• Ce sujet contient 5 réponses, 2 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par bzo, le il y a 1 mois.
6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Articles
  • #44239
    Ncls0
    Participant

    Bonjour à tous,

    Pris d’un élan, j’ai décidé de me lancer à nouveau dans cette expérience après une année de pause.

    Il faut savoir que lors de mes premiers pas, j’avais eu beaucoup de difficultés notamment dû à une difficulté à me détendre, une crispation aux moments où le plaisir arrivait, beaucoup d’impatience … bref la galère.

     

    Je prends le temps de partager mon expérience car j’ai eu la chance d’atteindre par hasard (ou pas) un orgasme.

    L’avantage, c’est que c’est comme le vélo, on n’oublie pas tout en un an.

     

    Je commence par une douche chaude, je me positionne sur le côté et commence mes exercices de respiration.

    Naturellement je commence, à effectuer des contractions : je dirais même des micro-contractions (avant j’avais tendance à vouloir les accentuer volontairement pour “forcer” les choses). Je me suis rendu compte que les mouvements sont très faibles mais très subtils.

    J’ai alors décidé de me concentrer uniquement sur ma respiration et arriver à visualiser ce minuscule point (c’est comme ça que je l’ai ressenti) à l’origine des vaguelettes de plaisir.

    Plus je me détendais, plus je ressentais les vaguelettes, plus ce minuscule point m’apparaissait clairement, et plus je ressentais son intensité.

    J’ai réussi à obtenir un orgasme sans le vouloir (je dits cela car il semblerait que plus on cherche à l’obtenir et moins on l’a), la seule méthode qui m’est apparu a été de laisser faire les choses.

    Les vibrations ont gagné en intensité, et j’ai ressenti une explosion de plaisir énorme (comme lors de l’éjaculation mais bien plus percutante). Les vibrations internes étaient puissantes et procuraient du plaisir sans que mon corps ne bouge.

     

    Les sensations se sont calmées d’elles même et j’ai repris “le travail”.

    Il m’est apparu une série “d’orgasmes” plus virulents : le corps entier ayant des spasmes et des cris de plaisir incontrôlés.

    Cependant, ces orgasmes n’étaient accompagnés d’aucun plaisir ressenti, simplement mécaniques.

    Voila ma question : d’après vous pourquoi n’ai-je pas ressenti de plaisir lors de ces plus gros orgasmes ? 

    Est-ce par ce que mon cerveau n’a pas encore associé ces événements à du plaisir ? Ou parce que j’ai sans le vouloir contracté mon corps, d’où les spasmes, ce qui a empêché le plaisir de monter ?

     

    PS : J’ai essayé la stimulation des zones érogènes avec les mains mais cela ne fonctionne pas sur moi car cela ajoute du plaisir au niveau du pénis et cela brouille les pistes. Mon cerveau n’a pas fait la transition encore.

     

    Voila pour mon témoignage, pause demain, et j’espère repartir pour de nouvelles aventures.

     

    #44240
    bzo
    Participant

    Les vibrations ont gagné en intensité, et j’ai ressenti une explosion de plaisir énorme (comme lors de l’éjaculation mais bien plus percutante). Les vibrations internes étaient puissantes et procuraient du plaisir sans que mon corps ne bouge.

    bravo, tu y es arrivé,

    c’est la première fois qui est la plus dure

    les suivantes, immédiatement après, encore un peu compliquées,

    car tu es impatient, malgré toi, de revivre cela

     

    après, une fois que tu auras vécu quelques orgasmes prostatiques,

    tu commenceras à avoir la main,

    cela roulera de plus en plus, tout seul

     

    Il m’est apparu une série “d’orgasmes” plus virulents : le corps entier ayant des spasmes et des cris de plaisir incontrôlés.

    Cependant, ces orgasmes n’étaient accompagnés d’aucun plaisir ressenti, simplement mécaniques.

    Voila ma question : d’après vous pourquoi n’ai-je pas ressenti de plaisir lors de ces plus gros orgasmes ? 

