ai noté de suite)
    Me voilà encore plus femme que jamais !

    Le plaisir a encore duré longtemps. J’avais inséré le masseur vers quatre heures, ne me rendormant pas, je me suis levé et j’ai déjeuné vers cinq heures et l’aventure a duré jusqu’à huit heures passée.
    Mes séances habituelles au lever durent en général plus d’une heure et demi, souvent plus de deux heures.
    Comme Jieffe, je me contrôle un minimum, je ne suis pas seul non plus et je ne partage pas cet espace intime avec ma compagne.
    Donc le ‘super O’ n’est pas encore envisageable. Je mets entre guillemets le mot orgasme, pour moi, il n’est pas prostatique précisément. (Il est peut-être pas important de savoir d’où il vient comme dit Bzo)
    C’est beaucoup plus ‘large’ comme emprise. Les différentes parties de mon corps ‘vibrent’ de façons différentes qui semblent indépendantes et pourtant ‘de concert’. Pendant que mon bassin ondule d’avant en arrière et que mes jambes tressautent, mon vagin serre très fort par vagues comme pour aspirer le sexe qui me pénètre et des vagues de chaleur me traversent des cuisses au diaphragme. Parfois ma respiration se bloque, je m’étouffe, je ne sais plus comment déglutir, je me mets à éternuer tousser comme si mes poumons allaient exploser ou imploser. Je sais plus.
    Comme je disais qu’il m’était difficile de transcrire ce qui se passe dans mes séances, je reviens sur mes expériences précédentes que j’ai relatées.
    Je les ai écrites totalement ‘dans le feu de l’action’.
    J’étais l’œil derrière la caméra en même temps que j’étais l’actrice ou l’acteur voire les trois ensemble. Le plaisir est probablement pluriel entre le physique et le cérébral. Parfois je me dis qu’il faudrait que je recommence à écrire ‘en direct’. Mais chaque fois j’ai remis à plus tard.
    À plus

    #26876
    bzobzo
    Participant

    hello, cela fait plaisir de te lire à nouveau @Ch313

    si je comprends bien, tu arrives à des résultats intéressants maintenant avec le masseur?
    parce que il y a quelque temps, ton problème était que tu ne ressentais rien quand tu pratiquais avec un masseur

    #26879
    bzobzo
    Participant

    @Jieffe
    tu en es où avec tes masseurs?

    occupé à faire connaissance avec le Junior, je suppose?

    à l’occasion, essaie le masseur en verre,
    ses formes sont très intéressantes, son poids peut-être un handicap insurmontable

    as-tu déjà essayé le Progasm ou encore trop gros pour toi?

    en tout dès que tu commenceras à être un peu à l’aise avec le Progasm,
    je te recommande si tu as quelques dizaines d’euros à investir encore dans un masseur,
    de t’acheter un Aneros Device, c’est un cador, un des meilleurs actuellement

    avec lui ta pratique va être boostée, sa précision, ses formes diaboliques,
    ses deux butées plus à plat que celles du Junior ou du Progasm
    le rendent beaucoup plus maniable et plus précis,
    dès que tu en as l’occasion, je te recommande cet investissement, tu ne le regretteras
    et puis tu passeras au silicone,
    c’est quand même un matériau autrement plus sexy à s’enfoncer dans le fondement
    que le plastique,
    une fois qu’on y est habitué, difficile après de retourner vers le plastoche

    s’il n’y en a qu’un à avoir,
    si on veut une taille plus raisonnable que mon g-rider,
    c’est lui le Aneros Device (ou le Vice si on veut essayer à l’occasion les vibrations)

    #26881
    AvatarMonplaisir14000
    Participant

    @Ch313
    Bonjour, je crois que ce que tu décris dans ton précédent post #26877 d’hier et qui correspond à mon type d’orgasme N°2 😉

    Bienvenu, car je ne serai plus seul à pouvoir parler d’homme « fontaine »… Tu as donc certainement été troublé également par la puissance de cet orgasme et celle des jets qui effectivement ne sont pas de l’urine sans savoir ce que c’est. Pour moi, c’est la même consistance et le même gout de le jet des femmes dites « fontaines ».

