18 sujets de 61 à 78 (sur un total de 78)
  • Auteur
    Articles
  • #27866
    AvatarEnvole
    Participant

    Bonjour à tous,
    merci pour ces super témoignages !!! Ils me montrent la voie pour ma progression dans cette magnifique quête, commencée pour ma part depuis quelques mois, avec des hauts et des bas…Comme Hédoniste j’ai eu des moments de déclenchement, puis des phases où rien ne se passait, comme si mon corps en avait un peu assez…Je vais raconter tout ça dans les temps à venir sur mon fil « sexualité transgenre », les choses étant un peu différentes chez moi parce que je suis une femme dans un corps d’homme…Par exemple je n’ai pas beaucoup de testostérone naturellement, ce qui explique peut être que pour l’heure je n’ai pas l’impression que ma prostate soit très réactive, il me faut vraiment beaucoup de temps et de patience pour avoir des sensations intéressantes, et disons qu’elles s’apparentent plus à du bonheur intérieur, un genre de sensation de plénitude heureuse avec mon corps (ce qui me fait beaucoup de bien vue ma situation et l’inconfort que j’éprouve dans ce corps masculin) plutôt qu’à des sensations fortes…J’ai eu quelques sensations fortes, mais je pense y avoir mis beaucoup d’auto-suggestion (par exemple j’ai l’impression que les contractions chez moi n’ont jamais été véritablement spontanées, je crois les avoir la plupart des temps activées…) D’un autre côté il se trouve que j’ai aussi un plaisir anal assez développé (à la fois psychiquement, le plaisir d’être pénétrée, donc de me sentir femme, et charnellement, ma corolle anale étant sensible à toute stimulation), donc le plaisir prostatique se mélange à ça pour moi…Petit ajout, comme Monplaisir14000 j’ai connu ces éjaculations de liquide translucide qui ressemble à de l’urine mais n’en est pas tout à fait…Sur le moment j’ai cru que la stimulation de la prostate provoquait la stimulation de la vessie, et donc l’envie d’uriner, mais effectivement ce n’est pas tout à fait ça…
    Enfin j’ajouterai que lors de mes séances de stimulation prostatique, il a pu arriver que j’ai une envie d’éjaculer du sperme, ce qui s’est produit, mais sans érection…Pour moi ces éjaculations sans érection sont un bonheur ultime, elles provoquent beaucoup de sensations dans tout mon bas-ventre, des sensations de plaisir localisé et intense, comme une sorte de magnifique petite douleur, associées à l’idée que mon pénis, comme il n’a pas d’érection, est un clitoris et que le plaisir que j’éprouve en dessous est égal à celui qu’une femme éprouve dans les parties cachées de son clitoris (qui est en fait un iceberg, la partie émergée étant minuscule par rapport aux corps caverneux situés en dessous à l’orée du vagin)…Tout ceci me rappelle des conversations avec des femmes trans opérées, qui m’expliquent qu’il y a toute une phase après l’opération pendant laquelle elles font du « rewiring », c’est à dire que le cerveau connecte son potentiel de plaisir à de nouveaux endroits du corps…Je pense que c’est aussi pour ça qu’il est possible de développer la sensibilité de ses tétons…Evidemment, les choses sont un peu différentes quand on a ce sentiment interne de transidentité (apparemment ça se situe dans l’hypothalamus), mais quoi qu’il en soit, il semble que cette possibilité de « rewiring » soit ouverte à tout un chacun s’il a envie de l’expérimenter…
    Enfin à propos des techniques de méditation, j’ai moi-même beaucoup pratiqué une méditation tao qui passe par un certain nombre de méridiens de la médecine chinoise, et cet entraînement à la circulation des énergies permet aujourd’hui à mes sensations de plaisir, même localisées dans un endroit du corps, de se répandre ailleurs en empruntant ces méridiens…Et j’avoue que ce passage à un niveau de plaisir beaucoup plus étendu et dispersé dans tout le corps a le don de me rendre très heureuse, comme si j’étais sur un petit nuage…Ce qui permet de comprendre le fait que de nombreuses femmes ne se sentent pas forcément frustrées si elles n’ont pas à chaque rapport sexuel un orgasme violent : l’état général de plaisir est déjà un bonheur en soi…S’il est couronné, tant mieux, mais sinon, ce sera la prochaine fois !!! Ce qui permet de n’être jamais frustré.e…A mon avis c’est une des clés de l’épanouissement sexuel, savoir apprécier chaque petit plaisir…Ensuite on ne profite que mieux des grands quand ils se présentent !!!
    Beaucoup de bonnes choses à tout le monde ! A bientôt,
    Naomi

