4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Articles
  • #26978
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Je vous propose de regrouper dans ce fil de discussion le rituel de préparation de vos sessions de massage prostatique avec masseur ou godemichet. Pour commencer voici mon expérience.

    I. Toilettes
    Ce point était important au début de mon cheminement parce qu’il me fallait introduire une forme de contrôle sur une fonction à laquelle je n’avais jamais accordé d’importance hors périodes de dérangement intestinal.
    Je faisais donc attention à me libérer deux ou trois heures avant ma session, ce qui était plutôt lourd à gérer. Ce n’est plus le cas maintenant ; l’expérience acquise complétée par une vie régulière et une nourriture équilibrée me permet de savoir quand je peux engager une session sans souci sur ce sujet.

    II. Lavement
    Il s’agit tout simplement de faire en sorte que le rectum offre un volume libre qui n’entrave pas les mouvements du masseur. Il ne s’agit en aucun cas de procéder au décapage de la muqueuse ni au lavement médical des intestins, ce qui peut être nocif pour la santé.
    En suivant les conseils lus sur les forums, au début de mon cheminement je pratiquais systématiquement un lavement une heure avant ma session. Je n’utilisais que de l’eau sans aucun additif, tiédie à environ 40 degrés pour que la perception de douce chaleur facilite la relaxation de l’anus et du rectum. Je n’utilisais qu’une poire de lavement toute simple.
    L’expérience m’a permis de constater que mon rectum était quasiment vide à chaque fois ; je ne fais quasiment plus de lavement maintenant et je n’ai aucune mauvaise surprise.
    ATTENTION : Ces habitudes ne concernent que l’utilisation de masseurs prostatiques standards et non celle de godes longs et volumineux qui peuvent nécessiter une préparation plus complète.

    III. Toilettes
    Je fais toujours une dernière petite vidange de vessie avant lubrification interne.

    IV. Lubrification interne
    Je présente ma méthode dans ce message.

    V. Douche ou bain
    C’est à ce moment que je prends ma douche de détente, sauf en cas d’urgence absolue !

    VI. Lubrification du masseur
    Je présente ma méthode dans ce message.

    VII. Préparation du lit
    Le matelas est toujours protégé par une alèse et un protège matelas sous le drap housse.
    Pour mes sessions nocturnes j’ajoute une petite serviette de toilette que je place sous les fesses (de façon générale je bouge relativement peu pendant mes sessions).
    Si je veux avoir une grande liberté de mouvement ou pour nos ébats en couple j’ajoute sur les draps deux grandes serviettes de bain (j’ai trouvé des modèles en magasin de sport qui sont à la fois très grandes, bien absorbantes et très peu épaisses pour ne pas prendre plus de place repliées qu’un cylindre de dix centimètres de diamètre sur quarante centimètres de long).
    L’expérience m’a conduit à prévoir des protections à côté du lit pour éviter que des fuites ne viennent tâcher le sol quand on se relève.

    Commentaire
    La phase de préparation hygiénique était très importante au début de mon cheminement. Elle contribuait à me rassurer dans une pratique qui à l’époque n’était pas naturelle. C’est très différent maintenant parce que
    • Ma pratique est devenue naturelle et je n’ai plus besoin de me sentir rassuré,
    • L’expérience m’a prouvé que les craintes « d’accident » n’étaient pas justifiées dans un cadre de vie régulier,
    • Elle contribuait à faire monter mon excitation quand les effets de mes sessions étaient encore très faibles ; maintenant le seul fait de penser à ma prostate suffit pour faire monter mon excitation.

    Bon cheminement à tous.

    #26993
    bzobzo
    Participant

    moi, j’ai aussi mon petit rituel avant de passer au lit

    je vais uriner si je sens qu’il y a un vague besoin
    mais rien d’autre sinon que j’ai pris soin durant ma douche en rentrant du boulot,
    de bien nettoyer la région

    après je place l’alèse imperméable sur mon grand lit,
    il me permet de bouger comme je veux sur celui-ci
    sans devoir me préoccuper des différentes excrétions du corps ou tâches de lubrifiants
    et même éventuellement si la séance terminée,
    je m’arrose copieusement d’urine comme j’aime le faire de temps à autre

    puis je me mets nu sur mon lit, c’est un lit bas façon futon japonais,
    je place une boîte de mouchoirs en papier juste à côté, ainsi que le tube de lubrifiant
    je prends celui-ci, au-dessus d’un mouchoir sur le bord du lit, j’enduis le masseur
    et puis avec ce qui reste sur la main, j’en enduis doucement l’anus, enfonce quelques doigts
    pour pré-lubrifier le fondement, ces doigts vont et viennent un peu,
    histoire de provoquer des premières sensations

    voilà c’est tout, pas grand chose en fait

    après tous les quarts d’heure trois ou quatre fois au maximum, en général,
    je vais enlever le masseur et réitérer ce petit rituel avec le lubrifiant,
    après trois ou quatre fois, tout reste suffisamment lubrifié pour un bon bout de temps,
    comme mes séances durent rarement plus d’une heure, une heure et quart
    c’est en général suffisant

    si cela dure plus longtemps, je vais me ré-enduire

    je fais beaucoup de pauses durant mes séances, parfois quelques secondes
    mais parfois plusieurs minutes où je rêvasse ou j’analyse ce qui s’est passé
    mais jamais quand je suis en action,
    là c’est toujours mon instinct qui mène le bal,
    je ne réfléchis aucunement à ce que je vais faire,
    je me fais l’amour passionnément

    #27086
    JieffeJieffe
    Participant

    En ce qui me concerne, c’est assez simple. Ma pratique étant toujours secrète, il me faut rester le plus discret possible.

