Ce sujet a 3 réponses, 4 participants et a été mis à jour par Andraneros Andraneros, il y a 6 jours et 18 heures.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Messages
  • #31881

    christoul
    Participant

    Bonjour à tous,
    Je continue mon chemin sans encore parvenir au Super O.

    Il y a déjà quelques temps, je me disais qu’il serait bien que tous ceux qui ont réussi à atteindre le Super O puissent témoigner sur les déclencheurs, les petites choses qui ont permis de basculer vers le Super O.
    Cela permettra peut- être à tous ceux qui pratiquent depuis pas mal de temps de tester ces petites choses et d’arriver enfin à connaître ce bonheur.
    Au plaisir de lire les chanceux qui ont réussi à atteindre cet état.
    Christoul

    #31884
    bzo
    bzo
    Participant

    d’abord, il n’y a pas de martingale, de formule magique , pour y parvenir

    moi je crois qu’une fois qu’on a une pratique consistante,
    qu’on arrive à chaque séance à se procurer énormément de plaisir, de délicieuses sensations,
    qu’on atteint quotidiennement cette zone où s’enchaînent les orgasmes
    tellement qu’on finit par avoir l’impression
    que notre séance n’est plus qu’un long orgasme quasiment du début à la fin, quasiment sans interruption

    ce qui fait la différence, ce qui permet de basculer plus ou moins régulièrement,
    c’est donc qu’on a bien l’habitude de ces orgasmes à la pelle,
    qu’on a bien optimisé leur déferlement, leur déroulement, qu’on chevauche ces crêtes avec aisance,
    ce qui va faire la différence donc,
    qu’on va pouvoir en plus basculer vers des super O régulièrement,
    c’est un petit surcroît de capacité à se laisser aller, à se laisser emporter,
    sentir le moment opportun pour tout donner, pour se laisser entièrement aller,
    s’offrir sans arrière-pensée au moment crucial à la vague plus haute qui arrive
    et qui ainsi va pouvoir prendre des proportions épiques, dantesques
    grâce à cette collaboration intime de tout notre être
    où on lève toutes ses défenses, où l’on se laisse entièrement aller
    et on accepte de ne plus être qu’un pantin désarticulé, entraîné par les eaux du plaisir

    #31893

    Arousal
    Participant

    Difficile question. Il n’est déjà pas facile de se dire avec certitude « tiens, c’était un super-O ». Comme le rappelle @bzo, c’est une progression. Au début on ne ressent rien ou pas grand chose, puis un petit quelque chose, puis ça grandit, grandit…
    On finit par se dire « wow aujourd’hui j’ai joui comme je n’ai jamais joui. Ça devait être un super-O ». Et la séance d’après, ou un peu, ou beaucoup plus tard, c’est encore plus intense.
    Ceci dit, il m’est arrivé une fois il y a quelques semaines un orgasme particulièrement brutal qui m’a saisi, coupé la respiration, fait me contracter tout le corps : je me suis dit que c’était ça le super-O… encore une fois. Jusqu’à la prochaine ?
    Pour répondre à ta question (y a-t-il un petit quelque chose qui m’a fait basculer ?), peut-être. J’étais dans une phase d’excitation sexuelle assez importante, et j’ai dû pratiquer le massage prostatique quotidiennement pendant une semaine (alors que d’habitude ça tourne autour de 1 à 2 fois par semaine), sans éjaculation pendant cette période.
    Il ne faut pas courir après le super-O je pense. L’important c’est d’être présent à son plaisir, et le laisser grandir, quel que soit le nom qu’on lui donne.

    #31895
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bonjour @christoul. Tout d’abord il n’y a pas de recette miracle universelle pour déclencher des super Os’.

    Je vois trois questions dans votre message.
    1) Les déclencheurs, la bascule
    Je confirme les premiers mots apportés dans sa réponse par @bzo et @arousal. On ne parvient pas à vivre l’expérience du super O’ en activant un « déclencheur ». Si c’était le cas ce déclencheur serait décrit en long et en large dans tous les forums spécialisés et serait évidemment inclus dans le traité d’Aneros.

    D’autre part la notion de « bascule vers le super O’ » me paraît trompeuse quand elle s’adresse aux débutants. En effet, si on met à part nos amis qui parviennent très vite et très naturellement à vivre leurs premiers orgasmes prostatiques, l’accès au super O’ est le fruit d’un apprentissage qui peut se révéler complexe ou laborieux pour certains d’entre nous. C’est tout le contraire d’une bascule qui conduit à penser qu’il suffit d’appuyer d’un côté pour que l’autre s’élève.

    Il est vrai qu’à certaines étapes de notre cheminement nous pouvons vivre des moments de bascule et franchir des seuils sur lesquels nous butions. Il faut être bien conscient que ces moments sont le fruit de toute la préparation que nous avons faite en amont. Dans cette situation, si bascule il y a, elle est le résultat d’une évolution personnelle et non d’une technique garantissant le succès à tous ceux qui l’appliquent.

    Vos messages précédents sur le forum me font penser que vous êtes bien conscient de tout cela mais il me paraît utile de le répéter pour les lecteurs qui n’ont pas votre expérience.

    2) Le super O’
    Dans le déroulement d’un cheminement qui va de la découverte du massage prostatique au super O’ on passe généralement d’abord par une phase de simples vagues de plaisir qui deviennent de plus en plus consistantes ; puis on vit son premier orgasme induit par la seule stimulation de sa prostate sans intervention manuelle, l’orgasme prostatique ; puis on parvient à répéter à volonté cet orgasme qui devient de plus en plus intense ; enfin on fait l’expérience d’un orgasme qui prend tout le corps, tout le champ de sa conscience, le super O’.

    J’ai l’habitude de dire qu’on ne déclenche pas le super O’, mais qu’on le reçoit quand on est prêt, physiquement, nerveusement, mentalement et psychologiquement à le recevoir. Cela nous met loin de la notion de simple déclencheur. Nos amis qui accèdent très vite au super O’ étaient sans doute prêts à le recevoir avant de commencer leur cheminement.

    3) Les petites choses
    Chacun va donc vraisemblablement réagir à un « déclencheur » différent selon son environnement culturel et familial, son expérience, son état d’esprit et les conditions dans lesquelles il engage ses sessions.

    Pour certains le déclencheur a été tout simplement de changer de masseur, pour d’autres de changer de position, pour d’autres encore d’utiliser des produits dont la consommation est interdite en France.

    A titre d’exemple récemment @jieffe a utilisé une respiration abdominale forcée pour démultiplier le plaisir qu’il commençait à vivre mais semble avoir pu faire l’expérience de ses super Os’ quand il s’est retrouvé seul dans sa maison et a pu ainsi libérer sans contrainte l’expression vocale et physique de ses orgasmes.

    En ce qui me concerne le premier déclencheur a été de passer la nuit avec mon masseur bien en place ce qui m’a permis de me retrouver sous la stimulation du masseur dans un état de relâchement musculaire que j’étais incapable d’atteindre dans la journée. cette méthode n’apporte rien à certains autres qui l’ont essayée. Le second déclencheur a été d’accepter la montée d’un plaisir « insupportable » en effaçant peu à peu toutes les contractions réflexes qu’il faisait naître et bloquaient son amplification.

    Je laisse à nos amis le soin d’apporter d’autres exemples pour vous aider à relancer votre propre cheminement. Bon cheminement @christoul.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.