    #27881
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    @envole vous nous dites :

    Comme @hedoniste j’ai eu des moments de déclenchement, puis des phases où rien ne se passait, comme si mon corps en avait un peu assez…J

    Cette situation est courante et ne présage en rien de la suite de votre cheminement. Nous passons presque tous, apprentis ou plus expérimentés, par des moments où nous avons l’impression de ne plus rien ressentir ou plutôt de beaucoup moins bien ressentir notre plaisir.

    Par exemple je n’ai pas beaucoup de testostérone naturellement, ce qui explique peut être que pour l’heure je n’ai pas l’impression que ma prostate soit très réactive, il me faut vraiment beaucoup de temps et de patience pour avoir des sensations intéressantes, et disons qu’elles s’apparentent plus à du bonheur intérieur, un genre de sensation de plénitude heureuse avec mon corps (ce qui me fait beaucoup de bien vue ma situation et l’inconfort que j’éprouve dans ce corps masculin) plutôt qu’à des sensations fortes…

    Ce que vous décrivez s’apparente à une forme que peut prendre la jouissance prostatique nommée « calm seas orgasms » (orgasmes des mers calmes) dans les forums anglophones. Cette forme de jouissance se traduit par peu de ressenti physique et plus de ressenti mental. J’ai connu une période ou je vivais ma propre jouissance sous cette forme. J’avais le sentiment d’être inondé d’un pur plaisir très doux qui me faisait planer. Mon ressenti a continué à évoluer depuis et ma jouissance redevient plus physique.

    J’ai eu quelques sensations fortes, mais je pense y avoir mis beaucoup d’auto-suggestion (par exemple j’ai l’impression que les contractions chez moi n’ont jamais été véritablement spontanées, je crois les avoir la plupart des temps activées…)

    Il est évident que la concentration et l’autosuggestion jouent un rôle important dans la mesure où on ne perçoit pas de contractions involontaires spontanées. C’est d’ailleurs un moment délicat de la méthode proposée par le traité d’Aneros.

    il y a toute une phase après l’opération pendant laquelle elles font du « rewiring », c’est à dire que le cerveau connecte son potentiel de plaisir à de nouveaux endroits du corps…Je pense que c’est aussi pour ça qu’il est possible de développer la sensibilité de ses tétons…

    Sans opération c’est bien ce que ressentent tous ceux qui connaissent l’orgasme prostatique. Ce point est régulièrement abordé sur le forum. Nous apprenons à reconnaître une autre forme de plaisir, une autre localisation du plaisir. Ça peut demander du temps ; il faut savoir accepter cet apprentissage.

    Et j’avoue que ce passage à un niveau de plaisir beaucoup plus étendu et dispersé dans tout le corps a le don de me rendre très heureuse, comme si j’étais sur un petit nuage… Ce qui permet de comprendre le fait que de nombreuses femmes ne se sentent pas forcément frustrées si elles n’ont pas à chaque rapport sexuel un orgasme violent : l’état général de plaisir est déjà un bonheur en soi…

    Sans passer par l’apprentissage préalable de cette forme de méditation, ce fut une de mes grandes découvertes à mon plus grand bonheur et à celui de ma femme car elle m’a permis de me connecter à son plaisir et de lui apporter ce que je n’avais pas su lui apporter auparavant.

    Bon cheminement @envole.