    Passage aux toilettes entre deux et trois heures avant pour bien m’assurer que mon rectum est vide. J’ai un souci à ce niveau là, la gestion de mon gros colon. Si je vais aux toilettes entre la fin de matinée et la fin d’après midi, plus rien ne sort en fin de journée, mais il y a de grandes chances que mon rectum ne soit pas complètement vide. Alors je m’astreint à attendre la fin d’après midi ou le début de soirée, mais c’est quelque fois compliqué dans la journée, pas très confortable. Je n’ai pas encore trouvé de solution à ce problème. J’ai bien lu ton point 1 Andraneros, qui ressemble à ce que je viens d’écrire. J’ai une vie régulière et une alimentation aussi équilibrée que possible, mais ça ne change rien.

    Un peu avant la séance, disons une dizaine de minutes, introduction d’un petit suppositoire de beurre de karité (et oui, je ne pense pas avoir évoqué ce point, mais j’en ai trouvé et je n’utilise plus que ça 🙂 ) que je laisse fondre tranquillement

    Et là c’est le chantier: préparation de l’après séance avec une poche plastique type sac de congélation pour récupérer le masseur, une poche poubelle que je mets sur les draps pour la lubrification de l’aneros et la récupération de papier essuie tout, lingette…etc. Cette poche me sert également à prévenir tout accident lors du retrait, je le place sous mes fesses.

    J’enfle un gant type gant chirurgical, je n’aime pas trop avoir du lubrifiant plein les doigts, et ça me garantit une certaine hygiène pour la lubrification de mon anus (je prends mes douches le matin!). Je mets une noix de lubrifiant sur l’un de mes doigts gantés, je m’en enduis l’anus jusqu’aux sphincter interne.

    J’enduis le masseur de lubrifiant et c’est parti…

    Dans l’avenir, j’ai l’intention d’en faire plus une fête. Certainement une bonne petite douche, très certainement un petit lavement, et un bon moment d’érotisation, de caresses, faire monter la tension. Ça ne semble pas aussi nécessaire aujourd’hui que ça pouvait l’être au début, mais ça me fait envie. Je verrai lorsque cela sera possible.

    Quoi qu’il en soit, j’ai en permanence sous mon lit: du lubrifiant, un rouleau d’essuie tout, des poches congélation et des poches poubelles, et mon plus gros problème, qui m’occupe depuis le réveil, est la gestion de mon transit qui est assez actif.

    Voilà pour mon organisation qui pourrait changer dans l’avenir.

    #27092
    Avatareveilletajoie
    Participant

    J’ai pour ma part une salle de douche avec sac au rez de chaussée de la maison (nous vivons à l’etage) et c’est considéré par toute la famille comme ma salle de bains (ma femme et mes enfants vont en haut dans une salle plus grande avec une baignoire).

    Je commence toujours par remplir le lavabo d’eau bien chaude et je passe aux toilettes (je fais de moins en moins de lavements). Je mets dans l’eau chaude le masseur avec lequel je veux commencer pour le réchauffer (suivant les périodes, l’helix ou le peridise, en ce moment c’est carrément le pureplug) avec une seringue de lubrifiant, pour le faire fondre.

    J’utilise des seringues de gavage de 5ml que je prépare par séries de 6, après avoir expérimenté le lubrifiant Durex à base d’ezu, et le beurre de Karite, c’est l’huile de coco que je retiens: super odeur et fond plus facilement que le karite (qui restait en pommade quand je l’utilisais en suppositoire)

    Je prends 1 ou 2ml pour passer mon périnée et mon anus, quand je peux glisser un doigt je passe à la seringue pour injecter 2-3ml, le reste ira sur mes seins. Puis je mets le masseur en place et je me masse, particulièrement la poitrine.

    Si je ne suis pas tout seul, la session se poursuit dans la salle de bains, si je suis tranquille je vais m’installer au lit avec une serviette sous les fesses pour les éventuelles gouttes d’huile.

    C’est une approche assez directe, j’ai déjà fait des sessions avec plus de préliminaires, bain chaud parfumé, bougies… et en ce moment j’experimente le port du pureplug en journée ou la nuit pour préchauffer la machine… je me demande si je peux trouver plus confortable au niveau de la base d’appui car je n’ai pas de grosses fesses donc je sens encore un peu la poignée, certes bien plus agréable que celle des âneros.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.