     

    ne t’inquiète pas, tu n’es pas le premier à rapporter ce genre de phénomène,

    c’est assez courant, ton corps n’est pas encore habitué à tant de puissance, dans les tuyauteries,

    il est décontenancé mais cela passera

     

    mais tout cela est splendidement encourageant,

    tu es sur le seuil d’un plaisir prostatique,

    en train de se faire son nid, dans ta chair

     

    tu as réussis à provoquer l’étincelle décisive,

    c’est bien cela qui compte,

    le reste n’est plus qu’une question de temps,

    de bien s’habituer à ce qui se passe,

    que ton corps puisse prendre ses marques

    et puis surtout, toi, par rapport à ton corps ,

    tellement en roue libre, tellement rugissant

     

     

    #44243
    Ncls0
    Participant

    Merci infiniment pour ce retour et ces conseils.

     

    “les suivantes, immédiatement après, encore un peu compliquées,

    car tu es impatient, malgré toi, de revivre cela”

    Je confirme, c’est ce dont j’ai peur, je me connais.

     

    Retour sur ma journée :

    Je me suis mis en tête de ne pas pratiquer et attendre demain.

    Ma prostate s’est éveillé et m’a titillé toute la journée, j’ai senti à plusieurs reprises dans la journée des contractions involontaires, des fourmillements dans la partie basse du corps et des petites montées de plaisir.

    C’est comme si elle me disait de ne pas faire de pause en si bon chemin, qu’elle a envie de retrouver les sensations.

     

    Plus j’étais calme et plus je ressentais les sensations de plaisir.

    J’ai comme l’impression que je me trompe en disant que je n’ai pas de sensations de plaisir, elles sont déja en moi.

    Je n’ai juste pas encore trouvé la bonne fréquence d’écoute pour les ressentir.

    Je dirais même qu’il n’y a pas à chercher une fréquence d’écoute, mais qu’il “suffit” de s’autoriser à les recevoir sans les chercher.

     

    Vais-je tenir jusqu’à demain ? Dur dur …

     

    #44244
    bzo
    Participant

    Vais-je tenir jusqu’à demain ? Dur dur …

    si tu as des obligations, dois sortir, as de de la visite, peux pas faire autrement

    mais sinon, ne te retiens pas,  tant qu’il y a de l’envie,

    il n’y a aucune raison de se retenir de pratiquer

     

    Ma prostate s’est éveillé et m’a titillé toute la journée, j’ai senti à plusieurs reprises dans la journée des contractions involontaires, des fourmillements dans la partie basse du corps et des petites montées de plaisir.

    C’est comme si elle me disait de ne pas faire de pause en si bon chemin, qu’elle a envie de retrouver les sensations.

    ce sont de très bons signes et c’est dommage de ne pas en profiter

     

    J’ai comme l’impression que je me trompe en disant que je n’ai pas de sensations de plaisir, elles sont déja en moi.

    bien sur qu’elles sont déjà en toi, le tout , c’est d’apprendre à les libérer, de les écouter, de s’en laisser imprégner, entraîner

    #44247
    Ncls0
    Participant

    Bonjour à tous,

    Une nouvelle journée d’exploration s’est annoncée aujourd’hui et quelle journée …

    Ma prostate n’arrête pas d’en demander, c’est incroyable. Il faudrait même qu’elle se calme un peu : j’ai la même impression que quand j’étais ado et que j’avais des érections sans motif pendant la journée, c’est pareil.

     

    Je repars en exploration prostatique, à peine l’Aneros positionné une énorme montée de plaisir : je n’étais pas prêt à la recevoir, pas détendu je me suis crispé et elle s’en est allée.

    Je continue ma séance et arrive un premier “orgasme” mécanique sans sensation : spasmes, cris …

    Au moment de l’arrivée du prochain, j’arrive à percevoir les ondes de plaisir de ma prostate. Je me dits “c’est le moment” il faut combiner les deux.

    J’ai réussi je ne sais comment (probablement la relaxation) à bloquer mes jambes tout en laissant mon bassin et surtout intérieur en mode auto-pilote.

    Je sentais l’explosion physique du corps arriver (les spasmes) mais également une montée en puissance du plaisir (je n’étais pas parasité par mon corps qui bouge).

    Et là, quelque chose d’incroyable : d’un coup un éclair de plaisir qui est monté de ma prostate à mon pénis. 

    A peine le temps de savourer ce plaisir, qu’un tsunami et parti de ma prostate et a dévalé tout mon corps jusqu’au haut de ma tête.