    #27893
    AvatarEnvole
    Participant

    Merci @Andraneros, c’est bien agréable et instructif de pouvoir confronter ses ressentis…
    Tout le meilleur, à bientôt !
    Naomi

    #27944
    Avatarnydor01
    Participant

    Bonjour à tous,

    Voilà, je crois que j’ai vécu mon premier Super’O ce matin. Pendant plusieurs minutes, je me suis tordu dans toutes les positions, sur le ventre, sur le dos, sur le côté, je ne m’appartenais plus, je rebondissais sur mon lit, projeté en l’air par de folles convulsions, plaqué contre mon matelas pas des poussées frénétiques du bassin, secoué comme un pantin désarticulé par des spasmes hystériques… Le bas de mon ventre était en fusion, des vagues voluptueuses déferlaient dans mon corps de façon ininterrompue, et quand une pause s’annonçait, elle était aussitôt balayée par une contraction électrique. À un moment, dans un bref éclair de lucidité, j’ai même eu peur, car je me voyais complètement dépossédé de moi-même, emporté par une houle incontrôlable, une sensation que je n’avais jamais connue avec l’éjaculation, pour la simple raison que son fracas n’a d’égal que sa brièveté. Je crois que je peux comprendre la peur de certaines femmes devant l’orgasme. Cette crainte confuse de ne plus pouvoir arrêter les choses et de ne plus pouvoir revenir…
    Enfin, cet orage orgasmique m’a laissé stupéfait, mais aussi anéanti de bien-être…

    #27946
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    La pratique du plaisir prostatique apporte une expérience qui semble se renouveler sans fin. @nydor01 vous nous disiez le 6 septembre 2016 :

    Je suis surpris depuis deux semaines de la vitesse à laquelle je progresse dans la découverte de l’orgasme prostatique.

    Puis le 2 mars dernier :

    Les limites ? Pour l’instant, je ne pense pas encore les connaître, mon plaisir grandit et se diversifie à mesure de mon « cheminement ». Ma découverte de l’orgasme multiple est sans doute le plus épanouissant : je peux avoir 5 à 10 orgasmes sur une séance, à l’issue de laquelle, je conserve toute mon énergie. 

    Puis le 27 mars :

    Décidément, ma prostate me réserve toujours d’heureuses surprises. Depuis quelque temps, je connais un niveau de satisfaction élevé et constant… j’ai initié une petite séance dont je n’attendais pas d’étincelles particulières, simplement un peu de plaisir pour attaquer la journée. Après trois orgasmes (agréables, mais pas renversants), je me laissais aller à mes sensations sur le ventre quand j’ai senti – sans effort de ma part – monté un plaisir soudain et d’une force inconnue… Je pensais avoir déjà connu des Supers O, mais au regard de ce que j’ai vécu hier, je me dis que non ! Ou alors, cela montre qu’il n’y pas de limites à la dimension psychique de l’orgasme (prostatique).

    Vous nous disiez le 14 mai :

    Une séance incroyable ce matin… j’ai démarré au quart de tour, en quelques minutes les mini O se succédaient, avec cette impression toujours étrange d’avoir un liquide s’écoulant de mon sexe. Au bout de 30 minutes de plaisirs continus, j’ai fait une petite pause, puis j’ai repris mes contractions, et là, en très peu de temps, je suis entré dans une nouvelle phase de jouissance incroyable

    Puis le 17 mai :

    Ce matin, très belle session – les matins sont propices aux plus beaux orgasmes pour moi.
    Je note une évolution et une progression régulière dans mon plaisir. En fait, je ne sais pas si le moment viendra où je penserai que j’ai atteint le nirvana orgasmique. L’orgasme éjaculatoire ne comporte plus de mystères, je dirai qu’il est bien défini, stable et sans surprise. L’orgasme prostatique, c’est tout le contraire, et c’est ce qui le rend si passionnant… et déroutant certain jour. J’ai le sentiment d’être sur un chemin qui s’élève et dont je ne connais pas la fin.

    Et maintenant :

    Voilà, je crois que j’ai vécu mon premier Super O’ ce matin.

    C’est formidable. Le contenu de vos messages est un vrai nectar pour alimenter l’excitation de tous les lecteurs. Vous illustrez ce que nous ressentons tous dans nos cheminements. Session après session, mois après mois, nous découvrons que « la limite » n’est jamais là où nous pensions l’atteindre mais toujours plus loin, plus profond, plus haut, plus tout ce que vous voulez. Le témoignage de votre parcours illustre parfaitement cette notion de cheminement dont je parle si souvent.

    Bon cheminement @nydor01.