    La première fois que je l’ai expérimenté et les suivantes, j’ai tout de suite eu cette sensation et le lien avec le point G féminin et son éjaculation, une forme de bonheur d’expérimenter cet orgasme « foudrayant » qui continue pendant de longues secondes, voire minutes… et de pouvoir le répéter aussi longtemps qu’on en a la force et que l’on inonde pas les voisins du dessous 😉

    En tous cas, je crois que mon voeu de rencontrer des « frères » de sensualité est exaucé car tout ce que je lis ici depuis 24h apporte tellement de réconfort, de sens à ma quête de ces 10 dernières années, et apportera certainement des réponses et de nouvelles ouvertures pour transformer les hommes que nous sommes en prophètes de sensualité universelle permettant d’accroitre la tolérance, les respect et la compréhension des 2 sexes aussi bien dans nos psychologies que nos physiologies.

    Au plaisir de te (vous) lire.

    Christophe

    #26883
    AvatarCh313
    Participant

    Bzo :
    hello, cela fait plaisir de te lire à nouveau @ch313
    si je comprends bien, tu arrives à des résultats intéressants maintenant avec le masseur?
    parce que il y a quelque temps, ton problème était que tu ne ressentais rien quand tu pratiquais avec un masseur

    Le masseur, je l’utilise de temps en temps. J’ai quelques sensations mais pas avec ma prostate. Si je la touche avec mon doigt, je la sens. Au toucher, je trouve qu’elle a diminué de moitié. J’ai beau la titiller, rien ne se passe. Si je n’ai plus de sperme, c’est peut-être qu’elle n’est plus fonctionnelle. Je n’en ai pas la cause mais je pense que c’est définitif. Je verrai bientôt l’urologue, j’aurai alors des explications.
    Quant à l’usage du masseur, je le prends plutôt comme ‘inducteur’ ou comme ‘ancrage’ car en fait je peux avoir les mêmes sensations sans.
    J’ai maintenant des sensations rectales et anales que je ne connaissais pas, plus sûrement parce que avant je ne m’en souciais guère.
    Il suffit que je leurs accorde quelques secondes d’attention pour les obtenir.
    Une simple contraction anale et je sens mon rectum ‘rouler’ une sorte de petit sac rempli de petites billes. Je pense que c’est ma prostate, que je la sens dans sa ‘consistance’ intérieure alors que mon doigt sent sent sa surface plutôt lisse. Relâchement, puis nouvelles contractions, il ne faut pas bien longtemps pour que l’impression que mon sexe perle d’une goute de désir m’envahisse. Si je persévère, des poussées rectales apparaissent entrecoupées de violentes contractions de mon diaphragme. Et je peux ‘partir’ dans mon ‘voyage’ sexuel.
    Mais non, nous sommes entrain de regarder la télé, ma compagne est à côté de moi, je ne peux pas me dévoiler (pourtant l’envie ne me manque pas) alors dans une simple inspiration profonde, en quelques secondes d’un check-up de relaxation tout mon corps se détend (merci l’Eutonie). Comme si rien ne s’était passé mais une ‘chaleur cosmique’ se dilue en moi.
    Voilà j’ai eu un micro-orgasme je crois. Tout mon art est d’avoir le maximum de sensations sans qu’elle s’en aperçoive. Je le pratique aussi et surtout au coucher, quel délice pour s’abandonner au sommeil.
    À suivre . . .

    #26885
    bzobzo
    Participant

    J’ai beau la titiller, rien ne se passe. Si je n’ai plus de sperme, c’est peut-être qu’elle n’est plus fonctionnelle. Je n’en ai pas la cause mais je pense que c’est définitif. Je verrai bientôt l’urologue, j’aurai alors des explications.

    j’espère qu’il démentira ce auto-pronostic,
    trouver du plaisir avec sa prostate, c’est avant tout dans la tête que cela se passe,
    cela demande du travail, de la patience pour établir des bases

    reconnaître en tant que plaisir certaines sensations, cela ne va pas de soi,
    tu n’as peut-être pas la bonne disposition d’esprit actuellement,
    c’est un dispositif très fragile au début,
    qui peut être très élusif, capricieux


    @Jieffe
    en sait quelque chose,
    mais sa patience, son acharnement, commencent à payer,
    il a pu débloquer la situation en changeant de masseur,
    je te conseillerai aussi de faire cela,
    tu n’as pas de problème de taille, prends directement un g-rider sur amazon.de

    #26888
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Oui, ça fait plaisir de te lire de nouveau CH313.