    Vague sur vague sur vague, un plaisir que je n’avais jamais connu jusque là, c’était l’extase. Je me contractais, ce qui créait une vague, qui me faisait me contracter etc …

    Malheureusement, après 30 40s de pure extase, je contractais tellement fort que l’Aneros a été expulsé et tout est retombé… J’en tremblais comme une feuille.

     

    J’ai eu ensuite 3 nouvelles montées de plaisir intense, mais j’étais trop nerveux, trop impatient à l’idée de regouter à ce plaisir intense la même journée que je gachais tout à chaque tentative. 

     

    Conclusion de mon aventure :

    J’ai bien de nombreux orgasmes à chaque séance même si je ne ressens rien. Il faut que je parvienne comme aujourd’hui à faire en sorte que mon esprit arrive à capter le plaisir qui en résulte.

    C’est bien une sensation nouvelle et il ne faut pas “s’attendre” à ressentir telle ou telle chose. Maintenant que je sais réellement à quoi cela ressemble, je pourrai être plus à l’écoute des différents signaux lors de mes prochaines explorations.

    Il faut arriver à se laisser prendre par le courant, défier sa peur de se noyer … les sensations veulent m’aspirer et je dois leur faire confiance, je dois me conforter dans l’idée que je peux leur accorder toute ma confiance. 

    Se laisser porter et entrainer par soi-même : c’est tout un travail.

    Je ne suis qu’au début du chemin mais tout cela semble incroyable.

     

    PS :

    Outre le plaisir, étant atteint de TDA ces séances m’offre les seuls moments de la journée où j’arrive à ne penser à rien et je ne suis pas en hyperactivité mentale.

    C’est d’autant plus savoureux et ce n’est pas une mince affaire.

    Cela prouve que c’est un entrainement et que tout le monde en est capable.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois par Ncls0.
    #44249
    bzo
    Participant

    J’ai bien de nombreux orgasmes à chaque séance même si je ne ressens rien. Il faut que je parvienne comme aujourd’hui à faire en sorte que mon esprit arrive à capter le plaisir qui en résulte.

    oui, c’est tout un travail de coordination entre le corps et l’esprit,

    de leur parfaite entente, la résultante , sera ton plaisir

    mais s’ils ne sont pas au diapason,

    tu auras des moments du genre que tu as connus,

    ton corps qui a tous les symptômes d’un orgasme puissant

    mais , la tête ne suit pas, ne laisse pas monter les sensations

     

    Il faut arriver à se laisser prendre par le courant, défier sa peur de se noyer … les sensations veulent m’aspirer et je dois leur faire confiance, je dois me conforter dans l’idée que je peux leur accorder toute ma confiance. 

    Se laisser porter et entrainer par soi-même : c’est tout un travail.

    je n’arrête pas de répéter ce genre de phrases, depuis toujours,

    se laisser entraîner, corps et âme, devenir en soi comme un fétu de paille, emporté par le courant,

    oui, c’est juste cela, tout lâcher, faire confiance à son corps et se laisser emporter

     

    bien sûr, cela ne devient valable que s’il y a des choses qui montent, qui sont prêtes à monter,

    on ne peut pas se laisser emporter, s’il n’y a aucun courant qui arrive, aucun torrent,

    donc, je dirai que c’est un double travail sur soi,

    savoir provoquer les étincelles qui débloquent en nous les énergies,

    qui les font monter, exploser en geysers , en nous

    puis se laisser entraîner par eux,   n’opposer aucune résistance,

    se rendre corps et âme au plaisir qui nous envahit

     

    Je ne suis qu’au début du chemin mais tout cela semble incroyable.

    oui, c’est très étonnant tout ce dont notre corps est capable,

    une fois qu’on sort des sentiers battus,

    c’est une cour des miracles, une caverne d’ali baba que nous avons à notre disposition,

    bon, il faut travailler un peu sur soi,

    un peu beaucoup, même

    mais le jeu en vaut tellement la chandelle,

    c’est un filon tellement riche et inépuisable

     

    nous avons la même puissance, la même richesse, sexuelles en nous que les femmes,

    contrairement aux idées reçues,

    bon mais il faut savoir, oser, s’éloigner du habituel sexe dressé

    et des plaisirs qu’il peut offrir

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.