    #27948
    AvatarEnvole
    Participant

    Oh là là quelle épopée…C’est extraordinaire, merci @nydor01 pour ce récit…
    Votre message m’a donné envie d’avoir du plaisir, et j’ai passé un bon moment grâce à vous…Merci !
    J’espère un jour vivre ce que vous avez vécu…Mais c’est sûrement un aboutissement, il faut savoir laisser au temps le temps de nous amener jusqu’à une apothéose de ce genre.
    Tout le meilleur pour la suite 🙂
    Naomi

    #27950
    Avatarnydor01
    Participant

    @Envole

    Merci, merci ! Je ne suis pas sûr que cela soit un aboutissement, au niveau purement physique, je crois avoir atteins un stade très avancée, mais au niveau mental, il n’y a pas de limites… alors…
    Je vous souhaite aussi le meilleur.

    #28689
    AvatarJanro
    Participant

    Je découvre ce forum et ai lu avec intérêt les différents témoignages. J’ai moi même après plusieurs années de pratique avec Aneros découvert l’orgasme prostatique sans aides externes et cest le pied !

    #28693
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Bienvenue sur le forum @janro. Je suis heureux de lire que la pratique du massage prostatique n’ait plus de secrets pour vous.

    Votre expérience serait précieuse pour les nombreux lecteurs qui ne sont pas aussi avancés que vous dans l’accès à l’orgasme prostatique. Ils apprécieront de lire comment s’est déroulée votre progression et quels conseils vous pourriez prodiguer pour les aider à découvrir le même trésor.

    A très bientôt et bon cheminement @janro.

    #28734
    AvatarJanro
    Participant

    Merci @andraneros pour votre mot de bienvenue sur ce forum.Pour cette première je vais être succinct.
    tout d’abord je tiens à préciser que je suis de la génération des plus de 70 ans… comme vous !

    Je suis heureux de lire que la pratique du massage prostatique n’ait plus de secrets pour vous.

    J’ai découvert en effet début 2010 le Traité d’Aneros un peu par hasard recherchant des techniques de massage de la prostate ayant à l’époque un début d’adénome qui me préoccupait sérieusement. J’ai eu mon 1er orgasme prostatique peu de temps après!

    Votre expérience serait précieuse pour les nombreux lecteurs qui ne sont pas aussi avancés que vous dans l’accès à l’orgasme prostatique. Ils apprécieront de lire comment s’est déroulée votre progression et quels conseils vous pourriez prodiguer pour les aider à découvrir le même trésor.

    Je me suis retrouvé fin 2016 au cours d’une nuit sans mon Aneros favori ayant envie d’avoir un orgasme. J’ai commencé alors à contracter mon muscle PC sans grande conviction au départ puis au bout d’une dizaine de minutes mon sexe est devenu dur ce qui m’a encouragé à persévérer.IL m’a fallu plus de 40 minutes pour avoir un 1er orgasme : je venais de découvrir que je pouvais me passer d’Aneros !!!
    je reviendrai au besoin sur ma progression avec et sans Aneros pratiquant les 2 suivant les circonstances.

    #28736
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    @janro bienvenue au club de ceux qui ont su attendre pour découvrir la jouissance prostatique. J’ai écrit en vous accueillant « votre expérience serait précieuse ». Je corrige elle SERA précieuse.

    A très bientôt et bon cheminement @janro.

    #28866
    AvatarJanro
    Participant

    @nydor01

    Je reviens pour vous faire part de l’évolution de mon expérience prostatique.

    Je viens de lire votre texte du 26 février 2018 que je trouve remarquable et dont je vous remercie!
    Depuis un an 1/2 j’ai appris à me passer d’un Aneros un peu par hasard …et puis j’y suis revenu !
    En découvrant ce forum et vos commentaires la semaine dernière, j’ai eu des réponses à mes interrogations notamment en ce qui concerne la différence entre contractions anales et prostatiques.

    Mes rares expériences avec aneros se sont révélées décevantes, j’ai l’impression d’avoir quelque chose en trop – un intrus, si l’on peut dire – qui écrase ma prostate et mes sensations

    Je viens de franchir un palier en me passant à nouveau d’Aneros ayant bien identifié mes contractions prostatiques.
    Je vous rejoins tout à fait ayant au cours de mes jouissances prostatiques alterné avec et sans Aneros : pour moi aussi j’ai l’impression que l’Aneros écrase mes sensations au lieu de les amplifier ce que j’attendais!