    Comme au ‘sortir’ d’un rêve, ou d’une séance d’hypnose, les ‘souvenirs’ s’estompent rapidement. Je ‘pratique’ tous les jours, avec ou sans masseur, les sensations sont toujours énormes, les ‘orgasmes’ me submergent souvent à répétition.

    C’est génial CH313, je suis content pour toi. Je dois reconnaître que lorsque j’ai un orgasme, et je n’en ai pas connu beaucoup encore, je me trouve dans un état difficile à définir, mais dans lequel le temps n’a pas la même valeur qu’en dehors, et ce n’est pas non plus tout à fait le même état de conscience. C’est tout nouveau pour moi, et certainement que je saurais mieux le verbaliser lorsque je serai un anérosien confirmé.

    Je suis bien loin de chercher ma prostate !

    Je pense que tu n’en as pas besoin. Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse!!!

    En revanche, je n’ai jamais entendu parler de ce que vous décrivez, Monplaisir et toi, que je salue au passage et à qui je souhaite la bienvenue. Quoi qu’il en soit, ça à l’air plutôt sympa à vivre. C’est la première fois que ça t’arrive?
    En ce qui me concerne, je ne pense pas que ce soit la même chose, mais à vrai dire, je ne pourrais affirmer qu’il s’agit d’une éjaculation. Je n’ai pas vraiment le souvenir des spasmes qui l’accompagnent, et le plaisir a perduré un petit moment après, alors que nous savons bien qu’il n’y a plus rien après une éjaculation. Chez moi en tout cas.

    Ah si, j’avais dit que j’essaierai de noter d’où vient le plaisir et de quelle façon il se diffuse, et bien c’est raté…

    quelle importance, l’important est qu’il soit là

    Tu as tout à fait raison bzo, c’est juste à titre expérimental. Mais pour le moment, ce qui m’importe, c’est de vivre pleinement ces orgasmes.

    bizarre, cette histoire d’éjaculation….en tout cas pour moi ce n’est pas une bonne chose en soi prostatiquement parlant

    Et bien je dois reconnaître que ça ne me plaît guère dans mon cheminement, mais je ne vais pas me focaliser dessus, je verrai lors des prochaines séances. J’ai eu lors d’une précédente séance ce que je définis comme un prostate milking, c’est à dire un écoulement de sperme je pense, il faisait noir et je n’ai pas regardé, mais il s’est écoulé de mon pénis sans les traditionnelles contractions. Cette fois ci, je dois avouer que je ne me souviens plus s’il y a eu les contractions de l’éjaculation.
    Il me semble tout de même avoir lu des témoignages qui décrivent une éjaculation lors de massage de la prostate.
    Nous verrons bien lors des prochaines séances.

    c’est une sensation vbien sûr
    mais seins ne gonflent pas réellement et sans doute ne palpitent pas non plus

    J’avais bien compris bzo, et ce que je voulais dire, c’est que je n’en étais pas encore à ce niveau de sensation, mais que dores et déjà j’aime me caresser et me malaxer les seins. J’espère y venir en tout cas. Quoi qu’il en soit, il m’arrive dans la journée de me caresser les tétons, et j’en éprouve un grand plaisir. Sans aucun doute ma pratique a développé la sensibilité de cette zone.

    tu en es où avec tes masseurs?

    occupé à faire connaissance avec le Junior, je suppose?

    Exact, je viens juste de découvrir les orgasmes prostatiques, et je pense que je vais un peu d’une part en profiter et d’autre part affirmer ma ‘technique’. Je me concentre aujourd’hui sur le junior, qui me donne entière satisfaction, mais j’ai bien l’intention d’essayer les autres. Celui en verre en particulier, le progasm me semble bien gros pour le moment. j’arrive à insérer assez facilement le junior, mais la partie centrale reste toujours un passage délicat. Oui, je pense que je verrai pour le Device une fois que je serai à l’aise avec le Progasm.