    J’ai renforcé la connexion entre mes mamelons et ma prostate, et je me suis rendu compte que je pouvais avoir des sensations prostatiques sans passer par un cycle de contractions annales par exemple.

    Je pratique maintenant les caresses sur mes mamelons et je découvre qu’elles facilitent l’accès à la jouissance prostatique ce dont je ne me doutais absolument pas avant de vous avoir lu !
    J’ai encore du chemin à faire mais je suis sur la bonne voie! A bientôt

    #34181
    Avatarsurlec0
    Participant

    Bonjour,
    J’avais survolé ce site il y a quelques 6 mois ou 1 ans, je ne sais plus, cherchant des renseignements sur l’orgasme prostatique. Après la lecture de tous ces témoignages très intéressants et du guide très bien fait, je me décide à acheter un aneros.
    J’ai alors quelques sensations mais rien de très concluant.
    Je fini par laisser tomber car je trouvais très contraignant de devoir sortir tout le matos et d’être obligé de trouver de longues plages horaires où je serai seul, ce qui n’est pas facile avec une vie de famille.
    Quelques mois plus tard, j’entreprends de muscler mon muscle pc pour bloquer le sperme juste avant l’orgasme, dans le but d’avoir un orgasme pénien sans éjaculation et éventuellement d’en avoir plusieurs, truc que j’ai vu sur le net.
    Je me rend alors compte que j’ai des sensations de plaisir en faisant cet exercice et fais le lien avec la prostate et ce que j’avais lu sur ce forum.
    Je retourne sur le forum pour lire tout ce qui parle d’orgasme prostatique sans l’aide d’un masseur et entreprends de me diriger plutôt vers cette voix là.
    J’arrive alors à l’orgasme en 1 mois.
    Il faut préciser que dans mon cas, comme j’ai pu le lire dans d’autres témoignages, je n’ai pas besoin de me détendre 20 minutes avant de commencer les contractions. Les vagues de plaisirs viennent rapidement, ce qui permet de le faire beaucoup plus souvent que si j’avais le masseur et que je suivais les instructions du manuel. Ce qui fait que les progrès sont fulgurants. J’ai même dû me freiner au début, ayant peur de tomber dans une sorte de dépendance.(Je signale quand même que je suis un jeune quadra assez sensible (profession artistique), je fais du yoga depuis quelques années et de la méditation quotidiennement. Malgré cela je suis assez pragmatique)
    Je n’ai pas besoin de m’isoler non plus, il m’est arrivé de le faire le soir au lit, ma femme dormant à côté.
    C’est un peu comme de se masturber.
    Côté technique, je faisais une contraction de 15 secondes et un relâchement de 2/3 secondes. Là dessus, j’ai essayé plusieurs façons de respirer ou plusieurs temps de contractions mais je suis parvenu à l’orgasme pour la première fois en égalisant les durées, 5 secondes de contraction et 5 secondes de relâchement où je me concentre sur la sensation de plaisir pendant le relâchement(maintenant, plusieurs temps fonctionnent). Je pense que si le relâchement n’est pas assez long le muscle se fatigue et les vagues de plaisirs s’arrêtent, comme c’était le cas au début.
    Je n’ai pas besoin de me caresser pour arriver à l’orgasme et j’avais du mal à croire les témoignages parlant de plaisir en se caressant les tétons jusqu’à ce que j’essaie pendant un orgasme…j’ai complètement changé d’avis et ai de très bonnes sensations maintenant. mes seins se sont éveillés, comme s’ils étaient connectés à la prostate, mais ce n’est pas indispensable à mon plaisir.
    Pour la position, assis est très efficace pour moi. Je préfère être couché par terre sur un tapis, sur le dos, les mollets reposant sur le lis (les pieds sous la couette et une couverture sur moi:-). C’est identique à la position assise mais avec plus de détente.

    Après quelques semaines de pratique d’orgasmes sans masseur, j’ai retenté avec le masseur avec succès cette fois-ci (j’avais retenté une fois pendant le mois où je pratiquais les « contractions-vagues de plaisirs-sans orgasme » mais ça n’avait pas fonctionné).

    Les deux sont différents. A priori, plus fort avec masseur mais c’est difficile à décrire et différent pour chacun si on en croit les témoignages.

    Je conseillerai donc d’essayer d’avoir un orgasme sans masseur avant d’essayer le masseur mais faites surtout comme vous le sentez et essayez plusieurs choses.

    Je ne pourrai remercier suffisamment les auteurs et les témoins de ce forum.
    Vous avez très largement contribué à changer ma vision et pratique du plaisir et de la sexualité. Il me tarde maintenant de partager petit à petit tout ça avec ma femme.

    Merci

    #34182
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Bonjour @surlec0. Vous nous dites :

    J’arrive alors à l’orgasme en 1 mois.

    Je signale quand même que je suis un jeune quadra assez sensible (profession artistique), je fais du yoga depuis quelques années et de la méditation quotidiennement

    C’est une magnifique expérience et je vous remercie de préciser comment votre hygiène de vie vous avait « préparé » à la vivre.

    j’avais du mal à croire les témoignages parlant de plaisir en se caressant les tétons jusqu’à ce que j’essaie pendant un orgasme…j’ai complètement changé d’avis et ai de très bonnes sensations maintenant. mes seins se sont éveillés, comme s’ils étaient connectés à la prostate, 

    Je vois que vous bénéficiez vous aussi des « effets secondaires » que nous sommes nombreux à découvrir à notre plus grande surprise et pour notre plus grand plaisir. Vous commencez à constater que cette pratique est un cheminement sans fin et que vos premières découvertes seront suivies par beaucoup d’autres comme celle-ci :

    Après quelques semaines de pratique d’orgasmes sans masseur, j’ai retenté avec le masseur avec succès cette fois-ci

    Vous avez bien fait de reprendre votre exploration avec un état d’esprit très expérimental. Votre succès est mérité. Ce que vous dites est intéressant :

    Je conseillerai donc d’essayer d’avoir un orgasme sans masseur avant d’essayer le masseur mais faites surtout comme vous le sentez et essayez plusieurs choses.

    Vous avez raison à certains égards. L’absence de masseur présente deux avantages :
    1. Vous n’êtes pas dans l’attente de l’efficacité automatique du masseur,
    2. Vous êtes contraint à une discipline mentale (détente, concentration) et physique (respiration, relâchement musculaire, contractions) qui sont les sources des contractions involontaires.
    Mais je répète ici que votre expérience en yoga et en méditation a vraisemblablement beaucoup contribué à votre disponibilité orgasmique, même si vous êtes passé par une phase d’apprentissage. Pour nos amis qui savent qu’il ne faut rien attendre de chaque session, qui savent que l’insertion du masseur n’est pas suffisante, qui acceptent l’idée qu’un travail sur eux-mêmes est nécessaire, la présence du masseur facilite la perception des premières sensations.
    Votre expérience confirme ce qui est dit dans le wiki Aneros et que je répétais il y a presque 4 mois. Le masseur est une béquille qui nous aide à avancer dans la voie de la maîtrise de notre énergie sexuelle et n’est pas nécessaire. Nous sommes cependant nombreux à en ressentir le besoin avant de voler de nos propres ailes.

    La lecture de votre témoignage est un vrai bonheur et en même temps très instructive. Merci et bon cheminement @surlec0.

    #34183
    Avatarsurlec0
    Participant

    C’est une magnifique expérience et je vous remercie de préciser comment votre hygiène de vie vous avait « préparé » à la vivre.

    Alors j’ai beaucoup de chance.
    Bon courage à ceux qui cherchent encore.
    Encore merci à vous Andraneros et a tous les autres.

    #34185
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Vous concluez @surlec0 avec cette phrase :

    Il me tarde maintenant de partager petit à petit tout ça avec ma femme.

    Tout dépend de sa propre sensibilité sur ces sujets, exploration anale, acceptation de l’idée d’une masturbation systématique en vue de développer son potentiel orgasmique, profonds changements de la sensualité de son mari, évolution multi-orgasmique de son mari, disparition de l’éjaculation de son mari comme preuve de sa satisfaction.

    Vous ne nous dites pas si votre expérience récente de l’orgasme prostatique commence déjà à modifier votre sensualité, votre sensibilité aux caresses de votre femme. Si c’est le cas elle doit commencer à le remarquer et devrait vous en faire la remarque dans un futur proche. Ce peut être un bon point de départ pour lui expliquer votre évolution.