    #26889
    bzobzo
    Participant

    Oui, je pense que je verrai pour le Device une fois que je serai à l’aise avec le Progasm

    oui je te le recommande vraiment, j’ai fait tout ce parcours,
    j’ai été très content de passer au Progasm et de découvrir le grand avantage d’avoir deux butées
    mais les choses ont pris une toute autre ampleur quand je me suis mis à utiliser le Vice surtout
    car il permet une plus grande variété de mouvements, une plus grande richesse des pressions sur la prostate
    et un va et vient beaucoup plus réaliste
    qui participe beaucoup à l’excitation et à la sensation de se faire l’amour

    il y a aussi le fait qu’il soit en silicone,
    une fois qu’on est habitué aux frottements feutrés,
    à la douceur des contacts du silicone,
    difficile de retourner vers la froideur du plastique

    ceci dit, tu peux déjà beaucoup évoluer avec le Junior aussi,
    rien ne presse, prends ton temps

    il y a une question de taille de toutes façons,
    ce n’est que quand tu commenceras à te sentir à l’aise avec l’insertion du Progasm
    que tu peux envisager ce passage

    #26894
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    J’ai l’impression @jieffe que « la boucle est bouclée ». Tu es de nouveau sur la voie principale que tu avais brièvement parcourue lors de ton premier départ vers le super O’. J’ai bien l’impression que désormais tu ne la quitteras plus. Je rapproche ce que tu disais dans un de tes premiers messages sur le forum il y a un peu plus de trois ans de ce que tu disais le 30 mars et le 1er avril :

    mon bassin se soulève et fait des mouvements… j’avais très peu conscience à ce moment là que je faisais également des contractions… mon corps prend le relais avec des contractions plus fortes.
    j’ai eu quelques contractions… j’ai commencé à ressentir du plaisir…
    (les contractions) se font sans aucune intervention de ma part. Alors mon bassin se soulève et fait des mouvements de haut en bas, ou d’avant en arrière selon comment on voit les choses. 


    @jieffe
    ces extraits me paraissent caractériser de la meilleure manière l’état dans lequel tu as vécu cette expérience orgasmique. Ils montrent que la jouissance t’a envahi sans que tu n’essayes de forcer sa montée. Tu as lâché prise comme lors de la session dont tu nous parlais dans ton message d’il y a trois ans.

    Nous sommes conditionnés par un arrêt libératoire, lié à l’éjaculation. Ici, rien n’annonce l’arrêt de l’orgasme. Il disparaît tout simplement, 

    C’est exactement ça. C’est une question qui revient régulièrement. @hector abordait ce sujet déjà le 17 janvier 2015, suivi par d’autres (taper « libérat » dans le champs de recherche de la page « Sujets »). La fin de l’orgasme peut survenir
    • parce que tu te contractes sous l’effet de l’intensité de ton plaisir et tu bloques ainsi la circulation de l’énergie qui te fait vibrer jusqu’au moment où tu te détends à nouveau,
    • parce que tu atteins un niveau de saturation qui amène, par activation d’un coupe-circuit, l’extinction des signaux portés au cerveau par les nerfs, jusqu’à la reprise quelques minutes plus tard,
    • parce que tu atteins un niveau d’épuisement musculaire localisé ou généralisé qui impose une période de récupération,

    A mon avis cette question perdra son importance quand tu deviendras capable d’enchaîner plusieurs orgasmes, comme tu commences d’ailleurs à le faire. Elle en perdra encore plus quand tu constateras qu’en « sortant » d’un orgasme tu ne retombes pas au niveau zéro de tes sensations mais que tu continues à ressentir un réel plaisir en attendant la vague orgasmique suivante. Elle ne se posera plus du tout quand tu vivras des moments de plateau orgasmique comme l’explique Adam dans le chapitre « L’énergie sexuelle » du Traité d’Aneros.

    C’est bien ce que tu décris hier :

    Ce premier orgasme s’est estompé mais n’a pas complètement disparu. Après une brève accalmie, le plaisir est reparti…
    Puis période de repos, je reprends mes esprits…
    Alors reviens un deuxième orgasme, très puissant et rapide…
    Après ces deux orgasmes j’étais vraiment épuisé… C’est un peu comme si j’étais repus, je ne peux plus bouger, je suis bien et je flotte entre sommeil et éveil….

    Merci à @bzo qui a su trouver et t’apporter les clés de ta libération orgasmique.
    Bravo à toi qui a su combiner tous ces apports avec ta personnalité. Bon cheminement @jieffe.

20 sujets de 201 à 220 (sur un total de 320)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.