    Je suppose qu’elle est au courant de votre pratique du yoga et de la méditation. C’est une autre porte naturelle pour expliquer votre évolution.

    Peut-être a-t-elle eu l’occasion de voir votre masseur Aneros ? Utilisez-vous d’autres sextoys pour elle ou pour couple ? Si elle n’est pas déjà multi-orgasmique vous pouvez lui offrir un stimulateur clitoridien de type womanizer qu’elle pourra essayer seule et qui facilitera son accès a des orgasmes répétés (ce type de jouet est l’un des deux piliers de la transformation sexuelle de ma femme).

    Vous pouvez lui proposer la lecture du site Nouveauxplaisirs et plus particulièrement du forum. La forme et le contenu des messages ne peuvent que l’encourager à vous suivre dans votre quête de développement personnel et à participer avec vous au développement de votre sexualité de couple.

    Bon cheminement @surlec0.

    PS : Vous dites

    Alors j’ai beaucoup de chance.

    Je ne pense pas que c’est seulement de la chance. Vous avez su accepter une discipline de vie, de la pratiquer avec application. Votre expérience orgasmique n’est que l’un des fruits de cette application.

    #34186
    Avatarsurlec0
    Participant

    Je ne pense pas que c’est seulement de la chance. Vous avez su accepter une discipline de vie, de la pratiquer avec application. Votre expérience orgasmique n’est que l’un des fruits de cette application.

    merci.
    Je précise que je ne suis pas quelqu’un de naturellement calme et serein. Je suis plutôt un faux calme, anxieux.
    Je suis venu au yoga à cause d’une hernie discale et à la méditation parce qu’à certains moments je ne pouvais plus faire de yoga à cause de mes problèmes récurrents au dos. Aujourd’hui je fais 2 fois 30 minutes de yoga par semaines, ce qui n’est pas énorme, et un peu de méditation presque tous les jours, entre 10 et 30 minutes, en remplacement de la sieste(mon travail me le permet!).

    On pourrait croire que parce qu’on est d’un naturel stressé, on ne peut avoir accès à l’orgasme prostatique mais je pense qu’en incorporant un peu ne méditation(ou autre activité de détente) dans ses habitudes, ne serait ce que 5 minutes tous les jours, on peut trouver le relâchement nécessaire.

    Concernant le partage de tout ça avec ma femme, je n’ai pas vraiment de question.
    Nous partageons déjà beaucoup. Elle est au courant depuis le début. Elle a un peu plus de mal que moi avec certains aspects de la sexualité mais n’a pas de mal à en parler. Elle est déjà multi-orgasmique. Je voulais juste dire que ce que les sensations que j’éprouve en solo sont tellement extraordinaires que j’ai envie de les partager. Par exemple en lui demandant de me caresser pendant que je jouis avec ou sans le masseur, ou en lui faisant bouger l’aneros à ma place pour arriver à l’orgasme. Je pense que ça sera possible. Par contre je sais qu’un massage de la prostate avec son doigt sera plus compliqué, mais ce n’est pas grave, je peux m’en passer. Juste partager un peu me suffira.

    #34197
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Votre remarque @surlec0 :

    On pourrait croire que parce qu’on est d’un naturel stressé, on ne peut avoir accès à l’orgasme prostatique mais je pense qu’en incorporant un peu ne méditation(ou autre activité de détente) dans ses habitudes, ne serait ce que 5 minutes tous les jours, on peut trouver le relâchement nécessaire.

    Sera très encourageante pour tous ceux qui nous lisent et pensent que notre pratique du massage prostatique n’est pas faite pour eux.

    Débuter votre cheminement sans devoir le cacher à votre femme vous met dans les meilleures conditions de réussite. Cette situation vous met surtout en mesure de partager votre ressenti avec votre femme et d’enrichir votre relation au point d’ouvrir une nouvelle ère dans vos relations. De telles discussions prépareront au mieux le moment où elle aura envie de (re)prendre le contrôle de vos orgasmes en participant activement au massage.

    Attention ! Elle doit en avoir envie en toute confiance, et non le faire par amour sous la pression de vos demandes.

    Bon cheminement à vous deux @surlec0.

18 sujets de 61 à 78 (sur un total de 78)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.